harmonie du soir (bertram)

Invité
Invité
avatar
harmonie du soir (bertram) Mar 9 Oct - 15:15



danse macabre

Au cœur des ténèbres les ombres dansent et le château devient vivant. Peut-être t'étais-tu engouffrer dans un cliché excessif, à croire que la nuit aurait des idées de génies. Tu diverges sans doute, tu souffles au silence espérant qu'il t'entende. La conversation manque et tes pas tranquille comme l'eau qui dort, tentent à se dissimuler des morts. Quelques part tu détestais tes insomnies, bourreau te condamnant à songer aux mœurs maudites que tu n'osais évoquer.

Tes nuits n'étaient jamais sereines pourtant tu semblais en tout point calme. Tu te voyais déjà égaré alors que tes pas persistent, tu cherches inlassablement des léthargies, comme des trésors qui pourraient t'assoupir. Est-ce-que les étoiles te jalousent car la lune ne supporte pas que tu l'ignores ? Questionnement futile tandis que ton avancée s'éternise, ça n'a pas de sens. Tu veux dormir.

Mais ton regard s'aiguise alors que l'obscurité enlace une silhouette, mettant fin à tes pèlerinages. Tu le laisses approcher, les traits se distinguer au fur et à mesure qui s'éloignait de la pénombre. Bertram, déclaration volontairement familière et tu reconnais avec aisance ton compagnon de serdaigle insomnie ? le ton est indulgent, presque empathique tandis que tu le fixes presque soucieux de ses maux, tu jouais au jeu du comique avec une grâce presque subtile. Ton regard coule, t'attardant sur d'autre détail.

Apparemment non. Tu murmures dans un sourire aussi modeste que narquois le laissant te savoir à l’affût de ses secrets. La curiosité bat nerveusement contre tes tempes et ton enthousiaste monterait presque. Malencontreuse rencontre n'est-ce pas ? Que fais-tu ici à une heure si tardive ? Tu t'approches, laissant le silence se moquer de vous. Non, je reformule, qu'allais-tu faire, Bertram ? Ne t'inquiète pas cher ami, seul les ténèbres peuvent nous juger. Le sarcasme embellissant le ridicule de ton lyrisme, tu accordes de nouveau un sourire à Bertram.
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: harmonie du soir (bertram) Sam 13 Oct - 14:00

The music of the night

Bertram Godfrey & Ismael Sahili

C’est une de ses nuits où l’étau se resserre, où mes rêves fertiles me tourmentent et me réveillent avec l’angoisse dans mon coeur, une colère brûlante dans le fond de mon estomac et de l’amertume sur la langue. Ces nuits qui sont nées récemments, ces nuits qui m’interpellent. Et quand je me réveille avec ces boules de nerfs dans la poitrine, avec cette soif palpable, je ne peux pas me rendormir. 3h27 me dit la faible lueur de mon téléphone, 3h45 et je me lève sans bruit pour ne pas rester allongé, fébrile comme un idiot qui attend la mort et faire quelque chose de plus productif de mon temps.

Ces heures de la nuit sont propices à la réflexion, oui, mais aussi aux activités illicites. Le château respire et parfois ronfle un peu mais personne ne se réveille. A cette heure-ci même les préfets et les professeurs sont couchés - quelques âmes rares étudient ou se livrent elles aussi à des activités peu recommandables.

Il ne m’a pas fallu plus de quelques minutes pour prendre une décision cette fois-ci. J’emballe mes affaires, je sais quoi faire. Armé de mon déluminateur, je ne crains rien. Ces couloirs, je les connais par coeur mais la nuit les murs murmurent et semblent se couvrir d’un manteau de mystère. Malheureusement une silhouette coupe court à cette solitude temporaire que j’affectionnais temps. Trop de gens dans ce château, entassés les uns sur les autres, ces moments de douce intimité se faisaient de plus en plus rare. Une silhouette sombre et un visage énigmatique, c’est Ismael qui se dresse devant moi au milieu du couloir. Je masque ma surprise derrière un soupçon de nonchalance.

Ismael.



Mon camarade étrange et étranger a toujours suscité ma curiosité, d’autant plus relevée par sa présence ici. Mais dans ma tête pleine d’éclairs froid et colériques, j’ai bien envie de lui répondre Tu ne vois pas que je dors ? Je suis somnanbule. Il prétendait savoir ce qui m’amenait ici, il se trompait fortement. Qu’est-ce que tu crois savoir au juste, Ismael ? Mais je force un léger sourire innocent, ma forteresse.

Et toi ? Tu n’arrives pas à dormir ?



Nos voix murmurent, étouffées dans l’ombre. Alors que je reprends à moitié sur la défensive.

Pourquoi notre rencontre serait-elle malencontreuse ? Tu comptes me balancer à un préfet ?



Ca serait parfaitement idiot vu la situation - lui aussi traîne dans les couloirs après le couvre-feu. Ismael le mystérieux aurait-il la fibre d’un délinquant ? J’aimerai pouvoir souligner cette situation sans qu’elle se retourne contre moi, mais c’est impossible.

Ca ne pourrait pas juste être un joli hasard ?



Mon souffle s’éteint dans le silence alors que mon regard l’affronte. Seul les ténèbres peuvent nous juger. Pour l’instant nous sommes seuls, des souris qui trépignent dans les couloirs. Je suis différent une fois la nuit tombée, je suis différent une fois plongé dans l’obscurité. Le noir m’offre des permissions que je m’empresse de cueillir, ce monde onirique où les ombres et les mystères règnent. L’envie de lui répondre un mensonge me presse ou pire ”J’étais sur le point de m’occuper de mes oignons, et toi ? “, mais à la dernière minute, je fais volte-face. Ismael m’a toujours intrigué. C’était l’occasion d’en apprendre plus à l’abri des regards. Et dans le pire des cas...qui le croirait. Cette réputation que j’avais construit me protégeait. Gentil Bertram. Doux Bertram. Un vrai mouton.

Mm...je comptais profiter de la nuit pour pratiquer un peu de magie tout seul...et toi ? Tu admirais le septième étage ? Ou tu attendais quelqu’un ?



Le septième étage faisait partie du territoire des gryffondors, qui sait, mon camarade sortait peut-être d’un rendez-vous galant.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: harmonie du soir (bertram) Sam 20 Oct - 19:22



danse macabre

Tu t'amuses de ses paroles que tu ponctues de tes rictus. Jeux des masques, tu le dévisages, ses respirations se mêlent aux silences et dans un écho imperceptibles tes pensées dansent. T'avais mis le doigt sur quelque chose de plaisant. Tes pas sont lents, le contournant, cherchant avec une avidité ardente, quelques secrets dissimulés. Tes insomnies décadentes t'aurais bénis pour une soirée, tu songes alors que tu le retrouves de nouveau face à toi.


J'attends le sommeil, Bertram. Du moins, j'attendais, vois-tu je ne suis plus du tout d'humeur à dormir. Une main dans tes cheveux comme pour illustré le propos, l'obscurité planait toujours bien que son visage ne pouvait te paraître plus clair encore. Tu fais quelques pas vers lui, confirmant un peu plus tes propos. Attendre le sommeil est une chose, pratiquer la magie en est une autre. Tu le cherches un peu plus parmi l'amas de ténèbres tu savais sans savoir, t'aimes sans doute te prétendre détenteur de secrets, t'as pour promesse de ne rien révéler Ismael, là est tout l'illusion de la chose. Surtout, tu marques une pause en quête de mot que tu concevais déjà, à cette heure si tardive, Bertram, c'est presque comme si tu avais quelque chose à cacher.


Tu plisses les yeux un court instant te trouvant remarquable comme comique. Qu'est-ce que tu comptes pratiquer exactement ? Messe basse là où personne ne vous entend. Ne mens pas. L'avertissement aux allures plus strictes car t'apercevais le mensonge venir de loin, de nouveau tu souris, curiosité comme parure sur tes lèvres incongrues. Ce n'est pas comme si j'allais raconter ça au monde entier, tu sais. Le savoir n'est excitant que lorsqu'on le garde pour soi-même. Ta voix va finir par s'éteindre à forcer la parole de cette manière, malgré tout, la situation t'invitait au monologue et t'étais tombé dans le piège, Ismael poète d'un soir à la découverte des ombres. Un titre que tu ne saurais porter, sûrement. Je ne dirais rien, montre moi.
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: harmonie du soir (bertram) Sam 20 Oct - 21:29

The music of the night

Bertram Godfrey & Ismael Sahili

Attendre le sommeil au milieu d’un couloir ressemble à s’en méprendre à un mensonge. Une petite marche nocturne, peut-être ? Oui ça c’était possible...Les motivations d’Ismael demeurent toujours, comme cette nuit dans l’ombre. Sa main caresse ses cheveux sombres.. Mystérieux, ça il l’est.Un beau mystère…. Qu’est-ce qui se cache derrière ces grands yeux noirs qui me scrutent ? Quelles intentions pour moi alors qu’il s’approche encore ? C’est qu’il cherche à pousser, qu’il se doute de quelque chose ? Pourrais-je le blâmer ? Je dois être la dernière personne à qui il doit s’attendre, à une heure pareille, dans ce couloir.

Mon camarade reste vague sur sa présence ici. Moi ? Quelque chose à cacher ? S’il savait ….Je retiens un sourire alors que je me défends faiblement :

C’est vrai qu’on pourrait croire ça. Mais je n’arrivais pas à dormir donc j’ai décidé d’optimiser mon temps.



Ce n’est pas que je n’aime pas Ismael, non. Il m’intrigue. Et ce soir je vois comment il utilise ses mots avec éloquence, avec quelle aisance il essaie de dresser mon portrait et de me pousser vers de sombres confidences. Je serai presque flatté de tant d’attention - si seulement elle m’était destinée. Ismael cherche quelque chose et non quelqu’un. Je ne lui fais pas confiance. Je réplique donc avec candeur, un peu déçu  :

Tu me traites de menteur, Ismael ? Je croyais qu’on était amis.



C’est comme s’il espérait que j’ai un sombre secret à lui avouer. Comme s’il savait que Bertram Godfrey n’était qu’un mensonge. Mais comment pourrait-il le savoir ? Qui suis-je pour lui à part une ombre, un anonyme, un figurant dans le fabuleux récit de son existence. Bertram, le serdaigle modèle, un peu timide, trop poli, toujours serviable...Lui ais-je jamais donné de raison de ne pas croire en mon mensonge ? Pas que je sache.

Et il poursuit ses chimères, tenant de se justifier et de m’amadouer. Il n’est même pas un peu subtil. Impérieux, il ordonne : montre-moi. Mais lui montrer quoi ? Ses insinuations restent sans valeur quand il n’y a pas de confiance. Je garde le silence, soutenant son regard avant de le détourner.

Si direct….

Tu ne le ressens pas par moment ? La pression de ce bruit constant. Ce bourdonnement. Il ne s’arrête jamais. A part maintenant.



Je marque une pause, me régalant du silence. Mes murmures chuchotant reprennent ensuite.

C’est tellement...bruyant. Je n’ai pas réussi à m’endormir. Alors je me suis dit que ça serait la bonne occasion pour pratiquer un peu de magie et réviser. Sans cette cacophonie permanente. Quand le château est calme.



Je me demande s’il le ressent aussi. Le besoin de calme et de solitude. Devrais-je faire demi-tour et oublier mes intentions de pratiquer ce soir ? Non. Les rouages se mettent en marche et trouvent une alternative très satisfaisante. J’avance vers lui, prêt à la dépasser.

Je ne sais pas ce que tu espères, Ismael, mais tu peux m’accompagner si tu veux. A une condition. Tu dois promettre de m’assister.



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: harmonie du soir (bertram) Ven 26 Oct - 18:03



danse macabre

L'impression d'effleurer les réponses démangeaient tes phalanges. Tu sentais les conclusions se glisser entre tes doigts dans un geste trop sensuel pour que tu puisses y croire, puis elles s'en vont, l'allure volatile pendant que la déception d'un baiser s'en indigne.

Les amitiés complexes sont remises en doute là où elles ne devraient pas être. Et Bertram à cette manière de te tendre les réponses sans jamais te l'ai donné, sans que cela te déplaise, t'avais toujours plus de tendresses envers les non-dits. Puis il se joint à tes proses Bertram, des bruits immondes qui ne cessent, il s'exprime en murmure alors que t'appuies ton regard sur le sien fuyant - avait-il peur des vérités ?

T'associes ce bruit à l'appel d'autres mondes, l'indéchiffrable se lamentant d'être abandonné et sans réellement comprendre tu te laisses croire à une certaine empathie, celle du savoir se faufilant entre les lignes, celui qui préfère apparaître la nuit. Là où le monde dort, le château ne paraît calme que lorsque les ténèbres sont à l'affût. Je vois. Tu souffles pensif, l'absence dans le regard sans que celui-ci n'ait changé de cible.

Il s'avance alors vers toi, Bertram, l'allure plus solide, presque stricte. Il prétend ne pas savoir et tu ne prends pas garde aux mensonges s'ils sont présent dans ses propos. Une condition ? Tu lui souris de nouveau, amusé. Voyons Bertram, nous sommes amis je peux bien rendre service. Ne sois donc pas si formel. Tu lui  tends brièvement les bras, imitant vulgairement l'invitation d'une embrassade. Je t'assisterai, je peux le promettre si tu le souhaites. Tu déclares d'un ton neutre, croisant élégamment les bras, la pénombre étant ironiquement à ton avantage.

Tu pourrais m'accorder néanmoins un peu plus de confiance, je te l'ai déjà dis : le savoir n'est excitant que lorsqu'on le garde pour soi-même. Ca inclut les secrets. Tu prends une pause, le scrutant de nouveau - à croire que tu ne t'en lasserais jamais. Conduis-moi, je doute que les couloirs soient le lieu le plus propice pour pratiquer la magie. Le ton est plus doux, s'associant aux couleurs de la nuit, alors qu'enfin les événements prennent une autre tournure, l'impatience te ronge mais tu n'en montres rien, il était bien trop tôt pour complètement se réjouir.
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: harmonie du soir (bertram) Mar 30 Oct - 10:33

The music of the night

Bertram Godfrey & Ismael Sahili

Un soupçon de culpabilité et quelques touches de mystères. J’apprends à danser à son rythme, juste assez proche pour susciter l’intérêt et juste assez loin pour ne rien dévoiler. Je n’avais jamais connu Ismael si direct - peut-être que c’est mon comportement qui l’intrigue. Ces murmures dans l’obscurité, propice à toutes formes de confessions. Est-ce que c’est ce qu’il cherche ? L’excitation de la découverte ou bien la fébrilité du danger tapi dans les ténèbres ?

Ismael pourrait très bien se révéler, comme moi, une fleur qui s’épanouit dans les ombres. Se dévoiler à l’abri des regards, à juste quelques rares élus procure une sensation fébrile - pas très éloignée de la proie qui provoque son prédateur. Mais dans cette danse, les rôles changent sans cesse et l’on perd rapidement le fil.

Désormais proches, ses paroles m’atteignent dans un souffle presque éteint. “Amis” ce mot revient souvent ce soir et pourtant il semble dénué de sens. “Camarade” aurait mieux convenu. Est-ce qu’Ismael avait vraiment des amis ? Des confidents auxquel(les) il sussurrait ses secrets et ses pensées ? Moi il me paraissait toujours seul - comme moi. J’étais à peine digne de son intérêt. Cordial, nous le sommes, mais avec une distance de sécurité. Et pourtant on se cache derrière ce mensonge “amis” pour s’assurer de notre propre sécurité. Il sourit. C’est un jeu d’hypocrites.

Et la promesse est faîte - à déterminer si Ismael n’avait qu’une parole. Je n’en étais pas encore convaincu et je comptais bien rester sur mes gardes.

Bien.



Et voilà qu’il s’indignerait presque. A vrai dire, c’est compréhensible. Pourquoi est-ce que Bertram Godfrey, celui qu’il pense connaître ne lui déroulerait pas le tapis rouge digne de son altesse ? Pourquoi tant de secrets ? Il me demande de la confiance, sans connaître son prix.

Les secrets ne sont jamais mieux gardés que par soi-même. Personnellement j’aime les garder et les découvrir - mais je n’aime pas lorsqu’on tente de me les arracher. Et toi, tu aime les secrets, non ?



Un léger sourire naît sur mes lèvres, l’occlumancie avait aussi ses avantages. Tu te crois digne de mes secrets, Ismael ? Bien essayé.Je lui souffle ensuite :

Suis-moi.



Nous marchons à pas de chats dans les couloirs pour atteindre la porte que je cherche. Elle apparaît dans le couloir. La porte de la salle sur demande change en fonction du contenu. Une porte de bois sombre apparaît, renforcée de métal par endroit. Je garde le silence, cultive le mystère pour exciter son imagination. Mes mouvements, naturels et nonchalants trahissent de mon habitude alors que je l’invite à rentrer.

Après toi.



A l’intérieur, des murs nus à l’exception de deux étagères. L’une contient des livres de la bibliothèques que j’ai déjà eu l’occasion d’éplucher. L’autre quelques fioles, pleines ou vides en fonction. Sur le sol en pierre froid s’entassent des tapis de combat et plus loin, cibles et mannequins d’entraînements. Dans un coin se trouve une table et un chaudron en cas de besoin. Je lui laisse le temps de découvrir la salle, éclairée par des flammes bleues sur les murs. Je fouille l’étagère pour y trouver les remèdes que je cherche. Cette marche dans le silence m’a permis de réfléchir à mon plan, à mon programme. Je dépose les fioles à vue sur une petite table en bois. Il s’agit simplement de remèdes. D’un coup de baguette magique je commence à placer les tapis au sol et contre les murs.

J’aime bien m’entraîner ici, c’est pratique.  



Je me tourne vers lui avant d’ajouter avec un sourire candide :

De cette façon personne ne voit si je me rate, ahaha !  



Devrais-je rentrer dans le vif du sujet sans délibération ? D’abord une petite mise en jambes.

Mais puisque nous sommes deux cette nuit, on pourrait commencer par pratiquer nos sorts de défenses...Voyons voir combien de temps je peux tenir un protego.



Je me mets en place, remonte le manches de mon pyjama et lance le sort. Je ne bouge pas, je l’observe, près à changer de sort à la moindre suspicion.

Prêt. Vas-y ! Donne-moi tout ce que t’as !



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: harmonie du soir (bertram) Mar 6 Nov - 20:30



danse macabre

A la façon des révolutions, les murs s'effondrent, là où les secrets sont conservés avec avarice ce sont tes sourires qui s'esquissent. Y'a quelques paroles venant de sa part, à Bertram et il fait son éloge personnelle aux secrets; comme si vous tourniez autour du sujet sans s'approcher. Et tu es bien tenté de tout lui dire, que tu veux le voir pratiquer interdit.

Mais ta posture a ses limites, les silences te paraissent alors plus éloquent ; la vérité logé au sein des ombres maintenant les mêmes ambitions, tes sourires sont vagues et le couloir ne t'amuse plus, il était temps de découvrir d'autre regards.

C'est un ordre simple venant de la part de Bertram qui vient justifier la réticence à la parole pour le temps d'une ballade. Et ton esprit se vide durant ces moments ; tu penses à quelques vices imaginant d'autres désolations se produire. La nuit portait ses fruits, tes insomnies te paraissant à jamais ennuyeuse.

Après toi La salle sur demande, évidemment. Tu balaies d'une œillade faussement intéressé le décor présenté ; l'important ne se trouvait pas entre les quatre murs ; les ornements échappant à ton attention tu fis quelques pas de substitution.  

Tu réponds à ces dires d'un vague sourire peinant à exister, tu t'impatientes face au temps tu ne pouvais que prétendre. Ismael, les réponses à tes pieds ont des allures de chimères car au moment où tu espères apercevoir les ténèbres d'autres barrières se lèvent.

Protego ? Tu as du mal à dissimuler ta déception. Vraiment, je ne m'attendais pas à ce que tu viennes jusqu'ici pour pratiquer des sortilège d'une telle simplicité. Mais soit. Tu sors ta baguette, envoyant quelques sorts sans réel danger, stupefix, confundo, expelliarmus, il serait dommage d'en venir à des violences inutile. Tu cesses, à croire que cette mise en abîme ne soit pas réellement nécessaire. Soufflant, contre ton gré agacé, tu lui lances un regard à la recherche du vrai spectacle.
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: harmonie du soir (bertram) Ven 9 Nov - 22:37

The music of the night

Bertram Godfrey & Ismael Sahili

Son regard impérieux caresse à peine la pièce. Etrange. Comme si son intérêt était attiré par autre chose...mais je n’en suis pas sûr. Ses iris sombres restent insondables et mystérieux même pour moi. Mais quelque part c’est bien ce qui crée ce sentiment de danger, non ? Le sentiment de ne pas savoir exactement à qui l’on a affaire. Ismael cache quelque chose sous ses airs dociles et doucereux. Il dissimule à peine sa déception et son désintérêt lorsque je lui propose de s’entraîner. A quoi tu t’attendais donc Ismael ? Il se plie à l’exercice, sans grand enthousiasme, je le sais. Il ne sait pas encore ce qui va lui tomber dessus - la leçon qu’il s’apprête à apprendre aujourd’hui.

Je pare ses sorts sans grande difficulté - il faut dire que mon camarade ne se montre pas particulièrement agressif. A moins qu’il ne soit rendu amorphe par le manque de sommeil ? Quoi qu’il en soit, il allait avoir besoin de ses réflexes et de toutes ses capacités pour la suite. Il souffle d’ennui. Pas assez stimulant pour lui ? Ca allait changer. Sourire docile et scolaire je le préviens :

A mon tour.



Je prends la pose de duel et dès qu’il est prêt j’entame une série de sorts. Les habituels, les connus, les faciles d’abord à un rythme lent. Puis j’accélère, je lui mets un peu de pression. Je varie. Il parvient à tout bloquer - je n’en attends pas moins de sa part. Ce qu’il n’attend pas en revanche… c’est le maléfice mineur, magie noire de débutant qui va percer son bouclier. Oui, car il s’agit bien d’un simple protego, pas d’un protego horribilis. Dommage.

J’ai toujours voulu lancer un maléfice cuisant. Je n’avais juste jamais eu de cobaye sur qui l’essayer. Un maléfice mineur qui pouvait être très efficace. En visant la tête, la bouche et la langue gonflait rendant l’adversaire incapable d’articuler. Pour les yeux, même supplice, impossible de voir. Et pour la main et bien...était-on encore capable d’agiter sa baguette avec dextérité dans ces doigts boudinés ?

Tu ne t’attends pas à ce que des mages noirs y aillent mollo quand même ?




DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
Re: harmonie du soir (bertram) Jeu 22 Nov - 0:05



danse macabre

Bras croisé, silhouette droite tranchant froidement avec l'impatience qui te rongeait. La baguette tenue du bout des doigts à la rencontre d'une chute qui n'arrive pas, poigne aérienne là où tes envies se crispent. Sans lâcher Bertram du regard, t'attends une réaction de sa part. Peut-être ton mécontentement était trop appuyé à son goût, mais si proche du but le jeu de la subtilité ne te semblait plus avoir son utilité.

Sans prendre garde à tes propos, il déclare l'arrivée de son tour, l'allure presque candide venant orné son sourire. Salutation avant le combat, il avait prit la posture du duelliste dans une formalité si pudique. Les sortilèges virevoltent de sa baguette, tu avais depuis bien longtemps abandonné ta tenue, pour une autre plus approprié à paré les sorts.

Tes respirations sont saccadées par l'ennui, sans réellement le montrer - à croire que Bertram allait s'en préoccuper, ton visage bien dissimuler par le charme de protection. Les sortilèges étaient d'une simplicité accablantes et tu savais bien très que Bertram était capable de bien mieux.

Les pensées s'égarent et ta concentration n'en est d'autant plus détériorée, la position légèrement relâchée, tes sens se remettent en alerte lorsque le serdaigle fait appel au maléfice. C'est un geste rapide de la main, ton charme se brise faisant appel à un protego horriblis, bataille contre le temps plus contre le sortilège alors que celui ricoche, imitant ton cœur battant. Ses paroles résonnent alors ton regard s'illumine.

Qu'entends-tu par mages noirs ? Des ennemis ? Tu lui lances un sourire, la baguette toujours levée bien que ta tenue, elle, soit plus détendue. Ou te réfères-tu ainsi ?

Tu relâches ton bouclier, signe d'une trêve intriguée. Un maléfice cuisant, vraiment ? Plutôt réussi, à la seconde près j'étais défiguré. Navrante idée là où ta rage aurait pu être puisée. Et tu parlais en connaisseur - tu en savais sûrement un peu, mais pas assez. Voilà qui me semble plus approprié pour un entraînement nocturne. Bien que tu pourrais te montrer plus ambitieux, ce n'est pas les capacités qui te manque, Bertram. Tu le flattes inutilement, sans abandonner ton sourire,  car il ne s'agit que de paraître.
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: harmonie du soir (bertram) Lun 26 Nov - 17:44

The music of the night

Bertram Godfrey & Ismael Sahili

Je croyais posséder suffisamment de vivacité pour surprendre mon adversaire - mais ce dernier a de bons réflexes. Ou bien il s’attendait à un revers de la médaille à tout moment, ce qui ne m’étonnerait pas plus que ça. Quoiqu’il en soit il change de posture et sa baguette fend l’air pour se défendre. Bien joué. Dommage, j’aurai bien aimé voir les effets de ce sort sur une vraie cible. Néanmoins, je prétexte avec un léger sourire qu’il ne s’agit bien que d’exercices, de mises en situation. Je n’éprouve aucune animosité pour mon camarade, mais pour une fois que j’avais un véritable adversaire...autant essayer, non ?

Mon regard se plisse alors que je cherche à sonder son regard, son ton. Ismael est bien en train de m’accuser d’être un mage noir ? Si c’est ce qu’il croit, pourquoi est-il si relax ? Comme toujours je résiste à la définition en restant vague. Pourquoi répondre, lorsqu’on peut poser une meilleure question ?

Et toi ? Tu penses que si je me considérais comme un mage noir, la salle sur demande m’accorderait ses faveurs ?



Ce n’était pas si simple pour moi. Si j’étais véritablement mal intentionné la porte ne se serait jamais ouverte, n’est-ce pas ? Je pouvais en tromper plus d’un, passer entre les mailles du filet - mais je n’échappais pas au regard du château, qui devait connaître ma véritable nature, même s’il elle me paraissait trouble et mal définie. Ismael aussi, si mystérieux qui lance ce genre d’accusations avec nonchalance, presque dans l’espoir que je confirme ses inquiétudes...ou bien ses espoirs ? J’avais tant de mal à le lire, mais c’était l’occasion d’en savoir plus. Sans pour autant baisser ma baguette, je me permets un pas chassé et poursuis :

Je n’ai jamais aimé les dichotomies, ni les systèmes binaires, pas toi ? Et puis magie “noire” c’est si péjoratif...et complètement arbitraire.



La magie noire c’est mal. On avait rangé un tas de sorts de pratiques dans une catégorie qu’on avait flanqué d’un terme plus vraiment politiquement correct - sans vraiment faire de tri. Si c’était si mal, pourquoi est-ce qu’on l’enseignait dans d’autres écoles ? N’était-ce pas se voiler la face que d’amputer la magie de ses membres ? De croire que personne ne s’en servirait ? Oui, selon moi il fallait s’informer et être capable de juger par soi-même ce qui était juste et ne pas se contenter d’avaler les paroles du ministère.

Personne ne devrait condamner des connaissances. Juste...certaines pratiques. Qu’est-ce que tu en penses ?



Je reste prudent sur le choix de mes mots. Je suggère, sans rien dire. Qu’est-ce qui se cache derrière le sourire d’Ismael ? La même chose que derrière le mien ?


DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: harmonie du soir (bertram)

harmonie du soir (bertram)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» à voir ce soir sur tf1
» Etes-vous invité à dîner le mercredi soir?
» Le Bleu Du Soir
» Soirée jeux de rôle
» Quel café buvez-vous le soir ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: