[FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil

Invité
Invité
avatar
[FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil Sam 3 Nov - 0:07

L'ODEUR DU PETRICHOR


…il ne lui fallu que quelques minutes pour sombrer dans un profond sommeil.

D’abord, ses muscles se détendirent et, instinctivement, ses doigts s’entremêlèrent dans les draps. Le pincement ombrageux à la jonction de ses sourcils disparu, sa physionomie changea du tout au tout. Il n’y avait plus dans le lit qu’un jeune homme inoffensif, au visage remarquablement juvénile, chutant à une vitesse vertigineuse dans l’abysse des songes. Il lui sembla, dans une idée confuse et évanescente, que l’attraction terrestre n’avait plus de prise sur lui. C’était à la fois merveilleusement grisant et, terriblement inquiétant, du noir le plus absolu.

La sensation se propageait avec langueur le long de ses membres. Frisson. Craintif, il explorait comme une ombre le dédale de ses propres pensés, le regard bridé par les vapeurs oniriques. Dans ses rêves, le sens commun n’avait pas droit de cité. Parfois, au détour de l’une de ces contrées inexplorées, une réminiscence inattendue venait à lui. Une remembrance audacieuse, qu’il pensait pourtant solidement confinée dans son inconscient.
Tout cela était paradoxal : il craignait la découverte mais attendait d’être surpris. Voulait voir mais, sans ouvrir les yeux.

Dans l’obscurité, il tendit la main… et la referma sur une boîte en fer blanc. « Cigarillos lunaires d’Augustus Moon ». La lumière douce et ténue des chandeliers magiques éclaira lentement la pièce. Un pianiste sans tête jouait avec entrain une partition de jazz moldu. La salle commune bourdonnait des conversations et des rires de centaine d’élèves regroupés pour l’occasion.

Le bal de l’équinoxe, Mars 2025.

Il rangea prestement la boîte dans l’une des poches de son costume. Il n’avait plus fumé de tels cigarillos depuis cette fameuse soirée. Sur sa droite, il reconnu la silhouette d’Atlas et de quelques autres serpentards, attroupés autour de l’immense foyer. Le feu de l’enfer brûlait dans ses entrailles et les gobelets de Biérraubeurres fournis par l’école s’accumulaient sur le manteau. Ah, il s’agissait peut être de leurs premières Biérraubeurres. Intérieurement, il eut un sourire pour lui-même.

Plus loin, des couples se pressaient, par deux ou par trois, parfois plus, sur une piste de danse improvisée. D’autres observaient une retraite intimidée ou moqueuse, sans doute les deux, sur des méridiennes et fauteuils disposés çà et là.

Un filet de voix mélodieuse s’éleva au-dessus de la foule. Indescriptible. Le son était partout, mais ne semblait pas rompre l’atmosphère assourdie du lieu. Il l’entendait tout près, comme si elle avait murmuré à son oreille. La chanteuse était une semi-vélane. Ses mots enchanteurs recueillis au calice de l’adoration par un groupe d’admirateurs avides, éperdus devant tant de beauté.

Uther eut du mal à s’arracher à sa contemplation.

Il le fallut pourtant. Une curieuse chaleur embrasait sa poitrine. Une forme d’appréhension grisée et peut être de plaisir souverain à pouvoir se souvenir avec tant de précision. Avec un geste à demi convaincu de la main, il fit signe à ses amis qu’il devait s’éclipser. Son verre était vide.
Se glissant dans la masse, il longea la piste de dance jusqu’au bar improvisé, dressé à l’opposé de la formation musicale improvisée. La voix de la sorcière résonnait à ses oreilles avec des accents enchanteurs tandis qu’il traversait non sans peine un rideau de fumée.

Bien des années après, il ne savait toujours pas expliqué comment, à l’instant où il émergeait de l’autre côté, son regard s’était rivé au sien. Sur la piste de danse, un regard sombre comme de l’encre et, dont il ne pouvait pas se défaire.
Soleil A. Nilsson
Bagheera aux mille facettes
Bagheera aux mille facettes
Soleil A. Nilsson
Messages : 809
Points : 1131
Re: [FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil Mer 23 Jan - 23:54



never forget the first time
UTHER&SOLEIL
❝ la douceur qui fascine, le plaisir qui tue ❞ - flashback ; mars 2025

C’était le premier bal où elle se rendait. Les autres fois, elle était d’abord trop jeune, puis elle avait refusé de s’y montrer sans cavalier. C’était Ene, une de ses meilleures amies et colocataires qui l’avait poussé à venir, ce soir-là. Depuis leur première année, elles rêvaient du jour où un prince viendrait toquer à leur porte pour les inviter à danser toute la nuit, pour tournoyer au rythme d’un slow romantique. Le prince n’étant pas venu de lui-même, il allait falloir le trouver sur place.

Soleil s’était trouvée une très jolie robe aux couleurs de sa maison. Le tissu bleu s’étendait jusqu’à ses pieds, habillés de talons dorés. La robe était fendue sur le côté de la jambe droite, jusqu’au dessus du genou. Quelques fleurs dorées étaient brodées, ça et là. Elle lui avait coûté une petite fortune mais il fallait bien ça pour cette première fois. Ses amies lui avaient tantôt dit qu’elle était magnifique, tantôt qu’elle en faisait trop. Mais elle, elle se trouvait magnifique, pour une fois, et c’était tout ce qu’il comptait.

L’ambiance était plutôt sympathique, la musique lui plaisait et elle appréciait pouvoir se délecter de la bièraubeurre au sein même de l’école.

L’adolescente n’avait pas oublié la mission qu’elle s’était donnée : trouver un cavalier avec qui finir la soirée. A vrai dire, il y avait bien quelqu’un qui lui faisait de l’oeil, un jeune homme qu’elle avait remarqué il y avait déjà quelques semaines. Un brun séduisant et ténébreux, au statut social plutôt intéressant. Un serpentard mystérieux aux yeux rivés sur la belle serdaigle.

Un détail qui ne lui avait pas échappé. Charmeuse, elle réajusta la manche de sa robe sur son épaule, virevoltant auprès du garçon. « Bonsoir, Uther. » Un sourire malicieux illumina son visage. « Tu me fixais, j’ai une tâche quelque part ? »


@Uther Windsey désolée de cette longue attente, j'étais un peu bloquée! j'espère que cette réponse t'ira love



[FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil QSiXe1Z
merci merci roméo :♥:

[FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil DQnb8xX
bannières:
 
Voir le profil de l'utilisateur
[FLASHBACK] La douceur qui fascine, le plaisir qui tue — Soleil
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Exposition de broderie à Plaisir
» [Bradbury, Ray] Meurtre en douceur et autres nouvelles
» Expo du club de broderie de Plaisir
» un p'tit plaisir sur le bon coin....
» Une carte pour le plaisir!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Rez de chaussée :: La grande salle-
Sauter vers: