AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Mephisto I. Flemming
ravage et fléau des hommes
avatar

ravage et fléau des hommes

Messages : 69
Points : 123
MessageSujet: ❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭   Lun 1 Mai - 10:09



milf

middle finger up if you don't give a fuck

Le choixpeau a quelques questions pour commencer...

mephisto isaak flemming, qu’on apostrophe de leto (cf. letum) ou de salaud, est un sorcier de sang-mêlé âgé de dix-sept ans, actuellement en septième année. venant de la profonde campagne bouseuse de la grande-bretagne, quand bien même il daignerait vous énoncer le nom de son village, vous ne sauriez pas de quoi il parle. alors disons simplement qu’il vient d’un coin perdu dans le trou du cul du monde de l’angleterre, entre deux poils bien drus. sinon, plus tard, il a envie d’ouvrir un bar où l’alcool coulerait à flot, où la musique résonnerait à fond mais surtout où il pourrait se taper les serveuses les plus mignonnes de son personnel. grand rêve, ah ! non plus sérieusement, il passerait juste son temps à pogoter avec les habitués. donc forcément, il a pris les droits et le commerce magique, il a choisi la douloureuse langue des gobelins, le gobelbabil — honnêtement, il regrette de tout son âme — pour pouvoir magouiller avec eux plus tard, et il a en plus de cela, l’occultisme. il a, sinon, rayé l’étude des moldus (qu’est-ce qu’il foutrait dans ce cours ?) et les soins aux créatures magiques (leurs beuglements le rendent hystérique) pour alléger son emploi du temps. d’ailleurs, en ce qui concerne les moldus et les cracmols, il comprend pas trop. c’est bien mignon de faire preuve de tolérance mais ça va un peu trop loin. la présence des cracmols au sein de l’établissement, à la limite, il appréhende. les moldus, par contre, total trou noir. mais ce n’est pas son école, donc pas sa responsabilité.

donc pas sa merde.



Il est temps que tu apprennes la différence entre la vie et les rêves.





sa baguette magique est en bois d’aubépine, composée d'une ventricule de magyar à pointes. elle mesure trente-deux centimètres, cinq millimètres et semble très flexible. la forme de son épouvantard est assez nébuleuse. il y a tout d'abord les railleries de ses camarades, suivie de près par sa génitrice — qu'il imagine élancée et brune — lui infligeant un doloris après un cruel discours comme quoi il n'aurait jamais dû naître. Vient enfin le trou noir ; un vortex impressionnant qui l'aspirerait tout entier. son patronus est un chat d'iriomote. face au miroir de risèd, il s'imagine un monde où il aurait été un enfant normal, dénué de pouvoir et d'appartenance au monde magique et où, le couple moldu l'ayant adopté aurait été ses vrais parents. devant une potion d’amortencia il sent l'odeur de la lys accouplée à celle du jasmin, avec une légère note d'amaretto et d'herbe séchée. sa matière favorite est sans aucun doute le quidditch. qui n'est donc pas une matière. en dehors de sa passion pour ce sport, il adore les cours de divination. non pas pour la matière en elle-même, mais plutôt pour les fous-rires que lui provoquent ses discussions incohérentes avec faust. mephisto aime les suçacides, bien qu'il se retrouve systématiquement avec un trou dans la langue. la créature qui l’inspire le plus est le sombral, qu'il ne peut voir et suscite une curiosité obsessionnelle chez lui. un corbeau femelle du nom de Lucie (diminutif de Lucifer) fait office d'animal de compagnie, lorsqu'elle daigne rentrer dans sa cage ou même se montrer.


where do the bad folks go when they die? they don’t go to heaven where the angels fly

la misère empeste ses nuits, l’angoisse se manifestant au fond de la carcasse de manière disparate et indistincte. morphée le nargue de sa poudre dorée, lui qui cauchemarde tout éveillé ; et c’est souvent une bouteille d’alcool nichée dans les veines que mephisto ferme les yeux, dans les tripes une peur bleue. de ne plus savoir, de ne pas se connaître, de ne pas être assez. c’est la leitmotiv dans le crâne d’être raté, défectueux, machine à laquelle il manque des boulons ; cette succession d’épouvantes venant submerger — infester — son âme de gangrené. et tard le soir, il blasphème les moires de son destin d’infortuné, il implore au ciel étoilé de reprendre son existence empoisonnée. c’est pourtant dans des supplications sans écho qu’il finit seul dans ses pleurs in flagrante delicto. et mephisto en veut au monde, l’acrimonie animant son corps de débraillé. il raille, déraille, crie et hurle ; les poings contre les murs, les coups contre le vent. la langue perfide, avide d’un coupable à désigner, il frappe jusqu’à ne plus pouvoir s’entendre penser, il tape jusqu’à ne plus s’écouter geindre et poignarde l’ombre assassine de ses maux. car le sang bouillonne au creux de ses doigts, la haine fermente au coin de ses yeux. mais derrière le chagrin qui s’encrasse et le noie, il s’adonne au sourire telle une seconde peau. de ses plus jolies parures il ose se pavaner devant le clabaudage enragé qui l’accable et l’étouffe, lame infectée cachée dans le dos, prêt à bondir sur le premier à calomnier. car c’est dans l’adrénaline que s’efface ses peines, c’est dans les flammes embrasées que l’étincelle brille au fond des globes oculaires.

et c’est devant la souffrance des autres qu’il se sent revivre, leto.

l'esquisse traître à la commissure des lèvres, il se consacre à expérimenter le monde comme une pièce de théâtre — où il ne parviendrait même pas à en devenir le personnage principal. alors rien n'a d'importance, car qu'importe les actes d'une vie, on se retrouvera tous dans le même enfer dix pieds sous terre.



c’était comme si un poids l’avait affligé toute sa vie durant, tel l’albatros du vieux marin ou le rocher de sisyphe, pour s’évaporer subitement sans bruit.

Mephisto est le bâtard d’une antiquité poussiéreuse et d’une servante violée. Parfois, il se demande encore comment le millénaire vétéran a pu féconder. Bien entendu, le scandale fut évincé des journaux sorciers ; éloigné des gens trop curieux. Un secret de famille bien gardé parmi tant d’autres chez les Blackwell. Le nourrisson né de cette liaison sinistre ne fut pas épargné. Aujourd’hui étranger dans l’arbre généalogique, où son existence se résume aux rumeurs qui daignent encore courir, on l’a chassé de cette famille de consanguins la nuit même de sa naissance. Il n’a jamais vu sa mère, n’a jamais su ce qu’elle était devenue dans cette histoire macabre. Un coup d’oubliettes dans la cervelle avant d’être, également dans la nature, abandonnée ? Devant l’interrogation, il hausse des épaules. Après tout, il ne la connaissait pas.

Ou alors, c’est ce qu’il aimerait se prétendre à croire.

Par la bonté, l’humanité et la clémence d’AA, il survécu. AA comme Anastasia et Aaron Flemming, et non Alcooliques Anonymes, un couple moldu qui n’avait rien à faire dans les alentours, ce soir-là. Ils l’ont adopté après des annonces et une enquête vaines — la bonne vieille magie, cette prostituée aux enjolivures argentées — et l’ont rebaptisé Isaak, malgré l’étiquette posée sur la couverture le bordant. Et Mephisto a grandi dans un environnement loin du surnaturel et de la sorcellerie. Les champs, les prairies, les vaches au regard vitreux, le bousin qu’elles produisaient ; c’était son univers, ses références. Il savait traire une bovine, soigner une poule, changer les sabots des chevaux, mais définitivement pas manier un bout de bois enchanté.

Mais c’est ce qu’il dû faire. Et rapidement.

Car le temps le rattraperait, le mensonge et l’illusion de sa vie exploseraient. Et c’est ce qui se produisit, lors de sa rentrée. Des mots, des murmures, des messes basses à son égard. On le pointe du doigt telle une bête de foire. Mais Mephisto ne comprend pas, n’y comprend rien. Mise à part sa dégaine de clochard, il n’a rien à se reprocher. Mephisto est le parfait petit moldu ignare et émerveillé devant la féerie de Poudlard. Rien de moins, rien de plus. « Le bâtard des Blackwell. Un vieux dégénéré qui n’a plus toute sa tête et une domestique. Pourquoi a-t-on révolu l’époque de l’esclavage des elfes déjà ? » Et les rires, les moqueries qui bourdonnent contre son crâne. Alors oui, il dû faire face à la cruauté et à la mesquinerie de ses camarades. La vérité, également. Celle qui broie de l’intérieur, asphyxie les poumons et stoppe la pulsation sanguine du cœur. « Hé, tête de bite. Furunculus. »

Car il faut bien que quelqu’un s’occupe de ces langues de pute.

Alors Mephisto prononce des maléfices comme il susurrerait des mots doux, il insulte de toute sa superbe et inspire la terreur dans toute sa splendeur. Car Mephisto s'adapte, évolue. Entre les fils barbelés de cette société maussade, il se faufile et rit au nez au monde entier.

Prince déchu des Blackwell, il saura redorer le blason et le sang s’écoulant entre ses artères.

sdf



slt j'ai bâclé mon histoire — ma fiche — j'ai zéro regret & le duo leto et faust in coming pour niquer vos ass




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aileen E. Scamander
Directrice
avatar

Directrice

Messages : 64
Points : 57
MessageSujet: Re: ❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭   Lun 1 Mai - 17:10

Ouaou.

C'est la seule chose que j'ai à dire. C'est bien la première fois que je vois une fiche si... Mhm délicieuse à lire tout en étant courte.

J'adore Leto. Vraiment. C'est ce genre de personnage qui donne envie de le stalker et de lire tout ses rps. Et cette plume mon dieu mais je n'en peux plus. Beaucoup trop de perfection en toi.

Ne te manque plus que  la baguette, l'épouvantard etc et ce sera bon ❤
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aileen E. Scamander
Directrice
avatar

Directrice

Messages : 64
Points : 57
MessageSujet: Re: ❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭   Lun 1 Mai - 22:02




Bienvenue sur Dabberblimp !

Mon dieu, le fil à retordre que tu m'as donné pour te placer. Finalement ce sera gryffondor après réflexion !
Pourquoi les rouges ? Mephisto c'est l'audace en excès celle qui lui fait aller contre vents et marées qui va le pousser à aller par-delà tout. C'est un peu le mec je m'en foutiste qui sait qu'il n'a absolument rien à perdre parce qu'au final, il a déjà perdu absolument tout. J'ai hésité avec Serpentard mais il lui manque l'ambition et la capacité à arriver à ses fins. Là ou un serpentard est un couteau parfaitement aiguisé qui a une cible bien définie, Mephisto est plutôt du type grosse massue à frapper sur tout ce qui le gène, à dégager tout de son passage avec fierté et arrogance.

Bref ! J'ai a-do-ré ta fiche mon dieu j'en peux plus de ce talent ;; Du coup tu es validé va faire ta fiche de rs ton phone, club et postes aussi et hop hop hop go rp. Fallen te rendra une petite visite ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭   

Revenir en haut Aller en bas
 
❬ i don’t want to waste my life with stories that in tears or nightmares always finish ❭
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hinhana waste ! (Bonjour !)
» U don't know me
» Don't Look Up / Shoot
» [LIGHT NOVEL/ANIME/MANGA] Boku wa Tomodachi ga Sukunai
» Don’t Be Afraid Of The Dark Diorama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: 
Ceremonie de repartition
 :: Fiches validées
-
Sauter vers: