[Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers

Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
[Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Dim 1 Juil - 18:22

Bal 2028 - Blue brothers

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

Le bal de fin d’année était le dernier évènement où on pouvait faire le bilan de l’année scolaire. J’avais réussi mes examens. J’avais eu l’occasion de “profiter de ma jeunesse” comme dirait Edwyn,de faire des rencontres fortuites qui s’étaient traduites en amitiés inattendues. Les serdaigles n’avaient jamais autant perdu, maison comme au quidditch ; un échec auquel j’avais largement contribué. Ajoutez à ça des détraqueurs dans le train, des cracmols enlevés et rendus, un tournoi qui avait mal tourné…

Est-ce qu’il y avait vraiment de quoi se réjouir ?

Je me pose la question devant le miroir alors que mes doigts nouent ma cravate bien serrée. Propre, bien rasé et bien coiffé j’étais prêt pour la mascarade. Je lève les yeux vers mon reflet. Mes cheveux coiffés en arrière, pas parfaitement brossés pour garder quelques ondulations. Je porte un costume neuf, bleu roi par dessus une chemise noire. On pouvait oublier ce blanc de l’innocence. Une plume de paon orne la poche à mouchoir, pointe d’originalité serdaigle. J’essaie d’ignorer l’appréhension qui me tiraille l’estomac.

Pourquoi est-ce que je me sens si nerveux ?

Je me fixe dans le miroir.Ce soir, j’étais un homme avec une mission. Un agent secret. Mission : réunir mon capitaine avec sa douce moitié. Pour se faire j’avais besoin de quelques gadgets : mon pineapple, ma baguette et mon déluminateur. J’avais également une complice : Soleil, qui m’avait confié de précieuses informations ainsi que son aide. La mission devait réussir afin d’éviter une année supplémentaire d’irritabilité dans le dortoir. Et heureusement, j’avais un plan.

Edwyn et Virgil étaient déjà partis, il ne restait plus que Béring le perfectionniste. Le blond avait beau avoir moins de cheveux que moi, il mettait le double de temps à se coiffer. Tout ça pour qui ? Je me le demandais bien. Je l’observe se préparer et sort mon pineapple pour prendre un cliché de monsieur le capitaine en train de se faire beau.

Tu es prêt ? On n’est pas en avance...



Comme d’habitude, mon cavalier/ ma cavalière pour le bas l’avait fait par dépit. Je n’étais donc pas plus enthousiaste que d’habitude à l’idée de me retrouver dans la grande salle, entouré de tous ces couples naissants. Mais si je voulais que mon plan fonctionne, je n’avais pas le choix. Je me laisse tomber sur mon lit. Avec un léger sourire et ce ton doux je finis par ajouter :

Tu as l’air très bien comme ça.



Et c’est vrai qu’il avait fier allure, plus grand et plus large d’épaule que moi. Qui sait avec un compliment, il finirait par aller un peu plus vite?

Sinon tu as envie de faire quoi ce soir ? Danser ?  



Il savait que je n’étais pas du genre extraverti à danser dès le début de la soirée. J’étais plutôt du genre à bavarder autour d’un verre et regarder les autres danser. Aussi, il ne pouvait pas compter sur moi pour un slow, c’était hors de question.

.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Béring Leszczynski
Princesse de Geoffrey
Princesse de Geoffrey
avatar
Messages : 336
Points : 475
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Lun 2 Juil - 21:16

ft. BERTi
BLUE BROTHERS
Devant le miroir Béring n’avait de cesse de défaire pour refaire dans la foulée. Défaire son nœud papillon bleu, refaire son nœud papillon bleu, défaire sa coiffure, refaire sa coiffure. Calvaire. Béring savait que rien ne clochait que ce soit avec l’un ou l’autre, sans vouloir s’auto-sucer. Quelque part, le pseudo perfectionnisme aidait le blond à oublier ces petites choses qui ce soir le dérangeaient, venaient bouffer par petit bout sa bonne humeur.

Il se doutait bien que ce ridicule petit jeu devait taper sur les nerfs de son colocataire, et bien heureux, cavalier qui avait plutôt l’air d’un lion en cage que d’un aigle. Quelque chose pesait sur lui, quant à savoir quoi… Ca sentait le plan foireux à des kilomètres.
On pouvait dire que le blond avait pris l’habitude de ne se présenter au bal qu’au bras de ses amis. Il y avait bien eu une occasion de changer ça. Sur le moment Béring n'en n'avait pas tant vu l'intérêt. En y repensant, une petite voix acerbe venait doucement lui murmurer un bien senti "Quel échec".

La remarque de son cavalier arrache un sourire au capitaine et au passage éloigne ses inutiles pensées.

"La princesse a besoin de temps pour éblouir le petit peuple Bert'."

Dans tous les cas, c'est pas comme s'ils étaient attendus. Béring avait pour credo qu'il fallait mieux laisser la soirée commencer avant d'y mettre les pieds. Il était temps d'abandonner là le miroir et tout le reste. À peines quelques enjambées et Béring ouvrait grand la porte du dortoir, prêt à partir.

"Fais pas genre de vouloir me draguer toi, j'ai bien compris que tu veux que je passe la seconde. 'Puis pour le coup là, c'est moi que tu fais attendre à faire le sac sur ton lit. Tu vas froisser tes fringues."

Le sourire de Béring trahit le manque de réel reproche de ses paroles. Même s'il n'a pas souvenir de le lui avoir dit, il est content que ce soit Bertram qui l'accompagne ce soir. Après quelques verres Mr. Tricot n’aurait déjà plus l’air de porter la pression de la résolution de la faim dans le monde sur ses épaules.

“Bien sûr qu’on va danser, ça s’appelle pas un bal pour rien. T’es au courant quand même, je te l’apprends pas ?”

Béring envoie claquer la porte derrière eux.

“Plus sérieusement, zéro plan spécifique. Dans tous les cas, on y va pour s’amuser. La plupart des gens s’en tapent de ce qu’on fait, ils sont juste là pour conclure.”

Haussement d’épaule. Le tout, c’est d’y aller et de passer un bon moment. Moment que Bertram ne semblait pas attendre avec impatience. Froncement de sourcils.

“T’es sûr que ça va toi ? T’as l’air louche. T’sais si tu te sens pas d’y aller, on est pas obligés, on peut faire autre chose, je t’en voudrais pas…”


C’est déjà une étrange soirée. Mais pas vraiment de quoi s’étonner, pour être honnête.
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Mer 4 Juil - 11:02

Bal 2028 - Blue brothers

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

Mon capitaine prend son temps en s’appelant lui-même une princesse. J’y avais pensé et je n’avais pas osé. Ca peut vous paraître difficile à croire, mais ce grand gaillard agissait bel et bien comme tel. Il se permet un petit écart. Il sait que je déteste ce surnom. Il sait que je trouve que ça ressemble au bruit d’un chat qui régurgite.  Si je ne l’ai pas dit 100 fois, je ne l’ai probablement jamais dit. D’un ton dénué de reproches, je me permets de le reprendre:

Bertram, pas Bert, votre altesse ~



L’envie viscérale de l’appeler Lèchezynski s’arrête de justesse au bout de mes lèvres . Si je veux que mon plan fonctionne, il serait préférable de ne pas l’irriter davantage. Et puis qu’est-ce qui m’arrive ? Ce n’est pas mon genre de manquer de faire ce genre d’erreurs stupides.

J’éclate d’un rire candide forcé à sa remarque. Non je ne vais pas le draguer. Je n’ai pas passé tant de temps à me défendre d’une quelconque homosexualité pour qu’on puisse me secouer avec ce genre de remarque. En revanche,  la perspicacité de mon camarade parvient encore à me surprendre à l’occasion. Il faut croire qu’après 8 ans de colocation intensive, il a commencé à décoder certaines de mes intentions. Je me lève promptement passant une main sur le tissu pour le rendre plus lisse. Enfin !

Je le suis docilement alors qu’il prononce son sarcasme. Si Béring pense vraiment que les bals sont uniquement faits pour danser, c’est qu’il manque cruellement d’imagination.

C'est juste que… je ne suis pas très à l’aise pour danser.



Ce n’était pas tout à fait vrai. J’aimais beaucoup danser. Juste pas dans une salle pleine de monde. Pas forcément la valse non plus, surtout que je n’avais jamais dansé avec un garçon avant et ça compliquait pas mal de choses. Je préférais largement discuter et regarder les autres danser.

C’est pas faux...



Je passe mes doigts nerveux sur ma cravate pour la lisser songeant aux implications qu’il venait de me fournir. Pour tout le monde, le bal servait à demander à son crush de venir, pouvoir danser avec l’élu de son coeur dans une occasion ou le contact physique était socialement autorisé, échanger un premier baiser et finir le reste de la soirée en privé pour les plus chanceux. C’était le dernier évènement de l’année. La dernière chance pour certains avant de disparaître pendant deux mois.

Mon regard se tourne vers le blond en silence. Comment sait-il ? Oui je préférais de loin rester à l’intérieur, s’apitoyer sur moi-même comme on s’enroule dans un plaid. Manger des chips et des patacitrouilles en regardant un buddy movie complètement idiot. Ne pas descendre. Ne pas voir les autres. Ne pas voir Beckett aux bras de sa cavalière. Ne pas faire semblant de l’ignorer, lui et cette sensation nerveuse.

Pendant une seconde je considère sa proposition si alléchante avant de me rappeler l’essentiel. Bertram, tu as un plan. Tu fais ça pour Béring. Sinon j'aurai accepté en un battement de coeur. Et s’il a perçu que quelque chose me trouble, ce n’est pas grave. J’ai bien l’intention de m’en servir. Continue comme ça . Je fais mine d’être un peu surpris, un peu distrait :

Quoi ? euh...non, ça va ! Et puis tu n’as pas mis tant de temps à te préparer juste pour rester ici.



Je lui adresse un léger sourire avant de le rassurer :

Et regarde-nous ! Ca serait un crime de ne pas montrer ça au reste de Poudlard. C’est peut-être la seule fois où je pourrais me vanter d’avoir des vêtements assortis aux tiens aussi haha !  



Béring ne tarissait pas de remarques sur mon style vestimentaire. Le fait de porter des costumes assortis représentait un petit exploit en soi.

Sur le chemin de la grande salle, nous croisons déjà des gryffondors retardataires en tenue de soirée. Il y a un sentiment d'effervescence lors du bal de fin d'année. C'est indéniable, tout le monde espère que quelque chose se produise. Devant les portes, les couples s’attendent anxieusement. Je reconnais à peine Beckett avec son costume vert et ses cheveux bien peignés.  Je baisse légèrement la tête en passant sur le côté pour les éviter. Ils restent plantés à se sourire comme des idiots et à entraver le passage.

A l’intérieur c’est un florilège de couleurs, de robes élégantes et de costumes aux couleurs et motifs peu conventionnels. Les professeurs sont à leur place, avec les invités d’honneur du bal. La décoration est somptueuse tout comme le buffet. Tout pour en mettre plein les yeux. Je m’arrête un instant et observe la foule. Andy et Felix sont déjà en train de danser. Je cherche Soleil et Edwyn du regard mais je ne la trouve pas.

Est-ce que tu vois Edwyn ? J’ai bien envie de voir qui est sa mystérieuse cavalière… Tu sais qu’il lui a demandé de venir avec elle il y a plusieurs mois ?



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Béring Leszczynski
Princesse de Geoffrey
Princesse de Geoffrey
avatar
Messages : 336
Points : 475
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Mar 10 Juil - 21:35

ft. BERTi
BLUE BROTHERS
Moue dubitative, Béring a appris à sentir l'entourloupe à des kilomètres. Le problème était seulement que, présentement, il ne voyait pas ce qui pouvait bien se tramer. Le blond s'en remettait à cette étrange sensation qui lui faisait froncer les sourcils et ressembler à une vieille chouette méfiante. Qui ne dit rien consent, et pour l'instant Béring allait consentir à laisser Bertram s'occuper de son business.

Deux tocards en plein milieu de l'entrée. Béring n'était jamais méchant gratuitement. Enfin, plutôt, ça dépendait de son humeur. En ce moment, elle oscillait entre acide et détestable, réduisant à néant la certaine timidité qui subsistait en lui. Alors, Béring n'aurait rien dit, ce soir, s'il n'avait pas capté le regard gêné de son cavalier, colocataire et ami. Il se fichait du pourquoi du comment, pour l'instant. Les deux baveux n'entendraient sûrement pas sa remarque acerbe préparée avec amour, mais ça ferait au moins du bien à une personne. Si ce n'était pas à Bertram, ce serait à lui.

"On abandonne les cagettes au milieu de la route maintenant ? C'est pas comme si on avait qu'une seule porte pour passer."


Sans trop se poser la question de savoir s'il irait en enfer pour ça, Béring poussa un soupir satisfait, se disant que ça faisait quand même du bien. C'est ainsi, avec un éblouissant sourire aux lèvres, que Béring entra à la suite de ce cher Bert' dans la grand salle.

"Allez, tire pas cette tête koleś. On croirait voir Rémi sans famille et clairement, c'est pas le feu."


Comme d'habitude, c'est coquet. C'est si coquet que ça en devient répétitif. Quelqu'un devrait lancer l'idée d'un bal avec une décoration moche, juste pour voir.
À force de divagation, Béring en oublierait presque la légère tristesse qui s'est traîtreusement insinuée dans son cœur une fois cette grande porte franchie. Tristesse, à l'image d'une pieuvre difforme dont les multiples bras sont tant de causes divergentes : l'imaginaire un peu trop fertile qui balance des "et si...", la déplaisante certitude que son cavalier n'apprécie pas tant que ça de passer la soirée à ses côtés... La liste semble s'allonger un peu plus à chaque instant.

Sorti de ses pensées par la question de Bertram, Béring se sent bête l'espace d'un instant. Ned ? Remarquer l'absence de la touffe rousse qu'est leur camarade chambre ne prend que quelques instants au blond. Sourcil arqué, il se tourne vers son cavalier.

"Jure ? J'pensais pas que c'était vrai... Il devait vraiment être déterminé. Enfin, je suppose qu'il l'est toujours. J'espère, même."


Trop de mots pour n'exprimer qu'une seule pensée.

"Mais, t'inquiètes. Je suis sûr que le génie saura faire remarquer sa présence au moment même où il posera un pied ici."


Référant sarcastiquement à l'ego de leur colocataire, Béring ne pouvait néanmoins pas nié que le personnage était talentueux. Il ne l'avait jamais nié. Il n'aurait pas repeint la salle commune de serpents avec n'importe qui.

"T'es vachement au courant des potins toi. C'est Soleil qui t'update ou quoi ? "


Rire amusé et sincère. Béring commence déjà à avoir un peu soif.

"Ca te dit de prendre un verre ? J'te dirais bien qu'en gentleman, c'est moi qui paye, mais c'est gratuit. Avec un peu de chance, on tombera sur quelqu'un en chemin."


La question était bien évidemment seulement rhétorique. Sinon, Béring n'aura pas déjà passé son bras dans celui de l'autre pour le tirer derrière lui et braver la foule sans le perdre.
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Ven 13 Juil - 15:28

Bal 2028

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

C’est avec une expression assez colorée qu’il envoie balader les deux tourtereaux devant la porte. Moi, je fais de mon mieux pour passer inaperçu, comme toujours. Béring n’avait jamais vraiment été du genre docile et discret,  mais avec le temps ça avait empiré. Son humeur irritable avait tendance à dépasser parfois les limites. C’était pour ça qu’il avait bien besoin d’une intervention d’urgence. Sa réflexion provoque une question :

Rémi sans famille ? C’est quoi ?



Au moins ça fonctionnait ! Contrairement aux années précédentes je n’arborais ce sourire, cet air faussement jovial. C’est donc avec un faible effort que je force à sourire. Ca m’arrange qu’il pense que quelque chose ne va pas.

T’en fais pas, ça va. J’ai juste besoin d’une minute pour me mettre dans l’ambiance.



Béring n’ignorait pas que je n’étais pas le genre à être invité aux fêtes clandestines. Je n’étais pas le genre à faire la fête du tout, à l’exception des obligations sociales imposées par la fin d’année et le quidditch. Honnêtement, même si nos costumes sont assortis, le reste ne l’est pas. Je tente une diversion en abordant le sujet de Ned et de sa mystérieuse compagne. Le ton sarcastique de Béring ne passe pas inaperçu. J’éclate d’un rire poli. On ne pouvait pas nier que le génie avait tendance à se faire remarquer dans sa quête d’anticonformisme.

Oh si tu savais

Quoi ? Non…c’est Edwyn qui m’en a parlé au détour d’une conversation.



Il n’était pas du genre à faire des mystères. Ni à se vanter d’ailleurs. Par contre Soleil… elle m’en avait raconté des potins. Mais pas sur Ned. D’ailleurs je la cherche dans la foule. Elle a l’air ravissante. Parfait, j’aurai besoin d’elle plus tard. Alors qu’il suggère d’aller boire un verre et n’attend pas mon consentement pour m’entraîner vers le bar. J’ajoute avec un sourire poli.

Ca me paraît être une bonne façon de commencer la soirée.



Avec un peu de chance on tombera sur quelqu’un en chemin. Je l’ennuyais déjà tellement qu’il devait espérer tomber sur quelqu’un d’autre ?  Bon...il n’avait pas tort. Mon regard balaie le buffet et l’énorme bol de ponch liquide. Un vrai nid à bactérie. Ce truc avait aussi le goût de bonbon liquide - qui buvait ça à part les troisièmes années ? Il s’arrête devant un plateau d’élégantes flûtes de champagnes. Je lève la mienne pour trinquer, tentant d’abord une faible plaisanterie

Bon, tu ne l’as pas payée mais c’est l’intention qui compte, non ?  Ahaha !Hmm...A quoi est-ce qu’on pourrait trinquer ?



A l’exception de mes résultats scolaire, l’année avait été désastreuse. Coupe, quidditch et enlèvements, soudainement ça remettait tout en perspective. Mes doigts libres caressent nerveusement ma cravate, je baisse la tête à la recherche d’une idée avant de la relever.

Au fait de retrouver mes colocataires géniaux l’année prochaine !



Le verre tinte en se touchant et la première gorgée de champagne me picote la langue. Presque aussitôt je pousse une exclamation, déposant délicatement mon verre et tapoter ma veste.

Attends, ma grand-mère va absolument vouloir une photo, où est-ce que j’ai fourré mon téléphone ?..... Ah je crois que je l’ai laissé dans le dortoir. Ca te dérangerait de prendre une photo et de me l’envoyer ?



Evidemment que j’avais mon pineapple. Allumé, programmé sans sonnerie et sans vibreur. Mais ça Béring ne pouvait pas le savoir.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Béring Leszczynski
Princesse de Geoffrey
Princesse de Geoffrey
avatar
Messages : 336
Points : 475
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Mar 17 Juil - 18:40

ft. BERTi
BLUE BROTHERS
Ce pauvre Bertram manquait cruellement de références moldues... Certes, Rémi sans famille n'était peut-être pas la chose la plus joyeuse à laquelle il pourrait introduire son ami. Il avait lui-même toujours fuit ce dessin animé. Non, ça ne ferait pas l'affaire. Béring lui montrera plutôt Mary Poppins. Un des personnages portait le même nom que le collectionneur de pulls, ça lui plairait sûrement. Le blond nota dans un coin de sa tête de revenir plus tard sur le sujet, quand la soirée serait un peu plus avancée peut-être.

" C'est la meilleure façon, tu veux dire ! Si je te rends ivre y a peut-être une chance que tu danses avec moi."
Plus qu'autre chose, c'est une blague. Malgré les mots qu'il pouvait avoir, le blond ne forcerait pas son ami à danser avec lui ce soir. Même s'il avait du mal à mettre le doigt sur l'origine du malaise de l'autre, il pouvait comprendre et respecter son existence. Tout ce qui compte, c'est de passer un bon moment avec quelqu'un qu'on apprécie, ce soir. Pas besoin de quoi que ce soit d'autre.

C'est sur d'élégantes flûtes de champagne, qui viennent tout juste d'être servies, que le capitaine jette son dévolu. Il en tend une à Bertram avant qu'elles aient toutes disparu. Les verres se lèvent, mais ça ne trinque pas encore. Les remarques maladroitement forcées de Bertram arrachent un rire à Béring.

"Flatteur, ça va te jouer des tours ! T'sais, on peut aussi trinquer à tous les tocards qui vont nous ficher la paix pour un certain temps !"



Tchin ! Dieu seul sait qu'il y en a des tocards. Le regard de Béring se perd dans le vide, fixant quelque chose qui n'existe pas. Ils sont plus ou moins détestables, mais il y en a un particulier que Béring adore aimer et haïr sans plus vouloir se l'avouer. S'il avait écouté son lui profond, il se serait déchaîné et lui aurait définitivement cassé la gueule quand il en avait eu l'occasion. Et au fond, qu'est ce qui l'en avait empêché ?

C'est la grand-mère de Bertram qui sort le blond de ses pensées, au sens figuré. Il la connaît pas la mamie de Bert'. C'est sans doute une charmante vieille femme, aussi bien sous tout rapport aux premiers abords que son petit-fils. C'est tout en riant que Béring dégaine son téléphone portable, sans oublier de lever les yeux au ciel pour la forme.

"J'vois t'inquiètes, ça va frimer devant ses copines sur son petit canard en regardant les feux de l'amour."

À y penser deux fois, Bertram ne connaît sans doute pas non plus les feux de l'amour. Pas que ce soit une grosse perte. On tournait sans doute autour du 16000 eme épisode maintenant...
Béring prend un léger recul, cadre, prêt à jouer le paparazzi.

"Allez Bertam, fais un joli sourire pour ta gentille mamie !"



Sans vraiment plus attendre, Béring laisse le mode appareil photo se déchaîner. Il y aura bien au moins une bonne photo affiche dans le lot. Une qu'il pourra exhiber fièrement de retour au dortoir. Ca lui donne une idée.

"Tiens bouge pas ! On va en faire une ensemble. Comme ça, on aura un vrai souvenir, pour nous deux."

Rapidement, le capitaine rejoint l'autre pour passer amicalement un bras autour de ses épaules. L'écran leur renvoie l'image de deux visages souriants, bien qu'un peu gênés. Ce genre d'interaction est assez rare, c'est vrai, assez pour qu'elle rende à Béring un sourire éclatant de sincérité qui pourrait peut-être déteindre sur l'humeur de son cavalier d'un soir.

"C'est dans la boîte, je t'envoie ça direct. Et dis, je m'demandais un peu t'as des trucs de prévus pour les vacances ?"

Béring ne s'imaginait pas vraiment passer autant de temps sans même voir ses amis...
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Jeu 19 Juil - 22:32

Bal 2028

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

Tintement de verres et éclats de rire, la soirée était bien partie. La perspective de danser ne me fait pas bondir de joie mais cela n’a rien à voir avec mon partenaire. C’est l’idée de danser dans une salle pleine de monde. De plus les mélodies un peu vieillottes de l’orchestre ne me faisait pas envie. Idéalement je préférerais danser seul dans un club avec de la musique électro...mais on ne peut pas tout avoir. Avec un demi sourire, je réponds :

Pas besoin d’être ivre pour danser avec toi. Mais je te préviens, je ne sais que mener la valse !



En d’autres termes, il allait devoir jouer le rôle de la jolie fille en robe, les mains sur les épaules et tout le tralala. Parce que je ne me voyais pas faire ça. Le toast de Béring est une fois de plus coloré par son humeur habituelle. Si je ne m’abuse, il est adressé à Smith. Le tocard qui va lui foutre la paix un certain temps.. On verra bien.Les lèvres serrées je me retiens de commenter innocemment “ un tocard en particulier ?”. J’allais suffisamment jouer au con innocent de la soirée, il ne fallait pas saturer ma victime dès le début.

Mon mensonge fonctionne et mon capitaine brandit son pineapple pour immortaliser ce moment grandiose. Sa remarque me fait sourire. C’est vrai qu’elle regarde ce torchon. Et quand je passe la voir et que je fais mine de m’y intéresser, elle me raconte le contenu des 100 derniers épisodes ce qui me laisse profondément interloqué. Comment peut-on condenser autant de drama en si peu de temps ?

C’est exactement ça !



J’arbore donc mon sourire le plus radieux pour la photo adressée à ma grand-mère. J’acquiesce avec un sourire son idée de selfie. Parfait. Il passe son bras autour de mes épaule, moi le mien autour de sa taille sans serrer.

Bonne idée !  #beaux gosses, cheeeeeeeese !



Ouais, il ne nous manquait que des lunettes de soleil et on pouvait faire de la concurrence à Caesar Blackwell en terme de coolitude. Si seulement on était pas les plus gros losers de l’année…

Plus tard, en reposant les yeux sur cette photo, on se souviendra d’un bon moment. Pas de la nervosité, pas de la pire année de tous les temps pour les serdaigles. Il n’y aura que ces sourires - un peu forcés peut-être, qui mentent pour embellir nos souvenirs. On reprend nos places, la distance habituelle, sirotant le contenu de nos flûtes avec nonchalance.

Ces vacances-ci ? Comme d’habitude. Boulot étudiant au ministère, passer du temps avec mes grands-parents, prendre de l’avance sur l’année prochaine...




Chaque année c’était d’abord deux semaines de boulot étudiant au ministère ( merci les pistons de maman). Passer son temps à guider les visiteurs, et effectuer les tâches ingrates du service de permis de baguettes - bref rien de bien palpitant bien que lucratif. Ensuite c’était le retour chez les moldus, passer du temps à la mer, s’ennuyer, lire ses manuels pour prendre de l’avance…

Et voir si je peux me laisser pousser une barbe digne de ce nom. Ne rigole pas ! J’ai une moustache plutôt décente déjà ! Et toi, tu...as des trucs prévus pendant les vacances ?



Est-ce qu’il avait eu des plans avec Smith qui étaient tombés à l’eau. J’étais vraiment intéressé de le savoir et s’il faisait mine de ne pas l’aborder je lui poserai la question. En attendant….Mes doigts tapotent le verre, nonchalamment d’abord. C’est un signe de nervosité que je n’ai aucune difficulté à exécuter. Peut-être que je me sens vraiment un peu nerveux, mais pas pour ça. Du coin de l’oeil, j’aperçois Beckett et sa cavalière qui plaisantent et s’amuse. Non, ce n’est pas le moment de dérailler, ignore-le autant que tu le peux, ne le regarde pas . Mon regard glisse alors sur le blond en face de moi avant de chercher un coin tranquille pas trop loin. Juste un coin de mur un peu plus tranquille, à l’abri des autres conversations.

Hey...Béring, est-ce que...heum...est-ce que je peux te poser une question personnelle ?



L’air de rien, je me déplace sur le côté, comptant sur lui pour me suivre. J’abandonne mon verre de champagne, déjà vidé. Je fais mine d’ajuster ma cravate qui est déjà parfaite, de la lisser. D’autres signes de nervosité. Mais ceux là je les contrôle - acteur sous représentation. Mon regard le fuit avant de le retrouver et de bafouiller un peu.

Quand….non...comment tu as su que… tu…aimais les garçons aussi ?



Dans le dortoir on discutait peu de sexualité, ce n’était pas un sujet tabou, c’est juste que...je n’osais pas m’aventurer dans le sujet, trop inexpérimenté pour avoir un avis. Trop réservé. Quand les autres en parlaient je trouvais toujours un prétexte valable pour les ignorer ou quitter la pièce. Et pourtant, aujourd’hui, j’abordais le sujet. Et probablement que Béring était la bonne personne à qui en parler

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Béring Leszczynski
Princesse de Geoffrey
Princesse de Geoffrey
avatar
Messages : 336
Points : 475
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Lun 23 Juil - 0:11

ft. BERTi
BLUE BROTHERS
C'était à croire que Bertram ne s'arrêtait jamais... Souvent, Béring se demande si son ami est véritablement heureux. Il n'a jamais vraiment réussi à le déterminer. Il semble toujours bloqué par quelque chose. Béring n'a rien contre le fait de s'évertuer à réussir ses études, à préparer son futur. Lui-même est atteint par cette même envie de réussite intellectuelle. Ce qui déstabilise le blond, c'est que parfois, il n'a pas l'air de faire tout ça pour se plaire à lui-même.

"Lourd ! Eh, commence pas avec ta barbe, comment on va faire pour te reconnaître après ? T'auras plus le temps de bosser tout le monde va te courir après."


Son ami n'aurait peut-être pas de temps pour lui, finalement... Mine pensive. Béring ne sait pas trop quoi dire. Il aurait dû prévoir que la question allait être retournée.

"J'sais pas trop encore, moi... Peut-être aller voir mes grands-parents et sûrement rejoindre mon père en Patagonie, pour aller voir des baleines. Le genre de trucs que je fais d'habitude quoi."


Béring ne développerait pas sur les baleines en question, même s'il s'agissait de baleines franches. L'idée avait germé il y a quelques semaines et restait à confirmer. De nouveaux horizons feraient sans aucun doute le plus grand bien au capitaine. Rien que de l'imaginer faisait naître l'envie de devenir quelqu'un d'autre.

L'attitude de Bertram semble se charger subitement d'un peu plus d'anxiété. Froncement de sourcils, traduction de l'incompréhension de Béring. C'est vraiment une étrange soirée. Les iris bleus du capitaine suivent avec application les mouvements de son ami. Les choses ne se passaient pas comme ça d'ordinaire, il se sent perdu. Sa voix est mal assurée.

"Euh... Ouais. Aucun souci, t'inquiète... Vraiment."

Il est paumé Béring. Tout le monde connaît cette étrange sensation de stress qui monte, quand vos amis vous posent exactement cette question... Alors, il suit son pote en silence, Béring. Sa main vient passer sur sa nuque, trahissant les pensées du blond. L'endroit choisi pour l'échange se veut un peu à l'écart, laissant comme dans un autre monde la faune qui s'est réunie ce soir. Et puis Béring est bloqué. Aussi bloqué que quelqu'un à qui un enfant demande comment on fait des bébés...

"Ah..."

Toute l'énergie que Bertram avait ces dernières années mit un point d'honneur à faire comprendre à tous par a + b, que non, il n'aimait pas les garçons. Béring tourna et retourna la question dans sa tête. Quelques secondes gênantes défilèrent, menaçant de peser sur le reste de la soirée. Le capitaine ne voulait pas que sa réponse froisse son ami.

"Je suppose que ça dépend des gens, ce genre de trucs, t'sais ? Mais bon, moi, c'est un peu con quand même. Et si tu te poses la question, c'est pas grâce à Smith."


Meh.

"On devait avoir 15 ans, quelque chose comme ça..."


Non. Si Béring partait comme ça, ça risquait de traîner en longueur, de devenir incompréhensible : explication d'une révélation.

"Bon, ce que je veux te dire, c'est qu'il faut se poser les bonnes questions Bert'. C'est ce que j'ai fait. On est prédestinés, on choisi pas qui nous attire, qui on aime. Du moins, je le pense."

Le regarde de Béring se porte sur la foule bruyante, qui s'amuse. Il aurait bien étayé son propos par des explications, mais cette soirée n'était pas placée sous le signe de la science.

"T'es grand, Bertram. Dis-le-moi si je me trompe, mais tu sais ce que c'est que d'être attiré par quelqu'un. C'est pas l'attirance que j'ai remise en question, quand ça m'est arrivé. C'est moi, et je comprenais pas. Ca m'a longtemps trotté dans la tête, tout ça. C'est des choses que tôt ou tard, on arrive plus à mettre de côté. C'est arrivé."


Le souvenir arrache à Béring un léger rire. Avec du recul, ça avait été relativement nul, son premier baiser avec un garçon.

"Puis après ça, il me semble que je me suis posé la vraie bonne question. Qu'est-ce qui me rendrait heureux ? Plus heureux. M'occuper de mon cul comme je l'entends, et non comme les autres le souhaiteraient. J'crois que c'était ça la réponse. J'ai su que j'aimais aussi les garçons quand j'ai compris que ça me rendait heureux, Bertram. Et je l'ai accepté."

Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Lun 23 Juil - 21:43

Bal 2028

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

Je dois avouer qu’avec mes cheveux longs, une jolie petite barbe et mes pulls moches - j’aurai l’air d’un parfait hipster. Qui sait ? Peut-être que ce sera le faible de quelqu’un. Malheureusement vu la progression de mon implémentation ça ne sera pas pour la rentrée.

Ahaha, ne t’en fais pas, tu me reconnaîtras grâce à mes pulls.



Pulls que Béring avait plusieurs fois tenté de me convaincre de mettre à la poubelle - échec cuisant, bien évidemment. En revanche je suis un peu coincé alors qu’il ne mentionne pas Smith du tout dans ses plans de vacances. Ca allait si mal que ça ? Et puis…le papa et les baleines en Patagonie m’ont un peu distrait, bien malgré moi.

Waw, tu me montreras les photos à la rentrée ?  



Sans doute que s’éloigner et prendre l’air lui ferait du bien. J’aurai aimé faire pareil et partir à l’étranger, mais avec le boulot de ma mère c’était impossible. S’éloigner un peu du monde des sorciers britannique parfois si étouffant et laisser ses soucis en arrière.

Normalement j’aurai attendu encore un peu avant de lancer l’offensive. Ce n’était que la première étape de mon plan. Parce que je ne lançais pas le sujet innocemment, non. J’avais toujours des arrières-pensées, des intentions secrètes...Et le but ici était qu’il me parle de Smith. Je ne suis pas le seul à être visiblement mal à l’aise à cause de cette révélation. Béring bute sur ses mots et annonce la couleur - il ne compte pas parler de son petit ami ..ou de son ex.

Mince.

Voilà qui compliquait fortement mon plan. Moi qui voulait avoir son point de vue sur leur rencontre, peut-être même faire jouer un peu de nostalgie….Pour essayer de les remettre ensemble, je devais comprendre ce qu’il avait bien pu lui trouver à ce Poufsouffle, à part son physique avenant. Tel un Gps, j’étais en train de recalculer mon plan de route mais c’était sans compter sur l’intervention de mon capitaine.

Ses mots n’étaient pas forcément bien choisis, mais authentiques. il faut se poser les bonnes questions Bert'....., on choisit pas qui nous attire, qui on aime. Je lève les yeux vers lui.  Mes lèvres s’entrouvrent prêtes à prononcer un autre de ces mensonges Je n’ai pas dit que j’aimais les garçons. avant de se retrousser. Ca ne sert à rien. Il n’est pas idiot. Il sait. Il savait avant même que je l’admette. Il regarde ailleurs, mais moi je ne lâche pas des yeux. J’ai l’impression de le redécouvrir, plus intelligent, plus sensible que je ne le pensais. C’était comme si pendant 8 ans je l’avais négligé,   vu mais pas regardé, entendu, mais pas écouté.

Je pensais que mon plan était bien conçu, paré contre toutes les attaques. Mais j’avais négligé un aspect crucial. Je n’avais pas prévu d’avoir cette boule dans la gorge. Je n’avais pas prévu de ressentir ça, d’entendre ces mots. Lorsque j’étais sorti du placard, Beckett avait à peine sourcillé.

Et Béring, lui, il …..

Les mots s’envolaient hors de ma portée sous le coup de l’émotion. Etre heureux...je réalisais maintenant que cela n’avait jamais fait partie des mes objectifs. Trouver qui était mon père, rendre ma mère fier, approfondir mes connaissances en occultisme, travailler pour le département des mystères...Est-ce que tout ça avait pour but de me rendre heureux ? Les aventures avec Beckett, oui. Mais ce plan foireux n’était pas pour me rendre heureux, c’était pour Béring.

Le regard ailleurs, j’acquiesce vaguement de la tête me mordant l’intérieur des joues pour éviter de laisser l’émotion me submerger. Etre heureux. L’accepter….Des choses qui paraissaient si simples et pourtant si complexes qu’elles me paraissaient hors d’atteinte. Ma voix d’ordinaire si  calme se casse un peu.

Je vois….Désolé...



Je ne sais même pas pourquoi je lui demande pardon. J’ajuste le col de ma chemise qui me semble soudainement trop serré, comme mon coeur.

Au final, c’était lui qui me faisait dérailler.  Non, je ne m’attendais vraiment pas à ça.  Je peux sentir mes doigts trembler un peu, je les resserre autour de mon verre et ferme les paupières une seconde supplémentaire. Il me restait encore suffisamment de ressources pour retourner la situation en ma faveur et repartir sur le sujet. Merci à l’occlumancie pour m’avoir davantage appris le contrôle des émotions. Je les laisse s’envoler comme des ballons. Il est temps d’être efficace, pas émotif.

Pour Béring.

Et est-ce que tu l’es vraiment ? Heureux. Ca fait un moment que tout le monde voit que ça ne va pas. Et je ne parle pas du quidditch.



Pour me donner une contenance et retrouver mes esprits, j’avale une autre gorgée de champagne avant de croiser son regard.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Béring Leszczynski
Princesse de Geoffrey
Princesse de Geoffrey
avatar
Messages : 336
Points : 475
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Mer 1 Aoû - 22:41

ft. BERTi
BLUE BROTHERS
Des excuses au sens flou, qui n'ont aucune raison d'être. Béring espère que ses mots ont trouvé un écho, quelque part au fond de son ami. Finalement, c'est aussi ce qu'on peut espérer de mieux, que ceux qui nous entourent soient heureux. En harmonie avec soi-même, comme dirait son père. Mais bon, il est un peu spécial cet homme-là.

"T'as pas à..."

Embryon de phrase interrompue. Et l'argumentation de Béring se retrouve vicieusement retournée contre lui. Ses paupières papillonnent, plusieurs fois. Il est un peu désorienté, le capitaine au caractère bien trempé. Il ne sait pas quoi dire. Des tentatives de réponses s'échafaudent dans sa tête. Il aimerait détourner cette question si dérangeante. Au fond, la réponse, il la connaît par cœur. Il en a fait le tour plusieurs fois même, Béring. Le blond aimerait pouvoir tromper son monde aussi facilement que d'autres, mais il n'a pas cette capacité. Ses émotions s'expriment avec beaucoup trop de force pour être voilées. Les bouleversements font du capitaine un livre ouvert. C'est un coup de maître de la part de Bertram.

"Bien joué."


C'est murmuré du bout des lèvres, pas plus fort qu'un soupir lasse. Comment dire les choses telles qu'elles sont ? Comment expliquer ? Béring a toujours été plus doué pour régler les problèmes des autres que les siens. Un mensonge, aussi infime soit-il, ne fera de bien à personne. C'est dommage. Sans savoir quoi faire d'autre, Béring vient enlacer l'autre. Le contact fait rougir ses yeux. Il le serre fort contre son cœur qui bat, pour exprimer ce dont les mots sont incapables.

"J'espère que ça te suffit comme illustration de mon état."


Soupir gêné. Il relâche son ami. Une main vient se perdre dans ses cheveux si bien coiffés en début de soirée, et il s'en fiche Béring. Faire semblant qu'ici tout va bien, toute cette hypocrisie, c'est la dernière de ses priorités.

"Je suis pas le plus à plaindre. J'veux dire, ça va passer. C'est juste un moment de transition. Chaque coin de ce putain de bahut de merde me rappelle... Bref. Tu verras, Bertram, après les vacances ça ira mieux."


L'auto persuasion sonne complétement faux, le sourire forcé de Béring, encore plus.

"Ca ira mieux, parce que j'ai envie que ça aille mieux."


Il avait envie d'être heureux à nouveau, mais il ne savait pas comment.
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 449
Points : 958
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers Jeu 2 Aoû - 18:01

Bal 2028

Bertram Godfrey & Béring Leszczynski

Ces excuses bafouillées, au départ j’ignorais d’où elles venaient. Peut-être que je lui demandais pardon pour lui avoir menti si longtemps. Si j’avais su qu’il réagirait comme ça, je lui en aurais peut-être parlé bien plus tôt. Par contre, il ne comptait tout de même pas, après un si beau discours, que je ne le retourne pas contre lui ! Je prétend ne pas entendre son soupir, le fixant avec une certaine inquiétude. Béring allait mal, depuis un certain temps. Lui en parler franchement était presque impossible, la simple mention d’un certain nom provoquant des tempêtes de “tocards” en masse. Nous étions tous des témoins impuissants de son incapacité à gérer ses émotions.

Je m’attendais à une vraie réponse. A ce qu’il me parle de ce qui le tourmentait, du fameux Tocard avec un T majuscule. Donc, non, je ne m’attendais pas vraiment à ce qui me serre dans ses bras. Béring était plus du genre à coller des baffes que de faire des câlins. En public en plus. Etourdi par cette démonstration d’affection je mets un moment à réagir pour l’enlacer faiblement. Que faire dans cette situation ? J’étais un peu perdu - désarçonné par une étreinte que je n’attendais pas, réduit au silence par sa soudaine intensité.

Je ne suis pas sûr du sens de ses mots jusqu’à ce que ça vienne me frapper. Il allait mal au point d’être incapable d’en parler. En point de me serrer dans ses bras dans une pièce pleine de monde. Il avait besoin de soutien, peut-être de tendresse mais ignorait comment le demander.


Hm-Hm.



J’hoche vaguement la tête en le relâchant, incapable de trouver des mots réconfortants après avoir été serré aussi fort dans les bras de mon capitaine. J’ai bien peur de dire des conneries.  Sa main vient alors attaquer ma coiffure impeccable, indigné, j’essaie de l’éviter avant de la rétablir d’un coup de baguette.

Hey ! Ca prend du temps à faire !  



Tout ça me semble un peu étrange, comme si j’avais atterri dans la cinquième dimension. S’étreindre, toucher des cheveux, même pour jouer - ça ressemblait plus à ce que je faisais avec Beckett. Mais c’était Béring. Mon capitaine au coeur brisé. Vous comprenez ma confusion. Il m’assure ensuite que tout ira bien.

Tu es sûr que c’est moi que tu essaies de convaincre, là ?



Contrairement à Béring, j’étais convaincu du contraire. Il allait encore aller mal longtemps, à moins de faire quelque chose, de réagir. Comme si c’était si simple, de vouloir pour pouvoir. Ses mots étaient bien jolis, mais ce n’était que ça : des mots. Sinon cela ferait quelque moi que ça irait mieux. Parce que ces couloirs il allait encore devoir les supporter un bon moment.

J’ai bien peur que tu sois un peu “bloqué”, Béring.  



Je le regarde avec bienveillance.

Je sais que je n’y connais rien en relation mais ...peut-être que je peux t’aider.  



Si tu me laisses faire.

Soleil avait déjà essayé, c’était à mon tour. Qu’est-ce qu’il avait à perdre ? Je n’y connais peut-être rien en relation amoureuse, mais l’hésitation ça me connaît. Je tends la main vers lui.

Fais-moi confiance et donne moi ton téléphone.  



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: [Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers

[Bal 2028] Bertram & Béring - blue brothers
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Coffret Trilogie "Retour vers le futur "Blue-ray édition collector
» comment fabriquer un ring tna ?
» WWE Flex Force Breakdown Brawl Wrestling Ring
» [THEME] LASKARTHEME V2 "Black","Blue","Green" and "Transparent"
» La Pavoni Blue Brand - VeroBar VRS & VRV

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp :: le chateau de poudlard :: Rez de chaussée :: La grande salle-
Sauter vers: