A en perdre haleine ▬ myrtille

G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
A en perdre haleine ▬ myrtille Lun 26 Nov - 20:43

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
vibre, son intérieur. pompe, son sang. en rythme avec ses balancements. battement, lent, de son cœur se coordonne à celui de son corps. souvenirs de ballet se sentent dans cette douleur au bout des pieds. étirements, déplacements, tendent là sa jambe haut lorsqu'elle se tient contre le banc.

inspiration.

chassé. cabriole. jeté. au sol, calmée. elle s'arrête.

elle détache lentement ses pointes, encore peu satisfaite de son intérieur en élastomère. le confort promis ne se sentait pas du bout de ses pieds. delaissée de tels accessoires, elle était là les pieds au sol, recouvert de collant résille. petit petons se sentent respirer ce même contre l'herbe humide après la pluie. c'était bien dommage, que la rouge se dit, comptant même à son insu ces chaussures de danse tachetées de sang là où il n'y a aucun spectateur pour le voir.

descendue qu'elle était au pré-au-lard auparavant, s'acheter pas grand chose honnêtement. elle réussit à dénicher cette paire là. supposant une mauvaise blague d'abord, au vu de la nature magique des objets trouvés (un tarentallegra dissimulé là à l'oeil nu offert avec la paire ne l'aurait pas surprise), après tout il y avait de quoi. astrid range tout ça au chaud, dans une boite en carton à l'intérieur rembourré par ses soins. peut-être qu'elle ferait envoyer son contenu à la maison. reprendre la jupe plissée blanche et laisser les vieux cd tourner, qu'elle songe, absente.

le froid de fin novembre brûle ses doigts. vent n'a aucune pitié pour cette élève qui attendait là. la présence d'une amie avec qui elle voulait passer un peu de temps. était-il trop tôt pour faire la liste de cadeaux de noël déjà ? elle soupire, chaleur échappant de ses mains aux extrémités peintes rouge par cette buée disparaissant au loin.

venue bien trop tôt astrid. pourtant tapant du pied, les coudes sur les genoux et la moue sur l'expression. plus fort qu'elle décidément.

myrtille et elles groupées pour une chorée s'étaient mises en tête de passer ensemble la journée. discuter idées, mettre en pratique leur connaissance pour l'art du corps, s'entraîner. entre temps sortir un peu, discuter. voir les fêtes approcher et parler, peut-être un peu vainement, au final.

lorsque une figure familière se présente elle se lève immédiatement et vient l'enlacer dans ses bras, oubliant presque de remettre ses doc martens :

Myrrr ! Tu m'as manquée, tu vas bien ?

Même si elles s'était vues hier.


code by EMME

Invité
Invité
avatar
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Mer 28 Nov - 13:09

Un gloussement, coupant court aux doutes, à l’impatience, aux quelques minutes de retard qui l’empêchait de penser. Un rire, l’ironie d’une supériorité ressentie ; et elle appréhende avec légèreté les moqueries qui suivent son chemin. Myrtille est indifférente, aujourd’hui, et le regard des autres lui semble égal comme les pensées nocives s’écoulant des rejets.
Sa fierté prend le dessus, comme rarement, et elle sautille presque, son costume sur les épaules, apportant cette légèreté de mouvement qu’elle avait perdu depuis quelques temps.
Myrtille resplendit, vivante.
Et cette vie, elle n’a jamais semblé aussi amusante.

Elle y avait pensé de nombreuses fois, cherchant les raisons de ces moments.
Une bonne note, l’acceptation de quelques camarades.
Sa maison brûlante de fierté, le symbole grattifiant du lion dominant.
Mais c’est un mensonge, n’est-ce pas ?
Astrid était suffisante.
Elle avait fini par le comprendre, et ses rires écœurants, ses passes-temps superficiels et lâches avaient achevé de la persuader. Finalement, c’est Myrtille qui était dans l’erreur, un déni hypocrite. Elle avait cerné les raisons de cette suffisance, et elle s’était prise à ce jeu.
Accro à la facilté d’une moquerie attrayante.

Elle assumait sa nature, mais quelque part, sa personnalité était pire.
Vautour, vampire dévorant l’existence. Myrtille avait le courage, mais en un sens, elle était fatiguée d’en déployer la présence.
Elle assumait ces défauts immondes, en bénissait l’existence.
Dans le froid d’hiver, des vérités enfouies sous leurs rires cristallins ; dans les doutes et les raisons de leur amitié suffisante. En un sens, tout se suffisait, par ces quelques étreintes, ces liens attrayants.
Complémentaires, attirées par leurs simples présences, comblées.

« Je vais bien. Tu me rends invincible, aujourd’hui. »

Elle laissa se tracer le sourire découlant de ses sentiments sans en contrôler l’affluance. Ses émotions se déversaient sur son visage sans barrière, sans une quelconque réflexion. Le naturel était si relaxant ; et elle lui offrit un baiser sur la joue avant de s’écarter.
Le bonheur, condensé en une rencontre.
Si Astrid était une émotion, elle lui évoquerait une joie enivrante.

« Je t’offre une Bierrabeure, viens à Pré-au-Lard. J’ai trop à te dire. »

Elle lui offrit l’une de ses mains gantées avant de commencer son périple,
Un voyage qui semblait bien trop court malgré la distance.

« J’ai rencontré un garçon intéressant. »

Elle savait tourner les mots pour piquer son intérêt, sa curiosité presque malveillante.
Et pourtant, Myrtille ne mentait qu’à moitié.
Pour une fois, pour la première fois. On l’avait complimentée.
Alors, Myrtille n’avait pas oublié.
Elle pouvait s’en vanter ; après tout, il lui avait dit qu’elle était jolie.
Elle n’éprrouvait rien, si ce n’était cette indémodable reconnaissance.
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Dim 2 Déc - 0:37

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
petons sautent à la nouvelle, froids par le sol et le vent, humides même. curiosité piquée comme il se devait, comme myrtille devait l'attendre, illumine la mine de la brune. émoi palpable presque tant il transpirait dans ces yeux devenus scintillants d'intérêt. elle sourit malicieusement lorsque son étreinte lui permet de voir le visage de son amie, ses orbes trahissent la plus pure affection de sa part et ce malgré cette touche de malveillance qui l'habite.

elle fait un pas en arrière, le temps d'attraper ses chaussures d'une main fine. l'autre attrape la main de myrtille avec cette anticipation et excitation.

ramène-moi où tu veux chérie

petit rire. elle voulait voir combien de temps elle pourrait marcher, loin, loin ainsi. la promesse d'une boisson payée ne la rendrait pas réellement pressée de s'y rendre pourtant. ses pommettes sont levées, pomponnées d'un rouge discret une touche relevé par ce froid qu'elle sent jusqu'à ses veines. le froid lui dirait de se dépêcher, mais qu'en a-t-elle à faire réellement ?

menée dans une danse qu'elle connaît bien, une compagnie à laquelle elle est habituée. des encens familiers, des regards, une attitude, un sourire. la symphonie commence. astrid pourrait presque imaginer les sons sur lesquels leurs pas battaient en rythme. la révélation vient comme un drop qui prend son cœur, l'emballe, l'entreint ce jusqu'à ce qu'astrid puisse obtenir les réponses de chacune des questions florissant son esprit.

qui ? comment ? où ? est-ce qu'astrid le connaît ? qu'est ce que ça veut dire ? qui il est pour elle ? qu'est ce que myr en pense ? quelle est leur relation ? qu'a-t-il dit ? et quel est ce regard de satisfaction que tire myr ?

tu veux dire spécial ?

elle la taquine un peu, sans avoir l'histoire complète. non sans forcément tirer de conclusion hâtives, mais plutôt suggérer quelles directives prenaient les propos de l'autre rouge. le mot intéressant n'en n'était pas un bénin. c'est pas mignon, mignon c'est un peu plus condescendant, quelque part. ce n'est pas un compliment physique non plus. c'est qu'il doit s'être passé quelque chose ?

je le connais ?

code by EMME

Invité
Invité
avatar
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Sam 8 Déc - 22:08

Une marche régulière s'apposa au rythme de ses battements de cœur tandis qu'elle accélérait ses pas inconsciemment, le visage enfouie dans l'écharpe écarlate qu'elle avait enroulé autour de son cou. Le froid lui piquait le nez, forçait ses yeux mi-clos tandis qu'elle avançait contre le vent à pas léger.
Elle savait dans quoi elle s'engageait en s'ouvrant à quelqu'un telle qu'Astrid ; elle connaissait les remords d'une amitié aux côtés d'une telle commère. Ces pratiques, elle les adoptait.

Ce mal, elle l'assumait ; et avec un sourire espiègle, elle observait le monde qui l'entourait telle une large pièce de théâtre dont elle construisait les critiques. Son bras s'enroula autour de celui de son amie, scellant leur proximité et l'assurance d'une proximité.
Le coin de son regard croisa le sien, y lisant l'entièreté des émotions controversés. Qu'importent les doutes, l'intolérance, la rudesse de leurs regards. Qu'importe le jugement, le ricanement résonnant de leurs esprits en besoin de supériorité. Qu'importe leur proximité, le mépris d'un monde rejeté.

Tant qu'elle existait elle ; tant qu'elle existait pour elle.
Tant que leur lien survivait, que cette bulle d'innocence et d'un jugement presque divin.
Elle traversa une partie de Pré-au-Lard, entrelacé à moitié avec celle qu'elle jugeait comme étant sa paire, un esprit capable de se calquer sur ses pensées les plus profondes.
Astrid observait. Et à sa manière, son empathie dépassait presque celle des autres, la forçant dans ses confessions même les plus inconfortables.

« Spécial, peut-être. Je me contente de moins que ce que je devrais, mais il a agit de la bonne façon. J'aime ce qu'est notre relation, même si nous nous connaissais à peine. »

Elle s'exprimait avec douceur, et elle tint la porte à son amie lorsqu'elle passa l'entrée des Trois Balais. Sa robe de sorcière pleine de neige, elle ne prit pas la peine de se soucier - jugeant le sol du magasin déjà bien assez encombré par l'immaculée matière.
Le lieu ne porterait jamais mieux son nom que ce soir, lorsque le personnel le débarrasserait de toute cette saleté ; et il lui fallut enjamber quelques tas de neige pour s'asseoir à une table à l'écart des autres.
Elle aimait la compagnie et malgré ça, elle voulait y trouver une part de silence, d'intimité, comme l'attrait inconscient des secrets.

« Je ne crois pas. De toute façon, il n'y a que ça à dire. Je ne m'attends pas à trouver plus que quelques amis dans une école de sorciers, il est clair que je ne suis pas à ma place. »

Elle haussa les épaules avec une triste fatalité,
Décorée d'un maigre sourire, comme l'éternité de son destin tracé.
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Mer 19 Déc - 2:29

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
elle renfile ces docs à l'intérieur. talons encore recouverts de neige qu'elle voit frotter et fondre à l'entrée sur le paillasson. pieds et collants en résille se sentent humides à l'intérieur, elle ne regrette pourtant pas son choix.

on est à l'abri de rien. j'veux dire y'a des cas sociaux acceptés comme sharl et sa carrière musicale de rap médiocre ou ulysse qui fait pleurer des gens à sa rencontre donc bon...

Les scamanders voulaient faire de ce lieu un moins austère, moins discriminant, mais les mentalités étaient ce qui était à changer. mentalités qui prennent du temps à s'altérer. les regards, astrid les voyaient sur myrtille. elle les reconnaît parce que ce fût le sien. intriguée par myrtille dans la superficialité du jugement sur l'enveloppe charnel, astrid l'avait approchée pleine de questions et d'apprioris.

constat que le fait que les moins acceptés sont plus sympathiques les uns avec les autres de par leur connaissance de la douleur qu'on leur a fait subir. pourtant myrtille prenait se plaisir dans la vaine vengeance en sa compagnie, celle qui émet les dards empoisonnés trop fins pour se rendre compte de leur présence.

comment était ce garçon spécial ?

celui qui a attisé la flamme discrète, celle feignant l'indifférence d'un monde la marginalisant, celle qui cherchait la poignée des vrais capables de l'apprécier pour qui elle était. celui qui méritait le mot "spécial" de quelqu'un aussi spécial que myrtille.

que t'as-t-il dit exactement ?

ce qui était pratique dans le fait de se faire offrir de la Bierrabeure par myrtille c'est que madame pommary ne se posait aucune question vis à vis du véritable âge de cette dernière lorsqu'il leur arrivait de passer aux Trois Balais. ça ne se voyait pas, c'était des points en plus.

code by EMME

Invité
Invité
avatar
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Ven 21 Déc - 21:57

Il y a pire, c'est le message qu'elle essayait de transmettre. Il y a pire - et ça n'avait rien de rassurant, quelque part, bien au contraire. Tu es ici parce que certains ne valent pas mieux, et pas parce que tu vaux bien. Tu es ici par défaut, sous le joug des regards appuyés et d'une justice bancale qui n'en appelle qu'à ta douleur permanente.
uelques fois, Myrtille se disait que son amie n'avait pas vraiment d'empathie. Elle faisait de son mieux, ne lui en déplaise, mais ce n'est pas son soutien émotionnel qui posait les bases de leur relation - bien au contraire. Ce n'était pas son point fort, et de fait, ce n'est pas ce que Myrtille attendait d'elle.

Cette amitié, quoi qu'elle puisse donner, se basait sur un besoin d'évasion et d'émission de mal. C'est en exprimant tout le mal contenu qu'elle se sentait vivante, exprimée, libérée des chaînes du malaise.
Elle existait.
Parce qu'elle faisait le mal, parce qu'elle créait quelque chose, quoi que ce fut - elle existait. Et ça n'avait pas de prix. En un sens, Astrid n'était jamais que le miroir des pensées tues, le vice crépitant d'une impatience passée sous le silence de cet idiot de sens moral.

Elle aurait pu tout arrêter là, ici, comme à n'importe quel instant.
Elle aurait pu choisir la retenue, se hisser loin de ces maux. Elle aurait pu se pétrir de cette bienveillance oubliée, souffrance doucereuse, laisser le mal et les regrets la hisser loin de cette bienveillance recherchée.
Elle aurait pu, elle aurait voulu ; elle aurait dû, peut-être, mais elle en oubliait le sens du devoir. Il aurait fallu, sans doute, pour elle, ne serait-ce que pour s'éviter de sombrer dans l'impuissance d'une décision par défaut.

« Je sais. Personne ne me chassera d'ici, Astrid. Je n'appartiens à aucun de ces deux mondes, ce sont eux qui m'appartiennent. »

Elle avait déclaré ça avec une certitude brûlante, l'ambition oqui ne se délivrait qu'en ses plus sombres humeurs. Myrtille détestait le doute et l'erreur. Dans ses yeux, aujourd'hui, ne survivait que le lointain désir de réussite.
Depuis toujours, celui-ci l'avait jamais quitté. Depuis toujours - malgré les coups, insultes, les larmes, et elle avait survécu. Myrtille n'était pas faible, qu'importe ce qu'en pensait ce monde, son frère, et les aveugles qui se qualifiaient d'érudits.

« Rien de spécifique. Je l'ai simplement ressenti, comme avec toi. Pour l'instant, je n'ai pas besoin de plus. »

Elle but quelques gorgées de sa boisson, levant un regard torve vers le plafond. Au fond, le reste lui était égal - seul l'espoir comptait. Ce qu'il adviendrait, par la suite, ne tiendrait que de leurs décisions.
Même si les choses devaient mal finir, Myrtille ne regretterait pas d'avoir essayé. Elle n'était pas du genre à regretter son bonheur sous prétexte de la tristesse qui avait suivi - s'il y avait quelqu'un à blâmer, elle ne s'en priverait pas.
Le destin, la fatalité, tout ça n'avait aucune incidence. Il n'y avait jamais qu'une succession de probabilités, et les choix que chacun daignait faire.

« Je n'ai pas besoin d'aide. Je t'en parle parce que c'est toi. »

Elle marqua une pause, greffant les marques d'un sourire satisfait sur son visage.
Seule, jusqu'au bout de l'univers.
Seule, forte, mais submergée de tristesse.
C'était comme un aveu, un abandon, l'indéfectible fidélité.
C'est ici, ici que l'Histoire changeait.

« Si cette école ne veut pas de moi, je la changerai. Si lui me blesse, je lui ferai regretter. Je n'ai pas peur de ce que l'avenir me réserve, c'est moi qui en déciderait. »
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Sam 22 Déc - 13:46

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
tu estimes qu'elle n'a pas besoin de tes mots réconfortants. c'est juste ainsi. tu ne voulais pas lui donner qu'une partie de toi dans un réconfort dont tu ne comprenais pas tout à fait les maux. astrid, futile que tu trouves une tentative de lui dire que tu comprends quand ce n'est pas ça. tu n'as jamais été à sa place, tu ne peux que t'imaginer ce que c'est sans vraiment l'appréhender.

ce que tu essayais de faire te ressemblait au final, tu mettais les autres à bas niveau, cruellement peut-être dans l'esprit l'idée que tout le monde l'est en un sens. mais ça pouvait ne pas rester ainsi.

j'aime beaucoup ça chez toi myr

astrid qui aime myrtille à son image, sourit. l'être de l'eau brille d'indépendance, d'un tas de malveillance pourtant mélangé à un peu de bienséance, mais surtout d'assurance - celle que tu trouves belle dans sa force d'esprit. cette soif de survivre au delà de simplement vivre attise en ton intérieur une chaleur qui t'excite.

t'as pas peur de te battre pour te faire une place même si le monde est contre toi. montre-leur qui tu es, et ceux que ça dérange, c'est leur problème.

ça ne voulait pas dire que ça serait facile. ni que les remarques finissaient pas pas être ancrées quelque part dans ce subconscient. mais astrid tu la voyais non pas détachée de son apparat aux yeux des autres. si myrtille se faisait une place dans ce monde c'était à sa volonté, c'était qu'elle s'imposait dans son entièreté et que le monde n'avait rien à dire à ce sujet. astrid tu voulais que ceux qui la verraient gagner ses combats la voient comme elle est, et lorsque tu l'entendais ainsi en elle tu croyais.

on devrait décorer la salle commune le 14, tu comptais y aller ? je voulais concocter des chocolats chaud à la crème pour l'occasion, discuter un peu avec des camarades de maison.

paisible esquisse alors qu'elle roule des épaules, ferme les yeux un instant. les fêtes avait quelque chose d'apaisant pour elle, lui rappelait l'étreinte de son père et des rires d'autres fois.

j'ai également des cadeaux prêts, dit avec affection, surement en sa direction.


code by EMME

Invité
Invité
avatar
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Sam 22 Déc - 22:37

Il y avait longtemps qu'elle n'avait pas ressenti ça.
C'est aux abords d'une envie de conquête, alors que ses yeux s'enflammaient et qu'elles apercevaient déjà un futur vainqueur que la délicatesse coupa court à toute son ambition pour la replonger entre les murs froids d'un présent stérile.
Et malgré ça, une flamme brûlait en elle ; la chaleur de la vie, d'un amour, d'une reconnaissance. "J'aime beaucoup ça" - c'est quand elle n'essayait pas d'être rassurante qu'Astrid était la plus forte. C'est lorsqu'elle disait le fond de ses pensées, qu'elle agissait en réaction, comme toujours, que les choses trouvaient ce sentiment de réalité.

En d'autres circonstances, elle aurait rougi et, figée sur place, se serait contenté d'un sourire gênant ouvrant la voie à une nouvelle discussion sans rapport. Cela étant, aujourd'hui était un jour de vérité.
Aujourd'hui, elle se contenta d'un rictus délicat et refoula le profond désir d'étreinte son amie. Astrid l'avait entraînée dans le mal, mais Astrid la maintenait aux abords de la bienveillance.
Une déclaration, une invitation.
Un rappel à l'ordre, un appel à l'amour.
Elle ne s'investissait pas, mais s'il suffisait de se laisser entraîner par Astrid, elle acceptait ces termes. S'il suffisait de hocher la tête, comme elle le fit, elle voulait bien essayer - au nom de cette amitié qui ne lui avait garanti que le meilleur.

Le futur, décidément, ne lui faisait pas peur. Mais il n'y avait pas que ce courage aveugle, car Astrid contribuait peaufiner cette confiance qui rendait ces jours si confortables.
La douleur, les différences semblaient bien loin. Elle se sentait presque normale - si elle ne répugnait pas tant à s'immerger dans ce monde.

« Je te suivrai où que tu ailles, pour autant que tu me le demandes. »

Elle ne démontrait aucune motivation, aucune impatience - et elle ne s'éloignait pas de ses principes de méfiance eut égard des humains. Myrtille n'exprimait que cette fidélité profonde qui la reflétait dans ses meilleurs jours ; car si elle avait bien une qualité, c'était celle-ci.
Elle aurait confié n'importe quoi à Astrid, de sa confiance à toute la valeur d'une vie. Au final, un risque, à ses côtés, n'en était jamais vraiment un. Qu'importe ce qu'il adviendrait, là-bas, elles seraient ensemble pour le vivre.

« Et toi, Astrid. Raconte-moi. Tu as rencontré des gens ? Quelqu'un te plait ? Je veux TOUT savoir. »

Elle se noya dans son verre de Bieurrabière avec une malice entendue.
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Lun 28 Jan - 20:43

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
ton tour vint, et tu souris, agréablement. ta vie astrid. celle d'une petite fille qui joue les grandes dans un terrain dont elle se trouve maîtresse. tu trouves le monde plein de gens qui te plaisent, puis qui te dégoûtent. mais jamais n'a tu réellement rencontré celui qui te faisait vibrer de l'intérieur - dans un peu de contrôle qui te morfond de honte.

y'a-t-il quelqu'un alors ? tu t'assures qu'il n'y a personne mais si tes désillusions ne te joue pas de tour, tu l'ignores. tu y penses brièvement, te nourrit du malheur des autres à ton avantage - les blesse non sans forcément n'avoir quoi que ce soit de personnel contre eux. une tête, puis une autre, il suffit de se mettre à travers de ton chemin, c'est facile - en soi. une vie via la misère des autres au final te fait écrire des pamphlets et persifler, ça t'inspire comme si tu les voyais comme des personnages d'un récit dont tu n'appartiens pas.

difficile à dire vraiment, il y a des garçons tu vois..

((mais ils ne me font pas souffrir assez pour que j'appelle ça vivre.))

mais je ne me sens pas attachée à grand monde. pas encore. peut-être c'est que j'attends que quelqu'un allume ma flamme ?

tu glousses.

il y en a un, peut-être, je suis pas certaine. j'affectionne sa présence et qui c'est pour moi mais - je n'ai pas ce genre de sentiments pour lui. ce n'est pas le bon, il arrivera eventuellement.

((il n'a pas assez brisé mes défenses. ce n'est pas quelqu'un dont je souhaite briser les siennes non plus, mais j'ai pas besoin d'attendre, quand ça me viendra j'irais le chercher.))

jouer la médisante ne me donne pas vraiment envie de me lier à qui que ce soit, tu vois. j'ai toujours un truc à leur reprocher, mais je peux pas m'en débarrasser complètement donc, ça m'angoisse.

dit de cette voix lointaine et un rire perdu dans les méandres, entre des éclats de peu de sûreté tu espère croire que tu pourras trouver ce qui t'aille avec le temps. tu ne fais pas confiance facilement astrid et chez toi ça se voit par ses tentatives de se déméler de ce qui s'approche peut-être un peu trop, puis te rendre compte que ce que tu voulais était différent.

tu te bat encore, et si tu fais confiance à myrtille c'est que tu la voies batailler autant si ce n'est plus que toi.


code by EMME

Invité
Invité
avatar
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Mar 29 Jan - 1:34

Excédée par une bienveillante un peu trop envahissante, Myrtille avait trouvé refuge dans les bras d'une culpabilité grisante, comme si, faute de comprendre les raisons de son rejet, elle avait décidé d'en créer de nouvelles.
Les moments avec Astrid, au départ, pour ce qu'ils lui apportaient, avaient pris les couleurs d'un plaisir sincère à mesure du temps partagé - et de la toxicité ambiante de leur nocivité, une amitié était née.
Les médisances exagérées, un défouloir infernal comme pour éloigner le nuage assombri d'une dépression imminente. La détermination presque parfaite de son cœur pur n'avait pas suffi à éloigner Myrtille de ces biens sombres engeances ; et ce qui s'était montré salvateur, ironiquement, était ce qu'elle répugnait à faire depuis toujours.

Myrtille appréhendait, dans un mélange de regrets et de satisfaction, le futur guidé par l'œil amusé des deux harpies qu'elles avaient fini par devenir - liant définitivement leurs destins. Jamais, au regard de ses convictions, Myrtille n'aurait accepté de se conduire ainsi.
Pourtant, ce qui lui semblait d'autant plus improbable, c'était l'abandon de celle qui était devenue sa plus précieuse amie - et ces commérages, vices additifs, n'étaient plus que l'écho d'un lien si haut en couleur qu'Astrid était devenu l'épicentre de sa bonne humeur.

Pour Myrtille ; qu'importe les doutes et le dégoût que représentait encore le genre humain pour son cœur en proie à d'innombrables haines injustifiées, Astrid était trop importante pour qu'elle n'accepte d'encaisser de telles paroles sans broncher.
En de telles périodes, en une telle journée, ici, en sa présence, alors que leurs vies battaient le plein de conscience et que le bonheur prenait plaisir à filer entre leurs doigts incertains, Myrtille ne pouvait accepter ce déni.

« On s'aime, Astrid. Mais nous sommes deux pestes. Je me suis longtemps servi de ce que tu pouvais m'apporter avant de t'apprécier à ta juste valeur, et te considérer comme ma meilleure amie fut la décision la plus essentielle de ma vie. »

Ses mains vint trouver les siens ; elle glissa ses doigts entre les siens, provoquant un contact étonnement délicat. Elle l'emprisonnait dans son affection, coupait court à la reddition et à ses espoirs de fuite.
Myrtille trouva son regard ; leurs fronts se frôlèrent avec le désir sincère d'un altruisme qui, pour une fois, ne lui semblait pas tracé pour elle. La seule qu'elle désirait aider, en l'instant, c'était Astrid - et elle tenait à ce qu'elle comprenne la mesure de ses sentiments.

« Connaître les mauvais côtés des gens doit te rendre plus perspicace à leur égard et non pas méfiante. L'essentiel du cœur d'une personne est invisible aux yeux des autres. »

Elle libéra lentement ses doigts, portant son regard sur le sol à mesure qu'un sourire résolu trouvait son visage. Myrtille n'était que le reflet aquatique d'un peuple oublié ; et sa parole, parfois, semblait noyer dans ses nombreuses angoisses.
Son assurance survenait trop rarement à ses mots pour qu'elle n'en affirme la présence - mais aujourd'hui, ce n'était pas le cas.
Sa triste résolution portait les marques d'un calme assumé, et la maturité l'empêchait de baisser les bras devant une réalité que, de toute façon, elle ne pouvait qu'accepter. Myrtille ne comprendrait peut-être jamais. Mais quoi qu'il advienne, elle ne pouvait laisser Astrid dans son infini scepticisme.

« Je suis certaine que, lorsque tu tomberas amoureuse, ces angoisses disparaitront. Ne sous-estime pas la force de tes sentiments, Astrid. Ils te mèneront vers la personne qui te revient de droit. »
G. Astrid Edwards
Queen out of your world ♕
Queen out of your world ♕
G. Astrid Edwards
Messages : 134
Points : 239
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille Dim 17 Fév - 15:41

A en perdre haleine
elle voulait te donner le monde, commençant par les étoiles au loin, sans soupçonner leur mort il y a de cela bien des siècles
feat
Myrtille

du bout des doigts
esquisse soupirée se fait maladroite entre tes lèvres. c'est ce qui te touche. quelques attentions, un regard, des mots confiants. tu n'es pas certaine de ce qui pourrait t'arracher le coeur, mais tu supposes que c'est une grande force, brillante et chaleureuse. une essence qui n'a pas peur de ton mordant mais qui ne te le rend pas. un bout de patience derrière un sourire construit et sincère.

oh et tu dis que tu l'aimes myrtille, tu l'aimes follement. tu la vois dans ta vie encore. c'est pas facile pour toi de te projeter, la voir à tes côtés à cette chose de spécial. rouge qui s'attache à son indépendance angoisse lorsqu'elle se pense trop liée à quelqu'un. rouge sent son intérieur se fissurer de toutes ses insécurités à l'idée de devenir inutile, se démène dans sa solitude certaine et ses critiques pour les autres.

tu me flattes beaucoup trop, myr. j'ai pas autant de patience pour les gens, tu sais ?

d'un ton amusé tu lui fais un clin d'oeil, tes doigts se resserrent sur sa main. et si tu plaisantes, tu ne caches pas ta reconnaissance.

((c'est la vie que tu as choisi.))

tu mérites quelqu'un de bien. j'y veillerai personnellement.

((n'en regrette aucune seconde.))

oh laisse-moi te raconter ce truc que j'ai entendu sur sharl...

((ce qui reste ne peut être que vrai.))

tu oublies où tu es, tu es bien ici. pas d’œil affûté sur l'entourage, pas de bassesses sur cette femme mal habillée, pas de remarque sur l'homme la bas à l'odeur étrange. ton intérieur en est comme réchauffé.

et tu ris astrid, clair, cristal.

code by EMME

Contenu sponsorisé
Re: A en perdre haleine ▬ myrtille

A en perdre haleine ▬ myrtille
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Histoires d'en rire.....
» [INFO] Changer la radio
» Comment copier ses contacs sur la SIM ou TEL [Résolu]
» La Manucure de vos Belles
» ~alundra ou arandora~

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Les parcs-
Sauter vers: