vibrant ✥ adele

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 0:54

 
prénom(s): adele reese —— nom: faulkner —— âge: 19 ans —— origine: anglaise —— sang: sang mêlé —— année d'étude: neuvième —— licence: double licence en artisanat magique et commerce & économie magiques —— avenir: ne sait pas encore vraiment, prétend qu'elle préfère ne pas se mettre de visières, ce qui est partiellement vrai  —— avis sur les cracmols à poudlard: naturellement subversive, elle leur est plutôt favorable, a fortiori parce que ça incommode les opinions rétrogrades, qu'elle aime voir fléchir —— maison: pas encore répartie —— avatar: oc Kelsey Beckett.








baguette magique —— Bois de charme, cheveu de vélane, vingt-cinq centimètres, rigide et pesante.

épouvantard —— Une de ces dames faméliques vêtues de guenilles et au visage indiscernable derrière leurs longs cheveux emmêlés, toutes droit sorties de ce genre de fable qu'on se murmure pour se faire peur le soir.  

patronus —— Un caïman, gueule de faim béante, œillades alarmantes.

reflet du miroir de risèd —— Elle n'a jamais posé sur lui ses yeux avides mais ce serait probablement la main de sa mère tendrement posée sur son épaule, sans que le tourment n'intime à son doigt décharné de plonger dans l'estuaire de sa clavicule.

odeur de l'amortentia —— Des effluves féminines, framboise, céréales, fleur d'oranger, le parfum de la pluie sur la peau.

matière favorite —— Langues et Art des Portoloins, parce que les exercices pratiques sont souvent cocasses.

bonbon favori —— Les plumes en sucre.

créature inspirante —— Le cerf.

animal de compagnie —— elle avait une tortue — celestine — mais celle-ci a mystérieusement disparu il y a un peu moins de six mois (elle préfère en ignorer le pourquoi du comment). Elle hésite depuis à adopter un autre animal; un chat peut-être ?


Le cœur est la raison quand la raison ignore. —
Adele ne connaît ni dieu ni diable; on la traitera, en vain, de pieuse célicole ou d’impie. D’autres mots encore – plus ou moins amènes – fleuriront dans votre esprit, fatalement stériles. La franchise, succincte et efficace, court par ses lèvres et par ses yeux humides comme les miasmes sillonnaient le monde antique. Elle vous accable de ses invectives ou vous exalte par ses éloges, parfois les deux se disputant dans son esprit confus. L'abîme de ses pensées est pourtant énoncé en peu de mots et regards sentencieux. Elle ne craint ni honte ni remontrance. Qu’on la prenne en flagrant délit d’admiration ou d’incivilité, c’est à peine si elle en rougit, ne cherche pas même à s’en défendre, ne sait rien du regret, cet illustre inconnu. Elle a laissé ces souliers feutrés, dont nous sommes tous dès la naissance parés, sur le seuil de son existence: ils ne l’auront jamais chaussée de retenue ni de prudence. Elle s’assied au chevet de la décence, déjà à l’article de la mort, et précipite, froide et méthodique, son agonie de ses deux mains autour de sa gorge grêle.

La bienséance est d’ailleurs en Adele si peu cousue qu’il n’en faut pas plus pour que la nuque puritaine se brise également. Et la passion dépose au front de l’apostat ses lèvres approbatrices pour ne plus jamais s’en défaire: c’est une sempiternelle étreinte que celle qui lie Adele et ses affects. Elle peint des loups et masques aux arabesques mouvantes — c'est une esthète acharnée — pour que votre visage soit là, tout près de son ressentiment ou de son amour captieux, en double exposition de ses fielleuses ou fiévreuses introspections. Ils sont comme autant de prophéties, de fils des Moires Clotho, Lachesis et Atropos, qu’elle lie entre vous et elle. Au moins pourrez-vous toujours vous targuer de ne pas la laisser indifférente.

Adele est un virus de la pire sorte; si elle ne sera jamais neutre quant à votre personne, elle cherchera elle-même à parapher votre essence de son sceau ardent. Offrez-lui votre visage impavide, toile pristine et admirable, et elle y calquera son propre sourire, aussi inusuel soit-il. Elle laissera l’empreinte de ses dents dans la pomme que vous aurez laissé un instant orpheline de votre surveillance. Votre dos tourné, elle esquissera des chimères anonymes et nébuleuses dans vos notes et contre vos omoplates.

L’aurore salutaire et l’ataraxie ont, pour elle, été soufflées par quelque cruel mistral: ses faits et gestes ont tous ceci en commun d’être sous la même étoile; celle d’un immuable paroxysme, d’une intensité sans raison.  Elle épanchera ses rêves à la source d’un même poème jusqu’à ce que ses oreilles hurlent au supplice, jusqu’à ce que la musique en devienne une saveur tangible sur sa langue. C’est la vengeance d’une étoile morte, ajournée d’un temps de latence qui n’ôte rien à sa véhémence. Elle procède, méticuleuse et redoutable bâfreuse d'indices minimes et résiduels: le pli de votre chemise contre votre jugulaire, les tressaillements de votre sourcil, une tâche de leuconychie sur votre ongle... Puis elle se voudra contagieuse, elle s'efforcera, par l'examen de ces délicieuses et ô combien humaines échancrures, de lénifier sa faim écrasante, de combler ses carences par les jointures d'or dont vous êtes le seul artisan. Et lorsque la douleur de ne pas vous avoir pour elle seule ou de ne pas savoir vous meurtrir sera trop forte, elle se dérobera à toute œillade, s'inventera des fresque homériques sur le bord de chemins accidentés, ou s'adonnera à ses lubies et passe-temps d'un jour tout au plus.

Ceux qui auront connu sa génitrice avanceront qu'elle en est le portrait craché, ce à quoi elle répondra de la manière la plus acide qui soit.

impatiente ✕ laconique ✕ séditieuse ✕ persévérante ✕ impénitente ✕ méthodique ✕ tranchante ✕ sincère ✕ créative ✕ irascible ✕ observatrice
Mon premier miroir ce fut tes yeux. — Louise Faulkner a dans son regard une mer houleuse et révoltée, éprise des marins qui sillonnent ses flots et cherchant, en vertu de cet amour, à les envoyer par le fond. Ses lèvres toujours teintées de rouge en contiennent le tourment, mais ses mains d’ivoire en sont un scrupuleux truchement. Quand sa mère lui raconte ses fables de chasseurs et de monstres vipérins nés des entrailles de la terre, Adele frissonne. Et lorsque Louise voit qu’Adele a peur, elle lui embrasse ardemment les paupières et les paumes, jusqu’à ce que ses yeux lui soient douloureux et que sa peau fourmille, chair en pâture au zèle maternel. 

Louise essuie ses lèvres sur une serviette en papier, y laissant l'empreinte de son rouge à lèvres. Adele la regarde faire, fascinée. Dans la rue elle marche sur l'ombre de Louise en serrant dans sa poche la serviette qu'elle a sauvé in extremis des ordures, avant de partir. Le soir elle caresse, béate, les pigments écarlates puis dissimule la serviette sous son oreiller.  

À l’école ce n’est pas Adele, c’est une chaise vide le plus clair du temps, c’est la “petite absente” sur les lèvres des maîtresses et des autres parents. Le matin elle se réveille: la main de Louise est sur son front puis sur son épaule, sans appel, pour la maintenir sous les draps. Louise décroche le combiné: “Adele ne viendra pas en classe aujourd’hui […] de la fièvre”. C’est curieux, elle ne se sent pas fiévreuse, mais quel enfant se plaindrait de ne pas avoir à ingurgiter les leçons mortifiantes et indigestes d’une institutrice ? Adele passe donc la journée dans le jardin, ponctuée des concoctions de sa mère donc elle ignore tous des méfaits sur sa santé. Adele s’écorche les coudes et les genoux sur les graviers, Louise en arrache les croûtes et y trafique des feux à coups d’alcool et de merbromine. Adele est purifiée et sublimée jusqu’aux aquifères les plus souterrains de son sang. Elle est un quartz poli par une érosion sans merci. 

À six ans tout son être la démange, les médecins et pédiatres se suivent sur un fond de toile où le courroux de Louise est omnipotent. Personne ne saurait avoir plus d’empressement qu’elle pour le bien-être de son enfant. Comment peut-on questionner ses principes, s’insurge-t-elle en démêlant impétueusement les cheveux de sa fille. Adele boit ses paroles en retenant ses cris de douleur. 

En société, il faut savoir pousser les cadavres sous le lit. Louise tire sur le poignet d’Adele: non, elle ne peut pas aller chez son amie Lucie, elle doit rentrer se reposer. Adele bondit. Elle serre les dents et elle les serre jusqu’à l’effusion du sang, qui, laissant un goût salé et ferrugineux sur sa langue, n’en a pas moins tout de la douceur du coulis de fruits rouges et la splendeur de mille rubis en fusion. Le cœur aux abois, la main de Louise se plaque sur le front poupin de son enfant et le pousse sans ménagement pour dégager sa mâchoire de son avant-bras, comme on tient à distance, du bout d’une perche, un fauve insurgé. 

À sept ans Adele n’a encore qu’une bonne étoile: c’est Maman, dont les lettres ont été bariolées par ses petites mains sur tant d’offrandes, de poèmes et de dessins. Elle ne comprend pas pourquoi on veut ainsi la séparer de sa constellation natale, pourquoi on lui rabâche que sa mère est malade, qu’elle ne peut être avec elle pour le moment. Adele comprendra plus tard.

Un petit village, Devon, Angleterre — C’est une maison rurale tout ce qu’il y a de plus humble mais confortable. Les draps et les tiroirs y sentent l’humidité, les planches du sol grincent, les assiettes sont fêlées. Adele fronce le nez à la vue de la pellicule de moisissure à la surface de la confiture. Elizabeth, sa grand-mère, y plonge une cuillère et mélange le tout. Adele proteste en s’esclaffant. Ainsi disparaissent les maux …

… Vraiment ?

Elizabeth est une vieille dame que la mort de son mari a plongé dans une affliction circonspecte. Elle est tendre, mais le chagrin est, en ses yeux, maître des lieux. Adele brusque son aïeule, la surprend de ses caprices, et se languit dans cette maisonnette glaciale en hiver et étouffante en été. Une fois par semaine puis deux puis trois elle prend le bus pour Plymouth où elle est inscrite à des cours d’apnée et de plongée. Les corvées que lui sont la reliure de vieux ouvrages, la préparation de vin de pêches et l’entretient du verger en compagnie de sa grand-mère se muent peu à peu en passe-temps neutres. Mais ce n’est pas assez, et ça ne le sera jamais. Elizabeth observe Adele, inquiète et mélancolique, lorsque celle-ci parle avec Louise au téléphone, une fois par semaine.

Adele aime peindre et décorer des masques et collectionner dans un bocal de verre les papillons de nuit échoués sur les rebords des fenêtres. Elle se surprend à imiter ces derniers, lorsqu’elle se réveille en sueur contre la vitre glacée, les yeux empâtes de larmes irritantes, recroquevillée sur son livre. Le spectre tant aimé de Louise hante ses pensées. Elle déniche la pharmacie et endort sa grand-mère. Par la fenêtre de la salle de bain, elle pense s’envoler pour Londres, pour les bras maternels — c’est un long périple — mais elle croise des échos de son propre égarement sur son chemin. Sauf qu’eux ne sont pas si ambitieux, ils ont juste fait de la nuit une amie.  Adele se dit que ce n’est pas plus mal d’observer les étoiles en bonne compagnie. Elle leur narre les contes de Louise. Elizabeth n’y voit que du feu: Adele peut s’écorcher librement sur d’autres écueils.

Elle grandit et les murs de la petite ferme semblent se resserrer sur elle comme un coquillage sur sa perle. Et puis la lettre de Poudlard, sorte de porte céleste, lui est délivrée. De tous les toits qui l’ont abritée, celui-ci est le moins écrasant. Ses pensées véhémentes glissent comme les zéphyrs sur l'océan sur les pages de livres de la bibliothèque et sur la pierre des murs ancestraux.

Le temps lui a révélé les fautes de Louise, qu’elle a cessé d’appeler Maman. Le reste de ses vacances, elle les passe à Londres, se risque à visiter sa génitrice, qui l’a persuadée de suivre avec elle toutes sortes de thérapies. Adele s’y rend dans aucune conviction et n’échange avec Louise que des banalités, se refusant à se livrer à elle.

Louise lui tirait les cheveux, elle les a donc coupés. Elle lui vernissait méticuleusement les ongles: Adele ronge convulsivement ces derniers. Louise peignait ses lèvres enfantines de rouge vif, Adele s’en arrache furieusement la chair. Louis sait qu'Adele l'aimera toujours, et elle l'aime en retour.
   coucou jsp si vous me reconnaîtrez mais sinn tant pis lmao. c'est tout vide je sais :trollface: vous me fascinez toujours autant. et voici mon mood perpétuel: www (et aussi ma tronche quand je fais mes devoirs: j'ai la haine joviale)
Voir le profil de l'utilisateur
Pan Rhee
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 51
Points : 59
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 1:13

on sconnaît nn ;)
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 1:19

oh que oui mon petit manchot ♥
hyahya jtm
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar
Messages : 1139
Points : 1193
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 8:06

HELLO FROM THIS OTHER SIIIIIIIIDE

bienvenue!
du coup tu dis "si vous me reconnaissez" bah je te reconnais pas. are u famous in the street?
"vous me fascinez toujours autant" autant que ? as-tu déjà été là??

En tout cas si c'est ta première fois ici bienvenue j'espère que tu te plairas parmi nous love
(ton avatar fait un peu réel je trouve il me perturbe erm)


winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Hylas Prewett
Eleve sang-pur
Eleve sang-pur
avatar
Messages : 60
Points : 112
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 10:49

bvn ce codage est fort qualitatif j'étais chaud pour avoir quelque chose à lire, hélas je vais devoir ronger mon frein, bn courage
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 12:29

Andy – I MUST'VE CALLED A THOUSAND TIIIIIIIIIIYAAAAAIIIMES - tjrs présente pr ça Merci beaucoup ! Oulah nn je suis pas famous du tout, je suis une revenante. Et désolée pour l'avatar, est-ce que ça pose vraiment problème ? Si oui j'essaierai d'en trouver un autre hein !

Hylas – ton message m'est fort agréable, je vais tâcher d'emplir cette fiche de ma verbe au plus vite, afin de satisfaire tes attentes :monocle: merci bcp ♥
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénor H. Tigernach
Créatrice de drama et Shippeuse professionnelle
Créatrice de drama et Shippeuse professionnelle
avatar
Messages : 109
Points : 140
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 12:40

BIENVENUE ADELE. hug
ou rebienvenue du coup ?? je sais plus.
je suis pressée de découvrir ton personnage.
bon courage. love
Voir le profil de l'utilisateur
Linyao Zheng
Eleve hybride
Eleve hybride
avatar
Messages : 54
Points : 122
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 13:00

On veut un noooooooooooom

mdr en vrai si on c'est déjà vue j'ai vraiment une potentielle idée de qui ça peut être. Genre jsp le codage grave bg et le style de graph me dit quelque chose, mais en vrai j'en sais rien pls

En tout cas, courage pour ta fiche !
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 13:24

Aliénor – Trop mignonne ♥ *serre fort* merci beaucoup !

Linyao – Fernanda Ly ptn, toi t'envoies du paté ehdgehfvefr I'm No One rlly non mais plus sérieusement ça se trouve vous me connaissez pas du tout, je suis vrmnt une nobody ;; Mais merci beaucoup !
Voir le profil de l'utilisateur
Salomon E. Wareham
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 24
Points : 23
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 17:29

biENVENUE ICI JM BCP TON CODAGE
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel E. Avery
Reine des ombres et des épines
Reine des ombres et des épines
avatar
Messages : 390
Points : 341
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 19:46

Très jolie fiche ! Dommage qu'elle soit si vide. J'ai hâte d'en lire plus sur ton personnage. Rebienvenue en tout cas et have fun ! love
Voir le profil de l'utilisateur
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 21:22

SALOMON – MERCI BEAUCOUP C'EST TOUT GENTIL ♥

Hazel – vraiment désolée pour ça 😭 ! je me dépêche de rédiger, merci beaucoup pour ton petit mot !
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar
Messages : 1139
Points : 1193
Re: vibrant ✥ adele Sam 13 Oct - 22:40

Oh la la tu es si douce love
en vrai oui je te demanderai de changer si tu peux car c'est avatar manga / dessin et on dirait vraiment une photo en fait erm


winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Adele Faulkner
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 17
Points : 20
Re: vibrant ✥ adele Dim 14 Oct - 0:19

Pas de soucis c'est chose faite ! J'espère que celui-ci convient jme suis pas foulée pour le graphisme lmao
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar
Messages : 1139
Points : 1193
Re: vibrant ✥ adele Dim 14 Oct - 0:24

C'est parfait ! (j'arrête de flood et je te laisse finir ta fiche) love


winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
En ligne
Contenu sponsorisé
Re: vibrant ✥ adele

vibrant ✥ adele
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Adele - Someone Like you
» LES PETITS POTS D'ADELE de Magali Clavelet
» [Adele Parks] Deux maris sinon rien
» Adele
» Portrait: Adele

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de repartition :: Fiches validées-
Sauter vers: