après le gel - pv SELENE

Invité
Invité
après le gel - pv SELENE Mar 7 Aoû - 9:48


Je voulais être l'Alexandre, le César et le Tamerlan, l'esprit irrésistible de la conquête qui ne s'écroule qu'aux pieds de la mort. J'aurais emmené dans mon sillage, les hommes par milliers dans les déserts de l'Orient afin de laisser sur le sol de l'histoire mon empreinte torride.

Deux mille ans plus tard, je me réclamais de leurs héritages. Las, sans empires ni hommes je voulais pour seul leg la vigueur irascible ; L'armature de leurs âmes par laquelle ils avaient fendu les océans de l'histoire dans une traversée inoubliable et encore saillante.

Alors j'avais décidé de bâtir mon esprit comme un fort imprenable. Aux fondations de mes souvenirs hauts et tordus comme des tours de Pise, je rajoutais un ciment fumant pour que jamais la structure ne cède. Ici bas, j'érigerai des monstrueuses Babel pour soutenir mon ciel intérieur. De dedans comme de dehors, la vie, l'infortune et les hommes n'auront rien à me prendre. Si jamais je m'écroule ce ne sera que de ma propre faute.

Devant Selene je deviendrai le fer. Je me briserai avant de songer à rompre.

Nous sommes descendus tout en bas du ravin de ma mémoire, vers une cavité déjà explorée mais qu'il fallait retrouver le plus vite possible. J'ai vite senti, le souffle d'un souvenir brûlant de détails m'envahir et j'ai fermé les yeux pour résister à la chaleur. Puisqu'il faut devenir invincible, j'en laisserai l'haleine bouillante endurcir mon épiderme sans me donner à la douleur, puis ça sera à la brise glacée de la honte d'en refroidir brusquement la matière afin d'en faire un acier gelé.

J'ai revu le soleil cruel du Brésil dont le plomb était parti se loger jusque dans mon coeur ce jour-là. Et lourd, il a plongé au fond de mes tripes. Ma résolution implacable est resté insensible - Elle avait le froid glacé de l'assassin ce jour-là. Elle a brisé les rotules de l'amour, juste comme ça, puis a laissé mon coeur seul sur la scène du crime.

Mais cette fois comme tant d'autres, la solitude était relative.

Selene, depuis deux ans, m'accompagnait à chaque fois que je ressuscitais le cadavre d'un souvenir vengeur. Si nous y descendions pour de raisons différentes, sous son œil scientifique et taciturne, j'étais muni d'assez de verve pour encaisser la douloureuse rétribution d'un passé velléitaire.

Ma conquête à moi était là ; J'arrachais mon passé de l'étreinte étouffante des regrets et je repoussais sans cesse les hordes barbares de la honte qui aurait voulu que ce territoire demeure perdu à jamais.

Après tout ce temps, j'avais la lassitude d'un vétéran désinvolte qui flaire la victoire imminente.

Un peu las et blasé de ce paysage familier, j'ai quitté cette reminiscence les pensées dispersées, pour voguer ailleurs. J'ai navigué vers une mer agitée, noircie par une douceur obscur qui laissait deviner une abysse.

Il y avait la houle et son air brûlant de sel. Il y avait les vagues, indomptables dont les crètes opalines avaient la molesse des nuages et un ciel au bleu si gelé qu'il tirait presque sur le gris. L'oxymore y marriait le calme et la tempête. La douleur semblait être un palimpseste sans cesse réécrit.

Je pensais à cette Selene dont j'avais entraperçu la vaste nuit.

En temps normal, je me serais jeté dans les ténèbres pour saisir une main, un bras, un corps pour la sortir avec toute ma vigueur. Mais face à Selene j'avais compris pour la première fois, que je ne pourrais pas occire tous les démons du monde et qu'il n'était pas toujours question d'ardeur. Il y avait des maux qui nous dépassaient.

Et là je n'étais qu'un homme devant un océan. J'y coulerai les armes à la main.

Pourtant, je m'imaginais quand même en braver les flots, ne serait-ce que pour m'y noyer avec elle.
Selene D. Flaherty
venimous girls
venimous girls
avatar
Messages : 493
Points : 475
Re: après le gel - pv SELENE Dim 19 Aoû - 18:45



après le gel


hylas prewett. durant ces deux dernières années, elle avait abordé ses cieux d’une intensité qui lui était rare par volonté de se conquérir, effleuré ses creux d’une témérité déconcertante par volonté de se guérir, mais nul ne se doutait qu’elle se perdrait de vue face à ses voûtes démesurées. nul ne se doutait qu’elle y affronterait averses et tempêtes si virulentes, orages et déluges si corrosifs. l’âme forgée d'aspérités, elle avait vagabondé à pas feutrés sur l’asphalte de son être, parcouru les sentiers troubles de ses émois, longé les étendues obscures de son enfance, déambulé d’une cadence irrégulière sur toutes ses terres.

et par désir de s’affranchir, il s’était laissé faire ; il les lui avait toutes offertes.  

selene s’est alors à plusieurs reprises esquinté la poitrine à vivre et revivre ses souvenirs, à affronter et s’exposer face aux démons qui n’étaient siens mais qui, durant ses éphémères périples, se plaisaient à le devenir. en d’autres instants, il lui semblait également ne plus se reconnaître ou pire encore, se sentir incomplète ; car se dissoudre en lui par de si multiples fréquences érodait parfois ses sens et il arrivait, fatalement, qu’elle s’éprouve apatride de sa propre essence.

aujourd’hui cependant, si selene se considérait comme mélopée, prewett, lui, se distinguait par une symphonie aux consonances et nuances grandiloquentes. dressée entre eux, cette différence édifiait ses remparts et préservait ses repères, la crainte pleutre qu’elle ne s’égare de nouveau, à se penser autre qu’elle-même.
et c’est accompagnée de cette injonction qu’elle s’exécute à l’ordre du jour qui consistait à s’enquérir prestement d’un vestige mémoriel ; il répondait au nom de luiza et quant à sa teneur, celui d’un amour avorté.

elle amorce engrenages et rouages, pose pied dans la machinerie infernale et s’engage finalement dans les couloirs si familiers de sa mémoire. à la recherche d’une ardeur étouffante, elle s’immisce entre les carrefours d’une allure assurée, quand bien même une voix lui murmurait qu’il aurait été préférable de s’adonner à d’autres poussières, celle-ci de nature particulièrement délétère. l’accoutumance à l’aveuglement étant pourtant ici souveraine, elle se retrouve sans tarder empreinte à la contemplation d’un cœur fragmenté, épousant un chagrin qu’elle connaissait si bien et écumant les débris d’un deuil qu’elle jurerait avoir été sien.  

elle s’attarde de nombreuses secondes face à ce paysage, incapable d’en détourner le regard ; il en fallait peu pour qu’elle s’en rappelle, de leur amour et de son mirage, d’elle et de son carnage — il en fallait peu pour qu’elle s’en rappelle, de tous ces interdits. peccavi au bout des lèvres, elle ne trouve grâce qu’en la lassitude d’hylas qui la désengage de l’andrinople cage en changeant de décor. et presque rendue otage sous le joug de la thématique, en aucune façon elle n’aurait eu cœur à poursuivre plus longtemps cette relique, le souffle erratique.
du reste, de ses nouveaux horizons et de son aliénation chevaleresque, s’échancre un rictus amarescent tandis qu’elle s’acquitte de son hôte.  

« prewett, tu ne te noieras nulle part et surtout, tu me fais perdre mon temps. je ne suis pas ici pour t’observer te peindre en saint jude. »

une croix s’esquisse contre le bord de la page où se tenaient notes, remarques, observations de cette session qui était sans équivoque, un échec. pour elle.

« si ta concentration se présente absente, je préfère encore me retirer et reporter cette session. »
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: après le gel - pv SELENE Lun 20 Aoû - 6:49


Les bourgeons velléitaires eurent à peine le temps de germer, que déjà, Selene les avait arrachés de mes synapses comme des mauvaises herbes à la racine et elle ne tarda pas à m'en présenter les graines toutes écrabouillées - Ce n'était pas la récolte qu'elle espérait ni le genre de fruits que cette session aurait du cultiver et ces vendanges ratées étaient mon oeuvre.

Je n'en étais nullement désolé.

Je ne rougirai pas d'être de chair et de sang, de feu et de gaz, d'avoir un epsrit qui enclenche des réactions viscérales auxquelles mon cerveau ne peut se soustraire. J'étais humain et pour une fois, cela m'apparaissait comme une excuse recevable qui me dédouannait de toutes erreurs. Alors j'ai regardé Selene dans le gris de ses yeux.

- excuse moi d'être doté d'empathie comme n'importe quel être humain normalement constitué.

Pour ne rien ressentir, demeurer de marbre face à ce que j'ai vu, sans songer à bondir, j'aurais du avoir un carcan de fer dans la cage thoracique ; Quel monstre ne ressentirait aucune empathie après avoir entraperçu son passé troublé ?

Mais nous n'étions pas là au nom de la charité ici, dans cette entrevue académique, il fallait être des apôtres de l'efficacité. Pourtant le fer qui me soutenait venait de s'oxyder. Rongé à la base par un acide corrosif, j'aurai voulu m'enflammer et m'enfoncer dans les vagues hautes comme des cathédrales ; Lui crier que l'amour n'était pas le prémice du désastre et qu'il n'y avait aucune expiation dans la mutilation.

Mais je n'en ai rien fait. A la place mes neurones se sont acharnés à éteindre les étincelles de la révolte et l'ont tué dans l'oeuf - Selene n'était pas là pour être prise en pitié et dans le dédale de souvenir que nous avons partagé, je n'ai rien compris à la structure des siennes. Et tout ce que j'aurais pu entreprendre me paraissait inapproprié ou maladroit. Trop de fougue, pas assez d'adresse. Face à Selene je ne suis qu'un garçon qui se prend pour un chevalier. Et sans idées j'ai quitté la rive.

Je l'ai regardé griffoner une croix dans la colonne dont l'éloquence se suffisait. Mes yeux sont restés fixés sur ses deux traits qui se croisent et j'en ai observé l'épicentre comme s'il s'agissait d'un objet fascinant.

Une énième interrogation a jailli de mon cerveau ; Trop vive pour que je la filtre elle a échappé à mes lèvres.

- Est-ce que tu comptes fuir toute ta vie ?



Selene D. Flaherty
venimous girls
venimous girls
avatar
Messages : 493
Points : 475
Re: après le gel - pv SELENE Jeu 23 Aoû - 6:25



après le gel


il a transposé son regard de révolte au sien, prononcé ses maigres palabres d’insurgé qui vinrent détonner au creux de son audition ; il se voulait animé d’une ferveur morale, d’un élan d’âme frénétique. il se voulait porté par l’incandescence de son cœur, de ses desideratas romanesques et charitables. un éclat de rire bourgeonne alors contre ses lèvres tandis que ses pupilles s’épousent aux braises naissantes. savait-il au moins qu’il perdrait cette bataille ?

si son être était attisé par les flammes, selene, quant à elle, se laissait porter par d’impétueuses vagues.      

un instant, ses bras étreignent avec douceur l’accalmie mourante, comme s’ils n’avaient jamais réellement voulu la quitter, comme s’ils n’envisageaient aucunement de l’abandonner. et bercée par leur silence, l’azure songe aux phonèmes qui pourraient intensément refléter le fiel qui souhaitait s’écouler avec frénésie sur sa langue tandis qu’elle dépose avec soin ses affaires sur le mobilier fait de marbre blanc.

elle s’avance finalement vers son interlocuteur d’une démarche presque empreinte aux ophidiens : carnassière et à jeun. ses serres se portent à sa figure qu’elle relève sans délicatesse ; voulait-il s’emprunter à l’empathie ? voulait-il voguer sur ces sujets dont il ne maîtrisait ni les mers ni ses tempêtes, vraiment ? savait-il au moins que de son gouvernail, il n’en avait fauché que son illusion ? un souffle s'extirpe de ses lippes.

elle connaissait hylas prewett depuis deux longues années, deux longues années qui amassaient une existence entière.

à travers ces deux années, je me suis présentée spectatrice de tes printemps et hivers, de tes jours et nuits, de tes époques révolues jusqu’à tes nouvelles ères. à travers ces deux années, je me suis imprégnée de ta chair en murmurant avec toi d’aphones prières, en participant à tes innombrables guerres, en m’exposant à tes appétences justicières. de tes temps gris, de tes beaux jours, de tes dies irae ; tous, prewett. je les connais tous. de ces rivières émanant de tes yeux jusqu’au pourpre diaprant tes joues ; je t’ai vu dans tes moindres coutures jusqu’à tes plus fines craquelures. je t’éprouve dans toute ta splendeur, dans tes rugissements et tes ardeurs prewett, et voilà aujourd’hui que tu possèdes l’audace d’agiter devant moi cette piètre excuse ? la bêtise des gryffondors est décidément impressionnante. cesse donc tes enfantillages, nous ne sommes pas ici pour être « empathiques » vis-à-vis de l’autre. si tu souhaites aboyer, aies au moins l’audace d’être pertinent.

ses griffes se planteraient presque sous son derme pour le voir rougir sous son emprise sordide.

elle n'en fit rien cependant, se contentant simplement de raffermir sa poigne tandis que la voix s'élevait enfin.

« ton insolence a des limites prewett. je t’ai connu bien plus sage. surveille ta langue et les prochains mots qui s’y glisseront, car je doute de ma clémence ce soir. »
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: après le gel - pv SELENE Jeu 11 Oct - 9:55

Mon ardeur avait craché une étincelle, une ultime étincelle et elle était déjà complètement éteinte quand Selene l’a douché avec une voix mordante qui faisait souffler le gel de l’hiver. Sa remontrance m’a giflé en laissant une douleur cuisante et le blizzard m’a gelé jusque dans les os.

Alors qu’elle a glissé ses doigts sous son menton, j’ai senti mon cœur offusqué élaborer une réponse pugnace et diffuser dans le canal de mes veines, un liquide âcre et brûlant pour faire fondre les neiges.

Mais je me suis étranglé moi-même pour m’empêcher de riposter. Je me suis figuré qu’elle avait raison. Selene avait parcouru mes terres maintes et maintes fois et ses lèvres n’aimaient pas le goût du mensonge. S’offusquer de ses propos c’aurait été partir en guerre contre moi-même.

J’ai levé ma main vivement et pour saisir fermement la sienne au niveau de son poignet et sa finesse m’a étonné. J’ai plongé mon regard dans le sien en répondant.

Écoute Flaherty, j’ai beaucoup d’estime pour toi. Et il me coûte de ne rien pouvoir faire pour toi.

Puis j’ai éloigné sa main de mon visage. Quand je l’ai lâché, il y avait des petits résidus de chaleur dans le creux de ma paume.

Enfin, peu importe, tu le sais déjà.

Mes yeux se sont clos afin que je puisse mieux plonger dans le désordre intérieur de mes pensées, pour démêler les fibres de sentiment et celles de la raison, et les réorganiser méticuleusement.

Dans un coin de mon esprit, l’empathie continuait de hurler ses envies de l’aider et je me connaissais trop bien. Je savais qu’elle ne se tairait pas et que l’écho de sa voix continuerait à retentir ici. Mais j’étais capable d’ignorer son existence et de devenir sourd à ses plaintes.

- C’est ce que je serai.

J’ai respiré puis mes yeux se sont rouverts.

- On peut reprendre.

Contenu sponsorisé
Re: après le gel - pv SELENE

après le gel - pv SELENE
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ventes de Selene-underworld
» BLACK QUEEN BUST( Selene)
» HCG : UNDERWORLD : SELENE STATUE
» Bagels à la map de Selene
» [KUMIK] KB002 – Death Bringer Selene

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Septième étage :: Salle sur demande-
Sauter vers: