You and me, far from everything. | ft. Tobias

Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
You and me, far from everything. | ft. Tobias Sam 23 Fév - 1:40

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies

Cela faisait à présent quelques temps que Milky et Regu se connaissaient et se fréquentaient régulièrement dans le monde réel. Ils avaient réussit à programmer, en fonction de leurs emplois du temps respectifs, des moments quotidiens où se voir. C’est ainsi qu’ils se voyaient maintenant trois fois par semaine durant quelques heures. Ils discutaient beaucoup parfois, mais cela leur arrivait également de passer leur temps ensemble silencieusement, quand ils étaient trop fatigués par les interactions. Ce qui était surprenant, c’est que même dans ces instants, Noah se sentait particulièrement à l’aise avec Tobias. Il supportait même son aura, au point de la trouver agréable parfois. En réalité, sur le temps d’une semaine, ils passaient bien plus de temps ensemble que ce qui était vu par les autres élèves -d’ailleurs surpris de ne plus les voir totalement seuls. S’ils étaient déjà beaucoup ensemble dans le monde réel, ils passaient toujours énormément de temps sur Made in Abyss, le soir.

Lors d’une discussion entre les deux sorciers, le jeune empathe fit part de ses craintes à son ami. En effet, lors de leur première rencontre, beaucoup d’évènements avaient chamboulés le monde de Noah pour de bon. Notamment la révélation de son ami, convaincu qu’il était lui aussi atteint de troubles du spectre autistique. Le jeune homme avait été particulièrement déstabilisé par cette nouvelle, mais ses souvenirs tournaient également beaucoup autour de toutes les émotions qu’il avait ressentit. Il avait à présent quelqu’un sur qui compter, et ils allaient commencer les démarches afin d’obtenir un diagnostic pour le jeune empathe. D’ailleurs, celui-ci avait entamé de discuter avec de nombreux adultes de son don, pour en trouver un qui l’aiderait. Mais les craintes du jeune Noah -si elles étaient en partie tournées vers le changement- se concentraient particulièrement sur la réaction de ses parents. Il savait très bien, par déduction, de quel acabit elle serait. De la colère, de la déception et de l’incompréhension. Des sentiments qui l’écraseraient durant deux semaines entières, les prochaines vacances arrivant à grand pas. Vacances qu’il passait exceptionnellement avec ses parents, en vue d’une réunion de famille. Par chance, ses parents ne semblaient pas encore avoir été mis au courant des démarches de leur fils.

Quelques temps après cette discussion, son ami lui proposa quelque chose de tout nouveau. Il souhaitait inviter le jeune Noah chez lui durant les vacances. Cela avait surpris ce dernier, mais bien vite la surprise fut remplassée par de l’enjouement. Même s’il était tout de même un peu craintif à l’idée d’effacer toutes ses habitudes durant un délai de quatorze jours, il était particulièrement curieux à l’idée de pouvoir enfin voir le monde dans lequel vivait son ami. Cette idée, bien qu’elle lui plaisait, devait tout de même être acceptée par ses parents. Ne fut pas la surprise du jeune sorcier quand ceux-ci acceptèrent, malgré la réunion de famille. En y réfléchissant, ce n’était pas surprenant. Pourquoi refuseraient-ils que leur fils fasse enfin des choses comme tout les autres adolescent ? Noah répondit donc par la positive à la proposition de son ami. Il était particulièrement excité. Ce serait la première fois qu’il avait l’espoir de passer des vacances confortables : il ne les passerait ni à Poudlard entouré d’élèves mauvais ni avec sa famille à se faire enguirlandé.


C’est ainsi que le jour du départ pour Londres arriva bien rapidement. Noah, dans sa chambre, préparait ses valises avec à la main un bout de papier où il avait fait une liste de tout ce qu’il souhaitait amener avec lui. Il raya, avec un air satisfait, le dernier mot noté. Il avait tout ce dont il avait besoin. Après cela, il prit de nombreuses inspirations. Ca y était, il s'apprêtait à vivre une toute nouvelle expérience, qui le fascinait comme le terrifiait. Il essaya néanmoins de se rassurer en se souvenant que la personne qui le comprenait le mieux en ce monde serait à ses côtés durant tout ce temps. Ces pensées le convainquirent, et il prit sa valise en main après avoir enfilé les sangles de son sac à dos en jean abimé. Il sortit alors de la chambre, puis de la tour Serdaigle. Ils s’étaient donnés rendez-vous en bas des escaliers, alors il s’y arrêta et attendit sagement - mais stressé - sa personne préférée au monde.


Invité
Invité
avatar
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Sam 23 Fév - 20:06

Comme chaque vacances, Tobias avait bouclé sa valise bien en avance. Tout était prêt, dès la veille, pour pouvoir quitter Poudlard et rejoindre son frère Nicolai dans leur somptueux appartement londonien. Ces vacances avaient toutefois prise une tournure particulière, avec la présence de son meilleur ami, Noah Miller, pour la première fois dans ses rituels familiaux. Plusieurs impératifs avaient motivé cette décision de la part du Serdaigle.
En premier lieu, Tobias n’avait aucune confiance en la famille de Noah. Or, alors qu’ils menaient des démarches difficiles, il redoutait que son ami régresse en retournant auprès de personnes qui le tiraient indéniablement vers le bas.
En second lieu, Tobias savait qu’il offrirait à son ami un cadre de vie bien plus sain avec son frère, que tout seul à Poudlard.
En dernier lieu, cela faisait plaisir à Regu d’inviter un ami chez lui, qu’il connaissait autant et avec qui il avait tant confiance.

Donc, quand il proposa cette rencontre, il prévint son frère qui accepta bien volontiers de les récupérer à la gare de King’s Cross, à l’occasion des vacances d’hiver de cette année. Les examens avaient encore le temps de se manifester, le rythme des cours, exigeant, n’empiétait pas vraiment sur les révisions de Tobias, qui de toute façon n’avait pas l’intention de ne rien faire au cours de ces vacances, d’autant plus maintenant qu’il pouvait utiliser la magie en-dehors de Poudlard. En bas des escaliers de leur salle commune, Regu retrouva donc son ami, et l’invita à le suivre pour qu’ils prennent le train en direction de Londres. Cela était plutôt commode pour Tobias, de rentrer à chaque vacance, contrairement au début de ses études. Toutefois, il avait conscience de la nouveauté que cela pouvait bien représenter pour Milky, aussi il prit ses dispositions pour qu’ils jouent ensemble dans le train à leur MMORPG, grâce au WiFi désormais à bord du Poudlard Express.

Le temps passait plus vite ainsi. Alors, quand le train entra en gare, c’était comme s’ils venaient de partir. Du moins pour Tobias. De nature plutôt calme, le garçon avait son aura habituelle teintée de bleu et de vert, dans un certain équilibre. Il se triturait sa mèche de cheveux, puis adressa quelques recommandations à son copain.
« Comme tu le sais, mon frère Nicolai va nous récupérer. Il nous attend toujours au même endroit sur le quai. Nous allons d’abord attendre que tout le monde soit descendu cependant, dans ce wagon, puis suis-moi. » Le ton se voulait assez neutre, Regu ne remarqua pas la nature injonctive de ce qu’il disait. Cela n’avait pas vraiment d’importance.

Lorsqu’ils descendirent sur le quai, le grand frère de Tobias les attendait. Il avait un chariot pour porter les valises, et salua chaleureusement son frère, sans le toucher. Il eut la même démarche à l’égard de Noah. « Tu dois être Noah, c’est ça ? Je suis Nicolai, le frère de Tobias. Enfin, tu le sais déjà tout cela. Tu me laisses prendre ta valise ? » La question se voulait réelle, Nicolai prit soin d’attendre que son hôte réponde avant d’agir. Beaucoup plus grand que son petit frère, il portait un costume trois pièces. À sa manière de s’habiller, il paraissait important dans la société moldu. Il avait l’air d’avoir de nombreux moyens, et son aura pouvait être rassurante pour le petit sorcier : elle mêlait le rose au turquoise, avec des éclats de doré particulièrement aisé à distinguer. Plus généralement, n’importe quel neurotypique identifierait une grande bienveillance chez cet adulte de la trentaine.

Ce fut dans sa voiture personnelle que Nicolai les raccompagna. Tobias monta à l’arrière avec Noah, il n’y avait pas eu de discussions particulières à ce moment-là.

Arrivés à l’appartement, Nicolai se chargea de monter les bagages des adolescents. Noah put découvrir un appartement d’une certaine élégance. Il y avait une cheminé en état de marché, le sol avait du parquet. Il y avait beaucoup d’objets, dans une décoration à la fois créative et élégante. Il s’agissait d’un appartement de type T5, avec cinq pièces donc, en-dehors des sanitaires et toilettes séparées. Il y avait le séjour, la chambre de Nicolai, la chambre de Tobias, la chambre d’ami, la cuisine, et la salle de bain. Il y avait aussi deux toilettes, une collée à la chambre de Tobias, l’autre près de la salle de bain. Le tout avait l’air très propre, cet appartement se trouvait particulièrement soigné, et on s’y sentait à l’aise.

« Alors voilà Noah, je vais laisser Tobias te faire visiter et je ne veux pas t’ennuyer très longtemps, je sais que cela doit un peu t’intimider d’être dans un endroit que tu ne connais pas, vu que tu es comme mon frère. Je voulais juste te dire que je partais travailler le matin vers 8h, et que je revenais le soir vers 18h, il ne faut donc pas stresser si tu entends du bruit à ces heures-là. Pour les repas, est-ce que tu pourrais me dire ce que tu préfères pour que j’aille faire les courses ? Si tu ne sais pas, ce n’est pas grave, j’en resterai au régime spécial que j’ai pour Tobias. Comme il est diabétique, je lui prépare beaucoup de repas sans sucres, mais ce n’est pas une obligation si tu aimes les gourmandises. » La voix de Nicolai était beaucoup plus expressive que celle de Regu. Toutefois, elle exprimait la même sincérité. Elle ne se trouvait pas surjouée, il y avait une sincère bienveillance dans les questions qu’il posait et la prévenance qu’il avait.

Sans que Milky ne s’en soit rendu compte, Regu avait déjà rejoint sa chambre, et déballait ses valises. Nicolai remarqua que son frère avait donc laissé son ami seul, aussi il intervint très vite. « Tobias court toujours dans sa chambre quand on rentre, c’est un rituel pour lui, mais il est très content de t’accueillir ici, et il m’a dit qu’il allait prendre soin de toi pendant cette semaine. Il va arriver, ne t’inquiètes pas. Tu as des questions en attendant ? ».

Tout ceci devait être une atmosphère bien différente que ce à quoi Noah se trouvait habitué. Face à Nicolai qui avait l’air de savoir s’y faire avec les autistes, il y avait une volonté évidente de le mettre à l’aise. Il n’y avait aucun bruit strident, l’appartement était bien isolé. Il n’y avait pas eu de contact physique involontaire. Seulement, voilà, qu’une volonté de faire sentir à l’aise une personne qui pouvait être perturbée par le changement.
Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Dim 24 Fév - 0:57

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies

Une fois dans le train pour Londres, Noah et Tobias avaient joué à leur jeu favori tout les deux. Ca avait fait plaisir au jeune garçon. Il aimait toujours autant être sur ce jeu avec son ami, même après tant d’années. C’était amusant, mais plus que tout c’était merveilleux. Un monde où rien ne leur résistait, un monde où ils étaient les rois, ca ne pouvait être que plaisant quand on le comparait au monde de la réalité.

Ainsi le temps de trajet fila à toute allure. Noah fut assez surpris quand le train s’arrêta alors qu’ils avaient terminé un nouveau donjon de la dernière mise à jour. Il rangea son matériel et mit son blouson pendant que son ami l’informait de la suite des événements. Comme le voulait Tobias, et au mieux pour eux deux, ils attendirent que tout le monde était descendu pour sortir à leur tour. Noah observa son ami s’approcher d’un homme et le suivit en baissant les yeux, intimidé par la nouveauté. Plus que cela, il se sentait aussi très mal à l’aise dans un endroit pareil. Il y avait énormément de monde autour. Le sentiments lui agressaient le crâne et il commençait déjà à avoir un léger mal de tête. Il n’aimait vraiment pas les gares.

Noah posa ses yeux sur ce qu’il devinait être le frère de Tobias quand ils s'arrêtèrent devant un homme. Il était assez grand, et très bien habillé. Noah était assez impressionné par son aura, bien plus que son physique. Il avait rarement vu un tel mélange de couleur, du rose et du turquoise avec quelques taches de doré. C’était très joli et coloré, bien plus que cela, ce n’était que des auras qui n’étaient pas un danger ou une gêne pour le jeune homme. Il se sentit un peu rassuré, en l’observant ainsi. Il soupira, abaissant les épaules, et l’écouta parler.

“Tu dois être Noah, c’est ça ? Je suis Nicolai, le frère de Tobias. Enfin, tu le sais déjà tout cela. Tu me laisses prendre ta valise ?”

Noah rosit, timide, il hocha de haut en bas la tête en soufflant un petit “Oui”. Rien de plus, rien de moins. Il ne sut pas quoi ajouter d’autre. Que fallait-il faire avec une personne proche d’un ami ? Comment fallait-il qu’il fasse pour bien s’entendre avec lui ? Il ne savait pas, mais il espérait que le séjour se passe bien. Nicolai prit donc, avec son accord, sa valise. Néanmoins le jeune garçon garda près de lui son sac, en serrant la sangle, tout en se dirigeant vers la voiture du grand frère. Les deux étudiants montèrent à l’arrière. C’était silencieux, mais Noah réfléchissait activement durant tout le trajet. S’il avait été rassuré en voyant les couleurs de Nicolai, il se sentait tout de même assez paniqué par toutes ses nouveautés. Il resta cependant plutôt calme, rassuré que son ami soit là, avec lui.

Quand ils arrivèrent aux logement de l’ainé, Noah ne put pas s’empêcher de regarder tout autour de lui avec curiosité. C’était un joli endroit, bien rangé et nettoyé, c’était spacieux et il semblait confortable d’y vivre au quotidien. Ce fut un second élément qui rassura le jeune empathe, toujours aussi craintif. Il poussa de longs soupires, comme pour se rassurer, alors qu’il desserrait la prise sur son sac, alors il détaillait du regard chaque détails de l’appartement. Il ne remarqua même pas que Regu était partit, et il sursauta légèrement en entendant la voix de Nicolai.

“Alors voilà Noah, je vais laisser Tobias te faire visiter et je ne veux pas t’ennuyer très longtemps, je sais que cela doit un peu t’intimider d’être dans un endroit que tu ne connais pas, vu que tu es comme mon frère. Je voulais juste te dire que je partais travailler le matin vers 8h, et que je revenais le soir vers 18h, il ne faut donc pas stresser si tu entends du bruit à ces heures-là. Pour les repas, est-ce que tu pourrais me dire ce que tu préfères pour que j’aille faire les courses ? Si tu ne sais pas, ce n’est pas grave, j’en resterai au régime spécial que j’ai pour Tobias. Comme il est diabétique, je lui prépare beaucoup de repas sans sucres, mais ce n’est pas une obligation si tu aimes les gourmandises.”

Noah était vraiment surpris. Sa voix était accueillante et l’avait un peu rassuré, mais à présent, il se rendait compte que Nicolai se préoccupait de tous les détails. Il était vraiment soufflé, cela ne faisait pas longtemps qu’ils se trouvaient ici, pourtant le jeune garçon avait déjà l’impression de se trouver dans un autre monde. La vie ici semblait si paisible et confortable. Par exemple, on ne lui avait jamais demandé ce qu’il aimait manger, on n’avait jamais non plus fait attention à ce qui pouvait le rendre craintif, et au grand jamais on avait ne serait-ce que cuisiner pour lui. Comme ses parents travaillaient énormément, il passait la plupart du temps à manger des plats préparés devant son ordinateur.

“J...je”, il était assez déstabilisé. Il ne savait pas quoi répondre à tout ce flot d’information. Il ne savait pas non plus quoi dire quant à ses goûts. Il ne s’était jamais posé la question, vu qu’on ne lui avait jamais posé cette dernière. “J’aime presque tout les aliments. J-je crois que j’aime bien … j’aime beaucoup les jus de fruits en briques… j’en bois beaucoup.”

Il avait en tête le fait que son ami était diabétique, cependant, ce fut le seul élément qu’il lui vint quand il réfléchit à quelque chose qu’il aimait. Techniquement, ce n’était pas un aliment qui pouvait servir de repas, mais Nicolai n’avait pas précisé qu’il fallait que ça le soit. Ce dernier sembla se souvenir de quelque chose et reprit la parole.

“Tobias court toujours dans sa chambre quand on rentre, c’est un rituel pour lui, mais il est très content de t’accueillir ici, et il m’a dit qu’il allait prendre soin de toi pendant cette semaine. Il va arriver, ne t’inquiètes pas. Tu as des questions en attendant ?”

Milky se rendit compte à cet instant que son ami n’était plus là. Il souffla un peu plus fort en le remarquant, assez déstabilisé. En effet, le Serdaigle était tout ce que Noah connaissait dans ce nouveau lieu, son seul lien à sa vie habituelle. Il se sentait alors naturellement mieux en sa présence. Cependant, les remarques de Nicolai le détournèrent d’une quelconque panique alors que sa sangle de sac à dos était de nouveau sujette à quelques frictions. Tobias le défendait et l’aidait déjà, cependant, il voulait aussi prendre soin de lui à présent. C’était positif, d’après ce qu’avait lu Noah. C’était quelque chose que l’on faisait avec les personnes que l’on appréciait, qui étaient importantes. Il ne le remarqua pas, mais à cet instant il sourit légèrement, les joues roses.

Après ces pensées, il réfléchit à des questions importantes il devait poser au grand frère de sa personne préférée. Il ne savait pas trop, en réalité il avait pleins de question à poser. Sur Tobias, sur Nicolai, sur leur maison, sur le mode de vie. Mais est-ce que tant de questions ne seraient pas trop ? Il ne savait jamais trop quoi faire dans ce genre de situations, ça le fatiguait. D’ailleurs, cela lui rappela un tout autre type de fatigue qu’il avait ressentit dans la gare. L’ambiance ici était si différente qu’il avait presque oublié.

“Oui, j’ai pleins de questions.”, commença-t-il. “Est-ce que vous avez des potions contre le mal de tête ? J’en ai besoin à cause de mon don.”, il réfléchissait de nouveau, il se demandait s’il devait lui parler de son don. Il ne savait pas s’il comprendrait. Ainsi, il se plongea dans une profonde réflexion des différences entre les moldus et les sorciers. Il fixait la cravate de Nicolai tout en pensant, en oubliant même de poser des questions. Il revint à lui après quelques instants de latence. “Je ne sais pas comment fonctionne la vie ici en dehors des cours, il faudra m’expliquer.”

Invité
Invité
avatar
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Lun 25 Fév - 0:49

Nicolai avait conservé un regard bienveillant à l’égard de Noah. Il avait soigneusement noté sa demande pour un jus de fruits en brique, sur une liste de courses qui se trouvait sur le plan de travail de la cuisine.

« Oui, j’ai plein de questions. Est-ce que vous avez des potions contre le mal de tête ? J’en ai besoin à cause de mon don. Je ne sais pas comment fonctionne la vie ici en dehors des cours, il faudra m’expliquer. ».
Dans un premier temps, Nicolai ne sut pas très bien à quoi faisait référence le jeune Noah. Il tritura le nœud de sa cravate, et se mit à réfléchir à haute voix. Il ressemblait beaucoup à Tobias quand il réfléchissait, mais lui, au lieu de se triturer une mèche de cheveux, avait les doigts posés sous son menton. Une pose que prenait aussi son frère.

« Des potions contre le mal de tête, alors dans le monde des moldus on a quelque chose que l’on appelle le Doliprane. C’est une sorte de médicament, avec des principes actifs issus d’une composition chimique. Ce ne sont pas des potions en tant que tel, parce qu’elles appartiennent plus au registre de la synthèse chimique que des recettes avec des ingrédients, mais Tobi saura sûrement mieux t’en parler que moi. » Dit-il avec le sourire. « Après, peut-être qu’il connaît un sortilège pour t’aider ? » Nicolai n’avait pas l’air d’y connaître grand-chose à la magie, ce qui pouvait être normal pour un moldu. À l’époque où Tobias avait été admis à Poudlard, ses frères n’avaient pas été invités à suivre un cursus d’études parce que les Scamender n’avaient pas encore pris la direction de l’établissement.

« Quant à la vie dehors, alors, je ne suis pas sûr que vous sortiez beaucoup avec Tobias. Je crois qu’il déteste les rues bruyantes de Londres, mais au niveau du programme… Nous petit-déjeunons à 8h30, nous déjeunons à 12h30, et nous goûtons à 16h, et nous dînons à 19h. Le matin, je prépare le petit-déjeuner et je m’occupe du repas du midi ainsi que du goûter. Je passe toujours un certain temps en cuisine quand Tobias est là, pour qu’il n’ait rien à préparer. Le soir, quand je rentre du travail, je prépare le dîner. Vous vous couchez comme vous voulez, mais Tobias part dormir généralement vers 1h du matin. Cela étant, tu peux faire comme tu veux, toi. Tu peux même dormir avec Tobias si tu préfères. » Nicolai avait souri intérieurement en disant cela. Il savait bien que, ni son autiste de frère, ni Noah, ne comprendraient pourquoi. Toutefois, il se sentait tellement heureux que son protégé ait trouvé un ami, qu’il espérait aussi que par la même occasion, ce soit plus qu’un ami.

De son côté, Tobias venait de revenir de sa chambre, son air toujours aussi neutre. Il avait une sucette dans la bouche, dont une qu’il tendit à Noah, au goût de Coca.
« C’était notre mère qui achetait ces sucettes… » Commenta l’avocat, l’air triste. Son cadet ne remarqua même pas.
« Viens dans ma chambre Noah. » Se contenta de dire le Serdaigle, qui s’était changé. Il portait plus sa robe de sorcier, mais une chemise blanche, en soie, avec un pantalon en lin beige. Il avait une montre, il avait l’air très différent en-dehors de l’école, plus élégant.

Une fois qu’ils seraient arrivés dans la chambre, Noah pourrait voir le magnifique ordinateur de bureau de Tobias. Il avait l’air très puissant, et avait des néons de toutes les couleurs à l’intérieur quand il s’allumait, ainsi qu’un clavier multicolore. La chambre en elle-même avait tout de la chambre de ses dix ans : il y avait un magnétoscope, une GameCube, plein de vieux objets qu’il avait récupérés de ses grand frères et qui faisaient maintenant partie de son quotidien. Tobias se posa sur son lit, l’air détendu, avec sa sucette.

« Tu voudrais faire quoi, maintenant ? ».
Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Lun 25 Fév - 19:20

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies

Noah observait l’avocat sans rien dire, attendant les réponses à ses questions. Il se rendit compte que ce dernier avait les mêmes gestes que son ami, quand il réfléchissait. C’était surprenant, mais la question qui traversait l’esprit du petit brun fut cette dernière : qui des deux avait prit cette habitude de l’autre ? Est-ce qu’au moins ils s’en rendaient compte ?

“Des potions contre le mal de tête, alors dans le monde des moldus on a quelque chose que l’on appelle le Doliprane. C’est une sorte de médicament, avec des principes actifs issus d’une composition chimique. Ce ne sont pas des potions en tant que tel, parce qu’elles appartiennent plus au registre de la synthèse chimique que des recettes avec des ingrédients, mais Tobi saura sûrement mieux t’en parler que moi. Après, peut-être qu’il connaît un sortilège pour t’aider ?”

Le petit sorcier observait le moldu en silence durant tout le temps où il lui expliquait les différences avec le monde des sorciers. Il voulait poser de nombreuses questions. Il se demandait s’il en valait de même avec tous les soins médicaux, ici. Il se demandait également si cela avait le même effet que leurs potions, chez les magiques. Plus encore, quel goût un ‘médicament’ avait-il ? C’était tout un monde inconnu, que le petit sorcier voulait explorer. Mais il n’y connaissait pas grand chose, même la médecine magique - ou médicomagie - n’était pas son domaine de prédilection. Il pouvait vous parler durant des heures de littérature, de lucioles ou d’astronomie, mais il n’en savait bien moins sur les soins. D’ailleurs, il ne savait même pas s’il existait bel et bien un sort contre les migraines. Si oui, il fallait absolument que Regu le lui apprenne.

“Quant à la vie dehors, alors, je ne suis pas sûr que vous sortiez beaucoup avec Tobias. Je crois qu’il déteste les rues bruyantes de Londres, mais au niveau du programme… Nous petit-déjeunons à 8h30, nous déjeunons à 12h30, et nous goûtons à 16h, et nous dînons à 19h. Le matin, je prépare le petit-déjeuner et je m’occupe du repas du midi ainsi que du goûter. Je passe toujours un certain temps en cuisine quand Tobias est là, pour qu’il n’ait rien à préparer. Le soir, quand je rentre du travail, je prépare le dîner. Vous vous couchez comme vous voulez, mais Tobias part dormir généralement vers 1h du matin. Cela étant, tu peux faire comme tu veux, toi. Tu peux même dormir avec Tobias si tu préfères.”, reprit il avec un sourire que Noah ne sut pas déchiffrer.

Nicolai avait raison quand il parlait des sorties. Si Tobias ne devait pas aimé le bruit et le contact probable dans la rue, c’était bien pire pour un empathe comme le sixième année. D’autant plus qu’il n’avait encore reçu aucune aide pour son don. Si les quelques minutes dans la gare avaient été une pure souffrance au point de lui donner la migraine, il n’irait certainement pas se balader dans la capitale de son propre gré.

Noah se rendait compte de toutes les différences et de tous les changements auxquels il allait être sujet durant ce séjour. Il était assez surpris, encore une fois, de la sympathie de Nicolai. Plus encore, il ne savait pas que les membres d’une même famille pouvaient autant s’occuper les uns des autres. Comme le frère de Tobias décrivait ce quotidien, il semblait ne s’occuper que du bien être de son frère quand celui-ci était là. Cela semblait si confortable, de manger des plats bien préparés, d’être choyé ainsi. C’était si nouveau pour le petit empathe, qui avait plutôt l’habitude d’une loi du chacun pour soi. Ses parents travaillaient tout le temps, ils ne rentraient même pas aux mêmes heures. Les repas en famille étaient rare, d’autant plus que Noah était fils unique. Etait-ce ainsi, une fratrie ? Si cela était le cas, il aurait vraiment aimé avoir un grand frère, ou une grande soeur.

Quant aux horaires de coucher, Noah était habitué à se coucher bien avant. Etant donné qu’il se levait généralement très tôt, il espérait avoir un sommeil correct. Il avait cette envie un peu enfantine de grandir toujours un plus. Mais cela n’était pas pour se comparer aux autres, non, lui il souhaitait simplement voir le monde de plus haut, sous un autre angle. Et qui savait ? Peut-être serait-il moins atteint par les auras en prenant de la grandeur ? Quoiqu’il en soit, il était possible qu’il s’endorme avant son ami, mais il était aussi à prévoir qu’il ne voie pas le temps passer, si ce qu’ils faisaient accaparait son attention.

Quand au fait de dormir avec son ami, Noah était partagé. Il avait prit l’habitude de dormir dans une chambre partagée, bien que ses camarades n’étaient pas vraiment la compagnie qu’il souhaitait durant ses heures de sommeil. Ils étaient bruyants, et souvent pas très hygiéniques, en comparaison avec l’empathe. Se retrouver à dormir seul l’empêcherait peut-être de dormir durant un ou deux soir, à cause du quotidien. Cependant, Tobias était lui habitué à dormir seul, et ce n’était certainement pas pour rien qu’il avait un tel aménagement. Il en avait surement besoin pour se sentir à l’aise, et Noah en y pensant le jalousait un peu. Il ne savait donc pas quoi répondre à cela, et trouvait inutile de développer à l’oral le fond de sa pensée à Nicolai.

“Je lui demanderais des soins. J’ai compris les informations.”, il jouait avec sa bandoulière en réfléchissant un peu. “Je vais faire en sorte de m’habituer.”

Tobias revint de sa chambre entre temps, il avait une sucette - ou en tout cas un bâton de sucette - dans la bouche. Noah se posait des questions, il n’avait jamais vu son ami manger des sucreries avant. Il se demandait si ces sucettes étaient ses préférées. Il prit la sucette tendue en hochant la tête, comme pour le remercier. Il constata également que Regu avait un tout autre accoutrement : une chemise d’un très beau blanc - si on en croyait les auras - ainsi qu’un pantalon. Il vit aussi une montre. Encore une rupture pour le jeune homme, qui avait toujours vu son ami avec l’uniforme. Cette façon de se vêtir lui donnait un tout autre air visuellement. Cependant, son aura n’était pas tant changeante au quotidien.

“C’était notre mère qui achetait ces sucettes…”, crut entendre Noah de la part du frère aîné. Il lui lança un rapide regard curieux, avant de voir son attention détournée par son ami. “Viens dans ma chambre Noah.”, Noah répondit par l'affirmative, suivant son ami jusqu’à ladite chambre.

La chambre de Tobias n’avait rien à voir avec celles de Poudlard, ou même celle de Noah ( celle-ci étant décorée très sobrement par sa mère ). En effet, si son ordinateur avait impressionné le jeune sorcier, qui en avait apprécié les couleurs, mais aussi la lumière -qui était un des sujets qui l’obsedait réellement-. Il avait été également dérouté par le bons nombre de vieux objets qui trônaient dans la chambre de l'aîné. Il y en avait certains même qu’il ne connaissait pas. Tout cela le rendait toujours plus curieux. Il sortit de ses pensées quand Tobias, assit sur son lit, prit de nouveau la parole.

“Tu voudrais faire quoi, maintenant ?”

Oh, s’il pouvait faire tout ce qu’il souhaitait. Il avait vraiment de nombreuses envies, en cet instant. Ses questions à propos de sa vie ici, des moldus, ou même de tous ces objets, lui brûlaient les lèvres. Il voulait également explorer les lieux, les moindres recoins du logis de sa personne préférée. Il voulait poser des questions sur son frères, sur les confiseries que Tobias semblait aimer. Aussi, il souhaitait déballer ses affaires, prendre soin de la lampe, prévenir ses parents et s’assurer que Luciole était arrivée à sa maison. Plus encore, il voulait jouer avec son ami, découvrir de nouvelles choses, se faire de nouveaux souvenirs confortables et goûter les plats de Nicolai. Un réel sentiment d’excitation montait en lui. Mais il ne pouvait pas tout choisir à la fois, de plus, il y avait encore un problème à résoudre.

“Je voudrais trouver des Dolipranes, j’ai mal à la tête à cause de la gare. C’est ton frère qui m’en a parlé. Il m’a dit aussi, que peut-être que tu connaîtrais un sortilège.”, il réfléchit à la suite de ses paroles. “J’aimerais faire tellement de choses, mais actuellement plus que tout j’aimerais me familiariser à cet environnement. J’aimerais que tu me montres la maison, après si tu veux on pourrait jouer ou regarder un film.”

Il déballa sa sucette quand il eut terminé de dire cela, puis la mit dans sa bouche. Goût coca, apparemment, cela ne déplaisait pas à Noah, il avait les joues roses. Il profitait des sensations de la confiserie. Il avait toujours sa robe de sorcier, lui, ainsi que son sac sur le dos. Quant à sa valise, elle était probablement toujours dans le salon. Noah se souvint de tout ça après un temps assez long.

“Ah...aussi, j’aimerais me changer aussi et m’occuper de la lampe à huile qui me protège de la Bête.”

Il avait tout de même réclamé beaucoup de choses en très peu de temps. Mais si Tobias lui avait demandé, c’était qu’il attendait une réelle réponse. Noah disait toujours tout ce qu’il avait à dire, quand il le pouvait. Il ne ferait pas d’exception avec son ami, et encore moins avec lui d’autant plus qu’il savait qu’il pouvait tout lui dire, à lui plus qu’à n’importe qui.

Invité
Invité
avatar
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Mar 26 Fév - 0:22


« Je lui demanderais des soins. J’ai compris les informations. Je vais faire en sorte de m’habituer. ».

Tobias n’avait pas tenu compte de cette phrase. Il ne connaissait pas le contexte dans lequel elle avait été prononcée, et par conséquent il n’éprouvait pas d’intérêts pour cela. Il connaissait toutefois son frère, et l’empathie qu’il manifestait à l’égard de tout le monde, en toutes circonstances. Dans la chambre, le Serdaigle suçait goulument sa sucette en attendant la réponse de Milky. Il aimait quand le goût du coca se déposait sur ses babines. Il avait toutefois du mal à expliquer pourquoi il l’appréciait tant, et pourquoi il n’en consommait qu’ici, alors qu’à Poudlard, il n’en éprouvait pas le besoin.

« Je voudrais trouver des Dolipranes, j’ai mal à la tête à cause de la gare. C’est ton frère qui m’en a parlé. Il m’a dit aussi, que peut-être que tu connaîtrais un sortilège. J’aimerais faire tellement de choses, mais actuellement plus que tout j’aimerais me familiariser à cet environnement. J’aimerais que tu me montres la maison, après si tu veux on pourrait jouer ou regarder un film. » Regu avait sorti sa baguette, une fois que Milky avait terminé de parler. Contrairement au sixième année, la marque avait été levée, et le jeune homme pouvait maintenant utiliser la magie comme il le voulait. Qu’il avait été frustré, pendant sept ans, de devoir s’astreindre à n’utiliser des sortilèges qu’à Poudlard. Pendant que l’empathe continuait de parler, d’un coup de baguette, Tobias ouvrit un de ses tiroirs. Il n’avait rien prononcé, comme à son habitude. Maîtriser les sortilèges informulés lui était très important, il estimait qu’il s’agissait de la clé pour être un sorcier efficace et rapide, particulièrement en situation d’urgence.

« Ah… aussi, j’aimerais me changer aussi et m’occuper de la lampe à huile qui me protège de la Bête. ».

Bien que Regu l’ait écouté, il se concentra dans un premier temps sur son tiroir. Il avait entendu tout ce que son ami avait dit, et il s’apprêtait déjà à répondre, à sa manière. Après le premier coup de baguette, il se montra cette fois plus concentré.
« Accio Dolipranes. ». Immédiatement après qu’il ait terminé son incantation, une boîte jaillissait des tréfonds de ses affaires, et se télescopa jusqu’à son lit. Il saisit la boîte, l’air satisfait, et la tendit à Milky sans un mot de plus. Il avait commencé à manger sa sucette lui aussi, et son visage avait pris maintenant des teintes toutes roses. Tobias se demanda pourquoi, mais il pensait que Milky lui-même n’aurait pas la réponse.

« Oui, je connais un sortilège pour le mal de tête. En revanche, il ne fait que dissimuler la douleur. » Répondit-il dans un premier temps, la voix très neutre. « Nous allons donc dans un premier temps te montrer ta chambre, puis dans un second temps tu te changeras, et nous irons visiter l’appartement ensemble. Notamment la chambre de Nicolai, j’aime bien sa chambre, il y a plein de maquettes qui reproduisent la Première Guerre Mondiale. Il passe son temps libre à les fabriquer. » Sur ces mots, le jeune homme se leva. Il se dirigea vers le couloir, en invitant l’empathe à le suivre. Il se sentait évidemment parfaitement à l’aise chez lui, dans son propre appartement.

Lorsqu’ils arrivèrent ensemble au niveau de la chambre d’amis, les deux purent constater que les valises de Noah se trouvaient déjà installées. Nicolai, dans la cuisine, préparait un repas. Quand ils arrivèrent à l’intérieur de la pièce, il y avait un lit double dont les draps avaient été changés récemment. La pièce sentait plutôt bon, et elle était décorée de manière plutôt neutre.
« Si tu gardes une expérience positive de ce séjour, je compte demander à Nicolai de transformer la chambre d’ami en chambre de Milky. De toute façon, il n’invite jamais personne. » Commenta l’étudiant autiste, en toute quiétude, alors qu’il s’installait une nouvelle fois sur le lit. Il ne se rendait pas compte de l’importance que représentait une telle phrase. En revanche, il mesurait toutes ses implications.

Regu paraissait particulièrement serein contrairement à quand il se trouvait à Poudlard, où il semblait dans un état d’hypervigilance constant. Il prit une bouteille d’eau qui se trouvait sur la table de nuit et la tendit à Milky pour qu’il prenne son médicament, toujours sans commentaire.

« Nous en sommes donc à l’étape deux, dès que tu t’es changé, nous irons visiter l’appartement. ».

Mais, une fois qu’il eut terminé de dire cela, Tobias ne bougea pas du lit. Au contraire, il resta, alors que toute autre personne neurotypique serait sortie. Pour une raison propre à l’esprit de Regu, il n’avait donc pas pensé à sortir. Cela était comme un bogue social, parce que s’il détestait qu’on le touche, il n’avait pas intégré dans son éducation la pudeur. Il ne cherchait pas spécialement à regarder Milky, donc cela ne signifiait pas qu’il avait eu des intentions lascives en demeurant sur le matelas. Au contraire, il agissait juste en autiste, et d’une manière que son frère, Nicolai, trouvait très mignonne.

Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Mar 26 Fév - 19:18

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies


“Accio Dolipranes.”, prononça Tobias après le ‘discours’ de son ami.

Arriva alors à lui une petite boîte en carton jaune que Noah observait avec curiosité. Celle-ci tendue vers lui, il la prise avec un peu d’incompréhension et la garda, l’examinant en silence. Il ne savait pas trop ce qu’il devait en faire, il l’ouvrit alors et y découvrit des petites gélules qu’il observait toujours plus curieusement. Cela ressemblait à des bonbons, est-ce que cependant il devait les consommer de la même façon ?

“Oui, je connais un sortilège pour le mal de tête. En revanche, il ne fait que dissimuler la douleur.”, Noah eut un air déçu face à cette nouvelle. Cela aurait été si pratique pour lui, mais bon tant pis. “Nous allons donc dans un premier temps te montrer ta chambre, puis dans un second temps tu te changeras, et nous irons visiter l’appartement ensemble. Notamment la chambre de Nicolai, j’aime bien sa chambre, il y a plein de maquettes qui reproduisent la Première Guerre Mondiale. Il passe son temps libre à les fabriquer.”

Tobias savait toujours bien organiser et expliquer les choses, cela plaisait énormément au plus jeune, qui s’en sentait toujours plus rassuré. Il se questionna beaucoup sur la chambre de Nicolai. Il se demandait s’il aimait le conflit ou simplement fabriquer des maquettes. Peut-être était-ce les deux ? Cela semblait probable. Quant à Noah, il n’avait jamais fabriqué de maquette de sa vie, et les guerres étaient sa hantise. Les cours d’Histoire pour lui, bien qu’interessants, étaient douloureux. L’humeur et l’aura des gens étaient d’une tristesse et d’une colère quand on parlait des guerres. C’était insupportable, de ressentir l’empathie des autres, être empathe en temps de guerre devait l’être encore plus.

Milky suivit donc son ami à travers le couloir, appréciant par la même occasion le goût de sa sucette. Il aimait bien les sucreries, Noah. Du moins, il n’en mangeait que rarement, alors il profitait toujours de leur goût quand il en avait l’occasion. Il observait le garçon devant lui, satisfait du moment qu’il passait. Il ne se sentait pas mal à l’aise, même si très dépaysé de tout ce qu’il connaissait.

Une fois arrivés dans ladite chambre, l’empathe l’observa avec attention. C’était simple, quoique tout de même plus accueillant que chez lui. De plus, c’était la première fois qu’il allait dormir sur un lit double, chez lui comme à Poudlard il avait été habitué à des lits simples. Il remarqua que sa valise et sa lampe se trouvaient également là, son aura remua certainement à cet instant. Il sortit sa lampe de son emballage et la posa auprès du lit avec un sourire satisfait. Ensuite, il commença à ouvrir sa valise en écoutant les dires de Tobias.

“Si tu gardes une expérience positive de ce séjour, je compte demander à Nicolai de transformer la chambre d’ami en chambre de Milky. De toute façon, il n’invite jamais personne.”

Les joues du petit sorcier rosirent à cet instant. Le monde dans lequel Regu vivait ici semblait si confortable, que l’idée de pouvoir y être invité, d’y laisser sa place était très enviable pour Milky. Il était vraiment emballé par l’idée, cependant, il fallait encore que tout se passe réellement bien ici. De plus, il ne fallait pas oublier les parents de Noah. Il était probable qu’ils n’apprécient pas que leur fils passe toutes ses vacances chez quelqu’un qu’ils ne connaissaient pas. Alors qu’il ne voulait même pas rentrer chez son propre “chez lui”. Cela ne dérangeait pas Noah, au fond, de passer tout son temps dans un endroit confortable -avec des personnes confortables-. Mais il connaissait bien ses parents, il avait parfois l’impression qu’ils ne souhaitaient pas qu’il se sente confortable.

“J’aimerais bien, je pense.”, il s’arrêta là. Il n’avait pas besoin de parler des soucis qui pourraient advenir, puisqu’il ne savait pas quelle expérience il allait garder de cet endroit. Cependant, la couleur de ses joues trahissait son enthousiasme.

Il prit la bouteille que son ami lui donnait sans grande compréhension. Cela était un nouvel objet que son ami lui donnait sans que Noah ne comprenne ce qu’il devait en faire. Il décida de les poser tout deux non loin de lui.

“Nous en sommes donc à l’étape deux, dès que tu t’es changé, nous irons visiter l’appartement.”, annonça Regu, assis sur le lit provisoire de son ami.

Noah hocha positivement la tête et ouvrit sa valise. Il sortit de celle-ci un gros sweat à capuche bleu clair avec un motif de croissant de lune sur le coeur. Avec cela il prit un t-shirt noir simple et un pantalon en jean avec le bas retroussé. Il ne choisissait pas vraiment ses vêtements, c’était sa mère qui le faisait pour lui, prenant des vêtements à son goût plus qu’à celui du garçon. Ce dernier aimait porter des choses étranges, il aimait d’ailleurs la robe de sorcier, même si elle n’était pas très confortable.
Il remarqua que son ami n’était pas partit, cependant, il ne voyait pas là un soucis. Il avait l’habitude de devoir partager une chambre avec plusieurs personnes, de nombreuses fois il avait dut se changer devant eux ou l’inverse. Pour lui ce n’était pas un soucis, et puis, de toute façon Tobias n’était en rien une gêne pour Noah. A l’aise, peut-être un peu trop, il se changea sans rougeurs et referma sa valise. Le petit brun était du genre très mince, en plus de petit. Il mangeait à sa faim, mais sa morphologie était ainsi. C’était pour cela que ses colocataires à Poudlard l’appelaient ‘la brindille’.

Après cela, il prit la boîte de dolipranes et la bouteille que son aîné lui avait donné un peu plus tôt. Il les observa encore, puis releva la tête vers Tobias. Il n’était pas bête, mais préférait toujours s’assurer des choses.

“Je dois l’avaler avec l’eau c’est ça ?”, quand il obtint sa réponse, il avala donc un médicament, espérant que cela ferait rapidement effet. Il ne connaissait rien du fonctionnement de ces derniers après tout. “Je vais devoir attendre longtemps pour aller mieux ?”, demanda-t-il ensuite.

Noah avançait en total terrain inconnu, et même s’il était très craintif par rapport à tout cela, il n’en demeurait pas moins un garçon très curieux par le monde qui l’entourait. Il avait même prit un carnet de notes vierge avec lui, pour pouvoir y recenser toutes ses découvertes du monde de Tobias. Il n’y avait pas plus enthousiaste que lui à cet instant. En soif de savoir.

“J’ai finit, montre moi ton appartement.”, continua-t-il un peu plus tard.

Regu serait son guide dans son propre monde, sa propre maison. Le jeune Serdaigle mourrait d’envie de voir tout cela pour de vrai. Il voulait également s’amuser avec son ami après tout cela. Loin de Poudlard, ils n’auraient aucune crainte, aucun ennemi à l’aura rouge. C’était si réconfortant en y pensant. Il allait passer de nombreux jours loin de tout problème, on allait prendre soin de lui et il serait durant tout ce temps avec une personne qu’il appréciait. Ils allaient surement passer de nombreux moments confortables, Noah espérait sincèrement qu’ils en passent le plus possible. Parce que voilà, après 5 ans, il découvrait enfin l’univers de sa personne préférée. Et elle l’y avait invité.

“Je veux vraiment tout savoir.”, dit-il sans vraiment s’en rendre compte. Mais c’était une vérité, une pensée retranscrite vaguement mais pourtant forte dans l’esprit de Noah.

Il voulait tout savoir de lui, car il était son sujet préféré.

Invité
Invité
avatar
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Ven 1 Mar - 14:07


Quand Noah exprima son souhait d’avoir aussi sa propre chambre ici, Tobias sembla satisfait. Il esquissa un léger sourire sur son visage, dont l’expression neutre reprit immédiatement le dessus. Toutefois, comme à son habitude, le jeune homme ne comprenait pas bien pourquoi les joues de Noah devenaient si rose aussi souvent. Peut-être la chaleur ?
Alors qu’il commençait à se déshabiller, le Serdaigle observait la pièce. Il se trouvait dans une situation d’attente, c’est-à-dire qu’il avait besoin que son ami se change pour passer à la suite de son programme. Par moments, il le regardait. Il avait un corps plutôt fin. Objectivement, Regu avait toujours préféré observer les corps masculins. Sur le corps féminin, il y avait des choses bizarres : la poitrine, pour commencer, qui ressemblait à des excroissances de tumeurs malignes. Puis, tout ce qu’il y avait au-dessous de la ceinture : une forme de bouche étrange qui donnait l’impression qu’elles allaient se mettre à parler et qu’une voix allait émaner à tout moment depuis leur pantalon. Il connaissait certes très bien l’anatomie du corps humain, maintenant qu’il s’engageait dans des études de médicomagie, mais ces restes d’enfance qu’il avait ne disparaissaient que difficilement. En effet, Tobias avait été toujours élevé dans un univers masculin. Il avait trois frères, un père, et puis ensuite il avait vécu avec Nicolai, et dans un dortoir de garçons où il avait certes sa chambre, mais où il n’était pas rare de croiser des adolescents en caleçon au petit matin.

Voilà donc ce à quoi pensait Tobias quand il vit Noah quasiment nu, avant que celui-ci n’ait fini de se changer. Regu n’avait aucun commentaire à faire sur son style vestimentaire. Il se contenta de se remettre en position assise sur le lit, et d’attendre qu’il ait terminé.
« Je dois l’avaler avec l’eau, c’est ça ? ». Son ami se contenta d’un laconique : « Oui. », parce qu’il n’y avait rien d’autres à ajouter.
« Je vais devoir attendre longtemps pour aller mieux ? ». Là encore, il réfléchit quelques secondes, parce qu’il se remémorait le principe actif et son fonctionnement. « Une demi-heure à une heure en fonction de ta constitution. » Constitution faisait ici référence à la masse, ce qui était un mot correct et pris au premier degré.

Milky avala donc le médicament. Première fois qu’il le faisait, mais Tobias ne s’en rendait pas compte parce que comme il était né-moldu, tout cela lui semblait normal.
« J’ai fini, montre-moi ton appartement. » Commenta alors le Serdaigle de sixième année.

Regu se rehaussa sur ses deux jambes. Il se rapprocha de lui, et saisit un bout du haut de Milky comme faisait beaucoup les personnes autistes pour attirer l’attention de quelqu’un. Il fut toutefois interrompu par une dernière phrase du Serdaigle.
« Je veux vraiment tout savoir. » Pendant un instant, Tobias se demandait comment il allait pouvoir tout lui expliquer. Cela faisait une quantité d’informations majeure à communiquer, et il n’était pas sûr d’en être capable. De ce fait, il chercha dans un premier temps à poursuivre l’objectif qu’ils s’étaient fixés tous les deux, à savoir la visite de leur appartement.

« Tu te trouves ici dans la chambre d’ami. C’est une pièce de 20 m². Elle a opté pour une décoration neutre, pour se rapprocher du style des hôtels et que chacun se sente à l’aise. Je réaffirme cependant que je voudrais que cela devienne ta chambre. » Puis, il sortit de la pièce, tirant Milky avec lui.

La visite se poursuivit ainsi. Il y avait la chambre de Tobias, en face de la chambre d’ami dans un même couloir d’ouest. À l’extrémité de ce couloir se trouvait une salle de bains, et des toilettes. À l’extrémité est, cela donnait sur le séjour. La porte du couloir menant aux chambres pouvait se fermer, mais en pratique, elle demeurait toujours ouverte. Le séjour, lui, était bien plus grand, et il communiquait par une fenêtre d’assez grande taille sur la cuisine, contiguë au salon. Ultimement, il y avait dans un autre couloir, la chambre de Nicolai, une salle de bain privative, et d’autres toilettes. Il y avait également une buanderie où se trouvait des affaires de ménage et les machines à laver. Regu expliqua longuement la configuration de l’appartement à son ami, il s’attarda sur les détails, même ceux les plus grivois : par exemple, là où Nicolai cachait ses préservatifs. Au cours de leur visite, le grand frère avait donc entendu cela, mais il n’avait pas réagi, ce n’était pas la première fois que son petit frère révélait ce genre de choses, et il s’en fichait. Au contraire. Dans la chambre de Nicolai, toujours, Tobias présenta les maquettes dont il avait parlé à Noah plus tôt. Avec plein de petites figurines fait main, d’un terrain fait main, de la taille d’une table de 120 cm de long par 60 cm de large. Il y avait visiblement passé du temps, et il s’agissait d’une belle reconstitution de la bataille de la Somme, au cours de la Première Guerre Mondiale.

Cette visite de l’appartement avait en vérité pris plusieurs heures. Cela avait duré vraiment longtemps, où Noah avait pu poser des questions, où Tobias lui avait répondu. Au bout d’un moment, ce fut par le bruit d’une cloche que le Serdaigle s’arrêta soudain de parler.
« C’est l’heure de goûter. » Avait-il sans autre forme de procès, amenant avec lui son copain jusqu’au séjour où Nicolai les attendait avec des crêpes. Il y avait aussi plusieurs condiments : Nutella, sucre, confiture. Le plateau repas préparé donnait envie.

« J’espère que le bruit ne t’a pas fait peur Noah, j’utilise une clôche comme moyen mnémotechnique pour que Tobias sache qu’il est l’heure de manger. Je vous ai préparés des crêpes, les autres jours ce sera probablement un peu moins fourni, mais là c’est une occasion spéciale, vous venez de rentrer. » Fit Nicolai alors qu’il s’installa lui aussi autour de la table du séjour.
Tobias avait sorti sa baguette magique, et avait retiré sa chemise, se montrant torse nu dans un premier temps. Il avait placé sa baguette sur le haut de son bras, et était resté ainsi pendant une petite minute alors que Nicolai lui préparait sa crêpe. Il ne précisa pas ce qu’il faisait tant cela lui paraissait évident.

« Alors, Noah. Tu veux une crêpe à quoi, toi ? Tu aimes ça, les crêpes, d’ailleurs ? C’était bien, tu as d’autres questions sur la maison ? » Demanda le jeune homme, tout guilleret pendant que Regu remettait sa chemise et commençait à manger sa crêpe. C’était dans la chambre de Nicolai que l’on avait d’ailleurs trouvé la seule photographie de la famille Sorensen.
« Milky était curieux, mais ce n’est pas grave, je lui ai tout dit. C’est une gentille personne : il est autiste comme moi. » Répéta le Serdaigle avec une voix d’enfant, alors que du Nutella apparaissait aux commissures de ses lèvres.
« Oui, Noah, tu peux vraiment poser toutes les questions que tu veux. » Fit Nicolai en lui passant la crêpe qu’il avait préparée, après que Milky eut probablement répondu.
Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Ven 1 Mar - 23:44

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies

Regu lui avait attrapé le pull, comme pour attirer son attention. Il expliqua ensuite, après un temps de réflexion, à son ami l’empathe la disposition de la chambre. Ensuite, il précisa à nouveau qu’il souhaitait que cette chambre devienne celle de Milky. Il imaginait cette pièce être la sienne, il imaginait Luciole s’y trouver, ainsi que tous ses livres. Cette émotion le faisait se sentir à l’aise. Comme quand on s’allonge dans son lit après une douche, en fin de journée. On se sent bien et détendu.

Noah se laissa embarquer dans l’appartement, Tobias le tenant toujours. Chaque information que ce dernier donnait au jeune curieux le faisait ressentir une certaine plénitude mais aussi un manque. Comme lorsqu’on regarde un épisode d’une série que l’on attendait, on apprécie, mais on veut toujours la suite. Si toute la maison en elle même était jolie et surtout lumineuse, comme Noah aimait, la chambre de Nicolai retint un peu plus son attention. Le fait que Tobias révèle les cachettes de son grand frère ne le choqua pas du tout, au contraire, il prit cette information comme toutes les autres. Il s’était cependant demandé - à voix haute - pourquoi il les cachait, si cela était utile. Cependant, ses réflexions se portèrent bien plus sur les maquettes dont lui avait parlé son ami un peu plus tôt. Elles étaient impressionnantes, en détails mais aussi en grandeur. Tout semblait fait main, pourtant Noah avait l’impression de revivre chaque émotion du coeur d’Histoire sur la Première Guerre Mondiale. C’était douloureux, mais pourtant si curieux et impressionnant pour un rêveur comme le petit qui vivait les émotions des autres. Il avait posé des questions sur quelle bataille était représentée, si ce sujet intéressait Nicolai comme lui ne pouvait s'empêcher d’être fasciné par les lucioles. Il était impressionné que Nicolai passe autant de temps là dessus, il souhaitait lui poser plus de questions là dessus. Il avait également observé rapidement un portrait de ce qu’il semblait être la photographie de la famille de son ami. Cependant, il n’avait pas eut le temps de poser des questions là dessus.

Comme toujours, l’attention et la concentration du jeune Serdaigle fut totalement happée par les mots de son ami. Tant et si bien qu’il ne vit pas les heures passer.  Quand le tintement d’une cloche se fit entendre, Noah sursauta un peu. Craintif, le bruit l’avait surpris, mais il se calma quand Tobias expliqua en toute nature la signification de cette cloche. Dans le séjour, Nicolai leur avait préparé des crêpes. Le jeune brun en constatant cela fut très enthousiaste - à l'intérieur -. Il aimait bien ce dessert, mais n’en mangeait jamais chez lui. C’était la première fois qu’il en dégustait hors de Poudlard. Il alla jeter son bâton de sucette et s’assit sur une chaise libre.

“J’espère que le bruit ne t’a pas fait peur Noah, j’utilise une cloche comme moyen mnémotechnique pour que Tobias sache qu’il est l’heure de manger. Je vous ai préparés des crêpes, les autres jours ce sera probablement un peu moins fourni, mais là c’est une occasion spéciale, vous venez de rentrer.”

Le petit sorcier écoutait le frère de Tobias parler alors que celui-ci semblait enlever son haut qui avait sur le coup échappé au plus jeune. Ce dernier lui lança alors quelques coups d’oeils interrogatifs. Déjà parce qu’il ne comprenait pas dans quel but il le faisait, mais aussi parce que c’était la première fois qu’il le voyait ainsi. La curiosité était à tous les étages chez Noah.

Il se reconcentra néanmoins sur les paroles de Nicolai, avec un petit temps d'inattention cependant. Il avait été surpris par la cloche, mais il était très craintif alors il ne savait pas s’il pouvait vraiment dire qu’il avait particulièrement eut peur de celle-ci. Il se contenta d’un hochement positive de tête un peu hésitante, sans aucun bruit. Il eut du mal à lui répondre tout de suite à ce qu’il avait dit, alors il le laissa parler de nouveau.

“Alors, Noah. Tu veux une crêpe à quoi, toi ? Tu aimes ça, les crêpes, d’ailleurs ? C’était bien, tu as d’autres questions sur la maison ?”, continuait Nicolai avec l’aura qui remuait.  

Noah n’hésita pas à répondre à la première question, quoique toujours avec une petite voix qui montrait qu’il était tout de même intimidé par tout ces changements : “J’aime. S-Sucre !”. C’était simple mais efficace. Noah n’avait pas un grand goût pour le chocolat, qu’il trouvait vite écoeurant, quant à la confiture, il n’en voulait simplement pas à cet instant.

“Milky était curieux, mais ce n’est pas grave, je lui ai tout dit. C’est une gentille personne : il est autiste comme moi.”, reprit Regu, du chocolat sur les coins des lèvres.

Pour Noah, si le jour était important, c’était parce qu’il voyait enfin le monde de Tobias de plus prêt. Alors, bien évidement qu’il était curieux, bien plus que d’habitude. Et tout le monde savait à quel point il était curieux. Une fois, il avait été dans la Forêt Interdite juste parce qu’il avait suivit un papillon aux couleurs qu’il n’avait jamais vu. Il avait fait perdre des points à Serdaigle et on s’en était prit à lui après cela. Mais bon, il ne fallait pas qu’il pense à cela, il était avec de bonnes personnes maintenant. Les mots de Regu le prouvaient puisqu’il le complimenta.

“Oui, Noah, tu peux vraiment poser toutes les questions que tu veux.”, l’encouragea le grand frère à nouveau.

Il lui donna sa crêpe. Noah la prise et croqua quelques morceaux auparavant. Il réfléchissait à toutes les questions qu’il se posait. Beaucoup de réponses avaient été apportées par la visite que Tobias lui avait fait. Cependant, l’empathe était insatiable, quand ça le concernait. Ils se connaissaient depuis cinq ans, alors forcément, ils savaient déjà de nombreuses choses l’un de l’autre. Mais voir tout cela dans la réalité imposait toujours plus de questionnements. Il se demandait pleins de choses sur Nicolai, sur la famille de son ami, sur cet appartement, sur l’enfance et le passé de Tobias ou encore sur les sucettes au coca que sa maman lui achetait. Mais devait-il en parler ? Vint, alors un flot de questions en désordre, entrecoupées par la gourmandise de Noah face aux crêpes.

“...D’accord, alors voilà : Nicolai, j-je me demande combien de temps tu prend à faire tes maquettes et pourquoi tu les fait. Je me demande pourquoi tu garde un portrait de ta famille, si vous ne semblez plus leur parler. Je veux savoir pourquoi vous mangez des sucettes au coca et pas d’autres.”, il marcha un peu de sa crêpe. “Pourquoi tu fais tout pour Tobias ? Tu aime le faire, c’est ça ? Pourquoi mes parents ne font pas comme toi ?”, cette question en était vraiment une, il se le demandait. “Est-ce que tu sais faire beaucoup de plats du coup ?”, celle-ci relevait de la gourmandise du petit sorcier. Il passait du coq à l’âne, mais on lui avait autorisé à poser toutes les questions qu’il souhaitait. Il finit sa crêpe en silence puis fixa le plat. “Je peux en avoir une autre ?”


Invité
Invité
avatar
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Lun 11 Mar - 3:59

Les deux frères écoutèrent attentivement les questions posées par Noah. Cette personne comptait pour Tobias, et par conséquent, elle comptait aussi pour Nicolai qui écoutait cela avec une réelle empathie, qui tranchait pourtant avec sa nature impitoyable quand il se trouvait à la barre dans les procès.

« D’accord, alors voilà : Nicolai, j-je me demande combien de temps tu prends à faire tes maquettes et pourquoi tu les fait. Je me demande pourquoi tu gardes un portrait de ta famille, si vous ne semblez plus leur parler. Je veux savoir pourquoi vous mangez des sucettes au coca et pas d’autres. Pourquoi tu fais tout pour Tobias ? Tu aimes le faire, c’est ça ? Pourquoi mes parents ne font pas comme toi ? Est-ce que tu sais faire beaucoup de plats du coup ? » Alors qu’il achevait sa première salve de questions, Milky finissait la crêpe qu’il était en train de déguster. Sans que cela ne surprenne ses interlocuteurs, il en redemanda même une autre.  

Il avait posé beaucoup de questions, et pour être honnête, Nicolai avait déjà oublié la plupart des questions posées par son invité. C’était cependant sans compter sur la rigueur de son petit frère, qui mangeait sa crêpe au Nutella d’une manière particulière, compte-tenu du fait qu’il avait déjà répandu du Nutella partout sur la serviette que Nicolai lui avait mis autour du cou.

« Nicolai, la première question était : [i]combien de temps prends-tu pour faire tes maquettes, et pourquoi tu les fais ? » Affirma Regu après avoir avalé la dernière bouchée de sa crêpe. Il avait du chocolat aux commissures des lèvres.
« Déjà, merci pour toutes tes questions Noah, et désolé si je n’ai pas tout retenu. Je n’ai pas une aussi bonne mémoire que Tobias. Tu peux bien sûr poser autant de questions que tu veux. À propos de mes maquettes, je dirais que je mets une semaine à les faire. J’aime bien travailler avec mes mains. Je suis passionné d’Histoire militaire donc je pense que c’est pour ça… J’ai voulu combiner deux passions. » Commença à répondre le vingtenaire. La configuration de la conversation préfigurait Tobias qui répétait les questions, et son frère aîné qui y répondrait avant de laisser la parole à Milky pour son retour, pour savoir s’il avait bien eu les réponses qu’il attendait.

« La seconde question était : [i]pourquoi gardes-tu un portrait de notre famille si nous ne semblons plus leur parler ? » Répéta le Serdaigle sans trahir la moindre émotion sur son visage. Il paraissait difficile dans ce contexte de savoir si cette question abordait une corde sensible pour l’adolescent, tant il n’exprimait rien, surtout qu’il venait de se saisir d’une nouvelle crêpe pour la manger comme s’ils avaient abordé un sujet anodin. Visiblement, il n’avait pas l’intention de répondre lui-même.

« Euh… Eh bien… Disons que c’est une question compliquée… Mhm. » Bégaya dans un premier temps l’avocat. Contrairement à son frère autiste, son côté neurotypique ressortait pour une problématique qui abordait les moments les plus noirs de leur vie personnelle. « Non. » Intervint brusquement le sorcier, parce qu’il ne comprenait authentiquement pas ses difficultés.
« Certes. Je comprends. Disons simplement que même s’ils ont été défaillants, j’ai été attaché à nos parents. Cette photo est pour moi le moyen de ne pas oublier ce qu’ils ont fait à Tobias, en me jurant que je ne serai jamais comme ça avec lui et notre famille. C’est aussi le souvenir nostalgique d’une époque où j’avais encore un peu d’affection pour eux. Bien sûr, je ne pourrais jamais leur pardonner ce qu’ils nous ont fait, mais… C’est un symbole.
C’est un moyen irrationnel pour mon frère de se souvenir du passé, alors même que ce passé est négatif pour lui. » Asséna Tobias, laconique, à l’endroit de son ami.

Sur le moment, l’avocat parut peiné, non pas contre son frère, jamais, mais contre lui-même. Il ne s’expliquait pas le besoin de garder cette photo, et peut-être que ces enfants ne comprendraient pas, mais cela lui était important d’une certaine manière.
« Tu as raison Tobias, moi-même j’ai du mal à me l’expliquer. Je ne suis pas sûr d’avoir réussi à répondre à ta question Noah, je suis désolé. Je voudrais bien te donner une raison, mais il n’y en a pas, je suis juste triste de tout cela. Parfois, il y a des choses qu’on n’arrive pas à expliquer. Vous et moi communiquons très différemment, même si je fais de mon mieux pour vous comprendre. » Acheva Nicolai dans le silence des bruits de mastication de la crêpe à Regu. Il ne savait pas vraiment s’il fallut rajouter quelque chose, alors dans un second temps il termina de préparer une autre crêpe qu’il tendit à Milky.

« Ma mère est une personne hypocrite, faible et sans caractère. Mon père est un drogué, violent et immature. Ces deux personnes ne valent rien. » Lâcha le Serdaigle, d’un coup, alors qu’un certain silence venait de s’installer dans la pièce. Il avait dit cela sur sa voix neutre habituelle. Cela ne trahissait aucune émotion particulière, il n’avait pas l’air en colère, il énonçait simplement de manière assez fermée ce qu’il considérait comme des faits, avec en tête l’événement du chat dont il avait parlé à Noah au sommet de la tour d’astronomie.

« Je sais que Tobias t’a tout raconté Noah. C’est vrai que je devrais enlever cette photo. Au final, cela ne sert à rien.
Tu fais ce que tu veux. Ce sujet n’est pas tabou de toute façon. Il sait tout, en effet. J’espère que tu ne les rencontreras jamais, Milky. ».

Sur cela, il prit une troisième crêpe, et la croqua à pleine dent. Il y eut un temps de latence avant qu’ils reprirent le jeu des questions réponse, compte-tenu du lourd sujet qu’ils abordaient ensemble.
Noah Miller
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Noah Miller
Messages : 26
Points : 141
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias Mar 12 Mar - 21:43

You and me, far from everything.


Noah ft. @Tobias Sørensen | Fireflies


Après avoir posé toute une salve de questions, Noah posa son regard sur son ami de Serdaigle. Il mangeait une crêpe au nutella, aux observations que le petit sorcier pouvait faire. Noah se demandait comment son ami arrivait à manger autant de chocolat. Aimait-il cela ? Au point d’en manger autant ? Il faudrait que l’empathe se souvienne de ce détail sur son ami également. Ainsi, si un jour il était amené à devoir lui faire un cadeau, il pourrait lui en offrir. Mais il se demandait si cela ne poserait pas de soucis à cause de la santé de Regu. Il fallait qu’ils en parlent un peu plus précisément un jour.

Suite à ces quelques réflexions, il reposa son attention sur le grand frère, qui semblait un peu perdu. Il ne comprit les raisons de cet air que quand son ami se mit à répéter les questions que Milky avait posé en rafale un peu plus tôt. Ah, oui, il aurait peut-être due parler moins rapidement. Mais qu’est-ce qu’on pouvait y faire ? Il était bien trop curieux pour faillir à une telle occasion d’en savoir plus sur son ami.

“Déjà, merci pour toutes tes questions Noah, et désolé si je n’ai pas tout retenu. Je n’ai pas une aussi bonne mémoire que Tobias. Tu peux bien sûr poser autant de questions que tu veux. À propos de mes maquettes, je dirais que je mets une semaine à les faire. J’aime bien travailler avec mes mains. Je suis passionné d’Histoire militaire donc je pense que c’est pour ça… J’ai voulu combiner deux passions.”, commença Nicolai.

Noah avait tendance à oublier que les autres ne se souvenaient pas aussi bien des détails comme Tobias ou lui-même. Ce n’était pas du tout la première fois qu’on lui demandait de ralentir. On lui avait souvent fait remarqué qu’il avait une bonne mémoire, mais Milky l’avait intégré comme un fait normal. Le fait était donc qu’il se retrouvait souvent dans des situations gênantes où il évoquait quelque chose dont les autres ne se souvenaient plus. Il fut donc d’abord surpris par le début de réponse de l’avocat, mais il passa rapidement à autre chose, curieux de la suite de ses paroles.

Quant au maquettes : Noah trouvait cela particulièrement malin de la part de Nicolai de mélanger ainsi deux passions. Ainsi, il pouvait s’intéresser à deux sujets comme s’ils n’étaient qu’un. Cela devait amener à l’homme un gain de temps assez conséquent sur son emploie du temps. Noah hochait positivement la tête, comme si il donnait son approbation à cette façon de faire les choses. Il imaginait que si le plus vieux faisait cela, il y avait peut-être un lien avec le travail qu’il avait. Tobias lui avait déjà dit que son frère était avocat. De cette façon, le petit sorcier pensait que son travail devait lui prendre beaucoup de temps. En y pensant, il se demandait pourquoi le jeune homme avait choisi cette profession plutôt qu’une autre. Par association d’idées, l’empathe rêveur imaginait Nicolai comme un super-héro que l’on pouvait retrouver dans un livre. Il était certain, d’une certaine façon, que le grand frère de Tobias était le genre de personne à défendre les plus faibles - comme eux -. Et ça, c’était la preuve qu’il était un réel héro.

Regu répéta la seconde question sans émotion apparente, aucune. Noah ne le remarqua pas spécialement. Cela appartenait au passé pour le petit Serdaigle. Il était vrai que c’était un passé triste, mais quand il voyait leur milieu de vie actuel, il était persuadé que cela était derrière eux. Pas comme lui, toujours plongé dans un quotidien mauvais. Ah, il espérait vraiment pouvoir toucher leur confort du bout des doigts, un jour.

“Euh… Eh bien… Disons que c’est une question compliquée… Mhm.”, commença Nicolai, bien vite coupé par un “Non.” qui provenait de son cadet. Noah hocha positivement la tête quand son ami répondit cela. Mais encore une fois il ne pipait mot.

“Certes. Je comprends. Disons simplement que même s’ils ont été défaillants, j’ai été attaché à nos parents. Cette photo est pour moi le moyen de ne pas oublier ce qu’ils ont fait à Tobias, en me jurant que je ne serai jamais comme ça avec lui et notre famille. C’est aussi le souvenir nostalgique d’une époque où j’avais encore un peu d’affection pour eux. Bien sûr, je ne pourrais jamais leur pardonner ce qu’ils nous ont fait, mais… C’est un symbole.”, répondit finalement l’avocat.

Noah était un peu perdu. A vrai dire, il ne s’était jamais sentit proche de sa famille. Il n’avait jamais reçu une quelconque tendresse ou attention positive de la part de ses parents. Il était probable qu’il ne sache que vaguement définir l’attachement. Il ne comprenait pas non plus pourquoi Nicolai s'entêtait autant à vouloir se souvenir d’un évènement passé qui était douloureux. Il avait la possibilité, lui au moins, de pouvoir oublier -parfois en s’auto-convaincant- les moments difficiles et les souvenirs traumatisants. Noah, qui souffrait de sa peur de la Bête, ne pouvait comprendre que l’on veuille garder en mémoire les maux du passé. Mais heureusement, Tobias vint l’éclairer un peu sur le sujet :

“C’est un moyen irrationnel pour mon frère de se souvenir du passé, alors même que ce passé est négatif pour lui.”

C’était irrationnel. Milky se demandait cependant si Regu souffrait à cause de cette photographie. Il n’en avait pas l’air, alors probablement que ce n’était pas le cas, son aura le lui aurait dit. Pourtant, cela dérangeait beaucoup l’empathe de voir celle du grand frère s’agiter pendant qu’ils parlaient de ce sujet. Il ressentait, à cause de son empathie, son malaise et sa tristesse. Cela était douloureux, inconfortable. Il avait presque l’impression de ressentir le sentiment qu’il avait avec ses propres parents… les regrets d’un passé plus heureux en plus.

“Ca fait mal.”, conclut-il avec une petite voix. Il parlait cependant des sentiments de l’avocat, et non des siens.

“Tu as raison Tobias, moi-même j’ai du mal à me l’expliquer. Je ne suis pas sûr d’avoir réussi à répondre à ta question Noah, je suis désolé. Je voudrais bien te donner une raison, mais il n’y en a pas, je suis juste triste de tout cela. Parfois, il y a des choses qu’on n’arrive pas à expliquer. Vous et moi communiquons très différemment, même si je fais de mon mieux pour vous comprendre.”

Milky accepta la crêpe que Nicolai lui donnait sans rien dire. Il se mit à manger en l’écoutant parler. Ses dires confirmèrent simplement les sentiments et les pensées du plus jeune. Il se contenta donc de hausser les épaules en mâchant et de lancer un petit : “Je sais.”, en parlant de la tristesse qu’avait exprimé vocalement le plus vieux des trois.

“Ma mère est une personne hypocrite, faible et sans caractère. Mon père est un drogué, violent et immature. Ces deux personnes ne valent rien.”, compléta son ami.  

Il était vrai, qu’en se remémorant les événements que son ami lui avait conté, il ne pouvait qu’être d’accord. Noah se demandait quelle aura les parents de Tobias auraient pu avoir. En y réfléchissant, il était bien heureux de savoir qu’il ne les verrait jamais. Il en avait presque peur, en les imaginant. Cela devait être si douloureux de se tenir près d’eux et ressentir leurs sentiments. Si tant était que de telles personnes pouvaient en avoir.

“Je sais que Tobias t’a tout raconté Noah. C’est vrai que je devrais enlever cette photo. Au final, cela ne sert à rien.”, continua le frère, ce à quoi Tobias répondit directement : “Tu fais ce que tu veux. Ce sujet n’est pas tabou de toute façon. Il sait tout, en effet. J’espère que tu ne les rencontreras jamais, Milky.”, il conclut en prenant une autre crêpe.

Noah l’imita et machouilla une nouvelle crêpe, nature cette fois. C’était vraiment bon, il fallait qu’il apprenne un jour à en faire, pour quand il serait seul chez ses parents absents presque tout le temps.

Il était vrai qu’il était très renseigné sur le passé de Regu, mais jamais il l’avait côtoyé de si près. Quand Tobias racontait ces événements, les sentiments qu’il ressentait étaient bien moins forts et puissants que ceux de Nicolai à l’instant. Noah y était très sensible, si bien qu’il se sentait assez mal. Ses yeux étaient un peu rouges. Pourtant, au fond il n’était pas triste, lui. D’ailleurs, il trouva même le courage de donner aussi son avis au grand frère sur le sujet.

“Regu a raison. Si tu te sens confortable avec cette photo garde la.”, il ne put s’empêcher de parler de ce qu’il ressentait, par contre. “Mais ne te force pas à parler de ce sujet, je sens bien dans ton aura que tu es inconfortable et que ça te fais mal. Mon don me fait avoir mal aussi.”

Après cette remarque, il continua de s’empiffrer de crêpes. Il n’avait pas vraiment mesuré ses paroles, il avait été totalement honnête. Il était assez à l’aise, s’habituant peu à peu à l’environnement. Il se sentait plus libre, il était un peu plus bavard avec le temps. Cet endroit le rendait sûrement moins craintif. Alors il attendit paisiblement que Tobias rappelle à son frère les autres questions qu’il avait posé.
Contenu sponsorisé
Re: You and me, far from everything. | ft. Tobias

You and me, far from everything. | ft. Tobias
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ohayo mina - tobias white-reaper

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Londres-
Sauter vers: