AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 If the night is burning ✝✝✝ Perséphone

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Lukas S. Dawson
Eleve né-moldu
avatar

Eleve né-moldu

Messages : 144
Points : 198
MessageSujet: If the night is burning ✝✝✝ Perséphone   Mar 2 Jan - 22:56




If this is to end in fire
Then we should all burn together
Watch the flames climb high into the night

L'hiver a rendu ton corps inerte, sa brise glaciale endormissent tes plaies, sang qui coagule pour s'amasser en plaques disgracieuses, ornant ton corps paré de vêtements déchirés, quittant Londres dans la précipitation sans regarder en arrière, quittant Londres comme on fuit la mort.
L'hiver avait fini par apaiser ta colère, la neige immaculée contrastant avec le sang et les ecchymoses, fractures et cicatrices qui ne te marqueraient pas autant que les souvenirs que tu ne parviens pas à refouler.

Les cris s'en étaient allé, les coups avec, tu l'avais laissé là bas, gisant dans le mélange de vos sangs, cette fois-ci tu n'avais pas été le seul à encaisser les coups, cette fois-ci tu lui avais répondu et tu tremblais à l'idée de n'être plus sa cible, regrettant déjà de les avoir mises en danger, tu pries, alors que le train t'emmènes hors de portée, tu pries pour elles, pour cette mère qui ferme les yeux, laissant son fils prendre les coups à sa place, pour cette soeur tenue à l'écart de l'agressivité d'un père qu'il n'avait alors réservé que pour toi. Tu pries pour que cette agressivité ne se déverse pas sur elles, mais tu ne peux plus jouer à ce jeu toxique, tu ne peux plus servir de rempart, pas quand les coups deviennent meurtriers, pas quand les attaques peuvent mortellement te blesser.

Assis là depuis déjà des heures, dans le froid d'une cabine aux fenêtres ouvertes, calmant la douleur à défaut de pouvoir les soigner, avec l'envie irrépressible d'oublier. Tu regardes le paysage, tu regardes la neige, tout est si calme autour de toi, les cris ont fini par s'en aller, les hurlements aussi, le bruit des os qui craquent, côtes brisées, douleur qui te rappelle pourquoi tu fuis, pourquoi tu retournes là où tu infliges plutôt que subit.

Le goût du fer ne s'estompe pas non plus, lèvres revêtues d'une hémoglobine presque noire à présent, recroquevillé ici dans ce train vide, jean noir et sweatshirt à la capuche recouvrant ton visage, mailles fatiguées par la lutte qui s'est jouée, déchirures jusque sur les jambes infligées par ces objets qui n'avaient pour but que de trancher.

La nuit tombe vite et il n'y a plus que la neige qui contraste avec la nuit, éclairée par les seules étoiles car la lune n'a pas désiré se montrer, descendant du train et marchant à pas décidés, rejoignant le château puis longeant les murs pour éviter les quelques personnes qui n'étaient pas rentrées chez elles pendant les vacances, tu soupires, las de ces noëls qui n'étaient devenus que souffrances, las de ces réunions de famille où l'on te demandait de mourir en silence.

Personne dans les couloirs, l'heure tardive y est sûrement pour quelque chose, ou bien peut-être que les autres ont plus de chance, entourés de leur familles en ces périodes de fêtes, tu t'arrêtes un instant, tenant tes côtes meurtries, toussant un peu de sang dans ta manche, t'agrippant à un mur froid, ne désirant que rejoindre ton dortoir, espérant n'y croiser personne, tu as besoin de t'échapper, tu as besoin de dormir, de trouver refuge dans une vie autre que la tienne, de laisser le temps à tes blessures de se refermer, tu as besoin de mourir car tu ne fais que survivre et tu es las, trop fatigué pour continuer.

Montant les marches unes à unes comme on gravit l'échelle de la mort, les yeux vides et le coeur arraché, tu passes la porte de la salle commune bercée par les étoiles, le corps fatigué et l'esprit harassé, tu te laisses tomber sur un des fauteuils argentés, levant la tête pour regarder le ciel étoilé, espérant t'évader parmi elles, espérant t'évanouir dans la nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Perséphone Blackwell
Eleve sang-pur
avatar

Eleve sang-pur

Messages : 70
Points : 120
MessageSujet: Re: If the night is burning ✝✝✝ Perséphone   Lun 22 Jan - 22:59


Girl eating appleGirl eating apple
Silence like a cancer grows Hear my words that I might teach you But my words like silent raindrops fell
Neige immaculée suintant du ciel, neige cristalline nappant les plaines ; paysage morne et glacée, spleen constellant cette esquisse maussade. Perséphone se complaisait dans la sérénité d’un hiver givré ; poupée de glace aux reflets ébènes, déesse déchue retrouvant son domaine. La plupart des élèves s’affairait aux festivités de noël, submergés par l’affection fétide d’un foyer aimant ; loin de Poudlard, loin d’elle, à l’abri de ses effusions fielleuses en ces temps allègres. Plus une âme n’infestait les galleries sombres du bâtiment, si ce n’étaient quelques bestioles insolites. Seul le tintement de ses pas contre le macadam poussiéreux rythmait les crépuscules de ce chateau nébuleux ; demeure déserte dont elle s’était octroyer les pleins pouvoirs, reine absolue d’une bâtisse désolée. Souveraine factice, mais terrible malgré tout ; les murs guettaient craintivement son courroux, le vent houleux augurait une tourmente imminente.

La cadette des Blackwell ne s’attardait jamais à la demeure familiale pour les fêtes. Noël parmi les Blackwell s’apparentait à une mascarade grotesque ; ballet de fauves à peine muselés, hypocrisie ciselant les rictus et apparences méticuleusement lustrées. Mais cette euphonie artificielle de politesses crachées et syllabes satinées voilait deux fléaux dont la simple vue suscitait une haine certaine : Blanche Blackwell et Aricie Gaunt. Harpies masquant leur acrimonie sous des moues ingénus, bactéries fermement ancrée au coeur du foyer familial. Perséphone maniait les faux-semblants tel le peintre manoeuvrant son pinceau, mais ce duo terrible instillait en ses entrailles une fureur dantesque ; le venin perlait entre ses crocs, la rage roulait sous sa peau, pulvérisant chaque masque qu’elle ciselait sur son faciès. Il lui était foncièrement impossible de se contenir en leur présence, tant si bien qu’elle s’acclimata à la solitude en ces temps festifs. Mais cela ne la dérangeait pas. La princesse des entrailles terriennes ne connaissait qu’isolement ; Perséphone dérobée par les ténèbres, Perséphone solitaire et seule. Mais ses instants de solitudes étaient comptés ; Hadès ne demeurait plus très loin, balafré et ulceré.

Carcasse gisant parmi ses draps immaculés, prunelles dardées vers la pénombre constellée ; l’ennuie dominait présentement son esprit. Soucieuse de ne point gaspiller quelques précieuses minutes de sérénité, Perséphone opta pour s’aventurer à travers les galleries du chateau. Présageant des couloirs sombres et déserts, la surprise noyauta ses pensées lorsqu’une lueur martela ses pupilles ; faible clarté fusant de la salle commune, lumière insolite et singulière au creux de ce tableau ténébreux. Sourcils se fronçant perceptiblement, enjambées gagnant en célérité ; la porte s’ouvrit furieusement sous l’impulsion de ses doigts, révélant un spectacle inattendu et troublant.

Et le voici finalement, trônant en un fauteuil argenté, son Hadès éraflé et sanguinolent.      

Son souffle s’entrava momentanément au creux de sa trachée, et son encéphale songea précipitamment à quoi faire ; incertaine quant aux actions à poursuivre. Finalement, ses jambes daignèrent de remuer, la guidant à ses côtés. Sa main trouva sa pommette violacée, redressant délicatement son faciès afin d’aligner leur regard ; saphirs contre saphirs, fureur criblant l’étonnement. Démons du passé hantant son regard bleuté, démons du présent souillant l’épiderme albâtre ; carmin serpentant sur ce faciès habituellement immaculé. Le palpitant pulsa furieusement sous son derme, l’inquiétude fleurit parmi les méandres de sa cervelle ; sensations anodines la déconcertant. Mais l’heure n’était point à décortiquer ses pensées, et ses doigts délicats empoignèrent fermement sa baguette.

Un Brackium Emendo suivit d’un Ferula tranchèrent le silence, incantations dirigées vers ses côtes brisées ; ossature se soudant à nouveau, sort sans nul doute douloureux. Ses doigts encerclèrent les siens, geste ignoblement tendre que Perséphone effacera certainement de sa mémoire à son rétablissement.  

Si tu trépasses maintenant, ne comptes pas sur moi pour m’occuper de ton cadavre.

Paroles mielleuses feulé tel un avertissement, expression maladroite d’une inquiétude répudiée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukas S. Dawson
Eleve né-moldu
avatar

Eleve né-moldu

Messages : 144
Points : 198
MessageSujet: Re: If the night is burning ✝✝✝ Perséphone   Lun 5 Fév - 22:51


















If this is to end in fire
Then we should all burn together
Watch the flames climb high into the night

La mort ne serait que trop douce pour cette agonie lancinante qu'est devenue ta vie.
Le besoin de reposer en paix ne saurait qu'être retardé par la présence brisant l'isolement. Tu avais accouru en ces lieux dans l'unique but de trouver une solitude si chère à ton coeur, une solitude qui saurait apprivoiser le monstre de haine, une solitude qui préserverait quiconque croiserait ton chemin.
Le sang bout dans tes veines et tu ignores comment le tempérer, la rage hurle tandis que ton esprit embrumé tente de crier à autrui de s'échapper, tu as peur d'exploser, peur de tuer. Tes mains ne t'appartiennent plus, ton esprit ne contrôle plus ton corps, les pulsions sont désormais libérées.

Les bruits de pas se font plus pressant, fuis dis ton esprit à cet inconnu qui vient s'endiguer dans les ténèbres de ton âme, fuis dis ton coeur lorsqu'il reconnait l'expression singulière sur le visage de celle qu'il épargnerait pourtant ce soir. Humaine, Femme, Diamant.

Tu serres les poings et les paumes se teintent d'un rouge écarlate, les ongles cisaillant la peau pour retenir les coups, lassitude qui se mélange à un sentiment de sérénité quand ton esprit réussit enfin à contrôler la chaire, qui n'aurait su trouver de meilleur adversaire, mais qui aurait bien pu, dans cet accès de colère, détruire le joyau si précieusement gardé.

A la destruction se substitue la catatonie.
Elle a du sentir ce revirement de situation car elle s'approche de ta carcasse meurtrie, animal blessé qui ne saurait comment réagir, mordre ou bien se laisser faire, se laisser apprivoiser, si Perséphone venait à toi et que tu la laissais entrer dans tes ténèbres vous risquiez de vous détruire l'un l'autre, et Perséphone s'approche, elle s'accroche là où nulle autre n'a jamais su se tenir.

Les yeux fixent à présent le sol, honteux de te retrouver dans cette situation, frustration grandissante quant à l'attachement qui se dévoile sous ton regard, elle a osé s'aventurer jusqu'à tes côtés, nul doute à présent, elle sera tienne.

L'inquiétude dans ses yeux ne semble pas la distraire assez pour laisser tes plaies béantes, sortilèges lancés avec une précision et un calme olympien, dans un silence de plomb, ininterrompu par la souffrance incommensurable qui envahit tes côtes, tu hurles de l'intérieur, ton corps entier se tend sous la douleur des os qui se brisent pour mieux se réparer, le sang retourne dans les organes et les veines, la magie de guérison parcours ton enveloppe charnelle comme un éclair gelé, brûlant chaque parcelle parcourue à l'échelle microscopique et ce qui te semble être des heures de souffrance ne sont en réalité que minutes où ton corps demeure inerte, ton regard fixé sur le sol, et sa voix que tu n'entends presque pas, comme si tu t'étais retiré à l'intérieur de toi même, jouant cette scène de torture en boucle pour ne pas avoir à revivre la précédente, mais c'est trop tard, tu revois le visage de ton père, tu entends à nouveau les cris de ta mère et ce regard, le regard de Lily qui ne comprend pas, ou du moins, qui comprend enfin.

Tu reviens à toi, hanté par ce monstre qui tel un virus s'insinue en toi.
Tu reviens à toi et tes paupières se mouvent, tes yeux se fixent dans les siens, ton regard rejoint pour la première fois celui de celle qui, désormais, était entrée dans ton univers, dans ce trou noir qu'est ta vie, aspirant bonté et joie, chaleur et bonheur, ne laissant de néant après la destruction.

Ses mains sont liées aux tiennes et tu ignores si ce geste désespéré vient de ta propre personne en proie à ses démons où si la tendresse méconnaissable vient d'une Perséphone aliénée. L'emprise aurait pu se défaire mais tu choisis de nouer tes doigts plus fort, les yeux brillant et quémandant la mise à mort, tu désires le néant, tu désires le chaos, tu ne saurais trouver ton équilibre dans un monde où le monstre n'est plus en cage.

Les mots te manquent, tes lèvres restent scellées, seuls tes doigts sont libres d'expression, seuls tes yeux racontent la terrible histoire d'un enfant battu par son père, d'un lâche préférant pour la première fois riposter et fuir plutôt que de recevoir les coups pour défendre mère et soeur.
Et pour la première fois de ta vie tu aimerais qu'on puisse lire en toi, pour la première fois tu laisses quelqu'un entrer, ce n'est ni une psychologue ni une legilimens et tu espères de tout ton être qu'elle saura percer à jour tes secrets, les déterrant des tréfonds de ton âme, car tu n'as plus l'énergie de te battre, tu n'as plus l'énergie de vivre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: If the night is burning ✝✝✝ Perséphone   

Revenir en haut Aller en bas
 
If the night is burning ✝✝✝ Perséphone
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [ANIME] Senkou no Night Raid
» Night of Champs III
» Burning Heads
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: RED LANTERN ATROCITUS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Les tours :: Serdaigle-
Sauter vers: