Come what may - Joy ♪

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Come what may - Joy ♪ Ven 11 Jan - 12:38




Suddenly the world seems such a perfect place


Tu tournes tel un lion en cage, incapable de rester calme, partagé entre l'excitation et l'angoisse. T'as hâte, Serafim, tu comptes les heures depuis bien trop longtemps déjà. T'as beau te répéter qu'il faut garder la tête froide, que ce n'est juste qu'un rancard, comme il y en a des milliards d'autres à Poudlard, tu ne peux pas t'empêcher d'espérer plus, de voir plus loin. Tu te dis que, peut-être, tu décrocheras une troisième entrevue avec Joy. Que, peut-être, cette troisième entrevue se fera sous un statut différent. Ta vie amoureuse t'a apprise à pourtant te méfier, à ne rien prendre pour acquis, à ne jamais t'emballer parce que le cœur est une machine instable et hors de tout contrôle. Des espérances et des déceptions, t'en a vécu 86. Mais avec elle, c'est différent. Avec elle, tu te redécouvres à tel point que t'en est venu à te questionner sur toutes tes expériences passées. Elle est spéciale, incroyablement spéciale. T'es sûr et certain de n'avoir jamais ressenti ça avant. C'est comme un vertige qu'on veut voir durer longtemps. Ce n'est pas unes de ces sensations éphémères qui après une nuit de sexe et quelques moments d'intimités disparaissent. Joy ne fait pas partie de ses visages sur lesquels tu as flashé, mais que tu avais eu vite fait d'oublier une fois la porte de ta chambre passée. Joy reste, Joy prend de la place. Et, si ça a quelque chose d'effrayant et de perturbant, ça n'en est pas moins incroyablement excitant. Tu te sens vulnérable et faible face à elle, mais ça ne te dérange pas plus que ça. Au contraire, tu en arrives à être même curieux de voir jusqu'où elle va t'atteindre, jusqu'à quel point elle mettra à mal ton quotidien. Oh, tu l'attends Serafim, t'as l'impression de n’avoir attendu qu’elle. T'as une demi-heure d'avance et c'est une première dans ta vie. T'as une demi-heure d'avance et c'est bien la première fois que tu t'en réjouis.

Les mains dans les poches, le visage enfoui sous ton écharpe et la tête bien au chaud dans ton bonnet, tu serres doucement le coquillage que tu t’es cassé le cul à récupérer et qui t’as presque valu une castrage expresse de la part de Béring. T’as peut-être failli perdre tes bijoux de famille ce soir-là, mais tu n’as aucun regret. Andy t’a confirmé que c’était le cadeau idéal, qu’avec ça Joy ne pourrait que craquer. Tu laisses un sourire con s’emparer de tes lèvres en imaginant sa réaction. T’es légèrement impatient à l’idée de lui fourrer ton présent dans les mains. Tu sais que le timing est important, tu ne voudrais pas griller toutes tes cartes dès la première demi-heure. T’avais, au départ, dresser une liste, tout un plan pour faire de ce rendez-vous LE rendez-vous parfait. Mais tu savais très bien, aussi, que s’en tenir au plan, c’était loin d’être ta qualité première et que tu aurais bien vite fait de laisser parler ton impulsivité et ton don à l’improvisation. Un coup d’œil à ton portable t’indique qu’elle ne devrait pas tarder à arriver. Tu respires un bon coup, tu sors tes mains de tes poches pour les frotter entre elles dans une tentative de contrer le froid et tu commences à t’avancer vers l’entrée de la patinoire, point de départ de ce nouveau round.

Tu avais profité de ta demi-heure d’avance pour faire le tour des stands et voir ce qui serait intéressant à faire ou pas. Le lieu proposait pas mal d’activité et surtout beaucoup… Beaucoup de bouffe. Bon, ce n’était pas glamour dit comme ça, mais, vu comment ton cœur faisait le yoyo depuis que tu avais quitté le dortoir, tu te doutais bien qu’un bon truc bien gras serait le bienvenu assez rapidement. T’envoies un petit sms à la jolie brune pour la prévenir de ton arrivée et tu attends. Tu replaces maladroitement quelques mèches, vérifies bien que tu sens bon le parfum et que tu as l’haleine fraîche et enfin, tu te sens prêt. Joy ne tarde d’ailleurs pas à se montrer. Belle, incroyablement belle, avec son sourire étincellent et ses yeux pétillants. Tu laisses ton visage s’éclaircir d’un large sourire et tes yeux s’emplir d’une tendresse que tu ne cherches même pas à cacher. Elle est là et tu fais quelques pas vers elle, en te disant que quoi qu’il se passe ce soir : t’as déjà tout gagné.

- « Hey toi. »

Tu pourrais presque te pencher pour t'emparer de ses lèvres que tu rêves de goûter, tu pourrais presque fourrer ton visage au creux de son cou chaud, mais tu te retiens. Tu ne veux pas la brusquer ou aller trop vite. T'as beau ressenti des choses pour elle, il n'y a encore rien d'officiel. Pourtant, tu te perds dans ses yeux, tu sens déjà ton plan partir en fumée et ta conscience te dire « Ok, c'était bien la peine de passer 3 h à faire des schémas en cours de langue gros con va. »

- « J'ai une surprise pour toi. T'as été sage ? »

Tes prunelles azur prennent alors un éclat rieur et tes lèvres se dressent dans un rictus joueur. Ouais. Fuck le plan. Au diable les projections et les questions. Elle est trop belle pour que tu puisses réfléchir et trop enchanteresse pour ne pas te laisser hypnotiser par l'instant présent.


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Lun 21 Jan - 2:20

I wish I could tell you
all I think of
C’était enfin le grand jour. Tu avais attendu impatiemment ce second rendez-vous comme si c’était celui qui allait tout déterminer, et en quelque sorte c’était le cas. Depuis le rencard arrangé par ta meilleure amie, tu avais passé beaucoup de temps avec le jeune homme, que ce soit dans les cours, le salon commun ou la grande salle lors des repas partagés entre élèves. Cependant, ce n’était jamais dans un cadre aussi intime, aussi romantique. T’avais eu le temps de découvrir Serafim davantage et de t’attacher à ses mimiques bouffonnes et ses sourires si innocents et pourtant si ravageurs, d’en venir à chercher sa compagnie et d’attendre ses câlins. Oh, vous aviez été si sages Joy, Andy en serait fière, mais tu ne comptais pas te retenir éternellement.

Si cette rencontre s’avérait aussi déterminante, c’était justement parce que tu t’étais juré que ce serait la dernière où tu écoutais la sagesse de ta préfète en chef. Ce n’était pas dans tes habitudes d’attendre, de repousser le moment où tu te délecterais d’une étreinte charnelle plus que plaisante, alors tu comptais bien redevenir authentique avec le jeune homme dès le prochain rendez-vous. Tu ne doutais plus qu’il y en aurait un autre, plusieurs autres même. Ce rencard n’était qu’une formalité dans ta tête parce que tu connaissais déjà l’issue de ce moment partagé, ton cœur étant déjà séduit par le beau Gryffondor et ce, depuis plusieurs jours déjà.

T’étais en route pour la patinoire, lieu déterminé par Serafim pour votre rendez-vous, lorsqu’il te confirme son arrivée par message texte. Rassurée de le savoir déjà sur place, tu ranges l’appareil dans les poches de ton manteau et enfiles à nouveau tes mitaines. Un bonnet avec pompon bien calé sur la tête et ton foulard aux couleurs de ta maison enroulé à ton cou, t’étais bien équipée pour faire face au froid qui prenait tranquillement possession de Poudlard en cette mi-décembre. Pourtant, le froid, tu le sentais à peine tellement tu étais excitée à l’idée de revoir le brun, ton cœur battant la chamade à la seule pensée de pouvoir te caler dans ses bras lorsque tu le verrais enfin.

Il apparaît enfin dans ton champ de vision quelques instants plus tard. Souriant, comme toujours, et ses lèvres étirées incitent les tiennes à venir creuser tes joues davantage. Ton regard brillant le détaille doucement juste avant que tes bras ne se permettent de venir l’enlacer tendrement pour te glisser contre lui. Les effluves de son parfum chatouillent encore ton nez lorsque tu fais finalement un pas en arrière pour l’observer. « Salut toi. » Vos regards sont fixés l’un dans l’autre, se détaillent, s’observent. Il annonce une surprise et, par réflexe, tu prends un air de malice, tes prunelles le défiant presque d’oser dire que tu n’étais jamais sage – ce qui ne serait pas tout à fait faux, mais vu comme tu t’étais retenue pour l’embrasser pendant plus d’une semaine, tu méritais amplement le titre cette fois-ci. « J’suis toujours sage. Surtout quand il est question de surprise. »

Tu t’animes Joy, parce que peu importe la situation tu veux jouer, tu veux que les résidus de ton cœur d’enfant puissent s’épanouir un peu. Pourtant, t’essaie de retenir ta curiosité. L’enfant qui se fait annoncer que quelque chose d’inconnu l’attend sera toujours porté à tout faire pour deviner, pour s’approprier son dû, et tu ne fais pas exception à la règle. Tu te mords la lèvre en serrant des poings doucement pour tenter de te contenir. Retiens-toi, retiens-toi, retiens-toi… « C’est quoi la surprise? » Une voix de gamine qui s’élève faiblement, comme gênée de se manifester. Et y a de quoi quand t’as mis autant d’énergie à la retenir.
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Lun 21 Jan - 11:39




Suddenly the world seems such a perfect place


Son odeur t'enivre et tu ne résistes pas à la tentation de quitter la chaleur de tes poches pour venir perdre une de tes mains dans les boucles brunes de la Gryffondor. La pressant un peu plus contre toi, tu réalises ô combien cette semaine avait mis ta patience à rude épreuve. À quel point ce contact n'était pas comparable à ceux autorisés en public. À quel point tu brûlais de la sentir de nouveau contre toi, sans tabou, sans Andy pour vous lancer le regard du tigre comme une matriarche des bonnes mœurs. Elle avait été là tout du long, Joy, mais elle t'avait manqué. Cruellement manqué. Tu savoures jusqu'à la dernière seconde vôtre étreinte avant de lui sourire avec une tendresse non-dissimulée. Son sourire étire le tien, comme contagieux, et lorsque son visage prend l'apparence de celui d'une enfant pleine de curiosité, tu ne peux t'empêcher de jouer avec elle, de la faire languir quelques secondes, juste pour le plaisir de te délecter de ses expressions.

- « Hm, finalement, je devrais peut-être attendre la fin de notre rendez-vous pour t’asséner le coup de grâce et te faire fondre, non ? »

Tu l'observes, avec un petit air à mi-chemin entre le défi et l'envie de jouer. Ta main toujours perdue au milieu de ses boucles, à caresser doucement du bout des doigts son crâne tandis que de l'autre, tu serres doucement ton cadeau au fond de ta poche, attendant encore quelques secondes supplémentaires, contenant ton impatience, juste pour la faire sourire, juste pour voir son visage se mouvoir en une myriade d'expression, parce que tu veux toutes les découvrir, ses expressions.

- « Je rigole. Ferme les yeux, tend tes mains et surtout, on ne triche pas, princesse. » Tu quittes le refuge de ses cheveux pour sortir enfin ton coquillage de sa cachette. Vérifiant qu'elle ne tente pas de découvrir avant l'heure ton présent, tu finis par poser délicatement le trésor marin entre ses mains. Tu te sens comme un gosse, comme un gosse qui montre une bonne note à ses parents. Impatient, légèrement stressé mais euphorique car fier de sa prouesse. « Tu peux ouvrir les yeux. »

Tu lui laisses quelques secondes pour observer son cadeau. Vus comme ça, ça ne paye pas de mine, mais tu mises tout le romantique de la chose sur tes explications. Avec tes explications et… Ce que tu lui réserves ensuite.

- « Dans ma tribu, on a pour coutume d’offrir ce coquillage à la fille qui nous plaît pour lui signifier qu’on voudrait la revoir, vraiment la revoir. C’est une façon de lui dire qu’elle est spéciale. C’est un peu comme… Votre Saint-Valentin sans l’aspect commercial et en moins calorique. Je me suis dit que c’était un cadeau original et un peu plus personnel qu’un bijou. Je voulais… Heu… Te trouver quelque chose d’unique, qu’aucun autre garçon n’aurait pu t’offrir. »

Tu rougis en lui disant ça. C'est un peu ton cadeau de Noël en avance, une part de toi que tu lui livres. Parce que tu veux lui faire comprendre qu'elle est unique à tes yeux, qu'elle est spéciale et que tu ne veux pas seulement te contenter de quelques rendez-vous avec elle. Tu veux plus. Tu veux pouvoir apprendre à la connaître, tu veux pouvoir la prendre dans tes bras, tu veux te réfugier dans le creux de son cou, tu veux pouvoir lui dire ces mots que tu n'as jamais dit à personne. Tu veux les dire à elle et à personne d'autre.

- « Je sais qu'il est encore un peu tôt pour Noël, mais comme tu rentres chez toi pour les fêtes. » Tu lui souris, tu profites de sa contemplation pour oser briser les quelques centimètres qui vous séparent et embrasser la commissure de ses lèvres, son souffle chaud caressant ta joue. Ta main vient alors chercher la sienne, tendrement, sans brusquerie. « Est-ce que… Ça te plaît ? »



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Lun 21 Jan - 19:02

I wish I could tell you
all I think of
Reporter la surprise. Oh non, il n’oserait pas. Ta moue mi-excitée mi-penaude se transforme en celle d’une gamine prise en faute. La bouche entrouverte, tu ne sais quoi répondre, trépignant d’impatience de découvrir ce qu’il te réserve sans vouloir lui reprocher vivement qu’il ose annoncer la surprise sans la donner immédiatement. C’était la pire chose qu’on pouvait te faire subir enfant, parce qu’alors la nature du cadeau devenait le centre de tes préoccupations et tu avais bien du mal à fonctionner sans cesser de t’imaginer ce qui était tant convoité. Un véritable problème dans ton cas.

T’as pas le temps de protester qu’il te rassure en te demandant de fermer les yeux, ce que tu fais sans te faire prier en tendant les mains bien devant toi. Sa main quitte ta chevelure et tu espères secrètement qu’elle y reviendra prochainement, appréciant la douce caresse remplie de tendresse. Quelque chose de léger se presse finalement contre tes paumes et, une fois le signal donné, tu te permets un regard sur le cadeau apporté.
T’es sans mots, Joy.

Il t’avait offert un coquillage, si fin et délicat, aux couleurs uniques. Et l’histoire qui accompagne ce cadeau te donne presque les larmes aux yeux tellement la signification de cette surprise est précieuse. C’était un peu une façon détournée de te dire qu’il voudrait que vous sortiez ensemble et le romantisme qu’il donne à ce moment te comble d’une joie certaine. « T’es bien le premier qui m’offre un coquillage… » Ses lèvres se pressent sur ta peau mais t’es trop saisie par ce joyau fragile pour réagir sur le coup. Tu prends cependant le temps de lever les yeux pour les plonger dans les siens. « Et c’est magnifique, je l’adore ! Merci beaucoup. »

Tu glisses délicatement le coquillage dans ta poche comme s’il s’agissait d’un trésor à protéger en le remerciant de tes prunelles embuées. Une autre façon de le remercier te taraude toutefois, une manière beaucoup plus directe et… démonstratrice. Face à votre proximité, tu optes pour cette nouvelle option, glissant doucement ta main derrière sa nuque pour t’aider à te surélever légèrement. Vos regards se rencontrent et tu unis tendrement vos lèvres en une première étreinte, te régalant de ses lèvres douces que tu rêvais d’embrasser depuis votre premier rendez-vous. Avec ta promesse d’être sage tu avais préféré attendre que de subir les remontrances de ta meilleure amie, mais maintenant qu’elle n’était plus là pour vous surveiller, tu pouvais laisser libre-cours à tes envies et pulsions.

Sa main toujours dans la tienne, ton pouce caresse le dessus de sa main avec douceur, vos lèvres toujours unies. Tu romps finalement le baiser sans oser reculer, ton souffle saccadé se mêlant au sien et tes prunelles détaillant les traits de son visage, cherchant à découvrir si tu avais été trop loin, si la commissure de tes lèvres n’était pas la limite qu’il s’était lui-même fixée. Avec un autre garçon, tu n’aurais pas hésité à aller plus loin et à l’embrasser encore et encore, mais avec lui, avec ce jeune homme avec qui tu aimerais construire plus que quelques moments charnels, tu ne voulais pas oser. Pas tout de suite alors que votre relation était toute fraîche. « C’était très romantique, merci beaucoup Sera. Ce sera mon cadeau de Noël préféré. » À voir si tu parlais du baiser ou du coquillage, nul ne le saura.
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Mar 22 Jan - 0:50




Suddenly the world seems such a perfect place


Proximité et tentation. C’est un moment suspendu que tu partages avec elle, Sera. Le monde n’existe plus, le brouhaha de la foule s’est tu. Ta conscience aussi par la même occasion. Et, dans un sens, ce n’est pas plus mal. Parce qu’elle est bien gentille ta conscience, mais elle ouvre un peu trop sa gueule ces derniers temps. Tu te laisses aller, tes lèvres n’ont jamais été aussi proches des siennes. Presque peau contre peau, tu n’as plus froid, c’est comme une espèce de bulle de chaleur qui enveloppe ton visage. Tu n’augmentes pas la distance entre vous, non. Tu restes là, dans cette proximité intimiste, rechignant à quitter des yeux ses prunelles, ses lèvres qui t’appellent. Ta voix est un peu plus rauque et chaude en cet instant, Sera. C’est presque un murmure, un ton que tu ne connais pas. Est-ce l’excitation qui te fait prendre ce ton-là ?

- « Hé, ça a de la gueule, hein ? C’est le charme du old school. »

Tu lui souris, mais ce n'est pas le sourire innocent dont toi seul à le secret. Il y a quelque chose entre vous, une tension, quelque chose d'électrique. La commissure de tes lèvres s'élève légèrement, mais tu sens bien que l'expression que tu lui livres à quelque chose de légèrement animal, quelque chose qui trahit l'effet qu'elle te fait et les battements de ton cœur quand ses prunelles se plongent dans les tiennes. Ton rythme cardiaque s'accélère. Un frisson parcourt ta nuque alors que ses doigts délicats prennent place. Tu sens qu'elle se surélève légèrement et tu accompagnes sont effort en baissant légèrement la tête. Vos lèvres se frôlent, se touchent puis enfin s'embrasse pleinement. C'est l'explosion. Tu rates la reprise, pendant une seconde, tu es en apnée. C'est comme aspirer avant le grand saut. Cette seconde de battement où tout se décide. Cette unique seconde. Celle d'avant ne compte plus, celle d'après non plus. Il n'y a que cette unique seconde suspendue. Et, lorsqu'enfin la petite aiguille se remet en marche, c'est l'explosion. Le déversement d'un flot infini d'émotion. Mélange d'ecstasy et de morphine, qui apaise et revitalise en même temps. Tu presses légèrement sa main, tandis que ton bras passe derrière son dos pour l'enserrer un peu plus contre toi. Tu te délectes du nectar de ses lèvres et tu te demandes comment tu as fait pour te retenir une semaine de plonger dans cette ivresse.

Vos lèvres se décollent, mais la puissance du moment ne disparaît pas pour autant. Tu restes accrocher à son regard, tes doigts caressant son dos d’un geste tendre. Au vu de ce qu’il s’est passé, tu peux dire sans rougir que ton cadeau est une franche réussite. Tes lèvres s’étirent dans un sourire tandis qu’elle te remercie. Tu te demandes si ces mots sont pour le baiser ou le cadeau.  

- « J’en suis honoré. La soirée vient juste de commencer, ça te dis d’aller voir s’il n’y a pas moyen de faire du 15 décembre ta soirée préférée aussi ? »

Tu la dévores du regard, Sera. Tu veux la marquer autant qu'elle te marque. Le goût de sa bouche te manque déjà, et même si tu lui proposes de poursuivre la soirée pour voir où vous mènera vos envies, tu n'as pas esquissé le moindre geste pour te séparer d'elle. Au contraire, même, tu frôles de nouveau ses lèvres, contact électrisant et enivrant. Les doigts présents sur son dos remontent sur sa joue que tu caresses du pouce. T'es foutu Sera, t'es totalement foutu. T'as perdu et tu le sais. Tu ne pouvais que tomber raide dingue d'elle. T'avais plus besoin de faire dans le conventionnel, t'avais déjà grillé toutes les étapes. T'étais tombé, Sera. Jamais tu n'aurais cru la chute si agréable. De sa joue, ton pouce vient caresser ses lèvres, tu laisses quelques secondes passées avant de sceller votre second baisé. Tu t'enivres une nouvelle fois de ce contact, et lorsque tu le brises, il n'y a plus que tendresse dans tes yeux. Tu ris dans un tic un peu nerveux, tu profites de cette sensation de revivre de nouveau. Front contre front, tu fermes doucement les yeux et lui caresse une dernière fois la joue. Puis tu t'éloignes un peu, tu rougis Sera.

- « Madame. » fis-tu en lui faisant une révérence exagérée « Votre humble serviteur se propose d’aller vous distraire en vous faisant explorer les merveilles de la patinoire de Poudlard. Est-ce que Madame accepte et désirerait porter connaissances de ses envies à son dévoué hôte ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Mar 22 Jan - 22:41

I wish I could tell you
all I think of
T’es rassurée de le voir aussi détendu après avoir franchi cette étape dans votre relation, incertaine s’il désirait t’embrasser ou non lorsque tu avais toi-même provoqué le baiser. Maintenue pressée contre lui, tu peux observer son sourire qui s’étire, ce même sourire qui te faisait fondre encore et encore, qui provoquait une nuée de papillons dans ton estomac et qui chavirait ton monde tout entier. Tu aimes sentir son regard affamé sur toi, savoir qu’il te veut autant que toi tu le veux aussi, qu’il se retient lui aussi pour t’embrasser à nouveau. Tu aimes être l’objet de son désir, être source de tentation tout simplement. Mais plus encore, tu voulais que ce soit lui qui te convoites comme tu le convoitais lui.

Tu hoches la tête en guise de réponse à sa question, lentement, trop saisie par son regard tendre et la caresse de son pouce sur ta peau chaude pour répondre de vive voix. Oh, tu savais pourtant Joy que ce serait l’un des moments que tu chérirais de ta relation avec Serafim, une soirée inoubliable qui illuminerait décembre. T’étais captivée, complètement subjuguée par ce regard qui t’avait séduite dès votre première rencontre et qui, aujourd’hui encore, te dévoilait toute la tendresse et l’affection dont le jeune homme semblait pouvoir faire preuve. C’était comme si le monde s’était figé autour de vous pour vous laisser dans une bulle d’intimité et de découverte qui vous avait fait défaut avant ce moment. Les regards qui s’y échangeaient n’étaient pas innocents et dépourvus de sentiments, tout comme ce second baiser qui te rend si légère que tu ne sentirais presque pas tes genoux trembler sur le coup.

Le cœur battant la chamade et les frissons qui parcourent ta peau sont des signes bien évidents que tu ne peux plus reculer en arrière, t’es déjà raide dingue amoureuse de lui. Blessée par la flèche de Cupidon, mais tu ne ressens pas la douleur quand tu es au septième ciel entre les bras du Gryffondor, dans un cocon d’amour et d’affection pure que tu comptais bien lui rendre au centuple.
Tu le laisses s’éloigner sans rouspéter, l’observant exécuter une révérence digne du théâtre en pouffant de rire. « Attention, si tu commences à me traiter en princesse je vais devenir habituée et être très chiante. » T’étais effectivement du genre à te prendre au jeu malgré toi, et si tu ne voulais pas exiger un diadème et une robe de princesse d’ici la fin de la journée – de quoi chambouler ton existence portée sur la simplicité – il faudra minimiser ces occasions royales. « Et patiner c’est PARFAIT. » T’avais des étoiles dans tes yeux, plongée dans tes souvenirs d’enfance. Petite, c’était une tradition d’aller patiner avec ton père et tu avais toujours affectionné ce sport d’hiver. Plus que le ski, t’avais jamais compris comment faire sans tomber. Avec ton court historique de patinage artistique, ça devait nécessairement jouer sur tes perceptions aussi. « Pas cap de faire des sauts de biche sur la glace. » Et le jeu est de retour, le regard malicieux et les lèvres étirées en un sourire en coin lourd de sous-entendus. Qui sait, tu parierais peut-être quelques baisers par-ci par-là s’il se prête au jeu… Et peut-être plus.
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Mer 23 Jan - 11:36




Suddenly the world seems such a perfect place


Princesse ? Oui, tu pourrais la traiter en princesse. Tu pourrais également la traiter en Reine ou en Impératrice. Mais tout cela n'avait pas tellement d'importance, n'est-ce pas ? Parce qu'au fond, quelque que soit ta galanterie exagérée, tu sais que tu reviendras toujours à cette même tendresse, à ce jeu dangereux que tu as déjà perdu d'avance. Parce qu'au-delà du romantisme, il y avait ton esprit enfantin. Ce petit casse coup impossible qui fonçait tête baissée pour le simple plaisir de se plonger dans l'inconnu. Parce qu'il y a en toi, Sera, cette légère inconscience qui fait que tu ne seras jamais le bellâtre charmant des contes, mais le pauvre du village maladroit, sans filtre. Pour être franc ça ne te dérange pas. Ce serait foutrement ennuyeux, de ton avis, d'être Charmant. Passer sa vie avec un balai dans l'arrière-train, non, très peu pour toi.

- « Ohoh, parce que tu penses pouvoir rivaliser avec mon niveau de chiantise ? Joy, je suis la bête, Gaston, Le Fou, Lumière et Zip à la fois. Ne t’en fais pas, entre deux gestes de galanterie, je trouverais bien de quoi t’embêter un peu. »

Tu lui lances ton sourire et ton regard le plus innocent tout en savourant d'avance le moment où tu lui foutras un peu de neige dans le creux du cou pour démarrer les hostilités et voir qui de vous deux est le plus gamin. Très franchement, tu penses que vos deux niveaux se valent, mais… Ce n'est pas comme-ci tu allais te priver d'aller vérifier tout ça en t'engageant dans une bataille de boule-de-neige avec option bisou. La brune te prend cependant de court lorsqu'elle t'annonce vouloir patiner. Arf ! Ton seul point faible. En même temps, t'es con, tu l'emmènes à la patinoire, tu t'attendais à quoi ? À faire du tricot ? Cependant, tu ne te laisses pas démonter pour autant. Certes, tu es une merde ambulante sur patin mais il est encore temps d'apprendre et avec une si jolie professeur, tu ne doutes pas d'être particulièrement attentif.

- « Des sauts de biches, je ne sais pas. Par contre, je peux te faire une reproduction très fidèle de la scène de Bambi sur la glace. Tu sais, quand il fait l’étoile parce qu’il n’est pas foutu de tenir débout. » Tu lui annonce ça avec fierté, comme-ci te ramasser en moins de cinq secondes sur la glace était une performance impressionnante. « On va instaurer des règles, pas de snap ou d’envoi de photos de moi le cul par terre à Andy. Par contre, tu peux te faire plaisir et me mitrailler autant de fois que tu veux, c’est plutôt plaisant de se dire que ma tronche va potentiellement surcharger ta mémoire de téléphone. »

Un clin d'œil joueur, une main tendue, et quand tes doigts glissent entre les siens, tu l'entraînes direction la patinoire. Il y a du monde et ce n'est pas plus mal. Tu te dis que, comme ça, tu n'auras pas de mal pour trouver un punching-ball humain sur lequel te cogner pour amortir tes futures chutes. Parce qu'il est sûr et certain que tu ne ressortiras pas de cette patinoire sans un gros bleu en forme de papillon sur la fesse droite. Tu loues les patins, donnes les siens à Joy et enfourche les tiens. La vision de la lame sous la semelle de la chaussure te fait comprendre que tu as tout intérêt à ne pas y foutre tes doigts. Tu notes soigneusement, dans un coin de ta tête, cette information avant de te lever un peu gauchement, tous tes muscles tendu pour maintenir un équilibre plus que bancale.

T'as l'air d'un petit vieux qui traîne des pieds jusqu'à la glace. Pour autant, t'es conscient que le plus dur t'attend dans genre… trois secondes. Arrivé au bord de la patinoire, tu regardes Joy, à l'aise comme un poisson dans l'eau et toi qui, timidement, pose un pied sur la glace en te tenant à la barrière. Un pied. Deux pieds. T'es pas tombé, c'est un miracle, tu te dis que le dieu de la séduction est peut-être de ton côté et que tu vas potentiellement pouvoir faire des sauts de biche sous peu. Tu balances un sourire triomphant à Joy, non sans une petite lueur de défis dans le regard.

- « Haha ! C’est pas si compliqué que ça fin-» Dit-il en se ramassant lamentablement, preuve vidéo à l’appui.

Come what may - Joy ♪ 1548239708-tumblr-mfphuuhpoi1ql8i2xo6-250



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Jeu 24 Jan - 17:02

I wish I could tell you
all I think of
Tu l’observes, le regard soudainement plein de points d’interrogations. Tu n’as absolument aucune idée de quoi il parle, ses références te donnant une vague idée de l’image que ça devait créer mais sans plus. Au moins, ça promettait une relation pleine de rebondissements qui ne se fanerait pas avec le temps, de ce que tu comprenais. Se faire traiter comme une reine c’était bien agréable mais tu te concevais mal ne pas jouer et t’amuser autrement que juste avec des roses et du romantisme. La vie est un balancier de beaucoup d’éléments après tout pour se contenter d’une seule chose en concentré, il faut aller chercher un peu de tout ce qui crée le bonheur pour atteindre un ensemble plus satisfaisant.

« Te retiens pas pour m’embêter mais le prends pas mal si j’le fais aussi, j’aime bien embêter ceux que j’apprécie. » Matthew, Orianna, Andy, Sharl, Harry… Tout le monde y était passé, c’était un peu obligé une fois que tu t’attachais à quelqu’un. Tu aimais la provocation et la taquinerie, ça a toujours été plus fort que toi.
Sa référence à Bambi t’arrache un haussement de sourcil bien prononcé et un éclat de rire bien franc. « Tu veux dire… Que tu m’amènes patiner… Mais que TU SAIS PAS PATINER?! » T’es limite choquée, trop surprise pour dire autre chose que ce qui a franchi la barrière de tes lèvres. Tu prêtes attention à ses règles, appréciant silencieusement son don d’autodérision si rare par ces temps. « Ok, je vais t’apprendre et te prendre en photos pour noter comment t’es devenu super bon trop vite. On fera un album photo de Serafim patine. » Tu t’esclaffes, sérieuse dans tes intentions de le capturer dans l’appareil à de nombreuses reprises sans réellement penser faire un album, et agrippes doucement sa main, caressant ses doigts distraitement.

L’endroit était relativement bondé, mais ce n’était pas plus mal, ça donnerait une certaine ambiance au lieu fréquenté par bien des élèves. Une fois les patins loués par ton compagnon, il ne te faut que quelques minutes pour les enfiler, en bonne habituée du sport, et sortir ton téléphone pour immortaliser Serafim qui se débattait un peu avec les siens. Tu glousses, résistant à l’envie de lui filer un coup de main quand, au final, il réussit à assembler les lacets comme il faut. Ne lui reste que la boucle pour sceller le tout, alors tu te permets d’aller faire un tour sur la glace, un brin nostalgique de tes années de pratique qui étaient derrière toi.
Tu glisses naturellement, ondulant avec grâce sur l’étendue de glace, croisant les pieds pour tourner les coins et prendre de la vitesse avant de rejoindre le beau jeune homme. En le voyant essayer d’embarquer sur la glace sans cône, sans appui, tu sais déjà ce qui va se produire. Le pineapple est donc sorti pour filmer la scène, enregistrant sa fierté suivie de sa chute sans retenir tes éclats de rire. « Bon allez, en vrai j’vais t’aider. » Tu ranges le téléphone et lui tend la main pour l’aider à se relever et lui fournir un appui relativement stable. « Je rajoute même un prix. Si tu sais patiner d’ici la fin du rencard, je paye la nourriture après. Et je t'embrasserai peut-être encore un peu. » Bon, tu le feras même s'il ne sait pas patiner, mais pas besoin de lui dire.
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Ven 25 Jan - 12:43




Suddenly the world seems such a perfect place


Vrai que, dit comme ça, ça sonnait un peu con comme idée. Vrai que, tu aurais pu te dire qu’étant à une patinoire, tu allais patiner. C’est vrai. Plus t’y repense, plus c’est logique. Quand tu avais sélectionné cet endroit dans l’espoir de conquérir Joy, tu avais misé sur le côté festif, l’ambiance, la magie du lieu. La proximité d’activité et de nourriture dans le même périmètre t’avait également séduit. Mais il était vrai que… Que ça avait été un peu con de ta part de ne pas remarquer l’espèce d’immeeeeeeeeeeeense plaque de glace qu’entouraient les stands. Et, le cul sur la glace, tu te dis que, ouais, c’était un « détail » que tu n’aurais pas dû négliger.

Tu lèves les yeux vers Joy avec un sourire innocent « » ajoutes-tu « J’ai tout de même tenu quatre secondes debout. » Une belle performance, Serafim, vraiment. Tu n’es pas peu fier, tu prends même la pose quand elle te prend en photo. Quitte à avoir ton propre album, autant te mettre sous ton meilleur jour. C’est peut-être même un évènement que tu intégreras au mur de la gloire à côté des photos de Ruben. Voilà, y a des gens qui font du sport, qui sont musclés, sexy, qui font de grandes choses, toi, tu tiens debout. C’est beau.

Un sourire en coin et une lueur joueuse passent dans tes yeux quand la belle brune augmente la mise. Voyez-vous ça ? Il y a une récompense à la clé. Bouffe gratuit plus doux baisés. Hm. C’est que c’est alléchant tout ça. Très alléchant. Il n’y a aucun doute quant au fait que tu vas considérer sérieusement l’offre… Mais avant ça.

- « Oh, tu devrais faire gaffe, il se pourrait bien que je réussisse. » Un sourire tout sauf innocent passe sur tes lèvres et alors que tu lui prends la main, tu la tires vers toi d'un coup sec, de telle sorte à faire tomber la Gryffondor dans tes bras. « Faire tomber la queen J sur son propre terrain, c'est quel genre de récompense, ça ? »

Un sourire ravageur orne ton visage tandis que tu la contemples. C’était gamin, petit, pas digne d’un adulte, mais… Ouais, tu n’en avais pas grand-chose à foutre Serafim. Ce petit jeu entre vous avait quelque chose de séduisant, d’excitant. Tu avais l’habitude des rendez-vous très codifiés, des filles coincées sans aucun humour ou auto dérision. Tu avais besoin de jouer, de titiller la petite bête et d’en rire pour faire naître une excitation plus grande, le genre d’excitation qui te chamboule et te rend fou. C’était peut-être prématuré, mais tu sentais que Joy aimait jouer, qu’elle n’allait pas te repousser ou te traiter de gamin parce que tu avais voulu te chamailler avec elle et lui voler quelque baiser. Tu sentais qu’elle n’était pas le genre de fille à s’offusquer d’une blague, d’une chute, d’une boule-de-neige dans le visage. Tu sentais qu’elle allait te rendre les coups, pousser le jeu encore plus loin. Tu sentais que tu pouvais rire, avec elle, que tu pouvais laisser libre cours à ta personnalité de s’exprimer et de refaire pleinement surface. Avec elle, il n’était pas question pour toi de te faire passer pour ce que tu n’étais pas, d’avoir le même et éternel malaise que tu avais avec les autres demoiselles avec qui tu cherchais plus que du platonique. Elle, tu avais envie de lui montrer, de te faire accepter. Toi le gamin, toi l’homme, toi le romantique, l’idiot, l’entêté, le doux, le sauvage, toi. Tu l’enserres doucement dans tes bras quelques secondes, prenant le temps de t’enivrer de son odeur avant de chercher son cou pour l’embrasser doucement. Un sourire débile plus tard, tu replonges dans ses yeux avec un petit air de triomphe.

- « Un point pour moi, on dirait. »

Bon, il était bien beau de sortir le grand jeu, de faire ton beau-gosse et tout, Sera… Mais le fait est que tu es toujours au sol et que tu ne sais pas du tout comment te relever. Tu libères Joy, tâtes un peu la glace pour tenter de trouver un point d’appui un peu près stable et « essayes » de te relever. Bon, objectivement tu as plus l’air d’un asticot et qui se contorsionne dans tous les sens, mais ta technique non-glamour paye ses fruits. Tu te redresses, légèrement tendu et laisse quelques secondes passées pour être sûr que tu n’iras pas te vautrer bêtement dans la seconde qui suit.

- « Bon. Etape 1, tenir debout, c’est fait. Comment on avance ? »

Tu te doutes bien que ce n’est pas en battant des bras mais tu as l’étrange sentiment qu’au moindre petit millimètre de mouvement avec le bas de ton corps tu vas de nouveau venir faire un câlin passionné au sol.

- « C’est horrible, je me sens terriblement con, t’as pas idée. J’ai l’impression de réapprendre à marcher. » Fais-tu en riant.  


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Mar 29 Jan - 4:35

I wish I could tell you
all I think of
Quatre secondes. C’était sa petite fierté, ta grande hilarité. T’espérais qu’il puisse en venir à plus que juste se tenir debout pour qu’il puisse réclamer son dû et que vos lèvres puissent s’unir à nouveau. Ce ne serait pas drôle de contourner les promesses et de lui accorder davantage de baisers avant qu’il ait réussi sa part du marché même si c’était très tentant. « J’espère bien te motiver à réu – AAAAAAAAH! » Le sol se dérobe sous tes pieds et ton postérieur rencontre rapidement la glace dure.

Tu ne t’attendais pas à ça de sa part Joy, tu pensais qu’il prendrait sa tâche au sérieux et qu’il se relèverait pour apprendre rapidement à patiner pour obtenir tes lèvres en présent. Cependant, si Serafim voulait jouer, pourquoi te priverais-tu de faire de même?
Encadrée par ses bras, pressée contre lui, tes prunelles pétillantes détaillent chacun de ses traits, s’émerveillant encore et toujours de ce regard sombre saisissant, de son sourire tantôt gamin et sincère, tantôt séducteur et mystérieux. Tu dois te mordre la lèvre inférieure pour ne pas céder et plonger voler un tendre baiser à cette bouche que tu avais trop peu explorée. T’étais bien Joy, si on omettait ton derrière qui commençait à se geler un peu à force d’être appuyé sur la glace. Pour autant, tu t’en foutais complètement, parce qu’il était là, qu’il était une merveille à observer. Parce que tu te plaisais à le laisser gagner, à te laisser surprendre et t’abandonner dans ses bras sécurisants. Et, accessoirement, planifier une revanche, bien entendu.

Son nez caresse ta peau et ses lèvres t’électrisent par leur douceur contre ton cou. Tu chavires, encore et toujours plus, regrettant presque de devoir être raisonnable pour que cette relation fonctionne. Tu avais promis d’être sage, de ne pas précipiter les choses, mais ce n’était pas l’envie qui manquait de mener ce rendez-vous à une fin… Beaucoup plus agréable. « Mon terrain, ce n’est pas la patinoire, et tu voudras pas me faire tomber quand tu sauras ce que c’est. » Clin d’œil bien appuyé pour insister sur le sous-entendu à peine voilé, t’amusant d’avance de sa réaction. Pour ce qui est du pointage… « Et je t’accorde le point, on va dire. » Mais il allait changer très vite, parole de Gryffondor. Ça, tu ne comptes pas le lui dire, question de garder la surprise.

Sentant ses bras retirer leur étreinte, tu profites de ta nouvelle liberté pour te relever et l’observer faire de même, cédant à l’hilarité à force de le voir se tortiller pour trouver la bonne façon de se redresser. Tu le sens beaucoup plus solide, maintenant qu’il sait à quoi s’attendre, mais t’as aucune idée de s’il réussira à survivre la prochaine étape. « Pour avancer? Tu dois faire comme si tu avances en faisant traîner tes semelles au sol. Regarde. » Et tu lui montres l’exemple le plus simple, t’avançant toi-même en balançant ton poids d’une jambe à l’autre en faisant bien attention de conserver le patin en contact avec la glace en tout temps. Tu exécutes un premier tour de patinoire et reviens près de lui avec espoir. « Tu vois? C’est super facile, essaie pour voir. »

Tu le suis quelques instants, te penche pour agripper de la neige sur le bord de la patinoire et la presse pour former une boule bien ronde. La revanche est un plat qui se mange froid qu’ils disent, et tu la savoures pleinement quand tu vois la neige s’écraser sur son épaule et éclabousser son cou. Aucun remord, que de la fierté (et un peu de rires) quand il se retourne pour te détailler. « Un à un, c’est une égalité non? »
Une poussée puissante de tes jambes t’amène jusqu’à lui pour permettre à tes doigts gantés de retirer les flocons restants sur sa peau et glisser ta main dans la sienne, comme un semblant de promesse que l’intimité que vous partagiez quelques moments plus tôt ne vous avait pas quittée. « Tu te débrouilles bien, t’inquiète pas. Continue doucement, ok? »
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Mer 30 Jan - 10:55




Suddenly the world seems such a perfect place


Oh. Oh. OH. On est d’accord que Joy te fait un sous-entendu très appuyé-là ? Non ? On est d’accord qu’on ne parle pas de pomme de terre, de chou-fleur ou de crêpe au beurre, n’est-ce pas ? On est d’accord qu’on parle de gymnastique rythmique se pratiquant sur une surface confortable appeler matelas à deux ou à plusieurs ? On est d’accord qu’on parle du twister 18+ ? Oui ? Non, que tu saches si tu dois te sentir con d’imaginer des choses et de sourire à la perspective qu’entre vous, ça pourrait éventuellement finir comme ça. Sur un matelas.

- « J’ai hâte de voir ça, mais tu ne devrais pas être aussi sûre de toi. Je suis un jeune-homme plein de surprise, notamment en gymnastique rythmique de chambre. »

T'es pas peu fier de ta comparaison, même si ça fait très très beauf et, qu'en vrai, ce n'est pas subtil et élégant mais bon. Pour une fois, que tu peux faire des blagues grasses sans que la demoiselle ne te traite de goujat mal élevé tu ne vas pas t'en priver. D'autant plus que… Cette espèce de suspense, de tension, entre vous ne te laisse pas insensible. D'ailleurs, tu n'es pas insensible au physique de Joy tout court. Mais… Mais tu es de la vieille école. Trouver une nana jolie ET DONC la ramener dans ton lit ce n'est pas ton style. La sexualité représente plus que ça. Et, en ce qui concerne la demoiselle en face de toi, tu as des projets autrement plus intimes pour elle, des projets qui impliquent des sentiments, une part de toi que tu n'espères pas qu'elle va piétiner. Et, ça tombe bien, tu penses que des choses similaires se dessinent de son côté. Alors ta libido et tes pulsions attendront bien gentiment leur tour, pour le moment, tu étais un dans mood différent.

Les conseils de Joy pour réussir l'étape « omg, ça bouge » plus communément appelé « Tu trouvais que c'était dur à l'arrêt, attend de voir la suite mon cochon » tu laisses perplexe. Alors, oui, quand tu la vois faire, tu te dis que c'est facile, que c'est simple comme bonjour, qu'il n'y a que les cons qui n'y arrivent pas… Et c'est bête parce que tu es un peu con aussi… Bref. Tu la regardes, t'essaye d'observer le balancement de ses hanches pour comprendre la technique, ton regard dérive quelques secondes sur ses fesses, tu bugs, tu te gifles discrètement et tu te reprends. Non. Sera. On a dit non. Sérieux mec, soit sérieux. Tu soupires et tu te lances, maladroitement au départ, tu manques cruellement de souplesse et d'aisance, mais tu te concentres. T'essayes de fixer tes patins pour voir si tout est bon, t'avances doucement, tu n’oses pas faire de grands mouvements comme Joy, pas tout de suite du moins. T'es tellement concentré sur ta tache que tu as perdu ta partenaire du regard, en fait, tu ne reprends conscience de sa présence que lorsque que quelque chose de froid, horriblement froid, viens s'écraser contre ta nuque et couler le long de ton dos. Tu pousses un « hiiiiiii » indigné en te contorsionnant dans tous les sens pour ne pas chuter. La fourbe. Oh la petite fourbe. Tu te retournes pour découvrir une Joy hilare. Un sourire plein de défis se dessine sur tes lèvres.

- « Oh, alors comme ça on déclare la guerre, Joy ? Ok. Pas de soucis. Attends un peu ma grande, je vais te faire passer l’envie de m’attaquer par derrière. »

Aucune violence dans ta voix, juste un grand sourire qui n'annonce rien de bon. Tu te baisses prudemment pour récupérer un peu de neige, la suite de ton plan est risquée. Tu n'as, aucune idée de comment t'arrêter, mais tu sais aussi que Joy est juste en face de toi. Avec une bonne impulsion… Eheh. Tu plies légèrement tes genoux pour te donner de la puissance et tu t'élances. Tu sais très bien que tu vas finir la tête dans la neige, mais ça ne que peu d'importance tant que tu arrives à coller ta boule-de-neige dans l'écharpe de la Gryffondor. T'arrives à sa hauteur et avec un rire un peu trop franc, tu lui fourres la boule-de-neige dans le cou avant d'aller te vautrer dans la neige, tête la première. Tu te relèves en te secouant un peu, observant avec un œil amusé la demoiselle sur la glace.

- « Oh le joli petit asticot. C’est de la danse moderne que tu nous fais ? » tu ris grassement à tes propres blagues, tu savoure d’avance sa vengeance. « J’ai une réserve pleine de boule de neige à côté de moi, attention princesse. » T’en a déjà fait quelques-unes à côté de toi. « Essaye de m’atteindre sans te faire toucher et tu marques le point. »



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Mer 6 Fév - 5:13

I wish I could tell you
all I think of
Pour une raison quelconque, tu ne vois pas du tout la bourde arriver. Trop fière d’avoir réussi à le surprendre pour réellement t’attarder à la suite. Le plan, après tout, c’était de réussir à caler un peu de neige entre son écharpe et son cou, et ça c’était facile. Planifier à grande échelle c’est pas vraiment ton truc et il fallait commettre une bévue pour réaliser que, dans un affrontement de gamins, la suite c’est la partie importante du plan. On ne gagne pas la guerre par un seul combat, la prochaine fois t’écouteras en cours Joy, c’est quand même la base de plusieurs cours d’histoire.

Oups. Au moins, la déclaration de Serafim est claire : t’es mieux de partir rapidement de son champ d’attaque, autrement, t’es la prochaine à souffrir. T’as pas le temps de te retourner et de faire quelques coups de patins qu’une décharge de neige s’incruste dans les plis de ton écharpe. Surprise, c’est ton tour de crier comme une fillette un puissant « IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIH C’EST FROID » digne d’un film d’horreur peu convaincant. Tu te tortilles pour dénouer l’écharpe et libérer la neige qui coule à moitié sur ton haut, à moitié dans ton dos (pour celle qui a fondu).
Aucun doute, sa comparaison à l’asticot devait être très réaliste, heureusement t’as assez d’autodérision pour en rire un bon coup malgré le froid qui te saisissait toujours le cou.

Sa réplique attise ton intérêt, capture toute ta concentration pour t’appliquer à réussir et gagner le point en question. Jouer, tu ne vivais que pour ça, ta vie n’ayant cours que dans un grand terrain de jeu animé H24. La seule chose qui échappait à tes lubies peu sérieuses, c’était tes relations avec les autres. Tu ne rigolais pas avec l’affection que tu portais aux autres, c’était sacré, tu ne pouvais pas t’amuser aux dépends de quelqu’un d’autre, mais tu pouvais t’amuser AVEC quelqu’un heureusement. « T’atteindre? » Tu pouffes, peu impressionnée. « T’es pas prêt pfffff. » S’il avait la neige, il avait oublié que tu étais très à l’aise sur la glace.

Tu glisses jusqu’à l’autre extrémité de la glace pour confectionner quelques balles de neige, puis te tourne vers le jeune homme, une lueur de défi animant ton regard. « Game on. » T’avais jamais été aussi satisfaite de partager la patinoire avec les autres élèves. Sans être trop nombreux, ils étaient toutefois en nombre suffisant pour te permettre de les utiliser comme boucliers individuels. Alors tu patines en conservant toujours une personne entre toi et ton rencard, question de ne pas te faire toucher par la neige et, une fois assez proche, tu lui lances ta boule de neige… En plein sur la tête. « VICTOIIIIIIIIIIRE ! »

Fière comme jamais, tu te laisses tomber près de lui dans la neige, te fichant éperdument de froid qui mouillait ton jeans. Tu passes tes bras autour de son cou et dépose tendrement tes lèvres contre sa joue en rigolant. « J’ai gagné. La princesse-gagnante elle reçoit quoi comme récompense? »
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Jeu 7 Fév - 12:18




Suddenly the world seems such a perfect place


Ton sourire n'a plus rien de tendre ou de romantique. C'est un sourire joueur, carnassier, un sourire désireux de remporter la victoire, un sourire qui trahit ta faiblesse face au jeu. Tu n'es pas de ces gens qui culpabilisent d'aimer un peu trop la vie et le plaisir qu'elle offre. Tu aimes vivre, tu aimes t'amuser et ne t'en caches pas. Quel intérêt ? Ton passage dans ce vaste monde est déjà assez court comme ça pour que tu puisses le gâcher en retenue. T'en reste pas moins quelqu'un de sérieux, Serafim, très attaché à certaines valeurs, mais tu sais te détendre, redevenir un enfant et ne pas avoir honte de l'être. Si tu n'as pas d'ambition particulière si ce n'est celle d'être heureux, t'as au moins l'envie de pouvoir te dire que tu as bien vécu. Alors, face au sourire de Joy, face au monde, face à ton cul dans la neige, ouais, tu redeviens un putain de gosse. Et tu sais quoi ? Ça fait du bien.

Joy s'élance de l'autre bout de la piste, armes neigeuses en main. Tu ne comptes pas lui laisser le point, mais la belle a une technique bien à elle pour ne pas se retrouver sous le feu de tes projectiles. Slalomant entre les pauvres autres personnages figurants (qui se prennent des boules-de-neige pour rien parce que… On ne se rend pas sans se battre, hein, et ils n'avaient pas cas patiné en même temps que vous d'abord) Joy s'approche. Oh, tu n'abandonnes pas, tu continues de balancer des tonnes et des tonnes de boules dans l'espoir de la toucher, mais sans grand résultat. En fait, le seul résultat que tu tires de cette percée, c'est une boule-de-neige dans la tronche. Et, évidemment, comme tu n'es pas malin, il a fallu que tu ouvres la bouche au moment du choc. Autant te dire que tu as l'air bien intelligent en toussant et tirant la langue pour chasser la matière froide de ton visage.

- « PFEUH ! Aaaaaaa z’en est partout zur wa wangue ! »

Tu prends un air faussement contrarié que… Tu n'arrives pas à tenir plus de deux minutes. Joy a le chic pour mettre à mal tes tentatives de bouder. Le coup du bisou s'est bien trouvé. GG. Bravo. Tu t'avoues vaincu, cette fille te pulvérise et le pire, c'est que tu aimes ça. Tu profites de ses bras autour de ton con pour te rapprocher un peu. Si elle te tend la perche, tu vas la saisir, c'est obligé. Doucement, tu glisses tes mains le long de son jean, t'approches tes lèvres comme pour l'embrasser. Son souffle chaud se mêle au tien. L'enivrante tension est de retour, et même si ça ne fait pas parti de ton plan, tu peines à ne pas y succomber. T'as envie de l'embrasser, là, tout de suite, mais t'as aussi envie de faire le gamin et de la torturer un peu. Hm. Gaminerie ou romantisme ? Gaminerie. Tu souris, t'approches un peu plus et… Te retire totalement avec un sourire triomphant

- « Des frittes ketchup ! »

Tu te relèves, trop fier de ta blague. Ton petit sourire en coin ne peut pas tromper Joy sur tes intentions. T'aurais bien envie de lui dire que c'était à charge de revanche pour la boule qu'elle t'avait explosé dans la tronche, mais tu sais qu'elle est assez vive pour comprendre. Puis, bon, plus la tension monte, plus l'explosion sera forte quand tu franchiras le pas de nouveau. Et tu veux le franchir, ce pas, Sera. Tu ne veux juste pas griller toutes tes cartes maintenant.

T’en profite d’être debout pour épousseter tes vêtements avant de tendre la main à la brune pour l’aider à se relever. Pour atteindre la baraque à frite, il faut traverser toute la patinoire de nouveau. Tu considères un moment la glace avec méfiance avant de déclarer en bombant le torse.

- « Azy, cette fois, c’est la bonne. Si je ne tombe pas, est-ce qu’on considère que j’ai remporté le défi ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 98
Points : 290
En couple avec : Serafim H. Marinos ♥
Re: Come what may - Joy ♪ Mar 26 Fév - 3:08

I wish I could tell you
all I think of
La proximité t’attise, te brûle. Tu luttes pour ne pas franchir le pas, t’amusant de la chaleur de ses doigts sur tes hanches au travers du tissu, de sa bouche près de la tienne qui se fait tentatrice, provocatrice. Tu te serais attendue à ce qu’il se penche davantage, te vole un baiser mais… Il recule, fier de son coup, et tes traits se font boudeurs pour lui manifester ton mécontentement. Déçue qu’il t’ait tentée sans livrer la marchandise, pressée de recommencer pour laisser la tension monter, encore et encore, jusqu’à ce qu’elle atteigne son paroxysme. Jouer semblait une alternative beaucoup plus intéressante que de te satisfaire à l’instant, de tout prendre et d’éventuellement te lasser de ses lèvres pleines qui faisaient miroiter le bonheur. Même si tu doutais fortement de cette possibilité.

Un sourire illumine à nouveau ton visage à la mention de ta récompense, doublant lorsque tu t’aperçois qu’il doit traverser la patinoire en sens inverse. Tout un défi l’attendait, mais Joy t’étais prête à le récompenser comme il se doit s’il réussissait son entreprise. Ta main agrippe la sienne pour te permettre de te relever et te délester des dernières traces de neige à grands mouvements du poignet. « Si tu évites de tomber tu gagnes et j’ajoute des biscuits aux frites ketchup. » Mouvement suggestif des sourcils pour marquer le coup, et vous revoilà partis.

Du moins, toi t’es partie depuis quelques instants – il te faut peu de temps pour retrouver la glace et les habitudes qui vont avec – et lui tente de traverser en ligne droite vers son fil d’arrivée.
À défaut de pouvoir mettre ses patins et réaliser toi-même le défi, tu restes près de lui, support moral constant, et tente d’éloigner les autres élèves qui pourraient faire perdre l’équilibre à ton brun. Sans être excellent, il réussissait tout de même à se débrouiller et ça, ça t’impressionnait pour le peu de temps de pratique qu’il avait eu.

Confiante qu’il pourrait atteindre son objectif, tu prends de l’avance et te positionne près de la sortie, en face de lui. Bras ouverts, droite comme un i, tu l’attends, un sourire creusant tes joues. « Bon ok, câlin en prime, lâche pas ! » Radieuse, tu sais qu’il donnera tout, qu’il se battra contre la glace s’il le fallait. Et tu ne pouvais nier que sa détermination à remporter le jeu te charmait plus que tu ne l’aurais cru.
+ tag@Serafim H. Marinos
+ notesSerajoy hehe
BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Serafim H. Marinos
Eleve hybride
Eleve hybride
Serafim H. Marinos
Messages : 74
Points : 215
En couple avec : IT'S MY JOY OKAY ????
Re: Come what may - Joy ♪ Dim 3 Mar - 20:18




Suddenly the world seems such a perfect place


Tu ne devrais peut-être pas autant abuser, autant te laisser porter par le jeu. Sans doute, devrais-tu être plus sérieux, plus conventionnel. Mais, entre nous, si elle acceptait l’enfant en toi, elle pourrait sans peine accepter l’homme, n’est-ce pas ? C’est sur ses pensées que tu te remets sur la glace, bien décidé à franchir de nouveau la vaste étendue casse-gueule qui s’étend devant toi. Tu le sais, Sera, dans le fond, tu ne pouvais pas rêver meilleur rendez-vous. Tu n’es tout simplement pas bon dans le jeu de la séduction, te faire passer pour ce que tu n’es pas, ce n’est tout simplement pas dans tes cordes. Tu réalises que c’était peut-être pour ça que tu n’avais jamais réussi à conclure en huit ans de scolarité à Poudlard. Quand il s’agissait de tirer son coup, rien de plus simple, mais quand il fallait trouver l’amour, être autre chose qu’un plan cul agréable, là, ça coinçait. Tu n’es pas James Bond, un millionnaire sulfureux ou un gars torturé, tu es toi, Serafim, un gars simple, tout ce qu’il y a de plus normal… C’était peut-être ça, ta plus grande qualité, au final : ta simplicité.

Tu relèves le challenge de Joy comme tu relèves tous les défis qu'on te lance : avec sérieux. Muscles tendus, concentration au maximum, tu progresses lentement, cherchant ton équilibre avec toute la force shonnen que cela implique. Toi, tu te sens comme un héros de manga en pleine action, mais de loin t'as juste l'air d'un gars un peu trop constipé qui fait la pause du canard. Tien, en parlant de canard, ça te fait penser que tu dois remercier un certain Pousouffle (Gus mon bébé, t'es toujours dans mon cœur) pour ses bons et loyaux dossiers quotidiens.

- « Mais où est-ce que tu vaaaas ? »

Tu vois Joy s'éloigner et, t'avoue, tu n'es pas serein. Nan, parce que, tant qu'elle était là, tu avais une bouée de sauvetage (très agréable soit dit en passant) à laquelle te raccrocher, mais si elle s'en va t'as que le vide pour compagnon et, jusqu'à preuve du contraire, ça n'a jamais été une expérience très concluante de se raccrocher au vide. Tu te tends un peu plus sur tes patins. Tu n'as jamais autant serré tes fesses de ta vie, Sera. La Gryffondor se retourne pour t'ouvrir ses bras, récompense pour tous les efforts fournit jusque-là, semble-t-il. Tu laisses un sourire maladroit orner ton visage, allez mon grand, tu n'es plus qu'à quelques mètres de la récompense tant désiré. Tu galères un peu, sur les cinq derniers mètres t'as une Poufsouffle brune à queue-de-cheval qui te passe devant, tu manques de tomber, de lui crier un « CHAUFFARDE » également, mais tu arrives à te rétablir et c'est un peu maladroitement que tu te laisses tomber de tout ton poids dans les bras de Joy.

- « Jpp, elle a failli me rentrer dedans, t’as vu ça ? »

Oui, oui, tout le monde a vu. Tout le monde a vu, aussi, que tu prends bien tes aises actuellement. Genre, un peu trop même. Ce n’est pas un homme heureux que tu es, c’est une glu. T’en profites pour serrer allègrement la jolie brune dans tes bras. Tu plonges ton visage dans le creux de son cou, tu laisses l’odeur de sa chevelure emplir tes narines et la douce chaleur venant de ton bas-ventre t’envahir.

- « J’ai gagné on dirait. Pas trop déçue ? »

Tu déloges ta face de son cou pour venir plonger tes yeux azur dans les siens. Un léger sourire orne tes lèvres, une main tendre vient se poser sur sa joue. Tu n’arrives pas à décrocher ton regard du sien. Elle est si belle et tu as remporté la manche, cette fois-ci.

- « Moi, je ne suis pas déçu en tout cas. »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Come what may - Joy ♪

Come what may - Joy ♪
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Patinoire-
Sauter vers: