Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor

Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 917
Points : 2131
En couple avec : Ethan Stoker
Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Lun 9 Avr 2018 - 0:22

Well that escalated quickly

Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor

Je savais que c’était risqué d’essayer de le rencontrer dans un lieu public, après tout j’avais déjà refusé, prétextant une excuse minable. Est-ce que j’avais honte ? Oui. Je me souvenais des doigts de Beckett qui avaient tenté d’écraser les miens. Dans son regard des hectolitres de haine.

Rien à voir avec notre dernière interaction

J’estimais que je n’avais rien à me reprocher - il fallait bien un gagnant, non ? Pourquoi pas moi ? Dans ma salle commune je fus accueilli avec quelques modestes félicitations. Quelques mains sur l’épaule. Comme si soudainement j’étais devenu visible. Des personnes que je connaissais à peine venaient m’adresser la parole. Je leur répondais poliment avec un sourire convenu. J’aurai dû être aux anges.

Et pourtant

Je n’étais pas tranquille en sachant qu’il me détestait. Il y avait bien quelque chose que je pouvais tenter pour régler la situation, non ? Je ne pouvais pas accepter que notre relation se détériorerait pour quelque chose d’aussi puéril. Jouer le rôle de l’adulte, j’avais l’habitude. Alors je lui avais lancé ce message, sans réponse une fois de plus. Suivant à moitié les conseils de Caesar j’enfilais mon plus joli pull moche - le vert clair avec des canards sauvage, par dessus un T-shirt gris foncé. Au moins, comme ça personne ne m’adressera la parole. Personne ne me regardera. Et puis j’aimais bien ce pull.

Docilement, sans réponses et sans aucune certitude quand à la venue de Beckett, j’attends au trois balais. Le pub est bien fréquenté et assez bruyant ce soir. Un guitariste joue. Heureusement je reconnait peu de visage dans cette foule. Et de toute évidence, le sort de Sélène avait bien refroidi les autres maisons dans leur contact avec les serdaigles - c’était d’une évidence. La magie du pull ringard fonctionne - personne n’était venu me parler après 20 minutes.

J’avale une gorgée de ma bièraubeurre espérant que l’alcool me détende un peu. Je pousse un long soupir. Aucune de ces deux actions n’apaisent ce creux que j’avais dans la poitrine. Cette appréhension nerveuse de revoir cette expression sur son visage. Et la crainte d’avoir cassé quelque chose d’irréparable. Comme un enfant qui avait cassé l’urne de grand-papy en jouant au ballon. Je joue un instant avec la bouteille, vérifiant l’heure ( et mes messages pour la dixième fois). Mon regard ne cesse de se tourner vers l’entrée dès que la porte s’ouvre. Uniquement pour voir mes espoirs déçus.

Arrête. On pourrait se douter de quelque chose

Et pourtant je ne peux pas m’empêcher.

C’était une mauvaise idée.

Une mauvaise idée ? Comme celle d'aller dans la forêt interdite ?
Ça m'intéresse.

Tais-toi.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 580
Points : 1292
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Lun 9 Avr 2018 - 14:19

Gotta drown that disappointment


Moi je m'en fous, je suis hors compétition de toute façon !


C'était furieux qu'il était sorti de l'arène, poussant ceux sur son chemin, allant se terrer dans un coin des gradins loin de tous, marchant sur les pieds des gens de nouveau barrant sa route. Il ne prenait pas la peine de cacher toute sa rancœur et sa colère. S'il avait pu parlé, il aurait gagné. Beckett en était convaincu.
Le jeune homme avait subi les derniers duels, parant peu avant la fin et erra dans les couloirs, pour ensuite s'écrouler dans son lit non sans donner des coups de pieds aux affaires de ses colocataires dans le chemin.

Son téléphone vibra. Il ne fallait pas être un génie pour deviner qui cela pouvait être ! Beckett ignora d'abord les messages, Hal près de lui à mâchouiller le bout de sa manche. Vingt minutes après, il se décida enfin de lire ses messages, puis de verrouiller le pineapple. Ridicule. Il l'avait humilié en duel et il espérait boire un verre avec ?! Il était hors compétition et allait devoir assister aux matchs bêtement assis sur un banc ! L'horreur ! Beckett souffla un "Bjáni" avant de jouer avec Hal, histoire de penser à autre chose.
Mais cela ne fonctionne pas. Même furieux contre Bertram, il hésitait à le rejoindre aux trois balais. Une soirée seule lui servirait de leçon pourtant...
Il lui fallait un plan de secours, et son nom était Sybil. Il saisit son pineapple et lui envoya un message, avant de finalement se lever de son lit.

La taverne était déjà animée quand il arriva. S'il s'était fait attendre ? Bien sûr ! S'il était de mauvaise humeur ? Autant qu'après le duel.
Beckett savait bien qu'il n'avait rien fait de mal. Bertram avait juste lancé des sorts comme lui, à la différence qu'il l'avait rétamé, et lui avait arraché la victoire à grands coups de potions. Ce qui était tout à fait permis. Mais cela ne l'empêchait pas de se sentir victime de l'issue du match, et de reporter la faute sur le pauvre Serdaigle sans aucune raison valable. Pas de gloire pour lui, pas pour la première épreuve.
On était loin du sourire de lutin qu'il arborait autrefois; ses yeux plissés jugeaient son compagnon d'aventure alors qu'il s'approchait, mains en poches, visiblement toujours aussi aigri.
Le Serpentard se planta devant sa table, le toisant encore du regard, avant de finalement daigner lui adresser la parole.

- Je reste uniquement si tu me paies à boire.


L'envie de renverser cette table était belle et bien là. Raison de plus pour garder ses mains en poches.
Beck remarqua finalement le pull et fronça légèrement les sourcils. Des canards ? Vraiment ?

- ... C'est pas Noël, qu'est-ce..

Lui portait uniquement les pulls douteux à Noël. Les cadeaux de grands mères, ah, quelle plaie. Elle savait pertinemment qu'il ne les aimait pas, et elle en offrait encore uniquement pour l'ennuyer.
Il soupira et détourna le regard; ce n'était pas le moment de se faire déconcentrer par un pull !

- Je commencerai avec une bièraubeurre.


made by LUMOS MAXIMA
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 917
Points : 2131
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Lun 9 Avr 2018 - 19:09

Well that escalated quickly

Bad decisions made with Beckett & Sybil & Taylor

Je commençais à me douter que j’allais passer la soirée seul lorsqu’enfin sa silhouette apparut à l’entrée du bar. Je le suis des yeux. Visage fermé, il n’arbore même pas sa resting bitch face habituelle. Il s’approche et me toise, mauvais et amer. S’il pouvait lancer des stupefix avec les yeux je serais probablement déjà par terre. Je lui réponds avec un sourire un peu gêné.

Il est vraiment fâché.
Peut-être que je le serais aussi, si j’avais perdu un duel contre la carpette de la classe. Ce type insipide qui se trouve devant lui, parfaitement innocent et inoffensif affublé de ce pull canard.

Je reste uniquement si tu me paies à boire.



Le ton sec de sa voix tranche l’air. Au moins ça a le mérite d’être clair et direct. Il était là uniquementpour les pintes gratuites.

Donc….je dois payer pour me faire pardonner ?

Et cette petite voix paranoïaque qui se fait entendre, qui me souffle que tout ce qu’il veut faire c’est se servir de moi. J’essaie de ne pas l’écouter. J’inspire et je ferme les yeux quelques secondes le temps de prendre une décision. J’ouvre les yeux et lui répond d’un ton enjoué avec un demi-sourire ravi, comme s’il n’y avait rien de plus naturel.

Ca marche !



Il y a une expression dans une langue étrangère qui se traduit grossièrement par “avec les yeux fermés”. Essentiellement, cela signifie : accepter que quelque chose qui aille à l’encontre de ses désirs doit être fait. Je pense que cela résume bien la situation. Je n’avais aucun problème à payer des verres à un ami, une pinte pouvait servir à enterrer la hache de guerre. Cependant quand je levais les yeux vers son regard - je n’avais pas l’impression qu’il avait la moindre intention de me pardonner.

Mais au moins, il est venu.
Ce qui veut dire….que je peux encore tourner la situation à mon avantage.


Il fronce les sourcils en remarquant mon pull, ce qui semble le déstabiliser un instant. Un sourire étire le coin de mes lèvres alors qu’il regarde ailleurs. Une lueur d’espoir - si je parvenais à lui faire oublier son échec, ou au moins à lui soutirer un sourire, j’aurai gagné.

Parfait. Assieds-toi, je vais te chercher ça sur-le-champ.



J’abandonne ma bièraubeurre pour aller commander au bar. Il y a un peu de monde donc il faut attendre. Déjà, je prépare ce que je pourrais lui dire. Comment lui redonner le sourire ? Une blague ? Quelle était la meilleure méthode ? Ignorer sa mauvaise humeur ou au contraire l’affronter directement ? Et si je lui rappelais les raisons de notre amitié, ce qu’il appréciait chez moi ? Et là problème : je sèche, parce que honnêtement ça me dépassait complètement.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Lun 9 Avr 2018 - 20:48



Well, that escalated quiclky

Sybil & Friends

J'vais vous dire : même si le pays était à feu et à sang, il serait hors de question que j'rate un truc pareil !- Arthur , Kaamelott

Elle était venue, elle avait vu, et elle avait vaincu. Sybil avait gagné haut la main son duel contre Valentyne, et pouvait en être fière, même si sa rivale de toujours avait semblé bien moins prendre ce combat comme un jeu sans conséquences que comme un duel d'honneur ou elle se refusait le droit absolu de perdre. Elle avait lancé des sorts beaucoup plus agressifs que les siens, avait commencé à tenter de la provoquer, et finalement, lorsqu'elle avait perdu, était partie sans même serrer la main de Sybil, et sans récupérer sa baguette. Étrange. Mais ça ne l'avait pas détournée de son second objectif de la journée, a savoir retrouver ce sale petit....fléreur d'Ollivander qui l'avait saucissonnée dans le public (elle n'avait pas de gros mot plus adapté, Edwyn n'étant pas réellement désagréable, juste particulièrement maladroit avec sa baguette a des occasions mal choisies), et elle lui avait clairement donné sa façon de penser.

La serpentard avait finalement décidé d'aller prendre une douche bien méritée, et de jeter son uniforme désormais inutilisable pour le troquer contre une serviette le temps de passer directement en pyjama, ce qui lui permettrait pour une fois de dormir dedans au lieu de s'endormir toute habillée avec un livre à la main. Le tissu coincé sous le bras, elle vit son Pineapple s'allumer. Qu'est-ce que...

C'était Beckett. Qui lui proposait d'aller boire un verre au Chaudron Baveur. Son premier réflexe fut de refuser immédiatement, mais elle réfléchit avant de réécrire un message positif. Il semblait avoir besoin de soutien, et s'il était assez surprenant qu'il vienne le trouver chez elle, elle ne répondrait pas aux abonnés absents. Elle était néanmoins bien consciente qu'elle ne serait pas seule : elle avait vu son défi contre son ami Beck..Be...le serdaigle, et elle se doutait bien au vu de la rancoeur du message qu'il serait présent lui aussi. Pas question de tenir la chandelle toute la soirée. Elle se balada dans son répertoire quelques instants et vit le nom de Taylor s'afficher. Riche idée. Elle appréciait de plus en plus leurs conversations et trouvait judicieux de l'inviter elle aussi. Puis, quoi de plus élégant que de venir à un rendez-vous avec Miss Sorcière USA en personne, et avec la future présidente du MACUSA ? L'idée la fit rire. Taylor n'était pas un +1 de secours. C'était une amie, avec laquelle elle avait envie de passer du temps.

Dans sa chambre, les fesses à l'air (coucou les colocs), elle se décida à sortir un des rares jeans de sa collection et à l'enfiler, accompagné d'un tee-shirt assez simple et de chaussettes absolument honteuses aux couleurs de sa maison. Soutien-gorge, pas soutien-gorge, l'instrument de torture retourna bien sagement dans son tiroir : ce soir, c'était la fête, et elle voulait se sentir un peu libre.

D'un pas guilleret, elle se dirigea vers les trois balais, avec un léger sourire. Et en ouvrant la porte, elle eut la confirmation de sa grande intelligence. Beckett n'était pas présent ici tout seul. La présence de son adversaire de la journée, dans un pull relativement sympathique (son père portait les mêmes), lui arracha un petit ricanement. Évidemment, qu'elle n'était pas là que pour ses beaux yeux. Elle avait bien fait de contacter Taylor.

Elle s'avança vers Beckett et lui tapota sur l'épaule, en tentant d'avoir l'air sympathique.

« Beckett. Tu m'as appelée, et je suis là. Tu bois quelque chose ? »

Sybil coula le regard vers le serdaigle non loin et se retint de rire.

« On peut trinquer à la perte future du monsieur, si tu veux. Ou alors a sa victoire. C'est toi qui vois. »

Elle ignorait encore que le sort de monsieur pull-de-papa était étroitement lié au sien, sans quoi elle ne se serait pas permise une remarque de ce genre.

« J'ai vu ton match. Tu t'es bien défendu. »

Rare compliment, mais compliment quand même. Ça devait lui faire plaisir, non ? Peut-être pas. En signe d'affection, elle lui passa une main dans le dos tout en restant à bonne distance de sa personne. C'était déjà un effort considérable qu'elle effectuait là.

« Je me suis permise d'appeler une copine. Elle est sympa, tu verras. Je me suis dit que c'était bien de ramener des gens qui pourraient te faire oubli...passer une bonne soirée. L'ambiance, tout ça. »

Demi-vérité. Elle n'aimait pas ça. Mais il n'avait pas besoin de savoir.
(c) DΛNDELION
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 580
Points : 1292
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mar 10 Avr 2018 - 16:31

Gotta drown that disappointment


Moi je m'en fous, je suis hors compétition de toute façon !


Ca marche ? C'est tout ? Pas de moue, rien ? Il allait lui payer ses caprices sans broncher ? Beckett tentait de contenir sa surprise, lui qui pensait devoir se batailler avec lui pour obtenir des boissons gratuites... Aucune résistance. Et après, on s'étonne que Yannis s'en donne à cœur joie sur lui !
Beckett s'installa alors que Bertram était parti lui chercher à boire, yeux posé sur la boisson déjà entamée de son ancien adversaire. L'issue du duel lui revenait à l'esprit, assombrissant légèrement son expression. Quelle plaie... Il avait agi sans réfléchir et n'avait même pas la chance d'apprendre de ses erreurs demain !

Sybil arriva, main sur son épaule, le tirant de ses pensées. Il releva la tête vers elle, ses douloureux souvenirs de guerre loin derrière lui déjà. Un visage qu'il ne voulait pas frapper ! Quel soulagement ! Elle avait l'air d'avoir parfaitement compris la situation. Beck n'en attendait pas moins d'une Serpentard, il avait bien fait de l'inviter aussi. Il n'avait par contre aucune idée de comment Bertram allait réagir s'il l'apprenait... Bah, du détail !
La remarque de Sybil le fit rire.

- Hmm trinquons pour un 0-15 !


Une défaite bien violente.
Lui aussi ignorait leur futur commun, et ainsi qu'il allait passer son match à supporter Sybil avec énormément d'entrain.
Son sourire s'effaça rien qu'en réalisant qu'elle avait assisté à son match. Il détourna le regard et s'étala sur la table dans un lourd soupir. Il ne s'imaginait pas non plus qu'un jour, Sybil Avery le consolerait d'une main dans le dos. Elle lui laissait l'impression d'une femme sérieuse qui maintenait son espace vital, et ce geste le toucha donc.

- J'étais à ça de gagner... C'est de la triche, ces fichues potions...

Aussi, il ne pouvait pas parler. Technique de fourbe, de lâche, incapable de lancer un expulso, de se sentir plus proche de Michael Bay. A quoi bon faire de la magie si on ne pouvait pas retourner l'arène entière ?

Ah, une autre invitée ? Pourquoi pas... Plus on est de fou, hein ? Pauvre garçon, le sort s'acharnait sur lui et il n'était même pas au courant ! N'importe quoi aurait fait l'affaire: une pouffsouffle random, un loup garou, une goule... Mais non, sans suspens et sans spoiler, Taylor allait arriver.
L'une des rares personnes qu'il ne supporte absolument pas, et dont devoir supporter la simple présence l'exaspère.

- Oh, c'est gentil... Je la connais ?

Oh que oui, il la connaissait. Profite, brave innocent, tant que tu peux !
Il lui tira la chaise d'à coté, histoire de l'inviter à s'installer à la table. Et il rit légèrement en songeant à son dernier message.  Pff elle essayait de dompter la technologie, mais elle avait encore tellement à apprendre !

- Et les gif, c'est... Plus complexe, en fait.
made by LUMOS MAXIMA
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 917
Points : 2131
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mar 10 Avr 2018 - 17:34

Well that escalated quickly

Bad decisions made with Beckett & Sybil & Taylor

La commande met du temps à arriver alors que je me triture les méninges pour trouver un plan d’action efficace. Et lorsque je me retourne, pinte en main, j’aperçois Avery assise à côté de Beckett. Je bug une seconde, mon corps et mon cerveau se figent, frappés de stupeur. Qu’est ce qu’elle fait là ? S’agissait-il d’un hasard ou bien... Est-ce qu’elle avait été invitée ? Difficile à dire à cette distance. Mais pourquoi est-ce que Beckett l’inviterait ? Pour me déstabiliser ? J’étais censé affronter Avery au prochain tour. Il savait que je préférais garder notre.. amitié secrète, est-ce que c’était sa façon de m’ennuyer ? A moins que …. à les regarder je me demandais s’il n’avait pas d’autres intentions envers sa coéquipière de quidditch. Quoique...il aurait pu faire mieux comme rendez-vous galant. Et s’il comptait me faire fuir à tenir la chandelle, il ne pouvait pas compter sur moi pour l’alimenter au bièraubeurre.

Un vrai casse-tête.

Que je ne pourrais pas résoudre sans davantage d’informations. Je m’arme donc de mon sourire naturel et de ce ton doux et docile qui fait la signature de Bertram Godfrey. Deux serpentards contre un serdaigle - oui ça me semblait être plus ou moins juste comme affrontement.

Je vais devoir faire attention.
Remettre le masque.
Qu’est-ce que Beckett cherche à accomplir ?


D’un geste précis et délicat, je dépose le verre contenant le précieux liquide ambré devant son propriétaire et j’ajuste une mèche derrière mon oreille pour saluer avec politesse et déférence la nouvelle venue. De ce que je peux comprendre de leur conversation, il y avait une invitée mystère à attendre.

Bonsoir, Avery. Et félicitations pour ta victoire au duel.



Un sourire innocent alors que je la salue le plus naturellement du monde, presque comme si je m’attendais à la voir. Je n’avais jamais eu l’occasion d’interagir directement avec elle. Sa réputation impitoyable, je la connaissais en revanche. Ainsi que sa façon plutôt musclée de renvoyer les cognards sur ses adversaires. Son regard se pose sur moi et je ressens l’obligation de me justifier.

Je pensais que ça serait une bonne idée de prendre un verre après ça. Je détesterai me faire des ennemis, surtout dans ma propre filière….



Mon regard glisse un instant vers Beckett, qui a encore l’air mauvais même si la présence d’Avery semble améliorer son humeur. C’était ma façon détournée de lui dire que je voulais qu’on reste amis. Mais ça, il le savait déjà.

Je ne veux pas que tu me détestes.

Et puis aussi, après ce qui s’est passé avec Flaherty - j’ai senti l’importance de redorer la réputation de ma maison.



Evidemment, ces mensonges devaient paraître cohérents. Bertram Godfrey qui souhaitait s’assurer que les serdaigles ne souffriraient pas de préjugés. Evidemment que tout le monde en parlait. Flaherty qui avait désobéi aux règles et s’en était sortie avec à peine un avertissement. C’était un vrai scandale. Et pour moi, une disgrâce pour notre maison. Pas parce qu’elle savait lancer ce genre de sorts à la perfection. Pas même parce qu’elle avait ressenti l’envie ou même le besoin de le lancer sur un poufsouffle innocent - ça la regardait. Mais parce qu’elle n’avait pas eu l’intelligence de garder ses connaissances secrètes. Maintenant elle attirait l’attention sur ma filière et sur les serdaigles en particulier. Pratiquer les arts obscurs, c’était une chose, mais il fallait se montrer discret. Il fallait choisir son timing.

Mais évidemment, je ne partagerai jamais cette opinion.

On attend ton amie ? La première tournée est pour moi, évidemment.  



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mer 11 Avr 2018 - 19:02



Well, that escalated quiclky

Sybil & Friends

J'vais vous dire : même si le pays était à feu et à sang, il serait hors de question que j'rate un truc pareil !- Arthur , Kaamelott

Beckett semblait vraiment fâché, constata Sybil en contenant son hilarité. Ce n'était pourtant qu'un duel, dans un simple tournoi amical. Il n'y avait pas mort d'homme, et la vie reprendrait comme elle l'était la veille. Mais pas pour lui, visiblement. Elle devait faire preuve d'empathie (héhé) et de compréhension (haha) pour ne pas le vexer d'avantage. Même si il souhaitait que son adversaire se fasse rouler dessus au prochain duel. Son prochain adversaire aurait une mission sacrée, et elle n'aurait pas aimé être à sa place. Quoi qu'il en soit, il fallait bien dire quelque chose. Avec un petit tapotement un peu malaisant de la main, elle tenta de lui remonter le moral.

« T'en fait pas. Y'aura d'autres épreuves ou tu pourras t'éclater. Et en plus tu seras en pleine forme pour les tâches qui suivent, ça te donne un avantage certain. »

C'était d'une logique imparable,et très certainement inadapté. Mais elle n'avait regardé que l'aspect réfléchi de sa remarque, et s'était dit, peut-être naïvement, qu'avec une analyse nette et précise, il pourrait reprendre pied et avoir les idées un peu plus claires.
Puis Taylor allait bientôt arriver, et elle saurait, elle, lui remonter le moral, avec son sourire éclatant et toute l’Amérique derrière elle. A ce petit jeu, elle était infiniment plus qualifiée qu'elle, et très franchement, qui pouvait ne pas aimer Taylor ? Il allait l'adorer. Elle en était convaincue.

« Je ne crois pas ? C'est Hawkins, de gryffondor. Taylor. Tu vas voir, elle est ultra sympa. »

Elle s'apprêtait à poser une suite de question précises et relativement ahurissantes sur le fonctionnement des gif lorsque le serdaigle revint, et la salua. Il avait l'air agréable, cet homme-là, et Sybil se retint une nouvelle fois de rire devant l'absurdité de la situation.

« Bonsoir... »

Elle avait oublié son nom. Oups.

« Et merci. Félicitations à toi. »

La brune leva les épaules en signe d'excuse, et surtout pour noter le fait qu'elle ne pouvait pas se permettre d'être plus loquace avec Beckett-boudin dans les parages. Elle s'apprêtait à libérer la place sans mot dire, mais visiblement, il avait envie de discuter. Sybil nota que ces derniers temps, les gens étaient bien plus enclins à lui adresser la parole, et s'auto-congratula d'avoir l'air plus accessible et plus sympathique que les années précédentes.

« C'est une excellente idée. Personne n'a envie de se faire des ennemis. »

Elle avait lancé cette phrase lourde de sens avec une légèreté incroyable, complètement imperméable au double-sens que recelait sa propre phrase. Elle se décala poliment pour qu'il puisse rentrer dans le groupe, mais fronça les sourcils a l'évocation de Flaherty. Elle ne connaissait pas la jeune femme personnellement, mais avait entendu les rumeurs, qui ne lui avaient pas plu du tout. Si elle n'était pas particulièrement calée en occultisme, elle avait tout de même une opinion assez ferme sur le sujet de la magie noire : c'était à bannir, à tout jamais, et elle se serait fait un plaisir de remplir elle-même les geôles d'Azkaban de ses pratiquants si ses recherches ne lui prenaient pas tout son temps. Mais dans le même temps, elle ne comprit pas l'application du garçon a redorer le blason de sa maison. Serdaigle n'en souffrait pas, selon elle. Seule l'actrice était responsable.

« Beaucoup d'énergie pour pas grand-chose. »

Le regard perdu dans le vide, elle réfléchit à voix haute.

« Si je devais relever la fierté de Serpentard à chaque fois que l'un d'entre eux faisait une connerie, nous aurions du hypothéquer le manoir il y a bien longtemps. Mais c'est noble de ta part. Bien que non nécessaire. »

Convaincue de la pertinence de son avis, son visage se détendit, et elle observa le liquide ambré présent sur la table. Elle ne tenait pas particulièrement bien l'alcool, pour des raisons d'entraînement, mais refusait rarement l'occasion de s'en jeter un petit lorsqu'elle se présentait.

« Elle ne devrait pas tarder. Mais je te préviens, la seconde est pour moi. »

Hors de question de se laisser entretenir de la sorte lorsque l'on faisait partie de l'une des familles les plus puissantes d'Angleterre, même si elle appréciait l'attention. La porte de la taverne s'ouvrit.
Elle vit la nouvelle arrivante.
Elle sourit.
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Jeu 12 Avr 2018 - 12:32

Taylor fouilla dans les tréfonds de sa trousse de maquillage à la recherche de son miroir de poche qu'elle jeta en l'air à peine trouvé, où il resta suspendu en s'agrandissant au passage. Merlin que c'était pratique la magie quand même. Elle s'appliqua alors à essuyer le bord de ses lèvres où un peu de gloss aurait pu couler, avant de réarranger une dernière fois ses mèches blondes. Taylor ne sortait jamais à moitié préparée. Taylor ne faisait rien à moitié préparée en fait.
    (tocarde)
Malheureusement le sort que lui avait lancé Rin durant leur duel ne s'était toujours pas évaporé et ruinait un peu son effet. Finalement après avoir salué ses colocataires qui se préparaient pour le deuxième tour de demain, elles, et leurs avoir promis de ne pas faire trop de bruits en rentrant elle partit rejoindre Sybil.
Toute à son excitation d'être invitée dehors par la serpentarde elle n'avait même pas pensé à lui demander qui était l'ami qu'elle devait rejoindre, persuadée en son fort intérieur qu'un ami de Sybil ne pourrait être que quelqu'un avec qui elle s'entendrait également. Même si son affrontement avec Rin s'était avéré plus proche de la bataille d'oreiller qu'un véritable duel au sommet elle devait avouer que se retrouver confinée sur les gradins pour le reste de l'événement lui avait un peu miné le moral. Elle était heureuse pour chacun de ses amis qui remportait une victoire et triste pour chacun d'entre eux qui perdait, mais ses doigts ne pouvaient s'empêcher de trembler de déception. Taylor détestait la façon dont ce tournoi avait été organisé mais, bon sang, ce qu'elle aimait la compétition.
C'est pourquoi elle était si heureuse d'avoir une excuse pour prendre l'air, sortir voir des visages connus et inconnus et profiter d'un moment de détente dans une bonne ambiance générale. Du moins, c'est ce qu'elle pensait en poussant la porte des Trois Balais et s'enfonçant dans sa salle à la lumière tamisée.
Taylor n'eut aucun mal à repérer Sybil, principalement parce qu'elle se trouvait non loin d'un pull plus que remarquable. Elle sourit en reconnaissant son camarade de pyjama satiné, avant de sentir son sourire vaciller quand son regard se posa sur la personne assise à côté de lui. Campbell. Ah.
Mais Taylor n'était pas femme à baisser le bras (haha) et si elle avait décidé de passer une bonne soirée en compagnie d'amis, ce ne serait pas le serpentard et son agressivité latente qui allaient l'en empêcher. Allez savoir, peut-être même qu'elle finirait par l'apprécier. Enfin, on verrait. De son pas énergique habituel elle se dirigea vers la tablée et posa une main amicale sur la main de Sybil pour signaler sa présence.
    Si c'est ta tournée, je veux bien un soda de branchiflore, dit-elle avec un clin d’œil. Bonsoir tout le monde.
Elle s'assit entre Bertram et Sybil, pas non plus assez enthousiaste pour se mettre volontairement à la portée de Campbell. Elle se pencha vers son voisin, lui glissant avec une absence totale de discrétion et une lueur d'amusant dans le regard.
    Décidément, à chaque fois qu'on se voit ton style vestimentaire ne cesse de m'épater. Avant de se tourner vers les autres. En tous cas félicitations pour vos victoires et désolée pour ta défaite, Campbell. Mais ça fait vraiment plaisir de voir d'anciens et futurs adversaires se réunir comme ça pour boire un verre sans aucune animosité.
Elle ponctua la fin de sa phrase avec un sourire made in America, sans même se douter qu'elle venait de mettre les pieds dans le plat. Étant passée troisième lors de son duel elle avait pu assister à tous ceux qui l'avaient suivis et savait donc qui affronterait qui le lendemain. Il ne lui était pas venu à l'esprit que les principaux intéressés, eux, n'étaient peut être pas au courant.
    (tocarde)
Taylor soupira à cette voix désormais trop familière qui l'insultait dans le creux de l'oreille.
    J'adore Rin, mais vraiment elle a le chic pour se découvrir des talents insoupçonnés que lorsqu'il s'agit de jeter des sorts usants. Mais enfin, c'est comme ça les amis, n'est-ce pas ?
Elle n'ajouta pas que Beckett et Bertram devaient être d'excellents amis pour que le serpentard accepte de passer la soirée avec lui juste après qu'il l'ait battu à plates coutures. Taylor avait eu le malheur d'être une fois meilleure que lui en cours et il avait passé le reste de l'année à la détester depuis. Alors lui mettre une raclée devant l'ensemble de l'école... Elle était sidérée qu'il puisse encore supporter de respirer à moins de cent kilomètres de lui.
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 580
Points : 1292
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Jeu 12 Avr 2018 - 18:40

Gotta drown that disappointment


Moi je m'en fous, je suis hors compétition de toute façon !


Sa bonne humeur, son soulagement, envolé. Taylor Hawkins avait été invitée. Il ne cachait rien de sa déception et de l'horreur que lui apportait cette nouvelle. Supporter la défaite cuisante, et maintenant miss USA ?! Une bière, et vite !

La voilà qui arrive, sa bière, idéalisée fraiche, mais une fois prise en main, ce n'est pas à la hauteur de ses espérances. C'était suffisant. A l'instar de son niveau de sortilège : suffisant, mais pas assez.  L'islandais leva les yeux vers Bertram bien vite cependant. De nouveau ce sourire creux et cet air vide de toute personnalité.

- Tu te justifies encore.


Personne ne le lui avait demandé.
Beckett n'avait rien prévu en invitant Sybil si ce n'est un support et un garde fou placebo. Visiblement, il avait eu une idée de génie : l'attention était portée sur elle, et il pouvait savourer sa boisson en écoutant distraitement les deux intellectuels de la tablée, ruminant dans son coin.
La frustration l'animait et lui soufflait de nouvelles idées. Le hasard et la curiosité l'avaient amené à l'inviter dans la forêt interdite, mais là, le désir de revanche le poussait à prendre une direction toute autre. Malheureusement pour le Serdaigle, l'influence de Yannis sur Beck était bien réelle, et un public rendait ce jeu plus intéressant, et son idée de génie plus grandiose encore; Rien n'avait été prémédité et pourtant, cela aurait pu. Rien qu'une heureuse coïncidence.
Verre en main, il se mit à l'aise sur sa chaise, le dévisageant. Pourquoi ne pas démystifier Bertram Godfrey pour faire passer le temps ? Déstabiliser ce masque qu'il portait, même devant lui ! Jusqu'où irait-il pour protéger les apparences ?
Le jeune homme plissa les yeux. La réputation des Serdaigles ? Depuis quand il en avait quelque chose à faire ? Il sirotait sa bière, attentif au moindre mensonge.

- N'importe quoi.


Il tut son intervention dans sa bièrauberre, relevant plus de l'avertissement à l'encontre de Bertram que le début de la guerre : tout ce qu'il allait dire sera retenu contre lui, tant qu'il sera sobre bien sûr.

Le visait-elle, quand elle parlait de réparer les bêtises des Serpentards ? Non ? Parce qu'il se sentait clairement visé, et cela ne le rendait que plus fier, au fond du regard; il devait préservé cet air furibond qui ne semblait pas vouloir partir avant deux ou trois verres.

Puis la voilà. L'Américaine, qu'il fixait avec insistance quand elle croisa son regard. Non, il n'était pas plus doux envers elle, et la main sur celle de Sybil ne passa pas inaperçue. Il n'en pensa rien, d'ailleurs, bien trop occupé à se demander si le sort ne s'acharnait pas sur sa pauvre personne.
Elle s'installe, rouvre une plaie béante, y ajoute du sel et malaxe le tout. Taylor Hawkins. Il la détestait pour cette raison précise. Elle le prenait à rebrousse poil à chaque fois qu'elle ouvrait la bouche, mais tout le monde la trouve adorable. Elle ne fait aucun effort et tout lui sourit. La liste est longue, et son verre se vide.
Sans animosité... Ah, Hawkins.
Beckett restait d'abord silencieux, prenant son mal en patience et fixant son verre. Ne sachant pas trop pourquoi, il l'aurait bien traité de tocarde. Ou bien s'entrainer à lui lancer un bloclangue. Depuis qu'il la connaissait, l'accent américain lui tapait sur le système.

- Sûrement. Puis je m'en fiche.


Son regard passa de son vers à Taylor, avec un léger sourire irrité, réprimant le plus gros de sa colère, plongeant son regard dans le sien.

- Je ne m'attendais pas à te voir ici, Hawkins.


L'islandais ne savait plus où donner de la tête : Godfrey, ou Hawkins ? Il aurait du mal à s'en prendre aux deux en même temps ! L'occasion de se défouler était bel et bien présente, par contre, cela le rassurait. Le vent avait changé pour le Serdaigle, Beckett allait d'abord s'en prendre à Taylor !
N'avait-elle pas mentionné un soda, tout à l'heure ?

- Tu ne bois pas ? Quelle chance ! Ivre, tu dois être pire...


Il pesait ses mots pour Sybil. Visiblement elles étaient amies, et lui aurait souhaité ne pas nuire à ses propres liens avec la sang pur.
made by LUMOS MAXIMA
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 917
Points : 2131
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Ven 13 Avr 2018 - 0:02

Well that escalated quickly

Bad decisions made with Beckett & Sybil & Taylor

Le regard de Sybil Avery avait l’intensité de celui d’un magyar à pointe. Froide et méthodique, elle avait cette assurance et cette dignité que seule les femmes puissantes peuvent avoir, celle de vous donner l’impression qu’elle pourrait vous foudroyer sans lever le moindre petit doigt. Elle est l’inconnue dans l’équation avec ce ton implacable et ces menaces cordiales, j’ignore comment l’amadouer. Elle me rabaisse et démonte ma justification sans la moindre difficulté, j’esquisse un faible sourire, hochant la tête.


Dis comme ça...Tu as probablement raison.



C’était la meilleure façon de prendre le temps de l’observer. Dire oui. Jouer au con. Vous savez qui d’autre avait le regard carnassier d’un dragon ? Beckett alors qu’il me tacle. Je lui lance un regard forçant une expression passablement neutre. A quoi il joue ? Ses phrases me déstabilisent. Alors qu’il me toise, je me demande….allait-il compromettre notre promesse juste pour une stupide défaite ?  Heureusement que Sybil ne possédait pas le contexte nécessaire pour comprendre ces messages secrets qu’il m’envoyait.Je peux tout raconter. Tu mens. Je le sais.  Voilà ce qu’il me disait, à jouer avec moi, à tenter de me provoquer. Je l’ignore aussi cordialement que je le peux, avec une certaine tension dans la mâchoire quand je souris faiblement.

Taylor Hawkins entre en scène, je l’accueille comme un rayon de soleil après une journée de brouillard : avec un large sourire sincère. Enfin quelqu’un de socialement apte ! Il faut tout de même souligner l’ironie de la situation : l’invité surprise de Beckett avait elle-même une invitée surprise. Egalité, score à zéro.Je sais qu’elle viendra me porter secours : ne serait-ce que par la diversion de son charme. Et cela fonctionne. Alors que Beckett se morfond,  que vois-je pointer au coin de les lèvres de la reines des glaces ? Un sourire, un vrai. Pas un rictus moqueur. Sa personnalité éblouissante avait-elle eu raison de cette carapace stoïque ?

Une drôle de paire…

Mais j’imagine qu’en apparence on pouvait dire la même chose de Beckett et moi. Quoique….vu les regards et les remarques qu’il me lançait...l’amitié était bien en péril et il se délectait de me le faire savoir.

Hawkins ! C’est un plaisir de te voir !



Elle me glisse une remarque sympathique sur mes goûts vestimentaire. Tout sourire j’hoche vivement la tête à cette remarque. Je lui répondrais bien qu’elle a toujours l’air fabuleuse mais elle s’adresse déjà à toute la table. Elle me convaincrait presque que c’était ce que j’essayais de faire et non un prétexte pour pouvoir régler les choses avec Beckett. Le résultat jusqu’à présent ? Peu concluant.

En effet, personnellement je t’ai trouvé vraiment fair play. C’était beau à voir.



Mon regard glisse vers Beckett. Non, cette remarque n’était pas aussi innocente que mon ton candide le laissait paraître.Et tac, peut-être que tu devrais prendre exemple sur elle. Une remarque franchement malpolie et désobligeante lancée à la rencontre. Je toussote pour tenter de masquer ce commentaire. En me levant, la chaise raclant bruyamment sur le sol - exprès.

*Aheum* Bon et bien, je vais vous chercher vos boissons. Avery, de la bièraubeurre, je présume ?



Tentative maladroite de dissiper le malaise dans l’atmosphère, tout en l’ignorant. J’étais coincé, incapable de parler à Beckett comme je le voudrais alors qu’il se montre odieux. Qu’est ce qu’Hawkins a bien pu faire pour mériter un tel traitement ? Je réfléchis à la question en attendant que les boissons arrivent. Je ne peux pas m’empêcher d’y penser...et s’ ils avaient été amis ? D’une dispute, d’un simple désaccord aurait pu naître cette haine ? J’étais perdu. Le Beckett que je connaissais n’était pas amer, ni méchant, ni mauvais. Du moins jusqu’à présent. Est-ce que j’empruntais le même chemin qu’Hawkins ? Est-ce qu’un jour il m’adresserait les mêmes remarques, un lueur méprisante dans le regard ? ….L’avais-je si mal jugé ?

Je ne sais pas.
C’est le problème.
Qu’est ce que je savais  sur lui exactement ?

Je me rappelle, ces précieux moments. Ce que je savais. Et puis à quoi il jouait à insulter de façon aussi flagrante, l’amie de son amie ? C’était complètement stupide. Drôle de stratégie. Beckett n’avait pas de plan, pas de stratégie. Il se contentait de faire ce qu’il voulait quand il voulait, sans songer aux conséquences. Notamment qu’ Avery trouverait cela franchement déplaisant. J’avais besoin de comprendre pourquoi il réagissait aussi violemment. Qu’il réalise ce qu’il faisait. Mais c’était impossible à faire sous les regards de nos camarades.

Et juste comme ça j’élaborais un plan. C’était risqué.  C’était stupide. Il pouvait fonctionner comme échouer. All or nothing . Il me mettrait en péril. Mais la bièraubeurre pouvait servir d’excuse bien sûr. Mais pour l’instant, ça pouvait attendre. Peut-être qu’Avery parviendrait à lui faire entendre raison ?

Je reviens rapidement vers la table, posant leur commande respective devant les demoiselles.

Et voilààà ~ Et si nous portions un toast, hm ? A quelque chose que nous avons tous en commun ?



J’attrape mon verre, bièraubeurre désormais un peu tiède pour le lever avec un sourire d’encouragement espérant être suivi. Je m’éclaircis la gorge avant de reprendre :

A tous les sorciers, qu’ils soient de noble lignée et gardiens de nos traditions,  sang-mêlés qui ont eu le courage de dépasser les frontières...ou encore ces miracles inattendus que sont les nés-moldus.


A tour de rôle, mon regard se pose sur chacun d’entre eux, s’attardant un peu plus sur l’expression de profond ennui de mon complice. Les verres cognent et j’avale une longue gorgée du liquide. Tiède. Pas terrible. Mais j’allais en avoir besoin.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Dim 15 Avr 2018 - 16:35



Well, that escalated quiclky

Sybil & Friends

J'vais vous dire : même si le pays était à feu et à sang, il serait hors de question que j'rate un truc pareil !- Arthur , Kaamelott

Taylor était là, et ce n'était pas pour déplaire à Sybil. La tension entre les deux garçons commençait a prendre une forme concrète, a savoir celle des piques constantes de Beckett qu'il envoyait contre le pauvre Bertram qui se démenait tout seul pour tenter d'assurer un minimum d'ambiance ce soir. Si naturellement elle se sentait plus proche du serpentard, pour la simple raison qu'elle le connaissait, elle n'appréciait pas plus que ça ses incursions vaguement agressives dans leur conversation, et se demanda l'espace d'un instant pourquoi est-ce qu'il faisait la tête à ce point. Ce n'était qu'un tournoi, après tout, une série de joutes amicales : qu'est ce que les gens avaient à se prendre au sérieux à ce point ? Il n'était à aucun moment question de vie ou de mort, et tout ceci commençait a prendre des proportions absolument ridicules. L'ego était fragile, et il ne fallait pas le blesser, d'accord, mais elle visualisait assez mal comment est-ce que quelque chose sans conséquences pouvait à ce point perturber tout le monde. Ce n'était pas comme s'il avait découvert une ancienne civilisation avant de réaliser qu'il ne s'agissait que d'une blague, non ?

Enfin. Taylor était là, et sa bonne humeur naturelle viendrait certainement à bout de toutes ces tensions latentes. La pression de la main sur la sienne détendit un peu Sybil, et elle lui sourit.

« Salut, Taylor. C'est sympa d'être venu. »

Elle fut un peu surprise de l'entendre commander quelque chose sans alcool, mais finalement pas tant que ça, à la réflexion. Il était rassurant d'avoir une future présidente du MACUSA sobre en toutes circonstances. Mais il y avait quelque chose de moins rassurant, par contre, dans cette histoire. C'était Beckett.
Visiblement, les deux se connaissaient, et si Taylor était charmante, comme à son habitude, le serpentard commençait a remarquablement mal se tenir avec elle, en glissant encore une remarque vaguement agressive à son encontre. Et si Sybil ne courait pas après le conflit, il était plus que nécessaire de marquer les limites de la bienséance en cet instant présent, avant qu'il ne se sente autorisé à s'essuyer les fesses avec dans sa colère bougonne.

Le dos bloqué dans une posture très droite, elle se tourna vers lui, et le fixa d'un œil particulièrement noir. Elle prit quelques secondes avant de bien choisir ses mots, avant d'annoncer clairement ce qu'elle pensait de ce qu'il venait de faire.

« Campbell. Ça, ça ne va pas être possible. »

Tout sourire avait disparu. Si il commençait à devenir désagréable avec son amie, elle n'hésiterait pas à lui rentrer dedans après le coup de semonce que la politesse exigeait, qu'il venait présentement d'entendre. Non pas qu'elle n'apprécie pas Beckett. Mais si conflit il devait y avoir, il était important qu'il sache qu'elle se tiendrait du coté de la personne qui se faisait brancher la gueule sans rien avoir demandé.

Une fois l'information transmise, elle se retourna et reprit un sourire de convenance envers Bertram qui lui avait encore moins demandé quoi que ce soit si ce n'était de passer une bonne soirée, et acquiesça à l'évocation d'une bièreaubeurre. Ce faisant, elle articula silencieusement, l'air perplexe.

« Qu'est ce qui se passe ? »

Elle n'avait clairement pas toutes les informations sur cette soirée, et personne ne semblait disposé à les lui donner. Le serdaigle fit son aller-retour en vitesse dans une ambiance transpirant le malaise, et se décida, l'heureux garçon, à porter un toast. Décidément, il faisait tout ce qu'il était en son pouvoir pour que tout le monde passe un bon moment, et elle se décida à l'accompagner dans sa démarche.

« Excellente idée, ...excellente idée. Officiez donc ! »

Il faudrait tout de même qu'elle lui demande son prénom un jour. Poliment, elle écouta le toast, et tenta de ne pas faire de remarques désobligeantes sur celui-ci. Heureusement qu'elle n'était pas si à cheval que ça sur son statut de sang, sans quoi elle aurait déjà fait un carnage, entre le toast innocent, les remarques mal contrôlées et les questions trop franches de ses trois compagnons. Et l'atmosphère se prêtait peu à ce genre de remarques, de toutes manières.

Elle trinqua, et but une gorgée, qui lui fit un peu plaisir malgré l'ambiance pesante. Il fallait faire quelque chose. Et vite. Du coin de l'oeil, elle avisa un paquet de cartes d'un coté du bar, et se souvint d'un jeu, bon enfant, qui permettrait certainement de faire revenir un peu de bonne ambiance dans la soirée. C'était Gabi qui lui avait montré une fois, en imitant leurs parents, sous la tente, et elle se souvint avoir vomi dans son duvet – les enfants de dix ans n'étant pas censés consommer de l'alcool et faire des conneries de ce genre – mais elle se souvenait que ses parents s'amusaient beaucoup avec les Do Vale, à l'époque. D'un signe de main, elle appela la serveuse qui lui amena bien gentiment l'objet de sa convoitise.

« On fait un petit jeu ? Pour se mettre en jambes. »

Sybil ouvrit le paquet et sortit les cartes magiques de leur étui. C'était une variante plus adulte d'un jeu assez commun, mais néanmoins assez amusant lorsque l'on y rajoutait des gages ou un peu d'alcool.

« Je vous explique le principe. L'idée, c'est tout simple, c'est de se mettre en équipes de deux, et d'échanger des cartes a l'aveugle avec l'équipe d'en face pour obtenir une suite de la même couleur. On pioche a chaque début de tour si on le désire, pour compléter sa main. Mais attention, a chaque carte piochée, et à chaque carte échangée, un petit effet s'affiche, un gage ou quelque chose. Et il y a aussi les cartes pinceuses, qui retournent automatiquement dans le paquet lorsqu'un doigt a été pincé. La base du jeu, c'est la coopération au sein de son équipe, et parfois des deux équipes contre le paquet, si le gage engage tout le monde. Vous êtes partants ? »

Et avec un large sourire, animée par la volonté de bien faire et surtout de régler le gros problème entre Beckett et le serdaigle, elle ajouta.

« Allez. Les filles contre les garçons. Que la partie commence ! »
(c) DΛNDELION
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mar 17 Avr 2018 - 23:32

Taylor s'attendait à ce que Beckett se montre odieux et elle ne fut pas déçue.
À peine avait-elle terminé de parler qu'il lui lançait déjà un regard plein d'animosité que son sourire tremblant n'arriva pas à camoufler. Il semblait se tenir car ils étaient en compagnie, mais un sourd aurait pu entendre l'aigreur dans l’infection de sa voix. Elle ne pouvait s'empêcher de s'étonner de sa claire incapacité à masquer ses émotions. Il y avait quelque chose de pur dans cette incompétence. Et d'agaçant. Si tu veux être subtil, fais le au moins correctement.
    - Je ne m'attendais pas à te voir ici, Hawkins.
    - Je ne m'attendais pas à te voir non plus, Campbell.
Taylor sourit, mais elle savait qu'elle ne pourrait pas maintenir les apparences toute la soirée. Déjà Beckett repassait à l'attaque, prenant cette fois son abstinence pour cible. Taylor soupira de lassitude. Elle avait déjà reçu assez de remarques sur ce sujet-là dans sa campagne natale pour savoir exactement quoi répliquer, mais l'intervention de Sybil l'arrêta net.
La sang-pure ne prononça aucune menace, elle ne fit même aucun geste. Mais sa simple injection et le regard qu'elle y associa suffirent à faire mourir toute parole belliqueuse sur les lèvres de Beckett. Peu habituée à ce qu'on la défende, Taylor ne put que la considérer avec admiration, un sourire émerveillé collé au visage. C'est à peine si elle entendit le toussotement gêné de Bertram alors qu'il s'en allait leur chercher leurs boissons, trop absorbée pour assimiler son départ.
Elle n'avait jamais vraiment prêté attention au statut du sang de Sybil. Elle savait qu'il était pur de la même façon qu'elle savait que le soleil se levait à l'est et se couchait à l'ouest ; un savoir acquis mais sans grand impact sur son quotidien. Mais il y avait toujours ces brefs instants où son éducation ressurgissait – quand elle parlait de sa famille, de son avenir, de quelle fourchette utiliser pour manger le poisson – et elle ne pouvait soudainement plus l'ignorer. Sybil savait se faire écouter. Et Sybil savait aussi faire taire les nuisances, pour son plus grand plaisir.
    - Et si nous portions un toast, hm ? A quelque chose que nous avons tous en commun ?
Taylor sortit de ses pensées aux mots de Bertram et leva son verre avec les autres. Son discours était maladroit, sans doute un peu démagogue aussi son esprit de politicien ne put s'empêcher de remarquer, mais il avait bon fond. Le pauvre serdaigle faisait des pieds et des mains pour améliorer l'ambiance remarqua-t-elle et, en prenant une gorgée de son soda, elle décida de le soutenir dans cette bataille. Campbell et son irritation ne ruineraient pas cette soirée, parole de Taylor.
    - On fait un petit jeu ? Pour se mettre en jambes.
    - C'est une excellente idée !
Elle écouta avec attention les règles que leurs expliquait la serpentarde et même si elle n'avait pas tout compris elle se frotta les mains avec excitation. Rapprochant sa chaise de celle de Sybil, elle colla son épaule à la sienne et se pencha avec un air de conspiration comme pour défier les garçons de deviner ce qu'elles avaient en tête. Taylor sentait déjà se réveiller son esprit de compétition et c'est avec un sourire qu'elle tira dans leur première carte. Un huit de trèfle. Une phrase apparut au-dessus du chiffre et elle la lut à voix haute pour le reste de la table.
    - Faire le grand écart pendant cinq minutes. Oh, c'est plutôt facile.
Sans plus de cérémonie, Taylor se leva et se laissa tomber en grand-écart latéral sur le sol couvert de bière, provoquant l'étonnement que plusieurs clients. Ils n'allaient clairement pas passer inaperçus avec leur petit jeu. Elle se félicita un instant d'avoir mis son short en jean et non sa mini-jupe, avant de tourner un sourire éblouissant vers Sybil toujours assise.
    - Tu me rejoins ? Et sinon, c'est à qui de tirer ?
Déjà qu'elle allait devoir rester par-terre pour les cinq prochaines minutes, autant que la partie continue d'avancer.
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 580
Points : 1292
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Jeu 19 Avr 2018 - 1:45

Gotta drown that disappointment


Moi je m'en fous, je suis hors compétition de toute façon !


"En effet, personnellement je t’ai trouvé vraiment fair play. C’était beau à voir."
Bah voyons. Parlons en, du fairplay de la double potion ! Sa victoire arrachée, pire que les guérisons de la ligue pokemon.
Mais cela passa bien inaperçu après le regard de Sybil. Il ne l'avait pas vu venir. C'était pourtant évident, mais il avait parlé sans réfléchir à qui il avait affaire, à part un figurant Serdaigle et Taylor. Il en fallait plus pour lui faire peur; des crocs et des poils, sans doute. Le danger le motivait plus qu'autre chose, et le regard de la sang-pur, s'il l'avait fait tressaillir et intimidé, ne l'ébranlait pas plus. Le jeune homme soutenait son regard, sourcils froncés. L'inconscience de Beckett semblait sans limite, mais derrière ce duel de regard, il y réfléchissait.
Y était-il allé trop fort ? Beck n'en avait pas l'impression. Il s'en fichait vraiment, de savoir si c'était comme ça ou non les amis, ce n'était pas la soirée idéale pour le faire réfléchir à ce genre de questions.
Son regard se posa sur Taylor, pas plus agréable, mais plus hésitant. Elle l'agaçait au plus haut point. Tout le monde l'adorait et la défendait sans qu'elle ne demande de l'aide, malgré les gaffes, son honnêteté, son entêtement ! C'était injuste.

- Désolé. C'était rude.


Beckett était honnête. Il ne regrettait pas, et était plus désolé d'avoir déranger Sybil qu'autre chose.

- Je vais essayer d'être moins désobligeant, alors je t'en supplie, évite de mettre les pieds dans le plat; je ne suis pas venu pour boire un verre sans animosité.
Il continue, en marmonnant: Je sais même pas pourquoi je suis ici...

Il tourna la tête, et observa Bertram au bar, commandant les boissons. Il l'avait "invité" à venir, et le voilà, contre son gré. En plus c'était loin d'être comme leurs excursions... L'élève modèle était de retour, avec une surprise. Miracle ? Né moldu ??
Beckett plissa les yeux, ne comprenant pas trop. C'était un compliment ou une généralisation ? Perplexe, il trinqua, trop confus pour râler. Pour y remédier, il but plusieurs grandes gorgées, avant de s'enfoncer dans son siège et regarder ailleurs. Peut-être que les autres né-moldus étaient des miracles.. Mais lui, clairement, n'en était pas un.

Puis Sybil eut une idée. Un jeu. Beckett tourna légèrement le regard vers la tablée, lachant son verre pour jouer avec le bout de la manche de sa chemise en flanelle. La flemme du matin se traduisait toujours par une chemise en flannelle, souvent tartan, et un vieux jean qui avait vu de nombreuses aventures. Ce soir, il avait eu la flemme, et le seul effort qu'il avait mit dans sa tenue était de choisir une chemise qui rappelait vaguement les couleurs de sa maison commune : sombre, vert-bleu.
Il écoutait les règles d'une oreille distraites, avant de lever les yeux vers Bertram. Equipe, avec lui ? De nouveau, le destin était injuste et ne lui laissait pas l'occasion de se venger de sa défaite.
Premier gage. "Facile", comme le disait Taylor. Beck leva les yeux au ciel. Typique Gryffondor. Puis ce sourire Colgate. Tch. Sybil, c'était une autre histoire. Le manque d'agilité se faisait ressentir, et le Serpentard sourit légèrement, amusé. Elle n'avait pas tenu longtemps bien sûr !
L'islandais cessa de faire bande à part sur sa chaise et s'avança, pour tirer une carte.

- "Laisser la personne à ta gauche envoyer un message à qui il veut sur ton portable"...

Il leva les yeux, dévisageant la personne à sa droite- ou en face, en fait-, Sybil la reine de glace.

- Ton jeu manque de consommation d'alcool non ?


C'était hors sujet, mais une pensée délivrée sans attendre.

- Si on refuse ou rate, on devrait boire. Donc tu devrais boire. Et tu dois me donner ton téléphone.

Beckett sourit innocemment. Et parce que c'était par équipe, il déposa son propre pineapple devant Bertram. Main tendue vers Avery, le jeune homme toisait maintenant le pauvre Serdaigle du regard, et ses cheveux. Il ne les avait pas observé depuis un moment, non ?
Entre temps, le téléphone de la demoiselle était déjà au creux de sa main, mais cela ne semblait pas l'interrompre.

- Il n'y a pas de code.


Comme il était sans filtre, son téléphone n'était pas protégé.
Maintenant, au tour du téléphone ! Il leva les yeux vers Sybil, refermant sa main sur le précieux pineapple avec un large sourire satisfait, qui ne présageait rien de bon. Qu'il aimait la technologie, less memes, et la malice.
Et il ouvrit l'application appareil photo, avant de faire un merveilleux selfie avec une pokerface à ne pas piquer des hanetons, et la mettre en fond d'écran verrouillé. Pour le fond d'écran d'accueil, un très gros plan sur son pokeface.

- J'adore ton fond d'écran. Tu as de bons goûts...

Cela ne s'arrête pas là bien sûr : il ouvre les messages et va directement sur le contact qui l'intéresse le plus en ce moment précis.

" Alors ? Tu fouilles tout mes dossiers ? Tu trouves autres choses que des memes ? Déçu ?"
" (`∀´)Ψ "
"N'oublie pas que tu me dois un chocolat chaud Bertram. Et une victoire."


Une fois ses messages envoyé à son propre pineapple, dans les mains de Bertram, il verrouilla celui de Sybil, le gardant dans ses mains et adressant un nouveau large sourire à la dame. Une fois encore, il n'allait pas rendre le téléphone tout de suite.

- A ton tour ?
made by LUMOS MAXIMA
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mar 24 Avr 2018 - 13:42



Well, that escalated quiclky

Sybil & Friends

J'vais vous dire : même si le pays était à feu et à sang, il serait hors de question que j'rate un truc pareil !- Arthur , Kaamelott

Sybil grinca vaguement des dents en regardant la première carte tirée par Taylor. Il leur faudrait des trèfles, et elle conclut rapidement que les possibilités de suite étaient immenses et que le chiffre était juste. Le gage, par contre, ne lui faisait aucunement plaisir, et elle allait émettre un commentaire lorsque Taylor se leva et effectua, les doigts (métalliques) dans le nez, un grand écart comme si elle avait fait ça toute sa vie. A la réflexion, elle avait sûrement fait ça toute sa vie. Mais c'était loin d'être le cas de la serpentard. Avec un vague mouvement de recul, elle croisa le regard des autres clients du bar qui regardaient, impressionnés et surpris, la performance de son amie, et tenta, la mort dans l'âme, de faire la même chose.

Dans un équilibre incertain, elle émit un petit couinement de douleur en trouvant assez rapidement le point ou sa souplesse s'arrêtait pour faire place à la blessure évidente, et entendit un vague bruit de coutures tirées ne lui indiquant pas grand chose de bon. Quelque chose allait céder, et elle n'avait pas l'intention de découvrir quoi. La voix tordue par la tension de ses écarts, elle gronda.

« Désolée, Taylor, mais je n'ai pas ton talent. Si je descend plus, quelque chose va craquer, et que ce soit mon jean ou une partie de mon corps, ça va pas être possible. »

Avec une moue déçue, évitant soigneusement les regards braqués sur elle, elle se redressa maladroitement et ravala un petit « ouin » douloureux. Encourageant d'un geste relativement malaisant à base de deux pouces levés vers le ciel son équipière, elle se rassit pour reposer ses jambes, et regarda Beckett tirer sa carte. Elle sortit, bonne joueuse, son téléphone, avant de regarder son collègue d'un air circonspect.

« C'est vrai. Mais ce serait dommage de rentrer saouls à Poudlard. Je bois une gorgée maintenant, mais pas question de finir ivre morte. »

Sur ces mots, elle but une gorgée raisonnable de bièreaubeurre et tendit l'engin à Campbell, qui lui fit remarquer naturellement qu'elle n'avait pas de code dessus.

« Pourquoi faire, un code ? Ce n'est pas comme si quelqu'un allait me voler mon téléphone, Beckett. »

Drôle d'idée. Dans le même temps, Bertram demanda, avec le téléphone, à prendre une photo d'elle et Taylor, et elle s'exécuta avec plaisir. Avec un sourire sincère, elle demanda poliment à Beckett s'il était possible de lui envoyer une fois la soirée terminée, et ce fut à son tour de tirer une carte. Un trèfle, s'il vous plaît, un trèfle...
Le neuf de carreaux sortit, et elle pinça les lèvres en lisant le gage qui s'affichait.

« Nous devons....faire la poule chaque heure ? »

L'air interdit, elle regarda le texte de la carte fixement, avant de comprendre exactement ce qu'on attendait d'elle. Elle regarda l'heure au mur, puis la table, avant de battre mollement des coudes repliés en forme d'ailes.

« Cooot...cotcotcotCODEEEEEEEEEEEC ! »

C'était la honte, absolue, et elle but une gorgée de bière tout de même pour effacer de sa mémoire l'instant particulièrement malaisant qui venait de s'ensuivre. Avec un geste de la main, elle pointa le serdaigle.

« A toi. »
(c) DΛNDELION
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 917
Points : 2131
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor Mer 25 Avr 2018 - 10:56

Well that escalated quickly

Bad decisions made with Beckett & Sybil & Taylor

Le regard féroce du Magyar à pointes impose le respect et apparemment métamorphose les serpentards grognons en agneau dociles. J’en perds mes mots. Je connaissais la réputation d’Avery, elle forçait le respect avec cette attitude royale que possédaient les sangs-purs. Seulement, après avoir fréquenté les mêmes bancs que Beckett Campbell pendant 8 ans, je sais qu’il répond mal (voire pas du tout) à l’autorité. En tout cas pas comme ça. C’est autre chose que je suspecte.

Mon discours n’a pas l’effet escompté, surtout pour le principal intéressé qui semble se renfrogner encore plus. Raté.

Le sauvetage de la soirée ? On le doit à Avery, qui propose un jeu simple mais amusant que nous accueillons tous avec un certain enthousiasme. Les filles contre les garçons. Je les regarde se préparer à nous plumer, envieux de leur complicité alors que le courant passe mal entre mon ami et moi. Et comment cela aurait-il pu en être autrement ? Il était furieux d’avoir perdu, blessé dans son égo et en plus...j’étais forcé de jouer ce personnage insipide pour qui il n’éprouvait que de l’indifférence.

C’est à Hawkins de commencer. Elle sort le défi du grand écart qu’elle accomplit les doigts dans le nez. Elle a du cran - et de la souplesse - pour le faire au milieu d’un bar un peu sale. Sincèrement impressionné, je ne peux retenir un applaudissement poli face à une telle démonstration de gymnastique #impressed. Je ne suis pas le seul apparemment car dans la salle, Hawkins se fait remarquer, quelques rires, exclamation de surprise s’ensuive. Pour Avery, la tâche est plus compliquée et elle abandonne. On ne peut pas tous être Taylor Hawkins, chacun ses talents.

Quand Beckett annonce le défi suivant, je dois sortir ma meilleure pokerface pour ne pas trahir ma panique. Passer mon téléphone ?! Les photos avec Beckett, les messages d’Aspileur j’en avais supprimé la plupart mais quand même...j’en aurais transpiré de stress juste avant de me rappeler avec soulagement que les défis se faisaient pas équipe, et donc, mon pineapple pouvait rester sagement dans ma poche. Ouf

J’admets qu’ajouter une “pénalité” serait judicieux en terme d’enjeu.



Je défends son idée, faible tentative pour retourner dans ses bonnes grâces. De plus, cette pénalité me permettait de refuser un défi un peu trop intrusif en cas de besoin. Et puis je vois clair dans les intentions de Beckett : il voulait rendre Avery ivre. C’était cohérent. Il l’avait invité, elle avait ce pouvoir sur lui, il souhaitait la voir saoule. Je lui lance un regard en coin. Je me demande si lui-même en a conscience, avec son sourire goguenard.

Je m’empare du téléphone si généreusement posé devant moi - le geste ne m’avait pas échappé. Il aurait pu me le donner, le poser dans ma main, mais non. Posé devant moi. Message reçu. Je retiens un soupir et je m’arme de ce léger sourire hypocrite que j’arbore toujours. Un sourire doux et menteur. Un calme et un détachement artificiel.

Merci. Voyons voir….



Liste de contact, messages - tiens qui était Darkwizard666 qui devait passer ses BUSES ? Apparemment je n’étais pas le seul à partager des secrets avec le fauteur de trouble. Des gifs. Des memes. Des applications de jeux...Mes propres messages qu’il avait bien reçu et lus, restés sans réponses.  Et puis trois nouveaux messages. J’hésitais à les lire avant de réaliser qu’il s’agissait de Beckett via le téléphone de Sybil. Un sourire fugace étire le coin gauche de mes lèvres. Un soubresaut. Des étincelles chaleureuses dans ce vide caverneux.

Evidemment que tu vas l’avoir ton chocolat. Un jour. Peut-être.
Pour la victoire par contre...tu peux toujours courir.


Et pourtant, j’évite délibérément de le regarder. Suis-je un peu fâché ? Pourquoi ? Parce qu’il avait invité Avery  afin de me mettre dans une position compromettante? Pour ces messages sans réponses ? Pour sa mauvaise foi ? Un peu oui. Je lui répondrai bien que j’ai trouvé son dossier de dickpics - juste pour qu’il doive expliquer à Avery de quoi il s’agit. Ca serait hilarant, n’est-ce pas ? Mais ma consommation en bièraubeurre ne justifie pas encore ce genre de mesquinerie. Alors je choisis de l’imiter, ne daignant pas lui envoyer une réponse et à la place :

Serrez-vous un peu les filles, je vais prendre une photo….Impeccable. Dîtes cheese ! Voilà... et je l’envoie à Avery ~



D’une certaine façon je n’avais pas respecté le gage. Je  n’avais pas envoyé de message à proprement parler. Une gorgée de bièraubeurre pour célébrer ce petit méfait alors que je continue d’éviter de regarder mon camarade. Je pose délicatement son téléphone devant lui.

Le gage suivant m’arrache un éclat de rire. Avery se prenait vraiment au jeu et c’était rafraîchissant de voir qu’elle n’était pas aussi sérieuse et austère qu’elle le paraissait.

Tiens Hawkins, n’est-ce pas toi qui possède une poule ?



La poule de luxe du cours de divination n’avait pas échappé à mon attention.

Elle me désigne comme le suivant et je pioche une carte.

C’est un peu déroutant d’être assis juste à côté de Beckett. D’abord parce que, malgré des années de cours en commun, je ne m’étais jamais assis à côté de lui. Moi tout devant, lui tout derrière, incompatibles. Et puis aussi parce que je devais faire l’effort de pas lui accorder un seul regard.

"Miroir Miroir ! Fais exactement les mêmes gestes que la personne face à toi pendant un tour "

Et en plus la carte piochée est absolument incompatible avec la précédente, force du destin, c’était mal parti.  Je répète donc la formule et me voilà à imiter les mouvements de Taylor Hawkins. Je lui demande à moitié sérieux :

S’il te plaît, ne fais pas le grand écart.



Et je me retrouve à devoir imiter des gestes soit impossibles, soit trop embarrassant. Mon visage se décompose alors que je me cache dans mes longues mèches de cheveux. Et je bois. beaucoup. Mais j’imite son geste alors qu’elle pioche une carte.


DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Contenu sponsorisé
Re: Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor

Well, that escalated quickly | Bad decisions made with Beckett, Sybil & Taylor
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» du russe swiss made…?!?
» Made In Asia 2
» Made In Asia
» Japan Expo made in Belgium
» Collier "home made"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: