Describing love can't be this tough. ft Andy

Aller à la page : 1, 2  Suivant
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Describing love can't be this tough. ft Andy Lun 1 Mai - 19:51

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Tu ères.
Solitaires.
Dans les couloirs.
Avec ton uniforme jaune et noir.
Observant à droite et à gauches les tableaux.
T'arrêtant de temps à autre pour discuter avec certains d'entre eux, les plus sociables et les plus agréables.
Sans t'en rendre compte tu gravis les marches et les étages.
C'est au détour du chemin qu'elle apparaît.
La Salle Sur Demande.
Sa connaissance est connu de tous.
Sa géolocalisation par contre…
Elle est purement aléatoire.
La seule chose que tu peux constater Felix, c’est que depuis ton arrivé à Poudlard alors que tu avais onze ans, c’est déjà la seconde fois qu’elle se présente à toi.
La première fois tu ne souviens plus vraiment de pourquoi.
Qu’est-ce que tu cherchais ?
De quoi avais-tu besoin ?
C’était exactement les mêmes questions que tu te posais en ce moment, tout en fixant l’imposante porte en bois.
Tu pourrais passer ton chemin, mais tu décides de rentrer.
Au fond, si elle est apparue, c’est que tu as besoin de quelque chose qui est à l’intérieur non ?
Sûrement.
Tu as l’impression de revenir des années en arrières.
L’endroit n’a pas changé.
Même la poussière semble être exactement la même.
Pas plus.
Pas moins.
Tu slalomes dans les rangées d’objets empilés.
Plus le temps passe, même si tu as l’impression qu’il ne t’atteins pas de là où tu es, tes souvenirs refonds lentement surfaces.
Tu cherchais une cachette.
Une plaque pour ne pas rentrer pendant l’Été.
Un endroit où tu ne subirais pas Ramsay.
La salle était apparue.
Mais le jour J tu n’as pas pu t’y rendre…
Tu n’arrives pas vraiment à te souvenir de pourquoi.
Tu soupires et hausse des épaules.
Le regard fixant la cime des étagères et des piles.
Doucement tu te dégages d’un chemin étroit.
La lumière est soudainement plus vive.
Tes yeux se posent sur l’horizon.
Rouge.
Feu.
Andy.
Ton cœur trébuche.
Ton souffle se coupe.
Pendant quelques secondes tu reste immobile.
Au moment où tu te décides enfin à faire un pas dans sa direction, tu butes sur un truc et un grimoire tombe jusqu’au sol avec fracas.
Elle pivote paniquée vers toi.

Désolé.

Tu es gêné.
Délicatement tu te baisse pour ramasser le bouquin et le reposer à sa place.
Quand tu te redresses t’es toujours aussi mal, pourtant ta langue semble avoir des trucs à dire.

Qu’est-ce que tu fais là ?

Tu secoue les mains.
Comme pour lui dire d’oublier ta question.
Absolument ridicule.
Lentement tu avances vers elle.
Au centre de la pièce.

Tu devais chercher un truc… moi aussi, enfin, je n’ai pas la moindre idée de ce que ça peut bien être !

Un rire nerveux t’échappes.
Tu es juste en face d’elle maintenant.
Et tu souffles doucement, comme si c’était un secret :

Mais je crois que maintenant je sais…

Je crois que je l’ai trouvé même.
Je crois que c’est toi.
Que je cherchai.
Andy.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Lun 1 Mai - 21:51


feat. Felix Bae Le Chat

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


Le cours de botanique est terminé. C’était le dernier de la journée. De ta journée. Alors que les autres se dirigeaient vers le cours suivant, tu fis demi-tour. Ton esprit ne contrôlaient plus tes jambes qui s’élançaient telles des aiguilles à tricoler parcourant un paysage de coton. L’horizon se déforme sur ton passage. Le souffle haletant, l’air s’engouffrait comme un ras de marrée dans ta gorge. Ce n’était pourtant pas ton genre de sécher les cours Andy, mais tu n’étais pas d’humeur à te concentrer, à  écouter, à les ignorer.

Sa présence t’avait déstabilisé. Vos regards s’étaient à peine croisé, comme d’habitude. Toi qui était d’habitude si active pendant la classe, tu n’avais plus levé le bras. Tu étais restée quasi immobile, absente. A cet instant, tu désirais désormais t’enfuir, trouver un endroit pour te cacher pendant l’heure. Tu justifierais une maladie.

Alors que tu errais dans les couloirs du septième étage en quête d’existence, tu t’arrêtas et t’appuyas dos à un mur, essouflée. Dans ta tête, tout ton fil de pensées se mélangeait et formait une sorte de noeud de nervosité. Les mains jointes entre elles, tu murmurais dans ta tête : Je veux juste un endroit pour passer l’heure.. J’ai besoin de me cacher, j’ai besoin de me cacher…

Silence. Tu entendis des élèves au loin dans les escaliers. Soudain, quelque chose se mit à bouger derrière toi, provocant un sursaut presque ridicule. Une porte se formait peu à peu dans les parois rocheuses contre lesquelles tu te reposais quelques secondes plus tôt. Intriguée mais téméraire, tu décidas de la franchir, dévoilant une pièce tellement étrange et imposante qu’elle t’en coupa à nouveau le souffle.

On aurait dit que tous les objets se cachaient ici depuis l’éternité. C’était comme si l’école t’avait entendu. Magique.
La porte se refermit, à peine entrée, ne laissant que le même mur de tout à l’heure. Mais tu n’avais pas peur. Tu savais intérieurement que tu n’avais qu’à l’exiger pour pouvoir t’en échapper. Parcourant avec curiosité la grande allée de cette salle, tu te penchais sur divers objets, avant de trouver un petit livre posée sur une boite à musique. Alors tu l’ouvris, te plongeant dans ses lignes. Tellement absorbée que tu n’avais pas entendu la porte s’ouvrir pour quelqu’un d’autre.

Le hasard fait bien les choses. Poudlard ne connait pas le hasard. C’était lui. La salle s’était ouverte pour lui. Alors que tu désirais te cacher. De tous. Sauf de lui ? Poudlard pouvait deviner et lire ce genre de pensées secrètes, enfouis, honteuses ?
Il s’excuse d’abord. Tu rougis.


“Bonjour, Felix Gaunt.”

Tu reposes le livre ancien sur la boite à musique, qui s’ouvre à cause de la pression de l’objet et dévoile une mélodie saturée, grésillante, presque flippante.

“Je.. Je ne sais pas. Une porte s’est ouverte alors que je me trouvais.. devant. Et. Je suis entrée.” Tu parlais lentement, le regardant droit dans les yeux comme si tu avais peur qu’il te jauge.

“Et toi ? Qu’est-ce que tu fais ici ?” Une demande machinale, pour dissimuler ta gêne. Tu ne savais pas si c’était le destin, qui vous mettait l’un face à l’autre après toutes ces années. Mais il ne pouvait en être autrement.
Il déclare ne pas savoir ce qu’il ne savait pas vraiment ce qu’il cherchait. Et dans un murmure, il ajoute que maintenant il le sait.

….

Il ne fallait surtout pas t’emballer, calmer le coeur qui tambourinnait dans ta poitrine. Tu allais faire une attaque sûrement. Tu t’approches de lui et dépose un baiser sur sa joue. Tu aurais voulu mourir. Tu es en train de mourir.



Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mar 2 Mai - 17:07

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Mélodie.
Grésillante.
Se répercutant.
Ta langue s’agite.
Elle parle sans te consulter.
Les mots passent tes lèvres.
Les phrases se forment dans ton esprit et sortent naturellement, sans passer par la case « décision ».
Qu’est-ce que tu pouvais bien chercher dans ce fouillis qu’est la Salle Sur Demande si ce n’était elle ?
Tu as l’impression que ce n’est plus vraiment toi qui parle Felix, mais ton cœur.
Ton cœur et ses raisons qu’ignore ta propre raison.
Le temps est en suspens.
Pourtant elle s’approche.
Ton souffle est court.
Tu te demande si tu n’es pas en apnée.
Ses lèvres se déposent sur ta joue.
Un fourmillement te traverse.
Et tu as soudainement chaud.
Trop chaud.
Ton cœur s’emballe.
Les pensées s’emmêlent.
Ta peau se met à brûler tellement tu rougis.
Tu voudrais la retenir.
La serrer contre toi.
Tu voudrais tellement que tu ne sais plus par quoi commencer.
Tes paupières tombent devant tes yeux.
Tu inspires un grand coup.

Il y a quelque chose entre nous et…

Une expiration.
Un murmure.
Une pensée à voix haute.
Tes yeux s’ouvrent à nouveaux.
Ils se perdent dans les siens.
Il y a quelque chose entre nous et…
Je ne sais pas comment l’expliquer.
Je ne sais pas ce que c’est.
Mais c’est là.
Il faudrait être fou pour ne pas le voir.

Soudainement tu tapes dans tes mains.
Tes lèvres se pincent.
Ton regard se décroche du siens.
Tu balance ton poids d’une jambe à l’autre.
Nerveux.
Gêné.
Mais finalement tu trouves des mots.

C’est la Salle Sur Demande ici.

Inspiration.
Expiration.
Ton rythme cardiaque ce calme.

C’est une pièce qui n’apparaît pas souvent, en fait, qu’à ceux qui son à la recherche de quelque chose qu’elle peut leur offrir. Faut être un peu chanceux en fait…

Tu regardes autour de toi.
Fuyant son regard qui pourrait te faire chavirer.
Une fois de plus.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mar 2 Mai - 23:26

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


Pendant un instant, il était en ton pouvoir. L’espace d’un instant.. il t’appartenait. Il n’y avait que vous deux, et tes lèvres purpurines sur sa joue en feu. Tu le sens. Ce contact te réchauffe, car sa peau est aussi brûlante que la tienne.
Il y a quelque chose entre nous. C’est une révélation qui ne t’apprend rien. Tu le savais déjà au fond de toi, tu le sentais. Mais alors qu’il était aussi prêt de toi, que ses lèvres te criaient de les embrasser, de les embraser d’un baiser enflammé, tu n’eus même pas le courage de l’enlacer.

Pourtant, tout ton corps de jeune femme le réclamait. Comme une idylle que tu n’avais cessé de fabriquer depuis tant d’années. Le coup de foudre ? Tic, tac. Le temps s’est perdu et tu le regardes comme s’il allait partir à nouveau demain. Il te semble inaccessible. Comme derrière une vitre de glace invisible. Mais pourtant.. tu l’as touché. Et le temps s’est arrêté, figé pour cet instant. Et les aiguilles se sont remises à tourner. Inexorablement, vos destins vous séparent.

“Je.. Je ne sais.. pas ? Je pense pas. Enfin.. Tu, moi.. Nous. Je suis.. moi ? Et tu es toi.”
Tu n’arrives pas à finir tes phrases, tu es confuse. Tu aimerais.. mais tu sais bien que c’est impossible. Alors tu feins un sourire un peu triste.

“Je ne pense pas qu’une famille de sang-pur accepterait.. enfin..” tu es mal à l’aise, tu entortilles tes longues mèches rousses dans tes doigts. Cette fois, c’est toi qui fuyait son regard. Ta voix est enrayée, couvrant le son de la boîte à musique. — “quelqu’un comme moi.”

Il change de sujet, parfait. Tu sautes sur l’occasion pour reculer un peu, fermant la boîte à musique qui devenait un souvenir temporel de la scène précédente.

“Etrange.. n’est-ce pas ? Qu’elle se soit ouverte à ce moment là.” Ton sourire est doux, amer. Tu tournes sur toi même, lentement, pour observer le gigantisme de tous les objets qui devaient être entassés ici. Vous vous trouviez entre des colonnes de souvenir.
Tic, tac. Crack. Le temps s’est encore arrêté. Il ne peut y avoir de continuité quand on nage à travers la mémoire.

“J’avais demandé secrètement un endroit pour me cacher. Me cacher de tous. Etre seule. Mais la salle.. a du comprendre.” Tu déglutis. “Elle a du comprendre que je ne voulais voir personne à part toi, Felix Gaunt.”


Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 14:06

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Ils te perdent.
Ils te surprennent.
Ils te fond mal.
Ses mots.
Quelqu'un comme toi.
Quelqu'un comme moi.
Tu sais la différence.
On te l'as apprise Felix.
Mais tu ne veux pas la voir.
Parce qu'elle est injuste.
H y p o c r i t e
Quand tu te retrouves dans cette situation avec Andy, tu t'imagines ta mère, des années auparavant, en face de ton père.
Devant prendre une décision.
La famille.
L'honneur.
Ou le cœur ?
Ton choix est bouclé depuis longtemps.
Tu t'opposeras toujours à lui.
Tu prendras toujours le parti opposé.
Mais à quel prix ?
Et c'est ça qui te fais peur.
Ne pas être à la hauteur pour la protéger de tout les dangers et les malheurs que tu vas lui apporter en entrant ainsi dans sa vie.
C'est probablement ce qui t'as retenu de l'approcher jusqu'ici.
La peur.
De la voir souffrir.
De la voir en pâtir.
Par ta faute.
Juste parce que tu l'aimes.
Tu le réalise de plus en plus concrètement.
Mais elle te le rappelle encore une fois.
Morpheús Felix Gaunt.
Felix Gaunt.
Gaunt.
Comme une malédiction gravée au fer rouge sur ta peau.
Un poison qui coule dans tes veines.
Pour le meilleur et surtout pour le pire.
Cela devient compliqué de l'écouter.
La boule dans ton estomac grossie.
La colère monte.
Sourde et dévastatrice.
Emplie de haine enfouie.
Cet amas sombre.

Felix. Juste Felix.

Tu essayes de rendre ta voix plus douce.
Moins froide.
Moins tranchante.
Tu essayes de calmer le tremblement de tes mains.
Signe que tu as envie de retourner toute la pièce.
Tu te mets à marcher Felix.
Il faut que tu extériorise.
Il faut que tu parles.
Sans la faire flipper.

En réalité nous ne sommes pas si différent que ça Andy. Tu regardes le sommets d'une des piles de bouquins. Personne ne sait qui est mon père. Le nom des Gaunt je le dois à ma mère, ou plutôt à mon grand-père qui m'a fait le cadeau empoisonné de me laisser le porter. Tes yeux fixent maintenant le sol alors que ta main droite saisi ton poignet gauche. Chose qu’il a très bien su me rappeler...

Les punitions.
Les tortures.
Les coups.
Tu t’en souviens.
De chacun d’entre eux.
De chaque cicatrices qu’ils ont laissés.
Aussi bien à l’intérieur qu’imprimé dans ta chair.
Tu soupires tout en relâchant tes épaules.
Tes prunelles se posent à nouveau sur Andy.

Et je les emmerdes. Eux et leurs principes. Je les emmerdes. Tous.

Silence immobile.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 16:14

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


L’horreur. Un tableau indescriptible. Il te fait peur dans son attitude. On a l’impression qu’il va bientôt exploser. Et tout détruire autour de lui. Et tu es prisonnière de sa voix, de son corps, de son âme. Tu veux t’accrocher à cette bombe, l’enlacer de tes petits bras menus. T’engouffrer dans cette guerre avec lui, porter les armes.

Il semble blessé, irrité. Par ce nom de famille qui n’a d'égale que son fléau. Une malédiction dont tu as peur de le délivrer seule. Cette scène semble irréelle, tout droit sortie d’un livre. Peut-être que tu es en train de rêver ? Tu te pinces discrètement. Tu vas sûrement te réveiller.
Il est si beau, même en colère. Et semble pourtant si fragile mais téméraire. Tu as l’impression d’être un bouclier, une sortie de secours.

“Oui.. Felix.”
Figée par le ton de sa voix. Implacable. Froide mais douce. Tu as envie de le fuir, cette fois c’est toi qui a besoin de courir. Mais sa prestance te cloue les pieds au sol. Et tu ne fais aucun mouvement. Tu restes à l’écouter, moment précieux et rare qui ne pourrait ne plus jamais arriver. Nous ne sommes pas si différent. Tu ne comprends pas ce qu’il insinue. Tu continues d’écouter, le coeur au bout des tes mains. Tu tremblais, serrant le bord de la petite table qui se tenait devant toi, crispant tes doigts.

Sa dernière révélation te donne le haut-le-coeur. Tu as envie de vomir, de faire semblant de ne pas comprendre. Mais c’est trop évident, même si tu ne le connais pas. Les larmes te montent aux yeux, et tu n’arrives pas à les contrôler. Pourquoi agis-tu comme si vous étiez aussi proches ? Tu t’en veux de t’imposer ainsi à sa vie. Lentement, tu te tournes. Tes mouvements sont robotiques. Tu retournes près de lui et caresses son épaule avec tendresse, pour le rassurer. Tu es beaucoup plus petite que lui. Il t’impressionne.

“Felix. Il.. Il te frappe ?” Ta voix est frappée d’horreur et de dégoût. Tes lèvres tremblantes respirent la peur. Tu as peur pour lui, cet être qui te semblait heureux de loin. Tu as peur d’entendre la vérité. Tu as peur de ce que tu devras affronter.

“Je ne savais pas tout ça. Je pensais..” Tu as un petit rire nerveux. Evidemment que tu ignorais ce genre de choses. Vous ne vous étiez jamais parlé jusqu’à la dernière fois, dans les toilettes. On pourrait croire que tout se passait trop vite. Mais 6 ans déjà que tu avais l’impression de faire partie de sa vie. De loin. Tu prétendais l’aimer. L’avoir aimé… Bon, encore l’aimer. Mais tu ne savais rien de lui. “Je pensais.. que.. Je ne sais pas.” Tu lèves tes doigts pour effleurer sa joue. Sa peau est si douce, son visage est parfait. Vous avez les mêmes tâches de rousseur.

“Excuse-moi. Tu me révèles ce genre de choses, et je suis indélicate.” Ecrevisse, tu ne savais plus où te mettre. Et pourtant, tu avais l’embarras du choix pour te cacher, dans cette salle. Tu avais le visage de quelqu'un de coupable, de quelqu'un qui ne sait pas pourquoi il a été choisi, de quelqu'un qui a peur d'être là.




winner is dreamer who never gives up; andy


Describing love can't be this tough. ft Andy KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 19:39

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Larmes.
Tu restes interdit face à son visage où les gouttes que tu sais légèrement salée coulent, sillonnent ses joues.
Un certain choc s’affiche sur ton visage.
Un choc qui se répands dans tout ton corps et t’empêche d’avoir la moindre réaction physique quand elle tourne les talons pour venir à tes côtés.
Sa main sur ton épaule, sa proximité, ça te réchauffe et ça te rappelle surtout que malgré tout ce qu’on a pu te dire petit, tu n’es pas seul Felix et tu ne le seras jamais. Parce que tu ne le mérite pas.
Sa question, ou plutôt la façon dont elle la pose, ça te fait légèrement sourire. Tu as l’impression qu’Andy partage ta douleur, comme si elle comprenait… chose que tu ne veux pas. Pour rien au monde tu ne lui souhaiterais de vivre et de traverser ce que tu as dû endurer.
C’est pourquoi tu as peur de ce sentiment entre vous.
Peur qu’il l’a consume.
Tu n’oses pas poser tes yeux sur elle ; mais tu dois lui répondre, tu as envie d’être sincère avec elle.
Comme si tu lui devait quelque chose.

Il devrait être envoyé à Azkaban pour ce qu’il m’a fait, voire subir un sors bien pire…

Tu n’as jamais vraiment réussi à en dire plus.
Les mots et les marques sur ton corps parlent pour toi.
Tu ne peux pas te tourner vers elle.
Tu ne veux pas voir le terreur que tu dois inspirer en ce moment même s’étendre sur son doux visage. Une part de toi s’attend même à ce qu’elle prenne la fuite. Qu’elle parte si loin de toi, qu’elle serait en sécurité.
Mais elle reste.
Elle persiste Andy.
Elle ne savait pas.
Parce que personne ne sait.
Elle pensait.
Comme tout le monde.
Que tu étais heureux, ce qui est en soit le cas, que les problèmes dans ta vie ne pouvait pas être si importants, si tragique et douloureux. Elle pensait comme tout les autres que tu n’étais pas à plaindre et jamais au grand jamais elle n’aurait pu imaginer que tu appartiennes à cette classe des gens brisés.
Le bout de ses doigts touche tes joues.
Un frisson te traverse.
C’était vif et rapide.
Elle s’excuse.
Tu as envie de rire Felix.
Ton regard plonge vers elle.
Et tu vois.
Sa détresse.
Sa peur.
Tu sais que tu ne peux pas la laisser ainsi, dans cet état, tu dois la rassurer…
Doucement de tes doigts tu touches les siens, attrapant sa main en l’enlaçant de la tienne, comme si tu le faisais tout les jours depuis des années.
Ce contact il est chaud.
Il est fort.

Personne ne sait. A part ma famille et encore, je crois qu’ils ne sont pas tous au courant de ce que fait notre patriarche… J’ai quelques amis, pas plus de trois qui connaissent l’envers du décors et après il y a les rumeurs qui tournent, principalement parce qu’on me voit à moitié nu dans les vestiaires et que… je ne cache pas mes cicatrices.

T’es pas certain que ce soit rassurant.
Même pas du tout.
Mais maintenant elle sait, elle sait que personne n’est au courant et qu’elle fait à présent partie de ce petit comité à savoir.
Tu pivotes sur tes pieds pour te retrouver en face d’elle.
Tes yeux dans les siens.
Immobile.
Incapable de savoir ce que tu devrais faire ou dire.
Saisi par une gêne et une certaine peur.
Rougeurs naissantes sur tes joues.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 20:37

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH



Tu luttes Andy. Tu luttes pour ne pas le prendre dans tes bras, comme un vieil ami. Mais tu ne peux te résoudre à bouger. Tu ne peux briser cet union fusionnel qui vous rend fort, tous les deux. Car si tu t’écroules, il s’écroulera. Si tu perds, qui sait s’il arrivera encore à gagner ?
Tu as envie de lui, de ses lèvres, de son corps tout entier. Le fangirlisme d’une petite fille était devenu le fantasme d’une jeune femme. Pourquoi ? Pourquoi t’accordait-on autant de temps avec lui ? Pourquoi te torturait-on à espérer croire quelque chose qui n’arrivera sûrement jamais ? Car il ne t’a jamais dit qu’il t’aimait, juste que quelque chose existait entre-vous. Et ces révélations ne signifiaient rien, à part peut-être la confiance accordé à une amitié forte.

Sa main dans la tienne, tu sursautas comme si on t’avait mis un coup de poing. Et doucement, alors qu’il resserrait ses doigts contre les tiens, tu sentis la flamme de désir brûler à nouveau. Il était si grand. Protecteur. Et il sentait si bon. Détracteur. Frappée d’horreur comme à la la vue d’un détraqueur, tu crus comprendre le double sens de ses paroles.
Fronçant les sourcils, tu ouvris doucement sa cape de sorcier, ornée du blason de poufsouffle, jusqu’à voir sa chemise et sa cravate. Sans rien dire, tu déboutonnas les boutons de sa chemise. Tu savais, tu le sentais au fond de toi qu’il te laisserait faire. Sans le dénuder non plus, tu pus apercevoir, toujours silencieuse, un peu de sa peau.

Oh non, sa peau n’était pas lisse. Marquée par les coups, signée par la douleur et la tristesse. Tu étais sûr que tu allais pleurer. Parce que tu étais une fille sensible Andy. Mais ce ne fut que de la haine qui traversa tes yeux à ce moment là.
“Oh non. Il ne mérite pas Azkaban.” Tu relèves tes yeux flamboyants vers les siens. Ton corps tremblait de colère. La gorge sèche, tu ne pouvais t’empêcher de penser l’impensable.
“Il mérite juste de mourir.”
Tu étais jeune Andy. Tu ne savais pas encore que la mort était délivrance. Qu’il existait pire que la mort. Mais tu pensais sincèrement que celui qui avait fait ça à l’être qu’elle aimait le plus sur cette terre devait mourir. D’une baguette que tu aurais fabriqué.

“Cela ne sortira jamais d'ici, si c'est que tu veux.”
Alors donne moi, ce que moi, je veux.




winner is dreamer who never gives up; andy


Describing love can't be this tough. ft Andy KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 22:18

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Ses sourcils se froncent.
Sa main se détache de la tienne.
Tu es un peu surpris.
Un peu inquiet en fait.
Pourtant elle est rapidement balayé par ta gêne quand ses doigts dégraphe ta cape de sorcier.
Tu la laisse faire, tu sais ce qu'elle fait, tu devine ce qu'elle veut voir. Alors tu attends, presque impatient, ne sachant plus quoi faire de tes mains libres.
Andy dénoue ta cravate.
Aucuns de ses gestes n'est empressés, mesurés et calme.
Ce qui en un sens te rassure et te presses.
Tu as l'impression que tout s'emmêle dans ton esprit.
Elle déboutonne ta chemise et tu frissonne en sentant le bout de ses ongles effleurer la peau de ton torse.
Celle de ton ventre.
Andy s'arrête là.
Elle ouvre le tissu blanc et t'observes.
Son regard change.
Ses mains se posants sur tes cicatrices.
Tu te doutes qu'elle voit la différence entre celles que tu te fais au Quidditch et celles qui sont des coups.
Celles qui résulte d'un sortilège.
Tu ne veux pas lui dire Felix, lui dire quel est le sort qui laisse ce genre de trace sur la peau, mais à ses mots tu comprends qu'elle a sûrement saisi.
Un de tes sourcils ce hausse de surprise en voyant la haine qui tremble dans son regard.
Vos regards se mêlent et le silence ce fait. Tes yeux se perdent dans les siens.
Le temps est en pause et tu appréhendes le moment où il reprendra naturellement son cours.
Soudainement Andy brise ce silence.
Ses mots ils te surprennent, mais tu comprends.
Ton coeur s'emballe.
Ton souffle tu ne le trouve plus Felix.
Elle est si proche et pour une fois tu ne veux pas te dire qu'elle est aussi si loin. Non. Aujourd'hui elle sera là et demain aussi, proche.
C'est délicat et à la fois vif.
Un poil empressé.
Tendre et fiévreux.
Tes mains sur son visage.
Tes paupières tombants sur tes yeux.
Tes lèvres trouvant les siennes.
Tu l'embrasses Felix comme si tout aller s'arrêter juste après.
Tu l'embrasses à en perdre la tête.
Emmêlant tes doigts dans ses mèches de feux.
Quand tu dois te détacher d'elle, par manque d'oxygène, tu as l'impression de perdre quelque chose qui t'étais devenu vital en un temps record.
Tu es presque certain que ton regard pétille et que tu es rouge pivoine vue comment tu as chaud.
Lentement tu retrouves ton souffles.

Déso...

Tu te reprends.
On ne peut pas être désolé d'aimer Felix.
Ça tombe dessus sans crier gare.
Alors tu décides de l'assumer.

Je t'aime Andy et... depuis plus longtemps que ce que tu ne te l'imagine.

Et tu l'enlace.
Contre ton coeur et contre toi.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Mer 3 Mai - 23:42

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


You and me, it’s more than lonely days.
It’s our time to go.
Dance with me one more time.

C’est doux. Sucré. C’était tout ce que tu n’imaginais jamais faire. Une farce à l’état pur. Une pièce montée que tu ne pouvais croire réelle. Car ça t’écrasait, de tout son poids. Il sent si bon, ça te rend folle. Folle de lui. Démente d’en avoir plus. Suppliante qu’il t’en donne plus.  Tu t’accroches à lui comme s’il allait partir pour toujours dès qu’il éloignera ses lèvres des tiennes. Tu ne veux plus qu’il parte, tu as peur que ce ne soit qu’une mascarade organisée. Tu as peur de te réveiller. Tu veux te cacher dans ses bras, loin de la vérité, loin de la réalité de dehors.

Trois mots. Indescriptibles. Tu restes bouche bée. Déjà que son baiser t’avait cloué sur place. Tu ne sais pas quoi répondre. Tes petits yeux hébétés le fixent avec effarement. Ce n’est juste pas possible. Comment un garçon qui ne t’avait accordé que des lointains regards, parti pendant deux ans pouvait t’aimer sans rien savoir de toi ?

“Je..”
C’était un rêve, devenu réalité. Et pourtant, aucun son ne sortait de ta bouche.
Tu aurais dû crier de joie, lui hurler que c’était réciproque, le demander en mariage, commencer à faire des plans pour votre futur. Mais derrière cette révélation se cachait sinueusement quelque chose d’atroce.

“Pourquoi..? Pourquoi après tant d’années, tant de regards.. Tu es parti, loin. Tu as.. Tu en as embrassé d’autres.”
Ce n’était plus de la jalousie, à ce stade, plus de l’amertume. Car tu l’avais aimé au premier regard. Tu avais enquêté, espéré, angoissé, désiré. Si fort. Et tu aurais préféré qu’il ignore ton existence. Tu aurais préféré souffrir de l’indifférence.

“J’ai toujours craqué sur toi. Depuis ma cérémonie de répartition.” Un aveu presque honteux par la façon dont tu avais rougis et détourné le regard. Tu n’étais plus dans la confrontation…
“Mais comme tu ne semblais pas vraiment.. intéressé.” Tu plisses les yeux, le feu dévorait tes joues. “... J’ai fini par laisser tomber.”

Tu recules un petit peu, tu as  besoin de reprendre tes esprits. Tu as besoin de savoir ou tu en es. Tu l’aimais ? Oui, évidemment. Et après ce qu’il venait de dire, encore plus. Mais comment ne pas en vouloir aux circonstances ? Comment y croire vraiment alors que c’était leur deuxième véritable rencontre depuis 6 ans ?
“Je t’aime aussi, putain Felix.” Tu roules des yeux au ciel d’un air désespéré, les larmes aux yeux. Tu ne peux plus les retenir. Une jeune femme forte, mais dans une certaine limite. Noble, mais pas sans limites.


Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Sam 6 Mai - 16:37

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Surprise.
Andy semble ébahit, comme si elle s’attendait à tout sauf à ce baiser et à ces mots. Tu a même l’impression de voir un point d’interrogation se former au dessus de sa tête.
Un petit sourire s’étend sur tes lèvres.
Elle semblait pourtant avoir apprécié…
Peut-être que ton jugement est erroné ?
Tu décides Felix, de ne pas prendre de décisions trop hâtives, préférant lui laisser la possibilité de s’exprimer, ce qu’elle semble avoir un peu de mal à faire là tout de suite.
Pourquoi ?
Sa question te semble tellement légitime.
Tu te sens tellement idiot.
Tu te demande si ta réponse lui conviendra.
Si après ça elle voudra de toi.
Doucement tu t’humecte les lèvres, te préparant à prendre la parole, mais elle te devance avec une révélation.
Tu flambes.
Tes joues deviennes encore plus rouges et tu ne sais plus où te mettre, tu voudrais fuir son regard mais tu ne peux pas, parce que c’est important et parce que tu lui as fait du mal sans le savoir.
Ça te tue.
Toi aussi tu as ce quelque chose pour elle depuis le premier jour, depuis sa cérémonie où tu as secrètement espéré qu’elle viendrait s’asseoir au même banc que toi.
Oh que si mon dieu que tu étais intéressé… mais tu voulais la protéger, et savoir qu’elle a fini par abandonner te rassure et à la fois te blesse.
Ses joues aussi sont pivoines.
Un éclair de panique traverse ton regard quand elle recule, mais elle reste là pour ta plus grande joie. Elle te regarde, comme si elle avait prit de la distance pour mieux te voir Felix.
Elle t’aime aussi.
Elle t’aime.
Ça te soulage de la tête aux pieds et c’est visible.
Ses yeux brillent et tu fais un pas en avant, le cœur tambourinant, tes mains se posent sur son visage et tu essuies ses larmes d’un mouvement du pouce, juste avant de l’embrasser une nouvelle fois.
Plus tendrement.
Ton front se pose sur le siens.
Inspirant soupirant.
Doucement tu recules pour la regarder.
Il est l’heure de répondre à ses interrogations.

Il s’est passé aussi quelque chose chez moi le jour où nos regard ce sont croisé la première fois. Je ne sais pas si j’éprouvais déjà la même chose que maintenant, mais toujours est-il que même si je restais distant je me suis renseigné sur toi. Un large sourire joueur fend ton visage en deux. Plus j’en apprenais, plus tu me plaisais, plus j’avais envie d’apprendre à te connaître. Une année est passée et j’ai dû retourner chez lui.

Ton sourire disparaît.
Toute ton expression change.
Tu deviens plus dur et froid soudainement Felix.

C’est là que j’ai compris. Une fois chez moi avec des images de toi pleins l’esprit. Que je me suis souvenue du nom que je portais malgré moi, de la famille d’où je venais et de ce que ça voulait dire. Tes yeux fixent maintenant le sol. Je savais que jamais on ne me laisserais faire, je savais qu’on s’en prendrait à toi pour me faire du mal et ça me terrifiais, ça me bloquais et je me suis perdus, pour te protéger.

Ton regard se relève à nouveau vers elle.
Tu n’en as pas fini, pas encore, mais tu dois reprendre ton souffle.

Pour te protéger de moi et de tout ce j’apporterais de pourri dans ta vie, j’ai tenté de faire une croix sur toi. M’intéresser à d’autres filles… mais tu revenais toujours, au détour d’un couloir et mon cœur flanchait. C’est là que j’ai choisi d’aimer et ça m’a confirmait que je ne pouvais pas juste devenir ton ami, parce qu’il y a cette chose en moi qui grandissait et me faisais comprendre de mieux en mieux que j’éprouverais toujours quelque chose de plus fort pour toi. Mais j’ai continuer d’aimer avec acharnement pour t’atténuer, sans grand succès.

Tu penses à Caleb.
La douleur est là.
Tu l’as aimait comme un fou.
Tu l’as aimait à en perdre la raison.
Une part de toi l’as fait parce que c’était vrai, mais l’autre sait que certains de ces baisers enflammés était là pour faire s’évaporer les images de cheveux roux flottant aux vents.
Tu laisse un petit silence s’installer avant de reprendre Felix.

J’ai fini par choisir de partir au Japon. Premièrement pour retrouver ma mère, en suite pour fuir Ramsay et… Tu ne fini pas ta phrase, elle a dû comprendre. J’ai fais du mal à certaines personnes en m’en allant, mais j’en avais besoin. Ça m’a été bénéfique je crois. J’ai fini par comprendre que jamais je ne pourrais t’effacer de ma tête Andy et c’est probablement pour cela que je suis là aujourd’hui entrain de te dire tout ça, alors que j’ai toujours peur de ne pas être assez fort, de ne pas être à la hauteur pour te protéger.

Tu t’es livré Felix et maintenant la seule chose qu’il te reste à faire, c’est de te taire et d’attendre. D’attendre ce qu’elle aura à te dire. Appréhendant un peu, tout en sachant que tu ne peux pas revenir en arrière sur tes choix, tes décisions et tes mots. La seule chose que tu peux faire c’est de les assumer. Sans rancunes et amertumes, parce que c’est eux qui ont forgé celui que tu es aujourd’hui, pour le meilleur et pour le pire.
C’est fini.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Sam 6 Mai - 20:19

DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


Ses traits sont si parfaits. Ses lèvres sont si délicieuses. Tu as l’impression de vivre un rêve en continu. Le nombre de fois ou tu t’imaginais lui parler, durant ces années, qu’il te dise ce genre de choses. Mais le rêve avait un arrière goût amer, sans vraiment que tu puisses expliquer pourquoi. Felix semblait aller dans ton sens, te murmurant des belles paroles, celles que tu as toujours voulu entendre.

Mais il y a toujours un mais. Tu l’écoutes, il t’embrasse à nouveau. Tu te met sur la pointe des pieds pour lui rendre, avec une affection maladroite. Tu as peur qu’il s’échappe, qu’il tourne les talons quand vous aurez terminé de parler.
Attentive désormais, tu l’écoutes sans ciller, laissant échapper des petits couinements d’horreur à certains moments. Tu comprenais malgré toi. Tu aurais tellement préféré ne pas comprendre, t’énerver, et t’enfuir pour l’éternité.
Mais, parce qu’il y a toujours un mais.
Mais tu es resté, tu restes parce que tu veux te battre à ses côtés, tu veux défendre la place que tu venais de creuser à ses côtés. Tu ne veux pas le lâcher. Même si tout ce que tu venais d’apprendre sur la vraie nature de la famille Gaunt, sur son grand-père Ramsay.. sur tout ce malheur qui pourrait s’abattre sur toi. Et sur toute la douleur que Felix devrait endurer.
A cause de toi.

“Je…”
Tu déglutis, tu ne sais pas quoi répondre. La fièvre te monte à la tête. Tu prends ses mains dans les siennes en rougissant de plus en plus.
“Felix je.. je ne t’en veux pas. Tu avais.. tu as le droit de sortir avec qui tu veux, d’aimer qui tu veux.” Tu lâches une de ses mains pour essuyer les larmes qui revenaient à la charger, marteler tes pauvres orbites sales.

Tu devais rester calme, et mature.
“Est-ce que ce.. Ramsay.. est-ce qu’il pourrait m’utiliser pour te faire du mal ?”
Tu essayes d’être réaliste. Tu n’as pas peur pour toi, mais surtout pour lui.
Tu ne veux pas lui donner envie de t’embrasser, envie d’être avec toi si c’est pour être un simple fardeau. Une pierre attachée à son pied. Qui l’empêche d’avancer.

T’éloignant tristement de lui, tu retournes prêt de la boîte à musique et du livre que tu avais posé dessus. Tu tripotes nerveusement la couverture abîmée et jette finalement un regard suppliant vers Felix.

“Je ne pourrais pas te protéger, moi.”
Un fin sourire, un peu forcé, vint naître à la commissure de tes lèvres purpurines. Tournant les talons, ta chevelure flamboyante ondula gracieusement au dessus de tes épaules. D’un simple regard, tu lui avais fait comprendre qu’il pouvait te suivre, si son coeur lui en disait.
Tu avais besoin de t’enfoncer un peu plus au coeur des souvenirs, au centre de cette salle aux immeubles de livres et de bijoux.

“Si tu le souhaite, tout ce qui s’est passé ici peut se transformer en un simple souvenir.”
Tu t’arrêtas devant un canapé en cuir marron, ou était empilé un tas d’objets, dont un astrolabe rayé, quelques chaises et des manteaux de toutes les couleurs. Il restait une petite place, au coin gauche. Etrange.




winner is dreamer who never gives up; andy


Describing love can't be this tough. ft Andy KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Sam 6 Mai - 23:08

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Alors que tu commences à te demander si elle va répondre ou non, si elle a quelque chose à dire… alors que tu commences à ne plus y croire, Andy hoquette un « je ».
Tes sourcils se froncent légèrement.
Concentré.
Ses mains attrapent les tiennes.
Son regard de braise se plonge dans le tiens.
Ce qu’elle te dis te fait sourire.
Bordel qu’est-ce que tu l’aimes, même quand elle pleure.
Une de ses mains vient essuyer ses propres larmes.
La question qui suit te fait l’effet d’une décharge électrique.
Tu t’imagines Ramsay s’en prendre à elle.
Pour la énième fois tu fais tourner en boucle cette image dans ton esprit.
Tu as peur des mots que tu vas dire, mais tu lui dois la vérité… tu dois lui avouer qu’elle ne sera pas en sécurité avec toi.

Oui… quand il saura, il me menacera de s’en prendre à toi, puis il finira par le faire. Parce qu’il sait que ça me fera plus de mal de savoir qu’il fait souffrir quelqu’un à ma place.

Tu voudrais pouvoir la rassurer Felix quant à cela, lui dire que tout vas bien se passer, que tu seras là pour la protéger, mais tu ne peux pas prévoir tout ce dont peut être capable Ramsay pour te pourrir la vie.
Soudain elle s’éloigne.
Tu prends peur.
Andy s’arrête près de la boite à musique au son légèrement flippant.
Elle te semble nerveuse.
Ça te contrarie et tes sourcils se froncent alors que ta mâchoire se serre.
Quand son regard se pose à nouveau vers toi, tu es stoppé par ses mots qui te laisse cloué sur place.
Ce regard empli supplice.
Elle s’éloigne plus loin encore.
Et tu lui cours limite après.
Son sourire et son regard t’invitant à la suivre tu ne les avaient pas vue. Il n’y avait plus que la peur dans ton cœur, qu’elle s’en aille vraiment.
Loin de toi.
Pour toujours.
Andy s’arrête soudainement devant un vieux canapé en cuir. Un vieux canapé tout encombré sauf à un petit endroit à gauche… comme s’il restait un espace pour que quelqu’un puisse s’y asseoir.
Sa voix résonne à nouveau.
Tu n’es pas certain de saisir, mais tu te mets à côté d’elle et glisse ta main dans la sienne.

Chaque moments, quel qu’il soit, devient un souvenir, mais toi et moi je veux que ce soit réel Andy.

Délicatement tu te glisses devant elle.
Ton regard brillant se plonge dans le siens.
Un petit sourire étire tes lèvres alors que tu poses ton front contre le siens.

Je ne veux pas que ça n’appartienne qu’à cette pièce, mais on peut laisser une trace, comme pour ce dire que ça a réellement commencé ici. Mais sache que pour moi c’est inscrit dans mon cœur depuis le jour où le Choixpeau t’as envoyé à Gryffondor. Tu te redresses un peu, pour la regarder et aussi montrer ce qui vous entoures du regard. On peut graver nos nom quelque part, comme le font les enfants sur les arbres. Tu préfères la boite à musique, le livre, le sol ou bien… le canapé ?

Tu l’as saisie par la taille sans prévenir et l’entraîne dans ton sillage, l’asseyant sur tes genoux alors que tu t’installes dans le creux du canapé.
L’enlaçant de tes bras.
T’as le cœur qui bat fort et vite.
Tes yeux ne semblent pas pouvoir se décrocher des siens, comme hypnotisé.

Laëstiel Andy Ollivander, je ferais tout pour te protéger et pour qu’il ne t’arrive jamais rien. Je sais que même si tu ne peux user de magie tu feras tout ton possible pour assurer ma sécurité, mais je t’interdis de te mettre en danger, j’ai une expérience assez hors norme pour ce qui est de me défendre et de me protéger. Je te dis ça Andy parce que je t’aime et parce que je t’aimerais quoique je puisse être obligé de faire et quoi qu’il arrive.

Ça te pèse de lui dire ça.
Tu as l’impression de devoir prévoir le drame et le tragique avant qu’il n’arrive, alors que toi tout ce que tu demande c’est du répit, près d’elle.
Tu l’attires plus contre toi Felix et la serre doucement dans tes bras tout en murmurant :

Je veux que tu sois cette silhouette féminine que j’aperçois dans le Miroir de Risèd.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1817
Points : 1725
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Dim 7 Mai - 12:07



DESCRIBING LOVE CAN'T BE THIS TOUGH


L’amour.
L’amour parfois, c’est comme un poison.. d’un baiser il s’inhale, tu le respires et tu l’avales. Et lentement, il contamine ton sang, s’incruste dans chacune de tes cellules.. comme un parasite invisible. Et c’est seulement quand il est trop tard, quand on se rend compte qu’on est totalement infecté par ce virus, quand on veut s’éloigner, pour notre propre protection ou celle des autres.. que les pulsations de ton coeur s’accélèrent, que ta tête tourne à l’envers.
Qu’il est trop tard.

Il est trop tard.
Oh Andy, Andy.. dis moi-oui.
Une chanson qui résonne dans ta tête, tes yeux embués discernaient à peine son visage d’ange. Ta voix cristalline s’en était allé, laissant place à une sonorité disgracieuse.

Quand il saura, il te menacera. Quand il saura, il s’en prendrait à lui à travers toi. Cette idée te trouble, te ronge comme la peste. Comment une personne pouvait-elle se nourrir à ce point de la douleur d’autres ? Le visage du professeur Andersen t’apparut un instant, aux côtés du Directeur lui même.
Tu étais tellement naïve.. Les gens monstrueux sont la source même de la réalité humaine. Tu aspirais pourtant à une vie paisible, tenant la main du garçon qui te plaisait, dans une petite maison de campagne quand vous seriez plus vieux. Avec des chats. Et des plantes étranges. Cette rêverie te fit sourire l’espace d’un instant, avant le réel te rattrape instantanément.

“Je n’ai pas peur de lui, Felix.” Mensonge. “J’ai juste peur … de devenir un chantage, une menace à ton indépendance et à ton répit.” C’était étrangement dit, mais c’était parfaitement ce que tu ressentais. Tu devais montrer l’exemple, rester droite et incassable. Comme le roseau. Tu plieras, mais jamais tu ne te déchireras. Jamais.

Alors que tu t’étais éloignée un peu, enfoncée un peu plus dans cette décharge antique, tu entendais ses pas pressés, stressés, te suivre. Il était tout prêt quand tu te retournas. L’expression de son visage respirait la peur, la solitude et l’inquiétude. Trois émotions qui se lisaient et contaminaient ton coeur.
Felix te dit qu’il ne veut pas que ce soit un souvenir, que tout ceci soit bien réel. Tu as encore envie de pleurer, mais tu ne dois pas. Tu hoquettes comme pour étouffer un sanglot.

“Merci..” Tu enfouis ton visage dans tes mains en secouant la tête pour lui répondre. Beaucoup de oui, un petit non. Soudain ton corps se soulève et tu pousses un cri de surprise. Tu détestes qu’on te porte, ça te fait peur, ça te rappelle à quel point ton corps est comparable à une brindille. Tu ne vaux pas mieux que Kassetoi. Heureusement qu’il est resté au cours de botanique celui-là. Car comme ça, vous êtes vraiment seuls. Sans témoins indiscrets. Sans regards pervertis.
Mais c’était Felix qui te soulevaient. Et ses mains masculines qui tenaient fermement ta taille, ça ne te dérangeait pas. Tu te surpris même à les apprécier, à désirer qu’il continue.

Il se jeta en arrière sur la petite place du canapé roi. Tu jettas un regard paniqué aux objets en équilibre, juste à côté, en espérant que tout ne vous tombe pas sur la figure.. mais la construction semblait tellement parfaite et solide.
C’est dans cette position plus que tendancieuse que tu remarques que Felix n’avait pas fermé sa chemise. Alors tu restais bouche-bée, ne sachant pas si tu avais finalement acquis le droit de le toucher.

Mais il fut plus rapide. Ce sont ses mots à lui qui te touchent, comme une caresse astrale qui vient apaiser ton coeur.  
Il te dit qu’il fera tout pour te protéger. Tes joues chauffent.
Et il sait que tu feras tout pour le protéger. Ton corps s’échauffe.

Tu poses tes deux mains sur son torse, le regardant intensément.
“Felix Morpheus Gaunt, je ferais tout mon possible pour que tu puisses t’appeler Felix Ollivander..” Tu ne peux empêcher un rire, et tu te reprends, sérieuse et intense.
“Je serais toujours là, quoi qu’il arrive, je te le jure. Je.. Je ne t’abandonnerai pas, alors ne m’abandonne pas non plus, d’accord ?” C’est qu’après l’avoir prononcé que tu te rendis compte que ta demande était sûrement égoiste. Car il n’y pourrait rien. Mais le courage d’aimer entraîne l'égoïsme. Le poison, le poison… qui maintenant se prolifère dans ton système nerveux. Je veux t’aimer, alors aimes-moi, encore plus fort.

Tu continues de caresser son torse, du bout de tes doigts fins. Tu as tellement chaud, ton uniforme grisâtre est insoutenable sur tes épaules.. tu approches ton visage du sien pour l’embrasser en silence. Ses lèvres ont toujours ce goût exquis. Tu en deviendrais addict comme une sucrerie.
Lentement, tu descends sur son menton, avant d’aller explorer la peau brûlante de son cou. Tu ne veux pas te justifier, t’excuser, tu en as juste envie. Et tu sais que lui aussi.
Mais l’idée de ne même pas savoir dans quelle situation vous étiez te fit remonter à son oreille et murmurer d’une sensualité presque.. inédite ?

“Felix..”
Finalement, tu n’osas même pas finir ta phrase, qui s’étant transformé en un court gémissement. Tu crus discerner au loin un battement d’aile étrange.
Mais ça ne devait être que le fruit de ton imagination.




winner is dreamer who never gives up; andy


Describing love can't be this tough. ft Andy KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
M. Felix Gaunt
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
Lord Gaunt et Futur mari d'Andy
M. Felix Gaunt
Messages : 509
Points : 933
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy Lun 8 Mai - 20:00

Song on Fire
"I'm dying to show you, this could end happily ever after. There doesn't ever have to be disaster."
Courageuse.
Tu ne peux que le reconnaître.
Elle ne se laisse pas abattre, alors que tu veux lui dire qu’il faut craindre ton grand-père, la mettre réellement en garde, tu te dis que tu ne peux pas. Tu ne peux pas lui enlever cette audace, cette bravoure qui coule dans ses veines.
Andy est une lionne.
Cette constatation plus que réelle te fait sourire, malgré la détresse qui va bientôt t’assaillir.
Tu n’aime pas quand elle impose cette distance entre vous, un éloignement.
La panique te secoue durant un instant, jusqu’à ce que tu comprennes que tout ce dont elle a besoin c’est d’être rassurer.
Tu as les mots pour cela Felix.
Rapidement tu l’inondes de ton amour.
Elle est belle Andy avec les yeux pleins de larmes, mais elle l’est encore plus quand elle sourit.
Sur un coup de tête tu la porte jusqu’au canapé.
Tu lis de la panique dans ses yeux durant un instant, avant qu’elle ne soit remplacé par un éclair de gêne. Au début tu te demande pourquoi, puis tu comprends que c’est ta tenue actuelle, un soupons de malice ce glisse à la commissure de tes lèvres, alors que tu reprends ta tirade.
La fin approche.
Délicatement tu te décolles du dossier et en profite pour laisser glisser ta cape de sorcier et ta chemise avant de la prendre dans tes bras et lui avouer ce que tu as sur le cœur.
Tu veux le croire Felix, tu veux que cela devienne une réalité.
Qu’elle devienne ta réalité.
Doucement tu desserres ton étreinte.
Andy pose ses deux mains sur ton torse.
Décharge électrique.
Ce qu’elle te dis te touche.
Vraiment.
Pourtant tu ricanes un instant avec elle, sans pour autant lui faire remarqué qu’elle a inversé l’ordre de tes deux prénoms. Tu ris parce que tu as l’impression qu’elle ne sait plus où donner de la tête et au fond ça te plaît.
Sa question, tu y réponds.
Transis.
Fiévreux.

Jamais.

Le bout de ses doigts qui court sur ta peau te rend fou, tu as l’impression que tu vas exploser. Tu as l’impression que tu pourrais arracher son uniforme… pourtant tu essayes de garder la tête froide, de te souvenir que tu vas finir en retard à l’entraînement, mais plus les secondes passes et plus tu oublis.
Ses lèvres s’écrasent lentement sur les tiennes.
Tu retiens un gémissement.
Tu l’as attendu ce baiser, celui qu’elle te donnerait.
Ton cœur martèle avec force dans ta cage thoracique.
Ton souffle est court.
Ses lèvres dans le creux de ton cou.
Tu te sens comme une cocotte minutes et tu sais que dans peu de temps, si elle continue, qu’elle va te faire chavirer…
Tu te mordille la lèvres inférieure envieux.
Son souffle à ton oreille.
Sa façon de prononcé les deux syllabes de ton prénom.
Tu craques Felix.
Tu essayes de contrôler tes gestes empressés pour être sûr de ne rien casser, tu voudrais qu’elle ressorte de cette pièce décemment vêtue.
C’est plus fort que toi, tu as besoin de toucher sa peau, de la sentir sur le bout de tes doigts.
Sa cape grise tombe, suivit rapidement par sa chemise et sa cravate aux couleurs de Gryffondor.
Tes mains glisses dans son dos.
S’agrippent à sa peau.
Tu l’embrasses langoureusement.
Tu dévores ses lèvres avant de descendre le long de l’arrête de sa mâchoire jusqu’à son cou où tu laisses la trace de ton passage.
Doucement tu atteins sa clavicule.
Couvrant sa peau de baiser, y plantant parfois partiellement tes dents.
Son odeur te monte à la tête.
Tu es complètement envoûte Felix.
Fou d’elle.
Ta bouche aux lèvres tremblantes s’arrête à la naissance de son sein gauche. Tu entends son cœur y battre et tu te stoppes, posant ta tête à la recherche de ton souffle.
Tes mains continuant de caresser son corps.
Tantôt son dos, ses épaules, sa taille, son ventre… jouant dangereusement avec la peau sous la baleine de son soutient-gorge.
Tu avais l’impression de l’avoir toujours voulu, de l’avoir tant désiré et surtout tant attendu, qu’essayer de t’auto-raisonner te semblait être une folie, mais tu ne voulais pas la brusquer.
Tu ne voulais pas trop en vouloir d’un coup.
C’était dur.

Andy… s’il te plaît arrête moi, dis-moi stop… je ne pense pas être capable de…

Tu ne veux pas finir ta phrase Felix tellement cela te gêne.
Pourtant tu sais que c’est la vérité ; si ce n’est pas sa voix qui te calme tu ne sais pas quand tu seras prêt à la lâcher maintenant.
C'est primaire à ce stade là dans ton esprit.
Tes joues s’enflamment alors que tu la serres plus fort dans tes bras.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Describing love can't be this tough. ft Andy

Describing love can't be this tough. ft Andy
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Love me tender
» [Film] Love Actually
» Shakespeare in Love
» Love Monster
» Peace and love

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Septième étage :: Salle sur demande-
Sauter vers: