Rewarding failures • Beckett Campbell

Aller à la page : Précédent  1, 2
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Jeu 19 Juil - 18:50

Aftermath



Il leva les yeux au ciel. Oh non ! Des gens qui jugent ! Quelle horreur ! Ils ne vont pas arrêter de juger ? C'est évident ! Et ? Où est le problème ? C'est tout ce qu'ils savent faire !

- Oh pauvre Bertram ! On sait tous que ce qu'ils pensent est forcément vrai. Y a qu'à voir le Stupeshit, saint Wikipédia, le Pape de la vérité.


Il secoua la tête, désabusé, et la suite du discours de son ami le gavait tout autant.

- Reste enfermé dans ta chambre. Plus de problème.


S'il était si facilement dérangé, autant qu'il se cache.
Ah. Il se cachait avec lui en ce moment même.
Beckett fronça les sourcils; non, il ne voulait pas participer au déni de Godfrey ! Il allait devoir le forcer à se voir en public.
Le Serpentard haussa les épaules en guise de réponse. C'était son problème, s'il l'évitait pour une rumeur aussi stupide ! Et il avait fait le bête et irréfléchi effort de respecter sa peur de l'autre en le laissant tranquille ! D'ailleurs, fini, ces conneries !

De toute façon, il y avait plus important : la pizza.
Bertram s'approche pour s'occuper de Hal, fidèle compagnon qui n'hésitait pas à mordiller le premier doigt venu. Rien n'était mieux que ces questions existentielles absurdes, leur vision du regard des autres ne faisant que l'agacer au plus haut point : quelle idée de s'infliger le regard des autres comme une contrainte, une obligation, quand ce n'était qu'une perte de temps.
Et pourtant, il n'arrivait pas à se défaire du regard de sa famille. Mais soit. Il était déjà bien plus libre que son ami Serdaigle !

- Pfff c'est quand même l'une des meilleures !


Combien de fois n'avait-il pas commander une hawaienne, par anarchie et amour de l'ananas. De nombreuses soirées de vacances étaient composée de pizza et de jeu vidéo dans son appartement vide. La pizza du réconfort, la seule, l'unique. Il connaissait le livreur mieux que n'importe quel client !
Mais à Poudlard, pas de pizza hawaienne.

Bertram réfléchit au prochain défi, et Beck ne le quitte pas des yeux, se retenant de le secouer pour qu'il pense plus vite.
Oh. La  bucket list ?
Beckett retenait un large sourire. Une aventure, c'est ce dont ils avaient besoin. L'islandais rangea son rat en tube dans sa poche d'un geste, avant d'agripper le gilet de Bertram fermement et le tirer vers la sortie, ouvrant la marche. Il n'avait pas la liste sur lui, mais il avait parfaitement retenu "errer la nuit dans l'école" et "aller dans la salle de bain des préfets". Ce dernier le tentait, bien sûr ! Depuis longtemps ! Ils n'avaient pas de maillot, ni de serviettes ? Pas besoin. Pas lui.
Le Serpentard ouvrit la porte de la salle de trophée, jetant un coup d'oeil dehors, avant de pousser son compagnon d'aventure à l'extérieur de la pièce.

- Allons aux bains des préfets.
made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Ven 20 Juil - 22:51

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Dans un soupir tombe une pluie de sarcasmes. C’est gratuit. La Vérité avec un grand V. Pourquoi est-ce que tout le monde en parlait ? Beckett et ce fantôme. La vérité n’avait pas d’importance quand un mensonge avait déjà traversé la planète. Et puis “la” vérité. Il n’y en avait pas qu’une, même les faits n’étaient pas objectifs. Il y a des milliers d’années on considérait comme un fait que la planète était plate. La vérité banale n’avait pas de poids face à un mensonge particulièrement palpitant.

Et qu’il ait raison ou pas, que ce soit vrai ou pas...cela n’a pas d’importance.

En temps normal, mes lèvres se seraient étirées dans ce sourire faux pour répondre à l’agression. C’était puéril, c’était idiot, mais j’étais à deux doigts de laisser tomber ce vif d’or sur le sol et de retourner “m’enfermer dans ma chambre”. C’était si difficile, j’essayais de faire de mon mieux pour tenter de lui expliquer mon point de vue...ce n’était pas pour recevoir ce genre de commentaires. Sur le ton piquant du sarcasme, je me permets de lui répliquer :

Bonne idée. Je ferai ça. Merci de ton aide.  



Crétin. Idiot

Pour dire des conneries, là il était fort. Je m’en souviendrai sans aucun doute. Et puis une pensée Ca fait beaucoup de sarcasmes pour quelqu’un que ça ne dérangeait pas de me rencontrer en secret. Sa précieuse vérité. Lui aussi était hypocrite.

Donc Beckett aimait la pizza à l’ananas ? Pourquoi j’étais surpris ? Evidemment qu’il allait aimer - il était si bizarre. Au moins je savais quoi commander dans l’éventualité où...je devrais commander une pizza. Ce qui n’arriverait probablement jamais. Enfin...ça dépendait.

Mon camarade se permet de m’attraper par le gilet. Vraiment ? Après ses sarcasmes à la con ? Une petite partie de moi avait vraiment envie de l’envoyer bouler, l’autre était trop contente de pouvoir repartir à l’aventure, même si ce n’était qu’une dernière fois. Donc j’attrapais mes affaires et je le laissais m’entraîner avec lui comme un boulet. Direction la salle des préfets ? Les yeux ronds, je me demande sincèrement s’il m’a écouté tout à l’heure. Il se passe quoi dans sa tête ? "Hey un de mes potes vient de sortir du placard, je vais l’emmener prendre un bain avec moi ". Où était la logique ?!

Il n’y en avait pas. Il avait juste envie de faire ça, alors il me traînait avec lui. Ce n’était pas la peine d’aller chercher plus loin. J’attrape le poignet par lequel il s’accroche à mon gilet. Je préférerais ne pas être traîné comme un chien en laisse, merci. J’étais parfaitement capable de le suivre… et de lui fausser compagnie si l’envie m’en prenait. En tout cas je profite des quelques secondes d'attention qu'il m'accorde pour lui demander sérieusement :  

Et comment tu comptes entrer sans le mot de passe ?  



Il fallait réfléchir avant d’avancer n’importe comment. Et puis s’il comptait y aller il serait préférable d’aller chercher des essuies et de ranger Hal à sa place. Est-ce que les furets aiment l’eau ?

Des dizaines de questions me traversent l'esprit. Je les teste toutes.
Qu'est ce que tu voulais dire quand tu disais "je n'arrive plus à réfléchir" Celle-là m'avait hanté un moment. Et il allait probablement répondre que c'était exactement ce qu'il voulait dire, rien de plus. Qu'est ce qu'il me restait ? Qu'est ce qui te rend heureux ? Pourquoi tu es venu ? Pourquoi est-ce que ta mère est partie ?  A part Avery, qui est ton crush secret ?  etc etc

Au départ je n'avais pas l'intention d'aller en profondeur. Je comptais lui demander quelque chose de trivial, comme sa question sur la pizza. Mais il l'avait bien cherché. Sans préambule, j'ose lui poser une question que j'allais regretter.

Vérité : si je t'exaspères à ce point, pourquoi est-ce que tu fais tout ça ? Pourquoi tu es venu ? Personne ne t'y oblige. 



Je n'avais aucun moyen de pression, même après tout ce temps passé avec lui. Rien du tout. Il allait répondre quelque chose d'idiot comme  Parce que j'en ai envie Ou il allait répondre qu'il ne savait pas. Il allait s'embrouiller et s'énerver parce que je rendais tout trop difficile. Et tout laisser tomber. La Bucket List, tout. Mais vraiment entre les moments où il était fâché d'avoir perdu et ceux où je l'exaspérais, je me demandais bien pourquoi il voulait traîner avec moi.

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Dim 22 Juil - 23:02

Aftermath



Bertram repousse sa main, Beckett tourne alors la tête vers lui. Tiens ? Lui qui se laissait autrefois entrainé par le poignet par un inconnu dans la Forêt Interdite, refusait qu'il l'emmène dans la salle des bains des préfêts ?
Peut-être étaient-ce à cause des rumeurs... Pas de sorties en public, pas de mots échangés en public, ni de proximité, même loin des regards... Bertram poussait la paranoïa loin quand même. Enfin, peut-être bien que sa réputation était si terrible qu'elle tâchait celle de ses proches. Ce serait surprenant, mais c'était bien son genre, de ne même pas le comprendre.

- Quel mot de passe ?


Aussitôt la question posée, qu'il comprit. Le mot de passe de la salle de bain. Beck se trouvait face à un mur, réalisant que la tâche était bien plus ardue que prévu, et il détourna le regard, pensif.
Il avait un jour réfléchi à un moyen de s'infiltrer là bas... Il y avait forcément un moyen, puis dans un château pareil, des passages... La salle sur demande était la preuve que Poudlard renfermait plus que ce qu'on pensait !
L'eau devait bien être évacuée, les tuyaux devaient mener à cette salle de bain, et toutes les canalisations se trouvaient forcément aux sous-sols non ? Beck réfléchissait, enfin, la seule fois de l'année, alors que le Serdaigle l’interrompe avec une question.
Le jeune homme posa son regard sur lui, perdu quelques secondes, tiré violemment de ses pensées avant de comprendre ce qu'il venait de lui dire.
Il l'exaspérait ? Ah.
Beckett plissa légèrement les sourcils et détourna à nouveau le regard. Il avait envie de venir, c'est vrai. Beck ne se demandait jamais les raisons de ses actes, suivait ses intuitions aveuglément. Mais Bertram était un bleu, un Serdaigle, un homme de raison où la raison domine les sentiments, s'il osait seulement en avoir et en afficher.
Mais à cette question, il ne pouvait pas faire autrement que de se rappeler cette nuit dans la forêt, où une infime partie du vrai visage de son compagnon d'aventure s'était dévoilée.
Sa réflexion était intense.

- Ca fait deux vérités ça...


Le calcul était compliqué. Heureusement, la réponse aux deux questions était suffisamment proche pour n'en dire qu'une. Lachant un long soupir, Beckett haussa les épaules, reprenant leur route avec nonchalance. La hype s'était apaisée.

- Personne m'y oblige. Pffff !

Il l'exaspérait en disant des âneries...
"Ouin, on me juge", il ne vivait pas ce pauvre enfant ! Puis lui et les mots, ce n'était pas top non plus...

- J'ai envie de voir à quoi ressemble Bertram Godfrey quand il ne ment plus.

Et c'est ce qu'il en fallait, de la patience ! Il se renfermait sur lui même à la moindre rumeur, l'ignorait et il pouvait courir pour le fréquenter en cours. Beckett mérite un prix, et un anoblissement !

- ...Quand il arrête de se donner en spectacle pour le regard des autres.

Oui il avait rebondit sur la situation actuelle, mais ce serait un moment très intéressant non ? L'irréalisable !
Beck fit volte face alors, faisant face à Bertram, mains en poches, à marcher à reculons.

- Et j'ai envie d'aller dans ces bains, mot de passe ou non. Tu comptes m'aider ?

made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Lun 23 Juil - 19:52

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Quel mot de passe ?Vraiment ?   Ou bien il s’attend à ce que je fasse tout le travail de réflexion ?! La colère et la frustration commençaient à s’empiler de nouveau - l’effet apaisant de son étreinte me semblait bien loin. Cela fait un moment que je me sens comme ça. Comme un tas de braises et de bois qui s’enflamme à la moindre étincelle. Sans bruit, je brûle de l’intérieur, d’un feu que je ne peux plus contrôler.

Mon regard le confronte alors que le sien fuit. Et sa réponse est là même que d’habitude, la même que sur les balcons. Il parle, mais est-ce que j’écoute ? Peut-être que je ne le croyais pas. Peut-être que j’y croyais même si je savais que je ne devrais pas, que c’était bizarre et qu’on ne pouvait pas faire confiance à un serpentard. Mais je parlais de Beckett, et il était bien une exception. J’avais envie de le croire.

A force de le répéter...je finirai par le croire.

Mes mains fuient dans mes poches, une moue fermée sur mon visage. Je m’en veux un peu de le faire répéter toujours les mêmes choses, mais je lui en veux aussi, pour son manque de ton tact. Je lui en veux parce qu’il a raison. Et quelque part, c’était une bonne chose, que je lui en veuille un peu. Parce que maintenant, ça m’était égal si ce qu’il voyait ne lui plaisait pas. Je lève les yeux au ciel et passe distraitement une main derrière ma tête, cherchant une réponse pendant quelques secondes.

Il veut me voir, sans mensonges… Très bien.

J’inspire, le temps de trouver ma détermination.

What the hell.

Urgh. What the hell. Si c'est ce que tu veux...



Pourquoi pas ? C’est un long chemin que celui de l’honnêteté - et le mien commence avec un demi juron, un peu grognon.

Je m’en fous si t’aimes pas ce que tu vois. Je t’aurai prévenu.

Je hausse les épaules. Mon aide il en a besoin vu qu’il n’a probablement pas de plan.

Question stupide, tu sais que je vais t’aider.



Mes mains retombent le long de mon corps. Evidemment qu’il savait, je n’allais pas faire demi-tour alors que j’étais celui qui réclamait une aventure ! En plus, on n’a pas de temps à perdre avec ces conneries. Et j'aime croire qu'il ne serait pas capable d'y arriver sans moi, que quelque part je lui suis nécessaire plus qu'utile.

Bref, c'est toi le fauteur de troubles...tu n'as jamais entendu parler d'un moyen d'y entrer sans mot de passe ?  



A quoi bon avoir une telle réputation si ce n'était pas pour échanger de genre d'informations ? Pas question de le demander à Béring ou à Williams - en tout cas pas s'il y avait un moyen de s'y faufiler.

J'ai du mal à croire qu'avec tous les pervers de l'école ça ne soit jamais arrivé.



On connaissait tous bien la réputation obscène du placard à balai, de la salle de bain des préfets, de la tour d'astronomie ou encore de la tour de l'horloge. En même temps, collez une petite centaine d'adolescents défoncés aux hormones dans des dortoirs, et espérer que rien ne se passe relevait de la naïveté la plus candide.

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Ven 27 Juil - 17:53

Aftermath




Un mot loin d'être poli ! Beckett afficha un large sourire satisfait : il était sur la bonne voie pour découvrir un Bertram sans son masque d'enfant sage ! Son sourire laisse apparaitre ses dents alors que Bertram continue de parler. Bien sûr qu'il allait venir !
Puis quel manque d'entrain... C'était hilarant à voir !

- C'est ce que je veux ! Tu vas vraiment agir "naturellement" alors ???

Cela l'enjaillait bien trop, découvrir le plus possible sur une personne, ce qu'elle cache sous les apparence. C'était comme résoudre un mystère. Cela l'occupait, au moins, lui donnait une raison pour ne pas foncer dehors à la recherche de nouveaux endroits à explorer, de grimper sur le toit, s'infiltrer quelque part...
Là, par contre, il avait joint l'infiltration et le mystère. Parfait.

Le fauteur de trouble haussa les épaules. Oh, surement il avait du le voir, ce passage secret, mais il avait oublié depuis.

- On pourrait essayer de dire des mots de passes au hasard, on a toute la nuit. Je parie que c'est quelque chose du style "Fenry rules"...


Il avait déjà essayé de s'infiltrer dans un dortoir avec la même méthode. Après deux heures, Beckett s'était lassé et s'en était allé, à court d'idée de mot de passes.
L'islandais afficha une légère moue, cherchant dans sa mémoire s'il n'avait pas un vague souvenir des passages secrets de l'école. Puis sa théorie sur l'évacuation de l'eau le titillait...

- Il y a une trappe, aux sous sols.

Beckett plongea enfin son regard dans celui de Bertram, avec un vague sourire désolé et benêt, sans rien ajouter pendant de longues secondes. En effet, il n'avait rien à dire de plus dessus, mais son compagnon attendait surement une suite. Alors il reprit;

- Je pense que c'est un passage secret. Je ne sais plus où il mène par contre.


Alors il lui tourna le dos et reprit sa route.

- Mais ça me semblerait logique que ce soit lui ! Les égouts, l'eau, tout ça, c'est au sous sol non ? Avec la cuisine...

Oh, s'infiltrer dans les cuisines... le rêve.
Puis, cette trappe devait forcément mener à quelque chose d'intéressant, ils ne perdaient rien à y aller.


made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Ven 27 Juil - 18:30

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Pourquoi est-ce qu’il souriait comme un idiot ? Il était vraiment enthousiaste à l’idée de me voir agir et parler sincèrement ? Après tout ça, il était toujours...intéressé ? Pfff… il était vraiment ….bizarre. Et alors que je pensais ça, un drôle de sourire s’affichait sur mon visage, un espèce de sentiment de fierté. J’étais….flatté. Crétin.. Après tout, sa patience méritait d’être récompensée. Et quelque part j’avais hâte de voir l’expression sur son visage. Est-ce qu’il allait être choqué ?J’hoche la tête, déterminé sans le quitter des yeux.

Compte sur moi.



J’éclate d’un léger rire. C’était assez drôle comme tentative de mot de passe. Fenry rules.T’es con.

Si c’était Williams qui décidait des mots de passe, peut-être. Statistiquement, c’est pas rentable de juste lancer des mots de passe au hasard...et puis, c’est plus intéressant d’essayer de le contourner, ce fichu de mot de passe. Si c’est possible, ça voudrait dire qu’on y aurait accès toute l’année !



Et partir à la recherche d’un passage secret était bien plus excitant que de chercher un stupide mot de passe !

On pourrait prendre des bains toute l’année...



Et ça c’était le rêve. A bas les privilégiés, camarade. En hiver au lieu de se rendre dans les douches vétustes à la température approximative, un bon bain plein de mousse, ça suffisait à me vendre du rêve. Et pendant que je rêvais de bulles et de savons, mon complice se perdait dans ses souvenirs.

- Il y a une trappe, aux sous sols.


Ca suffit à me sortir de ma rêverie. Une trappe que je n’avais pas remarqué ? Voilà qui était intéressant. Un passage secret dans les cachots pouvait aussi bien mener à travers les égouts, d’anciennes oubliettes et que sais-je.
Et Beckett se mettait déjà en route, je le rejoins, prenant place à ses côtés.

.... Il n’y a qu’une seule façon de le savoir où ça mène.



Je fixe nos chaussures qui avancent en même temps, comme ce soir là. Sauf que nos pas sont plus rapides, pressés de partir à l’aventure. Cette nuit-là mes pas étaient plus lents, réticents à la séparation.  Je me souviens dans ces mêmes escaliers d’avoir réalisé à quel point j’avais des regrets. Je n’avais pas l’intention d’en avoir ce soir.

Et encore cette voix qui revient

On ne court pas les couloirs !

D’un bond je saute au dessus des dernières marches.

Je m’en fous.

DEV NERD GIRL

Contenu sponsorisé
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell

Rewarding failures • Beckett Campbell
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» SGA - Lorne/Beckett - Dis Lui - Poème - G
» Mlle Lorne-Beckett arrive
» [Ramsey Campbell] Soleil de minuit
» BLACK CAT ART PRINT BY J.SCOTT CAMPBELL
» Samuel Beckett

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Premier étage :: Salle des trophées-
Sauter vers: