AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I can't leave now. // Alaine Aslingt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Annaëlle Greene
Eleve cracmol
avatar

Eleve cracmol

Messages : 76
Points : 96
MessageSujet: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Ven 26 Mai - 12:03

ft. Alaine Aslingt & Annaëlle Greene
Votre résumé.

I need you Alaine.
Play this song (la berceuse de Annaëlle)

La nuit est tombée depuis un moment. Tout le monde dort dans le château. Enfin devrait dormir. Tu n'arrives pas à fermer les yeux. Tes pensées divaguent. Tu as peur tout à coup. Serait-ce la fin ? Non. Tu refuses de penser à ça. Tu réfléchis à tellement de choses. Tu aimerais en parler à Alaine. Qui est dans le lit juste à côté du tien. Mais tu ne sais pas si elle dort. Tu refuses d'interrompre son sommeil. Elle en a besoin.
Tu repenses aux découvertes que vous avez fait. À votre rencontre. Tu souris. Tu te retournes vers elle. Elle n'aime pas sa personne. Pourtant elle a vraiment tout pour plaire. Et c'est une fille géniale. Ce n'est pas pour rien que c'est ta meilleure amie. Tu ne lui cache rien. Mais tu ne lui as pas encore parlé de Connor. Tu aurais pu le faire tout à l'heure avant de vous coucher. Mais vous n'étiez pas seules. Et tu n'y pensais pas.
La pluie commence à tomber. Petit à petit devient une averse. On dirait presque qu'une cascade coule à côté des tours. Mais évidemment, qui dit averse dit orage. Et le premier se fait entendre très rapidement. Il te fait sursauter. Tes pupilles rétrécissent. Ton cœur accélère. Mais ce n'est qu'un orage. Ça t'a toujours fait de l'effet. Tu trembles. Automatiquement. Sans l'avoir demandé.
Tu espère que Alaine ne dort pas. Tu tentes. Tu te lèves. En trois pas tu es à côté de son lit.

Al ? Tu dors ?




Toi même tu n'aimes pas cette question. Mais c'est une question de survie. Enfin pas tellement. Seulement c'est la seule capable de te rassurer. Et dans les moments orageux, il peut s'en passer des choses. Comme si ça avait un effet sur ton métabolisme. Est-ce dû à ta maladie ? Tu l'ignores tout ce que tu sais, c'est que tu ne dois pas être seule dans ces moment là. Tu revois ta mère et ton père te serrer dans leur bras et te chanter des berceuses pour te calmer. Tu n'as pas forcément peur des orages. Mais ils te font angoisser. Et stresser. Tu comptes les secondes pour savoir à combien de kilomètre est l'orage. Les éclairs illuminent la chambre. Et tu murmures cette fameuse berceuse. Assise à côté du lit de Alaine, la tête posée entre tes bras sur le matelas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaine P. Aslingt
Eleve hybride
avatar

Eleve hybride

Messages : 253
Points : 239
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Ven 26 Mai - 23:25


Étrangement, elle avait cauchemardé cette nuit-là. Elle s'était souvenue, durant les bras de morphée, de la sensation de cette main froide qu'elle tenait fermement entre ses petites mains d'enfants. Elle s'était souvenue de la sensation de cette vie qui quittait peu à peu le corps de cette femme juste sous ses yeux, remplis de larmes. Et elle les avaient simplement laissés dévaler ses joues pendant que ses traits se crispaient de douleur, d'une douleur lancinante à l'intérieur de son petit cœur enfantin. En la serrant plus fort, en serrant plus fort la main de sa mère dans la sienne. Enfin, elle s'était souvenue des mots de son père : "Laisse-la partir, Alaine. C'est fini." Puis le tonnerre résonna dans le dortoir, éclairant ce dernier de la couleur de la foudre. Un grognement l'éveilla, la fit sursauter, la respiration saccadée, les larmes dévalant ses joues. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas rêvé d'Adnae, la gentille Adnae. Celle qui l'avait mise au monde, la seule histoire qu'elle connaissait était ce prénom. Ce prénom normalement donner aux garçons, mais dont une fille avait hérité. Une histoire poétique, celle d'une femme courageuse, celle de sa mère. Alaine s'était redressé, avait essuyé les larmes qui vagabondaient librement sur son visage et écoutait silencieusement la berceuse que murmurait sa meilleure amie, au pied de son lit. Oh. Annaëlle. Annaëlle ! Elle avait peur de l'orage. Comment avais-tu pu oublier, Alaine ? Comment avais-tu pu l'oublier dans tes propres souvenirs ? A cet instant, elle s'était maudite. Et aussitôt, elle avait délicatement posé sa main sur l'épaule de la blonde, qui tentait de se rassurer sur son matelas, et avait essayé de la tirer gentiment vers elle, pour lui faire comprendre de monter, de s'installer à ses côtés. « Tout va bien, Annaëlle. Je suis là. Ne t'en fais pas. Je te protège. Allez, viens à mes côtés, tu vas passer la nuit avec moi. » Le visage prêt du sien pour qu'elle puisse entendre ses paroles, Alaine dessina un sourire rassurant sur son visage aux traits semblants relaxés. Alors qu'intérieurement, elle n'était pas bien non plus pour une raison différente cependant. Elle glissa ainsi Annaëlle sur son lit, refermant le rideau tout autour de sorte qu'on ne puisse plus distingués la couleur des éclairs qui tapaient. Et elle vint entourer son amie de ses bras, la serrant contre elle. « Ne t'inquiète pas, si ça ne va pas je suis là. Et je vais parler avec toi jusqu'à que tu t'endormes. » Et si vraiment ça n'allait pas, elle pourrait toujours utiliser la solution des écouteurs et de la musique pour masquer le bruit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annaëlle Greene
Eleve cracmol
avatar

Eleve cracmol

Messages : 76
Points : 96
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Dim 28 Mai - 19:54

ft. ... & ...
Votre résumé.

I'm sorry to wake you again.
Tu sens la couverture se relever. Tu l'as réveillé. Au fond de toi tu t'en veux profondément. Car ce n'est pas la première fois. Tu as failli partir un soir de tonnerre. Et tu es encore réticente face à ce phénomène météorologique. Pourtant ce n'est qu'un peu d'eau, un bruit sourd et de la lumière. Mais tu n'y arrives pas. Ton cœur n'y arrive pas. Tu as besoin d'une chaleur. D'un soutient. Pour éviter de refroidir. Une main se pose sur ton épaule et tu relèves la tête. Le visage de ta meilleure amie te rassure. Sous les gestes d'Alaine, tu t'installes à ses côtés essayant de te calmer. Elle te prend à nouveau sous son aile, comme tu le fais parfois lorsqu'elle fait des cauchemar. Vous vous adorez. Vous ferez tout l'une pour l'autre. Tu le sais. Et ça te fait du bien de l'avoir avec toi. Elle te rassure. Te rappelant qu'elle te protégera. Elle connaît les gestes à faire si tu fais une crise à cause de ta maladie. Tu lui as enseigné dès votre première année ici. Vous étiez si petite. Ce souvenir te réchauffe à l'intérieur.
Tu te blottis contre Alaine, comme un enfant effrayé. Tu l'enlaces après avoir essuyé tes larmes. Elle vous recouvre de sa couverture. Comme un bouclier. Tu te sens en sécurité. Tu calme ta respiration. Ce n'est qu'un mauvais moment qui va passer. Demain tu te réveilleras à côté de ta meilleure amie. Toujours en vie. Dans ce corps qui est le tien. Ce si petit corps qui a subi tellement d'opération. Tu es forte. Et ce n'est pas un orage qui va te faire succomber. Sinon à quoi bon ? Tu vas laisser Alaine te porter jusqu'à l'infirmerie ? Faire subir ce supplice à la personne qui compte le plus pour toi. Non tu ne veux pas.
Elle est prête à te parler jusqu'à ce que tu t'endors. Et tu sais que ses paroles ne sont jamais que du vent. Elle les tient. Un tendre sourire doux et pleins de gratitude s'affiche sur ton visage.

Merci Alaine...


Tu réfléchis. C'est bien le moment de lui avouer ce qui te tracasse. Tu sais que si elle le sait et que tu tombes, elle pourra le rassurer et lui avouer. Enfin. Peut-être qu'il ne devrait pas être au courant. Peut-être qu'il serait sage qu'il en soit ignorant. Les yeux clos. La respiration fluide. Revenue à son état normale, bien que quelque sursaut te faisant légèrement suffoquer.

Al... Il y a quelque chose que je ne t'ai pas encore dit... Il faut que je te le dise avant de..

Tu déglutis. Puis te racles la gorge.

Enfin tu sais...


Tes mains se resserre légèrement sur Alaine. Ce sujet est toujours compliquée à aborder. Surtout lorsque tu lui en parles. À elle. Qui a perdu la femme la plus importante de sa vie. Tu sais que c'est dure pour elle de t'entendre parler de ta fin. Si proche. Mais vous y arrivez. À vous comprendre, à vous rassurer. Vous êtes comme chemise et cravate. Corde et arc. Jamais l'une sans l'autre. Toujours main dans la main.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaine P. Aslingt
Eleve hybride
avatar

Eleve hybride

Messages : 253
Points : 239
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Mar 6 Juin - 23:57


Annaëlle, douce Annaëlle. Une jeune enfant qui n'avait rien demandé à personne, juste à vivre. Les doigts longs et fins appartenant à notre gobeline caressaient doucement la chevelure dorée de celle qui semblait être sa meilleure amie, une demoiselle précieuse qu'elle s'efforçait de protéger du mieux qu'elle pouvait. Une demoiselle qui l'avait accepté telle qu'elle était parmi les étrangetés de ce monde. Une demoiselle pour qui elle se battrait contre le monde entier. Elle était celle avec qui elle partageait des souvenirs d'enfance. La seule amie qu'elle s'était faite, qu'elle avait rencontré dans ce lieu immaculé, qui avait été là avant qu'Adnae ne disparaisse de ce monde. Adnae. Alaine avait accepté sa mort depuis bien longtemps. Mais cela restait toujours un sujet délicat à l'égard de la gobeline. Et le sujet de la mort aussi. C'est pourquoi elle avait prêté attention à chaque détail de l'état d'Annaëlle, pour réagir au quart de tour si son état venait à devenir trop sérieux, si Annaëlle venait à approcher un peu trop près la mort. A cette pensée, Alaine fronça légèrement les sourcils, écoutant les dires de sa meilleure amie cracmole. Quelque chose qu'elle ne lui avait pas dit ? A vrai dire, Alaine avait remarqué que quelque chose n'allait pas ces derniers temps, mais disons qu'elle avait simplement confiance en elle. Et elle avait raison, car cette dernière était venue lui en parler d'elle-même. La semi-gobeline ressentait ses mains resserrées son emprise sur elle et elle fit de même, un geste protecteur.  "Je le sais." Avait-elle murmuré d'une voix inhabituelle, la douceur l'ayant quitté. Le regard baignant d'un sentiment plus sombre. "Mais même si je le sais, je ne peux pas laisser la mort te prendre aussi Anna." Et elle ferma douloureusement ses yeux améthyste. "Que voulais-tu me dire ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annaëlle Greene
Eleve cracmol
avatar

Eleve cracmol

Messages : 76
Points : 96
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Dim 11 Juin - 22:22

ft. ... & ...
Votre résumé.

Je ne t'abandonnerai pas.
Elle ressert ses mains sur toi. Sa voix n'est pas comme d'habitude. Tes mots l'ont touché. Sensiblement. Tu ne veux pas lui faire de mal. Et une boule se créait au niveau de ton cœur. Légère. Tu inspire profondément. Non. Pas maintenant. Elle ne veut pas que la mort te prenne comme elle a prit l'être le plus chère de sa vie. Elle ne veut pas que tu la laisse seule dans ce monde. Et tu ne veux pas l'abandonner. Jamais tu ne te le pardonnerai. Et tu en voudrais à la mort. Celle qui n'hésiterais pas à t'arracher de ce monde alors que tu serais en train de prendre un thé. Alaine fait partie de ta famille. Même si elle a du mal avec le monde moldu. C'est comme ça que vous forgez votre amitié. Tu as l'impression que ton cœur se serre.

Al. Tu ne me perdras pas.



Tu la rassure. Mais est-ce que seulement, toi, tu y crois ? Tu ne peut pas prévoir ta dernière heure. Elle saunera quand ce sera le moment. Mais tu veux croire qu'elle est loin. Puis elle te demande ce le sujet dont tu voulais lui parlais. Puis tu réfléchis à comment lui dire. Comment lui expliquer. Essayer de la faire sourire. Changer l'atmosphère. Un flash. Un coup de tonnerre. Tu sursaute. Tes yeux bleues se camoufle sous tes paupières. Blottie contre ta meilleure amie. Et tu repenses à tout les bons moments que tu as vécu avec Alaine. Et tout les bon moments que tu as vécu avec lui. Tu reprends peu à peu confiance. Tu respire lentement. Profondément.

Je crois que je suis amoureuse Alaine.



Cette phrase sonnait comme joyeuse mais avec un soupçon de peur. Mais tellement naturelle. Tu y as souvent réfléchis. Tu n'as jamais trouvé la réponse. Car il y a trop de « si... ». Et tu n'es pas sûre de toi. Tu as peur Annaëlle. Tu es terrorisée. Tu ne sais pas ce que tu dois faire dans ce genre de situation. La seule chose que tu sais c'est que tu dois profiter. À fond. De chaque moment qui t'est donné. Jusqu'à la fin.

HRP:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaine P. Aslingt
Eleve hybride
avatar

Eleve hybride

Messages : 253
Points : 239
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Lun 12 Juin - 0:06


"Al. Tu ne me perdras pas." Ces mots remplis d'espoir vinrent réchauffer son cœur, installer une petite flamme en son centre qui parvenait à la rassurer. Peut-être que son amie en prononçant ses paroles n'avait plus d'espoir, peut-être ne pensait-elle pas ce qu'elle disait. Mais Alaine, en sentant de nouveau les larmes remplir son regard, croyait en ses mots dur comme fer. Sa confiance tout comme sa détermination à garder son amie en vie encore pendant longtemps n'était pas une flamme que l'on pouvait éteindre aussi facilement avec de l'eau. Alors elle vint attraper tendrement le visage de sa meilleure amie, déposant doucement ses mains contre la peau de son visage à la couleur pâle, et vint le soulever vers elle dans l'espoir de déposer son front contre le sien. Plongeant son regard brillant de larmes dans les pupilles de la blonde : « Oui. Jamais. Tu m'entends ? Jamais je ne te laisserais partir aussi facilement Annaëlle. La mort va pouvoir patienter encore longtemps, car je ne la laisserais pas toucher à ton cœur, ton corps ou ton âme. » Et ses paupières vinrent se fermer, laissant les larmes si longtemps gardées dévalées ses joues. « Je te protégerais jusqu'à la fin. » Un coup de tonnerre de nouveau atteint ses oreilles pointues et Alaine la sent se blottir davantage contre elle. Elle écoute sa respiration, la preuve que son amie est encore en vie contre elle. Avant que ses yeux ne s'ouvrent brusquement, brillants d'espoir et d'un sentiment qualifiable de bonheur pour autrui ; Annaëlle est tombée amoureuse. L'amour. Cela semblait beau. Cela semblait magique. Elle n'était jamais tombée amoureuse, Alaine. Elle ignorait ce sentiment et ne savait pas vraiment si elle souhaitait le découvrir. N'était-elle pas trop jeune pour penser à l'amour ? Un gobelin vit longtemps après tout, alors une demi-gobeline devrait vivre longtemps également non ? Ce serait une bonne nouvelle si elle pouvait atteindre les deux cents ans. Mais revenons à nos moutons : curieuse. Alaine avait certaines questions: « Qui est l'heureux élu ? Et comment est-ce Annaëlle ? Est-ce un sentiment aussi beau que dans les films ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annaëlle Greene
Eleve cracmol
avatar

Eleve cracmol

Messages : 76
Points : 96
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Lun 12 Juin - 13:18

ft. ... & ...
Votre résumé.

I'm afraid.
Elle a posé ses mains sur ton visage, plongeant son regard dans le tien. Elle ne te lâchera pas. Une chaleur se forme autours de ton cœur, comme un bouclier. Quelque chose qui empêche la mort d'avancer. Elle prend soin de toi comme elle le peut. Tu l'en remercies, car sans elle tu ne serais peut-être plus de ce monde. Elle ferme les yeux et ses larmes dévalent sur ses joues. Tu renifles. Laissant échapper quelques gouttes. Tu la resserres dans tes bras essayant de lui offrir tout le positif que tu dégages. « Je te protégerais jusqu'à la fin. » Cette phrase qui fait écho dans ta tête. Sonnant jusqu'au plus profond de ton être. Tu es petite Annaëlle. Tu es comme une enfant dans la cours des grands. Tu as l'air tellement fragile et pourtant tu survie. Tu repousses la mort. Tu es plus forte que tu n'y parais. Tu es vive et dynamique. Tu n'hésites pas à dire lorsque ça ne va pas, lorsque quelque chose te déplais.
Tu viens de lui avouer que tu es amoureuse. Alaine est une boule d'amour. Elle ouvre les yeux et tu te recules un peu pour pouvoir laisser un espace d'échange entre vous. Elle te questionne. Et tu souris. Les yeux pétillants. Tu ne lui caches rien à Alaine. Rien du tout. Tu sais que tu peux tout lui raconter. Elle est tellement adorable Alaine. Tu as de la chance de l'avoir. Tu dois avouer que avant lui, tu ne connaissais pas ce sentiment.

Il s'appelle Connor. Il est dans ta promo.


Elle te demande comment c'est d'être amoureux. Si c'est aussi beaux que dans un film. Alaine ne connait pas encore l'amour. Et tu espères qu'un jour elle trouvera un homme ou une femme qui saura l'aimer comme elle est, qui ne lui fera aucun mal. Elle mérite d'être heureuse. Tu inspire.

Ce n'est pas comme dans les films. C'est plus compliqué. Ça donne un sentiment étrange dans ton abdomen. Comme si une nuée de papillon voulais sortir de toi.


C'est une métaphore que tu aimes bien. Une légende dit que les papillons ne vivent qu'une journée. Mais l'amour, l'amour ça dure plus longtemps lorsqu'il est vrai. Mais quelque chose te contrarie. Quelque chose de lourd qui pèse dans ta poitrine.

Alaine, l'amour c'est beau. Mais ça fait peur. Je suis tétanisée, incapable de rien lorsque je suis avec lui. Et si je savais... au moins si j'avais une idée de ce qu'il ressent. Rien qu'un soupçon. Mais ce ne sera jamais possible. Si jamais ça devait arriver, ce serait voué à l'échec...

Le seul fait d'y penser fait taire ton sourire. Tu as le désirs d'être avec lui et l'incapacité de le faire. C'est comme ça profondément en toi. Car si jamais vous décidiez de vous mettre ensemble. Ne serait-ce que pour essayer. Et que finalement ça fonctionne. Tu sais qu'il devra affronter ton corps meurtrie. Qu'il n'aura rien pu faire pour empêcher ça. Car la mort ne se commande pas. Tu sais que vous pouvez vivre des moments magiques ensembles. Comme le jour où il t'a demandé de l'accompagner au bal. Vous avez une telle complicité, qu'il en devient regrettable qu'il ne puisse rien se passer. Tu baisses les yeux. Regardant le vide. Songeant à l'amour que tu ne peux offrir. Et que tu ne pourras jamais donner. « Annaëlle n'a pas de sentiment. Annaëlle, la fille morte avant l'heure. Annaëlle... » Voilà ce que tu entendais dans ton village. Le mépris ça unit les gens. Mais tu leur as montré que ta vie valait la peine d'être vécu. Tu n'as pas d'amoureux de maternelle. Tu n'as jamais vraiment été à l'école. Ton école c'était la médecine. Mais tu ne regrettes pas. Tu n'en veux pas à la vie d'avoir lancé un défi à la mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alaine P. Aslingt
Eleve hybride
avatar

Eleve hybride

Messages : 253
Points : 239
MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    Mar 3 Oct - 20:39


Connor s’appelait-il, un garçon de sa promo. La gobeline s’était mise à afficher sur son visage pâle un sourire gêné, ne se rappelant pas de qui il s’agissait. Ce n'était que de vagues souvenirs que son cerveau lui partageait dont la chevelure rousse d'un jeune homme au Quidditch, dans l'équipe de Poufsouffle. Enfin, il fallait avouer qu'elle portait peu d'importance aux garçons, elle portait tout simplement peu d'importance à l'amour. Du haut de ses dix-sept ans, ça ne l'intéressait pas spécialement. Elle prenait simplement son temps ; persuadée qu’il y ait un temps pour chaque chose en ce monde. Et pour le moment son temps était destiné à Annaëlle, juste et seulement elle, sa meilleure amie. Alors, elle observait silencieusement les expressions de son visage, elle écoutait attentivement chaque mot qu’elle prononçait à l’égard de ce sentiment amer qu’est l’amour. Décrivant ce sentiment comme une nuée de papillons dans l'abdomen, ce qui lui semblait à la fois étrange et beau. Puis, elle vint lui faire part des choses qui la contrariaient, qui pesaient lourdement sur sa personne. Des paroles dures pour les enfants qu'elles étaient et le futur qui les attendaient. Pourtant, Alaine n'abandonnait pas. « C'est faux. » avait-elle prononcé, affichant un tendre sourire sur son visage. « C'est faux, tant que nous vivons il y a de l'espoir. Et je refuse d'abandonner, je refuse d'arrêter de croire en ton futur.  Je te l'ai dit : tant que je serais là je ne laisserais pas la mort te prendre. Alors tu devrais ne pas perdre plus de temps avec ce genre de pensées, Anna. Tu devrais foncer, tenter tout ce que tu peux pour être heureuse avec lui car rien n'est voué à l'échec. L'avenir existe pour chacun d'entre nous, qui que nous soyons, malade ou non. » Les yeux brillants de sincérité, Alaine vint fermer ses paupières lentement. « Ne regrette jamais rien, Anna. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I can't leave now. // Alaine Aslingt    

Revenir en haut Aller en bas
 
I can't leave now. // Alaine Aslingt
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Babe I'm gonna leave you ~song fic~ ^
» MICK[alias Daniel]: Please, leave me a message.
» [JEU] LEAVE DEVIL ALONE : Arcade action [Démo/Payant]
» 9x05, Leave Out All the Rest
» The Leave Taking

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Les tours :: Serdaigle :: Dortoirs-
Sauter vers: