[FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan

Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
[FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Sam 9 Mar - 20:20




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



[Ce rp est un flashback de l'amour se déroulant en 6e année pour Sera et 7e pour Ethan. La joueuse derrière le semi-être de l'eau le plus sexy de Poudlard décline toute responsabilité en cas de connerie abusive de son perso.]

--

Tu te jettes sur ton lit en enfonçant ta tête dans l'oreiller. Tu as envie de ne faire qu'un avec l'oreiller, de devenir l'oreiller, parce que c'est une belle vie, celle d'un oreiller. Tu pourrais t'habituer à devenir un oreiller, au moins, un oreiller ne se fait pas rire au nez quand il écrit une lettre d'amour à une fille. Non, il ne se fait pas rire au nez, il ne se fait pas traiter de romantique. Puis d'abord, depuis quand c'est une insulte d'être romantique ? C'est très bien le romantisme ! Ces filles n'ont pas d'âmes, elles n'ont jamais vu de Disney de leurs vies ? Tout le monde aime le romantisme, t'étais sûr de ton coup, pourtant. Brrr.

Bon, ça te faisait combien de râteaux consécutifs, Sera ? 70 ? Plus ? T'en sais trop rien, tu n'as pas tellement envie de faire les comptes, aujourd'hui. Tu ressasses ton humiliation du jour. Tu revois son sourire moqueur, la façon dont elle t'as regardé de haut, tu réentends son rire et surtout, tu réentends ses mots : « Désolée, mais je ne sors pas avec des gringalets. » Gringalet. Wesh. Alors c'est ce que tu es ? Un gringalet ? Pourtant, t'étais plutôt ferme comme garçon, la faute à la nage, ça, ça fait de vous un bloc de béton. Vrai que tu n'étais pas très impressionnant niveau taille de muscle, cependant. Mais tu étais encore jeune, en pleine croissance ! Tu y crois à ta renaissance du phénix ! Tu y crois à ta transformation comme dans les comédies romantiques. T'y crois, tu ne sais juste pas du tout comment t'y prendre. T'avoues, tu es légèrement vexé. Légèrement.

- « Gringalet. Gna gna gna… Je t’en foutrais des gringalets connasse. Dire que je me suis cassé le cul pour t’écrire un poème. Toute façon t’sais pas ce que tu rates. Gringalet, jpp… »

Légèrement, on a dit. En fait, tu es tellement légèrement vexé par ton ex-crush que tu commences à activer ta carte piège : « AH OUAIS BAH ATTENDS VOIR ». Carte piège terrible qui consiste à contredire une personne en devenant exactement ce qu’elle pense que tu n’es pas. Carte piège horrible qui est, à elle seule, la cause de 90 % de tes heures de colle. Comment ça, t’es con ? Non. Tu ne vois pas de quoi on parle. Pas du tout. Elle pense que t’es un gringalet ? Ok. Tu vas devenir un apollon, un putain de sex symbol, comme Hercule. Parce que c’est un peu ta seule référence Hercule. En même temps, c’est Disney, plus de la moitié de tes références ont un rapport avec Disney. La question, c’est… Comment passer de Zéro à Héros ? Hm. Voyons… Il te faudrait un modèle, un catch de vie, IL TE FAUT TON PHIL. Oh. Mais. Attends voir. T’en connais un de putain de beau gosse qui fait craquer toutes les filles… Mouhahaha… Tu décroches ton téléphone, tu composes le numéro, un grand sourire aux lèvres. Tu ne lui demandes pas son avis, il ne le sait pas encore, mais il fait partie de ton plan pour devenir un homme sexy et musculeux.

- « Allooooo ? Ethan ? Mon vampirounet adoré, ça te dis un petit jogging demain matin ? Allééééé dit ouiiiiii. Sérieux, mec, j’ai besoin de toi. Faut qu’on cause de quelque chose de PRI-MOR-DIAL. »

-----

Il est… 7h du matin. Pourquoi t’es dans le parc à 7h du matin ? Quelle idée aussi. Pourquoi t’as proposé un jogging ? T’as la tête dans le cul, tu commences déjà à regretter ta carte piège d’hier soir. Mais c’est pour la bonne cause, hein ? Tu fais ça pour toi, hein ? Puis, bon, c’est un premier pas difficile, mais pense aux récompenses que te promet cet entraînement. À toi ta petite vengeance mesquine, à toi le petit regard suffisant lorsqu’elle passera à côté de toi et que tu lui diras, « Désolé, j’aime pas les gringalettes. » Attends, ça se dit, gringalettes ?

Tu lèves la tête et tu vois de loin sa silhouette se dessiner. Tu souris, t’agites le bras comme un teubé.

- « HEEEEEEEEY ETHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAN J’SUIS LAAAAAAA ! MERCIII D’ETRE VENUUUUUUU ! »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Sam 9 Mar - 21:05


Dix-sept ans. Les cheveux verts. L’âme complexée par le semi-vampirisme alors que, tout autour, il y a des gens pour trouver ça trop cool, trop dark et trop mystérieux. Moi ? Ça me fait cringe. Heureusement la tignasse m’aide un peu, même si c’est ridicule ou, plutôt, précisément parce que ce l’est. J’ai pas envie d’être ça. J'ai même pas envie de lui ressembler. Ouais, je bois du sang. J’ai toujours bu du sang. C’est pas edgy, c’est mon repas de tous les jours. C’est ma normalité. Comme si quelqu’un devait recevoir de l’admiration parce qu’il mange un bol de céréales chaque matin depuis quinze ans. Si on me demande mon avis, je pense que ça fait juste de moi quelqu’un d’un peu ennuyeux en vrai. Quoi qu’un peu dangereux. Alors je continue à compenser dans l’autre sens. Je suis un élève modèle, je suis sage. Je ne bois pas d’alcool, je ne suis pas Gus dans ses mésaventures les plus incroyables. Et je me sens un peu seul, j’avoue. Heureusement, il y a aussi de rares énergumènes, dans ce monde, pour toujours savoir vous rendre le sourire. Des gens qui arrivent à être résolument eux-mêmes et qui vous encouragent à faire de même. Qui ne vous jugent pas même si vous débarquez avec les cheveux teints en verts et qui ne se privent pas non plus pour vous appeler pour vous proposer d’aller courir sans même prendre des nouvelles.

Et oui, Serafim. Je reconnais sa voix alors qu’il me force à éloigner mon pineapple de mon oreille. Cette idée aussi de crier comme ça. Bientôt il n’aura plus besoin de m’appeler, il pourra simplement ouvrir une fenêtre et me crier de monter le voir. Et puis vampirounet adoré ? Pitié. J’ai bien envie de lui dire, juste pour ça, que je suis occupé. Sauf que c’est pas vrai. Sans compter que, même si j’oserais pas l’admettre, ça me tente. J’ai déjà l’habitude de me lever très tôt chaque matin et c’est rare que je fais des trucs avec des gens. Puis ce n’est pas en joggant que je risque grand-chose. Ou que je risque de mettre grand monde en danger. Et c’est ainsi que j’ai accepté d’y aller.

***

Comme toujours, j’ai ouvert les yeux peu avant cinq heures du matin. C’est dans le plus grand des silences que j’ai fait ma routine du matin, prenant garde à ne pas réveiller Gus. Quoi que vu l’heure à laquelle il était rentré la veille, et son état, j’aurais probablement pu passer du Black Sabbath à grand volume qu’il aurait juste grommelé dans son sommeil avant de se rendormir. Puis, déjà prêt pour le sport, j’avais fait mon habituel détour par l’infirmerie, histoire de boire un peu avant d’aller rejoindre Sera au parc. Ce fut d’ailleurs une surprise de découvrir qu’il était arrivé avant moi. Je ne pensais pas avoir traîné tant que ça, mais il est vrai que je ne m’étais pas non plus pressé. Sitôt que je fus dans son champ de vision, le Gryffondor me fit de grands signes en plus de… bah de gueuler. Je lâchai un soupir amusé, ne dissimulant pas mon air désespéré. M’approchant, mains dans les poches, je lui accordai une réponse.

« Tu sais que t’as pas besoin de beugler pour que je t’entende ? »

Littéralement. Il aurait pu parler normalement que, même à une certaine distance, j’aurais probablement pu l’entendre sans trop de difficultés. Ceci étant dit, mon regard n’est pas sévère pour autant. C’est plaisant de voir quelqu’un de si bonne humeur et, surtout, ne pas me traiter bizarrement. Il est juste content de me voir et je suis juste son pote. Il a beau m’appeler son vampirounet, dans les faits il me traite pas comme si ça le dérangeait. Ou comme s’il admirait mes ténèbres mystérieux en mode gros cliché. Je peux juste être moi-même, a.k.a. je peux simplement me réfugier dans mon persona de gars chiant, calme et toujours à son affaire.

« Et c’est rien, merci plutôt d’avoir proposé. Tu veux commencer tout de suite ou tu veux parler de ton truc pri-mor-dial ? »

Je fais exprès de détacher les syllabes pour imiter la façon dont s’était exprimé mon camarade la veille. Comme quoi moi aussi je pouvais parfois me permettre de taquiner autrui, trahi seulement par l’ombre d’un sourire amusé.  


Dernière édition par Ethan Stoker le Dim 10 Mar - 15:59, édité 1 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Dim 10 Mar - 1:06




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



Tu roules des yeux. Bien sûr que tu sais, bien entendu, mais c’est là l’expression de ton amour, Serafim. Tu aimes, donc tu hurles comme une gamine de douze piges devant son idole. Ça fait du bruit, mais c’est ça l’amour, c’est bruyant. Bon, ok, j’arrête.

- « Je sais, mais tu adores quand je beugle, fait pas genre. »

C'est faux. C'est archi faux. T'offres tout de même un grand sourire innocent à ton ami. Tu es content de le voir. Sincèrement. Ethan, c'est la force tranquille, le power ranger intelligent. C'est le meilleur ami posé du héros de shonnen, le chevalier de la balance dans Saint Seiya. Ethan, tu sais que c'est un ami auprès duquel tu peux te confier. Même si t'es chiant, même si tu te poses des questions ridicules, tu sais qu'il sera là pour y répondre, parce qu'il est comme ça Ethan. Et, surtout, Ethan, c'est un gars que tu respectes beaucoup. Quand tu le vois, t'y crois, tu te dis que c'est avec des gars comme lui qu'on pourra faire avancer la cause hybride. Tu sais le courage que ça demande d'être un semi-quelque chose dans cette école, t'imagines la force de caractère qu'il faut en plus quand le quelque chose en question, c'est le vampirisme. Alors, Ethan, en plus de l'aîné cool sur lequel tu crush, c'est aussi le bro qu'on surprotège. Les gueules qu'Ethan ne peut pas casser, tu les casses à sa place.

Ethan, c'est aussi un garçon content qu'on lui donne rendez-vous à 7h du matin. Alors ça, par contre, tu ne sais pas trop si tu dois en être rassuré ou non. Nan parce qu'entre toi et toi, c'est bizarre d'être content de se lever aussi tôt. Enfin, venant d'un type qui fait des bains de minuit dans le lac… Mouais. D'ailleurs, Ethan (beaucoup de fois Ethan dans ce pavé) va à l'essentiel. Tu laisses un sourire gêné envahir ton visage, tu ne pensais que vous entreriez si vite dans le vif du sujet. Tu pourrais toujours opter sa première proposition, mais t'es pas bien sûr que tu seras en état de parler quand tu auras vidé tes poumons à force de courir comme un con. Donc. Bon. Quand faut y aller…

- « Ahem. En fait… Tu te souviens de cette fille sur laquelle j'avais des vues ? Bah… Heu… Elle m'a recalé hier. Genre, grosse humiliation. » Tu passes la main sur ta nuque en fixant un peu le sol. « J'avais écrit un poème et tout, je me suis dit que le coup de la lettre d'amour ferait effet, mais elle s'est bien foutue de ma gueule et elle m'a traité de… Gringalet. »

Tu as appuyé ce mot avec dramatisme. Tu fais le con, tu présentes les choses avec le sourire, comme-ci ça te ne faisait rien, mais le fait est que ton égo a été pas mal blessé par le rejet de l'autre miss, je me prends pour Britney. Tu tiens du mieux que tu peux ton sourire, mais tu n'es pas fait pour mentir, Serafim, alors très vite, tu laisses un soupir passer tes lèvres avant de continuer.

- « Le fait est que ça me travaille pas mal, je t’avoue. J’ai pas envie d’être un gringalet faiblard dont on peut se moquer. J’ai envie de prendre un peu de muscle, d’être un peu plus, j’sais pas ? Homme ? Comme t’es aussi bien foutu qu’un montage photoshop, je me suis dit que tu pourrais m’aider ? Genre, t’es le plus beau garçon de ma liste de contact, apprends-moi please. Jpp du célibat. »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Dim 10 Mar - 2:39


La répartie de Polochon n’est pas mauvaise. Moi, j’adore quand il beugle ? Je pourrais rester sérieux et lui dire que c’est douloureux pour mes pauvres oreilles sensibles de vampirounet, parce que oui c’est très sérieux, mais son sourire enjoué m’en dissuade. Je vais entrer dans son jeu tiens, ça lui fera peut-être plaisir.

« C'est vrai qu'il n'y a rien de mieux que d'entendre ta douce voix de bon matin. »

J’ai beau me moquer, c’est quand même vrai que Sera arrive à me mettre de bonne humeur relativement facilement. C’est d’ailleurs un exploit, considérant comment je suis habituellement repoussé par les gens trop énergiques. Ils me fatiguent, tout connement. Sera ? D’accord parfois j’ai besoin d’une pause, mais en règle générale il offre plus qu’il ne prend, avec moi en tout cas. Puis il prend déjà tellement de place, ça me permet de m’effacer un peu pour intervenir à petites doses, juste quand il a vraiment besoin de moi. Comme maintenant, apparemment. J’entre donc dans le vif du sujet, curieux mais posé, parce qu’il en faut bien un de nous deux pour garder la tête froide. Le Gryffondor semble embêté, mais quelque part c’est un peu pour ça que je suis là alors il n’a pas de raisons de l’être. Bon, ça commence mal. C’est des histoires de cœur, encore. Je fais mine de concentrer parce qu’honnêtement, j’en ai besoin.

Cette fille sur laquelle il avait des vues ? Eh merde. C’était laquelle la dernière déjà ? La rouquine chez les rouges ? La jolie blonde au rire de princesse Disney ? Ou alors c’était celle qui était arrivée ici en échange étudiant depuis Beauxbâtons ? Enfin, pas la brunette, l’autre étudiante française. Ça commençait à être difficile à suivre ces histoires. Mais bref, l’important c’est qu’il avait été rejeté, got it. Grosse humiliation ? Allez, c’est le moment de faire de l’empathie.

« C’est pas de chance ça. »

On a connu mieux, mais on a aussi connu pire. Il lui a écrit un poème ? Je me demande s’il le fait avec toutes ses pseudos conquêtes. D’ailleurs je devrais sans doute lui dire que ça doit faire partie du problème. À force les filles doivent parler entre elles, même que Sera doit avoir une petite réputation à ce stade. Ça explique peut-être pourquoi aucune n’a envie de tenter sa chance. Bon par contre se faire traiter de gringalet… Ouais, un coup dans l’ego quoi. Surtout que, vu comment il le prononce, ça a l’air d’avoir frappé fort. Certes il le dit en souriant, mais quand est-ce que Sera ne souris pas ? Ce n’est pas vraiment un indicateur fiable. Même qu’il me le confirme lui-même après un soupir : ça le travaille. C’est pour ça qu’il veut faire du jogging ? Je ne sais pas si c’est la meilleure façon de gagner de la masse musculaire, mais au moins ça l’aidera à être en forme et ça, c’est toujours un plus. Enfin, faut dire qu’il nage beaucoup aussi. Est-ce que courir fera vraiment une si grande différence ? Je n’en sais rien, mais j’ai moyennement envie de le décourager maintenant. Il n’a pas besoin de ça.

La suite, ceci dit, me fait agrandir les yeux. Attends, quoi ? Bien foutu comme un montage photoshop ? Je crois qu’on ne parle pas de la même personne. Ou alors mon miroir me troll et je ne suis pas au courant. Je me vois plein de petits défauts ici et là qui, mis ensemble, font qu’on est loin d’une image retouchée. Mais il a été blessé dans son orgueil, ça explique peut-être son sentiment d’infériorité. Le plus beau garçon de sa liste de…

« Dis comme ça on dirait surtout que je suis le seul. »

C’est sorti tout seul, parce que là c’est en train de devenir ridicule. Je me passe une main contre la nuque pour formuler la suite, me trouver des idées. Par quoi commencer ? Par l’évidence, allons-y avec le plus simple.

« Puis-je d’ailleurs te rappeler que je suis célibataire aussi ? Je pense pas pouvoir beaucoup aider du coup, mais… Peut-être aussi que c’était une idiote superficielle si elle n’a pas remarqué euhm… ton sourire et euhm… ta bonne humeur contagieuse. Ton optimisme, ton engagement dans les causes qui te tiennent à coeur. C'est son problème si elle a pas réussi à voir tout ça. »

J’espère que t’apprécies mes efforts là parce que c’est vraiment compliqué pour l’adolescent que je suis de complimenter un de ses potes sans rigoler ou sans penser à une ou deux insultes affectueuses à glisser dans le tas, pour faire bonne mesure.

« Puis si ça se trouve elle aussi elle était bourrée de défauts. Peut-être qu’elle connait pas les paroles de tes chansons Disney préférées et qu’elle préfère Dreamworks. Je comprends pas comment tu peux être aussi rapidement fou d’une fille que tu connais à peine. »
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Dim 10 Mar - 17:23




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



Ta douce voix. Ta douce voix qu'il a dit. Tu te retiens de rire, parce que tu as mieux en stock qu'un rire. Tu prends un air faussement gêné, si tu pouvais rougir sur commande, ce serait parfait.

- « Haaaanw, merci mon chou. »

Tu n’es, cependant, pas idiot au point de ne pas comprendre la suite. Tu sais que toi et tes histoires de cœur…. C’est limite un running gag. Tu ne peux pas dire, non plus, que tu prends ça vraiment au sérieux. Une partie de toi, s’est fourré dans le crâne que tu n’auras jamais de réponse positive à tes attentes, une partie de toi sait que l’amour, le grand, celui dans les Disney, ce n'est pas pour toi, pas pour tout de suite du moins. Tu n’es pas dans le bon état d’esprit. Alors t’en rigole, c’est presque devenu un jeu pour amuser la galerie, pour t’amuser toi. Mais parfois, tes conquêtes savent appuyer là où ça fait mal. Parfois, elles savent réveiller les angoisses que tu tentes de dissimuler. Parce que tu es un peu dans le déni à ce niveau-là Serafim. T’sais très bien que tu n’es pas comme « les autres ». T’sais très bien comment certains te traitent, te perçoivent. Tu n’es pas réellement humain, après tout. T’es, comme qui dirait, une erreur exotique. Pas réellement humain, pas réellement être de l’eau, juste un entre deux dérangeant pour certain. C’est peut-être pour ça que tu es aussi solaire, aussi expressif, Serafim. C’est dans ta nature d’être un entre-deux qui dérange. Tu laisses un sourire triste orner le coin de tes lèvres avant de croiser les bras et de lever la tête vers le ciel. Il fait beau ce matin.

- « C’est pas totalement faux. Je n’ai pas grand monde avec qui parler sérieusement d’amour. C’est ma faute aussi, je fais tout pour que ce ne soit pas pris au sérieux. Juste que, meh, par moment ça touche la corde sensible. »

Et ça a touché la corde sensible. Dans ces moments-là, tu te sens un peu con. Tu ne sais pas trop vers qui te tourner, parce que si ça touche ton égo, ça touche aussi une peur plus profonde, une peur que seul un hybride peut comprendre. Tu laisses un rire échapper d'entre tes lèvres en entendant la suite. Il est sérieux ? Tu ne sais pas si c'est du déni ou une profonde inconscience de son aspect physique, mais… Wtf, mec sérieux ? Tu ris d'autant plus lorsqu'il essaye d'énumérer tes qualités. Bon, ok, stop, il est mignon, mais stop. Tu lui tapotes l'épaule en t'essuyant le coin de l'œil.

- « Ok, ok, c'était adorable, mec. Vraiment. Mais, sérieusement ? T'es célibataire, mais tu fais un peu tout pour, nan ? Je veux dire… Ce n'est pas toi qui recales les filles en mode mister freeze ? »

Nan, parce que c'est un peu se foutre de la gueule du monde, là, non ? Mais tu te consoles dans le fait qu'il n'a peut-être pas tort, que cette fille n'était tout simplement pas fait pour toi, que ça se trouve, c'est le genre d'hérétique qui préfère Cendrillon à la planète au trésor. Tu ne sais pas. Tu ne sauras jamais. Tu tiques un peu, cependant, sur sa dernière phrase…. C'est vrai ça, comment tu fais ? Tu prends le temps de réfléchir sérieusement à sa question. Bon, ok, tu ne peux pas dire que tu n'en as foutrement aucune idée. C'est plus complexe et sérieux que ça. C'est peut-être même un peu tordu.

- « Je peux pas dire que je sois fou d'elle, ou même des autres. C'est plus… Une attirance physique ? » Hm, nan, c'est plus complexe que ça. « Fin, au début j'y allais plutôt sérieusement, puis comme les râteaux s'enchaînaient, j'ai fini par prendre ça à la rigolade, je pense que j'y crois pas trop moi-même. J'sais pas pourquoi je persiste, en vrai. Meh, juste que celle-là m'a pas mal blessé, au moins elle m'a épargnée le coup du semi-humain machin chose, c'est déjà cool de sa part. »

Si elle était partie sur ce terrain-là, pas sûr que tu serais là ce matin. Tu serais probablement en train de pleurer dans ton lit.

- « Peut-être que, dans le fond, j’essaye de me coller une réputation de guignol pour compenser les insultes sur ce que je suis. Non pas que j’ai honte d’être hybride, au contraire, mais y a des jours où c’est lourd d’être considéré comme une bête curieuse. Toi-même tu sais. »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Mar 12 Mar - 2:14


Mon chou ? J’ai rien contre toi, Sera, mais là c’est un peu cringe quand même, non ? Juste moi ? D’accord. Je me retiens donc de commenter davantage sur ça, laissant glisser la remarque pour mieux passer à ce qui importe vraiment : les histoires de cœur de Sera. Il avoue d’ailleurs être celui qui s’arrange pour ne pas être pris au sérieux, ce que je ne comprends pas non plus. Pourquoi délibérément faire n’importe quoi dans ce registre ? Et si jamais y’a une fille qui fini par dire oui ? Alors qu’il faisait juste ça sans trop y penser, sans le ressentir vraiment, alors quoi ? Il va se mettre dans la merde. Enfin, ce n’est pas de ça dont il est question. Là il me parle de ses cordes sensibles.

« Forcément. »

Ce après quoi je décide de lui faire un petit speech pour lui remonter le moral, lui faire comprendre qu’il est plein de qualités et que sa confiance en lui ne devrait pas dépendre de l’avis des filles qui lui ont foutu des râteaux. La réponse n’est toutefois pas celle que j’espérais. Moi, je fais tout pour être célibataire ? Bon okay je suppose que je fais pas beaucoup de choses pour ne plus l’être, surtout si on me compare à Sera, mais de là à dire ça. Et recaler des filles en mode Mr Freeze ? Il a fumé lui ou quoi ?

« J’ai jamais… j’crois que tu te trompes avec un autre gars. »

Bon c’est peut-être arrivé une fois. J’ai dû dire à une fille bizarre qui avait un funko pop du creep de Twilight et un t-shirt assorti qu’elle puait des pieds pour avoir la paix. J’avais treize ans à l’époque, je m’en suis toujours pas remis. Mais c’est le seul exemple que j’ai en tête. Si ça faisait vraiment la file pour me demander de sortir je pense bien que je serais au courant, forcément. Bref, assez parlé de moi. On était là pour Sera après tout, non ? Ce dernier essaie d’ailleurs de m’expliquer son point de vue, parlant d’attirance physique. Mouais, je suppose que certaines personnes s’habillent bien ou sont esthétiquement plaisantes pour le regard, mais ça me semble bien peu pour soudainement déclarer sa flamme. Ceci dit, le rouge avoue aussi que, s’il était d’abord sérieux dans ses démarches, ce n’est plus trop le cas. Lui-même n’y croit pas. C’est sûr qu’avec cette attitude là il ne va arriver à rien. Quant à la fin… Au moins elle lui a épargné le coup du semi-humain.

« En effet. »

Il n’y a aucun sarcasme là-dedans et pas de mauvaise foi non plus. C’est une vraie consolation, je le sais. C’est rassurant de se dire qu’on a été rejeté pour des traits qui nous appartiennent, des choses que l’on est vraiment plutôt qu’à cause d’une étiquette qui défini qui on est aux yeux d’au moins la moitié de la population. S’il avait été un humain gringalet, sans doute qu’elle l’aurait rejeté aussi. Pas parce que c’est un semi-être de l’eau, juste parce qu’il est pas son type. Ça, au moins, c’est une explication valide. Un truc sur lequel il peut bosser s’il le désire, ce qui explique d’ailleurs la raison de notre présence au parc de si bon matin. La suite, elle aussi, sonne affreusement vraie. Je le comprends. Je le comprends tellement. Mon air se fait sérieux, mais aussi compatissant.

« Ouais, je sais. Y’en a qui font les cons pour s’attirer une réputation de dragueur lourd et d’autres qui sont plus low key et qui se contentent de se teindre les cheveux en vert. »


Peu importe ce que c’est. Parce que les gens vont quand même parler de nous alors autant qu’ils le fassent pour un truc qui est vraiment de notre fait. Autant les forcer à nous voir autrement, même si c’est pas nécessairement plus flatteur. Même si ça implique de se faire traiter de gars chiant, trop studieux ou même arrogant. Vaut mieux ça. C’est mieux que d’être considéré comme un monstre dangereux. Le seul truc, c’est que ça va pas l’aider si je fais juste mine d’être d’accord avec tout ce qu’il a dit. Mais en même temps j’ai pas le cœur à lui sortir des platitudes auxquelles moi-même je ne crois absolument pas. Il n’y a qu’une seule chose que je puisse faire, quitte à risquer une fois de plus qu’on me dise que je suis adorable. N’importe quoi.

« Pour ce que ça vaut, pour moi t’es Serafim. Juste Serafim. Mon ami. Enfin, et un dingue des films Disney qui va bien avoir demandé à la moitié de l’école de sortir avec lui si ça continue. »

Et encore, c’est parce que l’autre moitié de l’école ce sont des mecs.

« Je crois que c’est le meilleur truc qu’on puisse faire, décider de qui on veut être et juste, faire ça. Même si les gens comprennent pas, même s’ils jugent, c’est pas grave. Nous aussi on devrait pouvoir se définir nous-mêmes et être considérés comme plus que… ce qu’ils voient. Si tu veux la prochaine fois j’essaierai de faire ton wingman, on réussira peut-être à t’avoir un numéro. »

Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Sam 16 Mar - 20:47




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



« Je crois que tu te trompes avec un autre gars » … Whoua, alors ce n'était pas des cracks ? Ethan était vraiment inconscient du ton qu'il avait quand on l'abordait comme ça ? Ça te fais sourire, il est adorable à ne pas se rendre compte de comment il reconduit les gens. T'admires son style, d'ailleurs, poli, froid et inaccessible. Non, non, faut que tu arrêtes d'imaginer et de ressasser les scènes de râteau made in Ethan. C'est hilarant, tu vas te mettre à pleurer de rire. Faut pas. Mais en même temps… Nan, Sera, on a dit qu'il fallait être un minimum sérieux. Sois sérieux.

Heureusement pour toi, tu n'as pas affaire avec n'importe quel hybride. On parle d'Ethan, là. Si tu peux compter sur quelqu'un pour te recentrer et avoir une discussion sérieuse et franche, c'est bien sur lui. Aussi, il ne tarde pas à réagir à tes propres dires. Et tu sais qu'il comprend. Tu sais qu'il comprend très bien. Le fait de ne pas être entier aux yeux du monde, la sensation que c'est d'avoir les pieds dans deux cultures, deux univers différents. Tu sais qu'il comprend le mal que c'est d'être un étranger, d'être juste toléré. Tu sais qu'il comprend la quête d'identité que ça vous impose, le combat constant contre soi-même et la peur de se perdre, de ne plus savoir, au final, qui on est. Tu n'irais pas jusqu'à dire que c'est un malaise propre aux hybrides, tu te doutes que de nombreuses personnes, sorciers, moldus, sangs-purs, Cracmols, qu'importe dans le fond, traversent ce genre de mal-être. Mais tu sais que c'est quelque chose de plutôt présent dans votre communauté. Tu sais aussi que c'est la source de nombreux paradoxes. Vouloir être accepté tout en clamant son individualité. Assumer être un hybride tout en forçant le trait pour ne pas être que ça aux yeux du monde. Tu sais qu'il comprend, peut-être qu'il trouve ça ridicule (il ne serait pas le seul après tout) mais au moins il comprend. C'est tout ce que tu attendais de lui, comprendre. Qu'importe que tes actes font sens pour lui ou non, lui, au moins, sait.

- « Un dragueur lourd, hein ? »

Tu laisses un sourire étirer tes lèvres. C'est ce que tu es pour lui ? C'est ton « masque » ? Un dragueur lourd. Oui, oui, c'est sûrement ça. Il y a un fond de vérité là-dedans. Sûrement, que c'est quelque chose de courant, d'inconsciemment chercher à se distinguer. Ethan a son truc, toi le tien. Ton sourire s'étire un peu plus avant de prendre une moue théâtrale et très exagérée.

- « J'aurais pas dit lourd, tu vois. Si je devais définir mon style ce seraiiiiiiit hm, audacieux et persistant. Tel un héros grec qui n'abandonne pas, même face au courroux divin. »

Tu prends la pose, parce que ton humour est aussi beaucoup basé sur l'art de savoir poser son corps et sa tronche comme il faut. Tu ferais des miracles en tant que comédien, c'est d'ailleurs quelque chose qui te ferait probablement marré, mais tu n'as jamais pris le temps de t'intéresser au théâtre en tant que tel.

Tu mentirais si tu disais que les mots de ton ami ne te touchent pas. Même sa petite pique. Son ami, hein ? Tu peux te vanter d'avoir des relations cordiales et amicales avec pas mal de gens. On ne peut pas dire que tu n'es pas quelqu'un de très entouré, mais le mot ami a quand même une signification forte pour toi. Du moins, tu sais que venant d'Ethan, ce mot a un sens, il en est donc d'autant plus précieux. Il est simple d'aimer, de placer le mot amitié dans une phrase. Il est, cependant, nettement plus compliqué de l'assumer. C'est aussi ce qui fait que tu prends beaucoup de choses avec légèreté, parce que tu sais qu'ils sont nombreux, ici, à ne pas assumer. Mais tu sais que ce n'est pas le cas d'Ethan. C'est fort, pour toi. Un rire léger t'échappe.

- « Oh, et t’es sûr que le numéro en question sera bien pour moi ? Nan parce que c’est avec ce genre de plan qu’on finit avec une petite copine non-voulue sur les bras, Ethan. T’as jamais maté de comédie romantique ? »

Tu le charrie du coude avant de reprendre un air plus sérieux.

- « T'sais, il y a des fois où je me demande ce que je cherche réellement à faire. Je n'ai pas envie de renier mes origines, parce que j'en suis fier, parce que ça fait partie de moi. Mais je n'ai pas non plus envie de faire comme-ci j'étais différent de ceux qui m'entourent. C'est comme jouer au funambule, à essayer de trouver un équilibre. Un jour, je suis l'être de l'eau, un autre jour l'humain. Pour être tout à fait franc, je ne sais pas vraiment quoi faire. Quand je vois certains de nos cadets hybrides qui me regardent comme si je savais tout, ça me fait doucement rire. La vérité, c'est que je n'ai pas plus qu'eux l'ombre d'une réponse à mes questions. Est-ce qu'il y a seulement une réponse à nos questions… Qui sait ? »

Oh, ça ne te ressembles pas de réfléchir autant, Sera. Tu sens déjà la migraine pointer le bout de son nez. Alors tu reprends bien vite ton air de clown en te grattant nerveusement la tête comme l’imbécile heureux que tu es.

- « Raaaaaaaaaaah ! Qu’est-ce que c’est dur d’être exceptionnel ! »



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Lun 18 Mar - 22:00


Dans toute sa flamboyance habituelle, Sera affirme qu’il est plutôt audacieux et persistant, comme les héros grecques. Ah ouais ? Ça doit avoir un lien avec ses origines, non ? Enfin, je crois que Marinos ça a des racines grecques, si ? Je sais pas trop. Ma seule certitude, c’est que ça m’inspire une blague de mauvais goût sur les statues grecques que je vais garder pour moi. Y’a pire comme role model. D’ailleurs je me demande quel pourrait être l’équivalent de mon côté. Je suis comme quoi ? Sherlock Holmes ? James Bond ? Je ne me reconnais dans aucun des deux, malheureusement.

« C’est ça, Apollon, une vraie source d’inspiration pour nous tous mortels. »

Enfin, nous nous étions lancés dans une conversation plus sérieuse et je m’étais fait un devoir de mentionner à Sera qu’il était mon ami et simplement ça. Qu’il pouvait décider de forger son identité selon ses propres règles, ce que lui voulait devenir plutôt que selon les étiquettes qu’on serait tenté de lui filer. J’allai même jusqu’à proposer de l’aider à obtenir des numéros, même si j’avais strictement aucune idée de comment faire ça. Le rouge se fit bien sûr un devoir de me taquiner sur ce dernier point, me mettant en garde sur les dangers de me retrouver avec une petite amie dont je ne veux pas. Mais… Mais comment c’est seulement possible ?! Si t’es pas intéressé tu dis non et c’est tout ! Tu peux pas te forcer à faire semblant d’aimer quelqu’un que tu connais pas ! Je sais pas, je comprends pas. Si j’ai déjà maté des comédies romantiques ? Je réponds en me passant une main contre la nuque, rapidement forcé de mettre fin au mouvement pour repousser le coude de Sera.

« Généralement je préfère la sci-fi. »


Et certains films de vampire, mais ça je ne vais pas le dire, je ne l’assume pas. Ceci dit, mon partenaire de course, enfin si on se lance éventuellement, n’a pas les mêmes complexes que moi. Sera est tellement fier de ce qu’il est. Il veut être libre d’être unique, différent, particulier sans pour autant qu’on le traite autrement. Qu’on le rabaisse parce qu’il est surhumain. Ça, c’est quelque chose que je ne comprends pas. Passer d’un extrême à l’autre de jour en jour ? Non. Je suis forcé de toujours être aussi humain que possible. Être vampire, même juste une journée, ce serait trop. Ce serait beaucoup trop. Ma mâchoire se serre et je reste perdu dans mes pensées, n’écoutant que d’une oreille la suite sur les hybrides plus jeunes. Dur d’être exceptionnel hein ?

« Ça doit être bien d’avoir le droit d’être fier de ses origines. »

C’est qu’un murmure. Qu’une pensée qui a franchit mes lèvres et que je regrette immédiatement. À la limite j’espère qu’il n’a pas entendu, parce que ça m’arrangerait bien. Alors je m’empresse de me râcler la gorge et de regarder ailleurs, de forcer un sourire pour essayer de rebondir avec des paroles intelligentes sur ce qu’il disait. Peut-être que ça suffira à le distraire et à m’éviter une conversation dont j’ai pas spécialement envie.

« Quelque part je pense que c’est à chacun de trouver ses propres réponses et qu’il n’y en a pas d’universelles. Du coup même si t’as pas encore les tiennes, mais que tu les cherches, je pense que ça suffit à inspirer les plus jeunes. À leur donner le courage de suivre ton exemple pour trouver leurs propres réponses, même si au final elles sont différentes des tiennes. »

J’ai parlé un peu plus vite que d’habitude, par nervosité. Pour me dépêcher de lui donner autre chose à quoi penser, dans l’espoir de m’en sauver. Et je vais même un poil plus loin, parce qu’il n’y a rien de tel que l’action pour changer les idées d’un gars comme Sera. C’est ce que je me dis en tout cas.

« Et du coup on va courir avant la tombée de la nuit ? Parce que sinon je sais pas comment on va faire un homme de toi et vaincre les huns. »
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Mar 26 Mar - 10:47




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



Trahison, disgrâce. Ô rage, Ô désespoir ! Bon, c'est cool la science-fiction. Tu dois l'admettre, l'aventure, l'action, le futur, la technologie, c'est un univers que tu n'avais que tardivement connu et qui t'avait fasciné. Tu t'étais très souvent interrogé sur le fonctionnement de tel appareil, sur la crédibilité de tel univers. Perdu au fond de ta petite île, prisonnier d'une vie en marge de la société moldu, tu n'avais jamais vraiment pu te plonger dans ce genre de fantaisie avant ta scolarité. Pour autant, et quoi que ça en coûte à ton statut d'homme, tu avais trouvé ton plaisir dans les comédies teenages. Genre cinématographique honteux mais dont tu connaissais tous les codes. Qu'Ethan ne prenne pas son pied devant ce genre de film n'avait rien d'étonnant mais ton petit cœur tendre était peiné de ne pas voir ton amour partagé.

- « Hm. Je ne perds pas espoir, un jour la sainte lumière des films teenages éclairera ton âme. »

Tu avais très bien entendu la suite. Très bien. Tu savais que ta vision des choses, ton ressenti paradoxal, instable de ton statut d’hybride ne prenait pas echo chez ton ami. Tu fronces les sourcils. Tu aurais bien envie de dire quelque chose, là, tout de suite, mais quoi ? Tu n’as jamais été très doué pour tenir un discours nuancé, l’art de la parole et de la manipulation par les mots n’étaient pas ton point fort. Tu savais aussi le sujet assez sensible pour ne pas t’y risquer sans un bon argumentaire. Ethan pouvait être bouché, des fois. Notamment sur le sujet de son vampirisme. Tout le monde ne pouvait pas être aussi fier de ses origines que toi. Parce que certaines liaisons de sang amenaient des particularités pouvant être dangereuse pour l’homme. Un semi-être de l’eau n’était pas une menace directe. Ce n’était pas le cas d’un semi-vampire. À cet égard, tu comprenais la retenue de ton ami. Mais… Mais quand même. Renier une partie de soi, ce n’était jamais bon. C’était injuste dans un sens. Il y a une partie de toi qui était frustrée de voir Ethan enfouir cette partie de son identité tout au fond de lui-même. Une partie de toi qui pensait que ce n’était pas la bonne solution, que sur le long terme, ce ne serait pas viable. Tu ne sais pas si vos expériences pouvaient être comparables mais ton hybridité t’avais appris que c’était en faisant qu’on apprenait à se maîtriser.

Ceci dit, tu es assez intelligent pour savoir que ce n’était pas ce qu’Ethan voulait entendre. Ton avis, au final, ne l’aiderait sûrement pas, pas maintenant, pas avec la tronche qu’il tire en tout cas. Tu n’as jamais été réellement contre le principe du calice. C’est un pacte, une relation particulière, consentie. Tu te dis que ça pourrait être une bonne solution pour lui mais… Essayer de prononcer le mot calice devant Ethan sans se prendre un mur de glace n’était pas chose aisée. Alors quoi ? Tu ne pouvais pas t’empêcher de penser qu’il allait devoir, à un moment ou un autre de sa vie, franchir le pas. C’était une bataille perdue d’avance, parce qu’on ne peut lutter contre son identité. Ce n’était pas quelque chose qu’on pouvait renier, pas comme ça du moins. Il fallait apprendre à faire la paix avec, à vivre avec, à assumer ce petit brin particulier qui faisait ce qu’on était. Tu voyais Ethan comme un exemple, parce qu’il avait le cœur sur la main et une retenue qui forçait le respect. Mais tu peinais à croire que ton ami arriverait, un jour, à trouver son équilibre en reniant ses origines. Et c’est tout ce que tu pouvais lui souhaiter, à Ethan, trouver un équilibre. Alors, finalement, tu ne dis rien. Si un jour il se sent prêt pour en parler, tu diras ce que tu penses, quitte à la brusquer, parce que tu ne sais pas faire autrement. Mais pour l’heure, Ethan a le droit à un peu de repos. Question de timing, sans doute.

- « Hm, sûrement oui. »

T'es trop pensif pour ne pas te trahir, t'aimerais bien faire semblant, mais tu ne sais jamais faire semblant. Ça fait de toi quelqu'un de peu rôdé à la vie en société. Heureusement pour toi, ton ami sort de sa manche un joker plutôt efficace. Un nouveau sourire se dessine sur tes lèvres alors que tu lèves ton pouce pour saluer son allusion à Disney.

- « Hééééé, mais c'est qu'on s'améliore ! Très bien la référence à Mulan. Très bien ! Bon, j'avais dans l'idée de faire le tour du parc, j'ose croire que la natation fait de moi quelqu'un d'endurant, mais en vrai, je ne sais pas. »

C'est la grande surprise. Mais tu sais que si tu t'effondres comme un vieux pépé au milieu de la route, Ethan prendra soin de ne pas le crier sur tous les toits. Ta fierté est donc saine et sauve. Tu commences donc à trottiner, profitant de l'air frais du matin pour d'oxygéner un peu et laisser vagabonder tes pensées. Tu as presque oublié ton râteau d'hier, parce que tu as mieux à penser, tout de suite. Les mots d'Ethan te trottent encore dans la tête sans que tu puisses y faire grand-chose. Tu ne devrais pas autant te concentrer sur ce sujet-là, t'as peur de ce que ça pourrait engendrer entre vous. C'est que c'est ton ami, Ethan, t'as pas envie de te disputer avec. Alors tu sors, toi aussi, ton super Joker.

- « Sinon, comment va Gus ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Lun 1 Avr - 2:29


J’ai causé assez de malaises dans ma vie pour en reconnaître un quand j’en vois un. Bien joué moi-même. J’étais là pour lui remonter le moral à la base et voilà que je plombais l’ambiance. 10/10 l’amitié. Ça expliquerait pourquoi certaines personnes préfèrent passer leur temps avec d’autres, en plus de cette décision de ne pas consommer d’alcool. Allez, ce n’est pas le moment de se morfondre. Alors je lui fais tout un petit speech sur le tas sur les plus jeunes et tout ce qui s’en suit. Sera n’y répond pas, ne semble même pas y réagir, alors je continue avec ce qui marche à chaque fois : les références à Disney. Pas de surprise, ça fonctionne. Son visage s’illumine à nouveau et je suis soulagé. Voilà le semi-être de l’eau que je connais. Il me confie d’ailleurs son plan, ajoutant qu’il ne sait pas trop s’il est en forme, même s’il espère que oui grâce à la natation.

« D’après moi tu dois l’être, actif comme que t’es, mais après te comparer à quelqu’un comme moi c’est peut-être pas le meilleur plan pour le prouver. »


Tout comme je n’irais pas lui faire compétition à la nage, ce serait ridicule d’espérer suivre son rythme sous l’eau j’en suis à peu près certain. Les semi-vampires tendent à se fatiguer moins rapidement, en plus de courir plus vite. The game is rigged. Pas que ce soit suffisant pour démotiver quelqu’un comme Sera, bien sûr, mais c’est un truc à garder en tête. Toujours est-il que nous nous mettons à jogger et que je calque mon rythme sur celui du Gryffondor. Inutile de tenter de le semer ou de le fatiguer, ce serait contre-productif et franchement orgueilleux pour rien. Je ne compte pas non plus lancer la conversation, pour l’aider à conserver son souffle, mais mon camarade décide de briser le silence de lui-même. Dans ce cas-là, ce serait impoli de ne pas répondre, n’est-ce pas ?

« Comme d’habitude ? En vrai je sais pas trop, il passe beaucoup de temps avec, ses autres amis. Ceux qui boivent et font la fête. »

Et il se trouve que je suis le type barbant qui se couche tôt, qui se lève tôt et qui est disponible pour faire un jogging à l’aurore. Vous avez déjà vu Gus courir vous ? Moi non plus. Et vous l’avez déjà vu se lever au petit matin ? Volontairement je veux dire. Voilà, moi non plus. Parfois je me dis que ce serait bien d’être plus comme lui, plus comme ses « autres amis ». J’ai pas envie de boire, j’ai pas envie de perdre le contrôle de moi-même, d’oublier mes soirées et d’avoir de magistrales gueules de bois. J’ai juste envie d’aller m’amuser avec mon bro, de monter sur un toit pour regarder les étoiles et rigoler de tout et de rien.

« Et toi ? Tu vas dans les soirées, ces trucs-là ? Comment ça se passe ? »
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Sam 6 Avr - 19:07




De zéro en héros, il a changé de peau

Zéro en héros, illico



Ses autres amis. Oh, tu n’es pas psy, Serafim, mais tu jurerais déceler une petite pointe de sel chez ton vampire préféré. Hm, vrai que tu ne croisais plus vraiment Gus, ces derniers temps. Tu n’avais pas le même rythme, pas les mêmes envies aussi. Faire l’imbécile était un de tes passe-temps favori mais jamais au-delà d’une certaine limite. Tu regrettais de ne pas pouvoir être plus présent, de ne pas te tenir plus au courant de ce qu’il se passait ou pas dans la vie de ton ami. Cependant, tu ne te sentais pas non plus l’envie de le monopoliser de le poker tout le temps, chacun avait le droit à son intimité et sûrement que Gus aussi.

Ceci dit, tu ne peux t’empêcher de froncer les sourcils en entendant Ethan prononcer les mots « Ceux qui boivent et font la fête ». Tu te sens désolé pour lui… Parce que tu comprends la raison pour laquelle il s’interdit ce genre de frivolité. Son hybridité lui demandait un contrôle de tous les instants, boire n’était donc pas des plus raisonnables. De plus, tu pouvais comprendre que l’attrait de la fête n’était pas au même niveau pour tout le monde. Toi-même, tu avais tes limites. Tu es un peu inquiet pour Gus, tu connais l’influence que peut avoir un groupe sur vous, tu sais ce que ça fait de se laisser aller et de ne plus en avoir rien à foutre de rien. Fin… D’un côté, s’il s’amuse, c’est tant mieux… D’un autre côté, t’as du mal à ne pas flipper pour les conséquences que pourrait avoir ce genre de soirée sur lui, sur n’importe qui en général d’ailleurs. La faiblesse ce n'est pas que chez les autres, malheureusement.

- « Je vois. Bah, je ne peux pas dire que ce n’est pas normal, il est loin d’être le seul mais… Je sais pas. Je suis peut-être un peu trop innocent aussi, mais de ce que je comprends c’est un peu trop souvent et j’aime pas ça. »

Non seulement tu n’aimes pas ça, mais en plus t’aimes pas trop non plus voir Ethan comme ça. T’as le sentiment qu’il vit le côté fêtard de Gus comme une exclusion. Là aussi, tu peux comprendre, tu comprends très bien même. Tu sais très bien quelle est l’attache qu’à ton ami pour son colocataire. C’est son ami et c’est un mot qui compte pour Ethan, un mot qui a du sens. Tu n’aimes pas trop l’idée de le voir ronger son frein, d’être peut-être un peu jaloux envers les potes de Gus qui n’ont pas les mêmes problématiques que lui.

- « T’sais, si ça peut te rassurer, je ne suis pas sûr que ces autres amis soient du même gabarit que toi. On a des potes avec lesquels rire et on a des amis avec lesquels vivre. Toi t’es la seconde catégorie, celle qui reste quoi qu’il arrive. Et ça, je pense que Gus le sait. »

Tu penses Gus assez intelligent pour savoir où sont ses vrais amis. Tu sais qu'Ethan est un pilier solide, le genre de mec droit qu'il est bon d'avoir près de soi. À tes yeux, l'envie d'expérimenter et de se défouler est normale, tout le monde le fait, c'est l'âge qui veut ça. Ceci dit, l'idée que Gus en abuse ne te rassures pas. La fête, c'est comme tout, faut y trouver un juste-milieu, un juste équilibre. Aussi, quand Ethan te demande plus d'info, t'essaye de te faire le plus précis possible.

- « J'en ai déjà fait plusieurs, ouais. En vrai, ça peut être assez sympa. Le fait de rencontrer et échanger avec des gens autour d'un peu d'alcool, c'est franchement agréable. Tu fais connaissance avec des gens que t'aurais jamais approché en temps normal, tu passes un bon moment. En fait, ce n'est pas tant la soirée le problème, ce sont les gens avec qui tu y vas. En fonction d'avec qui tu es, tu peux passer d'un truc pépère et posé à un very bad trip. Et bon… Faut pas croire, mais l'influence de la connerie en groupe, c'est difficile à ignorer. Je pense que, comme tout, faut que ça reste occasionnel. En faire trop, c'est te donner la chance de faire une connerie et c'est ce qui me force aussi à ne pas en abuser. L'alcool, c'est cool quand tu consommes dans l'idée de ne pas finir la tête dans la cuvette des chiottes. Les paris débiles, c'est cool quand tu le fais avec un minimum de neurones fonctionnels. Malheureusement, ce n'est pas appliqué par tout le monde. Après, ça fait partie des expériences de la vie et, en général, quand tu te prends le mur une fois, tu deviens plus prudent ensuite. Les soirées, c'est vraiment changeant, en fait. Ça peut être très cool comme très irresponsable et glauque. Ceci dit, je suis un vrai gamin alors en vrai j'évite de trop boire, parce que sinon je finis par faire des pranks à mes camarades à 3h du matin et ce n'est pas très apprécié généralement. »

Tu ne sais pas si tu l’as rassuré ou juste inquiété encore plus. Tu n’as jamais trop abordé le sujet avec Gus donc tu ne sais pas trop à quoi t’attendre. Ce qui te fais penser que…

- « Mais tu en a parlé avec lui, en fait ? Du fait que vous communiquez plus trop et que ça te fais chier ? Je pense que Gus pourrait être assez sensible à ça, si tu lui montre que, baaaaah, ça te touche de ne plus avoir les mêmes contacts qu’avant avec lui. »



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Ven 12 Avr - 17:14


Est-ce que ça fait de moi un mauvais ami ou un gros rageux si j’admets que moi non plus ça ne me fait pas plaisir et que j’aimerais aussi qu’il sorte moins souvent ? Ça fait surtout de moi un gros jaloux, je pense. Du coup je ne réponds pas parce que je ne sais pas quoi dire. D’un côté je ne veux pas avoir le mauvais rôle et donner l’impression que je veux empêcher mon ami de vivre sa vie. De l’autre bah, j’aimerais en faire partie de sa vie. Mais là encore ce serait injuste de dire que c’est pas le cas. Qu’on n’en a jamais parlé et qu’on passe jamais de temps ensemble. C’est juste chiant de voir que ça reste compartimenté, que je pourrai jamais vraiment connecter avec ses autres amis, que je ne ferai jamais partie de ces aventures et de ces souvenirs-là. Je sais même pas si ça me plairait en plus, c’est bien le pire. Sera m’interrompt toutefois dans mes réflexions pour me dire que, si ça peut me rassurer, ses autres potes n’ont probablement pas mon gabarit. Je suis quand même pas si grand que ça. Oh. Il parle métaphoriquement, bien sûr. Comme ça je suis de ceux qui restent quoi qu’il arrive ? J’ai envie de dire que ça me ressemble, même si au fond j’en ai aucune idée. J’ai jamais vécu ce genre de situation avant alors je ne peux que me dire que ça me correspond pour me rassurer, en espérant que ce sera vraiment le cas lorsque ça comptera.

« Merci pour ces bons mots d’inspiration, Dr. Friendship. »


Parce que Dr. Love ce ne serait quand même pas adapté à la situation, même si ça aurait le mérite d’être un drôle de surnom à donner à Sera vu son historique douteux en matière de relations amoureuses. Or lack thereof. Je l’interroge alors sur les soirées en général et, pour un mec qui est en train de courir, le semi-être de l’eau se tape tout un monologue. Je serais presque impressionné. C’est vrai qu’il a du souffle le bougre. J’essaie quand même d’être attentif alors qu’il me décrit le tout. Boire, se détendre, parler à des gens à qui on n’adresserait pas la parole en temps normal. Mon petit cœur d’introverti ne sait pas si ça l’intéresse ou non. Il se lance ensuite dans un long speech un peu barbant sur les bienfaits de la modération et j’ai l’impression que, pour une fois, on a échangé les rôles. Je ne sais honnêtement pas si j’ai tout retenu, mais j’en comprends que ça dépend des gens avec qui tu y vas et que ça peut être super fun ou super trash. Je me demande dans laquelle des deux catégories se situent les soirées de Gus. Maintenant ce n’est plus une question de jalousie, je suis en train de devenir véritablement inquiet. Et si Gus se « prenait le mur » ? S’il lui arrivait quelque chose pendant que je n’étais pas là pour le défendre ou pour l’aider ? S’il se faisait faire un mauvais prank à trois heures du matin par des potes qui n’en étaient pas vraiment ? Je serre les dents et commence à courir un peu plus vite. Peut-être qu’au fond à moi aussi ça me fera du bien de me défouler par de l’activité physique et de ne pas simplement accompagner Sera dans son plan foireux du jour. Quant à savoir si on en a déjà parlé, moi et Gus…

« Ouais. Parfois on se fait encore des soirées que lui et moi, mais je me doute que c’est pas pareil. »

Et potentiellement moins fun pour lui. J’espère que non en tout cas, mais je ne serais pas surpris. Dans tous les cas, le fait est que j’en ai marre de parler de tout ça et, plus particulièrement, d’écouter Sera me faire son bla bla. Quelque part ça devrait rester entre moi et Gus vu que ça nous concerne tous les deux et seulement nous deux. Puis j’ai pas forcément envie que mon camarade de course multiplie ses questions et essaie de me psychanalyser ou je ne sais pas quoi. Alors je me referme et, à la place, augmente encore un peu mon rythme de course. À partir d’un moment il n’aura plus le choix de se concentrer sur la course et de me laisser enfouir tout ça dans les profondeurs de mes réflexions.

« Alors, on tient toujours le rythme ? On peut aller plus vite si tu veux, ce serait bête que cet entraînement ne donne rien parce qu’on ne l’a pas assez pris au sérieux. »
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Dim 5 Mai - 22:28

❝ De zéro à héro ❞Mais il va se calmer le Doritos ?! C'est pas pareil et c'est bien là le problème. C'est pas pareil. C'est pas pareil donc ça te gène, c'est pas pareil donc ça te frustre, donc ça te rend jaloux. J'ai compris. D'un autre côté, c'est plutôt normal comme type de réaction. Fin, je ne peux parler que pour moi, sur ce coup, mais… Je ne sais pas, ça me parait plutôt logique. Gus faisait partie de ses amis, le mot ami avait une signification puissante pour les gens comme Ethan, pour les comme moi aussi, sûrement. C'est difficile de se mettre dans la même catégorie que le Pouffy, j'veux dire, même sang unique, mais deux manières totalement différentes de le vivre. Une hybridité, deux vies. Au final, le mot hybride n'est peut-être aussi significatif que je ne le pensais. M'enfin, qu'est-ce que tu veux que je te dise, Ethan ? Je sais que c'est chiant, je sais que c'est déstabilisant, mais le mieux serait de parler à Gus et ce n'est pas un boulot que je peux faire à ta place. Savoir dire aux autres qu'on tient à eux, c'est aussi ça, l'amitié.

De toute façon, j'vois bien que tu te bloques. T'as pas envie d'aller plus profondément dans la discussion. Je ne suis pas con, t'sais, peu importe ce que tu en penses. Je ne suis pas très doué pour lire entre les lignes, je ne suis pas quelqu'un de très subtile et de très doué pour comprendre tout ce qui se cache derrière, mais je suis assez intelligent pour recevoir cinq sur cinq ton messages, captain. T'as pas envie d'en parler. T'as pas envie, ok. C'est compris, c'est assimilé.


- «  Héééé tu vas te calmer Steve Rogers ?! Attends-moi foutre dieu ! »

C'est qu'il est rapidement, ce con. Pire qu'un joueur de WoW qui saute sur la dernière extension. Hmph. Il aura beau dire, n'empêche, c'est tout de même bien pratique d'être semi-vampire. Manquerait plus qu'il puisse hypnotiser les gens avec ses yeux et on aurait gagné le gros lot ! Comme quoi, ce n'est pas très égalitaire, tout ça. J'sais pas, en plus de respirer sous l'eau, la génétique aurait peut-être eu la décence de me doter d'un autre truc classe derrière. Genre… Une super-force ? Ou non ! Mieux ! Pouvoir générer de l'encre, comme les pieuvres ! Ouais, ouais, j'sais ce que vous vous dites. Sera, c'est nul les pieuvres… MAIS QUE NENI ! Pauvres fous, il n'y a rien de plus dangereux qu'une pieuvre vénère. Quoi ? Comment ça ? Je me perds ?

C'est à petites foulées que j'arrive à rattraper Shadows le hérisson. J'avoue, je me renfrogne un peu à voir sa tête et sa technique lâche du « je te vide les poumons pour que tu fermes ta bouche. » Pas de ça entre nous, Ethan Stoker, tu sais que ça ne marche pas ce genre de plan foireux. Puis c'est méchant, alors que moi, je te donne tout l'amour du monde. Nan, nan, c'est vraiment méchant. Vilain Ethan.

- « T’sais… Tu pouvais tout aussi bien dire : Ferme ta gueule Sera. Hein, ça m’aurais épargné le sprint. Ouuh putain. »

J’ai l’air d’un petit vieux. En vérité, je suis plutôt content de pas fumer, parce que je n’imagine même pas mon état si j’avais dû jouer à chat avec les poumons abimés.

- « P…Puis… » On reprend sa respiration. « Je le prend très au sérieux cet entraînement. C’est toi avec ta grosse tête de mule, là. »

En vrai, il y est pour rien, le pauvre, mais bon que serait Serafim Hélias Marinos sans un peu de mauvaise foi et de trash talk ?

- « T’es vraiment une grosse tsundere quand tu t’y mets, tu le sais ça ? Bon. Trêve de bavardage. On fait le tour du parc et ensuite je te propose, genre, quelques séries d’abdos, squat, tout ça. T’es peut-être rapide, le Doritos, mais quand il s’agira de bouger son postérieur je peux t’assurer que tu feras moins le malin. »

Et, évidemment, on ne résiste pas à lui tirer la langue, hein, évidemment, t’as le swag chérie ou tu l’as pas.
:copyright: 2981 12289 0
Invité
Invité
avatar
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan Lun 6 Mai - 21:40


Steve Rogers ? Vraiment ? Félicitations, t’as réussi à me faire rire, ce qui a aussi pour effet secondaire de me faire ralentir un peu, sans toutefois arrêter. T’attendre ? Je pourrais, c’est vrai. Ce serait peut-être le truc sympa à faire. Sauf que je ne peux pas m’empêcher de te lancer, par-dessus mon épaule et avec un ton de défi, le fameux :

« On your left ! »

Ça marche pas trop parce que techniquement j’ai déjà de l’avance et que je ne suis pas en train de te dépasser, mais qu’on me laisse m’amuser un peu pour une fois. Enfin, ce ne serait pas sympa de trop faire le gamin non plus, alors je me laisse gentiment rattraper, mon sourire fier encore placardé aux lèvres. Je l’admets, je l’ai pris comme un vrai compliment. Être un vieux de 70 ans qui fait la morale à tout le monde tout en étant héroïque, ça me parle, tout simplement. Toujours est-il que Sera fini par me rejoindre et qu’il n’a pas perdu sa mauvaise langue en chemin. Lui dire de fermer sa gueule pour lui épargner le sprint ?

« Moi qui pensais que tu voulais t’entraîner. C’est pas en marchant et en jacassant que tu vas voir des résultats ! »

Et, vu son souffle court, j’ai au moins réussi à le faire travailler un peu là. Il me rappelle prendre justement l’entraînement au sérieux, ce qui me fait acquiescer, sans me départir de ma bonne humeur. Me découvrirais-je un petit côté sadique ? Peut-être bien. Sans compter que me dire que j’ai une tête de mule, ça aussi, ça me fait plaisir. Ce ne devrait probablement pas être le cas, mais c’est un fait. Bon par contre la suite me fait lever un sourcil, perplexe. C’est quoi une tsundere ? Il a l’air de penser que je connais la référence, ce qui n’est malheureusement pas le cas, et poursuit en me proposant un programme pour la suite. Finir la course puis faire quelques exercices plus précis, d’accord ça me va. Quant à moins faire le malin quand je devrai me bouger les fesses…

« Tu veux t’entraîner ou m’apprendre à twerker ? Et c’est quoi une tsundere ? C’est une nouvelle insulte que je connais pas ? »

C’est du langage d’homme-poisson ? Si j’étais juste un peu plus trash comme gars, je lui demanderais probablement de m’enseigner quelques jurons ou quelques insultes justement. Pour l’heure, cependant, il est temps de se remettre en piste. C’est en définitive un bel avant-midi que nous passons à faire du sport ensemble, dans le parc. J’en avais bien besoin et, pour être honnête, je ne risque pas de dire non s’il me propose de faire ça une autre fois.
Contenu sponsorisé
Re: [FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan

[FLASHBACK] Opération Hercule ♦ Ethan
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quel est ce type d'oblitération ?
» Pelouse en régénération ...
» Oblitération allemande
» Altération d'un livre...
» Récupération.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Les parcs-
Sauter vers: