t'es dans ma lumière — Tadhgán

Invité
Invité
avatar
t'es dans ma lumière — Tadhgán Jeu 31 Jan - 20:21



Shion n'a pas pour habitude de se rendre à la bibliothèque. Du moins, pas aux yeux de toustes, pas à la lumière éclatante du jour pervers, ça serait trop montrer de lui, et ça éclipserait les épingles bêtes de son sourire nocturne. D'ordinaire, il fait un détour soigneusement calculé à l'heure précise du soir ou du matin où les yeux des autres sont tournés ailleurs, et il est très fier de ce stratagème ridicule, qui fait de lui un élève idiot, et un menteur sans ambition. Mais ce livre-là pèse lourd dans son sac, et il se sent de cette humeur-là aujourd'hui, à imposer sa stature grossière dans un lieu qui de toute évidence ne sied pas aux garçons comme lui. Ceux-là ont les cheveux broussailleux et la voix mugissante ; ils courent la campagne plutôt que les étagères, et tout d'un coup il a eu très envie de se donner cette impression-là aujourd'hui, et d'entendre les Serdaigles le lui dire d'un pincement de lèvre. De toute façon, il préfère encore cela à subir encore une question à la condescendance mal déguisée de la part de Declan.

Ses pas brutaux écornent lourdement le silence studieux de la bibliothèque, mais il ne dérange rien d'autre. Seulement même les regards qu'il glisse sur les étiquettes sont outranciers d'un mépris à vif, il aurait autant fait de les racler de ses ongles. Mais il s'engouffre au rayon de la botanique, et soudain il gomme l'injure de sa présence, il y disparaît en silence ; c'est comme si tout à coup il était mort.
Ça l'arrange que le rayon soit vide. Son esprit se désemplit aussitôt : il n'existe plus ici que la montagne. Défait de sa comédie, il sort sans artifice le livre de sa besace, et avant de le ranger, il le regarde encore. Il n'attache comme d'habitude aucun intérêt à la couverture ; simplement il a bien vu qu'elle était peu usée, et que c'était là un ouvrage qui n'était que rarement emprunté. Aussi lorsqu'il avait lu à l'angle secrète d'une fenêtre, Shion avait eu sous les doigts la saveur intime des serres chaudes où l'on est seul avec une amie. Ça lui semblait stupide, mais il faut dire que ça l'a touché aussi.
Mais les yeux de Shion n'ont pas le vice de s'attarder où que ce soit. Après avoir empli ses poumons une dernière fois des jardins, il lève le regard pour chercher où il faut ranger.
Mais l'enclos se rappelle à lui puisque voilà que sa quiétude alpine est dérangée, et rien que pour ça il trouve soudain une nouvelle laideur à la figure de Tadhgán, une laideur citadine et qui donne envie de cogner. Il serre les doigts sur le livre, puisque pris sur le fait, il ne peut pas s'en dessaisir.

T'es là toi ?
C'est quelque chose de relativement neutre dans sa bouche, seulement tout est invectif dès lors que c'est Shion qui les formule. Il jauge Tadhgán d'une œillade nette et il comprend bien pourquoi il est là. Ils n'ont qu'un dénominateur commun qui sache parler des lauriers qui les ceignent. Ça le contrarie un peu de le croiser là, ça trouble le printemps qu'il s'était fabriqué.
C'est ça que tu veux ?
D'un geste grossier, il tourne la couverture vers lui pour lui faire mirer. Car Shion n'est pas totalement bête, sinon il ne saurait pas faire semblant de l'être ; il n'y a que parce que Lily aurait conseillé un livre qu'elle apprécie à toutes ses connaissances, (toustes ses ami-e-s peut-être), que Tadhgán et Shion se feraient face au rayon botanique de la bibliothèque scolaire. Ça le froisse, certainement est-il jaloux, alors il sourit un peu avec un air suffisant.
Bah, prends-le, de toute façon je l'ai pas lu.
C'est bien évident qu'il ment, puisque le livre est dans sa main, puisque sa peau se souvient du jardin d'hiver. Shion veut surtout que Tadhgán voie qu'il ment, car il a envie de ce genre de choses maintenant, il a envie d'expier un peu la crevaison de sa montagne sous verre, il a juste envie d'être bête et méchant. Ça ne m'intéresse pas plus que ça.
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Sam 2 Fév - 15:32


La bibliothèque. Un lieu étrange et mystérieux, trop sophistiqué et compliqué. Payne semblait s'y perdre à chaque fois qu'il y mettait les pieds. Il avait l'expression concernée du roublard qui se demande ce qu'il fiche ici et de quoi sont remplis ces rayons qui font de l'ombre au soleil qui tente, vainement, de percer à travers des fenêtres aux vitres où s'amasse la poussière. La bibliothèque de Poudlard semblait hors du temps, imperméable aux caprices de la météo et aux événements du dehors, immuable et impénétrable. Pourtant, on y trouvait des gens aussi étranges que ce Gryffondor, qui détonait dans le décor comme un corbeau bien vivant sur une nature morte, ou un éléphant dans un magasin de porcelaine, pour reprendre cette vieille métaphore. Payne marchait exactement comme ça entre les rayons : comme s'il était en train d'écraser de la porcelaine. Il faisait du bruit, mais il s'en foutait. Si on lui demandait ce qu'il fichait là, il faisait son regard de molosse : ne pas approcher - chien méchant.
Quand il trouva la zone qui l'intéressait, il s'y enfonça sans même se soucier qu'on le voit. Ce n'était pas le rayon littérature, c'était la botanique, et ici Payne pouvait faire semblant de suivre des directives. Un examen à préparer, un parchemin à écrire, il aurait aimé être ailleurs, mais on l'avait forcé. La triste vérité, pour lui, c'était que la bibliothèque représentait un des seuls endroits où il se sentait encore au calme et en sécurité. Personne ne parlait, personne ne l'emmerdait, et si vraiment il s'ennuyait, c'était le repère des intellos : beaucoup de victimes potentielles à traumatiser.

Jusqu'à ce jour.

Payne s'arrêta net en croisant le regard du Serpentard qui tenait un livre à mi-chemin vers le rayon, mais… il lui sembla que son bras s'était rétracté. Le Gryffondor haussa les sourcils, puis les fronça derechef quand Shion parla.

"Ouais, j'suis là, ouais", grommela-t-il, déjà excédé.

S'il avait eu un tant soit peu de répartie, il aurait pu dire quelque chose d'intelligent, une réplique maligne comme "non, tu parles à mon fantôme", ou même "ptdr t ki" ça aurait été moins ridicule que ce semblant de réponse honnête comme un cliché pris sur le vif. Spoiler alert : Tadhgán n'était pas photogénique.

Shion agita le livre comme on l'aurait fait d'une balle à lancer à son chien-chien et Payne se renfrogna. Ouais, c'était bien ça. C'était le livre que Cecily lui avait recommandé, et qu'il s'était enfin décidé à aller chercher. Associer son amie au bouquin que Shion avait dans les mains était suffisant pour lui faire regretter sa décision, et il aurait pu se détourner si le Serpentard n'affichait pas sourire aussi suffisant. S'il n'affichait pas un sourire tout court. Payne se retenait de ne pas le pousser pour récupérer le bouquin, tourner les talons et s'en aller trouver une cachette digne de ce nom pour lire les plantes. Loin de la bibliothèque, qui venait de trahir sa confiance. Il fit un geste impatient en sa direction.

"File-moi, j'veux lire le résumé", dit-il sur un ton qui ressemblait plus à un ordre qu'à une demande. "J'suis sûr que t'as même pas compris de quoi ça parle."

Mais c'était peut-être lui qui n'avait pas réalisé que c'était le genre de livres qui n'avaient pas de résumé, car l'œuvre se suffisait à elle-même. Il aurait aimé y voir ce que Cecily lui avait décrit avec passion quand elle l'en lui avait parlé, mais dans la lumière blafarde des vitres sales de la bibliothèque de Poudlard, Payne ne voyait que l'expression de Shion et les sentiments négatifs qu'elle lui inspirait.


Dernière édition par Tadhgán Payne le Mar 19 Fév - 0:12, édité 1 fois
Invité
Invité
avatar
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Mar 12 Fév - 0:40



hrp Jsuis dsl du retard + de Shion, trop edgy pour ce monde

Qu'est-ce qui différencie Tadhgán du reste du peuple : le pli arrogant de ses sourcils sur sa peau insignifiante, la concision de ses sens élimés, la moiteur inimitable de son verbe caustique sont autant de choses que Shion a reconnu mille fois sur les silhouettes qu'il imite et moque à la fois. L'irritation palpable jusque dans la pulpe des doigts de Tadhgán attise le feu nourri de son appétit d'ennui ; il n'efface pas sa risette fausse, et il ne cède aucun terrain.
Hé, tes parents t'ont jamais appris la politesse ?
C'est parce que ces mots-là sont gorgés d'ironie qu'il les déguste autant, qu'il a tant l'urgence de les dire maintenant. Il bâille aux corneilles et avale son sourire. Shion fait comme s'il n'avait jamais connu la décence.
J'ai plus envie de te le donner.
C'est une façon habile de dire qu'il veut résister à la foule, et aussi qu'il veut garder le livre pour lui ; comme d'habitude il recueille aussitôt les choses qu'il a cessé de désirer dès qu'un autre y pose le regard. C'est vrai qu'il ne veut plus donner le livre : il le retourne vers lui et découvre à la couverture une autre couleur, invisible à un autre œil que le sien, qu'il souhaite cacher contre son sein ; tout à coup il veut garder tout ça pour lui et ne laisser personne d'autre mériter les jardins sauvages.
De toute façon y'a pas de résumé, tocard. Pourquoi tu le veux tant que ça d'abord, ce bouquin ?
L'insulte se bouscule à ses lèvres, Shion veut demander si les gens comme lui ont tant besoin de fleurs et puis ensuite il veut se moquer de ses mains indignes de la terre, tour à tour les lippes lui brûlent et puis se couvrent de bile. Il s'est ancré lourdement dans le sol et seule sa nuque bascule un peu. Finalement il plante à nouveau son regard dans celui de Payne en n'ayant que faire du béton ; au frisson imperceptible de sa peau il y a l'exaltation erratique d'un mois trop long de fausses fêtes qu'il a passées dans l'ombre, qu'il veut expier au hasard d'avoir trop rongé un frein d'orgueil blessé. Sa mine est vidée de toute facétie, et même de toute soif d'elle, il projette une simple violence bien couvée. Tout à coup il est très sérieux.
Tu crois que tu comprendras mieux que moi peut-être ?
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Mar 19 Fév - 0:14

Shion avait le genre de sourires qui n'appelaient pas à la politesse mais à la violence, qu'on aurait aimé renvoyer d'un coup de poing, pour qu'il ravale sa provocation et s'étouffe avec. Mais ça l'aurait fait gagner, n'est-ce pas ? Ça aurait participé à sa victoire stupide et insignifiante. Et il aurait pu se contenter de sourire, Shion, ça aurait suffit à attiser la colère du Gryffondor, mais ses mots soufflaient sur les braises et son bâillement achevait le rôle qu'il se donnait : provoquer Payne. Et Payne, bien sûr, allait y répondre. Il savait ce qu'il devait faire, il avait bien lu le script. Le bras qui demandait le livre s'abaissa et son poing se serra. Il avança d'un pas alors que le Serpentard confirmait l'idée : plus envie de le lui donner. Change d'avis comme de chemise. Juste pour l'emmerder. C'était dit, ce jour n'était pas celui où Tadhgán Payne pourrait emprunter normalement son livre et trouver un endroit pour le découvrir en paix, non, ce jour était celui où Shion Kang se mettait en travers de sa route, et peut-être n'était-ce pas plus mal. Peut-être Kang méritait-il une branlée et peut-être le savait-il. Peut-être insistait-il pour la mériter, au cas où Payne n'avait pas compris le scénario du jour. Le Gryffondor se renfrogna sous l'insulte, assez habituelle, pas très inventive, mais toujours aussi efficace. La question l'agaçait davantage, il n'avait pas envie d'expliquer ses raisons, tout comme il se fichait de celles de Shion. Pourquoi ce livre, pourquoi aujourd'hui ? Quelque chose lui soufflait le nom de son amie, mais Payne n'avait pas envie d'explorer cette hypothèse car l'idée d'associer Cecily à tout ça l'agaçait plus que tout le reste.

"Me fais pas chier, Kang."

Ses poings se serraient et il soutenait le regard de l'autre. Ils étaient très sérieux, tout à coup, pour un simple livre.

"Qu'est-ce que t'en sais, puisque tu l'as pas lu ?"

Il fit un pas dans sa direction, puis un autre. Mais ses bras restèrent le long de ses flancs, cette fois il n'essaya pas de faire un geste pour récupérer le précieux ouvrage. Tendre la main maintenant, ça aurait été humiliant. La demande transformée en supplication. Et Payne n'était pas le genre à supplier.

Shion allait lui donner ce livre.

C'était au tour de Payne de sourire, à présent, pas le genre de sourire qui donnait envie de frapper cependant. C'était le sourire qui menace et qui intimide, en général juste avant qu'il ne frappe. Payne prit le premier livre qui passait sur l'étagère, jeta un bref regard à sa couverture : ça parlait de cactus. C'était étrangement approprié. Il s'en servit pour donner un coup sur l'épaule de Shion, pas trop fort, juste assez pour lui donner envie de reculer. Une fois. Deux fois. Son autre main était toujours serrée, c'était que le poing le démangeait. D'agripper Shion et de le secouer. Il ne savait pas pourquoi il se retenait encore un peu. La peur d'abîmer le livre de Cecily, peut-être.

"Lis plutôt ça."

Et il souriait méchamment : c'était son avertissement.
Invité
Invité
avatar
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Sam 23 Fév - 0:42



Mais Payne est un brasier aisé à allumer : le moindre battement de cils lui souffle un incendie. Et il y a au fond presque quelque chose de lassant pour Shion dans la facilité avec laquelle il peut le faire enrager, tout à coup il ne sait plus s'exaucer, et ses désirs deviennent troubles. Il ignore ce qu'il souhaite voir là, les yeux s'envenimer ou s'abaisser devant lui, quelle teinte il veut voir sur ce visage défié des dieux. Pourtant il s'indiffère bien de savoir quoique ce soit des batailles - il ne s'enivre que des éclats d'armes et des mots empourprés.
J'en sais rien, c'est comme une impression on va dire.

Il n'est secoué par presque rien lorsque Tadhgán s'approche, cherchant à tâtons à fouler son territoire de superbe sans savoir que Shion ne possède aucun domaine. Sa main est marquée de violence bien domptée, qu'il écrase au bout de ses phalanges en caresses éloquentes : Shion les laisse glisser sur sa peau, il y devine les mors que Tadhgán auxquels s'est obligé. Il se laisse durement emporter par le mouvement de recul qui lui est imposé, il encaisse autant qu'il peut seulement pour se rebalancer bien droit sur ses pieds. Il s'accroche vilainement aux yeux de Payne pour ça, se les approprie pour faire son centre de gravité : comme ça il s'assure qu'il ne tombe pas. Il surjoue en roulant un peu ses épaules, et puis il se saisit du livre comme on accepte un denier d'un éclopé ; il n'a pas même à penser le dédain misérable avec lequel il regarde la couverture. Tout ça, Shion le fait sans comédie, seulement étourdi par un vide abyssal qui réclame la fin des petits jeux ; il veut simplement atteindre ce point de fusion qui donne à Payne les seules couleurs qu'il lui voie. Il ne s'explique pas sa soif inextinguible de combat : il se contente de le toiser.

T'es bouché, Payne ? Je t'ai dit que je te le donnerai pas.

Shion dit ça avec résolution, et son visage se verrouille fièrement.
A son tour il fait un pas, et ferme la distance que Payne avait laissé entre eux, pour envoyer valser encore cette limite. Il est enhardi des étoiles absentes et son regard est furieux, parce qu'il a hâte et qu'il se languit d'un on-ne-sait-quoi ; il singe la politesse retenue de Tadhgán en courtoisie vaniteuse. Contre l'estomac de Payne, il enfonce le livre sur les cactus sans chercher tout à fait à faire mal, et garde dans son dos celui de Cecily. Il lui parle tout près, tout bas, comme on cracherait à ses pieds avec l'intimité d'un vieil ennemi.
C'est qu'un foutu bouquin de botanique. Qu'est-ce que t'en as à cirer ? Casse-toi.
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Dim 24 Fév - 15:54

Son avertissement avait du mal à traverser les diverses couches de Shion – le mépris, l'arrogance, la défiance. Pourquoi fallait-il qu'il lui refuse ce livre ? Il ne l'avait pas lu, ne voulait pas le lire, il n'avait qu'une envie : le provoquer. Et Payne y répondait, bien sûr, il était tellement stupide. Conscient qu'il se jetait dans le piège comme un idiot, un Gryffondor, ça oui ! Le Choixpeau ne s'était pas trompé sur son compte. Payne ne pouvait pas marchander, Payne ne pouvait que frapper ou repousser, jusqu'à ce que l'on cède à sa demande.

"T'es bouché, Payne ? Je t'ai dit que je te le donnerai pas."

Le Serpentard offrit au livre qui lui ressemblait son regard de mépris puis reporta ce même regard sur Tadhgán, qui ne savait plus que répondre. Que dire de cette situation ridicule ? Les cactus s'enfonçaient dans son ventre alors que c'était au tour de Shion de le repousser, et Payne serra les dents mais ne bougea pas. Il voulait lui dire d'aller se faire foutre, mais avec son poing dans la figure. Le jour semblait trop calme pour le briser aussi violemment et Payne regrettait amèrement de ne pas avoir passé son chemin.

"C'est qu'un foutu bouquin de botanique. Qu'est-ce que t'en as à cirer ? Casse-toi."
"J'en ai, à cirer, que tu m'casses les couilles pour rien, parce que tu cherches la merde, tu crois que tu vas pas m'trouver ?"

Sa voix basse tremblait d'une colère contenue. Payne n'avait pas l'habitude de crier sur ce ton, pour ne pas déranger. Il aurait dû hurler. Il était coincé ; il ne pouvait plus avancer, parce que Shion avait réduit toute la distance entre eux et s'il ne reculait pas, Payne allait d'une manière ou l'autre le cogner. Il avait bien sûr toute la liberté de tourner les talons, s'enfuir avec le peu de dignité qu'il lui restait, prétendre s'intéresser uniquement aux cactus ; ou les prendre pour assommer Kang avec. Les deux idées étaient tentantes. La seule limite se situait dans sa tête.

"T'as dix secondes pour me filer ce livre et dégager, sinon je t'assomme avec et puis j'te fais bouffer les pages une à une jusqu'à ce que t'étouffes. Ensuite j'aurai le livre de Lily."

Il avait bien commencé le script, en suivant les lignes, la menace, le ton, tout y était, même la sincérité car il pensait réellement ce qu'il disait. Mais il fallait que sous le coup de la violence contenue, il se soit planté sur la dernière réplique : c'était le livre de botanique, pas le livre de Cecily.
Invité
Invité
avatar
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán Dim 3 Mar - 19:53



Shion se complaît à se dire que Tadhgán est un idiot. De son idiote face transpire son idiote fureur, qu'il est si facile de cueillir dans son idiot regard. Il le toise encore sans flancher, toujours à lui faire croire qu'il lui barre la route, alors qu'en réalité ensemble ils y marchent ensemble. Plus le temps passe et plus Shion se sent apaisé de la facilité retrouvée, ses paupières se sont closes à demi sur la certitude que la force encolérée demeure entre ses mains.

Je cherche que dalle il surenchérit, doucement enhardi par l'évidence même de son propre mensonge.
Les choses sont bien en ordre ; Payne répond aux abois de la jeunesse fiévreuse, et se précipite aux côtés de Shion. Il s'apprête à mettre un terme à tout cela puisqu'il trouve que tout cela a bien duré et qu'il est repu, il réfléchit à juste s'éclipser au détour de la rangée et juste partir, qu'il faudra se battre un peu devant la porte mais qu'il a son compte dans tout cela.
Mais !
Lily !
Tadhgán lâche sans le faire exprès les trèfles qui demeuraient au bord de ses lèvres, et donne une nouvelle chaleur à la conversation.

Ah, donc c'est ça.
Shion parle comme d'habitude dans le vague pour meubler, pour se donner l'air de ne pas attacher d'importance alors que bien sûr tout cela le froisse. La jalousie revient colorer ses joues et s'alanguir sur la jointure de ses poings, il ne sait pas trop ce qu'il a envie de faire de tout ça. Il rigole franchement.

Comment tu veux avoir son cher livre si tu m'as fait bouffer les pages avant ? Gros con.

Et tout de suite il sait tout ce que sa moquerie dévoile, le parfum des succulentes, la terre sous les ongles dans la serre, les sourires épinglés de soleil de Cecily pour lui, mais c'est secondaire et derrière lui. Il accepte cela donc il lui livre tacitement à l'ombre de son rire un peu odieux. C'est officiellement Cecily qui s'impose entre leurs cœurs maintenant, et il n'a pas tout à fait envie de cela, en tous les cas il se désintéresse fermement. Il n'a pas envie de se moquer d'elle.

Shion tape sur la tête de Payne avec le livre avant de lui coller entre les mains.
Prends-le, ce foutu bouquin. Je voulais te charrier un peu, va. Après tout, il l'a lu avant. Il hausse les épaules avec nonchalance, met ses mains dans ses poches, précise tout de même : Je m'en fous. Il lui fait un de ces sourires sans charme aucun, qu'il croit trop plein de sens pour ne pas être d'une violente absurdité sur son minois arrogant, et il passe Tadhgán sans plus le regarder. Bonne lecture.
Contenu sponsorisé
Re: t'es dans ma lumière — Tadhgán

t'es dans ma lumière — Tadhgán
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les escargots dans la lumière et les ombres
» Fleur de pavot
» Le chemin vers la lumière.
» VAB DANS L'EAU
» Génératrice et lumière au mercure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: