[EVENT #1] Fallen & Mephisto

Le Choixpeau Magique
Pnj
Pnj
avatar
Messages : 2096
Points : 5587
[EVENT #1] Fallen & Mephisto Sam 20 Mai - 14:48

Fallen & Mephisto




Instructions
→ Pas de minimum de mots, privilégiez les petites réponses si vous êtes du genre à répondre lentement, pour ne pas bloquer votre partenaire
→ Le bal s’arrêtera quand tout le monde aura fini, l’event restera ouvert jusqu’à ce que vous ayez terminé.
→ Vous avez la possibilité de rejoindre un autre sujet d’un autre couple avec leur autorisation. Précisez juste à la fin de votre dernier post un lien de redirection pour indiquer aux lecteurs ou vos personnages se trouvent. Pareil, si vous décidez de revenir dans votre sujet principal parce que l’autre couple est parti, veuillez préciser le lien d'où vous venez.
→ Vous pouvez postez dans le sujet commun s’il se passe quelque chose qui implique beaucoup de personnes. N’en abusez pas. (indiquez toujours les liens de redirection)
→ Si vous décidez de faire un autre rp dans un autre endroit mais toujours le soir du bal, veuillez préciser le titre dans votre nouvel RP [Event #1].
→ Amusez-vous et pas de bêtises !

Voir le profil de l'utilisateur
Mephisto I. Flemming
ravage et fléau des hommes
ravage et fléau des hommes
avatar
Messages : 79
Points : 195
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Dim 21 Mai - 8:07

#008 gala
don't have nobody to call my own please turn on
your magic beam mr. sandman, bring me a dream

Les yeux perdus dans la glace, il contemple la dégaine étrangère qui lui fait face. Il ne se reconnaissait pas — plus, si d’ordinaire, on pouvait dire qu’il savait ce qu’il était et représentait. Le cœur furibond et le corps las, il arrange une dernière fois cette cravate noire qui enserrait sa gorge et ferme dans un silence religieux la porte des dortoirs, délaissant son meilleur ami dans son choix cornélien pour retrouver sa partenaire de ce soir. La silhouette longe les couloirs d’un pas anxieux qui se veut nonchalant, incapable de faire taire les tambourinements de cette poitrine qui martèlent et cognent ; impuissant face à l’appréhension de cette soirée et de ses futurs événements. Et c’est l’estomac noué qu’il s’en va retrouver Fallen, se prostrer devant elle d’un air grave qu’il aurait voulu dissimuler. « Je sais que cette soirée ne va pas être une partie de plaisir. N’hésite pas à me prévenir, si jamais ça ne va pas ou si tu as envie de fuir — que sais-je. » Il s’essaie à un sourire chaleureux, mais nul doute que cela se présentait davantage comme un rictus. Il aurait presque eu envie de la prendre dans ses bras et de l’entraîner dans une évasion éphémère ; de s’éclipser parmi tous ces contours nébuleux et disparaître sous l’asphalte. Cependant il n’en fit rien, car rien de ce qu’il pourrait faire ne saurait alléger son fardeau et élargir les barreaux de cette cage dorée d’où elle se tenait prisonnière. Rien ne pourrait effacer les stigmates cinabres ornant l'âme ; et alors que l'existence de la sœur cadette dans l'encéphale se manifeste, il ne peut s'empêcher de détourner le regard. Et les mots viennent lui enserrer le gosier, ils s'échappent — ou tentent — avant de se laisser crever à la surface. Impuissant face au malheur qui l'accable, il se rend muet le temps de quelques secondes ; et ainsi porteur d’une compassion infinie à son égard, parfois s’étonnait-il à désirer ardemment devenir Atlas à sa place. « Cette robe te va à ravir, même si je sais que tu aurais préféré quelque chose de moins encombrant. » Les yeux s’égarent par la suite et portent un regard circulaire à la salle, cherchant inconsciemment une ombre spinelle qui saurait apaiser l’âme et ses tourmentes frivoles ; ne se présentent pourtant que de sinistres gabarits porteurs de l’emblème familial. Alors entre ses lèvres s’éteint un soupir et le bras tendu à sa compagne, il murmure : « Bon. Es-tu prête à brandir un sourire et lever un majeur à la famille Blackwell ? »

BY MITZI
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Dim 21 Mai - 10:06





Leaving Tonight

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END



C'est l'envie de mourir qui la tient à la gorge alors qu'elle se contemple dans le miroir. Ce soir, elle se devra d'être irrésistible. Charmante. Pas même pour son cavalier, qui lui sauve la mise et qu'elle ne peut s'empêcher, chaque jour un peu plus d'apprécier. Pas même pour les femmes qu'elle pourrait rencontrer. Non juste pour un manège incertain et dangereux, celui de danser devant ses parents, de les honorer. Juste pour ceux qui partagent ce sang, qui les rend apparemment si différents. Fallen a envie de cracher sur ce sang, de le haïr par delà les cieux. Ce n'est qu'un ramassis d'insanités stupides qui ne fait que les amener à leurs propres pertes. Ils sont pathétiques. Pas plus qu'elle n'a envie de porter ce masque qui la scarifie, elle n'a pas envie de se retrouver sous les lumières féériques de ceux qui composent le rêve de chaque véritable fille. Cliché lassant. Fallen est en overdose de mots doux, de regards teintés d'une fausse empathie et d'une pitié médisante. Le mot "condoléances" est devenu son ennemi premier. Elle regarde dans la glace cette fille au lourdes boucles noires à peine coiffées, tombant en cascade d'ébène sur une peau légèrement ambrée. Des yeux d'un vert fantomatique, hanté par ce qu'elle a vu, par ce qu'elle a fait. Elle serre sa main en poing où apparaît une cicatrice à la teinte verdâtre qui lui barre toute la paume. On ne cherche pas la Mort sans y laisser un bout de peau, lui avait dit l'infirmière. Marquée à vie. La plante de ses pieds se glisse dans des sandalettes si discrètes qu'on la croirait pieds nus et elle jette un dernier regard à la chambre. Elle donnerai tout et n'importe quoi pour ne pas la quitter. D'un pas lourd, inquiète et anxieuse, elle s'en va retrouver son sauveur.

Elle le regarde ce bel homme et c'est la culpabilité qui enserre les lambeaux de son cœur. Il aurait pu être avec son obsession à la place d'elle. Il aurait pu être heureux. À la place, elle l'avait enchaîné à elle. Tu lui souris bravement, à lui tu peux bien lui offrir ça de toute manière.

« Elle na va pas être plaisante pour toi non plus»Ses yeux se baissent. « Je sais que tu aurais préféré y aller avec une autre. »

Dans ses yeux, par delà la bonté qui émane de lui tu la vois cette compassion qu'il retient. Ça lui remue le ventre, et une boule se serre. De toute manière, il faudra qu'elle s'habitue un temps. Tu l'observes dans sa tenue et un sourire parsème ton visage.

« Tu es un plaisir pour les yeux toi aussi. Même si je me doute que tu n'as pas plus envie que moi de porter ces foutus déguisements. »

Elle glisse son bras sous le sien et ramène les tissus de sa robe, avançant d'un pas léger.

« On retrouve Faust et sa cavalière  ? Puis on se mettra en recherche de celle qui t'était promise ? Avant d'aller emmerder ce qui me sert de famille. »

Ce qui nous sert de famille.


by tris
Mephisto I. Flemming
ravage et fléau des hommes
ravage et fléau des hommes
avatar
Messages : 79
Points : 195
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Mer 24 Mai - 13:17

#008 gala
don't have nobody to call my own please turn on
your magic beam mr. sandman, bring me a dream

Fidèle à elle-même, elle ne montrait aucun signe d’affaissement corporel ou psychique. Fidèle à elle-même, le menton était relevé, la tête haute et l’air impérial accompagnait ses traits — en apparence, car Mephisto n’était dupe. Son éducation avait été parfaite ; Sinistra Artémis Fallen Blackwell était parfaite. Pourtant, Ô pourtant, une fissure béante émergeait encore et encore, à chaque parole, à chaque regard. Elle n’avait pu faire son deuil, tenue en laisse par les codes sociaux qu’on lui imposait, à elle et ses épaules frêles. Elle n’avait pu déverser colère et chagrin, emprisonnée par la dénomination Blackwell. Car c’était justement ce qu’on lui avait enseigné : passer outre et faire fi de divagations sentimentales. Alors non, bien sûr que non, il ne pouvait lui en vouloir. Bien sûr que non. Jamais ne lui en voudra-t-elle de gâcher une nuit comparée à toute sa vie, qui serait réglementée, contrôlée — soumise. « Sisi, ce n’est qu’un gala. » Un soir parmi tant d’autres. Pourtant s’entichait-il encore, intérieurement, profondément, à vouloir et désirer une réalité alternative. Là où Blackwell n’existerait pas et où Fenry serait sienne. Il délirait, déraillait — c’était insensé. C’était beaucoup trop beau, si beau que cela n’arriverait jamais. « Cette cravate m’enserre la gorge, si tu veux tout savoir. » Il avança à son tour, entraîné par la silhouette ébène, un sourire esquissé sur le visage. Il repensa alors à l’identité de la cavalière de son acolyte de toujours, se demandant si tout irait bien. Pour Elles et la défiance (défaillance) que cela représentait envers l’ascendance archaïque et régie par de vieux fous. Et n’étant sûr qu’elle ait été mise dans la confidence, il resta évasif et tâcha alors de montrer de l’enthousiasme face à la retrouvaille proposée. « C’était exactement ce que j’allais te conseiller — excellente idée pour la seconde partie, mais ne t’accable pas de mes déboires amoureux si l’envie est absente. Et c’est un peu ridicule mais, sous le regard de la famille.. » Les syllabes s’articulèrent avec difficulté. « Enfin. Tu sais. J’ai toujours cette crainte qu’ils viennent un jour me chercher pour saloper ma vie. » Et me réduire au même traitement que toi, qu’il faillit achever. Il se dépêcha alors de passer à autre chose et se chargea à son tour de mener la danse, d’effectuer quelques pas en avant et rentrer, enfin, à l’intérieur de la salle, angoisse dans l’abdomen.

BY MITZI


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Jeu 25 Mai - 15:00





Leaving Tonight

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END



Son regard vacille à ces mots et son coeur se serre d’une langueur qu’elle aurait voulu oublier. Ses yeux se détournent du chevalier servant, ses poumons vidés d’air, alors qu’elle guette la main qui lui permettra de se sauver de sa chute. Elle manque de s’arrêter et de faire demi-tour, l’espace d’un instant, elle voudrait oublier. L’espace d’un instant, elle voudrait fuir.

« De finir comme moi. De finir comme nous. » Sa voix se fait amère, révélant le gouffre que renferme le nom Blackwell. Il disait, c’est un gala, là où Fallen ne voyait qu’une immense pièce de Théâtre. Jouer une heure durant sur la scène, s’agiter dans tous les sens dans le but de gagner, d’arriver en premier à la course des clivages sociaux.. L’envie de vomir se fit plus présente alors qu’ils pénétraient dans la salle. Une chaleur moite, une excitation perverse et une raideur reconnaissable donnait le tournis à la jeune femme. Des galas comme ça, elle en avait connu des dizaines. Jamais n’avait elle eu autant envie de se libérer des estampes de la famille, d’arracher sa chevalière et de hurler qu’elle n’était pas comme eux. Qu’elle était libre. Mais Fallen était en cage depuis sa naissance et les barrières lui avaient été inculquées avec violence et froideur, si bien qu’elle ne savait les franchir. Elle soupira et offrit un sourire à son compagnon, faisant l’impasse du surnom stupide dont il l’affublait. Elle essayait de prendre cela comme une marque d’affection. Elle parcourut la salle, les yeux évasifs, le coeur à vif.

Son épiderme s’affola lorsqu’elle croisa une chevelure rouge vermeil, comme une rivière de sang. Une odeur de chaleur ensoleillée se raviva dans l’esprit de la Blackwell, la noyant sous l’assaut de souvenirs, l’explosion douloureuse et les nerfs à vif. Elle eut soudain envie de fondre en larmes et de se cacher derrière Mephisto, dans l’espoir qu’elle ne soit qu’un mirage. Venus accompagnait Faust. Elle enserra violemment le bras du jeune homme, l’encéphale en perdition, une dent mordant violemment ses lèvres.

« Je vois que Faust et sa compagne sont occupés. » Sa tête obliqua vers sa famille et elle soupira longuement.« Il faut que j’aille honorer la présence de ses Majestés et.... » sa voix baissa d’un cran, presque étouffée  «accepter les condoléances et remercier leur sollicitude si grande. Ensuite, il faudra que je te présente.»

Elle allait expirer avant la fin de la soirée. Elle tira discrètement Leto, s’appuyant par moment sur lui et ils s’avancèrent comme deux vétérans vers les Puissants.

by tris
Mephisto I. Flemming
ravage et fléau des hommes
ravage et fléau des hommes
avatar
Messages : 79
Points : 195
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Jeu 25 Mai - 20:39

#008 gala
don't have nobody to call my own please turn on
your magic beam mr. sandman, bring me a dream

Agitation, détresse, frayeur ; palpable du bout des doigts, tangible d’un effleurement ténu. Maelström, agrégat, tornade ; ouragan de ressentis, pressentis ; ça tonnait et détonnait dans la paroi organique, et les sens, sensations, remuaient, affluaient, s’exsudaient, ruisselaient de ce trop plein qui ne parvenait à se contenir, s’éteindre, s’étouffer, brider — REFOULER. C’était en pleine gorge, en plein cœur, en pleine âme qu’il se retrouvait tourmenté, bombardé ; tiraillé de tous les côtés, à ne plus savoir où fuir, où détourner les regards désespérés. C’était insensé, indésirable — excédant. L’intrusion de cette razzia émotive le faisait choir, chanceler vaciller il semblait tomber dans un gouffre où il n’avait pieds où les appuis manquaient. En chute libre, voilà où il était. Il en rêvait, désirait, fantasmait depuis si longtemps et voilà que ses jambes tremblaient, qu’il ne pipait mot, préoccupé à rassembler les bouts de conscience éparpillés, dispersés. Et au loin il aurait aimé crier FAUST, il aurait aimé hurler, suppliquer son prénom contre son palais, mais le souffle se perdait, l’ardeur s’abstentait ; il n’y avait que Fallen pour le contenir, retenir, secourir de cette bête noire qui s’éveillait, s’émerveillait de la panique, de l’aigreur, de la pusillanimité mouvante émergente. Mais qui la sauverait alors si jamais elle venait à le protéger lui ? Alors avant la rencontre, avant le funèbre et le macabre, avant l’impulsion, la pulsion morbide qui fulminait crépitait explosait à l’intérieur, avant le faux-pas, avant les actions inconsidérées, les paroles regrettées, il ne put s’empêcher de la prendre dans ses bras, de la serrer intimement, de lui faire comprendre qu’il était là, pour elle, pour ELLES, pour tout ce qui adviendra, tout ce qui surviendra ; il la berça si fort contre elle, expira si doucement contre elle des mots qu’il ne prononcera jamais en dehors de son crâne Ô Fallen donne-moi ta force Ô Fallen si seulement je pouvais être toi et enfin, enfin après de longues secondes il la lâcha, se sépara de cette chaleur incommensurablement douce et bienveillante ; car c’était ce soir, un soir parmi tant d’autres pourtant, où vendetta allait être effectuée. Vendetta était un grand mot cependant, nul doute qu’il ne présenterait que sa haine, en toute cordialité et un foutrement vôtre, Mephisto pour achever son discours enragé. Et il lui emboîta ainsi le pas, il s’échappa de son étreinte brute et paniquée ; fonça droit contre le mur — la mort, habillée en tuxedo Chanel — pour se planter devant eux, devant la décrépitude personnifiée, humanisée, détestable et détestée. « Bonsoir — enfin ! Après de si longues années, après une si tortureuse attente, enfin ! Comment va Papa ? Toujours vivant à violer une autre servante ? Toujours vivant à culbuter et enfanter des bâtards ? Ou bien est-il finalement enterré dix pieds sous terre après avoir subi une crise cardiaque pendant une de ses fornications musclées ? Je prendrais des précautions si j’étais vous, à cet âge-là il est si facile de mourir ! » Ce n’était pas lui, ce n’était pas ses mots. Ce n’était pas lui. Il ne se reconnaissait pas — plus. Faust où es-tu, contiens-moi. « BIEN HEUREUX DE CONVERSER AVEC VOUS APRÈS TOUTES CES ANNÉES — ENFIN ! »

Il se comportait comme un petit merdeux. Il avait presque envie de se tirer une balle. Un truc, qu'importe, qu'on le fasse taire.

Faust où es-tu.

Faust.



hrp:
 

BY MITZI


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Ven 26 Mai - 15:15





Leaving Tonight

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END



Ils étaient les vétérans d'une guerre sans nom. Ils étaient de ceux qu'on oublie, de ceux dont les actes ne veulent rien dire. Ils étaient les victimes de nerfs crevassés, d'âmes asséchées. Leurs corps se démantibulaient au fil des pas, cœurs délabrés d'un sinistre présage. Le cœur au bord des lèvres, à moitié sorti de ses lippes dévergondées. Fallen avait envie de vomir. Fallen avait envie de rire, rire aux éclats, gloussement d'hystérie dans sa gorge asséchée par la peur, rayée par une anxiété qui lui écrasait la cage thoracique. Elle sentait Mephisto s'éveiller à côté d'elle. Pas Leto, celui qu'elle connaissait, pas toto, le gamin qu'elle avait appris à découvrir. Mephisto, l'obscurité grandissante d'un homme perdu, Méphisto, le diable au nom raccourci. Méphistophélès, le prince des Enfers, le diable de Poudlard. La bête était éveillée et les Sang-Purs n'avaient qu'à bien se tenir. Ce soir, les langues allaient se délier, ce soir l'homme allait danser. Si l'étreinte ne l'avait pas tant perturbé, l'odeur encore collée au corps, la chaleur encore présente, se glissait dans son sang. Si Fallen ne l'avait pas compris, elle l'aurait arrêté dans sa course colérique et lui aurait fait avorter ses projets. Mais Leto avait le droit, Leto avait le devoir de cracher le venin qui le détruisait de l'intérieur. Il se devait d'extérioriser la bile qui le ravageait, d'essuyer cette présence malsaine. Leto devait exploser, et elle, elle était prête à en payer le prix. Parce que quoi qu'elle disait, Leto était l'un des derniers véritables membres de sa famille. À quelques pas de lui, elle n'entendait même pas la moitié de ses mots alors qu'il hurlait sa rage. Entre deux mondes, Fallen contemplait, presque se complaisait de voir les visages déformés de cette famille de dégénérés. Elle en retirait un plaisir pervers à capter la douleur, l'inquiétude, la nervosité de chacun des membres. Vous ne contrôliez plus vos créations. Elle s'avança d'un pas, faisant voler sa robe, alors que son oncle tendait sa baguette et murmurait un descendo, obligeant Leto à s'agenouiller. La rage fit bouillonner son sang, et elle s'approcha, implacable. Fallen n'était plus, Sinistra était là.

« La chose la plus drôle, c'est que la vérité fait mal, même pour des Sang-Purs tels que vous. Qu'est-ce que vous m'aviez appris déjà ? Droiture et honneur ? Mais l'honneur des Blackwell, vous l'avez roulé dans la boue et craché dessus. Vous avez rit sur la tombe de vos ancêtres, massacré le symbole qui se trouve sur nos bagues par le plaisir de la chair et de la cupidité. Regardez-vous maintenant, à devoir user d'un sort pour ne pas voir vos erreurs. Vous êtes la honte. » Elle haletait, incapable de s'arrêter, le corps tremblant d'une colère et d'un désespoir qu'elle n'arrivait plus à contenir, le temps passant. Sa voix augmenta d'un ton, attirant les regards vers eux. Le procès des Blackwell. Il était temps. « C'est votre faute. Tout est de votre faute. » Et Fallen ne parlait plus de Méphisto. « À inculquer des principes stupides, à prendre peur du changement, vous avez amené la mort. Les Blackwell sont une tare, une descendance maudite qu'il vaudrait mieux brûler jusqu'au dernier. »

Et d'une main douce, tremblante de colère et d'une tristesse qui lui envahissait le cœur, Fallen releva Leto.

by tris
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Sam 27 Mai - 8:32



Il rit aussi à sa réplique, s'imaginant sans peine la française peiner à comprendre les cours de runes et tous leurs rouages. Mais le rire qui l'accompagne s'éteint, et le talon heurte son orteil. Sa cavalière recule aussitôt, un air désolé incrusté sur ses traits, mettant un terme à la danse. Alors ses prunelles en recherchent la raison, bien qu'il n'a aucun doute sur son essence, et tombent sur deux reconnaissables silhouettes aux chevelures de jais. Leto. Fallen. Il observe, scrute, arrache chaque bribe d'information qu'il peut récolter tandis que les pas du duo les mène jusqu'à affronter la maudite famille. La rage ébouillantée qui surgit sur le visage de son acolyte, le calme apparent, analytique, de la sang-pure mais la lave qui la chevauche ; leurs traits tirés, abusés, vampirisés. Des poupées de cires qui arrachent les fils de la mascarade, dévoilant leur métal.
Et les paroles surgissent, dévalent ; torrent inarrêtable, le ton monte et Leto crache crache crache sa rage, éructe, érupte, et Faust n'en entend que des éclats mais il les sent ; dans son crâne dans ses tripes et dans sa bile. La pourriture d'une vie rejetée, relâchée. Et la culpabilité l'étrangle car il aurait dû les voir il aurait dû déjà être là-bas et il devrait les rejoindre bordel. Mais son crâne enregistre et ses jambes se désistent ; son corps est immobile tandis que celui de Mephisto tombe à genoux sous les ordres d'un sortilège et comment osent-ils. (impardonnable) Fallen s'avance ; les parjures injurent ; exclus qui s'exclament et clament péchés et destruction  orchestrée. Tout est de leur faute. Macabre procès qui intrigue la foule ; regards et oreilles glissent dans leur direction.  La tirade finale ; haineuse mais douloureuse , triste mais fière , sinistre mais flamboyante. Puis, tremblante, douce mais assurée, elle relève Leto.
Une main qui le bouscula dans leur direction ; brusque rappel de son immobilité. Il écouta attentivement les paroles de Venus, réalisant qu'elle ne comprenait pas. Ce n'était pas seulement Fallen. Ce n'était pas seulement Leto. C'était l'ensemble, le trop-plein, les débordements ; c'était Sinistra et Mephisto, rêves étouffés dans l’œuf et la vie martelée dès leur naissance, par leur naissance. Arrêter le massacre ? C'était cette famille, le massacre ; l'ignominie incarnée, pourrissant quiconque s'en approchait. La pestilence. Les mots lui manquaient pour l'expliquer, l'exprimer – sa gorge était serrée, cloîtrée, contrainte à ne rien laisser filer. Alors il saisit le poignet de l'autre et s'avance, bousculant quiconque se trouvait sur son passage. Chaque pas le rendait plus angoissé, rongé, énervé, saoulé. Nerfs crépitant et regard ardent ; le monde bouillonne et lui avec. Il se délesta de la main de la Poufsouffle à la lisière de l'implication – avancer ou non, c'était son choix. Et il se poste à leur côté, un peu en avant, soutenant lui aussi Leto d'un bras glissé sous le sien, l'agrippant – soutien silencieux, douloureux.  Toujours, toujours là Leto ; indissociables, deux êtres dont les limites se brouillent; indispensables. Je ne te – vous – lâcherai pas. Soutien inébranlable entre enfants maudits. Les émotions virevoltaient autour de lui ; visibles dans les visages et tremblements, regards et tiraillements. Et il s'en nourrit ; il les fait sienne, fragment par fragment jusqu'à ce qu'il soit submergé. Kérosène empathique ; l'éveil du compas colère. Le Nord est Blackwell. Rage sourde et sinueuse ; un sourire démesuré éclaire son visage. Tout est contrôlé, il ne peut perdre pied. Pas cette fois-là ; alors que les autres déraillent et débordent. L'instinct est phare tandis qu'il déclare « Veuillez les excuser. Ils sont perturbés, vous voyez. » Et son regard luit, accusateur, moqueur ; car la foule regarde et le sarcasme est imperceptible dans sa voix. Attention attirée, témoins inopinés, protection volatile. « Mephisto aurait rêvé de faire partie de votre si magnifique et chaleureuse famille. Et Fallen souffre beaucoup du décès de sa sœur. » Ses lèvres se crispent en un sourire contracté.  « D'ailleurs, mes condoléances. Vous avez aussi tous l'air extrêmement affectés. » Tête penchée sur le côté, feignant d'être inquiet, touché, il poursuit. « C'est sûrement pour ça que vous avez eu un petit débordement, vous aussi. » Sourire angélique, regard carnassier. Colère calme, prêt à prendre le blâme.
 
bal d'été


hrp:
 
Mephisto I. Flemming
ravage et fléau des hommes
ravage et fléau des hommes
avatar
Messages : 79
Points : 195
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Dim 28 Mai - 14:03

#008 gala
don't have nobody to call my own please turn on
your magic beam mr. sandman, bring me a dream

Qu’importe les mots déblatérés, hurlés — qu’importe les actions effectuées, rêvées, désirées — qu’importe la hantise fécondée, germée — qu’importe ; qu’importe. Rien ne pourrait plus, à jamais, remplacer évincer détrôner cette vacuité avide et affamée qui l’infectait. Gâté et perverti par l’existence propre, dénaturé dès la naissance par la simple tragédie d’être né Blackwell, le goudron funèbre s’écoulait à travers ses veines ; intraveineuse mortelle et destructrice qui ne cessait de pilonner le crâne de sa fatalité. Alors les genoux contre le sol échoués, il ne cesse de les observer ; de les considérer longuement d’une fureur aversion répugnance aphasique. Rendu léthargique, l’acrimonie ne cesse d’errer dans ses pensées, à vouloir déverser son sinistre diagnostic, répandre son arsenic contre la malédiction venue le (les) frapper ; les souvenirs enterrés au fin fond du cœur ravivés. Car ce sont les larmoiements intarissables, les questionnements interminables, les murmures obscurs et les doigts pointés contre lui ; ce sont les éclats d’une vie atrophiée, les reliquats d’une entité étouffée. Mephisto faisait partie de ces histoires qu’il fallait mieux oublier, effacer ; la croyance populaire que, peut-être, à force de silences, elles s’emporteraient dans la tombe des concernés. Et les sanglots au bout des lèvres, les résidus mémoriels à travers le gosier, il ne peut s’empêcher d’acclamer Fallen, de l’éprouver dans sa tirade sanguinaire, de ressentir endurer souffrir avec elle ; compatir. C’était le mot. Et devant l’accusation — condamnation — de la profane dynastie, la desiderata ardente du génocide se proclame, se déclame ; s’attarde. Mais une fois encore, était-ce la solution finale ? Celle qui viendrait étreindre ses maux, éponger ses soupirs, sécher ses sanglots ; celle qui l’emporterait haut et loin de cette impériale tragédie, de cette ultraviolence exacerbée aux répercussions asphyxiées ? Et perdu dans les divagations existentielles, dans l’accumulation condensation , il ferme les yeux. Pour ne plus sentir, ressentir, supporter, raisonner. Il se laisse porter par la silhouette éreintée de sa tendre et chère, celle dont les balafres ornent l’âme toute entière ; il se laisse porter par la voix de son frère d’arme, cette moitié composant l’ectoplasme aux craquelures excessives, aux déboires sentimentaux enflammés.

Il se laisse porter, fatigué.

BY MITZI


Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Dim 28 Mai - 15:32

 Le Bal des Damnés 
Faust H. Holdstock & Méphisto I. Flemming & S. A. Fallen Blackwell
  
   
  
   
 
Tu n'as pas ta place ici. Venus, que fais-tu là ? Faust s'est avancé vers les deux protagonistes aux visages de pierre, statues de lave en fusion s'opposant à des tyrans. Ses mains d'ange se saisissent du bras de celui ayant levé la voix d'abord, celui dont les genoux ont heurté le parquet sous la contrainte inadmissible d'une magie utilisée à mauvais escient. Et toi dans tout ça ? À part Faust, il n'y aucune raison de ta présence derrière eux. Tu es l'intruse Venus. Et tu ne peux pas prétendre être ici pour Fallen. Qu'est-ce qui te donne le droit de prétendre que tu la connais ? Que tu pourrais l'aider ?
Rien, rien du tout.
Pourtant tu serres les dents, tu restes. Tu avances de quelques pas, tu te met à gauche de Faust. Tu oses défier les Blackwell des yeux. Ils ne savent pas qui tu es, mais tu sais qu'ils ne seront pas insensibles à ta beauté. Que ton visage en colère s'imprimera sous leurs paupières.
Tu sens une présence derrière toi et ton visage se tourne de profil. Il y a deux hommes derrière vous. L'un d'entre eux fixe la famille en secouant la tête, comme désapprobateur.
Non, pas désapprobateur. Il veut juste éviter une scène en public. Ça devient évident lorsqu'il jette un regard circulaire. Puis ses yeux se posent sur toi.
Tu attrapes la manche de Faust, effrayée par ce regard intense. Tu aimerais te pencher à son oreille, lui dire de partir mais tu ne peux décrocher tes pupilles de celles sombres du Sang-Pur.
C'est lui qui rompt finalement le contact et tu reprends bruyamment ta respiration, te rendant compte que tu étais en apnée et que tes poumons réclamaient de l'air en urgence.
Tes yeux se posent rapidement sur Fallen. Ses émotions semblent un peu plus maitrisées, mais tu ne t'attardes pas, tu ne veux pas que ce regard soit surpris.
Tu as l'impression que vous êtes quatre agneaux parmi des loups, regroupés autour de vous en un cercle malsain et compressant. Mais les agneaux eux-aussi ont du caractère.
Les autres tout du moins.

Vous devriez profiter du Bal, messieurs. Ce n'est pas souvent que nous avons l'opportunité de voir des invités d'honneur aussi prestigieux que vous sur la piste.

Tu as peur mais ta voix ne tremble pas. Tu leur lance un sourire, charmant, brillant. Le genre de sourire que ta mère t'avait appris à faire pour voler ce que tu désirais n'importe où. Ici, en l'occurrence, c'était la paix que tu voulais leur extirper.
Rien ne laisse paraître l'ironie dans ta voix lorsque tu rajoutes d'un ton jovial, apercevant une chevelure brune au cœur de la piste.

Même le Directeur Scamander s'est joint aux festivités ! Après tout, qui peut résister à cette musique, me diriez-vous ! Une bonne danse, cela permet d'oublier tous les chagrins et tous les emportements...

Tes épaules se reculent un peu, ton buste s'avance. Le menton un peu relevé tu souris, dévoilant ton cou et tes épaules gracieuses dénudées.
Pourtant ta main est toujours aussi crispée sur la manche de Faust.


   
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Lun 5 Juin - 11:38





Leaving Tonight

HAVE YOU SEEN THE TEARS ? HAVE YOU SEEN THE SADNESS ? SEE HOW I DO, I STEPPED ON THAT PAIN AND STOOD UP AGAIN AT THE MOMENT I FELT IT WAS THE END



C'est un procès sanglant, aux accusateurs échevelés et aux accusés flamboyants d'un pouvoir abusif et d'un regard teinté de haine et de mépris. Ce sont les jeunes, la jeunesse du matin, qui affrontent ceux qui ont vu lune passer. C'est le début et la fin, l'ouroboros qui se mord la queue, qui se dévore sempiternellement. D'autres rentrent dans ce ballet de tous les vices, où se surjoue une scène inattendue. Les lèvres pincées, Fallen contemple d'un air indifférent les promesses de sanctions qui brillent dans les yeux émeraudes de son père. La bulle de peur n'a pas encore éclaté, la gryffon n'a pas encore réalisé l'horreur de toute la situation. Elle sait pourtant qu'elle vient de se condamner.

Faust se laisse porter par l'ambiance survoltée et Fallen manque de lui arracher les yeux lorsqu'il parle de sa sœur perdue. Au fond d'elle, une banshee hurle. Qui sont-ils donc, tous autant qu'ils sont, pour parler d'elle à mot légers, pour s'en servir comme arme contre une dynastie pleine de péchés. Elle se tend alors que se réveille le vide, le gouffre béant qu'a laissé le départ de Grenat. Elle serre une nouvelle fois le bras de Leto, cherchant la force, fuyant la blessure, qui lentement l'affecte.

" Vos condoléances nous semblent déplacées, jeune homme, au vu des vos remarques désobligeantes. Je vous serait grès, vous et votre ami je suppose, de disposer et de nous laisser nous entretenir avec ma fille. "

Fallen serre les dents et relève la tête, lâchant le bras de Leto après une dernière pression, comme un au revoir, soit heureux. Mais elle n'a même pas le temps de faire un pas, de s'engouffrer dans ce nuage de gens toxiques que Venus prend la parole, douce Venus, qu'elle n'avait pas vu et dont la voix fait l'effet d'un baume sur son cœur meurtri. Elle se décale légèrement pour l'apercevoir. Il lui suffit de quelques secondes, d'une mèche et d'un bout de chair perçue et Fallen se sent mieux, elle se sent revivre. Cependant Fallen s'inquiète, les Blackwell n'ont jamais été connus pour leur ouverture d'esprit. Intérieurement, elle le sait, il faut qu'ils partent tous. Fuir la peste, fuir les Blackwell.


" Exactement Vélane, Orphan, qui est l'un de mes bons amis est ici, et je suis sûr qu'il serait ravis de savoir que ses élèves sont indisciplinés au possible. Encore une preuve que l'éducation à Poudlard laisse à désirer depuis l'arrivée de sa cracmole de sœur. "


Fallen souffle discrètement, et s'apprête à ouvrir la bouche quand, Eleonore Blackwell, doyenne de son état, décide d'intervenir.

"En parlant d'élèves indisciplinés, où est Morpheús ?Ton fiancé t'a abandonnée pour que tu te trouves en compagnie de pareilles personnes ? "

Il aurait suffit que Castiel vienne lui cracher au visage et la soirée n'aurait pas pu être pire. Fallen tremble, ses jambes ne la tiennent plus alors que l'ancienne enfonce le couteau, droit dans le cœur, droit dans l'âme. Elle se sent déchirer, partir en petit morceau, le cœur au bord des lèvres.

by tris
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar
Messages : 429
Points : 709
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Mer 7 Juin - 5:13

BAD BALL & BAD NIGHT
"Accumuler du poids sur ses épaules, c'est prendre le risque qu'un jour ça se brise. C'est se détruire à petit feu jusqu'à l'implosion. L'écroulement."
Non ça ne te plaisait pas.
Il avait absolument raison.
Plus le temps passait et plus tu savais que tu fuyais Felix, tu retardais l’échéance le plus possible, sans te douter un seul instant, sans vouloir imaginer que la soirée aller être bien pire que tout ce que tu pouvais avoir prévu dans un coin de ton esprit égaré.
Raven était convenu d’un simple échange de regards avec toi, que la danse s’était fini. Tu sens la panique qui grimpe dans le creux de ton ventre, mais tu n’en laisses rien paraître, gardant un petit sourire à la commissure des lèvres.
Seul ton regard aux pupilles dilatées peut te tromper.
Sa main se glisse une nouvelle fois dans la tienne et il t’entraîne, vers une destinée que tu n’as jamais au grand jamais souhaité.
C’est lent.
C’est long.
Une part de toi voudrait déjà y être, que les choses se passent comme elles doivent se passer et qu’en suite tu sois libre de décamper loin de cette salle, loin de cette ambiance qui te broie au dedans.
Les mots qui sortent de sa bouche enfantine, qui s’échappent au milieu des corps et des notes de musiques… ça te foudroie. Est-ce que c’est une bonne idée ? Tu n’en es pas du tout certain, tu nages dans l’incertitude de cette soirée. Tu flotte Felix, sur des eaux troubles.
L’anneau à ton doigt te démange, comme s’il chauffait et était entrain de ronger ta chaire, de te rappeler à quel point tu es un pantin dans un jeu. Un jeu sordide.
Ton regard capte la chevelure d’Andy… mais c’est déjà trop tard, les Blackwell sont dans ton champs de vision, ainsi que le drame qui semble se dérouler à leur pieds. Mephisto à genoux, Faust et Venus postés là, en arrières, les traits tendus et Fallen, à deux doigts de l’implosion.
Plus que jamais tu veux disparaître, faire demi-tour.
Il te semble que le père de Fallen vient de parler, tu sais qu’il a perdu une fille il y a peu et tu te demande si comme sa fille, celle à qui tu es lié malgré toi, il prendra si mal tes condoléances… si c’est aussi un mot qu’il ne supporte plus.
Pourtant ton interrogation est stoppé par les mots de la doyenne de la famille sang-pur, Eleonore Blackwell.
Morpheús, ton fiancé.
La musique à changée pile à ce moment là, en pleins blanc. Un instant de silence, brisé par ce non élan de délicatesse, par des mots qui te fond l’effet d’une gifle et puis ton cousin, d’une voix si faible et à peine audible, qui s’exprime, s’excusant du dérangement. Les yeux se lèvent alors vers toi, alors qu’il glisse, te laissant seul face à ces prunelles qui te jugent.
Tu vas tomber dans les pommes.
C’est ce que t’as envie de faire, de simuler un malaise.
Pourtant tout ce qu’on t’as enseigné avec dureté semble vouloir exister, prouver que tu peux te sortir de cette situation merdique et peut-être sauver les autres de ce drame familiale.
Doucement tu t’approches posant délicatement une main sur l’épaule de Fallen, alors que ton regard se tourne vers sa famille, la tête s’inclinant légèrement pour marquer le respect… chose que tu ne veux pas leur donner, mais la tout de suite, tu voudrais éviter de mettre plus les pieds dans le plat plus que ce que ce ne l’est déjà.

Bonsoir, mesdames et messieurs Blackwell, mon cousin et moi même sommes venus vous présentez nos plus sincères condoléances de la part de la famille Gaunt. Tu marques une pause, mais tu n’attends rien d’eux et poursuit, toujours avec calme. Nous avions décidé avec Fallen, de profiter d’une dernière soirée sans être… ensembles, mais… Ton regard se tourne vers elle. Que dirais-tu d’aller danser ?

C’était le moment de prendre la poudre d’escampette.
D’attraper Mephisto et de le traîner loin de cette famille, aussi maudite que la tienne au bout du compte. De sortir Faust et Venus de cette merde à laquelle ils n’auraient jamais dû être mêlée… de fuir l’ombre de Ramsay qui semblait se dessiner sur ta gauche au loin.
Mais c’était sans compter sur Raffaello King et sa grandiose prestation qui allait te faire perdre le peu de self-control que tu avais encore.
© ASHLING POUR EPICODE





The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto Dim 11 Juin - 11:38



Leto est là, masse presque inerte qu'il supporte, contre son bras ; frère d'armes et d'âmes qui se délaisse, s'abandonne dans les suites de cette chasse aux sorcières – qu'ils étaient devenus ; proies au bûcher car infimes parmi multitude, victimes continuelles de dogme qu'ils ne pouvaient abolir ni respecter. C'était eux, brebis égarées mais déterminées, contre le monde, vipères et loups. Mais les brebis sont aussi des lions, et leurs crocs ne sont pas que décoration. Faust sait ; que son implication est vaine et insensée , problématique et dispersée, délurée, et par-dessus tout, exagérée. Présent par procuration, il sent la peur qui commence à infester ses entrailles ; les prunelles qui les décortiquent et les envies que son existence s'esquive ; mais il ne fera pas ce plaisir à cette famille infâme, ce nid de vermines qui infecte, débecte, ceux qui en sont trop proches. Son regard les affronte, tandis qu'ils ripostent à ses répliques ; tandis que Venus saisit sa manche ; et il ne les quitte que lorsque Fallen s'écarte, s'avance ; qu'il porte l'acolyte à lui seul. Il la scrute, elle et son contrôle qui s'effrite, elle et le malheur et qui l'accable ; elle qui devrait être la seule à courir, partir, s'enfuir. Il aurait dû filer, l'emmener ; mais ses pieds restaient ancrés au sol, talons indisposés à se détourner tant que l'autre fragment de son essence ne s'est pas relevé. Il ne comptait pas intervenir, mais entre ses lèvres glisse un « Faust Holdstock. », malgré le cœur tambourinant et les artères pulsant à ses tempes; malgré le fait que son sourire ait abandonné ses lèvres. Il s'accroche à sa fierté; sa volonté de subir les répercussions de ses actions. Qu'ils se souviennent de son nom, de ce sang-mêlé effronté qui n'a surgit que pour relever leurs préjugés, vanité. Il n'a aucune honte; et la peur qui grouille dans son estomac n'est même pas un frein à ses actions.
Et Venus soutient  ses dires précédents, bien plus chaleureuse ; divertissante, et il regrette quelque peu de ne savoir faire autrement que de remuer le couteau dans la plaie, d'ajouter du sel dans les blessures. Il n'est pas délicat ; et il tire un peu plus sur le bras de Leto ; comme pour lui dire de se réveiller, de se redresser. Une nouvelle tirade ; deux, et il voit Fallen trembler, vaciller ; les années de contrôle qui s'écroulent ; l'implosion qui accoure , la malédiction qui la ronge. Alors, se libérant de l'emprise de Venus sur le tissu, il fait mine d'aider Leto à se remettre sur ses pieds, mais sa main vient effleurer discrètement l'épaule de Fallen, soutien silencieux, excuse en demi-teinte. Les répercussions lui incomberont plus qu'à quiconque (comme d'habitude). Et quelque secondes plus tard, c'est la main de Felix qui repose sur cette même épaule. Et ses yeux s'écarquillent quelque peu tandis qu'ils réalisent ; tandis que l'image de lui et Andy dans les bains lui revient ; et sa mâchoire crisse, se serre ; parce que quelles conneries que toute cette merde.
Tout est mort dans l’œuf.
Ce sang si pur est une infâme torture, un fléau fatal qui les poursuit constamment.
Parce qu'il le faut. Parce que c'est comme ça que les choses fonctionnent. Et c'est la raison la plus puérile, exécrable ; celle qui lui donne envie de se battre contre le monde entier et de tout rejeter – comme il le fait déjà. La perspective d'une fuite de dessine ; quelques secondes, un instant fugitif, une danse pour s'éloigner du nid de vermine.
Sauf que ce soir-là, c'était une spirale infernale ; et lorsqu'une échappatoire apparaît, c'est pour s'effacer l'instant d'après ; se dérober sous les doigts l'instant où on n'a l'impression de plus étouffer. Et, un peu plus loin, Andy s'affale, s'étale, sang sur les lèvres  et air hagard hantant ses traits, toisé par un Raffaello démesurément fier. Tout prend un autre tournant; les réactions le submergent, l'hésitation à deux doigts de l'emporter. Il serre les poings, phalanges d'albâtre et ongles déchirant la chair. La jeune fille qui accompagne Felix ralentit son départ ; et pendant ces quelques secondes les idées fourmillent dans l'esprit de Faust ; des milliers d'idées et de pensées qui voltigent dans son crâne . Puis sa décision est prise ; et lorsque les pupilles des Blackwell poursuivent le départ du poufsouffle, il se saisit de sa baguette de sa main libre, passant son bras dans son dos ; et articule un fumos entre ses dents. La nébuleuse grisâtre jaillit de sa baguette, troublant les environs ; et il tire une fois de plus sur le bras de Leto, cherchant à le tirer de sa torpeur. Partons. Et la seule chose qu'il espère, c'est que les deux autres pourront aussi s'extirper de ce tribunal si partial; qu'ils pourront tous s'échapper, inhaler et expirer sans encombre.
 
bal d'été


[suite de fallen & venus = click ;; suite de leto & faust = click]
Contenu sponsorisé
Re: [EVENT #1] Fallen & Mephisto

[EVENT #1] Fallen & Mephisto
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [salon] Japan Event... à Clermont-Ferrand !!!
» Movie and Comic Event (18 au 19 Septembre 2010)
» MEPHISTO "Faux Bronze"
» Movie-Event (Allemagne)
» Event Horizon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Events :: Event #1-
Sauter vers: