stupefaction ▬ astrid

Aller à la page : 1, 2  Suivant
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 22:37




Galene Astrid Edwards

▬▬▬▬ஜ۩۞۩ஜ▬▬▬▬
PRÉNOM(S) ET NOM — Galene Astrid Edwards
ÂGE — 16 ans
ORIENTATION SEXUELLE — hétérosexuelle
ORIGINE — anglaise
SANG — sang-mêlée
PARTICULARITÉ — maudite
ANNÉE D'ÉTUDES — 6e année
OPTIONS OU LICENCE — Base du droit et commerce magique, Langue classique + Deuxième langue (Mandarin)
AVIS SUR LES CRACMOLS ET MOLDUS À POUDLARD — très positif
MAISON — gryffondor
AVATAR — LadyBug (The Miraculous Ladybug)


PHYSIQUE

deux prunelles ciel vous tombent dessus, s'en suit un sourire comme elle sait si bien les faire, arqué, attentionné, assuré. son charme est naturel, petit nez retroussé, deux yeux de biche, de longs cils, deux petites pommettes, des lèvres pincées - joli petit minois au teint de pèche. encens sucré émane de son gel douche, lait d'amande pour peaux sensibles et un zeste de citron dans le shampoing ravive sa mine. touche framboise recouvre ses lèvres, et on la voit si souvent avec un jus à la myrtille, à l'apparat coloré fruité. maquillage discret, l'effet de son mascara est son préféré, jeune avait-elle toujours adoré la manière dont ces cils mettaient ses yeux en valeur, d'habitude si petits. contouring propre, un brin de fantaisie accompagne cette bouille si charmante en des lèvres tape à l'oeil des fois. on remarquera ce bleu caractéristique de nuits en boite où s'arracher devient son motto, où le rouge pétant du bal orné de ses paupières ombrées doré. c'est le maquillage apporté par le travail de maman, elle ne pouvait pas se permettre de le gâcher. ses épaules sont tachées rousses, quelques petits points, et puis de brûlures quand il fait torride et qu'elle les balade à nu sans crème. ce à quoi s'accompagne l’acnée de l'age, sur les clavicules. ses bras restent intacts, avec comme ces petits poils s'hérissant lord de froid ou de frissons provoqués par un film d'horreur, discernables à ceux qui s'y attardent.

ses mains sont petites, ses doigts fins et longs, les ongles recouverts de produit acidulé pour la persuader de ne plus se ronger les ongles comme elle pouvait le faire, obsessivement. morphologie en A, un bonnet B, la taille fine, les hanches aguicheuses et ce mètre soixante trois de la frustration. elle aurait aimé être armée de ses longues et grandes jambes, auraient-elles alors détourné son attention de sa poitrine qui l'a complexée il y a de ça deux ans. pour compenser lorsqu'elle a l'occasion de faire sa belle gosse même des stilletos n'iront pas à l'encontre de sa volonté de se la ramener. chaussures sont l'accessoire qui lui plaisent le plus, et niveau talon elle fait fort et haut - ça ne l'a jamais empêché de botter le cul de connards. Compensées, bottines, en similicuir, polyamide ou encore en polyuréthane, doc martens cirées, cuissardes, et les quelques chaussures plates, passant de sandales, à ballerines aux typiques converses ou basket. c'était courant de la voir avec des paires de rechange. sportive et passionnée, son affection se porte sur la danse contemporaine et la boxe. elle avait commencé la danse avec le ballet, mais les pointe et les nombreux ongles de pied cassés le sang s'en suivant lui causa beaucoup trop de peine.

jolie astrid mais pas frêle ni faible, de ses abdos travaillés par le mouvement en rythme de son corps, et ses gens frappés dans le cadre de l'amour pour le sport. l'histoire dit que ses uppercuts en ont brisé des dents. cette cellulite entre les cuisses marque la déchirure de sa peau comme une plaquette de sang qu'on a déchiré, laisse penser que son corps avec quelques cicatrices de griffure et ce dos étonnement cambré pour son âge, laisse entrevoir quelques secrets là au delà de l'oeil du commun. elle n'en n'est pas moins éblouissante dans son éclat de rire au soleil, en écho le paysage s'accorde avec elle et reprend de la couleur. Haut colorés et à motif lui vont le mieux, elle est si pleine de vie après tout. Elle est plutôt pantacourt, les bas sombres s'alignent mieux avec ces hauts et vestes. Et puis ça lui permet de montrer ses bracelets pour pieds. Astrid aime les boucles d'oreilles rondes particulièrement. Dynamique et vivace, toujours prête à rendre la moindre crasse.

CARACTERE


Elle aime si profondément qu’elle s’y blesse, trop honnêtement à ses dépens. Si abondamment et sans répis qu’elle fatigue. Là devant vous elle est si détachée du regard que vous lui portez. Yeux rivés sur son portable, pourtant toujours la parole facile. Vous n'échangiez guère en faisant la queue de la cafétéria, son impatience est palpable. Doigts fins appuient sur l'écran tactile avec cette habitude et ennui mais en même temps pour combler le vide que crée ce silence. Pas que vous aviez à discuter, la parole avait simplement disparu au détriment de regards connaisseurs. La voilà sous vos yeux : véritable paradoxe, complète oxymore, hypocrite dans un sens presque bénin du terme au long des contradictions de son existence. Son œil inquisiteur lève un sourcil, confuse de par votre regard qu'elle trouve en sa direction. Ses iris glissent sur le côté, analysent la panoplie de gens qui se trouvent autour d'elle. Pas de soupir, lentement elle respire, vous regarde comme vous éveiller de ce regard bien trop vrai. Elle semble avoir une idée, et tire cette maligne et féline expression d'une voleuse. Sourire fin, mine enjouée, comme soudainement réveillée. Pas chaloupées, elle se rapproche de vous pour s’appuyer contre vous avec cette assurance :

Je te paie un sandwich au supermarché d'à côté, j'suis certaine qu'il y a moins de monde là bas.

Soupiré en un sourire, des doigts vous ont en étreinte. Une douceur dans une esquisse un peu maladroite. Avoir ces yeux sur vous a quelque chose d’enivrant. Son corps s'appuie contre le votre avec naturel surprenant. Comme une attention bien trop détaillée à votre égard, comme un plein de sentiments partagé en ces sourires enthousiastes et sincères. Qu'elle est adorable. On dirait qu'elle est bonne comédienne. Les filles n'aiment pas ça chez elle - elle admet si honnêtement avoir besoin d'attention. C'est peut-être parce qu'aussi rapidement elle s'en détache qui fait que la gente masculine est happée par ce qu'elle reflète.

Il suffit de la voir, la miss ne tient pas en place. Son plein d'énergie en entraîne certains, en fatigue d'autres. Elle se mêle de tout ce qui la regarde ou pas, et est plutôt douée lorsqu'il s'agit d'écouter discrètement ce qui se fait ou se dit en secret. Décidée à faire bouger les choses et les gens, avec la force s'il faut - ses idées reflètent cette peur qu'elle a d'être délaissée, incapable de prendre elle-même des décisions. Astrid n'apprécie pas qu'on choisisse pour elle. Ce qui fait qu'elle puisse se montrer difficile, impatiente, voire colérique quand les choses ne vont pas dans son sens. Une enfant encore, qui ne se plie pas au monde mais qui prend toutes les libertés pour que le monde se plie à elle. Une enfant dans son intérêt pour tout et n'importe quoi, mais surtout n'importe quoi.  Astrid tient à cœur ce qu'elle entreprend, ce qui se reflète dans toutes ses émotions qu'elle exprime et explique. Elle taquine, enquiquine un peu trop peut-être, son attention dérive et son intelligence gâchée par ce peu d'attention accordé à ses études. Téméraire quand elle s'y met, mais aussi au comportement même si drole dans ses innovations risqué sans nécessité. Son peu de sens de danger la met également dans des situations peu conventionnelles et dont il est difficile pour elle de s'en sortir.

C'est ce peu de sens de danger qui la pousse à faire ce que personne n'ose, qui la pousse au devant de la scène et rire comme jamais. Contre votre gré elle vous amènerait, de ce rire qui accroche, qui rapproche, avec un peu d'innocence et en même temps pas assez pour que vous ne compreniez pas où elle vous mène. Astrid aime séduire pour ce que c'est, vaguement flirter sans arrière pensée. C'est facile d'être physiquement proche de quelqu'un, la miss a le toucher facile, la sympathie à la bouille et beaucoup de gentillesse avec elle. Lorsqu'il s'agit de mêler les sentiments à tout ça, madame change complètement, devient discrète, disparaît. Puisque maintenant ce qu'elle dit est important, puisque maintenant, elle peut pas juste plaisanter comme elle le fait si aisément avec la gente masculine - tout semble devenir une erreur de sa part, et elle se tait.

Astrid observe lorsqu'elle n'ouvre pas sa bouche. Retient les attentions des autres avec munition perspicace mais aussi à si facilement remarquer ce qui ne va pas chez autrui. Elle pourra apprécier beaucoup de choses sans qu'on ne lui en parle, dans la tenue, dans la posture, dans l'attitude à son encontre différente des autres, peut-être. En même temps ça fait d'elle quelqu'un de rancunière et à la mémoire du moindre détail, lui causer du tort, à elle ou à ceux qu'elle aime, c'est ne plus valoir exister. Une vraie lame empoisonnée quand salée et amère, une rage l'emplit la jeune femme. La miss se moque, de ce rire venimeux, et cette étroitesse d'esprit pour se rassurer, pour se calmer. Son pardon vaut des diamants et si vous le voulez vous devriez travailler d'arrache pied pour l'obtenir.

Du coup ça fait la commère. Il faut se retenir devant ceux sur lesquels elle crache, garder ces pulsions à la violence pour les partager avec celles et ceux qui tolèrent l'Astrid plus putride. La bienséance devient alors ironique, les compliments comme de travers une épée pointée avec l'objectif de blesser au plus profond quelques secondes plus tard. Elle peut s'emporter, et elle ira frapper. Son coup droit ne va pas vous manquer, mais surtout jamais Astrid ne va vous oublier.

Caractérielle jeune femme qui tape du pied. Elle tient à se faire respecter et se faire comprendre, ce malgré le fait qu'elle se sache qu'elle n'est pas la plus supportable. La parole facile, la miss, pipelette qui ne sait décemment pas quand s'arrêter dont la parole s’avère être une de ses meilleures et pire qualités. Souvent se trouvera-t-elle en train de se justifier, plus par impulsion que par nécessité. Lorsqu'on l'accuse elle semble frustrée, fronce l'expression parce qu'elle n'aime pas avoir tort, parce qu'elle n'aime pas qu'on lui dise qu'elle ait tort, qui êtes vous pour lui dire qu'elle a tort ? Encore pire lorsqu'on ne la laisse pas fixer ce qu'elle a fait de mal.

Obsessionnelle sur ce qu'on pouvait lui dire, au final, puis si cruellement indifférente dans ce moyen de se protéger. Jeune femme en croissance perpétuelle pour qui tout semble si évident manque de voir comment elle peut blesser ceux qui l'entourent, hâtivement. Astrid court toujours, à la recherche d'un sens dans sa vie, de tensions qui la fassent souffrir de façon à ce qu'elle se sente réellement vivre.

baguette : en bois de noisetier de 27,94 centimètres, peu souple, coeur de plume de phénix ✘ épouvantard : un reflet d'elle-même ignorante et enchaînée ✘ patronus : loup ✘ risèd : se voir parcourir le monde ✘ bonbon favori : tous ✘ odeur de l'amortentia : pomme cassis framboise, cerise, miel ou caramel ✘ créature inspirante : l'hyppogriffe, qu'elle trouve à son image, créature fiere et intelligente mais également le dragon pour sa dangerosité et capacité à la destruction ✘ animal de compagnie : un hibou blanc appelé Ei ✘ matières favorites : potions ✘ Sorts favoris : Récurvite, c'est bien pratique lorsqu'il faut faire le ménage et que le temps manque, et Tarentallegra, car tant elle force quelqu'un à danser, mais pas forcément à bien danser ✘

HISTOIRE


papa cracmol, maman sang-mêlée et te voilà toi née sous le signe de l'oeil. petit sucre d'orge qui tient dans sa minuscule main le doigt d'une génitrice éreintée par l'effort. sueurs perlent sur le front de cette femme dont le mari immortalise un des moments les plus intimes de sa vie. elle n'était pas aussi jolie dans l'objectif qu'elle aurait aimé la maman. mais qu'importe elle t'avait toi et pour l'instant ça lui suffisait.

elle te voulait. tu pouvais être rassurée avec ta petite mèche de nouveau né qu'elle n'allait pas instantanément te jeter. tout portait à croire que si pourtant, ses envies aussi virulentes que violemment elle pouvait s'en débarrasser. l'intuition brillante, c'est comme ça que certains l'appelaient. pour toi c'était cette manière de changer d'avis brusquement sans explication. c'est effrayant.

rapidement elle n'avait plus envie de toi dans sa vie. tu n'avais pas besoin de l'entendre de sa bouche, elle n'était pas là pour te le dire. tu pouvais le sentir. du jour au lendemain devenue cette poupée qu'on oubliait parce qu'on en avait plus envie qu'elle existe, parce que c'était signe de responsabilités qu'on ne voulait plus assumer. ça avait l'air bien pourtant, la promesse d'une enfant.

papa est las, fatigué mais là. plié en deux en trois pour cette femme qu'il estime qu'il ne mérite pas. elle est si belle maman. beaucoup la jalousent. beaucoup la désirent. ces reflets atteignent papa, viennent frapper son peu d'estime de lui-même avec cette crainte passée sous silence : elle est trop bien pour moi. astrid comme en colère avec ces remarques passées au crible de peinture invisible aux yeux de ceux qui n'ont pas vu cet homme se mener se surmener par amour. pourtant elle ne peut nier remarquer qu'elle est belle maman et puissante en même temps, que le monde tourne autour de son petit doigt par un regard charmant. qu'elle est belle cette princesse traitée par un père gâteux et une mère absente.

tu étais trop jeune pour savoir ce qui s'était passé, un peu avant ta naissance sa belle sœur, ou du moins la sœur de son mari, avait elle-même accouché. mais elle n'a pas pu survivre à ce qui s'est produit. corps frêle ? coeur faible ? tu n'osais en parler, car ce sujet à table ou n'importe où était prohibé. cette femme s'en détournait, s'énervait, s'ennuyait, tirait les traits comme une gamine pour qu'on change de sujet.

quand je pensais qu'un enfant changeait des vies, je ne pensais pas à ça.

et quand ton père raisonnait avec elle elle s'écriait.

mais geoffrey, je me fiche de tes solutions ! tout ce que je veux c'est qu'on me la rende. est-ce que tu peux me ramener ta soeur ? tu ne peux pas me ramener ta soeur.

et il s'était emporté ce jour là:

et tu crois que ça ne me peine pas de t'entendre crier à la moindre mention de Reyna ? c'était ma soeur, amber.

comme une reine la dame s'offusque, se lève et claque la porte du living room. toujours la même histoire. toujours le même sujet. autant tu ne pouvais dire si elles étaient proches toi astrid. autant tu percevais qu'il y avait un peu de comédie dans le tas, de la comédie qui te rendait amère jeune fille. oui, amber isabella edwards cherchait une raison valable pour t'oublier. quelle autre raison aurait-elle ? tu étais plus jeune que lola. pourquoi du jour au lendemain ta mère prenait pour elle-même les pleurs d'un homme qui avait perdu sa sœur ?

oh tu étais petite astrid et tu allais lui apporter que des problèmes. bien sur que tu n'allais apporter que de frustration sur frustration à une femme qui voulait un enfant comme on veut un jouet. on t'aurait demandé aujourd'hui tu dirais du tac au tac préférer faire avorter une femme dont les conditions ne lui permettent pas d'élever un enfant qui se sentirait aimé que de le laisser vivre avec ça sur le dos.

oh si tu pouvais astrid tu aurais été au tribunal accuser tes parents de t'avoir mise au monde quand ils n'étaient pas prêts : ce qu'ils avaient fait, c'était t'assurer une vie de souffrance et de manque d'estime en toi.

miss, ton père t'a élevée mais on aurait dit ta mère en te regardant. tu voulais être socialement influente, puissante. exubérante presque à défaut mais authentique et indépendante. pas besoin d'une mère trop occupée à vendre des produits de beauté. pas besoin de ce père qui continuait à la gâter. (elle les pardonnerait un jour peut-être mais rien n'était encore prêt). tu serais comme maman mais en mieux. et au lieu de passer par cette phase d'adolescente ou tu renierais tout ce qu'étaient tes parents, au contraire tu te servirais de ce qu'ils t'ont appris pour les dépasser. qu'est ce qu'être influente signifiait pour toi ? curiosité, informations, ragot - un goût prononcé pour voir le mal dans la vie des autres, cette sorte de voyeurisme amené par la génération actuelle toujours à l’affût d'un dérapage.

astrid tu notais ce tout. un petit carnet avec toi, et tes gribouillis, t'accompagnait toujours avec ce but de comprendre au mieux ce qui se passe. malsain irrespect des limites devient ce qui fait ta compassion pourtant. autant une histoire pouvait t'intéresser en tant que telle, autant les personnes derrières étaient bien réelles.

le pouvoir que t'accorde avoir la main sur ce genre d'information est indéniable. et tu n'ira pas mentir et dire que tu ne t'en sers pas pour le tourner en dérision. c'est si superficiel, si ennuyant, et pourtant tu en ris. un copain infidèle, un gamin soupçonné de toucher des filles dans les toilettes, la fille seule là bas seule qui ne se lave pas tous les jours... des petits trucs au final, lancés par tes soins. tu voyais le résultat brodé de tes dire tisser une toile épaisse au fur et à mesure. c'est dangereux, mais justement tu adorais ça.

la vérité et toi aviez une relation complexe, tu la trouves si peu pleine de charme, comme ta relation avec les conclusions aux problèmes d'ailleurs. future journaliste, il faut dire si tu ne sais pas embellir tes écrits tu ne serais bonne à rien. tu riais éperdument des titres clickbaits pour lesquels les gens tombaient presque toujours pourtant. entre tout ce qui se passe dans ta tête. tu tapais à l'ordinateur des articles gossip que tu partageais. miss qui disparaissait de la vue la seconde que son cœur battait trop fort. cela t'étonne que tu ne te fasses pas attraper.

tu n'étais tenue du potentiel en toi que de par ton père. ta mère bien trop occupée. la lettre est arrivée un peu avant d'y rentrer en troisième année, sans surprise, peut-être mais avec beaucoup d'anticipation. geoffrey comptait l'histoire de Poudlard auparavant à l'accès qu'on ne pouvait trouver sur des cartes, auparavant inconnu des moldus. c'est de lui que tu tires l'empathie la plus grande pour ceux pour lesquels le gène ne s'activait pas ou que partiellement. il en parlait avec beaucoup d'enthousiasme ton père des avancées proposées par les Scamander. leur présence même en tant que directeur et co-directrice marquait un changement indéniable dans la relation mages et moldus de l'époque ((du moins à leur arrivée ce qu'il en était du traitement de ces derniers dans l'enceinte du campus, il l'ignorait)). curieux homme que geoffrey dont tu tires cette insatiable et insupportable habitude de tout questionner tout le temps.

c'est le cœur un peu lourd que vous vous quittez d'abord. ta mère n'est pas là pour toi. elle t'envoie des crèmes, des parfums, du maquillage, comme elle le fait si bien. tu reviendras le temps des grandes vacances tu dis à ton papa qui sourit et te dis qu'il était content de t'avoir avec lui et que tu lui manquera. des mots de ta mère tu n'en n'as jamais eu. mais ce n'est pas un problème. tu n'en n'as pas besoin.

((et dans tout ça y'a ce qu'elle dit pas. une soirée organisée là ou maman travaillait. beaucoup d'invités. papa qui disparaît. un invité qui la suit. elle qui prend peur. mais y'a plus de maman sur qui compter plus de papa toujours à ses côtés. elle avait 12 ans quand c'est arrivé. astrid sortie hâtivement va se cacher là sous une table où sont entreposés des mets pour les invités. elle prie, fort, vite. qu'il me perde. qu'il me perde. qu'il me perde. sa tête lui fait effet de coton et ses tempes brûlent. et lorsqu'elle ouvre les yeux elle ne se voit plus. l'homme était parti mais c'était loin le cœur de son anxiété. la jeune fille s'exclama, ce qui alerta les personnes autour. elle réussit à se lever jeune fille, encore tétanisée de la poignée qu'avait cet homme sur ses cheveux il y a de ça quelques minutes. elle se souvint de son visage mais au vu du nombre d'invités, il était peu probable que sa mère le reconnaisse si elle le décrivait.))



coucou ♥ on m'appelle yoppy dans le bahut. j'suis extrêmement anxieuse vu que l'univers d'harry potter m'est pas tout à fait familier j'ai du lire quoi le premier tome et vu tous les films mais qu'une fois genre ??? le forum est beau sinon et y'a beaucoup de monde, j'espère que j'ai pas mal interprété le perso d'astrid.

(c) yoppy


Dernière édition par G. Astrid Edwards le Mar 11 Juin - 14:34, édité 21 fois
Edea L. Baxter
Lionne au cœur d'or
Lionne au cœur d'or
Edea L. Baxter
Messages : 132
Points : 234
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 22:39

♥️
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1876
Points : 1792
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 22:42

AAAAAAAAH
QUELQUUN A PRIS ASTRID
MA VIE
MON AME
JTM
PLS HELP I CANT BREATHE

jtm
je te valide car c mon predef
juste tkt !! pour l'univers, ça va aller on te guidera et puis les annexes sont ultra complètes.
j'espère que le personnage te plaira à toi de te l'approprier et pour l'instant ça m'a l'air parfait hug


winner is dreamer who never gives up; andy


stupefaction ▬ astrid KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 22:44

!!!!!!!!!!!
JVEUX TE HOLD DANS MES BRAS
BIENVENUE ICI
hug hug hug
ce personnage
pls
si doux si tendre punaise et ton écriture jpp jsuis à terre help
Curtis A. Guinness O.
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Curtis A. Guinness O.
Messages : 95
Points : 296
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 23:04

CE PREDEF!!!!!!!!!!!! JUSTE PR MARINETTE!!! et il est si cool si bien si genial j'adore pls
et ta plume est superbe, j'ai hâte d'en voir plus!

bienvenue parmi nous, hésite pas pour la moindre question sur l'univers rub


stupefaction ▬ astrid UnXKeLm
Lola J. Edwards
Apprentie voyante
Apprentie voyante
Lola J. Edwards
Messages : 287
Points : 815
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 23:09

COUSIIINNE hug

FINI VITE ET FAISONS PLEIN DE RP JTM hug

BIENVENUE AU FAIT !!
H. Sharl Azelhart
Groboloss le (plu) Pusso
Groboloss le (plu) Pusso
H. Sharl Azelhart
Messages : 214
Points : 420
Re: stupefaction ▬ astrid Mar 30 Oct - 23:16

OMGGGG UNE ASTRID fire

bienvenue ici belle gosse rub
t'écris bien ouin j'ai hâte de lire l'histoire!!!
Envy T. Chadwick
The Undefeated Savage ★
The Undefeated Savage ★
Envy T. Chadwick
Messages : 156
Points : 318
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 1:36

omgg cette fiche?? cette plume?? je?? trop bien??

bienvenue!! j'espère que tu te plairas ici!!
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 2:29

bienvenue beauté !!! (pour la seconde fois après la cb mdr)

ta plume est si douce ?? en plus un prédef de choix qui semble super bien interprété (enfin je veux pas parler à la place d'andy mais !!!!!!)
bref super aesthetic et codage de qualidad 10/10
A. Kate Auburn
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
A. Kate Auburn
Messages : 59
Points : 200
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 9:52

cc toi !!!! 8)

t'es belle wow

cette plume je pls

fight pour l'histoire !!!!

j'irai te réclamer des liens tmtc
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 10:57

Astriiiiid olalala

Ce prédéfini était vachement intéressant et ta façon d'écrire rend les choses si simple et doux genre damn. Y a tellement de nouveaux bg en ce moment qui écrivent bien j'hallucine c'es lilibel

Courage pour écrire l'histoire !
Huyana Redbird
#spiritedaway
#spiritedaway
Huyana Redbird
Messages : 136
Points : 301
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 11:20

OHLALA ELLE EST TROP MIGNONNE ???
Bienvenuuuuuuue love
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 11:36

Eh bah je voudrais pas me la mettre à dos XD
Bienvenue :3
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 14:02

Bienvenue **
Invité
Invité
avatar
Re: stupefaction ▬ astrid Mer 31 Oct - 14:43

On l'attendait avec impatience Astrid ! Je trouve que ton interprétation est vraiment pertinente. Bravo pour cette jolie fiche et bienvenue parmi nous ! pompom
Contenu sponsorisé
Re: stupefaction ▬ astrid

stupefaction ▬ astrid
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» studio à la maison avec M. Astrid.
» Astrid Lindgren - Fifi Brindacier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de répartition :: Fiches validées-
Sauter vers: