supernovas + archibald

Invité
Invité
avatar
supernovas + archibald Dim 30 Déc - 18:58



where burning supernovas seem like dying candle lights
dans le fossé de son coeur ulysse a beaucoup de place.
beaucoup de place d'abord pour sa famille, plus précisément pour ses grands-parents, beaucoup de place pour ceux de son dortoir, beaucoup de place pour shion et marie-lou - et beaucoup de place pour quelques autres. ces gens là qui résident définitivement ont un droit sur son bien-être, un passe-droit pour ses tristesses - et sûrement qu'il y'avait toi ou du moins il avait commencé à s’accommoder à l'idée d'accueillir un nouveau résident dans son coeur tout plein et tout vide à la fois.
l'amour le rend béat, idiot ; on lui a souvent dit à ulysse sa soudaine incontinence à cause des illusions passionnelles ; souvent il y croit dur comme fer, à aimer les mauvaises personnes.

sûrement était-ce trop beau pour être vrai dans la tragédie placide d'ulysse. pas de pénélope, pas d'attente, pas de tissage pour l'attendre - une fois l'épopée des vacances terminées il ne reste plus rien.
face à ton silence il était d'abord serein, puis anxieux juste avant de reprendre les cours - puis tristement brisé en tâtant ton ignorance. vous aviez beau vous voir, il n'y'avait plus rien des jolies mélodies.

les cordes de la lyre sont brisées.

ulysse a une fureur triste d'incompréhension et te déteste soudainement et pire encore - se déteste lui-même de t'avoir fait confiance. il est originellement désillusionné par l'amour fou - puisqu'il ne croit pas à celui qui est éternel - mais n'admet pas qu'on puisse l'abandonner sans un mot aussi salement, sans un mot.
il endort ses ressentiments tuméfiées par la raison, à regrets, et fait de toi un ennemi impossible à raisonner ; lui qui est toujours bien tranquille et qui n'a peur de rien, craint ton visage parce qu'il craint y voir ce qu'il a pu aimer dans vos jeux.

il s'avance en te cherchant du regard, sachant pertinemment où il veut te mener. il a au moins la politesse quand il te saisit fermement le bras, au détour d'un couloir en t'intimant de le suivre sans te demander ton avis, de t'adresser un mouvement de tête en guise de salut. il lui faut peu de temps pour renchérir, le ton sec.
pourquoi tu me fais ça ?
Archibald O. Jenkins
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Archibald O. Jenkins
Messages : 61
Points : 227
En couple avec : Lune Choi (maladroit et pas vraiment affirmé).
Re: supernovas + archibald Mer 2 Jan - 21:24


Supernovas
archie + ulysse
Oh, pauvre Ulysse. Pauvres vous tous ; pauvres eux ; c'était si dommage, gâché, dévasté. Pauvre monde, d'avoir engendré celui-là qui avait piétiné les gens heureux.

« Tu crois que tu me fais peur ? »

Oh pauvre monde ! Foutaises, balivernes ! Qu'il crève ce monde, ce monde qui a oublié de lui donner le manuel. Qu'ils crèvent tous, ces crevards qui le regardent, l'accusent !

« J'en ai rien à foutre, tu m'entends ? »

Qu'ils crèvent tous, et le regardent survivre, il était pas intimidé, il était pas effrayé, il allait la piétiner, cette vie de merde, il allait s'en sortir, parce qu'il s'en sortait toujours.

« Je t'aime pas, j'aime personne, et je t'ai jamais aimé, tu m'entends ?! Connerie de merde, tu m'entends ? Salope, salope, salope. »

Il balance son téléphone, il s'écrase devant le miroir de sa salle de bains, il contemple le monstre auquel il fait face, et il veut qu'il crève.

Qu'il crève, lui aussi, ce reflet de bâtard. Personne l'aime, et lui non plus, il l'aime pas, il veut juste que lui faire du mal. Il va lui faire croire et puis il lui dira qu'il aurait jamais du naître. Qu'ils crèvent tous, ces chiens. Qu'ils crèvent !

Et il rigole avec son rire de con.

« T'as failli m'avoir, mais ça tient pas. T'as failli m'avoir, mais t'es rien du tout, je t'aime pas, je t'aime pas. »

* * *

Ses mains sont blessées. Il aurait pu les faire soigner, mais il connait pas la formule, et il veut pas que quiconque le touche. Ca lui arrache un frisson, et il veut cogner quand on lui prend le bras. Il veut pas qu'on le touche, putain ! Et c'est cette salope qui l'emmène au loin, et il sent son sang bouillir en ses veines pourries.

Merde, qu'est-ce qu'il fout ? Il s'était entraîné, mais là il sait plus. Il connaît les mots : je t'aime pas, je t'aime pas. Il l'a dit plusieurs fois, et pourtant ça vient pas. Il y arrive pas, ça lui fait mal, partout, et il est muet, comme une tombe.

Il veut le frapper, mais même ça, ça vient pas. Salope de merde, qui le déstabilise, avec ses sentiments à la con. Des émotions ! Quelle connerie. Des émotions pour avoir mal, et puis quoi ? Cette pute aurait pas du réveiller les siennes. Les émotions du bâtard, du chien, sont dangereuses ; elles mordent.

« De quoi tu m'parles ? »

Il serre les dents, les mots sortent enfin, mais c'est pas ceux qu'il veut. Il veut lui faire du mal, il s'en est persuadé. Putain, pourquoi il peut pas ? Il peut pas. Le mensonge est trop gros, même lui il y croit plus. Il croit plus que tout ça c'était rien, et qu'il veut juste l'enterrer.

« J'ai rien à te dire. »

Des mots il en avait plein qui avaient écorché ses mains, dans des cris qui avaient brisé son miroir, dans des grognements sourds qui n'avaient même pas réveillé la salope et son client dont les gémissements résonnaient de l'autre côté de l'appartement.

« Qu'est-ce que tu croyais ? Je m'ennuyais c'est tout. »
Invité
Invité
avatar
Re: supernovas + archibald Ven 4 Jan - 0:28



where burning supernovas seem like dying candle lights
il n'y'a rien de plus terrible que ton immondice retenue. ne veux-tu pas lui infliger quelques ignominies une bonne fois pour toute au lieu de tourner autour des horreurs ainsi ? ne veux-tu pas l'insulter, le ruer de coups pour qu'il puisse te détester sans remords ? ainsi il perçoit tes failles, de ses hauteurs il devine la crevasse crée par votre relation infâme - c'est terrible, terrible !

quel pauvre idiot.

il n'arrive pas à te regarder tout sincèrement. et de toute manière tu ne verras jamais son regard comme lui ne l'a jamais vu, tu ne devineras jamais l'éclat de ses prunelles encore humides - et sa bouche sèche des vieux garçons qui ont espéré pendant trop longtemps.
il te tire encore jusqu'au placard à balais, ne te lâche sous aucun prétexte, et referme la porte derrière vous. il allume la lumière qui tamise vos peines, votre haine et toutes ces insanités.

tu te fous de moi ?

comment ça tu t'ennuyais ? ça sonne pas juste et peut-être car il ne connaît pas par coeur la mélodie de l'amour, il lui faut encore la partition pour en reconnaître les notes ; il ne veut pas te frapper, il ne veut pas te bousculer et ses muscles sont tendus - l'anxiété pend et le menace de l'écraser dans un hurlement. il est entre colère et dégoût. angoisse et abandon.
ulysse habituellement range tous ses mauvais sentiments dans la même armoire que le reste ; haine et euphorie sont voisines, apaisement et lassitude aussi - il ne fait que rarement le tri de ses émotions et si l'on décrit comme sincère c'est qu'en réalité, il renferme toute son intimité car il en a peur.
mais avec toi c'est un peu différent, car il s'est un peu ouvert, car il a un peu espéré, car il a fait l'erreur peut-être d'être autre chose qu'un être fait de réprimandes et de protection. il a abandonné son bouclier car il en pensait voir en toi un allié.

quel pauvre idiot.

il met sa main sur son masque pour se donner contenance et s'efforce de te dominer de toute sa grandeur sans jamais te toucher. il refuse ce drame. il refuse que ce soit réel.
comment ça tu t'ennuyais..? tu es sorti avec moi car tu t'ennuyais ? ou tu t'ennuyais avec moi ?
les deux lui paraissent terriblement plausibles et il ne sait pas quelle réponse il préfère.
Archibald O. Jenkins
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Archibald O. Jenkins
Messages : 61
Points : 227
En couple avec : Lune Choi (maladroit et pas vraiment affirmé).
Re: supernovas + archibald Mer 9 Jan - 23:42


Supernovas
archie + ulysse
Il répète les disquettes dans sa tête, ça résonne comme une chanson, le genre jingle agaçant qui colle au cerveau et qui fredonne au bord des lèvres. Mais ça a rien de mélodieux et ça l'emmerde, et même sur ses lèvres ça chante pas, il y arrive pas. Il se dit qu'il veut lui crever sa sale gueule mais de gueule il en a pas et il pourrait même pas le penser parce que quelque part il croit un peu qu'il l'a aimé. Quel con, mais quel con, pourquoi il lui dit pas, à ce couillon, qu'il l'aime pas et qu'il s'est juste foutu de lui, ça lui ferait des vacances et il partirait, mais il lui dit pas !

Il l'entendrait rire que ça lui ferait péter un plomb, il se dirait qu'il a fait exprès de réveiller ça en lui, pour le faire souffrir. Il lui a dit qu'il l'aimait et après il allait le bousiller, comme cette pute, sa mère, qui lui disait aussi qu'elle l'aimait. C'était toujours comme ça, les sentiments c'était pour les cons, et il était pas con Archibald, il était fort. Il était fort..

Alors quand il a vu Ulysse qui était si fort avec toutes les émotions qui se débattaient dans son cœur ça l'a tué un peu, ça l'a rendu jaloux ou peut-être effrayé. Peut-être qu'il était pas le plus séduisant dehors mais dedans sa beauté a rendu Archibald un peu plus moche. Ça lui a fait mal, et il a disparu.

« Arrête.. »

Il fourre ses mains dans ses poches, parce que ça lui donne un peu de contenance, il a l'impression que ça lui donne de la force, que s'il a l'air plus détaché il le sera peut-être vraiment. Et il se rassure un peu, ça le rassure ouais, mais c'est sans compter son cœur qui se réveille.  

« T'es chiant, c'est maintenant que tu m'ennuies. »

Il s'avance d'un pas, il fait le fier et il le repousse pas, il lui fait face, juste parce que ça lui plaît pas d'être coincé entre lui et le mur, de sentir que sa fuite est impossible. Si il peut pas fuir il attaquera, et il l'accusera de l'avoir forcé.

C'est ce qu'il fait, pas vrai ? Il cherche la merde, ce con. Il cherche la merde, c'est tout, et il se défend, Archibald. Il se défend, c'est tout ce qu'il fait.

« On a pas été en couple. Je t'aimais bien mais c'est tout. Bien, t'as compris ? »

Et ça lui fait mal, putain, de dire ça. Il avait préparé tellement pire, rien que ces mots-là le tuent.

« T'attendais que ça, que je te dise que je t'aime, mais je te le dirai pas, parce que.. »

Je t'aime pas. Ça sort pas, putain !

« Mais merde ! »


Invité
Invité
avatar
Re: supernovas + archibald Jeu 10 Jan - 0:35



where burning supernovas seem like dying candle lights
( musique ) tout à coup le masque devient étouffant. tout à coup il craint ces démons qu'il avait chassés loin, qu'il avait enfouis sous un tas de couvertures, un tas de couches de coton, un tas de choses très jolies, très douces, très confortables pour oublier la véritable couleur de la douleur. cela fait longtemps qu'ulysse n'avait pas reconnu un noir aussi profond. quelque chose qui hypnotise quelques secondes tant c'est douloureux, qui fige silencieusement sans qu'on ne puisse rien faire ; premièrement ce n'est pas vraiment de la souffrance non - ce n'est pas ça. tout d'abord c'est un choc irradiant et qui rend muet, un choc qu'on n'oublie et qui, avec du recul, nous paraît irréel : son existence est impromptue.
le masque est quelque chose qu'il veut arracher comme il le voulait à neuf ans, et à douze, et à quinze par instant de grands désespoirs de grandes lassitudes : c'est fatiguant de vivre en courbette pour plaire à l'humanité. il arrange bien ulysse car même si l'on l'aime beaucoup l'on n'a pas de remords quand il ne va pas bien. il a beau se prétendre sincère et honnête, quand il va mal c'est silencieux et rien ne trahit, rien ne dit, pas un froncement de sourcils, pas des traits tirés, pas des yeux vitreux ; alors c'est facile de prétendre qu'il n'a jamais de carences sentimentales. il ne se plaint pas. ne pleure pas. ne se rétracte pas. il enferme dans une très grande boîte tout cela parce qu'il s'en voudrait d'imposer quelque chose de muet aux autres, et on le sait tous : le supplice ne se dit pas. on ne dit pas que l'on agonise ainsi avec des mots, d'abord on tremble, puis on creuse nos joues, puis finalement nos fronts se déforment timidement et c'est l’apothéose de l'empathie. celui en face ressent alors terriblement et s'inquiète, son coeur se met à battre vite et il est en condition pour entendre et comprendre.

alors comment ulysse peut-il faire pour exprimer son tourment autrement qu'avec des mots ?
plus jeune il tapait, plus jeune il crachait quelques rejets pour qu'on lui foute la paix lui et ses brouillons de rébellion car il avait peur et que ce n'était qu'un enfant que tu n'as pas connu archibald, tu n'as pas connu cette colère chez ulysse. tu as connu la statue, et le chevalier, et l'amant et tout ce qu'il voulait te montrer - et voilà d'un coup il a à nouveau sept ans et il déteste à nouveau sa mère, marie-lou et tous ces gens-là qui sont liés à son inexistence. il a envie de pleurer. car il a l'impression que tu lui as volé tous ces trucs moelleux qu'il avait entassés pour poser un doigt insouciant sur sa plaie à vif.

ça serait si facile de prétendre qu'il n'y'a rien et que ça ne l'affecte pas quand il est là face à toi et face à toutes ces émotions dont il ne voulait plus, et il s'en veut car il a l'impression que c'est de sa faute au fond, et qu'il t'a menti surtout. car quand on aime quelqu'un on montre tout entier, et il a peur de ce noir, des obsidiennes qui sont pourtant bien lisses mais qu'il craint comme un mioche qu'on confronte à un traumatisme. ce noir qu'il a voulu te cacher inconsciemment et surtout les dissimuler à lui-même, il fait semblant de le révéler quand il parle de sa famille mais en réalité il ne fait que les évoquer sans les montrer, comme un lointain souvenir. ces vulgaires cailloux ne sont plus rien... plus rien, ils n'auraient pas dû interférer dans votre relation.

pourquoi es-tu tiraillé toi aussi ainsi ? il devine les mots. tu ne l'aimes pas.
il fige ses épaules et pense pouvoir tromper son monde. ça ne l'affecte pas, pas vrai ? il sent que c'est moite entre son minois et son masque. son coeur est lourd comme du plomb et il devine ce dont ceres lui parle parfois avec de jolis mots, des jolis poèmes, ce poids assourdissants.
tu es près, trop près et il craint ; il a le mouvement instinctif de te repousser de toutes ses forces car il a peur sans vraiment savoir de quoi - ce sont juste ses sentiments, qu'il avait oublié dans sa vie bien tranquille.
sa respiration se bloque et il a vraiment mis toute sa vigueur. tout son entrain pour une relation aussi courte que prétendument inoffensive, c'est pour cela qu'il n'aimait pas les gens de son âge, il l'avait oublié - ils flirtent sans conséquence alors qu'ulysse porte à chacun qui l'entoure un amour sain, profond et sincère.
et tant que l'illusion tient tout va bien.
c'est pour ça qu'il déteste sa mère aussi, et c'est triste que vous n'avez jamais parlé de vos génitrices ; car l'amour creux, ça résonne autant chez l'un et chez l'autre.
c'est peut-être pour ça que vous l'avez enfoui en prétendant en faire des forces.
ça saigne de partout et il recule d'un pas alors qu'il vient de mettre sa force dans tous ses bras engourdis tu sais - pour te repousser. sa voix tremble, et sa respiration s'agite étrangement
c'est faux... c'est faux... tu mens hein ? y'a toujours moyen on pourrait... en discuter calmement non ? on pourrait non ? et je pourrais changer pour être - moins ennuyeux ? on peut essayer ça..?
est-ce dramatique ? sûrement mais ulysse n'a que ça. que des mots, des mots, des mots. et il t'a déjà infligé une remontrance physique (moindre), et c'est mal. alors ces discours ressemblent à ceux des livres et il se sent ridicule mais si ça peut te revenir et si vous pourrez vous rasseoir sur ce tas de choses, sur ce tas de couvertures, ce tas de couches de coton, ce tas de choses très jolies, très douces, très confortables alors tout ira bien.


Dernière édition par Ulysse Beauchamp le Lun 28 Jan - 15:19, édité 1 fois
Archibald O. Jenkins
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Archibald O. Jenkins
Messages : 61
Points : 227
En couple avec : Lune Choi (maladroit et pas vraiment affirmé).
Re: supernovas + archibald Lun 28 Jan - 14:52


Supernovas
archie + ulysse
Il a pas l'habitude de ressentir si profondément son coeur battre. Il a pas l'habitude, et ça le fait flipper. Il est tout petit Ulysse, insignifiant, mais putain ce qu'il est grand face à lui, avec toutes ses émotions trop fortes et les torrents qui saccagent son intérieur. L'empathie c'est pas un truc pour lui. L'empathie ça se jette et ça se piétine, parce que ça fait du mal et rien d'autre. Mais quand il lui parle comme ça et qu'il se rappelle de ses doigts le long des siens, il a mal, et il maudit sa pute de mère de lui avoir appris les mots Je t'aime.

C'est qu'il l'aime pas, Ulysse, il l'aime pas il l'a jamais aimé, il l'aimera jamais. Il l'aime pas parce qu'il est rien, même pas un visage, comment on peut aimer un mec qui a pas de visage ? Mais son coeur tout ouvert ça le fend en deux, il le regarde et il se laisse pousser – il se fout bien que son dos craque contre le mur -, il se sent impuissant il reste là comme un con en silence et il est bouche bée.

Figé il le fixe, Ulysse, et il a envie de le sauver de lui-même. Il a compris que c'était une mauvaise idée, que de toute façon ça lui apportait rien du tout, mais c'est plus fort que lui, il veut lui dire va-t'en, va-t'en Ulysse, parce qu'à la fin tu ressors détruit. C'est trop tard pour ça, Archibald il est déjà passé du sauveur au bourreau.

A le regarder comme ça il songe que Ulysse c'est pas une victime. C'est une personne trop forte pour lui, qui se relèvera de cette histoire, qui deviendra fier d'avoir transcendé son état, pendant que Archibald lui il sera toujours le même bâtard imbécile qui aura rien appris. Putain qu'il l'envie, pas de vivre ça, mais d'avoir la force de se battre.

Il est fort Ulysse, ça le rend faible et ça le rend fou.

« Arrête »

Sa voix s'est étranglée dans sa gorge il est pas sûr d'avoir envie de dire ce qui lui vient, mais ça vient tout seul, ça glisse de lui. La culpabilité c'est pas son genre il préfère l'ignorer, mais quand elle te frappe la gueule avec une batte c'est plus compliqué.

« On peut rien essayer du tout, c'est trop tard. Je- »

Ca sort pas, putain, ça sort pas ! Il grogne.

« Je t'aime pas, ok? »

Il a pas voulu, il s'est trahi, il veut pas dire ça mais il l'a dit. Pourquoi il l'a dit ? Quel con, putain.

« Tu m'emmerdes avec tes niaiseries. J'étais seul, t'étais là, c'est tout. Tu croyais quoi ? Qu'on allait se marier et adopter un chien ? »

Il y croit même pas, il y croit pas parce que leurs rires étaient réels, et toutes les tendresses du monde à part. Ulysse derrière son masque, il l'a trouvé beau, et il ne l'avait pas feint ; parce qu'il est fort Ulysse, alors que lui n'est qu'un couard.


Invité
Invité
avatar
Re: supernovas + archibald Lun 18 Fév - 21:19



where burning supernovas seem like dying candle lights
il s'efforce se dire qu'il y était prêt à cette violence sentimentale, qu'il avait tout prévu et qu'il savait déjà à quoi s'attendre quand il s'est enfoncé dans cette pièce à tes côtés. c'est vrai, c'était simple de se dire qu'il n'y'avait rien d'imprévisible dans ton comportement.

pourtant il n'y'a rien de moins sincère que les ressentis au-dessus. ulysse d'une clairvoyance nette sur autrui, du moins quand son coeur n'est pas bouleversé, a fermé les yeux sur une évidence que tout le monde voyait. le seul idiot à y avoir cru jusqu'au bout, c'est sûrement lui ah - quel aveugle ! quel aveugle quand il s'y met et que tout crie au venin même pas dissimulé, ce n'est pas comme si tu te cachais du mal que tu faisais à tes amours. ce n'était pas comme si, effectivement, vous aviez prévu le mariage et de fonder réellement, quelque chose.
ça le ronge parce qu'il se demande : ne l'as-tu jamais aimé ? il n'arrête pas d'y penser, plus que la douleur de l'instant présent, à l'instar de ce poignard planté avec honte pour le faire taire comme tu viens de t'exécuter, ne l'as-tu jamais adoré comme il t'a admiré toi ? à ta façon ?

ulysse n'est pas vraiment exigent sur les détails de l’affection après tout il conçoit bien les différences qui s'opèrent d'un être à l'autre, sûrement qu'il se serait laissé marcher dessus un peu plus longtemps si tu l'avais voulu et que tu ne l'avais pas ignoré.

il s'était promis putain, de ne plus jamais approché les oiseaux de mauvaise augure naïvement. il en a perdu des plumes, auprès de pridemoore - et maintenant toi ! -.
ce grand béat, qui n'a connu là que des passions brusques ou maladroites comme avec milo à l'époque d'une adolescente tordue, s'est laissé avoir par des illusions trop adultes.
il retire son masque qu'il laisse tomber avec désarroi, dans un bruit sec sans drame, dans la simplicité d'une douleur mortelle et se met à chialer comme un gosse. c'est le surplus. il a peur, maintenant il fait trop noir et il ne veut plus te voir. il ne veut pas discerner ta lumière - ça lui donnerait trop d'espoir. il se laisse glisser le long du mur face à celui où il t'a repoussé pour trouver son appui au sol et cache son visage (ah que c'est risible, lui qui n'en a pas !) d'affamé fervent pour retenir l'ignominie que lui procure sa soudaine faiblesse.

il n'a que dix-sept ans.

d'un mouvement vague de la main qui t'indique la porte, il dégage ses doigts pour bafouiller quelques mots confus.
tu ferais... tu ferais mieux de partir...
c'est pour le mieux. sûrement pour toi comme pour lui. il faut cesser le massacre et abaisser les armes lyriques, tu vois bien qu'il est déjà à terre.

Archibald O. Jenkins
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Archibald O. Jenkins
Messages : 61
Points : 227
En couple avec : Lune Choi (maladroit et pas vraiment affirmé).
Re: supernovas + archibald Sam 23 Fév - 15:30


Supernovas
archie + ulysse
Il le regarde. Il le regarde parce qu'il peut faire que ça, mais il voit rien. Il voit rien, Archibald, parce qu'il est aveugle, parce que Ulysse porte un masque. Il voit rien et il sent tout, il a l'impression qu'un courroux s'abat sur lui, qu'il lui dit Tu es fier, maintenant ? Il a mal, il a le sentiment qu'il a merdé, que son cœur va exploser. Il a beaucoup de sentiments qui se bousculent dans sa poitrine qu'il croyait décédée. Il veut jurer, il veut trouver une solution, quelque chose qui le sauverait de cette culpabilité.

Mais il y a rien qui puisse, parce que Archibald il le sait, il est qu'un enfoiré. Il l'a pas aimé, et il pourra jamais lui donner ce qu'il veut. Il s'est attaché, il s'est détaché. L'amour il l'a piétiné. Alors il se demande pourquoi ça se fend dans son cœur, pourquoi ça pleure à l'intérieur de lui ? Il a pas si mal d'habitude, il fait l'autruche et ça marche bien.

Là, Ulysse est trop fort pour lui. Il a combattu avec les meilleures armes : il lui a dit de partir. C'est ça qui lui fait mal. Il attend que ça depuis le début, mais c'est ça qui l'achève. Il veut pas partir, Archibald. Il veut rester, effacer tout ça, lui dire qu'il sera toujours là. C'est trop tard, pour ça. C'était déjà trop tard quand ça avait commencé.

Il a la gorge qui se serre, il a le corps lourd. Il essaie.

« Ulysse.. »

Il abandonne, il est pas si brave. Il a des incompréhensions qui lui montent aux yeux. Il comprend pas, il veut peut-être pas comprendre. Est-ce que c'est mal, d'aimer sans amour ? De l'amour, il en a pas. Il y croit pas. C'est ce que cette pute lui a toujours appris.

Il serre les dents. Maintenant il veut plus lui dire d'aller se faire foutre, maintenant il veut retrouver l'amour qu'il lui donnait avant. Maintenant c'est un connard Archibald, et il déteste porter cette image-là.

« Je suis désolé. »

C'est la première fois qu'il s'excuse pour de vrai, il en est certain. Ça a failli lui défoncer la gueule tellement c'est dur à prononcer. Et honteux, coupable, en courbant le dos il est parti, sans adresser un regard à son...

Amant.


Contenu sponsorisé
Re: supernovas + archibald

supernovas + archibald
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Archibald dans l'aéroport de Mtl
» Archibald.W
» Les Supernovas
» DIAMANT (Archibald Dyker) [Diamondhead]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: