orgueil et préjugés •• zohra

Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
orgueil et préjugés •• zohra Jeu 24 Jan - 14:55


S'il devait être honnête, Tadhgán aurait pu reconnaître que ça avait commencé bien avant un sms envoyé à 9h du matin. Il aurait été incapable de déterminer un point de départ, c'était juste une accumulation d'observations, d'échanges et d'impressions, pas mal influencée par son instinct, parfois pas toujours fiable. Le Gryffondor n'était pas du genre à y réfléchir à deux fois avant de sauter aux conclusions et c'était un peu comme ça qu'il avait envoyé son message à Zohra Avery : sur un coup de tête. Maintenant, il était obligé de se pointer dans la salle d'arithmancie, et comme c'était Tadhgán, il n'était pas à l'heure. Toujours en retard à ses propres rendez-vous, ça ne faisait pas très sérieux. L'allure générale, la tenue débraillée, ne faisaient pas sérieux non plus.

La seule chose de sérieuse, dans toute cette histoire, c'était le sujet à aborder. Mais Tadhgán n'était pas sûr d'y arriver correctement. Pour parler calmement il aurait fallu qu'il s'agisse d'un sujet qui lui tenait moins à cœur, face à une personne qu'il appréciait davantage. Mais c'était Zohra Avery et depuis le début Tadhgán avait une très mauvaise impression la concernant. C'était, là aussi, une accumulations d'observations, de brefs échanges peu amènes, et surtout un a priori tout à fait négatif sur les sang-purs qui l'empêchait d'être objectif. Et forcément, Payne étant Payne, il n'appréciait pas qu'une personne comme Avery tourne autour des gens qu'il aimait.

Il fallait mettre les choses au clair, et c'était ce qu'il s'apprêtait à faire lorsqu'il arriva dans la salle d'arithmancie, ouvrant la porte comme un coup de vent, l'air mauvais. Il avait choisi cet endroit pour le rendez-vous parce que peu de personnes aimaient cette option, même si apparemment l'enseignante arrivait à capter l'attention des plus faibles des adolescents en pleine poussée d'hormones. Y'avait pas intérêt à ce qu'un élève d'arithmancie soit resté en arrière pour faire les yeux doux à Theunissen parce que Tadhgán les chasserait à coups de pied aux fesses. Ouais, même si la prof était là aussi.
Invité
Invité
avatar
Re: orgueil et préjugés •• zohra Lun 28 Jan - 8:51


les nouvelles déceptions feront les vieilles rancœurs
elle a un joli bouquet d’œillets blanc dans les mains, du moins l'imagine-t-elle avec une immense joie ; les pétales intactes appellent à faire écho à la relation intacte entre et cecily et elle et c'est ainsi qu'elle conceptualise leur relation. avec là beaucoup de naïveté et d'ignorance, faisant mine inconsciemment d'ignorer les sentiments pourtant particulièrement évident de sa compère à son égard. elle se complaît là dans ce jeu de tendresse sans jamais dépasser la limite des amoureuses, reclassant leur relation là à un échange de bons sentiments, certes très différents de part leur nature, mais tout à fait dénués de malice.

zohra s'agace de ces quelques messages envoyés qui lui intiment sans politesse de se plier à ton bon vouloir - elle accepte, elle accepte parce qu'elle ne craint pas de t'écouter. elle veut entendre ce que tu as à dire et espère secrètement des excuses pour ton comportement rustre à son égard, une fois que vous seriez face à face. alors à la fin de son dernier cours, elle s'évapore sans un mot en direction de la salle d'arithmancie, se dépêchant un rien, se permettant de zieuter à l'intérieur, faisant dépasser sa tête quelques secondes.
elle rentre dedans puisqu'il ne semble n'y avoir personne.
elle patiente dedans, passant distraitement sa main dans ses cheveux et regardant son portable à multiples reprises. elle avait enfilé, comme à son habitude, des talonnettes pour espérer lui faire gagner quelques centimètres. ainsi pourrait-elle combler au moins un rien votre écart. elle s'assied en tailleur sur une des tables.

elle te guette arriver sans s'offusquer de ton retard, sursautant toutefois à ton éclat de violence, fronçant les sourcils, sans bouger de son siège improvisé.
tu pourrais faire attention.
elle n'est pas agressive. elle constate.
pourquoi tu m'as demandé de venir payne ?
zohra te regarde droit dans les yeux, sourcils un rien froncés avec un sérieux qui ne la ressemble pas vraiment - dieu sait comment elle peut haïr tes manières.
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: orgueil et préjugés •• zohra Sam 2 Fév - 14:48


Elle était déjà là, Zohra, comme les 75% de ses rendez-vous puisque Payne n'était jamais à l'heure. Assise en tailleur sur une table et peu convaincue par l'entrée fracassante de Payne. Ce dernier se retourna sur son injonction, vers la porte, comme s'il attendait une confirmation du type : oui, en effet, tu aurais pu faire attention à moi. Malheureusement, Payne considérait déjà 90% des humains comme des pièces Ikéa, alors il ne fallait attendre de lui qu'il ait une grande considération pour les vrais meubles. S'il y avait deux façons de faire les choses, Payne choisissait toujours la plus radicale. La manière bruyante et brutale. Histoire de montrer qu'il était là. Oui, au cas où Zohra ne l'aurait pas remarqué, il était là. C'était difficile à signaler en effet, puisque ce garçon ne saluait ni ne demandait comment allaient les gens avant de les aborder avec toute sa délicatesse.

"C'est à propos de Cecily."

Zohra ne s'embarrassait pas de politesses, Payne ne pouvait que la rejoindre sur ce point. Les conventions sociales n'étaient pas un règlement à toute épreuve, tout au plus une ligne de conduite à respecter pour, éventuellement, se faire respecter. Payne cherchait son respect ailleurs et les politesses ne l'intéressaient que si elles étaient sincères. Entre deux inconnus, c'était mentir. Il s'appuya contre une table à deux rangées de Zohra, pour lui faire face.

"Tu la connais, non ?" demanda-t-il sur un ton qui se voulait détaché.

Il enfonça ses mains dans ses poches, pas pour se donner l'air nonchalant, mais parce que ça l'aidait à rester plus ou moins immobile. Il avait toujours envie de toucher des trucs, de les casser le plus souvent ; ses mains n'étaient pas forcément ses meilleures alliées. Les mots non plus… Payne savait rarement comment parler.

"Tu la connais bien ?"

Il ne précisa pas que c'était son cas, qu'il connaissait bien Cecily ; qu'il l'appelait Lily. Ce n'était pas un concours, il ne cherchait pas à déterminer lequel était le mieux placé pour gagner son affection ; il avait déjà celle de Lily. Il ne voulait que s'assurer de la relation qu'entretenait les deux filles, et il ne pouvait que s'adresser à Zohra pour cela. Lily ne l'inquiétait pas. En revanche, il connaissait mal Zohra. Lily aurait pu être sa sœur. Peut-être l'était-elle un peu. Payne en avait deux, d'ailleurs, plus jeunes que lui. Trop jeunes encore pour avoir un petit ami, une petite amie, et Dieu protège ces derniers lorsque ce serait le cas, car Payne leur ferait exactement ce regard-là : le regard sévère qui ne plaisantait pas.
Invité
Invité
avatar
Re: orgueil et préjugés •• zohra Lun 18 Fév - 21:23


les nouvelles déceptions feront les vieilles rancœurs
ce n'est pas un mépris inné, ce n'est pas quelque chose qui lui est venu ainsi, sans raison ; c'est par tes manières brutales qu'elle a creusé une colère toute fraîche. bien froide. bien ciselée - à son image pour les garçons comme toi. ou pour les hommes tout court - ah ça coule de source ! elle ne peut pas aimer l'ingratitude masculine et ceux qui se mêlent de ce qui ne les regarde pas.
elle pourra bien faire la maligne, elle craint tout de même tes poings parce qu'elle est fragile comme une fleur cristallisée. on la contemple sans la toucher, ou alors on la manie avec délicatesse. et encore une fois elle n'autorise presque que les filles à le faire.

oui je la connais.

ça a le mérite d'être sincère. elle pose à côté d'elle son portable et se glisse pour s'appuyer contre la table, debout, comme tu le fais. elle est bien plus petite mais cela ne semble pas la perturber un instant.

oui je la connais bien.

ça commençait à devenir intéressant. elle sait que ça risque d'agacer tes grands airs et que si tu as pris la peine de la convoquer pour lui demander, c'est que cela doit compter. d'abord vient la méfiance - ou peut-être es-tu amoureux ? elle plisse ses yeux et son sourire, bien qu'élégant, est carnassier.
et toi alors ?

mais zohra ne s'arrête pas là, pas avec toi. si elle était avec quelqu'un avec qui elle doit montrer un peu de retenu elle se serait tue mais le mépris a au moins l'intérêt de la rendre sincère. elle te considère comme son égal mais ne te respecte pas. tu n'es pas inférieur, juste indigne.
peut-être bien que je la baise. sûrement même. après tout les sentiments de lily à son égard étaient si clairs qu'on ne les verrait pas. ils sont d'une évidence inouïe. c'est une gentille petite et zohra ne lui veut pas de mal, elle chérit cette admiration et la couvre de tendresse fleurie. elle l'aime tout sincèrement mais d'un écho un rien différent, et elle aurait peur de la blesser en lui proposant le charnel. placer des espoirs et briser son coeur en bonbon. et ça, ça te pose un problème payne ? pourquoi ça t'intéresse ?
elle n'est pas légère dans ses mots mais c'est cruel, c'est cruel car elle veut briser ta sévérité pour y voir la douleur. c'est lily qui a décidé de l'aimer, alors il faudra bien plus que quelques questions pour la briser de sa douceur quotidienne aux ongles noircis par la vie et le terreau.
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: orgueil et préjugés •• zohra Mer 20 Fév - 16:21


Tadhgán trouvait amusant que Zohra prenne la même position que lui pour parler, comme si elle se mettait à son niveau, alors qu'il y avait plusieurs dizaines de centimètres entre eux deux. Et toute une rangée de tables pour creuser le fossé de leurs différences. Il écouta la première réponse, hocha la tête. Elle avait le mérite d'être honnête. Mais pourquoi aurait-elle nié ? Elle n'avait rien à cacher, n'est-ce pas ? Tout comme elle ne pouvait avoir honte de Cecily. Payne en aurait été fâché. Pour le moment, il n'était que vaguement contrarié, sans parvenir à poser des mots sur son malaise. Il hocha la tête à la seconde réponse, la précision. Le malaise augmentait, mais il le refoula au fond de son esprit comme tous les sentiments désagréables. Ne restait que sa stupide et trop violente honnêteté :

"Bah... ouais", répondit-il bêtement quand Zohra lui renvoya sa question avec un sourire qui ne disait pourtant rien de bon.

Il n'aurait pas abordé le sujet s'il ne connaissait pas Cecily, non ? À moins que… à moins qu'il ne se place comme un étranger qui essayait de s'en rapprocher ? Ce serait sensé… dans un monde où Payne n'approchait pas frontalement les gens qu'il ne connaissait pas, sans se ficher de pénétrer brutalement leur intimité. Il parlait à qui il le voulait, point. Ce n'était pas toujours la meilleure méthode, mais au moins ne perdait-il pas de temps à hésiter, reculer, puis forcément, regretter. C'était ainsi qu'il avait abordé Zohra aujourd'hui, et c'était probablement pour cela qu'il allait le regretter. À venir spontanément on n'est pas préparé. Payne n'était pas prêt.

Pardon ?

Zohra avait prononcé des mots qu'on n'imaginerait jamais dans sa bouche et pire que tout, elle les avait associés à Cecily et Payne aurait souhaité ne jamais entendre cela de sa vie. Les mots s'associaient pour prendre sens et forme dans son esprit, et son imagination était peut-être trop véhémente mais il avait la sensation de s'entendre révéler la triste vérité, schémas et powerpoint à l'appui : oui, Payne, tes amis aussi ont une vie sexuelle.  Stupeur et tremblements. C'était gênant. Mais Payne ne se gênait pas, ça non, ahaha ah. Aha. Jamais de la vie. Payne ouvrait les portes à coups de pied pour entrer dans la vie des gens et sans jamais s'offusquer, alors ces quelques mots, hein…! Ces quelques mots… Il était si mal placé pour les critiquer, et pourtant il étouffait dans son indignation, si bien qu'il en oubliait la dernière question.

"Non mais… tu vas t'calmer tout d'suite et redescendre euh… en toi-même, là. Pour qui tu t'prends ?"

Apprenez-lui la répartie, au secours. Ses mains ne tenaient plus en place, il croisa les bras, puis les replongea dans ses poches, sans savoir qu'en faire. Il avait envie de lui mettre une baffe. Certaines personnes se permettaient vraiment tout ! Probablement élevées par des parents qui prônaient l'éducation positive, ou bienveillante, et toutes ces conneries. Objectivement, il n'était pas concerné, mais il se sentait trahi, alors que c'était seul qu'il s'infligeait cela.

"Ça me pose problème, ouais ! Déjà, tu parles pas comme ça de Lily ok !" Il se détacha du bureau comme pour échapper au malaise, fit quelques pas sur le côté, puis de l'autre, revint à sa place et laissa ses mains s'échapper dans des gestes qui se voulaient accusateurs pour l'éhontée. "Et j'pense que je le saurais si tu… vous… voilà, hein !"

On aurait dit que le grand garçon avait été remplacé par une jeune pucelle tout droit sortie d'un couvent.
Invité
Invité
avatar
Re: orgueil et préjugés •• zohra Sam 2 Mar - 1:51


les nouvelles déceptions feront les vieilles rancœurs
cette panique-là, désillusionnée par le fait qu'elle n'est pas de ces gamines bien rangées, elle lui plaît. ce n'est pas dans une pure méchanceté qu'on pourrait lui accorder mais plus avec la satisfaction d'étouffer des voix qui font mal à autrui. tu ne la respectes pas alors elle ne te respectera pas.
elle n'est pas courtoise, et ne le sera pas. elle ne mêlera pas ses paroles d'autres sourires car rien ne la fait rire.

on ne lui vole pas ses joyaux ainsi.

et surtout quand il se nomme cecily, et surtout quand le voleur est toi ; là est bien le problème, il n'y a rien qui lui convient dans l'équation d'une entente entre vous et de la concession que tu veux lui faire cracher. elle la devine déjà puisque vous ne vous aimez pas.
elle roule des yeux avec agacement face à un gaillard mijaurée (bien qu'elle respecte la pudeur) et te trouve bien arrogant pour prétendre tout connaître de votre tendre amie - et d'elle par extension.
elle éclate de rire. c'est nerveux. elle n'a que dix-sept et face à l'incompréhension grandissante, elle ne peut que se méfier de ceux aux phalanges abîmées - zohra est loin de connaître tes valeurs et n'a pas le goût du suicide.
comment ça tu le saurais ? ce n'est pas marqué sur les fronts ce genre de choses, mon garçon.
c'est possible qu'intérieurement elle te méprise à ce moment-là.
d'un mouvement leste elle vient se recoiffer, gouverner ses boucles bien savantes en y glissant ses doigts. elle ne quitte jamais ton regard parce que c'est une biche qui fixera l'ennemi jusque dans ces derniers instants - ou du moins c'est ce qu'elle aime faire croire. car si elle s'habille d'émeraude c'est qu'elle se rapproche davantage du renard et l'on sait deviner la différence entre ces deux animaux dans une obscurité parfaite.
de lily ? donc tu es proche d'elle ? dis les choses au lieu de les prononcer à demi-mots, c'est pas comme si j'allais te manger tout cru.
même pas besoin de désigner sa silhouette pour comprendre ce qu'elle veut dire - tu briserais sa nuque sans problème.
j'admets que j'ai dit ça pour te taquiner, ok... mais je comprends pas ton problème en fait, c'est moi ?
évidemment que oui, mais elle veut te le faire cracher. l'entendre de ta propre bouche pour te montrer que tu n'as aucun droit de possessivité face à elle. elle est tout autant en droit de se lier d'amitié et de nouer une affection avec la poufsouffle.
Contenu sponsorisé
Re: orgueil et préjugés •• zohra

orgueil et préjugés •• zohra
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Une définition de l'orgueil
» [Helias, Pierre Jakez] Le cheval d'orgueil
» Austen, Jane - Orgueil et préjugés
» Fanfictions
» Jeu vidéo Orgueil et Préjugés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Cinquième étage :: Salle d'arithmancie-
Sauter vers: