Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 350
Points : 1024
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy] Dim 20 Jan - 20:40


FEEL AND

CHILL

Feat Baba & Dodo

Il y a des fois où tu en viens à détester profondément la spontanéité du Gryffondor. Pas parce qu'elle t'insupporte, mais parce qu'elle met, à chaque fois, un peu plus à mal tes convictions. Toutes ces excuses que tu te répètes depuis des années, toutes ces images et ces épisodes que tu te repasses inconsciemment à chaque fois que tu te retrouves sur le point de flancher, tout ça, Balthazar adore les faire voler en éclats. C'est une discipline que tu t'infliges, une carapace que tu te forges pour ne pas avoir à être trahi de nouveau. Pour ne pas être blessé, il ne fallait pas donner de la matière pour à autrui. Se dévoiler, être soit, chercher à être soit, c'était se rendre vulnérable, donner la possibilité aux gens de te percuter et t'abattre en plein vol. Tu avais expérimenté ça une fois et ça t'avait suffi. Alors oui, tu n'étais pas heureuse, au fond de toi, tu brûlais d'être une fille comme les autres, de te laisser une chance de redécouvrir ce que tu étais réellement. Mais, au fond de toi, tu te disais aussi, qu'il fallait mieux être malheureuse qu'anéanti. Parce que c'est ce que tu serais si d'aventure, tu devais chuter de nouveau. Et, ça te fais peur. Ça te terrifie. Ce vide, cette spirale infernale. Plutôt mourir que de plonger là-dedans une seconde fois. Et pourtant, pourtant, les mots de ton ami réveillent l’étincelle que tu te tues à éteindre.

- « Tu exagères ! » Fis-tu en rougissant furieusement et en braquant ton regard sur le sol. « Puis ce n’est pas si simple ! C’est compliqué de s’ouvrir aux autres Balthazar. Tout le monde n’est pas comme toi, puis toi, ce n’est pas pareil de toute façon. Les gens sont fourbes et intéressés. Poudlard est un véritable nid à vipère et j’en sais quelque chose pour en faire partie. Je ne peux pas… Faire confiance aux gens. Je ne veux pas… Aimer profondément quelqu’un et finir par me faire piétiner par ce quelqu’un de nouveau. C’est comme mourir intérieurement. Je ne veux plus être la cible de rumeur et d’avoir à affronter ça seule. C’est trop dur. »

Le pire, c'est que tu es consciente de l'incohérence de tes propos. Tu ne veux plus aimer profondément une personne ? Alors comment expliquer Ceres, Luke et Balthazar ? Comment expliquer la confiance aveugle que tu leurs portent ? Le besoin de les rendre fiers et d'exister à leurs yeux ? Mais non, eux, sont des exceptions, ce n'est pas pareil, ce n'est pas comparable, hein Dorothy ? Il est tellement plus simple de se voiler la face, de ne pas s'avouer qu'on est capable d'aimer de tout son cœur des gens autres que les siens. Pourtant, tu sais que tu ne trompes personnes, pas eux en tout cas. Que la teinte rosée de ton visage à cet instant ne ment pas, que l'affolement de ton cœur non plus. Tu as juste peur. T'es morte de trouille, en fait.

- « Puis, je ne suis pas jolie… » Bredouilles-tu en remettant tes cheveux en place « T’as une vision biaisée de moi, voilà tout. Tu connais l’adorable Dorothy mais tu ne vois pas au quotidien la Dorothy menteuse, hypocrite, manipulatrice qui fait tout pour bien se faire voir et rester le plus juste possible. Cette Dorothy-là, personne ne peut la blairer. Je ne peux pas la blairer. Cette Dorothy-là est plus une mouche à merde qu’un papillon si tu veux mon avis. »

Ah, la fameuse technique du « coucou, je me dénigre parce que je ne sais pas recevoir l’amour des autres et des compliments ». Un incontournable. Est-ce que tu paniques ? Totalement. Est-ce que ça se voit ? Un peu, t’es pas très discrète là, ma vieille.

- « Pardon, je sais que je ne devrais pas dire des trucs pareils. C’est juste que… Fin, laisse tomber. Je sais que je peux compter sur toi, tu es un ami incroyable et…  Fin, merci d’être-là. »

Tu bredouilles ça, les épaules basses, la tête entre les bras pour masquer tes rougeurs et la mine pathétique que tu tires en ce moment.
Notes de la mort qui tue tout en tutu rose fushia saveur orangina
Invité
Invité
avatar
Re: Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy] Dim 27 Jan - 1:48

Balthazar ne put s’empêcher de rire face à la réaction de la Serdaigle. Sans pour autant se moquer, il s’amusait de la voir rougir aussi facilement.

« Tout le monde n’est pas comme moi ? Un peu plus et tu vas me dire que je suis un gnome haha. » Plaisantant pour détendre l’atmosphère, comme toujours, les mots de Dodo n’avaient pas réussi à lui enlever son éternel sourire « Je sais ce que tu as traversé, mais tout le monde n’est pas comme tu le décris. Fin, peut-être que les serpentards correspondraient à la description en fait, maaaaais faut pas t’enfermer dans une bulle et craindre tout ce qu’il se passe. Puis tu aimes bien quelques personnes dans l’école non ? Comme moi par exemple. Bon faut dire que j’suis un pote du tonnerre, mais quand même. » Il tapota sa poitrine de son pouce pour se désigner, avec un petit air satisfait sur le visage « Puis t’sais, si y en a d’autres qui se mettent à redire des méchancetés, tu n’auras pas à affronter quoique ce soit seule parce que je serais là. Et comme je l’ai dit tout à l’heure, compte sur moi pour les trouver et leur botter le cul si ça arrive. Pour citer un blond qui vient de s’autoproclamer à l’instant philosophe " touche pas à Dodo ou t’auras des bobos ! " »

Ses réponses se voulaient toujours aussi spontanées, tout comme la plupart de ses actions d’ailleurs. Continuant d’écouter la Serdaigle, il fit la moue en entendant l’image qu’elle avait d’elle. La voir se rabaisser ainsi déplut fortement au jeune homme qui, de manière totalement décomplexée, quitta sa confortable position pour poser sa tête sur les genoux de la belle, comme s’il s’agissait d’un coussin. Une méthode radicale pour être certain qu’elle le regarde dans les yeux, la sorcière ayant tendance à baisser la tête quand elle est gênée, et pour essayer de la couper dans sa séance d’autodénigrement.

« Eh ! Regarde-moi Dodo…T’façon je te laisse pas le choix. Moi ce que je vois, c’est une fille jolie, sensible, qui a du cœur et qui tient à ses amis. Tu. Es. Une. Fille. Géniale. Point. C’est normal de se dire qu’on a des défauts et tout, mais je veux plus t’entendre dire des trucs comme ça ! Sinon…heu… » Il fronça des sourcils, réfléchissant à un gage « tu devras me payer des bieraubeurres, et autant dire que ça risque de te coûter cher héhéhé. » Ce qui était plutôt vrai. Ayant une descente impressionnante, Balthazar était capable d’ingurgiter plusieurs verres en un temps record. Le genre d’idiotie qu’il regrettait le lendemain, qu’il se promettait d’arrêter, mais qu’il recommençait dès qu’il posait les pieds aux Trois Balais, dont-il était un fidèle client. « D’ailleurs ça me fait penser qu’il faut que j’aille à Pré-au-Lard dans pas longtemps. J’ai promis à mon cousin de lui envoyer deux-trois articles de chez Zonko ! Si ça te dit, et si tu te sens de me supporter toute une après-midi, t’auras qu’à m’accompagner ! »
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 350
Points : 1024
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy] Dim 3 Fév - 19:51


FEEL AND

CHILL

Feat Baba & Dodo

Le pragmatisme à outrance était un fléau que tu connaissais bien. Dans ta vie, de nombreuses (pour ne pas dire la majorité) des choses étaient calculées, analysées, planifiées. C'était une rigueur que tu t'imposais, un moyen de contrôle et de défense que tu utilisais pour ne pas être déçue ou blessée. Le meilleur moyen de gagner une partie était de dominer le jeu et pour dominer quelque chose, il n'y avait pas trente-six solutions. Pour autant, si tu n'étais pas la personne la plus honnête envers toi-même, tu ne peux qu'approuver les dires du Gryffondor. Techniquement, tu n'es pas seule. Objectivement non plus, tu ne l'es pas. Tu as Luke, Balthazar, Ceres… Pour autant, quelque chose… Bloque. Tu ne saurais pas dire quoi, pourquoi ou comment. C'est comme des chaînes, comme des liens solides qui entravent tes mouvements. Est-ce de la pudeur ? Une peur du jugement ? Tu ne saurais dire, c'était probablement un peu des deux, probablement un grand tout.

Tu ne peux plus vraiment fuir son regard maintenant qu’il a pris ses aises. Tu es suffisamment proche de Balthazar pour ne pas mal interpréter ou t’offusquer de genre de contact. C’était… Normal, chez lui ? Il était comme ça, ton ami. Décomplexer, par moment trop, tout en étant rigoureux et parfois destructeur sous certaines conditions. Sur ce point-là, vous étiez pareil. Pas vraiment méchants, vous aviez un bon fond, mais étiez capable du pire si la situation l’exigeait. C’est peut-être le fait de savoir qu’il pouvait être, dans ces phases-là, pires que toi qui fais, qu’au final, vous vous entendiez bien. Mais il n’empêchait que malgré toute l’affection que tu lui portais, quelque chose te bloquait. T’arrives pas à mettre le doigt dessus, c’est probablement la même chose qui te bloque avec Luke et Ceres. C’est frustrant de ne pas savoir, mais tu n’y peux rien. Tu laisses un soupir passer entre tes lèvres alors que tu le pousses gentiment hors de tes jambes.

- « Je sais bien que ce n’est pas très logique. M’enfin, si les angoisses obéissaient à ce genre de règle, ça se saurait. » D’ailleurs, ça rendrait peut-être les choses plus simples. « Tu as raison sur plusieurs points. Mais, pour être tout à fait franche, je crois que j’ai trop peur des conséquences pour passer au-dessus de tout ça. Ce n’est pas nécessairement une question d’amitié ou de relation. Je pense que le problème vient essentiellement de moi. C’est compliqué parce que je veux que ça le soit. Pourquoi ? Je n’en sais strictement rien. Pragmatisme ? Peut-être ? Bien sûr, ça ne veut pas dire que je ne vous aime pas. Toi, Ceres… Vous m’apportez beaucoup au quotidien, c’est un fait. Mais quelque chose bloque. Ça se dégoupillera peut-être un jour et je ne comprendrais certainement pas pourquoi. »

Tu évites soigneusement de répondre à ses compliments, d’une part parce que tu ne sais pas les recevoir, d’autres parts parce que… Meh, la raison numéro une se suffit à elle-même. Puis, c’est quelque chose de plutôt coutumier chez lui de complimenter. Au fond de toi, tu te persuades par excès de pudeur que ça ne signifie pas grand-chose. Tu aurais plus de mal à résonner comme ça si ce genre de punchline venait d’un Argus, par exemple. Mais là, il s’agit de Balthazar, sa gentillesse est limite une ponctuation de fin de phrase.

- « J’arrête le drama. Promis. » Tu lui souris gentiment. « Je suis loin d’être la plus pauvre de l’école, mais crois-le ou non je ne tiens pas à le devenir. »

Vraie que tu es assez vénale. T'aimes bien recevoir, avoir des contreparties. L'argent, c'était aussi une arme bien efficace, trop pour que tu puisses l'exclure de ton arsenal. T'étais plutôt du genre économe, tu ne déboursais pas d'argent sans raison (sauf quelques exceptions comme… Heu… Ahem… Les goodies de la WWE) et l'idée de voir tes réserves diminuées dans des bieraubeurres, étrangement, ça ne t'excitait pas des masses.

- « Eh bien, comme tu le sais, je ne suis une jeune-femme active autrement très occupée… » C’est un gros mensonge. « Mais je peux te faire l’insigne honneur de te libérer une après-midi. C’est bientôt noël, en plus, il faut que je fasse mes derniers achats. »

Une babiole pour ton frangin, un truc pour la forme destiné à ta mère, peut-être un truc un peu plus développé pour ton papa. Bref, les cadeaux oubliables, quoi.
Notes de la mort qui tue tout en tutu rose fushia saveur orangina
Contenu sponsorisé
Re: Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy]

Quand Serdaigle sérieuse rencontre Gryffondor facétieux [pv Dorothy]
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» petit papa noel quand tu decendras du ciel n'oublie pas mon petit soulier..
» QUAND LA NUIT SERA COUVERTE DE JOUR, JE SORTIRAIS DE L''HOPITAL de Gaëlle de Malglaive
» Quand on arrive en Ville
» Quand la mémoire fait défaut..
» [RESOLU] Mon téléphone vibre quand mon destinataire décroche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Les parcs-
Sauter vers: