soleil noir

Kahina Mbengue
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 36
Points : 59
soleil noir Dim 28 Oct - 16:31


kahina


kahina mbengue;
gâteau surmonté de dix-neuf bougies; altersexuelle;
originaire de johannesburg; neuvième année d'étude en artisanat magique; née avec le service d'argenterie entier dans la bouche; sa famille possède la plupart des zone aurifères d'afrique du sud; ayant eu un frère il y a peu, elle s'est vue arrachée son avenir et sa possible reprise de l'entreprise familiale; elle n'est désormais plus qu'une poupée qui se doit de faire resplendir le nom des mbengue, chose à laquelle elle n'est pas disposée; le sang de sa famille fut soumis à bien des écarts qui furent passés sous silence à travers les âges; elle étudiait à uagadou il y a deux ans mais sa famille étant au cœur de nombreux conflits, kahina et sa mère ont déménagé sur londres par sécurité et elle a donc repris ses études à poudlard; n'a pas forcément de souhait pour l'avenir, se contente actuellement d'adopter une attitude "je cherche ma famille en faisant des conneries de loin" depuis qu'on lui a annoncé qu'elle aurait bientôt un fiancé; éprouve toujours quelques difficultés à utiliser une baguette pour lancer des sorts; la sienne est en bois d'érable et renferme une plume de queue d'oiseau tonnerre; son patronus est un saumon; son épouvantard la représente pendu à des fils tel une marionnette, évoluant dans la sphère qui lui est dédiée depuis la naissance ; l'odeur de l'amortensia est celle des épices et plus particulièrement, celle du chakalaka que cuisinait une vieille dame non loin de chez elle ; dans le miroir de risèd, elle se voit artificière, loin de ce cocon étouffant qui fait faner ses rêves; sa matière préférée est la métamorphose; sa confiserie favorite est la souris glacée; l'animal qui l'inspire le plus: l'éruptif; elle possède un niffleur de compagnie; particularité: possède une boîte à chaussures magique de grande taille (agrandit par magie comme les sacs et qui contient le lieu et les choses que souhaite voir l'utilisateur -sachant que rien ne peut passer dans le monde réel sauf ce qui y est entré / s'en servirait pour ranger son niffleur par exemple) + possède un royal tchip d'enfer; voit la personne avant la présence ou l'absence de magie, ne juge pas juste avec cela;





petite kahina, bercée par la houle, ivre d'inconscience, des nuages pleins la tête; si jeune, si petite, si fragile, si malléable; tu seras une de ces sorcières. une de celles qui ressemblent aux mannequins qu'on met dans les vitrines et qu'on admire. tu seras celle dont on ne peut avoir honte; celle qui sait fermer sa jolie bouche. statue de chaire coulée dans des feuilles d'or de prestance, classe jusqu'au bout de ses ongles. Hina jolie, qui déposera des gerbes de lumière dans les coins gris de leurs vies, d'un seul regard empli de certitude. tu mettras tes songes de côté dans une petite boîte loin de tout car on ne t'as jamais demandé de rêver. tu n'en as pas besoin car tu as déjà tout. tu seras ce qu'on te dictera, n'est-ce pas ? tu feras ce qu'il faut pour que papa soit fier de toi

petite kahina, des vagues à l'âme, dézinguée, toujours un peu plus; on aurait pu te le dire, que le monde était gris. gris béton, gris souris, gris sale. gris parpaing, comme celui qui vient écraser toutes ses jolies couleurs qui dansaient tout autour de toi. tout est gris, comme le chemin que tu empruntes, comme ses personnes qui se contentent de regarder, comme le carrelage froid sur lequel tes genoux -galaxie d'hématomes- viennent se poser alors que tu récupères à la hâte les bouquins ayant quitté tes bras quelques instants plus tôt. tout est gris.
gris cendres. gris pourri.

petite kahina, petit soldat au garde-à-vous ;
sait être ce qu'on lui demande, que ce soit une jeune femme faisant preuve de discrétion, à la limite fantomatique ou bien  le centre d'attention. sa vie est écrite comme un papier à musique, une partition impérative qu'elle commence à se lasser de respecter. le rythme des rendez-vous mondains lorsqu'elle n'est pas à l'école et l'histrionisme dont elle doit alors faire preuve lui donne toujours un peu plus la nausée. voguer de dîners en dîners, faire semblant de supporter monsieur-madame, enfiler son plus ravissant sourire en tâchant de ne pas trop l'accentuer, ne jamais laisser palper la moindre exagération, subterfuge sous subterfuge dans une vitrine de faux semblants. coincée dans cette cage dorée dont la sortie lui paraît si inaccessible.

les réceptions qu'elles détestent le plus sont celles qui ont lieu à l'étranger. celles où elles croisent tout un tas d'énergumènes, en passant de l'oncle facho à la veuve raciste comme pas deux qui ferme cependant bien sa gueule quand quelqu'un de couleur se retrouve à sa table. certains sont si écœurant qu'elle leur hurle leurs mépris d'un battement de cil en tâchant de contenir son famous tchip. se contenir encore et encore depuis toute petite, sans exploser jusqu'à la fin de la soirée. se rappeler qu'elle ne vit pas pour elle même, mais pour sa famille. rentrer, les yeux qui brûlent à force d'avoir respiré la vapeur d'hypocrisie qui s'échappe de ces grandes salles désertée d'humanité. se dire toujours que c'est la dernière fois. que c'est terminé ces conneries. terminé. et s'y retrouver encore
six jours après.

petite kahina, qui trouve le temps long, fade, monotone;
qui entends les murmures dans les couloirs de poudlard, qui suit bien des gens du regard. dans ce lieu inconnu jusqu'alors elle traque le moindre indice de ses yeux pour assouvir ce puit sans fond de curiosité, de savoir. que ressent-tu ? pourquoi rougit-tu ? comment aime-tu ton jus de citrouille ? est-tu gentil au point de parfois te laisser marcher sur les pieds ? est-tu loyal ? qui es-tu ? qui êtes-vous ? observer avant d'aborder pour ne pas avoir de surprise. l'inconnu quoi que tant convoité la fige, la tétanise. kahina, feignant une moitié de sourire lorsqu'on l'aborde, lorsqu'on essaye de la faire parler, qui répond par un hochement d'épaule, un dodelinement de la tête avant trouver un prétexte et de filer. sourire qui se fait nerveux, mâchoire crispée quand un main vient se poser sur son épaule, évitant discrètement le contact. kahina qui dans son lit, rafistole ses filets pour se retenir de tomber. kahina, qui prend toujours sur elle, qui en a marre de vivre dans cette constante retenue, qui fini par oser.

kahina observatrice, qui tend la main vers les autres, craintive de se la voir arracher. kahina attentionnée, qui donne à ceux qui selon elle mérite. qui se permet de juger, à voix basse ou haute ceux qui sont digne de son intérêt, de ses sourires et de ses larmes. kahina menaçante lorsqu'on ose s'en prendre à quelqu'un qu'elle estime. débordante d'imagination, qui prendre plaisir à créer des feux d'artifices, pensant que leurs crachotantes étincelles réchaufferont peut-être un cœur ou deux. kahina, course folle dans la nuit, toujours plus vite, toujours plus loin. kahina qui rigole, qui se moque, qui charrie, qui sourit. kahina qui découvre, à chaque heure du jour et de la nuit, débordante d'énergie, alimentée par un voltage qui dépasserait presque le concevable. kahina révoltée, qui a cette envie de hurler, de taper, d'imploser. d'arracher, d'déchirer, d'écorcher. kahina libérée, qui a envie de faire toutes ces choses auxquelles elle n'avait jamais songé jadis. kahina qui prend soudain de l'espace, alors qu'elle tâchait toujours de ne pas déborder. kahina qui trouve une place. sa place.

kahina;



i. quinze minutes la tête ancrée dans le bitume


« J'ai fait gonfler une grenouille ! Elle est devenue encore plus grosse que la tante d'Idriss, et en plus elle volait ! », se vantait Merzhin. « J'ai rangé ma chambre grâce à un sortilège et ça m'a même permit de passer le balai », racontait Awa. « j'ai réussi à faire clignoter le boursouflet de ma voisine » disait, pensive, l'une de ses cousines. Encore et encore, Kahina buvait leurs paroles, leurs récits, leurs anecdotes. Assise aux côtés de ce garçon qui semblait ailleurs. et comme toujours, la jeune fille n'avait qu'une hâte, pouvoir un jour joindre ses propres péripéties à celles de ces gamins.  Être comme eux, voir même mieux, découvrir sa magie, entrer à Uagadou et devenir une très très grande sorcière. tout apprendre des sortilèges, tout connaître des ingrédients de potions. elle s'y voyait déjà, sur les cartes de choco-grenouilles que ramenaient parfois ses cousins les plus âgés de l'étranger. Qu'est-ce que ça leur en boucherait un coin, à tous, et surtout à papa. papa qui plaisante de moins en moins avec elle. Parfois elle surprend du coin de l’œil ses œillades inquiètes. Après tout, il lui était impossible de ne point les voir ou les sentir, elles et ce qu'elles dégagent. Mélange de craintes, d'incertitudes et d'incompréhension. Chaque fois qu'elle croisait son regard fuyant, elle se demandait si elle était responsable du voile qui année après année, dissimulait leur éclat. Parsemé de ces doutes, elle s'interrogeait et elle avait peur de ne pas être assez bien, assez belle,
assez tout, en fait.

puis un jour il y a eu ce déclic. cette irruption de magie de cette gosse dont il doutait, de plus en plus, de jour en jour. quel soulagement ce fut, pour papa. jamais il n'aurait accepté d'avoir engendré un être sans pouvoir. jamais il n'y serait parvenu.

ii. s'envoler dans les ombres

Première année à l'école des sorciers, Kahina qui voulait s'épanouir dans un monde blanc, lumineux est écœurée par ce qu'elle y trouve. claque de nuages, gouttes de déception éclaboussant ses idéaux. là-bas elle est aux yeux de beaucoup d'enfants dame mbengue avant tout autre chose. à peine arrivé qu'on commence à lui reprocher ses vêtements trop propres et surtout, les actions de son père. son vécu est loin de tout ce qu'elle avait imaginé. dans les couloirs on la pousse, on la repousse, on la méprise, on la hue. à la maison elle n'en pipe mot. on lui a appris à être discrète et fière, à ne pas pleurer ailleurs que sous la pluie, à ne montrer aucune faille, à ne pas s'effondrer. elle respecte assidûment le protocole, elle se conforte dans son rôle de monstre riche et sans âme. elle s'efforce d'être ce que l'on attend d'elle.

Mais une fois bouclée dans sa chambre, à double tour, elle ressort cette boîte à chaussure de sous son lit. Une boîte on ne peut plus banale et pourtant si précieuse. Cadeaux d'un jeune sorcier de son âge, sans doute un des rares à qui elle prend le temps d'adresser un sourire sincère et maladroit. Il lui avait confié, qu'il n'appréciait pas vraiment ce destin tout tracé que les autres lui avaient désigné. Il était un des seuls gamins à lui adresser la parole sans mauvaise intention ou préjugé répugnant. Un jour, il lui avait fait don de cette boîte à chaussure. "Un moyen d'évasion pour quand tu en as marre", lui avait-il dit. "T'es bête ou quoi ? ", lui avait-elle répondu. En quoi une boîte si banale aurait-elle pu l'aider ? En quoi aurait-elle pu la sortir de ce torrent de désillusions dans lequel elle se noyait toujours un peu plus ? Un jour, elle avait fini par l'ouvrir et y avait vu un nouvel univers, plein de couleurs qui l'avait tellement subjugué qu'elle n'avait pu s'empêcher d'y entrer. Kahina  s'y était laissé prendre bien facilement, s'échappant un peu trop souvent, se laissant envoûter par cette perspective d'un mieux à portée de ses bras. Et elle s'était noyé dedans, chaque soir, songes emportés dans un flot de subtilités. Loin des moqueries, loin des regards dédaigneux, elle préférait nettement fermer les yeux sur les difficultés qu'elle rencontrait à l'époque et faire fructifier son imaginaire. Là-bas, dans la boîte, elle  revoit les défunts danser, ce petit elfe de maison nommé bamba, ses joues blafardes encore rosées. Elle le voit, lui et tous les autres qui s'animent dans les rues de son monde couleur hoya nacrée, et elle repense à l'avant, à l'avant que tout devienne gris. A l'avant qu'elle ne fasse ce rêve d'école et qu'elle ne se fasse marcher sur les pieds. Et elle y revient, dans cette boîte, chaque fois qu'elle ferme les yeux. Le lendemain, le jour d'après et encore aujourd'hui, se demandant si un jour elle pourrait y rester coincé (par mégarde), dans ce beau monde bâtis d'idées chimères et baigner à jamais dans ce divin simulacre.

Là-bas, il suffit de souhaiter, il suffit de penser.
Et une fois dans la boîte à chaussure,
le vœu est exhaussé.


iii. comme au tout premier soir


je me souviens, quand nous étions enfants, avec ces rêves débordant de nos êtres. il me semblait déjà avoir trouvé un nouveau soleil. et ce soleil portait ton nom. il avait tes fossettes marquées, ce regard parsemé de béatitude quand avec toute la grâce dont une gamine pouvait faire preuve, je venais déposer un baiser sur ta joue cramoisie. à cette période déjà, alors qu'il n'avait que sept ans il ne cessait de dire que j'étais belle et qu'il resterait avec moi pour toujours. il me le soufflait tous les jours. c'était si beau et si doux que j'y ai cru tout du long. même maintenant que ces souvenirs sont passés dans la benne à ordure je continue d'y croire un peu. maintenant je suis toujours belle, je continue de briller pour un navire qui ne viendra plus jamais. à l'époque, mon cœur était dans ses mains. je l'y avais laissé bien au chaud. à l'abri. mais je crois qu'il a trop appuyé. puis ça a explosé comme un tube de gouache quand on le presse trop fort. il y en avait partout sur les murs. ça faisait comme des constellations, des réseaux complexes et sans fin semblables à nos disputes. d'enfants nous étions passé à l'état d'ado. nous avions dit adieux à nos langes pour enfiler nos plus beaux habits et à partir de là, notre petite bulle si magique et si douce avait crevé comme éclate un abcès trop mûr.

on s'aimait, quand même,
mais c'était plus pareil.

nous nous étions connus avant même de savoir marcher, nous étions tous les deux des sorciers issues d'une sphère prestigieuse, nous avions tous les deux empruntés le chemin de Uagadou. il était à la fois mon camarade, mon confident, mon amoureux. on se disait tout concernant nos famille de cinglés. nous étions loin de penser que ça finirait comme ça. on se voyait ensemble, tous les deux, toute la vie. je ne me souviens pas quand la toile a commencé à se ternir. et malgré mes efforts, je ne suis jamais parvenue à y refaire briller les couleurs chatoyantes des premiers temps.
quand finalement je suis partie,
j'avais tout juste
dix-sept ans.


iv. comme les couleurs primaires qui parfois s'évanouissent


C'est l'année de mes dix-sept ans que j'intègre Poudlard. Ma mère et moi sommes parties sur Londres, soit-disant en voyage d'affaire. Mais je ne suis pas sotte, je vois très bien les tensions qui se créent autour des élites en Afrique. Ces tensions je les ai vécu durant toute ma scolarité. Harassant conflits du matin au soir, que ce soit dans les couloirs ou dans les salles de classe. Je les ai tellement vécus qu'à la fin je n'y faisais même plus attention. J'avais mon petit groupe d'amis, de réfractaires, et ça m'allait très bien. Je n'avais pas besoin de plus, j'étais plongée dans les bouquins, curieuse et je m’efforçais de sourire toujours plus. Je voulais qu'ils sachent tous que jamais ils n'occulteraient mes pensées.

Quoi qu'il en soit, j'avais quitté cette école pour finir en Angleterre. Là-bas, je peux tout recommencer, dans un endroit où ils ne connaissent pas forcément mon nom, où ils ignorent juste tout de moi. Là-bas je peux être ce que je veux, ce que je suis.



yamakasi •• vingt-deux y.o •• casca de berserk + oc black probably •• ça fait un moment que je vous zieute, j'avais déjà tentée une incursion avec tiago coelho mais entre les tensions au boulot + ma timidité massive j'ai juste depop. but je me suis tchip dessus hier et j'ai décidé de moove mon tralala because u're very sugoi so j'espère que ce début d'idée vous plaira ••





Voir le profil de l'utilisateur
Pan Rhee
☆ kitty drama ☆
☆ kitty drama ☆
avatar
Messages : 223
Points : 363
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 16:39

je suis totalement amoureux c possible ou pas
Voir le profil de l'utilisateur
Huyana Redbird
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 107
Points : 204
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 16:57

BIENVENUE love
Kahina a l'air trop belle genre ??? du peu que j'ai lu en diagonale jsp elle a l'air super touchante idk sljndfvn
Bon courage pour finir ta fiche !!!
Voir le profil de l'utilisateur
Zachary R. Bones
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 86
Points : 118
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 17:06

oh
my
fucking
god

????


Casca ????

je lilibel

Juste avec ce visuel je validais *1000 mais le début de ta fiche me met déjà tellement l'eau à la bouche ?? Dépêche toi de fini tout ça stp pls
Voir le profil de l'utilisateur
Salomon E. Wareham
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 45
Points : 95
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 17:35

EWOO BIENVENUE ICI
giga hâte d'voir tes rp et j'espère que ça ira cette fois !!!!
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Catwright
mage level 42
mage level 42
avatar
Messages : 546
Points : 651
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 17:59

Bienvenue !

Citation :
née avec le service d'argenterie entier dans la bouche
J'avais jamais lu cette expression, et elle est géniale !

Kahina a la classe andy
Voir le profil de l'utilisateur
Mae L. Greengrass
Reine aux milles visages
Reine aux milles visages
avatar
Messages : 198
Points : 435
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 21:27

Bienvenue
Je suis fan
Trop beau
Trop fabulous
Fini vite cette fiche !

ruben2 ruben2
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Icare Kaur
Créateur du Rihannisme
Créateur du Rihannisme
avatar
Messages : 283
Points : 479
Re: soleil noir Dim 28 Oct - 21:32

cet avatar???? ce codage????
ton écriture???

je? lilibel c joli ouin bienvenue parmis nous, heureux de pouvoir enfin te découvrir sur le forum!!

bon courage pour la suite fighto fire
Voir le profil de l'utilisateur
Hazel E. Avery
Reine des ombres et des épines
Reine des ombres et des épines
avatar
Messages : 551
Points : 508
Re: soleil noir Lun 29 Oct - 11:11

cette fiche est parfaite et ce perso déchire tout.
Bienvenue parmi nous beauté love
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar
Messages : 1503
Points : 1478
Re: soleil noir Lun 29 Oct - 13:58

OMG TIAGO
t'sais que dans le staff on était en mode "ça fait des semaines qu'il s'est réinscrit mais il poste rien finn" "is he A SPY finn ???"

joke à part ça fait plaisir que tu sois revenu!
surtout avec ce personnage mais alors DE OUFFISSIME
genre waaah
tu m'en as mis plein la vue

juste, cette fiche est-elle terminée ou pas ? erm


winner is dreamer who never gives up; andy





Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Voir le profil de l'utilisateur
Kahina Mbengue
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
avatar
Messages : 36
Points : 59
Re: soleil noir Mer 31 Oct - 14:13

♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️♥️
(un coeur pour chacun d'entre vous, parce que vous êtes beaucoup trop bien)
— pan; que devrais-je dire alors ?
— huyana; j'espère qu'elle te plaira toujours autant maintenant
— zachary; ouiii, ça fait un moment que je voulais use ce visu et j'ai enfin pu le caler je suis satisfaite de fou.
— salomon; merciii et j'espère aussi o/
— billy; hihi ty
— mae; merci à toué, c'est terminé !!
— aslan; ce boy ??? mercii, j'en suis enfin venue à bout o/
— hazel; merci cutie c'est chou de fou, j'espère qu'elle te plaira tout autant maintenant qu'elle est terminée  love
— andy; hihihi c'est vrai que j'ai fait le fantôme un moment ça a dû faire vachement weirdo dsl. en même temps je suis abrutie je me suis réinscrite juste avant de partir trois semaines à l'étranger -see ma fucking logique-.

bref vous êtes tous adorables je suis toute djskdls en lisant vos gentils mots, vraiment.
du coup on va dire que c'est fini les ptits chats.
s'il faut que je rajoute des trucs pokez moi, n'hésitez pas  
miguel le magnifaïk  miguel le magnifaïk
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan E. Scamander
Directeur
Directeur
avatar
Messages : 809
Points : 868
Re: soleil noir Jeu 1 Nov - 13:14




Bienvenue sur Dabberblimp !

Cette fiche qui est tout simplement MAGNIFIQUE.
Genre ça me tue mais vraiment genre le caractère juste sublime, la fin m'a donné des frissons, les anecdotes ultra précises et réalistes sur l'univers EVIDEMMENT tu sais comment me parler pls
je l'ai envoyé à poufsouffle pour plusieurs raisons, je pense sincèrement que c'est la maison qui lui convient le plus. C'est un choixpeau flou entre trois maisons, le choipeaux hésitait aussi avec Serdaigle et Gryffondor... Serdaigle pour l'accompagner dans sa curiosité quotidienne, son art, sa discrétion... Gryffondor pour légitimer sa révolte, sa remise en question d'elle même et du monde. Mais en fait, à Poufsouflle elle pourra faire tout ça. Elle a besoin d'être entourée de vraies personnes, loyales, pas dans le jugement comme pourraient l'être des élèves dans d'autres maisons. Et d'un autre côté elle a besoin d'équilibre pour apaiser son propre chaos.
Rebienvenue parmi nous, amuse toi bien hug

Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien dans ce sujet, ainsi que ton téléphone portable ici (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar par là et tu peux aussi faire une demande de RP juste ici, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.


Quiet people have the loudest minds; orphan


des bannières:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: soleil noir

soleil noir
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» LA FILLE DU SOLEIL NOIR (Tome 1) ESPRITS IMPURS de M.L.N. Hanover
» Soleil Noir - François-Pierre Dubos
» LA FILLE DU SOLEIL NOIR (Tome 2) ANGES NOIRS de M.L.N. Hanover
» Mon soleil noir
» Qui Possède la mission 8 et demi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de répartition :: Fiches validées-
Sauter vers: