Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo

Invité
Invité
avatar
Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Dim 23 Sep - 23:17

Mon fleuret dans ton ...

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo QQsVg5T

Ce qui l'avait poussé à s'inscrire au club d'escrime ? Pas la moindre idée. Il traînait dans les couloirs, et on l'avait agrippé par la manche. Alexander n'ayant (comme souvent) aucune envie de subir le baratin des gens, il avait signé et l'étreinte l'avait libéré. Amen. Sauf que finalement il s'était fait rouler. Obligation de se rendre dans son foutu club. Autant la boxe, il avait choisi, autant faire mumuse avec des grandes pailles … et pourtant dés le premier essai il avait pris goût à ce sport. Mélange fin de distinction, d'élégance et de stratégie. Le top pour un Serpentard. Donc finalement, c'était une bonne chose. Du moins presque. La "clientèle" n'était pas aussi select qu'il l'aurait souhaité, mais passons. Deux premiers affrontements pour se réveiller un chouilla, histoire de bien finir la journée. Deux défaites, bien entendu. Non parce que s'agiter pour planter son bâton tout mou (excusez l'expression) dans le bide d'un adversaire … bon autant dire qu'Alexander se lasse vite. Mais ça lui plait. Mais pas aujourd'hui. A demi endormi contre un mur, le prochain combat fut annoncé par le chef du club. Un grognement retentit. Celui du Serpentard, appelé une troisième fois sous les drapeaux.

Traînant des pieds, penchant tantôt à gauche, tantôt à droite, il ré-équipait son masque. Non clairement, il n'avait pas envie. Bien en face de son adversaire, le gamin se mit en garde et … une forte tension négative submergea la pièce. Lui. Ce petit minable de Poufsouffle. Ce looser pourtant admis dans l'équipe de Quidditch de sa Maison. Même si Alexander tentait de se convaincre qu'il n'avait pas été pris suite à l’innombrable quantité de génie chez les Serpentard, la pilule passait mal. Et lui ce nabot, il avait été sélectionné. Il se pavanait sur son balais. Il le narguait c'était certain. Supporter sa vision sur le terrain était une chose, mais en plus devoir se le coltiner sur ses heures supposées de détente …

" - Toi … Je vais te couper les ailes semie chauve-souris ! "
Non, en réalité, y avait peu de chance. Effectivement, Bartolomeo était très bon à ce jeu-là. Rapide, précis, létal. Mais actuellement ce n'était plus le cerveau qui résonnait chez notre Alexander. Les dents serrées dans un rictus sadique, la prise affirmée sur son fleuret, le paresseux semblait réveillé. Et fin prêt à en découdre.  Concrètement le Raeken n'avait rien contre les créatures un peu étranges. Du type semi-vampire par exemple. Mais là, ça faisait un tout. Trop d'accumulation sur une seule personne. Trop de haine, de venin à dissiper dans l'air. Bien sur ses appuis, il guettait le signal du départ. S'il ne pouvait miser sur la vitesse (même s'il tenterait, ahum), il pouvait compter sur sa rage de vaincre et sur sa stratégie. Alors dés le départ, Alexander décida de mettre de la distance. Il tenta une ballestra, se jeta en avant et tapa fort du pied sans néanmoins attaquer, et recula pour se mettre en position de garde. Là au moins, il gagnait quelques secondes en cas d'assaut violent dés le départ.

L. Bartolomeo Albertini
p e a c e m a k e r
p e a c e m a k e r
L. Bartolomeo Albertini
Messages : 256
Points : 502
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Dim 30 Sep - 19:52



♦️
Mon fleuret dans ton cul
Tu étais venu par curiosité, histoire de découvrir quelques-uns des sports moldus réputés dans le monde entier. Au début simple spectateur puis bien vite tu étais devenu acteur, et les combats s'étaient enchaînés, les jours et les mois s'étaient succédés tranquillement, sans histoire, sans venin, sans rien qui ne pourrait gâcher ce beau tableau. Il y avait bien ce garçon pourtant, un Serpentard un peu méchant, pas mal rebelle, qui t'en voulais sans que tu ne saches vraiment pourquoi. T'avais eu beau demander, il ne t'avait jamais expliqué, alors t'avais jamais compris. Avec le temps de toute façon il se lasserait, c'est ce que tu avais pensé au début, parce que tu n'étais pas du genre à créer des histoires, toi tu préférais laisser le temps au temps. C'était toujours mieux non ? Sauf que des fois ça ne marchait pas, et cette fois-là, ça n'avait pas marché. Il était toujours là ce Serpentard pas mal vicieux et enragé, à te prendre de haut comme un éternel défi. Dire que tu en avais raz-le-bol serait mentir, mais clamer que la situation te convenait reviendrait à faire la même chose. Alors tu avais décidé de ne plus te défiler, parce que ça ne servait à rien avec lui, puis que cette haine perpétuelle commençait à doucement te fatiguer. Il te prenait ton énergie, l'absorbait dans ses affreuses ondes négatives, ça ne te plaisait pas, ça te faisait même un peu peur à vrai dire, parce que tu étais bien incapable de dire où tout ça vous mènerait.

Aujourd'hui encore il était là, présent au club d'escrime, enchaînant les duels un peu maladroitement. Le regard rivé sur ses gestes, tu analysais, cherchais une faille à exploiter tout en découvrant qu'il en avait tellement. De quoi gagner le prochain combat, et ça tombait bien n'est-ce pas ? Vous seriez adversaires, Alexander.

Ça tombait bien.
Parce qu'il recommençait, et tu ne comprenais toujours pas.

E-erm... Les chauves-souris sont frugivores,... tu sais, balbutias-tu en enfilant ton masque.

Les critiques faciles et le second degrés tu ne comprenais pas non plus visiblement. Quelques soupires et quelques rires dans la pièce te font lâcher un rire sensiblement embarrassé, t'avais du mal à saisir à quel point tes propos, aussi vrai fussent-ils, pouvaient être mal pris. Tu t'étais très vite mit en position après, décidant de voir dès le départ ce qu'il comptait faire afin de mieux le contrer. La ballestra esquivée d'un joli pas-chassé sur le coté, tu tentes une feinte, l'élan rapide mais toujours le dos bien droit. Un coup à gauche, un coup à droite. Tu recules à ses assauts, avance aux tiens pour tenter de le prendre de vitesse et de marquer le premier point. Pas si simple malheureusement.


HRP // je te laisse décider de si barty gagne le point ou pas 8D
@Alexander Raeken
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Dim 30 Sep - 23:21

Mon fleuret dans ton ...

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo QQsVg5T

"nyah nyah nyah, les chauves-souris sont frigomachinvore …" … lamentable de se la péter comme ça, constamment. Imbuvable ce mec. Avec son petit air innocent, tout parfait tout bien coiffé. RAAAAH ! Rien pour calmer les petits nerfs d'Alexander. Pourtant finalement, ce gars qu'il qualifiait de chétif, au fond, il n'avait VRAIMENT pas l'air d'avoir mauvais fond. Mais le Serpentard était convaincu qu'il cachait des choses, qu'il enfouissait sa vraie nature bien au fond, laissant échapper de temps en temps des vilaines piques. Comme cette phrase à la con ! Juste avant le combat histoire de bien le mettre hors de lui ! C'était bien vicieux non ? Alors qu'Alex, il avait pas du tout provoqué, lui. Non, juste fait une remarque parfaitement innocente, après analyse poussée des dessins animés moldus, c'est tout. Il n'était en rien le méchant de l'histoire. Ni la victime. Aheum. C'est beau d'arriver à un tel niveau de mensonge qu'on arrive à se convaincre soi-même. D'hypocrisie aussi. Ainsi la danse débutait-elle, l'un dans l'incompréhension du mental de l'adversaire, l'autre dans la hargne la plus déraisonné.

Et un premier point fut marqué. Bêtement. C'est bien connu : ce n'est pas parce que ça semble simple, que ça l'est. Les échanges n'étaient pas dénués d'intensité, bien au contraire, mais Alexander s'était tellement lavé le cerveau avec un détergeant appelé "Vaincre" (en vente dans tout bon supermarché, sponsorisé "Serpentard"), qu'il avait estimé le niveau assez haut. Très haut. Trop haut. La difficulté était bien présente, il peinait à esquiver les assauts et subissait plus qu'il ne menait. Mais s'étant attendu à bien pire, il s'était relâché. Terrible erreur. Ce coup-là, il ne l'avait pas vu venir, et il aurait du. Stoppé net dans sa lancée il fixa le fleuret posé délicatement, avec une précision rageante, sur sa hanche mal placée. Bah oui, elle aurait du se décaler cette abrutie. Mais faut toujours tout dire à son propre corps, c'est usant. Et pourtant le visage du Serpentard ne perd pas son sourire. Son regard ne perd pas en résolution. Un point, c'est quoi ? On dit bien qu'"une bataille de gagner, ce n'est pas la guerre", non ? Il ne redresse pas la tête, et pourtant Alexander imagine son adversaire. Lui aussi doit sourire. Un sourire de fierté, hautain, dégueulasse. Mais ça, personne ne le sait. Personne ne le sent. Sauf Alex. Alors il réplique, puisqu'il se sent menacé.

" - Tu sais, c'est peut-être pas le plus beau rôle, mais j'en suis fier. Tiens-toi le pour dit ! "
De quoi il parle ? Le pauvre Bartolomeo ne doit pas comprendre. Personne ne doit comprendre. Il se victimise ? Non, Alexander reste campé sur ses positions, il divague. Il se perd. Il se noie. Les deux combattants reprennent leur garde, et les échanges reprennent. Le plus jeune tente d'être plus agressif dans ses assauts, de contrer la différence de taille et de musculation par de la vitesse et de l'agilité … mais que sont ces atouts face à un type plus grand, plus expérimenté, et … avec du sang de vampire putain ! Non, ne pas se laisser décourager, ne pas entrevoir la défaite : persister, vaincre ! Comme au Quidditch !

Car là est le problème : s'il vient tout juste d'être accepté dans l'équipe de sa maison, Bartolomeo lui il est Poursuiveur. Avant le Serpentard n'aurait jamais craché sur aucun poste. Et pourtant depuis qu'il avait appris le rôle du Poufsouffle, sa nouvelle fonction qui l'avait réjouis sur le moment lui semblait bien fade. Maigre en reconnaissance. En prestige. Pourtant, Bartolomeo était dans un groupe de trois. On le regardait sûrement moins souvent. Alexander était le seul à jouer son poste. Le dernier rempart contre l'équipe adverse. Le type sur qui les regards se braqueraient quand le Souafle arriverait près des cercles … une goutte de sueur dégoulina soudain le long de sa colonne. Pourquoi n'avait-il pas saisi plus tôt les enjeux de son rôle ? La pression qui en découlait ? Il s'imagina sur le terrain, tantôt face aux Gryffondor, puis aux Serdaigle … et Bartolomeo, son  visage angélique illuminé par le soleil, essence même des couleurs de sa Maison. Et le Souafle qui se précipite, trop vite, trop fort … comme le fleuret qui vient de nouveau biper sur sa tenue. Eh oui, il faut se concentrer. Deux-zéro. #branlée du siècle, comme ils disent les autres sur leur téléphone. Manque de bol si Alexander n'avait jamais le sien, rien ne disait que les autres n'immortalisaient pas ce moment. L'angoisse.

" - T'es content, hein ? … "
Bah alors, elle est où la fierté hein ? Il est où ce regard de braise de vainqueur à la con ? Tout est parti ! Le Serpentard ravale sa fierté. Comment se laminer tout seul dans un affrontement, sans même que son adversaire ne le remarque. Bientôt en vente, tome premier par un certain loser de la maison des Serpents (oui, "loser" chez les Serpy, c'est rare, on sait). Une grande inspiration. Un vide total de l'esprit. Un peu de remise en question (en petite quantité ou vous foirez le gâteau) et une bonne dose d'humilité. Et on repart (sans le Mars). Mise en garde, position du corps, des pieds … cette fois, le point est peut-être pour toi !    

L. Bartolomeo Albertini
p e a c e m a k e r
p e a c e m a k e r
L. Bartolomeo Albertini
Messages : 256
Points : 502
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Lun 1 Oct - 11:29



♦️
Mon fleuret dans ton cul
Il avait l'air un peu perdu, ou sacrément énervé tu ne saurais vraiment dire. Et c'était embêtant parce que tu détestais marquer des points de cette façon, mais malgré son évidente rage de vaincre, il n'était pas concentré. Il te détestait sans parvenir à se contenir, c'était l'une des bases dans tout sport pourtant. La situation te déplaisait, mais tu n'étais pas encore assez fou pour oser lui demander de se calmer, d'être sérieux ou de se re-concentrer sur le duel et non sur ta personne, qu'il voudrait voir mort ou pas. T'en sais rien et tu veux pas y penser, ça fait un peu froid dans le dos et ça te déconcentre aussi alors... Une esquive à nouveau, premier point marqué sans que tu ne prennes la peine de lui répondre parce que tu comprends vraiment rien au problème qu'il a avec toi, ni même ce qu'il te reproche.

Le second survient rapidement, et t'avais cette impression qu'il n'était plus avec vous. Il rageait toujours autant par contre, un vrai phénomène ce garçon. Mais qu'est-ce que t'avais bien pu lui faire ? Vraiment, c'était une bonne question. D'aussi loin que tu te souviennes, tu t'étais toujours appliqué à faire de ton mieux avec les autres depuis que tu étais là, et même avant. Depuis tout petit en fait. Tu n'avais plus mordu personne depuis des années, et tu ne parlais pas vraiment de tes crocs pour ne pas effrayer ton entourage. Ceux qui le remarquaient c'était très bien, les autres resteraient dans l'ignorance. Il n'y avait rien de mal à ne pas tout dire de suite, puisque tu ne te cachais pas vraiment, pas vrai ? Ça ne pouvait pas être ça, donc. C'était forcément autre chose. Ou alors il avait tout simplement un grain, il y avait pas mal de personnes un peu folles dans cette école après tout.

Il te demande si t'es content, parce qu'ils rigolent pas mal les autres tout autour quand même, mais non. T'es pas content Bart, sauf que ça ne se ressent pas trop et ça n'est pas de cette façon que tu vois les choses.

J'ai pas encore gagné.
Alors reprends-toi, sous-entendu.

De nouveau sur vos gardes, tu le laisses agir en premier, parce que c'est une habitude que tu avais pris de rester en retrait pour riposter en début de combat. Une mauvaise sans doute, ton dos n'était pas bien droit et tu flanchais un peu mais tant que tu parvenais à éviter son fleuret alors tout allait bien. Tu abaisses une seconde pour te relever tout aussi vite, allant au contact avec ton fleuret pour toucher à nouveau sa hanche dégagée. Cependant t'as peut-être pas trop fait attention à son regain de motivation, parce que tu viens de perdre un point comme un con. Ah.

Bien joué Raeken, il est un peu frustré là.
Mais ce sera le premier et l'unique pour toi.

Feat @Alexander Raeken
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Lun 1 Oct - 17:41

Mon fleuret dans ton ...

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo QQsVg5T

Attention Alexander, tes dents grincent. Cet air suffisant se dessinait sur le masque de son adversaire. Oui, littéralement. Dans l'esprit du Serpentard, un gars invisible armé d'une craie venait dessiner le vrai visage de Bartolomeo sur l'équipement d'escrime. Et un sourire fourbe se dessinait dans l'air, comme dans Alice au Pays des Merveilles. Peut-être se ferait-il des tranches de steak spécialité "Chat du Cheschire" ? Ou alors il avait trop fumé. Mais non, il ne fumait pas. Donc c'était pas ça. Peut-être piqué par une bête ? En tout cas son esprit vacillait drôlement aujourd'hui. C'était tendu. Il avait toujours ressenti une certaine rage envers le Poufsouffle, mais aujourd'hui c'était physique. Réellement, physique. Et il transpirait à grosse goûte. Quelque chose n'allait pas. Mais l'affrontement n'était pas terminé, il fallait se ressaisir. Alexander tenta une autre méthode. Une grande inspiration et … hop. Plus rien. Des lignes blanches. Plus de cervelle. Juste un corps qui bouge en fonction de ce que ses yeux lui dictent de faire. Une technique comme une autre hein. Les gestes du vampire semblaient accroître en vitesse et en précision, alors que ceux du Serpentard prenaient une bonne longueur de … retard. En tout cas, même si ce n'était pas volontaire, ça portait ses fruits.

Bartolomeo s'était-il laissé faire volontairement ? Était-il tombé dans le panneau par manque de concentration ? Ou était-ce réellement la lenteur d'Alexander qui l'avait pris au dépourvu ? Le fait est que le point était marqué. Enfin un minuscule point pour le Serpentard. La foule en délire se rua pour acclamer le vainqueur. Non c'est faux. Déjà, les gens rehaussèrent un sourcil, juste, avec un seul "clap" dans le fond. Et on ne gagne pas avec un seul point contre deux. Mais alors que le Raeken aurait du savourer sa victoire, hurler sa toute puissance, faire la risée de son adversaire … il restait sans bouger comme un idiot. Il ne ressentait rien. Ni soulagement, ni détresse. Juste rien. Ses lèvres remuèrent vaguement un :

" - Tiens, dans ta gueule le Pouffy. "
Mais sans grande conviction. Que lui arrivait-il ? Pourtant son corps se remettait déjà en position, et personne ne semblait remarquer le malaise. Sauf peut-être son adversaire ? Il restait combien de points déjà avant la fin du match ? Alors qu'il s'apprêtait à souffler (pourquoi un ennui si soudain ?), la pièce se mit à tourner violemment, comme s'il avait été amené sur un tourniquet en furie via portoloin. Et plus rien. Hop il était de nouveau debout sur ses deux jambes. Alexander ne comprenait plus. Et sa colère revint aussitôt. Ayé il était à bloc, prêt à en découvre à nouveau ! La rage au ventre comme on dit ! Et le Serpentard réengagea le combat, comme Bartolomeo avait maintenant coutume de lui laisser l'honneur. Il mettrait le point suivant aussi ! Et celui d'après ! Et encore après ! CINQUANTE POINTS QU'IL LUI METTRAIT DANS LA FACE !

" - BARTOLOMEO PASSEOIRE DE POCHE ! "
La folie l'avait gagné, bien plus que la volonté de vaincre. Bah alors Alexander, on se drogue ?

Gosh, j'ai une idée, faut que je te mpotte mon pote la compote
L. Bartolomeo Albertini
p e a c e m a k e r
p e a c e m a k e r
L. Bartolomeo Albertini
Messages : 256
Points : 502
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Ven 26 Oct - 18:38



♦️
Mon fleuret dans ton cul
Il y avait quelque chose de bizarre avec Alexander, quelque chose que tu ne parvenais pas à comprendre, des gentes changeants, quelques éclats avant les bougonnements. Il y avait quelque chose d’un peu effrayant, et dans ce combat un peu étrange, le Serpentard te mettait drôlement mal à l’aise. Il agissait comme une personne dans l’ivresse, à coup de grandes colères puis de dépression, mais ça ne pouvait pas être ça, pas vrai ? Tu l’aurais senti, Bartolomeo, si c’était vraiment l’alcool qui était en jeu, et puis il n’avait pas l’air si mal au début du combat, alors peut-être qu’il avait simplement trop chaud. Tu ne comprenais pas et ça se lisait sur ton visage, ce gars te désarçonnait complètement et son dernier assaut, tu l’esquivas de justesse, battant le fleuret pour parer la totalité de ses coups avec une précision pas si évidente que ça.

Les mots sortent un peu brutalement, tu ne t’y attendais tellement pas que ton corps se fige une seconde. Très brève seconde, mais quand même.

« Quoi ? »

Comment ça “passoire de poche” ? Qu’est-ce que ça voulait dire ?

Visiblement très mal à l’aise, Bartolomeo, tu préféras te tourner vers le professeur pour demander une pause qui fut expressément accordée. D’ordinaire les duels ne pouvaient être coupés, cependant, s’inquiétant réellement de l’état de ton adversaire, tu avais jugé important d’insister, quitte à devoir l’abandonner, ce duel. Rapidement tu avais enlevé ton masque, t’approchant d’Alexander, le pas bien trop hésitant, avant de vérifier que tout allait vraiment bien. Et si c’était la chaleur après tout ?

« Ç-ç-Alexander… Ça va ? »

Pas vraiment on dirait, mais que pouvais-tu faire de plus ?




Feat @Alexander Raeken pardon pour l’attente !! C’est super court en plus jpp dfvg ;; love
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Sam 27 Oct - 15:34

Mon fleuret dans ton ...

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo QQsVg5T

Pff, il demandait une pause, le lâche ! Alexander se tenait parfaitement immobile, attendant que sa proie s'approche. Et c'est ce qu'elle fit. Le sang du quatrième année bourdonnait dans ses veines, l'attente lui semblait de plus en plus longue, et finalement ... finalement il s'estima à bonne distance. Il élança son bras gauche en arrière pour maintenir son équilibre, et se pencha en avant, le bras droit tendu vers sa cible, le tout accompagné d'un vif cri triomphal.

" - AH AH ! J'ai gagné ! "
Mais non. Avec un peu de recul, le Serpentard constata qu'il avait manqué. Et pas qu'un peu, de bien cinquante centimètres. Et c'est là que tout parti en vrille. Sans esquisser le moindre mouvement supplémentaire le jeune sorcier se mit à bredouiller des choses incompréhensibles. La salle se mit à tourner, super vite. Genre il se retrouvait dans une machine à laver. Les couleurs changèrent, les lignes se perdirent. Tout n'était plus que distorsion et il put à peine lâcher quelques mots avant de perdre l'équilibre.

" - Nan ... nan ça va pas bien. "
Et pouf. Il tomba raide. Comme les mouches. Dans cette position théâtrale, comme figée par le temps. Alexander voulut enlever son masque, manquant d'air, mais il n'y parvenait pas. Sa main ne répondait pas correctement et son corps lui semblait à la fois raide et lourd. Finalement, il aperçut du coin de l’œil son avant bras qui peinait à s'approcher de la grille qui tenait son visage prisonnier. Et quelque chose de chaud et d'humide se fraya un chemin sur ses joues enfantines. Quelque chose de doux mais aussi de douloureux, et de salé. Il pleurait. Il pleurait à chaudes larmes. Pourquoi ? Alexander n'en avait pas la moindre idée. Ses pensées se bousculaient dans son esprit, tout semblait s'emballer. Il vivait maintenant à cent à l'heure. C'était sûr : le vampire était responsable. C'était SA faute ! Il avait du te jeter un sort, ou même te droguer, pas d'autre solution possible. Alors il entendit sa petite voix se frayer un chemin dans les trous de son casque. Une voix faible, pleine de sanglots, une voix qu'il n'aurait jamais reconnu.

" - C'est ta faute ! Tu m'as fais quoi Albertini ? "
Comme un gamin qui reproche à un copain de lui avoir piqué un bonbon, ou de lui avoir envoyé une bille dans l’œil. Une accusation immature, provenant d'un esprit immature. Les sanglots redoublèrent et il se mit bientôt à pleurer plus fort encore.

L. Bartolomeo Albertini
p e a c e m a k e r
p e a c e m a k e r
L. Bartolomeo Albertini
Messages : 256
Points : 502
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Dim 28 Oct - 0:04



♦️
Mon fleuret dans ton cul
Nan ... nan ça va pas bien, avait-il bafouillé avant de s'écrouler. Et tu étais tellement surprit que tu n'avais pas su le retenir. Alexander était à terre et il y avait tout ce monde autour, il y avait toi, vos camarades de classes, vos camarades de maison, il y avait votre professeur qui s'était avancé rapidement. À quelques centimètres de son corps allongé, et du tien accroupi. Il t'accusait, Bartolomeo, c'était ta faute. Seulement la tienne. Mais qu'avais-tu fais ?

« J- »

Le souffle coupé, tu n'en savais rien après tout, comment aurais-tu pu ? Tu n'avais rien fais et pourtant tous ces regards étaient braqués sur ta silhouette immobile, dont les mains tremblantes serraient bien trop fort le survêtement que tu portais. Ils te jugeaient, cherchaient pour toi à savoir, ou peut-être à te faire avouer, passant de toi à lui, d'un homme à l'autre avec déjà toutes ces idées bien trop précises en tête. Qu'avais-tu fais, Bartolomeo ? À vrai dire même toi tu ne le savais pas.

Les iris fixés sur Alexander pleurant à chaudes larmes sous son casque, tu n'étais plus certain de ce que tu aurais dû faire, de ce que tu devais faire à présent. Le professeur répond à ta place, tentant de rassurer la foule et de faire de l'air, offrant à vos vues étonnées le visage torturé du Serpentard. Il y avait quelque chose d'étrange que tu ne comprenais pas. Quelque chose que tu ne voulais pas comprendre. Parce que t'avais bien trop peur des conséquences que ça pourrait avoir, et pourtant. Tu tentais encore de lui demander.

De quoi étais-tu coupable, Bartolomeo Albertini, toi qui jusqu'à ce jour n'avait fait preuve que de gentillesse à l'égard même des plus horribles ?

Il y avait cette chose étrange, sur son casque.

C'est le professeur qui venait de le faire remarquer, avant de te regarder.

« Qu'est-ce... que c'est ? »

Un murmure à peine audible pour une réponse qui ne tarda pas à arriver. Et déjà les ragots naissaient.

C'était de la drogue, Bartolomeo.
Tu ne saurais être plus choqué.




Feat @Alexander Raeken jsplu si c'est exactement ce qu'on avait prévu mais j'suis allée au plus logique mdr j'espère ça t'ira love
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Mar 30 Oct - 21:52

Mon fleuret dans ton ...

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo QQsVg5T

Tout cela ressemblait vaguement à une tirade issue d'une scène Shakespearienne. Le mourant accuse son assassin avant de rendre l'âme. Enfin dans l'esprit d'Alex, il était condamné. C'était indéniable. Il allait y rester. A cause du semi-vampire. S'il avait pu il aurait payé Kain pour qu'il le venge. Mais ce connard aurait sûrement empoché le magot, laissé filer Barto avant de pisser sur son cadavre et de partir en riant aux éclats. Au final il avait fait des économies. Il distinguait vaguement les silhouettes qui l'entouraient. Il se sentait oppressé. Il étouffait. Pourtant à cet instant précis Alexander priait pour que la main du professeur s'éloigne. Pour qu'il disparaisse. Qu'ils disparaissent tous ! Et le masque fut ôté. Et tous purent graver dans leur mémoire le visage tordu de souffrance du Serpentard. Il ignorait comment il pourrait un jour le faire disparaître.

Le professeur aida le gamin à se redresser, et il sentit de nouveau l'air circuler dans sa poitrine. Ses pupilles mirent du temps à faire le point, si bien qu'il cru à une erreur quand il parvint à distinguer l'objet de tous les ragots soudain. C'était quoi ce truc ? Un bonbon périmé ? Ou prémâché ? Qui était le tocard qui avait laissé ça dans son casque ? C'était dégueulasse putain ! Alexander se mit machinalement à tousser, soudain pris d'une envie de vomir. Ses méninges tournaient de nouveau à 200 à l'heure. Bartoloméo ne l'avait pas approché avant le combat. D'autres avaient utilisé le casque, probablement. Et le responsable était l'un d'eux. Vue la mine ahurie de son adversaire (genre, plus ahurie que d'habitude parce qu'il a toujours l'air con celui-là), et quotient intellectuel plutôt faible, Alex se ravisa.

" - Ça peut pas être Albertini, il n'a pas approché mon casque. Je vais le fumer le tocard qui m'a fait ça ! "
Fumer ... c'était pas forcément le bon terme Alex. Surtout devant un professeur. Et puis soudainement il fit une rechute. Ses lèvres se mirent à bouger d'elles-mêmes, sans crier gare, sans que son cerveau ne puisse analyser ses mots.

" - Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l’interlocuteur en face je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ça n’est pas mon cas, comme je disais là, puisque moi au contraire, j’ai pu : et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... je ne suis qu’amour ! Et finalement, quand beaucoup de gens aujourd’hui me disent « Mais comment fais-tu pour avoir cette humanité ? », et bien je leur réponds très simplement, je leur dis que c’est ce goût de l’amour ce goût donc qui m’a poussé aujourd’hui à entreprendre une construction mécanique, mais demain qui sait ? Peut-être simplement à me mettre au service de la communauté, à faire le don, le don de soi... "

Alexander pleurait de nouveau. De rire ou désespoir, c'était difficile à dire. Mais il avait repris le contrôle du haut de son corps, c'était déjà ça. Le professeur lui parlait, mais le Serpentard n'en avait cure. Il rampa jusqu'à l'endroit où chacun entreposait ses affaires et entreprit une inspection minutieuse. Le professeur décida de reprendre le contrôle de la situation et engagea un nouveau combat, gardant Alexander à l’œil. Celui-ci s'adressa à Bartolomeo.

" - T'es le seul connard que je peux innocenter, avec ton nez de chauve-souris délavée tu peux pas sentir qui prend de cette merde ? "
Oui il demandait de l'aide. Il s'abaissait à demander quelque chose au Poufsouffle. Et ça lui trouait le cul, violemment. Mais avait-il le choix ? Avant de pouvoir lancer une série d'intimidations absolument absurdes, le professeur s'était dirigé vers eux et demandait à Bartolomeo de veiller sur son cadet, lui donnant la permission de l'accompagner à l'infirmerie si nécessaire. Donc il était complètement à sa merci. Et il devrait sûrement être mignon gentil avec son bourreau du jour. Peut-être même qu'il devrait lâcher un "je te remercie" qui brûlerait ses lèvres et comblerait la fin du peu d'amour propre qu'il lui restait. Pauvre Alexander. Jeune Junkie en devenir.

L. Bartolomeo Albertini
p e a c e m a k e r
p e a c e m a k e r
L. Bartolomeo Albertini
Messages : 256
Points : 502
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo Mar 6 Nov - 22:52



♦️
Mon fleuret dans ton cul
Tu trembles Bartolomeo, t’as peur de cette fausse réalité qu’ils créent autour de toi sans avoir le courage de leur demander d’arrêter. T’es pas capable de leur hurler ton innocence, à peine capable de supporter le poids de cette nouvelle culpabilité, alors à quoi bon s’égosiller ? Ça te filait la gerbe de te sentir aussi faible. T’avais envie de pleurer, mais même ça t’en étais incapable. Bien trop choqué, immobile à contempler la substance qui imprégnait ce masque qu’on lui avait ôté. Pourtant, de façon surprenante Alexander semble changer d’avis, prit d’une rationalité soudaine, ou peut-être d’un élan de confiance tu ne sais pas trop. Il vacille et tu t’apprêtes à lui venir en aide mais le professeur te devance, coupant ton mouvement en plein milieu. T’es littéralement sur le cul, retombé en arrière sans prendre la peine de te retenir ; t’as l’impression de revivre soudain et c’est bien trop étrange pour un épisode de cet ampleur qui n’avait même pas duré cinq minutes. Les regards s’effritent autour de toi, tes mains ne cessent de trembler pourtant, mais tu te sens léger, et tu parviens difficilement à retenir les larmes qui menacent de s’écouler. Tu ne pouvais pas te mettre à pleurer maintenant, pas vrai ? Même si tu avais eu la peur de ta vie.

Non non, tu ne pouvais pas.

C’est un regard un peu bête que tu lui lances, et t’es certains que tous autour le regardent de la même manière lorsqu’il se lance dans une tirade des plus surprenantes… Bien trop loin de la réalité. Le professeur reste béat, et tu entends quelques rires ça et là, toi t’es juste complètement abasourdi. Les drogues avaient des effets trop étranges sur le comportement, et en voyant par toi-même de quoi il en retournait, tu te jure de ne jamais y toucher. De ne jamais en partager non plus, mon dieu que c’était peinant de le voir comme ça.

« Alexander ? »

T’avais tenté de l’appeler, la voix toujours un peu brisée, toujours trop inquiète, mais il ne t’avait pas répondu, continuant simplement de parler. Avant de s’effondrer, de pleurer et peut-être de rire un peu tu ne saurais trop dire vu la situation. Il se sauve vers les sacs et tu le suis rapidement, acquiesçant la demande du professeur de t’occuper de lui, avant de lancer un nouveau combat. Alexander n’a pas l’air bien du tout, et tu ne sais pas trop quoi faire toi non plus. Vous ne pouvez quand même pas fouiller les affaires de vos camarades, pas vrai ?

Ça ne se faisait pas, t’étais vraiment pas chaud pour ça.

« Oh eum. Je ne ressens pas d’odeurs particulières alors… ‘Fin je veux dire que. euh.. Je l’aurai déjà senti sur toi, si ça avait été le cas,... Tu vois ? »

Une drogue sans odeur, voilà qui faisait bien vos affaires. En attendant tu t’installes contre le mur prêt de lui, les genoux relevées et entourés de tes bras.

« O-on ne peut pas se permettre de fouiller alors… T-tu ne voudrais pas aller à l’infirmerie plutôt ? Tu pourrais faire une rechute, faut que mr. Palton puisse t’examiner. »




Feat @Alexander Raeken on continue alors 8D love
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo

Mon fleuret dans ton ... } Bartolomeo
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [AIDE] Ma vidéo .mp4 n'apparait pas dans l'onglet photos et vidéos
» [RESOLU] Plus de son dans les ecouteur
» pression sur mouture café dans le pf
» Comment relier 2 points dans la vectorisation sous Inkscape
» Un métier dans le dessin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: