I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Ethan Stoker
Boule de fluff à crocs
Boule de fluff à crocs
Ethan Stoker
Messages : 486
Points : 1514
En couple avec : Bertram Godfrey
I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Jeu 27 Déc - 5:58


« Mon petit lapin en suuuucre ? Je voulais te demander à quelle heure tu penses que tes amis vont arriver ? »

« Personne ne vient cette année, maman ! »


« Quoiiii ?! »

J'avais poussé un soupir, renfonçant ma tête dans mes épaules et me concentrant plus encore sur ma lecture. Elle savait que je détestais ce surnom ridicule et c'est précisément pour ça qu'elle continuait de l'employer. En parlant du loup, voilà que ma mère montait les escaliers, s'arrêtant dans l'embrasure de ma porte. C'était une femme grande, possédant une longue chevelure brun foncé et de joli yeux bleus, ceux dont j'avais hérité. Si elle avait prit un peu de poids avec les années, elle n'était pas moins dotée d'un sens de la coquetterie toute élégante. Beaucoup s'entendaient donc pour dire qu'elle était une belle femme. Sans doute était-ce pour cela qu'elle avait tapé dans l'oeil de mon père, si ce n'était pas à cause de son regard vif, de ses sourires francs ou de ses airs enjoués.

« Mais qu'est-ce que... ? Ethan Stoker ! Range-moi ça tout de suite ! Étudier un 31 décembre ? À 21h ?? »

« Tu sais m'man, beaucoup de parents voudraient d'un fils aussi studieux. »

« Parents indignes ! »

Sans demander mon avis, voilà qu'elle entrait dans ma chambre, venant m'arracher mon livre des mains pour aller le poser sur mon bureau. Je la laissai faire, ne tenant pas particulièrement à abîmer l'un de mes précieux livres de médicomagie pour quelque chose d'aussi trivial. Je m'assis plutôt sur le bord du lit, là où j'étais en train d'étudier, attendant la suite. Un poing sur la hanche, elle me fixait avec son petit air faussement autoritaire.

« Tu dois bien avoir des amis qui ont envie de fêter le nouvel an. Ton ami de Serdaigle là, dont tu m'as parlé dans tes lettres, tu n'as pas envie de l'inviter à la maison ? Tu sais le temps des fêtes c'est idéal pour les rapprochements ! »

« Maman... ! On a pas ce genre de relation, je te l'ai déjà dit. »

« Pas avec cette attitude là en tout cas ! Et ton ami Argus ? Tu as essayé de l'appeler ? »

Je restai silencieux juste assez longtemps pour qu'elle comprenne que je ne l'avais pas fait et, déjà son visage s'illuminait de victoire. D'une main confiante, elle récupérait mon portable et le lançait en ma direction, me laissant la responsabilité de l'attraper avant qu'un malheur n'arrive.

« Aller hop ! Argus est invité à la maison ! Je vais aller ranger un peu en bas. »

« Et moi je vais foutre le bordel dans ma chambre pour ne pas te faire honte. »

« Ça c'est mon lapin ! »

Avait-elle lancé en disparaissant dans les escaliers. Je lâchai un nouveau soupir amusé, tendant l'oreille pour l'écouter choisir une chanson en sifflotant en bas, dans la cuisine. Le seul avantage qu'il y avait à avoir un père vampire, c'est qu'il nous avait tout de même acheté une belle petite maison avant de partir. Ça c'était toujours un plus, même si depuis nous n'avions plus aucune nouvelle. Ceci étant dit, même si elle ne le disait pas, je savais que ma mère était triste à cette période de l'année. Sa famille lui manquait. Personne enthousiaste, sociable et aimant les petites traditions, passer les fêtes dans le calme de notre maison trop grande pour deux, c'était une épreuve à chaque année. Bon... Je n'avais rien à perdre à envoyer un message à Argus. Si ça se trouve il me dirait qu'il n'avait pas vraiment le temps ou qu'il était déjà pris ailleurs et je pourrais simplement m'excuser à ma mère et lui proposer de regarder un film ensemble ou de jouer à des jeux de société. Si j'avais su de quoi serait faite cette soirée...
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 941
Points : 2211
En couple avec : Ethan Stoker
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Jeu 27 Déc - 20:15

I solemnly swear …. I’m going to run wild

Ethan Stoker & Bertram Godfrey & Argus I. Catwright

Un immense sapin orné de boules or et argent trône au milieu du hall du ministère. Un groupe de musiciens exclusivement sorcier joue ce que je pourrais qualifier comme étant une forme de jazz pour vieux. L’ambiance est calme au milieu de tout le gratin exclusif du ministère. Les smoking et robes de soirées sont de sorties en sirotant un peu de champagne et en riant poliment au blague de monsieur le ministre. Le discours a encore pris des plombes mais tout le monde a applaudit. Une belle mascarade au milieu des hypocrites les plus VIP, c’est là où je me trouve en guise d’accessoire pour ma chère et tendre maman.C’est même elle qui a choisi ma tenue : un costume bleu foncé, veston assorti par dessus une chemise immaculée et...un noeud papillon texturé en pointillé. Je détestais les noeuds papillons mais malgré mon argument que j’aurai l’air d’un serveur, elle n’a rien voulu entendre. J’étais son faire-valoir, son petit sac à main de luxe qu’elle baladait en société pour se faire mousser.

“Oh ton fils qu’il est poli et bien élevé”. “ Quand je pense que tu l’as élevé toute seule”. “Ma fille est tout le temps sur son pineapple, je te jure...”. Blablablabla Minerva Godfrey pouvait avoir la tête haute, parader avec son chignon parfait et sa robe de designer, agiter ses boucles d’oreilles hors de prix et jouer à la mère courage.

Si ça l’amusait….Même si la soirée était d’un ennui mortel, j’y voyais l’opportunité de gagner quelques points avec les figures ministérielles pour le futur. Je souriais,  faisais mine de m’intéresser aux anecdotes des jeunes années de quidditch sans intérêt des aurors ou magistrats présents. Mais surtout j’écoutais en silence leurs sujets de conversations.

Enfin jusqu’à ce que mon pineapple ne se mette à vibrer pour recevoir un message cryptique d’Argus que j’ai dû relire trois fois avant de comprendre. Ethan organisait une soirée ? C’était un peu à la dernière minute, mais il devrait y avoir plus d’ambiance qu’ici. J’attendais donc poliment une pause dans la conversation qu’entretenait  ma mère pour lui demander ( discrètement mais pas trop) si j’étais autorisé à sortir voir mes amis. Je comptais bien entendu sur la pression sociale pour qu’elle accepte : se montrer magnanime plutôt qu’aigrie et évidemment,  qui était-elle pour empêcher de jeunes gens comme moi de s’amuser de vivre leur vie ?

Cinq minutes plus tard, j’arpentais les ruelles de Londres. C’était assez amusant de constater l’ambiance festives et de voir tout le monde sur son trente-un. Même le vendeur du paki du coin avait son noeud papillon en sequins. Fabuleux. C’est donc avec deux bouteilles de mousseux surtaxées que je transplanais pas trop loin de l’adresse fournie par Gus. Je vérifiais le nom sur la sonnette avant de la presser avec une certaine appréhension.

La silhouette d’Ethan apparut dans l’encadrement de la porte. Un véritable soulagement : Argus ne s’était pas trompé d’adresse et ne m’avait pas envoyé chez d’autres Stevenson. Ouf.

Hey...salut ! Je peux entrer ?



Je peux voir la buée se former sur mes mots il ne fait pas chaud dehors et je compte bien sur la bienveillance du semi-vampire pour entrer. Je lui tends  les deux bouteilles et de le rejoindre dans la cuisine. Là se trouvait, dos à moi,  ce qui devait être la maman d’Ethan de toute évidence. C’était le moment de déployer le plan de séduction de maman oméga en 5 parties.

Oh, Ethan, tu ne m’avais pas dit que tu avais une soeur !



Evidemment ça fait toujours plaisir, mais le “malentendu” est vite dispersé.

Bonsoir Madame Stevenson, je suis Bertram Godfrey,  Ethan m’a dit tellement de bien de vous, c’est un plaisir d’enfin vous rencontrer.



Tout ça évidemment avec un sourire radieux. En général ça fonctionne plutôt bien sur les maman. Mais cette fois-ci c’est vers Ethan que je me tourne en enlevant mes gants.

Je t’ai apporté du mousseux, je sais que ce n’est pas l’idéal mais je me suis dit que tu pourrais peut-être apprécier les bulles… D’ailleurs tu as eu l’occasion de tester le sucre pétillant ?



Je ne peux pas m’empêcher de me sentir un peu nerveux en sa présence. D’autant plus que je suis avec sa chère génitrice que j’aimerai quand même impressionner par défaut Et là je suis un peu…overdressed. C’est toujours mieux, non ? D’ailleurs, je me tourne bien vite vers elle, la voyant occupée

Est-ce que vous voulez un coup de main  ?



Ca serait malpoli de ne pas proposer. Elle m’assure que non, disparaît dans une autre pièce et je me retrouve seul avec Ethan. Dans le silence, la tension monte sous le poids du sous-texte. Avec un léger sourire, je lui explique :

Argus m’a invité, j’espère que ça te va….



Parce que connaissant l’énergumène, il était bien possible qu’il n’ait même pas prévenu le principal intéressé. Qui sait peut-être qu’une véritable marée humaine allait conquérir le salon d’Ethan. Parfois je me demande s’il oserait me demander de partir.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 338
Points : 837
En couple avec : la science
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Jeu 27 Déc - 20:31

Cela fait une petite heure maintenant que tu es assis à ton bureau, penché sur un gros ouvrage appelé Indispositions et affections magiques les plus communes. Ton téléphone vibre: c'est un message d'Ethan. Qui te demande si tu fais quelque chose ce soir. Tu ne réfléchis même pas et pianote sur les touches pour envoyer une réponse positive à ce que tu supposes être une invitation de ton colocataire. Pote. Ami. Quelle que soit la dénomination que tu donnes à votre relation. (Pour ce soir, nous choisirons: sauveur.) Tu galères un peu à écrire une réponses claire. Les fautes d'orthographe te brûleraient les yeux... si tu étais complètement sobre.

Tu as toujours une bouteille de whisky pur-feu planquée sous ton lit, 'en cas d'extrême nécessité'. Nous sommes le 31 décembre, il est passé 21h et tu travailles au lieu de faire la fête: si ce n'est pas une condition extrême, ça! Et puis, tu étais déjà pathétique, ça n'a certes pas arrangé les choses, mais au moins maintenant, tu t'en fous. Tu alternes donc petit shot de whisky et lecture de médicomagie, jusqu'à ce qu'Ethan sauve ta soirée. Tu es légèrement intrigué qu'il organise quelque chose pour le Nouvel An. Tu lui demandes s'il ne veut pas inviter Bertram aussi, tu pensais justement à lui ce matin, ça fait longtemps que tu ne l'as pas croisé. Ils sont potes, non? Sans attendre la réponse d'Ethan, tu envoies un message au Serdaigle pour lui dire de venir.

Après avoir assuré à ton colocataire que tu es capable de te déplacer (quelle mère poule celui-là), tu refermes sans scrupules le livre et enfiles ton manteau, tes chaussures et une écharpe. Comme ta bouteille de whisky est à peine entamée, tu l'emmènes avec toi, ainsi qu'une bouteille de coca, au cas où les deux autres ont envie d'y aller mollo. T'as une boîte de chocolats de Noël encore emballée qui traîne, tu la prends aussi. Il ne faut pas boire le ventre vide! Pas comme toi, quoi. Es-tu en état de transplaner jusque chez Ethan? C'est ce qu'on va découvrir dans quelques minutes.

SCHBLONG!

Tu bascules dans la neige, heureusement molle donc pas de bobo. Tu te relèves et tu constates, sans surprise, que tu as atterris dans le jardin d'Ethan. Tu n'es pas peu fier de ta capacité à toujours arriver à destination, même bourré. T'es comme les oiseaux migrateurs, Argus, tu retrouverais ton chemin quoi qu'il arrive. Une vraie petite oie sauvage. Heureusement que la route qui mène à la maison d'Ethan est déjà incrustée dans ton GPS mental. Tu te redresses et tu secoues un peu ton manteau, avant d'aller toquer à la baie vitrée qui donne sur le salon. Trop pressé pour faire le tour de la maison et sonner à la porte comme une personne normale. Tu agites ta bouteille de whisky dans une main, celle de coca dans l'autre, avec un grand sourire. Tu es dans cette première phase alcoolisée où tu te sens excessivement joyeux, excessivement insouciant, et bien sûr excessivement inconscient des risques de tout ce que tu pourrais entreprendre à partir de maintenant.

Tu sens aussi mauvais, mais c'est parce que t'as transplané dans les poubelles.

Heyyyy salut les gars! Bertram, tu sors d'un enterrement ou quoi? Emelyne, c'est un plaisir de vous revoir! Vous êtes toujours aussi jolie.

Toujours complimenter les mamans, c'est important. Surtout quand on s'incruste sans prévenir chez les gens. Tu tends la boîte de chocolats à madame Stevenson, comme si c'était prévu. Après tout, on n'arrive pas les mains vides! Et t'es pas sûr qu'elle accepte le whisky en offrande... Tu ne cesses de sourire tout au long de votre interaction. Depuis que tu as commencé ta licence, tu n'as plus de vie sociale. Une année et demie de soirées nazes. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'impact que ça peut avoir sur la santé mentale. Cela explique pourquoi tu révisais ce soir: personne ne t'avais invité nulle part. Autant le dire, Argus, t'es hypé comme jamais.
DON'T DRINK & APPARATE, KIDS
New Year's Eve 2028
Londres
avec Bertram & Ethan
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Stoker
Boule de fluff à crocs
Boule de fluff à crocs
Ethan Stoker
Messages : 486
Points : 1514
En couple avec : Bertram Godfrey
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Jeu 27 Déc - 21:33


Mmh, Argus avait invité Bertram ? Sourcils froncés, j’avais soupiré, inquiet et un peu découragé par l’état de mon camarade de chambre. Pourvu qu’il ne fasse pas de bêtises celui-là. Ce que je ne me disais pas consciemment, c’est que j’étais toutefois soulagé d’avoir à m’en faire pour lui. Ça me donnait un truc auquel penser pour oublier que le Serdaigle était peut-être en route vers chez moi. Un peu en panique, je m’étais dépêché de sauter dans la douche pour me préparer à l’arrivée de mes invités surprise. J’en étais ressorti quelques minutes plus tard, enfilant un jean et un chandail de Pink Floyd parce que… je sais pas, j’étais nerveux, j’ai pris le premier que j’avais trouvé et qui avait l’air pas mal. À peine terminais-je de m’habiller que le bruit de la sonnette retentissait et que, cheveux encore humides, je descendais les escaliers deux par deux.

« Ethaaan ? »

« Je m’en occupe, m’man ! »

Je me précipitai vers la porte, n’aimant pas faire attendre. M’attendant à voir Argus, et à pouvoir le taquiner un peu en le félicitant d’avoir réussi à arriver jusque chez moi en un seul morceau, qu’elle ne fut pas ma surprise lorsque je vis que c’était plutôt Bertram qui attendait sur le pas de la porte. Et en costume à part de ça. Avec un nœud papillon. L’horreur, déjà que les cravates c’était pas la joie. Enfin, si moi j’avais gelé par la surprise, le brun était en proie au froid hivernal depuis un temps indéterminé et c’est donc lui qui brisa la glace, badum tss.

« Ouais, bien sûr. Tu peux aller déposer ça dans la cuisine, au fond à droite. »

Dis-je en référence à ses bouteilles, me décalant pour le laisser entrer avant de refermer derrière lui. Je ne m’attendais pas à ce genre là de soirée, mais en même temps je suppose que j’aurais dû m’en douter en textant Argus. À la cuisine, ma mère s’affairait à préparer un petit plateau avec du fromage, du pâté, des craquelins et, pour moi surtout, quelques rondelles de black pudding. Toujours aussi doué avec les mots, voilà que Bertram initiait la conversation avec elle, Emelyn se retournant avec un sourire rayonnant tout en s’essuyant les mains pour l’accueillir comme il se devait.

« En voilà un beau jeune homme, et flatteur en plus ! Mais non, je suis la mère d’Ethan, enchantée. »


Resté à l’orée de la cuisine, je ne savais pas trop quoi faire pour me rendre utile ou même participer à la conversation. De son côté, ma mère s’était empressée de le débarrasser de ses bouteilles, histoire de lui libérer les bras. Bertram en avait aussi profité pour se présenter plus formellement et, lorsqu’il mentionna son nom de famille, quelque chose sembla passer dans le regard clair d’Emelyn. Ceci dit, habituée à faire preuve de discrétion et de professionnalisme, son sourire reprit presque immédiatement sa place et les politesses avaient continué sans manquer un battement.

« Tu peux m’appeler Emelyn, je ne suis pas si vieille ! Et tout le plaisir est partagé, j’ai aussi beaucoup entendu parler de toi. »


Et, parce que ce ne serait pas ma mère autrement, son regard se glissa en ma direction, son sourire malicieux aux lèvres alors que je me renfrognais. Pourvu qu’elle ne m’appelle pas son lapin en sucre devant eux et tout irait bien. Tout. Irait. Bien.

« Merci d’être venu sortir Ethan de ses livres, il a besoin d’un peu de mauvaise influence. Et n’hésite pas à te sentir ici comme chez toi, les amis de mon fils sont toujours les bienvenus. »

Pour le meilleur ou pour le pire, ma mère s’empressait de terminer son petit plateau et l’attention du Serdaigle revint sur moi. Du mousseux hein ? Je ne m’y connaissais pas trop en alcool, mais je me doutais bien que ces bouteilles n’avaient pas l’air de venir du marché du coin. Quant au sucre pétillant…

« Ouais, c’était marrant. »

Si chez lui le stress avait le don de maximiser sa tendance à la politesse et aux discussions de salon, j’étais tout l’inverse. Bras croisés, l’air calme, mais un peu renfermé, je tâchais d’éviter son regard sans trop savoir pourquoi. Peut-être aurait-il été plus avisé que je prenne enfin le temps de me questionner sur certaines choses, mais je ne l’avais pas fait et maintenant, voilà où nous en étions. Surprise, Bertram Godfrey était dans ma cuisine pour célébrer le nouvel an avec nous et sa présence m’évoquait plusieurs émotions contradictoires. Peut-être le malaise était-il partagé puisque le jeune homme offrit ensuite son aide à ma mère, sans doute pour mettre fin à cette non-discussion. Pas de chance.

« Oh ne t’inquiète pas, j’ai terminé. Puis je crois que l’on a besoin de moi ailleurs. »

Dit-elle avant de disparaître en direction du salon et de la salle à manger après avoir jeté un regard amusé à la fenêtre donnant sur le jardin, m’abandonnant à la cuisine avec mon ami. Assez observateur pour remarquer que j’étais tendu, et que je serrais la mâchoire, comme toujours, il mentionna qu’Argus était celui qui l’avait invité, ajoutant espérer que ça ne me dérange pas. Félicitations, Ethan, à force d’être aussi distant avec lui t’as réussi à lui faire se demander si t'as envie qu'il soit là. Sentant la culpabilité se créer en moi, je passai une main nerveuse dans ma chevelure châtain, toujours un peu humide, et tentai de rattraper le coup de la seule façon que je connaissais : en parlant trop.

« Désolé je… Bien sûr que ça me va. Les vacances auraient été bien longues autrement si euh… »

Si je n’avais pas pu te voir du tout d’ici la rentrée. Heureusement, la cavalerie arrivait à la rescousse alors que l’on frappait à la porte arrière. Curieux, je tournai la tête dans cette direction, me dirigeant moi-même vers la salle à manger pour découvrir un drôle de spectacle.

« Argus ! On dirait que le trajet a été difficile. »

Et oui, vu l’odeur qu’il se traînait, en plus de sa tête, quelqu’un ici avait commencé la soirée avant les autres, visiblement. Bouteilles en main, il salua tout le monde, y allant d’un petit commentaire à Bertram et d’un autre à ma mère.

« Tant de compliments ce soir ! C’est un plaisir de te revoir aussi, mon petit Argus. J’ai l’impression que tu as encore grandit ! »


Elle accepta bien sûr la boite de chocolat et nous laissa avec son petit plateau collation, le sourire aux lèvres. Et maintenant ? Je n’en avais aucune idée. Ce n’était pas moi ici qui était le plus habitué à faire la fête, au contraire même. Si Ethan Stoker allait à des soirées ça se saurait. Main sur la nuque, l’air un peu découragé devant l’allure de mon ami d’enfance, je posai donc la question difficile.

« T’as invité beaucoup d’autres gens ou c’est juste nous trois ? Et vous aviez prévu de faire quoi exactement ? »
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 941
Points : 2211
En couple avec : Ethan Stoker
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Ven 28 Déc - 13:08

I solemnly swear …. I’m going to run wild

Ethan Stoker & Bertram Godfrey & Argus I. Catwright

La mère d’Ethan est une belle femme.Cheveux châtains, un regard bleu clair...ces caractéristiques devraient me rappeler ma propre mère mais elles n’ont rien en commun. Il y a une chaleur, une tendresse dans son regard que je retrouve chez le semi-vampire. Une bouche prompte à sourire et à embrasser, une rondeur sur les joues et une véritable authenticité dans le ton de sa voix. La mère d’Ethan est le genre de femmes qui pouvait rendre les choses compliquées très simples. Le genre de femme qui n’a pas besoin d’artifices ou de déployer des stratagèmes pour séduire, contrairement à ma mère et moi. Et telle mère, tel fils n’est-ce pas ?

Elle me dit de l’appeler Emelyn, un joli prénom qui sonne aussi bien en anglais qu’en français, apparemment on lui a beaucoup parlé de moi. Un peu surpris, je rebondis pourtant avec un sourire convenu :

En bien, j’espère.



Mais vu le regard qu’elle vient de lancer à Ethan j’imagine qu’il s’agit de ça. Ethan, par contre n’a pas l’air super ravi. Je fais mine de ne pas m’en rendre compte et continue sur ma lancée :

Merci beaucoup. Je ne suis pas sûr d’être une mauvaise “influence” mais je vais faire de mon mieux pour qu’il s’amuse



Car oui, je ne pouvais pas admettre être autre chose que la perfection en face à une maman. Il fallait impressionner quoi qu’il arrive - telle était la devise de Minerva Godfrey. Mon camarade, en revanche, ne se montrait pas très loquace, voire même mal à l’aise. La situation n’est pas idéale, je le sais. Moi aussi je suis nerveux. En terrain inconnu, à devoir polir ce joli masque de fils modèle pour les beaux yeux de sa mère, en totale représentation. Et ça me mettait un peu mal à l’aise parce qu’Ethan devait assister à ça avec son regard aiguisé et savoir quand je jouais la comédie, quand je mentais. Et je savais qu’il m’estimerait moins pour ça. Tout comme Beckett. Et je ne tenais pas particulièrement à le décevoir, lui qui avait toujours été un ami exemplaire.

Heureusement que la tension de ce silence fut brisée  par un tapage nocturne qui sortait de l’ordinaire, suivi d’un Argus - mon sauveur - qui tapotait à la fenêtre avec sa belle tête de vainqueur. Maintenant la soirée pouvait commencer. Il débarque, le pas déjà mal assuré et sans filtre ( comme toujours ). Je l’accueille avec un sourire soulagé et une petite plaisanterie :

Tu tombes à pic, Argus ! Tu vas bien ? Et vraiment ? Je n’avais pas remarqué que j’étais trop habillé.



Si j’avais su que le jean et le sweat-shirt était de rigueur, je serai passé chez moi avant. J’aurai échangé mon parfum pour une eau de poubelle, comme Gus. Je n’aime pas me sentir inadéquat.

Mais sérieusement les gars vous savez d’où vient l’expression “ se mettre sur son 31”, non ?  - Merci Mada - Emelyne.



Pas facile de ne pas s’adresser avec politesse à quelqu’un qui le mérite. Je prends la peine de m’installer et de goûter un des ingrédients présent sur le plateau. C’est délicieux. Mais Ethan ne perd pas le nord et s’attaque déjà au noeud du problème. Je jette un regard à Argus, pensant qu’il pourrait agir en tant que capitaine de soirée vu que la sienne semble...déjà entamée. Et je ne sais pas s’il a invité d’autres personnes.

Moi je vous propose de commencer une pré-soirée ici et puis de sortir dehors. On pourrait faire un tour au chemin de traverse ou encore dans le Londres moldu. Il y a quelques clubs sympas en ville. Sinon on pourrait trouver un bar dans les hauteurs et attendre le feu d’artifice ? Qu’est-ce que tu as envie de faire, Ethan ?



Après tout, c’était pour lui qu’on s’était réunis !

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 338
Points : 837
En couple avec : la science
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Ven 28 Déc - 14:42

Tu souris à la réplique de Bertram, pas peu fier de ton entrée. On peut dire que tu es littéralement tombé à pic, même si tu ignores que tu viens de briser un moment sponsorisé par Malaise TV. Tu ne peux t'empêcher de rayonner aux salutations d'Emelyn Stevenson, même si t'as probablement pas beaucoup grandi depuis la dernière fois que tu l'as vue. C'est l'effet maman, ça.

Ça va vachement mieux depuis que j'suis là! Et vous, ça roule? Et ouais, euh... j'ai un peu bousculé les poubelles, désolé.

Tu t'excuses, toujours souriant. Bien sûr, tu as remis les couvercles en place. Mais tu te rappelles qu'Ethan a l'odorat plus développé que toi. Entre ça, le whisky, le café dont tu te nourris et toute la nicotine que tu ingères par voies respiratoires, tu dois pas sentir la rose. Tu poses les bouteilles dans un coin et tu cherches ta baguette dans les poches de ta veste, pour limiter les dégâts. Pendant ce temps, Ethan demande, consterné, si tu avais invité d'autres gens, ainsi que vos projets pour le 31. Alors personnellement, t'avais prévu de finir bourré avant minuit, ce qui aurait rapidement été un succès si on t'avait laissé seul. Parce que là, t'es encore frais comparé à l'état dans lequel tu serais si ta soirée ne dépendait que de tes potes Whisky et Médicomagie. Tu jauges tes deux comparses du regard, pour deviner s'ils sont capables de relever le défi. Tu sais de source sûre qu'Ethan ne sort pas tellement, quant à Bertram, avec son look guindé, tu l'imagines plus assis à l'opéra qu'à écumer les bars, mais t'es sûr qu'un potentiel inouï se cache à l'intérieur de chacun d'eux. Sans compter que vous êtes à Londres, ce serait con de ne pas en profiter correctement pour fêter le 31... Mais vous pouvez quand même commencer gentiment avec le plateau préparé par la mère d'Ethan. Trop adorable, d'ailleurs. Tu trouves enfin ta baguette et tu lances un Récurvite sur ton jeans noir, tes Docs pleines de neige et ton manteau, avant d'enlever les deux derniers pour te mettre à l'aise. Bertram propose un plan de soirée qui te paraît ma foi fort acceptable. En fait, t'aurais pas dit mieux. Tes prédictions s'avèrent exactes, le Serdaigle ne te déçoit pas! Maintenant, il faut s'occuper du cas d'Ethan. Un sourire espiègle étire tes lèvres quand tu reportes ton attention sur ton camarade de chambre:

Ça me va! Mais on est chez toi, Ethan, c'toi qui décide. Tu penses bien que j'ai invité personne d'autre, du coup. Je suis pas totalement irrechpectueux... tu manges un bout de fromage, t'as vraiment besoin de te remplir l'estomac si tu veux pouvoir les suivre all night long ce sera que vous et moi les enfants! Paraît que vous faites des trucs à deux... mais ce soir, ça va pas se passer comme ça!

Tu les regardes avec un petit sourire en coin. Par 'trucs', tu veux dire l'aide que Bertram apporte à Ethan pour gérer sa condition. Mais comme tu n'as pas plus de détails sur leurs activités, tu laisses planer le sous-entendu. Tu es évidemment complètement ignorant de la gêne supplémentaire que tes propos peuvent occasionner. C'est juste ta façon de te venger parce qu'ils font des trucs que t'imagines cools sans toi. Dix ans d'âge mental. Tu remarques ensuite que votre deuxième hôte s'est éclipsée, tu te demandes si elle a prévu sa propre soirée, ou si elle compte rester. Elle ne va pas s'isoler juste parce qu'Ethan a invité des amis? En temps normal, tu poserais discrètement la question à ton camarade, mais t'as pas encore mangé assez de fromage. Tu te lèves pour jeter un oeil au delà du salon et appeler la maman d'Ethan:

Emelyn, vous vous joignez à nous pour l'apéro, j'espère?

Elle ne va pas se contenter de faire à manger pour les mecs et retourner se cacher en cuisine comme un elfe de maison, on est bientôt en 2029, quand même! Bien sûr, s'il s'agissait de ta mère, tu aurais probablement grincé des dents à l'idée de boire des verres et manger des crackers assis entre tes potes et elle. Surtout si elle te voyait dans l'état dans lequel tu es. Mais Emelyn est cool et c'est la maman d'Ethan, pas la tienne, donc pas ton problème.

Tu t'installes dans un fauteuil pour manger plus de fromage, et tu fais innocemment glisser la bouteille de whisky vers tes camarades de soirée. Tu remontes les manches de ton hoodie galaxie avant d'ouvrir également le coca, pour mélanger les deux, parce que tu as pitié de leurs mines trop fraîches et éveillées. Faisant semblant de regarder l'heure, tu annonces:

Il est temps de rattraper votre retard. Je sers qui en premier? Et me dites pas que vous buvez pas d'alcool.
DON'T DRINK & APPARATE, KIDS
New Year's Eve 2028
Londres
avec Bertram & Ethan
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Stoker
Boule de fluff à crocs
Boule de fluff à crocs
Ethan Stoker
Messages : 486
Points : 1514
En couple avec : Bertram Godfrey
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Ven 28 Déc - 17:28


Mais pourquoi est-ce que j'étais devenu le décideur de la soirée ? Enfin, oui, on était chez moi, mais j'étais bien la dernière personne à qui demander d'organiser un truc comme ça. Si je n'avais certes rien à reprocher à la partie feux d'artifices du plan, c'était surtout le reste qui m'inquiétait et qui, évidemment, leur tenait probablement le plus à coeur. Si j'avais déjà goûté à de l'alcool par curiosité, je n'avais jamais vraiment bu. Je m'étais toujours inquiété des conséquences, de ce que je pourrais faire si j'acceptais de lâcher du lest et d'être moins contrôlé.

« Vu ma réputation, je ne crois pas que de demander mon avis à moi soit la meilleure façon de passer une belle soirée. »

Au moins Gus avait limité les invitations, ce qui était un soulagement en soi, me dis-je en prenant une tranche de black pudding. Tranche sur laquelle je manquai de peu de m'étouffer lorsque mon camarade de chambre avait mentionné les "trucs que l'on faisait à deux", moi et Bertram. Était-il encore trop tard pour retourner étudier ? M'isoler dans mon coin avec mes livres et être un mec ennuyeux et trop sage ? Ouaip, c'était raté pour cette année. Toujours est-il que j'avais choisi de ne rien répondre à ça, m'attendant de toute façon à ce que le bleu concerné ait une réplique toute faite pour rattraper le coup. C'était devenu si habituel de le voir pirouetter que j'en étais à me permettre de compter là-dessus pour dissiper mes propres malaises. Heureusement, Argus passa rapidement à autre chose, sans doute pas en l'état de demeurer concentré bien longtemps, et appelait ma mère qui lui lança une réponse vague en provenance de la cuisine.

« Oui oui ! J'arrive ! »

Au moins si j'avais pu éviter ça. J'aimais profondément ma mère, n'allez pas y comprendre autre chose, mais vu les circonstances... Voilà. Entre la présence de Bertram qui m'emplissait d'émotions et de pensées envahissantes, l'odeur nauséabonde de Gus et l'idée que ma mère se préparait à me faire honte à n'importe quel moment, j'avoue que l'offre de mon ami des jaunes devenait tentante. Je poussai finalement un soupir, résigné.

« J'y échapperai pas hein ? Vous avez intérêt à garder un oeil sur moi, au cas où je commencerais à avoir soif d'autre chose. »

Genre de sang. Envie de mordre des gens. Si nous allions en soirée et que je commençais mystérieusement à m'intéresser aux autres gens présents. Lorsque j'eu leur parole, c'est à peine plus tranquille que j'enchaînai.

« Passe-moi un verre. »

Et il s'était exécuté, m'offrant deux-tiers de coca avec un tiers de whisky. Mon regard gris-bleu observa le mélange avec appréhension. Je pouvais bien essayer de voir ça comme un autre genre de potion. Peut-être était-ce ce que Gus voulait dire en mentionnant que, cette fois, il mettrait son grain de sel dans nos essais avec Bertram. Si ce grain de sel était du whisky pur-feu, évidemment. Prenant mon courage à deux mains, je pris une première grande gorgée avant de poser le verre sur la table, fermant les yeux alors qu'une secousse faisait trembler mes épaules. Déjà le coca n'avait pas de goût pour moi, ce qui ne facilitait pas vraiment la prise d'alcool qui... Woh. C'était pas une bière en tout cas. Je toussotai, encore un peu sous le choc. Faudrait vraiment que j'apprenne à boire plus souvent.

« Et vous aimez ça vous autres ? »


« Me revoilà ! Tiens mon lapin en sucre, on fait un échange. »

Elle l'avait fait. Comme si de rien n'était. Avec son sourire tout tendre et sadique de maman qui aime faire souffrir son fils. Devant mes potes. J'aurais sans doute fondu de honte si je n'étais pas occupé à me demander ce qu'elle faisait. Voilà qu'Emelyn venait de me piquer mon verre, le remplaçant par... un verre qu'on avait rempli de sang jusqu'à la moitié. Se tournant vers Argus, la dame de la maison ne se gêna pas pour lui dérober sa bouteille de whisky et en mettre dans mon verre. Puis, fière de son coup, elle s'était assise avec nous en prenant une gorgée de mon ancien verre, dérobant un peu de pâté au passage. Je n'aimais pas trop l'idée de boire aussi ouvertement du sang devant mes camarades, privilégiant toujours des tasses opaques et avec couvercle, comme le tumbler offert par Argus par exemple, mais il semblerait que je n'aurais pas le loisir cette fois. Et hop, on réessaie. Au moins il n'y avait pas de bulles dans le sang, contrairement au soda, et il me semblait y avoir moins de trucs à gérer. Certes, l'alcool était toujours aussi fort, mais le goût du sang s'y mêlait juste assez pour que ce soit supportable. Enfin, je n'allais certainement pas me dépêcher de finir mon verre, mais j'arriverais à le boire en tout cas.

« Mmh, ça se tolère en vrai. »

Ajoutais-je, les lèvres un peu plus rosées qu'à l'habitude.
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 941
Points : 2211
En couple avec : Ethan Stoker
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 0:33

I solemnly swear …. I’m going to run wild

Ethan Stoker & Bertram Godfrey & Argus I. Catwright

Mon plan un peu flou n’arrache pas vraiment d’enthousiasme de la part de mes compères mais n’est pas plus contesté que ça. Au final, je compterai simplement sur le fait d’éviter les gros rassemblements et se rendre dans quelques bars sorciers sympas….Après qui sait où nous emmènerait le reste de la soirée ? Côtoyer Beckett m’avait appris à laisser de la place pour la spontanéité et l’imprévu - le sel de la vie en sommes.

Je souris doucement quand Argus mentionne le fait qu’il n’est “pas totalement”’ irrespectueux. Emphase sur le totalement, évidemment. Un sourire qui se fige bien vite avec ses sous-entendus. Est-ce qu’Ethan lui avait avoué quelque chose ou bien est-ce qu’il tapait dans le vide ? Vu son état d’ébriété, je me doute qu’il s’agit de la deuxième option.

Ne sois pas jaloux. C’est parce que quand on est à trois, tu continues de m’éclipser avec ton charisme colossal.



Ce n’était pas totalement faux, d’ailleurs. Et Ethan change de sujet, abordant un point un peu déprimant mais bien nécessaire. Je lance une oeillade à Argus, qui a déjà l’oeil torve avant de lancer un clin d’oeil assuré au semi-vampire.


T’en fais pas, tu peux compter sur nous pour jouer aux bodyguards ! Tout se passera bien.



Et oui, Ethan, il faut parfois prendre quelques risques pour s’amuser. Mais ne t’en fais pas, les risques calculés je m’y connais. Comme par exemple : refuser poliment un verre de whisky-coca parce qu’on sait que cette boisson a tendance à vous rendre affectueux. Et avec la présence d’Ethan, attirant, doux et rassurant c’était risqué. Sans compter que je me doutais fortement que je ne laissais pas indifférent. Tout ça, je le savais, créait une opportunité que je ne pouvais juste pas saisir. Je ne pouvais pas faire ça à Beckett, ni à Ethan d’ailleurs. Mais je savais aussi qu’une fois lancé, je ne pourrais plus vraiment me faire confiance. Mais je ne pouvais pas passer pour une mauviette non plus.

Je repousse donc le verre vers l’envoyeur.

Désolé, mais je préfère le boire pur.



Et je repousse le verre vers le poufsouffle déjà éméché pour me servir….un simple verre de coca. Et puis si Ethan voulait s’amuser, il fallait bien quelqu’un qui soit relativement sobre et responsable, non ? Même si j’avais envie de me déchirer, j’étais le coupable désigné.

Et tous les regards se portent ensuite sur Ethan,  âme innocent qui va bientôt connaître les ravages de l’alcool. Merci Gus, moi aussi je tirais une certaine satisfaction à l’idée de le dévergonder un peu. Ca ne pouvait pas lui faire de mal. Et apparemment je n’étais pas le seul à le penser vu l’apparition d’Emelyne, qui avait déjà tout prévu. Les lèvres pincées je me retiens de pouffer de rire. Mon lapin en sucre, c’était trop mignon. Et même si je n’avais pas bu une goutte d’alcool, l’image d’Ethan avec des oreilles de lapins surgit de mon esprit. Dur d’y résister.

Un peu moins mignon, en revanche, la vision du sang épais dans le verre. Ce n’était pas très appétissant mais je sais à quel point le semi-vampire pouvait être gêné par sa différence. Je fais de mon mieux pour ignorer l’apparence et surtout l’odeur et lui adresser un faible sourire.

Ca te fait un bloody-whisky ! Santé !



Et lever mon verre pour le cogner contre ceux de mes camarades...et de la mère d’Ethan qui nous avais rejoins. Ca promettait d’être une belle soirée.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 338
Points : 837
En couple avec : la science
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 2:59

Bertram préfère le Coca pur? Bien joué. Mais décevant. Franchement, tu pensais qu'il s'était un peu décoincé depuis qu'il était avec son Serpentard là... m'enfin, c'est pas grave.

Tu me déçois énormément, Bertram.

Tu dis ça avec un air absolument pas déçu évidemment. Peut-être que son compliment, même ironique, a fait mouche. Et surtout, la soirée ne fait que commencer. Si le Serdaigle veut y aller mollo, c'est son choix. Tu ne vas pas le forcer. Ton camarade de chambre, lui, ne te déçoit pas. Tu le savais, Ethan Stoker, c'est une valeur sûre. Quel homme. Tu te retournes vers lui, un grand sourire qui ne présage rien de bon sur le visage. Au mieux, ça veut juste dire que t'es un peu trop joyeux. Au pire, que t'as des idées derrière la tête. Et effectivement, tu te demandes, entre autres choses, si son palais semi-vampirique sent le goût de l'alcool ou pas. Ça va être intéressant! (La science, tout ça.) Tu lèves solennellement le bras et fait le signe des scouts.

Söz veriyorum* sur la vie d'ma mère, j'te jure de te surveiller du mieux que j'peux!

Toute la subtilité réside dans cette dernière précision... Pour ta défense, si la soirée était une course, tu en serais déjà au second tour alors qu'Ethan et Bertram sont restés dans les starting-blocks. Tu sers donc avec grand plaisir un verre à ton colocataire. 1/3 de whisky pur-feu, 2/3 de coca. Tu verses un peu moins d'alcool dans ton propre verre. Le but du jeu, c'est que vous franchissiez tous la ligne d'arrivée en même temps. Tous les trois en première place sur le podium de la gloire alcoolisée. Ou tous les deux, avec Bertram en coach sportif à côté...

Tu attaques les petits biscuits salés en observant la réaction d'Ethan face à ton mélange. Il n'a pas l'air d'apprécier et s'interroge: vous buvez vraiment ça? Tu hausses les épaules, ta bouche étant pleine. Emelyn revient vers vous, et tu t'étouffes avec ton crackers. Mon. Lapin. En. Sucre. Tu essayes de tousser et de rire en même temps, ce qui est assez compliqué à ton humble avis. Et quand enfin tu as cessé de mourir un tout petit peu, tu te rappelles que pour Noël, tu as offert un tumbler providentiel en forme de lapin à Ethan... tu glousses encore comme un imbécile. Mon petit lapin en sucre… Jamais de ta vie tu n'oublieras ça! Et jamais de ta vie tu ne laisseras Ethan oublier ça. C'est ça d'être un vrai pote. Une fois calmé, tu réalises qu'Emelyn a échangé son verre avec celui de son fiston, pour remplacer le soda par du sang. C'est pas bête, on dirait juste qu'il boit un espèce de sirop grenadine! Tu te dis qu'avec de la vodka, on pourrait littéralement lui faire un vrai Bloody Mary, l'idée t'amuse. Vous trinquez tous ensemble:

Santé!

Du coup, c'est madame Stevenson qui va boire le whisky-coca? Tu la fixes, un peu impressionné, t'attendant à ce qu'elle repose le verre à tout moment en prétextant un canular. Mais non. Ce n'est pas que tu penses que les mamans sont foncièrement incompatibles avec l'alcool, mais le contraire ne t'avait jamais effleuré l'esprit. En même temps, ta mère ne boit pas. Emelyn Stevenson est définitivement la maman de la fin de l'année 2028. On devrait faire un calendrier des mamans, tiens. (Et tu devrais manger plus de crackers.) Tu t'installes plus confortablement au fond du canapé. Tu aimes ce genre de soirées tranquilles, tu aimes discuter... mais les conversations de groupe te mettent mal à l'aise. Deux c'est bien, trois c'est un mauvais chiffre. Quatre c'est mieux, mais dans le doute tu préfères feinter avec une activité qui fasse parler tout le monde:

Maintenant que tout l'monde est servi, on va faire un jeu!

Un jeu à boire évidemment. Comme tu te doutes du manque d'expérience de tes partenaires, tu choisis un grand classique:

On va jouer à Never have I ever. C'est facile: chacun notre tour, on dit un truc qu'on a fait ou non, en commençant la phrase par 'J'ai jamais...' Ceux qui ont fait le truc en question boivent. Emelyn, j'vous donne trois jokers de maman, parce qu'il y a des choses qu'un fils ne doit pas savoir.

Tu poses trois petits crackers devant elle, avec un air faussement solennel, avant de donner l'exemple:

'J'ai jamais transplané dans une poubelle.' Si vous avez déjà transplané dans une poubelle, vous buvez. Donc, moi je bois, vu que je l'ai déjà fait.

Tu joins le geste à la parole en buvant un peu de whisky-coca. Forcément, les trois autres ne boivent pas. Bertram se marre et Emelyn te signale qu'il y a une douche à l'étage et que tu peux emprunter des vêtements à Ethan si tu veux... Ok donc tu pues le vieux déchet en fait, bien, bien. C'était utile de perdre ton temps à balancer des Récurvite... Mais est-ce bien pertinent de te laver maintenant, alors que vous allez ressortir? Et possiblement retransplaner? Ouais, pour l'instant, tu n'imagines pas pire scénario que cela pour votre soirée: transplaner.

J'voudrais pas avoir l'air d'abuser...

Tu marmonnes, le nez dans ton verre, avant d'encourager les autres à poursuivre le jeu.

*Je promets
NEVER HAVE I EVER
New Year's Eve 2028
Londres
avec Bertram & Ethan
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Stoker
Boule de fluff à crocs
Boule de fluff à crocs
Ethan Stoker
Messages : 486
Points : 1514
En couple avec : Bertram Godfrey
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 5:17


La soirée débutait lentement, tout doucement, et ce n'était pas plus mal. C'était moins intimidant, moins effrayant. Puis les bêtises d'Argus avaient le don de porter mon esprit vers autre chose, soit vers un certain Serdaigle qui, comme je m'y attendais, avait un sens de la réplique supérieur au mien. Répartie qu'il avait encore utilisé pour se rabaisser au passage, une habitude que je lui détestais plus encore que sa politesse mensongère. Il pouvait être utile, voir dans certains contextes nécessaire, de bien paraître. Je pouvais comprendre ça, je pouvais respecter ça. Mais cette manie de se penser inférieur, de glisser un petit commentaire sur sa personne l'air de rien, c'était tout autre chose. Trop retenu pour dire le fond de ma pensée, toutefois, j'avais choisi de garder cette réflexion pour moi, enchaînant plutôt sur mon autre préoccupation de la soirée. Ma peur de déraper, de ne plus être aussi maîtrisé une fois que j'aurais commencé à boire sérieusement. Je ne m'étais jamais adonné à ce genre de célébrations, j'ignorais comment j'y réagirais, jusqu'où j'irais. Toujours en pleine maîtrise de son esprit, Bertram me rassurait d'un clin d'oeil qui me fit esquisser un sourire paisible. Gus avait lui aussi tenté de prêter serment, mais vu son état ce serait déjà un miracle s'il ne se retrouvait pas dans une autre poubelle avant la fin de l'année.

« Merci les gars. »

En accord avec son engagement, Bertram avait décidé de boire son coca pur, sans alcool. Si Argus en était déçu, je sentais que je pouvais déjà respirer plus librement. L'esprit cartésien du bleu lui permettrait de ne pas hésiter, si jamais il devait intervenir pour m'arrêter. Autant dire que j'avais une grande confiance en mon garde-fou, ce qui m'avait permit de me résigner et de goûter ce fameux verre qui me fut rapidement substitué avec une boisson plus adaptée. Un bloody-whiskey hein ? Je suppose qu'on pouvait dire ça comme ça.

« Santé, à la nouvelle année. »

« Santé. »

Maintenant que tout le monde était servit, Argus avait prit les rênes de la conversation, nous proposant un jeu dont il expliqua sommairement les règles. Mieux encore, il octroya des jokers à ma mère sous son regard amusé et peut-être un peu attendrit.

« Toujours aussi attentionné, mon petit 'Gus. Nous verrons bien si j'en ai besoin. »

Je n'aimais pas ce sourire là, son sourire de Gryffondor. S'il y avait bien une femme qui n'aimait pas se laisser emprisonner dans son rôle de mère, c'était bien Emelyn Stevenson. Si elle avait eu une quinzaine d'années de moins, j'étais même persuadé que c'est elle qui serait en train de nous servir des drinks et de nous mettre au défi de la suivre toute la soirée. Merlin soit loué, avec l'âge venaient la sagesse et la tempérance. La première question avait été facile et, après qu'Argus ait bu sa gorgée de la honte, c'est vers moi que l'on se tournait. Déjà ? Mmh, je devais trouver quelque chose de bien. Pourquoi pas en profiter pour me venger un peu ?

« Je n'ai jamais encouragé un ami, ou un fils, à boire au nouvel an. »

Avec ça, ils étaient bien forcés de s'y plier et de boire une gorgée pendant que mon verre était, pour sa part, resté sur la table. Autant savourer ma victoire car quelque chose me disait qu'elle ne durerait pas longtemps. Ils étaient trop silencieux, trop dociles. Puis c'était au tour de ma mère qui, heureusement, savait tout de même faire preuve d'un peu de retenue en posant une question facile, bien que susceptible de me mettre dans de beaux draps si elle avait été plus sévère.

« Voyons voir si vous êtes tous aussi sages que vous en avez l'air. Je n'ai jamais séché les cours. »

Ce à quoi elle avait bu, chose qui ne m'avait pas surprit du tout. Je tournai un regard curieux vers Argus, plongé en pleine réflexion. Allons, il devait bien avoir séché au moins une fois, non ? Non ?? Bertram ? Merde. J'étais vraiment tout seul. À croire que c'était de famille. Après un soupir de honte, j'avais pris une nouvelle gorgée sous les regards choqués de mes proches. Oui, bon, il m'était déjà arrivé de sécher un cours pour avancer un travail dans un autre ou des trucs comme ça, parce qu'avec deux DEMA parfois ça s'entasse. Puis il y avait aussi ces jours où je préférais simplement ne pas me présenter, sentant mon nez, mes oreilles ou ma soif trop à fleur de peau pour désirer m'asseoir dans une classe jusqu'à la fin des cours.

« Quelle surprise ! Il y a peut-être encore de l'espoir pour toi finalement. »


« Ouais ouais. »

La taquinerie était au programme visiblement. Et encore, je n'étais pas au bout de mes peines.
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 941
Points : 2211
En couple avec : Ethan Stoker
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 12:55

I solemnly swear …. I’m going to run wild

Ethan Stoker & Bertram Godfrey & Argus I. Catwright

Je réponds à la déception de mon camarade avec une petite moue désolée un peu gag. Je sais qu’il plaisante. Mais ne t’en fais pas Argus, j’aurai d’autres occasions de t’ impressioner et de te décevoir. J’avais décrété depuis notre rencontre que le poufsouffle, même si bien différent d’Ethan était un poufsouffle tout aussi remarquable. Quelqu’un avec qui on pouvait avoir des conversations sérieuses et intéressantes, mais aussi rigoler comme des débiles. Un cocktail parfait. Il savait que j’avais de l’estime pour lui. Sinon pourquoi lui aurais-je offert les lunettes galaxies tant convoitées à Noël ?

Et même s’il est du genre très taquin avec Ethan, même s’il n’essaie pas de se retenir de rire au coup du “lapin en sucre”, je n’ai aucun doute sur son amitié.

Autre personne remarquable dans la pièce : madame Stevenson. Une vraie dure à cuire qui n’avait aucun complexe à donner des petits noms mignons à son fils devant ses amis et partager un verre bien corsé avec eux. Ca forçait le respect. Mon regard s’attarde sur la pièce, curieux de ces petits détails qui font d’une simple maison, un foyer. Sa bienveillance et son amour pour son fils transparaissait dans les murs, les photos et tout le reste. Et vu sa présence ici ce soir je devinais qu’Emelyne avait transmis son défaut ( ou sa qualité en fonction du point de vue) à son fils : celui de s’occuper des autres avant de s’occuper de soi.

Gus prend l’initiative du jeu à boire et en bon prince, offre des jokers à Emelyne...qui ne semble pas en avoir besoin. Cette femme était pleine de bonnes surprises et j’étais sûr qu’elle était capable de nous enterrer tous les trois. Elle a cet air un peu baddass, la maman d’Ethan. Toute douceur et tendresse à l’extérieur mais avec un centre bien fiable - comme son fils.

Le coup des poubelles m’arrache un petit rire, décidemment, Gus c’est vraiment le roi pour alléger l’atmosphère et mettre tout le monde à l’aise. Mais Ethan prend bien vite sa revanche pour faire boire tout le monde. Il a bien compris le principe ! Je bois donc, sans la moindre once de culpabilité. Je ne me fais pas d’illusion, avec nos efforts combinés c’est lui qui va finir la soirée par terre. Et Madame Stevenson surenchérit  avec le séchage de cours. Je ne bois pas, évidemment, même si je l’ai déjà fait. Ethan se retrouve donc tout seul avec sa mère qui l’encourage. Autre surprise, si ma mère apprenait que j’avais séché un cours une fois dans ma vie, ex-préfète-en-chef, elle serait constamment sur mon dos.

Le pauvre Ethan ne savais pas encore ce qui allait lui tomber dessus.
Mais j’avais une théorie à confirmer et qui sait ce que ce genre de jeu peut dévoiler. Je fais mine de réfléchir quelques secondes, même si ma question je l’ai en tête depuis cette d’Ethan.

Je n’ai jamais eu un crush sur quelqu’un qui se trouve dans cette pièce



Et à ma surprise c’est Argus qui boit le premier, un peu gêné, n’osant pas relever le regard de son verre. Tiens donc, Gus ? IL s’agissait de Madame Stevenson, de son fils ou bien des deux ? A vivre dans le même dortoir, je ne pouvais pas vraiment le blâmer.  Ethan, quant à lui, boit une grande gorgée avant de poser sèchement son verre sur la table. Evitant aussi le regard des autres, il se ressert du whisky pur dans son verre. Avantage de ce mouvement stratégique : Emelyne devait être convaincue qu’il y avait quelque chose entre Argus et Ethan ( et quelque part, c’était peut-être vrai). Moi j’avais ma confirmation au prix d’un certain désavantage : Ethan savait désormais que je savais. Il me connaissait suffisamment pour savoir que je n’avais pas posé la question innocemment. Et vu la façon dont il avait déposé son verre, je craignais qu’il ne m’en veuille un peu. Je me passe donc de commentaires.

A toi, Gus.



DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 338
Points : 837
En couple avec : la science
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 14:10

Tout le monde se prête au jeu, même Bertram et son verre rempli de soda, madame Stevenson et son sourire amusé. Tu hausses un sourcils quand elle sous-entend qu'elle n'aura peut-être pas besoin des crackers-jokers. Okay, okay! Tu voulais juste t'assurer qu'elle ne soit pas mal à l'aise (ou qu'Ethan ne ressorte pas de ce jeu bourré ET traumatisé), mais elle semble sûre d'elle. Okay... Tu détournes le regard. S'il y a réellement un charisme colossal dans la pièce, comme disait Bertram, il est dans les gènes Stevenson, pas les tiens. Les deux premières questions sont faciles, sans surprise vraiment, tu ne t'attendais à rien de bien méchant de la part d'Ethan ou de sa maman. Au tour de Bertram, c'est pas la même chanson, et tu sues un peu de l'intérieur, et aussi de l'extérieur en fait ton pull est trop épais ou il fait chaud dans ce salon tout d'un coup? La question n'est pas gênante parce qu'elle parle de crush, mais parce qu'elle est aussi précise. Dans la pièce. Là c'est le moment de ne pas lever les yeux pour ne pas te faire cramer. Tu hésites à tricher, mais c'est toi qui a proposé le jeu, alors tu assumes comme un bonhomme ouais, allez! ... en plus t'es bourré t'auras une excuse du tonnerre demain pour tout nier. Tu bois très vite sans regarder personne. Évidemment ni Bertram ni Emelyn ne touchent à leurs verres, et Ethan... wait POURQUOI IL BOIT LUI? Tu le regardes avec exactement cette question imprimée sur le visage, alors qu'il finit son bloody whisky cul sec. Un peu vénère, le Ethan? Tu ne comprends rien. Pourquoi il est fâché? Et pourquoi Il. A. Bu. Tu es trop bourré pour faire une équation, mais tu es encore capable de savoir qu'il n'y a que deux possibilités: c'est Bertram ou toi. Tu partages sa chambre depuis que tu as 11 ans, et tu es tout à fait lucide sur ce point: jamais tu ne pourrais séduire quelqu'un qui t'a vu traverser les périodes les plus sombres de ta vie, comprenant surpyjamas en pilou, goûts musicaux douteux et acné. Mais Bertram est en couple, et Ethan le sait, ça ne fait pas sens, sauf s'il aime bien fantasmer sur des trucs qu'il ne pourra jamais atteindre, ce qui entre nous ne t'es pas étranger, c'est le concept même du fantasme. Tu oses cette fois relever les yeux sur madame Stevenson, de toute façon t'es assez bourré pour que seule l'expression d'un vide terrible et affreux entre tes deux oreilles ne transparaisse dans ton regard vitreux. Ça te rassurerait peut-être de savoir qu'elle croit maintenant que y'a un truc entre son fils et toi, mais tes capacités d'observation sont largement diminuées, tu ne captes plus rien. Tu te redresses en jetant un regard suspicieux à Ethan-je-bois-mon-whisky-pur. C'est à toi que revient la lourde tâche de détourner l'attention, ils ont de la chance, c'est ta spécialité:

Ok, elle est pour toi celle-là: j'ai jamais teint mes cheveux d'une couleur, euh... bizarre.

Tu attends qu'Ethan s'exécute. Ni Emelyn ni Bertram ne boivent. Toi non plus, malgré une adolescence qui avait du mal à s'exprimer. T'as bien eu une période un peu gothique entre l'acné et les goûts musicaux chelous, mais quel intérêt de teindre des cheveux déjà sombres? Dans tous les cas, tu ne juges pas le vert ethanesque. Même si ça t'a fait bizarre de le revoir sans sa couleur du jour au lendemain.

D'ailleurs, tu m'as pas dit pourquoi t'es revenu au brun!

L'opération Enterrer La Patate Chaude est un succès... crois-tu.
NEVER HAVE I EVER
New Year's Eve 2028
Londres
avec Bertram & Ethan
Voir le profil de l'utilisateur
Ethan Stoker
Boule de fluff à crocs
Boule de fluff à crocs
Ethan Stoker
Messages : 486
Points : 1514
En couple avec : Bertram Godfrey
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 15:25


De prime abord, ce jeu semblait assez innocent. Les questions étaient taquines, mais demeuraient plutôt soft. Enfin, ça c'était jusqu'à ce que Bertram Godfrey s'en mêle, schemer extraordinaire. Un crush sur quelqu'un dans la pièce ? Ma main a bougé, comme un réflexe de me diriger vers mon verre. Mmh. Bien sûr je savais qu'il y avait quelque chose, que je n'avais plus l'esprit tranquille dès qu'il était question du Serdaigle, mais de là à dire un crush. Est-ce que j'avais un crush ? Ma mère semblait le croire. Bertram semblait le croire. Ma main semblait le croire. Mon coeur au rythme soudainement accéléré semblait le croire. Et moi, est-ce que j'y croyais ? Est-ce que c'était ça, la raison pour laquelle la difficulté de nos petits tests avaient augmenté ? La raison pour laquelle j'avais réagit aussi intensément à ses larmes ? La raison pour laquelle j'avais voulu lui offrir un cadeau de Noël spécial, qui pourrait le suivre dans le temps ? Et merde.

C'est comme ça que j'avais fini par attraper mon verre, me mettant les deux pieds dans les plats et en profitant pour avouer à tout le monde, moi y compris, qu'il y avait bien eu quelqu'un pour éveiller mon intérêt. Le seul problème, c'est que cette personne en question n'avait pas touché son verre. Qu'il avait posé cette question de la manière la plus détournée possible, pour ne pas avoir à m'en parler en face. En même temps tu t'imagines quoi, Ethan. Il a déjà quelqu'un, bien sûr qu'il se fout de toi. La vraie question, c'est pourquoi Argus avait-il bu ? Ne me dites pas que lui aussi avait un faible pour Bertram ?! Juste le formuler comme ça, j'en revenais pas moi-même. Peut-être est-ce pour ça que je me servis du whisky de nouveau, en réflexe de fuyard, désir d'oublier cette révélation et de la noyer dans l'alcool. Peut-être que ça la ferait disparaître. On pouvait dire que je commençais bien ma carrière de futur alcoolique.

Changeant de sujet, le sauveur de cette soirée y allait d'une question plus légère, plus facile. Argus était le vrai mvp. Sans lui, le nouvel an aurait été bien différent. Nous serions resté chacun de notre côté, déjà, ou le niveau de malaise se serait retrouvé très élevé entre Bertram et moi-même. 'Gus à la rescousse pour sauver les festivités.

« C'est pas si bizarre le vert. »

Dis-je avant de néanmoins m'exécuter, le goût fort de l'alcool se frayant un chemin dans ma gorge. Peut-être que j'aurais dû remettre un peu de sang finalement. Mais c'était un peu tard pour ça d'une part et, de l'autre, cette sensation désagréable était presque réconfortante, me permettait de me concentrer dessus pour ignorer la plainte de mon coeur. Ouais, tout à coup, je comprenais vraiment beaucoup l'alcool. Mystère résolu. Et pendant qu'on parle de faire des découvertes, mon ami d'enfance veut comprendre pourquoi j'ai changé mes cheveux. À cette question, ma mère se fait plus attentive. Elle n'a pas demandé, mais elle aussi veut savoir, surtout parce qu'elle sait pourquoi je les avais teints en premier lieu.

« Au fond c'est que des cheveux. J'ai pas besoin qu'ils soient verts pour être unique. »

Le sourire fier et aimant de ma mère me fit détourner les yeux, un peu gêné. Valait mieux essayer de l'ignorer avant qu'elle se décide à venir me serrer dans ses bras en félicitant son petit lapin en sucre devenu grand. Puis, de toute façon, c'était à mon tour de poser une question et je savais trop bien qui serait ma victime. S'il voulait jouer à ce petit jeu, je lui montrerais qu'il n'était pas le seul à pouvoir le faire. Je te connais, Bertram, et je vais te le rappeler au cas où t'aurais oublié.

« Je n'ai jamais menti dans cette partie de Never Have I Ever pour sauver les apparences. »

Une question sans doute étrange, surtout que nous n'avions posé qu'une poignée de questions. Le regard curieux d'Emelyn s'était tout de suite dirigé vers le bleu, suivant l'échange avec le même intérêt que certains ont pour les feuilletons télés. Argus, un peu en retard sur tout le monde, regardait à droite à gauche, cherchant à qui cette question était destinée. C'est pas grave Gus, on t'aime quand même. Puis le principal suspect, lui, savait. Et c'était l'important. Souriant, soutenant mon regard, c'est avec cette arrogance que je lui aimais tant que Bertram avait prit une gorgée. Courte, presque à se demander s'il avait bu ou s'il avait simplement trempé ses lèvres. Mais c'était un aveu suffisant. Il aurait pu continuer de nier, montrer patte blanche et reprendre son petit air outré. Au lieu de cela, j'avais l'impression qu'il venait plutôt de me faire un tip of the hat, un signe de respect peut-être bien. Ou étais-je seulement en train de vouloir y lire plus que ce qu'il y avait ? Si ça se trouve il avait simplement menti à propos d'avoir séché les cours et ça n'avait rien à voir avec un crush et c'est de ça qu'il s'amusait. Bertram, se moquer de moi ainsi ? Avec méchanceté pour avoir avoué indirectement ce que je ressentais ? Je n'y croyais pas. Mon gut feeling, lui, savait que ce n'était pas ça. D'où, je suppose, ce sourire en coin victorieux que je n'arrivai pas à réprimer en ramenant mon regard à mon verre, laissant au passage apparaître une canine aiguisée. La satisfaction aurait presque suffit à me donner envie de prendre une nouvelle gorgée, mais dans le contexte de ce jeu il valait mieux éviter. Ça pourrait être interprété de toutes sortes de façon. D'autant plus que j'étais vraiment trop content pour rien, puisque ça ne signifiait rien du tout. Bertram était avec quelqu'un d'autre, alors ma petite victoire dans un jeu à boire... Plutôt insignifiante.

« Bon ! Une autre question facile. Je n'ai jamais... fumé ! »

Sans doute avait-elle plein d'autres questions en tête, mais Emelyn avait opté pour quelque chose de toujours aussi safe, sans doute aussi un peu curieuse de voir à quel genre d'activités s'adonnaient les amis de son fils. Cette fois, surprise, je fus le seul à ne pas prendre mon verre. Gus, c'était une évidence. Ma mère, je crois qu'elle avait arrêté quand elle était tombée enceinte. Bertram je m'y attendais aussi un peu, surtout parce que je l'imaginais assez curieux pour avoir voulu tenter lui-même. Ceci étant dit, je fus surpris par le fait qu'il l'admette devant une adulte et, surtout, qu'il en semble aussi fier. Et vu la réaction de mon meilleur pote, mon petit doigt me disait qu'il avait joué un rôle là-dedans. Le voilà qui avait terminé son verre et qui, tout souriant, se servait de nouveau. Ça volait haut, les médicomages de demain.

« Demain matin, première heure, je vous fais tous un cours sur le cancer du poumon. »
Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 941
Points : 2211
En couple avec : Ethan Stoker
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 16:23

I solemnly swear …. I’m going to run wild

Ethan Stoker & Bertram Godfrey & Argus I. Catwright

Heureusement qu’on peut compter sur Gus pour mettre l’ambiance ! On sait pourquoi c’est le meilleur ami d’Ethan en fin de compte et ses compétences de diversion n’ont rien à envier aux miennes. Et à sa question, j’attends docilement le revers de ma médaille. J’attends qu’Ethan se venge, enfonce le doigt là où ça fait mal qu’il presse sur ma culpabilité. Honnêtement je ne pourrais pas lui en vouloir, je l’avais bien cherché. Et même si l’opportunité est là, évidente, prête à être cueillie, il ne la saisit pas. Pourquoi ? Voilà qui me surprend un peu.

Peut-être que c’était à cause de sa bonté naturelle. Ou alors il avait simplement fait le choix de s’approprier ce changement. Je hoche vaguement la tête pour approuver ses dires. Ethan était unique de mille et une façons et son choix capillaire n’en faisait pas partie.

Et c’est là que le boomerang frappe. Evidemment. Bien joué, Ethan. Tu m’as bien cerné. Ce sourire en coin, je ne peux pas le réprimer. Il avait remarqué mon coup de bluff et je ne pouvais être plus fier de lui. Il avait mérité mon honnêteté avec tous les honneurs. Je sens son regard alors que mes lèvres trempent à peine dans le verre, l’air de ne pas y toucher. Ma langue roule dans ma bouche pour se faire mordre afin de pas sourire davantage.  S’il pouvait se voir de la façon dont je le vois là tout de suite, il saurait pourquoi Gus a un crush sur lui. Sûr de lui et triomphant. Peut-être même avec un poil d’arrogance et de fierté. Il ne m’avait jamais paru aussi fascinant.  Ethan n’était pas qu’un joli visage ou un ami trop bienveillant. Ethan qui, avec une certaine surprise, je devais l’admettre, s’était révélé comme un adversaire digne de ce nom. Capable de reconnaître mes stratagèmes et mes déguisement et pourtant...de toujours m’accorder de l’importance.

Le mauvais garçon des trois  n’est pas toujours celui que l’on croit.

Une supposition qui aurait pu être confirmée par mon aveu concernant la cigarette. Me tournant vers le poufsouffle le plus dévergondé des deux, je lui adresse un check avec mon arrogance mal placée. On sait tout les deux pertinemment qu’Ethan n’aime pas ça et d’ailleurs il en remet une couche sur le cancer du poumon. J’éclate d’un léger rire. Le revoilà, Ethan le scout toujours prêt.

On fume en connaissance de cause, il faut bien mourir de quelque chose, hein Argus ?



Si Ethan poussait la réflexion plus loin il devinerait qu’il y avait peu de raisons de fumer en connaissance de cause. Par habitude. Par provocation, pour attirer l’attention. Pour paraître cool. Pour se punir. Pour remplir un vide. Et vu sa chère et tendre maman, je soupçonnais qu’Ethan n’avait pas tant de vide affectif que ça à combler. Comment pouvait-il comprendre ?

C’était assez amusant d’observer les ravages de l’alcool sur mes deux comparses. Argus, déjà bien entamé était enthousiaste et prêt à rire. Qui sait ce que nous réservait le plus docile de la bande ? J’avais hâte de le voir et peut-être d’observer les effets de l’alcool sur son système sensoriel.

Bref, c’était à mon tour.

Je n’ai jamais pris de drogues



Une question gentille pour compenser. Je m’attendais à ce que personne ne boive mais vraiment et pourtant...La douce et gentille madame Stevenson lève son verre avec un sourire à la fois gêné et amusé. ET ARGUS AUSSI !!! Avec moins de fierté mais tout de même. Mes lèvres s’entrouvrent dans une expression de choc qui mute rapidement en sourire amusé. Le brun aux crocs acérés, lui, lance un regard désabusé à son camarade de chambre.

Nooooooooooon. Argus ?! Madame Stevenson ?! Alors comme ça vous avez eu une folle jeunesse ? Vous devez nous le raconter !




DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 338
Points : 837
En couple avec : la science
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus Sam 29 Déc - 18:46

Ethan explique, un peu vaguement, pourquoi il n'a plus envie de se teindre les cheveux. Tu hoches la tête, Gus, pas trop vite parce que ça commence à tourner. Ton regard est posé sur Ethan mais en vérité t'es déjà parti à dix mille kilomètres de là.

C'est trop profond c'que tu dis...

Tu serais pas un peu bourré toi, des fois? Je veux dire, plus qu'en arrivant? Tu t'en rends même plus compte en fait, et tu te surprends deux fois en train de porter le verre à tes lèvres alors que personne ne t'a demandé de boire. C'est le tour du semi-vampire, la question te prend de court mais tu ne bois pas, t'es un mec digne toi! (C'est ça.) Tu sens que quelque chose se passe autour de toi, quelque chose qui n'a pas de lien avec le fait que ta tête tourne et que t'as un petit coup de pompe. Soigner le mal par le mal, donc: quand la mère d'Ethan demande qui a déjà fumé, tu finis ton verre cul sec, et tu hoches la tête à la déclaration de Bertram. Tu pourrais même dire: mieux vaut ça que la tour d'astronomie, mais Ethan a mal pris la plaisanterie la dernière fois et tu n'as pas envie de remettre ça sur le tapis. Tu te contentes donc de checker le Serdaigle en échangeant avec un lui un regard complice. Partager tes clopes avait été un plaisir, et en plus tu y avais gagné une paire de lunettes galaxie pour Noël! Oh, elles allaient parfaitement avec le hoodie qu'Ethan t'avait offert... où est-ce que tu les avais mises? Tu fouilles la poche ventrale du dit hoodie, élargie par un sortilège d'extension parce que c'est plus pratique. Tu trouves un paquet de cigarettes justement, ton briquet, les clefs de ta moto (alors que t'es pas venu en moto... bien, Gus) ta baguette, ta paire de... gants? ah oui, c'est pour ça que t'avais un peu froid en venant. Où sont les lunettes? Tu cherches encore quand Bertram pose la question suivante.

Ok. Mais. Mais il a décidé de mettre tout le monde mal à l'aise, ce soir? Tu ne pensais pas que ce serait aussi dangereux de jouer avec lui... Tu te penches vers la table pour boire un nouveau verre de whisky-coca, honteusement, à sa question sur les drogues. Tu devines déjà le regard déçu d'Ethan et tu essayes de ne pas penser au fait que tu es en train de perdre toute crédibilité aux yeux d'Emelyn aussi... sauf qu'elle boit également. Tu ne sais pas si tu es plus choqué qu'admiratif. T'es pas loin de la demande en mariage en tout cas, ce qui te fait réaliser, enfin, que t'es complètement caisse.

C'était juste une fois pour essayer, okay?

Tu pointes directement Ethan parce que tu sais exactement ce qu'il est en train de penser. Comment a-t-il pu te côtoyer pendant neuf ans et ne jamais t'empêcher de consommer des substances illicites? Simplement parce que c'est pas ta mère. Tu essayes de combattre la culpabilité, parce que t'en as jamais eu jusque là: tu sais parfaitement ce que tu as fait, et surtout ce que tu n'as pas fait, et ce que tu ne referas jamais. Cette culpabilité, elle ne vient pas de toi. C'est difficile de lutter contre le côté maman ourse d'Ethan. Tu cherches un moyen de te rattraper, au fond, cette soirée, c'est pour que votre camarade s'amuse un peu, pas pour qu'il déprime devant la débauche évidente de ses deux potes. Donc. Tu te lèves (en vacillant légèrement) et tu pointes le bras vers Ethan façon Leonardo DiCaprio, pour affirmer quelque chose qui mettra tout le monde d'accord:

J'AI JAMAIS TROUVÉ QU'ETHAN EST LE MEILLEUR POTE DU MONDE!!!

Un peu trop enthousiaste, tu finis ton verre cul sec. Bien sûr, Bertram boit également. Tu te retournes pour vérifier que le fauteuil est toujours derrière toi, avant de te jeter un peu violemment en arrière. Chancelant, mais fier. Tu devrais peut-être sortir prendre l'air...
NEVER HAVE I EVER
New Year's Eve 2028
Londres
avec Bertram & Ethan
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus

I solemnly swear that I will get drunk this new year's eve ► Bertram & Argus
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Sujets similaires
-
» Stephen Chbosky
» Drunk Sovjet...
» [Revue] DRUNK
» ROBIN HOOD "AND SWEAR TO FIGHT TO THE DEATH AGAINST OUR OPPRESSORS" ART PRINT BY JEFF LAFFERTY
» Choix : D90 ou D5000

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Londres-
Sauter vers: