pillow fort // la chambre

Invité
Invité
pillow fort // la chambre Ven 12 Jan - 22:48

les pouffy
PILLOW FORT
et ruben
Poussière ambiante qui plane autour de sa chevelure décolorée, son regard se perd encore dans une masse laiteuse d'un vide absolu et il s'y abandonne, se réconfortant dans cet incertain du " vais-je me réveiller ". Ses pupilles brumeuses sont plantés sur un point invisible et il ne sait même pas ce qu'il fixe car son esprit est trop occupé à s'enfuir dans des lieux périlleux pour s'occuper de capter des informations primaires. Territoire d'or et d'ébène, il se sentait en sécurité, il s'autorisait un peu d'écart psychique. Il s'autorisait un peu de paix. De la nicotine traînait sur l'angle de son indexe, une odeur qui s'accroche et une chevelure aux saveurs du vent d'hiver. Cela devait maintenant faire 10 minutes que Croyance s'était réfugié dans son dortoir, observant les lits vides. Le soleil se faisait étouffer par la nuit grandissante, et le froid était bien présent, faisant vibrer légèrement les fenêtres de Poudlard.

Puis l'enfant loup craqua. Une main vint glisser entre ses mèches blanches tandis qu'il se redressait un peu, et tira sur les couettes, une par une, arrachant tout arrangement esthétique, détruisant tout ordre. Il posa les couvertures sur le sol, créant ainsi un doux tapis, puis sortir les énormes coussins de sous les lits, et ceux qui s'y trouvaient, sortant sa baguette, tout autour de lui la literie planait au dessus de sa tête. La chaleur vint alors naturellement. Ce réflexe animal presque, de se construire un petit coin de réconfort, un espace où les douleurs ne venaient pas détruire son humeur.
Puis il savait aussi que ses comparses allaient venir. Il le savait car en général, c'était l'heure où les rires arrivaient, où l'ambiance se faisait chaleureuse, juste avant le sommeil. C'était ce moment de la journée que Croyance attendait par dessus tout, ce petit instant si tendre qu'il le chérissait plus que tout.

Et c'est ainsi qu'allongé sur le dos, sous une énorme construction de coussin et de couverture, il fixait le plafond de tissu. Il avait prit soin d'accrocher une guirlande de petites lumières qui plongeait le tout dans un univers qu'il s'était approprié pour le temps d'un moment. Les yeux mis-clos, il attendait une présence, une réaction, quelque chose qui l'arracherait de sa contemplation silencieuse.


Gaëlle M. Wadcock
Eleve hybride
Eleve hybride
avatar
Messages : 207
Points : 41
Re: pillow fort // la chambre Lun 12 Fév - 23:10




Avançant à grands pas de géant, tu traverses la tempête de neige, retournes à Poudlard. Quand tu étais parti il y a plus de deux heures, il ne neigeait pas. Il faisait même grand beau, tu as emmené ta chauve-souris prendre l'air pour une petite promenade à Pré-au-Lard. Mais le temps s'est dégradé très rapidement, et Martin a du venir se réfugier dans ta veste pour ne pas voir ses délicates ailes geler. Il dort contre toi, son haleine chaude dans ton cou. Une main l'empêche de tomber, tandis que l'autre tient ton butin. À vrai dire tu n'es pas allé au village sorcier par hasard, tu avais une mission. Ramener des trucs à bouffer pour tes potes. Voyant le genre de soirée qui se profilait à l'horizon, t'as enfilé tes bottes et ton écharpe sans tarder pour partir à la pêche aux bonbons acides et aux petits chocolats, parce que vous kiffez ça, dans ta chambre. Alors t'en a pris par poignées chez Honeydukes, en plus d'autres choses plus folles, des dizaines de bonbons magiques différents. Et c'est pour ça que tu te dépêches, tu veux rentrer au plus vite, pour voir la mine réjouie de tes colocataires devant leurs bonbons préférés, pour passer une soirée comme vous seuls savez les faire, et aussi, pour te réchauffer car tu ne sens plus tes oreilles ni ton nez, il faut bien le dire.

Tu passes enfin la porte gigantesque du hall d'entrée de l'école en poussant un soupir de soulagement, accompagné de quelques retardataires qui sprintent pour se réfugier du froid. Sans même prendre le temps de secouer tes vêtements couverts de neige, tu cours vers les escaliers de gauche, arrives devant les tonneaux qui indiquent l'entrée de la plus belle salle commune de Poudlard. Puis, hésitant, tu fais quelques pas en arrière, pour ouvrir la porte des cuisines. Pourquoi ne pas rapporter quelques trucs à grailler en plus, il faut en profiter, quand on est pote avec le chef des cuisines. Ton sac déborde presque quand tu franchis enfin la porte de ta chambre, tu sors la tête enfuie dans ton écharpe. ▬ Pfiou, je suis rentré, ça gèle de ouf dehors! Grand sourire chaleureux, puis tu te rends compte qu'il n'y a encore que Croyance. Tu poses ta récolte sur le lit et commences à te déshabiller, alors que Martin s'échappe d'un pli de ton manteau pour s'accrocher aux baldaquins de ton lit, comme à son habitude. Il est bien content d'être rentré, lui aussi. ▬ Ils sont pas encore là Laurel et Hardy? Petit rire étouffé alors que tu secoues tes cheveux blancs couverts de neige et jettes tes bottes sous ton lit. Enfin débarrassé de ton attirail d'hiver, tu rejoins ton ami au cœur des couvertures, excité comme un gamin qui va faire sa première nuit blanche. ▬ Bonsoir vous ~ Tu lui lances d'une voix faussement langoureuse. Toi alors, toujours prêt à déconner. Allongé comme tu es, tes pieds dépassent de l'entrée du château éphémère, mais avec toute la marche que tu viens de te taper, ce n'est pas tout de suite que tu vas te plier en quatre pour rentrer dans ce petit espace. Tes yeux s'émerveillent sur les lumières faibles des guirlandes, et tu te laisses finalement entièrement tomber sur les couettes moelleuses, tes joues rougies par le froid reprenant lentement une couleur plus douce.

warm, pillows, blankets, candies, stupid smile






Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: pillow fort // la chambre Mar 13 Mar - 22:32



Pillow Fort
Palpateam & Ruben

« Y'a 0 citations sur les pillow forts les gens ont pas eu d'enfance ou quoi. » ― gn
La fin de journée s'était passée sous la neige, skate à la main, roues humides et encrassées ; flocons dans les boucles noires. C'était avec les phalanges gelées que, bombes de peintures à la main, lui et Noah s'étaient attelés à décorer quelques murs de pierres grisées ; y incrustant quelques mots qui, ils espéraient, resteraient affichées quelques journées. Noir et dorés s'alternaient en une phrase gigantesque, deux périphrases qu'ils pourraient se plaire à scander : Fuck Orphan & Joey's gay. Simple, efficace ; comme ils l’appréciaient.

Sitôt leur tâche terminée, ils s'étaient esquivés ; deux tâches vivantes parmi la blancheur recouvrant les alentours, insonorisant le monde.  Le trajet fut bien vite achevé, leur cadence étant plus qu'animée par le froid perçant leur cape, s'apprêtant à gercer leur chair.
Leur entrée dans le château caverneux leur avait permis de souffler, le froid réchauffant peu à peu les membres congelés — un peu plus, et ses doigts seraient restés accrochés à sa planche, et ses roues bloquées. C'est avec une impatience non dissimulé qu'il avait grimpé les escaliers jusqu'au dortoir, hâté de retrouver ses compères dans le confort de leur chambre ; leur team de blaireaux chaleureux et déterminés.
Aussitôt arrivé, il se délesta de son manteau, le jetant en face de son armoire et s'ébroua comme un chien ; l'humidité de ses mèches s'envolant en lourdes gouttelettes. Il envoya un sourire mutin à Noah, qu'il avait légèrement éclaboussé ; puis jetant bottes et bonnet sur la couette d'un geste vif, il se mit de suite à quatre pattes, se glissant finalement dans l'abri de tissus et oreillers, illuminé par une guirlande soigneusement disposée.
« Alors, ça fait des confidences sans nous ? » Et, avec un air criant un vengeaaaaance, il apposa ses mains encore froides sur chacune de leurs joues. Et, d'une impulsion de jambes, il se plaça sur le côté, auprès de Joey, afin de laisser le dernier énergumène rentrer. « J'vous préviens, j'vais pas avoir la foi d'ressortir chercher de l'alcool. » Il détendit ses muscles un à un, s'écroulant contre la douceur des oreiller avec un soupir de satisfaction. « J'voudrais mourir dans un pillow fort, que ça soit à l'image d'ma vie.  » Plus morbide qu'il ne le voulait, qu'il ne le réalisait aussi ; il était simplement profondément à l'aise, entouré de quelques personnes auxquelles il était habitué depuis des années.
(c) DΛNDELION
Contenu sponsorisé
Re: pillow fort // la chambre

pillow fort // la chambre
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» fort des cowboys
» Visite guidée : fort de Château-Lambert
» Le fort de Moulainville
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» FORT DE LIOUVILLE, journées du patrimoine !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: