lesson number one | z Payne

Invité
Invité
avatar
lesson number one | z Payne Mer 8 Mai - 19:40



lesson number one


Quand tu te balades dans les couloirs de l’école, tu critiques les gens, c’est inévitable. Dans ta tête, immanquablement, un jugement se forme assez vite et tu es médisant. La première chose qui te tape à l’œil, c’est bien entendu le style vestimentaire et l’allure générale. Hm… lui a sa cravate mal attachée, le pantalon relevé sur une chaussette bariolée (horreur !), elle, sa jupe est de travers. Qu’est-ce que c’est que cette couleur de cheveux ? Et cet accessoire est ridicule ! Quant à lui…


Eurk.


Aucune autre onomatopée n’aurait, à cet instant précis, pu sortir de ta bouche lorsque tes yeux verts ont croisé pour la première fois la dégaine de Tadhgán Payne.


Une insulte au style !


Et bien sûr, le look est le reflet de ce qu’est l’individu au fond de son cœur. Pour le coup, tu ne t’es pas vraiment trompé, mais étrangement, votre relation est loin d’être désastreuse.


Il a été l’un des premiers à découvrir ta petite lubie vestimentaire – tu critiques les autres sans être mieux toi-même – et étrangement, alors que tu t’attendais à ce qu’il pointe un doigt gras d’huile de frite – il doit manger chez McDo à longueur de temps non ? –, il ne t’a pas jugé. Il ne t’a pas trouvé dégoûtant. Tu ne te souviens plus de ces mots exacts, mais tu es tombé sur le cul.


Toi qui l’avait si sauvagement catégorisé dès le départ – Dieu qu’il ne l’apprenne jamais – venait de prendre une belle leçon de vie.


Vous êtes restés en contact. Tu l’aimes bien au fond Payne. Il a un franc-parler rafraîchissant même si tu tentes souvent de lui rabattre le clapet. Sans succès. Puis tu es sûr que si quelqu’un t’embête dans les couloirs, il viendra lui taper sur la gueule.


Comment ça ce n’est pas un chien de garde, mais un élève comme toi ?


C’est ce qui t’a motivé à lui demander quelques petits services.


En grande recherche de virilité – problème personnel dont tu n’aimes décidément pas parler – et d’acceptation de ta propre personne, tu t’es dit que la danse, c’était très bien, ça te collait à la peau comme une tique trop bien accrochée, mais que ça n’était pas suffisant. Que tu ne voulais pas n’être que le mec en collants qui danse et parle en faisant des gestes gracieux.


Tu n’es pas une parfaite poupée.


Meilleure idée du siècle, donc, tu as proposé à Payne de te donner quelques cours de self-défense, juste pour briller en société – et ne plus aller pleurer dans ses jupes ou celles de professeurs au moindre pépin – et à ta grande surprise, il a accepté. Victoire ! Tu allais te forger des biceps impressionnants et on allait enfin te craindre dans les couloirs !


Non. Mille fois non. C’est beau de rêver.


Tu n’avais pas abordé la question de la monnaie d’échange. Que pourrais-tu lui donner pour le remercier de sa précieuse aide ? Dans ta tête, la récompense était déjà toute tracée : tu lui apprendrais les bases de la danse classique pour que sa gestuelle et son allure aient un peu plus de gueule. Peut-être même aurait-il une révélation vestimentaire dans un même temps ?


Cadeau inestimable qui lui serait assurément bien utile.


Aujourd’hui est le jour J. Tu as emmené à la salle de sport ton ordinateur, tes baffles et comme tout équipement personnel ton collant et tes pointes. Dans ton sac se trouve également une paire de basket au cas où tes chausses ne plairaient pas à ton professeur, mais tu n’y crois pas ; il n’y a pas de raison de râler, ton pied est si joli ainsi enrubanné !


Pour le moment, tu es seul. Tu as diffusé une musique douce pour commencer l’échauffement en son absence, présentement en grand écart pour tester ta souplesse.


Et tu n’as pas conscience du ridicule de la situation. Tu es la dernière personne à qui on pourrait apprendre à se battre.

Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: lesson number one | z Payne Dim 12 Mai - 0:33


Lesson number one

Payne cogna la porte de la salle en entrant comme une tornade et jeta presque littéralement son sac de sport sur le banc. Comme toujours quand il avait rendez-vous, il était en retard. Ce qui ne signifiait pas qu'il n'en avait rien à faire – il était juste très mauvais pour gérer son temps. Ses lèvres amorçaient déjà des excuses, toujours les mêmes, quand ses yeux rencontrèrent la silhouette d'Inocenty Ikachev, qui faisait le grand écart au sol. Là, Payne referma la bouche et son visage prit lentement l'expression qui était la sienne lorsqu'il était… dubitatif. Est-ce que… est-ce qu'il avait confondu le jour du rendez-vous ?

"Je me suis trompé" furent ses premiers mots, marmonnés en lieu et place de salutations.

Soit ça, soit son camarade avait changé d'avis. Le Gryffondor laissa son sac fermé sur le banc et fit le tour pour observer la tenue et les préparatifs du Serdaigle. Il avait mis ses collants, ses ballerines, il avait sorti la musique, bref il était paré pour faire des pointes, des grands écarts et… tous ces trucs que faisaient les danseurs classiques. Payne n'y connaissait rien, mais c'était Inocenty qui lui avait demandé des cours de self-défense, pas lui. S'il devait prioriser ses entraînements de danse, le Gryffondor n'y voyait pas de problème. Il pratiquait à haut niveau, c'était compréhensible.

"J'peux revenir demain si t'es occupé", dit Payne en faisant demi-tour.

Est-ce qu'il n'essayait pas de repousser ce qu'il pressentait être une séance de torture pour les deux adolescents pourtant sportifs qu'ils étaient ? Peut-être un peu. Mais Payne ne l'avouerait pas. Tadhgán Payne ne se défilait jamais. Il s'assit sur le banc et ouvrit son sac pour en sortir son matériel de boxe : il avait amené deux paires de gants, dont une pour Inocenty, qu'il avait empruntée au club de boxe anglaise. Il espérait qu'elle soit à sa taille. C'était la plus petite. Il avait pris des protections de genoux et de coude aussi, mais il laissa tout ça dans le sac et ne sortit finalement que ses bandes, qu'il enfila autour de ses mains au son de la musique douce. S'il s'entraînait seul, il n'aurait besoin que du nécessaire.
Invité
Invité
avatar
Re: lesson number one | z Payne Dim 12 Mai - 0:59



lesson number one


Tu étais quelqu’un de très ponctuel Inocenty. Ton partenaire de sport beaucoup moins. Ou avait-il simplement oublié que vous aviez rendez-vous ce jour-là ? Ce ne serait pas étonnant. Tu avais toujours trouvé que Payne semblait tête en l’air. En même temps, s’il se bat aussi souvent que tu l’imagines, il a sans doute perdu quelques neurones, non ?


Et plus le temps passait, plus toi tu t’échauffais tel le danseur que tu étais. Même pour apprendre à taper les gens – enfin toi c’est ce que tu avais compris du cours qu’il devait te donner aujourd’hui – il fallait un minimum de préparation, non ?


Et celle que tu pratiquait quotidiennement était la meilleure préparation à l’effort que tu connaisses. Il pourrait danser sur sa tête, Payne ne trouverait rien à y redire.


Tu lèves les yeux au ciel lorsque le garçon finit par arriver avec un bon quart d’heure de retard. En plus de ne pas être à l’heure, il entre de façon bruyante, te faisant sursauter. C’est quoi ce bœuf ? Et regardez-le porter son sac de frappe avec ses gros bras musclés ! Ça t’arrache un sourire malgré ton agacement. Ce gars est exceptionnel, tu ne l’échangerais pour rien au monde.


Quoique, y’a satisfait ou remboursé sur les Payne sauvages ?


« D’heure ? Effectivement, tu t’es trompé, j’avais dit neuf heures et pas neuf heures quart, Payne ! Achète-toi une montre ! »


Là, tu inverses un peu les rôles, mais eh, c’est toi qui va t’en prendre plein la gueule bientôt. Tu ne sais pas pourquoi, mais tu as le pressentiment que le garçon est un professeur particulièrement exigeant et qui ne laisse rien passer. Ça tombe bien, tu as l’habitude d’être mené à la dure, toutefois ce n’est pas la même discipline et tu vas être certainement nul à chier.


« Demain ? Oh non, tu es ici, tu restes mon beau. »


Tu te redresses gracieusement, t’approches de lui en souriant dans ta démarche de danseur professionnel. Tu hésites un moment avant de lui faire la bise poliment, assortissant le tout d’un « bonjour » clamé joyeusement. Tu étais heureux de le voir. Vraiment. Il était certes arrivé en retard mais c’était déjà oublié.


Jusqu’à la prochaine fois.


« Ma tenue te dérange ? Désolé, je n’ai rien d’autre. J’ai cassé l’autre jour mes baskets en marchant dans la boue, elles sont irrécupérables, et hors de question que je vienne te voir vêtu comme un sauvageon ! Pour ce qui est du reste… y’a pas plus confortable, tu devrais essayer ! »


Ta quasi-nudité dévoilait une musculature pourtant imposante – on ne dirait pas, habillé dans tes vêtements de tous les jours – et prouvait que tu étais prêt pour ce qu’il t’avait préparé aujourd’hui. Tu souris encore, les bras croisés sur le torse, ta petite chaîne catholique scintillant fièrement entre tes clavicules bien marquées.


« Je suis prêt à te taper dessus ! »


Et tu dis ça le plus naturellement du monde comme s’il était normal de taper sur un ami. Il est là pour ça ? Tu ne songes pas au fait qu’il pourrait te rendre tes coups.


« Toutefois, je t’ai vu arriver… je n’ai jamais rien vu de moins élégant. Je te propose donc qu’en échange de tes bons et loyaux services, je te donne les bases de la danse pour que tu aies moins l’air d’un sac. À vrai dire, je te l’impose plutôt ! »
Tadhgán Payne
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Tadhgán Payne
Messages : 115
Points : 263
Re: lesson number one | z Payne Mer 15 Mai - 15:47


Lesson number one

Apparemment c'était le bon jour, juste pas la bonne heure. Payne haussa les sourcils quand Inocenty lui fit remarquer qu'il avait quinze minutes de retard et qu'il devrait s'acheter une montre. C'était pas faux, pour la montre.

"Quinze minutes seulement ? J'pensais que j'étais à la bourre", sourit le Gryffondor.

Le pire, c'était qu'il considérait réellement qu'il avait de la chance d'être arrivé si peu en retard. Inocenty aurait dû s'en sentir honoré, Payne arrivait souvent plus de vingt minutes après l'heure promise. C'était pour ça qu'il donnait toujours des temps très approximatifs quand il prenait rendez-vous.

Il ne se pressa pas pour s'installer, puisqu'il considérait qu'il était dans les temps, et puisque son camarade ne tenait pas à repousser la leçon. Ok, mais ça n'expliquait toujours pas pourquoi il était en tenue de danse... Payne lui rendit son salut quand Ino s'approcha pour lui faire la bise, sans être gêné par cette familiarité – ça l'avait bien choqué la première fois qu'il était allé en France, mais depuis il était habitué – et afficha un air peu convaincu aux explications sur la tenue :

"Ma tenue te dérange ? Désolé, je n’ai rien d’autre. J’ai cassé l’autre jour mes baskets en marchant dans la boue, elles sont irrécupérables, et hors de question que je vienne te voir vêtu comme un sauvageon ! Pour ce qui est du reste… y’a pas plus confortable, tu devrais essayer !"

Le Gryffondor baissa le nez sur sa propre tenue. Sauvageon, hein ? Il secoua la tête avec un sourire amusé. Inocenty n'avait pas besoin de se mettre sur son 31 pour transpirer... Mais est-ce que Payne s'attendait vraiment à le voir arriver en jogging ? ... meh. Tant qu'il était à l'aise et qu'il n'avait pas peur d’abîmer ses vêtements, il pouvait bien porter ce qu'il voulait.

"Ok, pas grave. Enlève peut-être juste ta chaîne au cas où, pour pas te blesser."

"Je suis prêt à te taper dessus !" enchaîna-t-il joyeusement, ce à quoi Payne aurait répondu : j'aimerais bien voir ça. Mais il réalisa qu'ils n'étaient peut-être pas au clair sur ce qu'ils allaient faire et prit le temps d'y réfléchir pendant qu'Ino parlait de... danse ? "... en échange de tes bons et loyaux services, je te donne les bases de la danse pour que tu aies moins l’air d’un sac", était-il en train de dire quand l'attention du Gryffondor se focalisa à nouveau sur lui. Wait. What ? "À vrai dire, je te l’impose plutôt !"

Quoi ? Lui ? Danser ? Payne éclata de rire. Il venait de s'imaginer en collants et en tutu rose et c'était la vision la plus ridicule du monde. Tadhgán Payne qui faisait des pointes. Qui improvisait un tango. Qui sautillait sur scène. Son imagination ne cessait d'alimenter ses pires fantasmes et il aurait pu rire encore longtemps s'il n'avait pas réalisé, alors qu'il reprenait sa respiration entre deux éclats, qu'Inocenty ne plaisantait pas. Son sourire s'effaça instantanément.

"Oh merde, t'es sérieux ?"

Payne en tutu for real ? Il se mordit l'intérieur de la joue pour ne pas pouffer de rire et essaya de conserver sa poker face, par respect pour son ami.

"Non. Désolé." Il se leva. "J'te rends pas service pour obtenir quelque chose en retour. Vois ça comme… un cadeau ? En signe d'amitié et de respect ? Même si j'sais pas exactement c'que tu veux." C'était effectivement un point à mettre au clair avant de se lancer. "J'ai cru comprendre que tu voulais apprendre à te défendre ? C'est quoi ton objectif, précisément ?"

C'était important qu'ils décident ensemble de ce qui était possible ou non. Si Inocenty avait un objectif bien clair en tête, ce serait une motivation supplémentaire pour lui, et Payne pourrait réfléchir à comment y arriver. Bien sûr, il devait se douter qu'il n'allait pas réussir "lui taper dessus" dès le premier cours. Mais Payne pouvait lui apprendre les bases et diviser le travail en plusieurs étapes pour y parvenir petit à petit. Il espérait seulement que le Serdaigle avait des attentes raisonnables. Lui apprendre à danser, par exemple, n'était pas raisonnable.
Invité
Invité
avatar
Re: lesson number one | z Payne Ven 17 Mai - 3:36



lesson number one


Tu hausses un sourcil lorsque Payne semble fort satisfait de son retard, outré. Bien sûr, ce n’est pas la première fois qu’il n’arrive pas à l’heure, et ça n’est pas la première fois que tu lui fais une remarque acerbe sur ce comportement à la limite de l’irrespectueux :


« Sinon, au lieu de te satisfaire de la situation, tu pourrais te lever un peu plus tôt et arriver à l’heure, je t’attends depuis une demi-heure car moi, je prends de l’avance. »


Tu l’aimes bien en vrai. Il te fait étrangement beaucoup rire. Donc tu ne lui en veux pas trop, mais tu es inquiet pour sa situation : ce genre de choses ne fera pas marrer tout le monde et pourrait passer mal, très mal auprès de certaines personnes.


Heureusement, il n’insiste pas sur l’aspect vestimentaire et tu en es rassuré : toi tu te trouves très bien comme tu es et tu ne vas pas changer tes habits pour ses beaux yeux. Sinon, il devra en faire de même. La seule chose que tu fais, c’est retirer comme il te l’a demandé ta petite chaîne catholique, que tu poses respectueusement là où tu ne l’oublieras pas.


Te voilà prêt et motivé à te battre contre ce monsieur musclé, sûr que tu vas gagner le combat – parce qu’il va te laisser faire bien gentiment pour te donner l’illusion que tu es fort, bien sûr Ino, tu es un enfant – mais tu abordes bien avant la question de la danse, et vraisemblablement, ça le fait bien rire. Toi, pas du tout, et tu abordes une mine tout à fait sérieuse pour la situation, les lèvres pincées, convaincu et déterminé.


« Je suis tout à fait sérieux ! » confirmes-tu alors qu’il tente de se reprendre, ce qui ne te convint pas.


Où était le problème ? Pourquoi une telle hilarité ? Qu’as-tu dit de si drôle ? Oh, lui, quand tu vas commencer à le prendre en main, il va tellement souffrir… et il se permet de refuser ton si charmant et imposé service. Tu croises les bras sur ta poitrine, penchant doucement la tête sur le côté. Tu souris. Carnassier.


« Je sais que tu fais cela pour me rendre service et que tu n’aurais jamais demandé de toi-même des cours de danse, seulement je suis têtu et j’affirme que ça te fera le plus grand bien. »


Tu t’approches un peu, tapotes son torse du bout du doigt, plonges ton regard dans le sien.


« Mais premièrement, tu vas m’expliquer ce que tu trouves de si drôle dans la danse. Parce que j’ai beau réfléchir, je ne trouve rien d’hilarant. Peut-être un peu trop féminin pour toi ? On en reparlera plus tard, mais je ne trouve rien de plus attirant qu’un mec qui danse et… tu l’auras remarqué, mais j’ai des muscles, moi aussi, hein ? »


Tu recules, un léger sourire aux lèvres. Oui, ça doit être ça. Tu as reçu dans ta vie pas mal de remarques sur ton « choix » de vie, clamant que celui-ci manquait clairement de virilité.


« Tout le monde n’a pas besoin de savoir que tu t’entraînes avec moi, je serai muet comme une tombe. »


Et tu n’en as pas fini de lui lancer tous les bienfaits de ce sport d’exception.


« Puis, où est le mal de vouloir s’améliorer quelque part ? Imagine y’a un bal en fin d’année, ce serait bien de ne pas rester comme un frustré près des boissons, n’est-ce pas ? Je t’observe, et on ne peut pas dire que tu sois très… élégant. Ça te dérangerait de faire quelques efforts ? Je ne te demande pas d’apprendre à faire les pointes ou des sauts de chat, ce serait ridicule, juste… un minimum, tu vois ? Allez, ce sera marrant. »


Si avec tout cela monsieur n’est pas convaincu par tes jolis arguments… en fait, c’est impossible. Et après ton speech, tu prends enfin le temps de répondre à sa question.


« Je suis un peu complexé par ce cliché sur le ballet, justement, ça impressionne pas grand monde. Et sur ce que tu sais, là, mon petit problème vestimentaire… et sur ce que me disent mes parents, enfin bref, je me sens pas assez masculin et je vais jamais plaire à quiconque en restant comme ça, j’veux pas finir célibataire toute ma vie ! Et puis imagine si un jour je trouve quelqu’un et que cette personne se fait agresser et que je reste les bras ballants en ne sachant que faire ? Non, non, j’ai vraiment besoin d’apprendre autre chose d’un peu plus « viril » même si c’est ridicule et que je devrais être content de moi-même comme je suis. »


Tu glisses une main dans tes cheveux. Ta motivation est sans faille, mais tu es perdu vis-à-vis de toi. De ce qui te pousse véritablement à apprendre à taper – ou plutôt te défendre – sachant que tu n’es pas du tout violent à la base.


Ton ami passe peut-être pour un gros dur, mais est-ce vraiment un mal ? Tu l’admires un peu pour cela.
Contenu sponsorisé
Re: lesson number one | z Payne

lesson number one | z Payne
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» NUMERO QUATRE
» Clithon oualaniense - (Lesson, 1831)
» Number
» (vocable number 672 The Economist) big brother is watching you (cracked credibility)
» monnaie a id, number 3 , constans II

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: