Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule.

Invité
Invité
avatar
Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 17:36


Mégane Lamoureux
Prénom et nom — Mégane Lamoureux, un nom qui trahit sans mal ses origines québécoises.
Surnom(s) — Meg, parce que pourquoi se compliquer la vie à trouver quelque chose de plus élaboré ?
Âge — 18 ans, née le 27 mai.
Orientation sexuelle — Elle n'aime pas s'encombrer de ce genre d'étiquettes et ne considère surtout pas avoir assez d'expérience dans le domaine pour poser un verdict définitif.
Origine — Québécoise.
Sang — Née-moldue.
Particularité — Son grand coeur. Elle possède aussi ce qu'on appelle l'oreille absolue, pratique quand on aime la musique.
Année d'études — 8ème.
Licence — Droit et politique magique.
Avenir — Désire faire valoir les droits des sans-magie et potentiellement des hybrides.
Avis sur les cracmols et moldus à Poudlard — Meg est contente qu'ils soient là et se fait un devoir de les défendre dès que nécessaire.
Maison — Anciennement Pukwudgie, maintenant Serdaigle.
Avatar — Blake Belladonna de RWBY & Zooey Deschanel.

Baguette magique — 27,5cm, bois de sorbier, rigide et épine de monstre du fleuve blanc.
Épouvantard — Son ex-petit-copain, les bras couverts de blessures et qui pissent le sang.
Patronus — Elle répondra tour à tour, pour la blague, qu'il s'agit d'un caribou, d'un castor ou d'un ours polaire. La vérité ? Il s'agit d'un chartreux.
Reflet du miroir de Risèd — Elle est entourée de tous les gens qu'elle connait et même d'étrangers, de silhouettes floues. Tout le monde se tient par la main et semble heureux. C'est littéralement la paix dans le monde.
Odeur de l'Amortentia — Les feuilles d'assouplisseur Bounce à fragrance de grand air (le linge frais en gros) et l'odeur du thé chai à la cannelle.
Matière favorite — Les sortilèges et tout ce qui touche au droit, à la politique et à l'économie.
Bonbon favori — Les queues de castor, même si ce n'est pas vraiment un bonbon, et la barbe à papa.
Créature inspirante — Céline Dion. Le premier qui ose prétendre qu'elle n'est pas une créature mythique, un trésor national et une source d'inspiration universelle aura affaire à Mégane.
Animal de compagnie — Un chat noir appelé Sibelius.
Mental
Si certains individus voient leur cœur mener une lutte sans fin contre leur tête, ne jamais savoir de quel côté tomber et que prioriser, cette dichotomie a trouvé sa résolution du côté de Mégane. Depuis son plus jeune âge, c’est son cœur qui l’emporta et qui, continuellement, guide son existence. Sensible, émotive, parfois imprévisible et toujours passionnée, la jeune femme évoque la mer. Tantôt calme et tranquille, nourricière, célébrée pour ses mystères, ses beautés et sa grandeur. Tantôt terrifiante, toute puissante, destructrice et sans pitié, impétueuse et impossible à raisonner.

Au jour le jour, on aime sa compagnie comme on apprécie marcher pieds nus en bord de plage. Sa présence est agréable, rafraîchissante, aisée et douce. La demoiselle est polie, propre sur elle et arbore un sourire amical. Lorsqu’elle parle, c’est avec soin, en accordant une attention toute particulière à ne pas laisser entendre son accent. Son charisme et ses charmes sont subtils, apaisants. Ses attentions aussi surprenantes que le ressac qui abandonne un joli coquillage devant nos orteils, sans prévenir, pour la simple joie de nous voir sourire. Et, lorsque l’on s’éloigne pour se sécher les pieds, remettre ses souliers et retourner à la vie en ville, l’océan reste derrière, pleurant son abandon. Se lamentant dans sa solitude en oubliant sa propre grandeur, ses propres profondeurs. S’il n’y a personne sur le sable blanc pour lui lancer des regards mélancoliques et amoureux, existe-t-elle seulement ?

Et, de temps en temps, il y a quelqu’un pour être charmé. Pour se dire que la compagnie d’un être si agréable vaut la peine de quitter la côte, de s’aventurer vers le grand large sur son petit bateau. Mais ce n’est pas sur un lac qu’il vogue, c’est la mer. Son humeur est changeante, le vent se lève avec ses caprices et les vagues ont leur caractère avec lequel il faut apprendre à composer. Elle pourrait bien vous faire chavirer et vous fracasser contre les rochers. Ou vous pourriez apprendre à l’aimer, à la respecter telle qu’elle est et l’admirer pour son intensité, pour la pureté de son être et sa loyauté envers ses propres intuitions et ressentis. Celui qui y parviendrait réaliserait au bout du compte le plus beau des voyages, découvrant qu’il n’y existe pas de frontières, pas de lieu qui soit assez isolé pour que les flots ne l’atteignent pas. La mer aime lier les horizons les plus distants, réconcilier des mondes qui pourtant sont trop loin pour s’entrevoir. Grande médiatrice de la distance et des continents qui ne désire qu’unifier autrui et les encourager à se serrer la main.

Malheureusement il y a aussi ceux qui ne comprennent pas, ceux qui refusent de collaborer, de laisser gagner la mer. Ceux qui y sont insensibles, qui l’invectivent plutôt que la célébrer et qui n’ont aucun remord à la polluer. Ceux-là ils vont avoir des problèmes. Réaliseront que les vagues savent comment faire chavirer les caravelles les plus solides et qu’il n’y a guère de tempérance qui vaille, lorsque le cœur de l’océan est blessé. Qu’elle vous noie ou qu’elle choisisse de vous abandonner au grand large sans vent et sans espoirs de regagner la terre ferme, la sentence est terrible pour quiconque ne chercherait pas à s’amender de ses fautes. Heureusement l’espoir est permis pour les âmes en peine qui voudraient implorer sa miséricorde. Mégane accorde son pardon et sa clémence plus facilement qu’elle n’admet ses propres torts. La morale de l’histoire : il vaut mieux lui répondre avec la même douceur qu’elle nous offre et faire preuve de résilience, de coopération, pour atteindre à deux la rive opposée.

Mais que serait-il du plus courageux de tous ? Quel serait le destin du plongeur, de celui qui franchit volontairement le garde-corps, tête la première en s’abandonnant entièrement et en se laissant conquérir par la houle ? En ouvrant les yeux dans l’eau salée, il aura la chance d’admirer les éclats chaleureux du soleil qui illuminent un paysage unique. Un univers calme, empli d’abondance jusqu’à déborder. Un sanctuaire où grouille la vie, assez de poissons pour se nourrir toute une vie. La nature enveloppante, bienveillante et créatrice de la mer prend tout son sens. Pleine de nuances, de vérités insoupçonnées, de cadeaux à forte valeur sentimentale et d’imaginaire coloré. La jeune femme est, à l’image de la métaphore, poétique et créative. Jour après jour, sa nature ne change pas, ses présents toujours aussi exquis. Il suffit de retourner la voir, de plonger à nouveau, de lui témoigner de notre loyauté pour qu’elle nous la retourne au centuple. Telle est la nature de l’océan. Telle est la nature de Mégane.

Parfaite bilingue, ses deux langues étant le français et l'anglais • Mélange parfois les deux • N'était pas particulièrement fière de ses origines québécoises avant de se retrouver à l'étranger et de ressentir le besoin de se forger une identité plus solide • Sa fête préférée est la St-Jean-Baptiste • Adore aller voir les feux d'artifice l'été • A joué du violon durant toute l'école primaire et continue de pratiquer régulièrement • Aime regarder le hockey et est plutôt rapide en patins • Très exigeante sur la qualité du sirop d'érable • Pas très forte physiquement et se retrouve facilement paralysée face au danger • A toutefois une bonne résistance à la douleur et sait faire preuve de résilience • Très bonne cuisinière, surtout pour les desserts • Mom-friend • Chante sous la douche et dans les voitures • Voix d'alto • Possède l'oreille absolue • Abonnée à la crème à main et au baume pour les lèvres • Sa couleur préférée est le noir, avec mention d'honneur pour le mauve foncé et le rouge • Aime faire la sieste au soleil et marcher sous la pluie • Capable de voir les sombrals 
Story
Une sorcière. Au début elle n’y avait pas trop cru. Disons que c’était une question de petit déni, du gros bon sens qui lui faisait se demander : attends, pour de vrai ? Comme dans les films ? N’ayant jamais été autre chose qu’une gamine ordinaire, si ce n’est un peu plus émotive que la normale, Mégane en était à la fois surprise et soulagée. Comme toute pré-adolescente, elle était convaincue d’être spéciale, d’avoir en elle quelque chose de différent des autres, et venait d’en recevoir la confirmation.  Sa famille, tous des moldus, le prirent de différentes façons. Son frère était jaloux, bien franchement, et son premier réflexe fut de dire que de toute façon les sorciers c’est pour les petits vieux avec de longues barbes et que lui au moins c’est un jedi. Son père, un homme de science doté d’une grande curiosité naturelle, en fut émerveillé. Ce fut le début d’une longue série de demandes loufoques (et irréalisables) à sa fille pour tester les limites de son prétendu pouvoir magique, au nom de la science. Et de la flemmardise. Parce que bon, pourquoi réparer le toit du garage soi-même si on peut demander à sa fille magicienne de le faire à sa place ? Dans la famille, c’est sa mère qui y réagit le moins bien. Provenant d’une famille conservatrice aux idées assez ancrées, elle était à deux doigts de mettre l’hurluberlu venu leur parler du monde magique à la porte en jurant contre « ces ostis de témoins de Jéhovah qui essayent de recruter not’ fille dans leur secte asteure ». Elle n’eut éventuellement pas le choix de se faire une raison et Mégane fut inscrite, et plus tard envoyée, à Ilvermorny.

Le reste de la famille, soit les oncles, les tantes, les cousins, les cousines et les grands-parents en parlent encore à ce jour. « Comment ça se fait que vous avez envoyé étudier votre fille aux États-Unis ? Depuis quand vous avez les moyens de lui payer ça pis pourquoi que vous nous l’avez pas dit avant ? » C’est pareil à chaque Noël maintenant et, à chaque année, ce sont les mêmes excuses : c’est une école de musique. Mégane est tellement bonne au violon, c’était juste la chose à faire que de l’envoyer dans la meilleure des écoles et, en même temps, ça va pratiquer son anglais. Comme si elle n’avait pas déjà passé assez de temps en ligne pour le parler quasi-parfaitement et connaître tous les memes que ses futurs camarades de classe connaissaient aussi. La magie, par contre, ça c’était autre chose. Envoyée chez les Pukwudgie, n’ayant ni l’âme d’une guerrière, ni d’une aventurière, la jeune fille se retrouva bien dans les valeurs de sa maison d’accueil. Ceci dit, le monde magique lui était encore totalement inconnu et, comme dit plus tôt, elle ne connaissait personne. Son seul confident était Sibelius, un jeune chaton offert par ses parents pour lui tenir compagnie à l’étranger. Aussi doux soit-il, ça laissait encore à désirer niveau accompagnement dans ce nouvel environnement.

Par chance, Mégane se fit un ami dans la même année qu’elle, un jeune cracmol du nom de Gabriel, originaire de l’état de New York. À eux deux, ils se complétaient parfaitement bien. Une sorcière qui ne connaissait rien à ce monde nouveau et un cracmol qui était au contraire parfaitement familier avec celui-ci, mais qui ne pouvait pas faire les mêmes choses que ses amis ou que les membres de sa famille. Curieux d’en apprendre plus sur la vie de son amie avant Ilvermorny, c’est Gabriel qui lui posa toutes sortes de questions sur le Québec, ce que les gens y mangeaient, ce qu’ils y écoutaient. Confuse, Mégane lui parla naturellement de Céline Dion et de la poutine, deux exemples faciles et connus de tous, même à l’étranger. C’est ce qui lui fit réaliser à quel point elle-même ne connaissait pas sa propre culture et, maintenant qu’elle était confrontée à toutes sortes de gens différents et qu’on s’intéressait à ses origines, elle y vit une raison de rattraper le temps perdu. Elle commença même à lui apprendre un peu de français, pour le remercier de toute l’aide qu’il lui apportait et pour lui faire découvrir des films et des séries du Québec. De son côté, Gabriel lui parlait de Quidditch, de dragées surprises de Bertie Crochue, de créatures fantastiques et des aurors qu’il avait en très haute estime.

Les années passèrent et si leur amitié était toujours aussi forte, leur innocence s’étiolait lentement. C’est durant leur quatrième année que Gabriel commença à sérieusement déprimer. L’année de la fin de la BUSE et du début des choix sérieux d’avenir. Il n’était pas un secret que l’adolescent aurait rêvé de devenir un auror tout comme l’avait été son grand-père, son père et maintenant sa grande sœur. Vivre les railleries de ses camarades de classe était déjà assez difficile comme ça, mais être confronté à la réalité de son avenir qui s’annonçait décevant venait en rajouter une couche. Affectée par la détresse de son ami, Mégane fit de son mieux pour l’encourager, l’aider à chercher des perspectives d’avenir, des idées de carrières qui pourraient le motiver. Ce fut une année difficile, mais ils la réussirent tous les deux et célébrèrent cette victoire ensemble chez le cracmol, cet été-là. Il y eu bien sûr des rapprochements au sein du duo et leur relation changea légèrement pour évoluer vers une amourette adolescente. Malheureusement, la jeune femme découvrit aussi comment son petit copain était traité par sa famille, laissé en marge et sous-estimé constamment. Si elle n’avait pas un caractère propice à la rébellion et à la confrontation, elle en ressortit toutefois plus motivée que jamais à épauler Gabriel dans sa réussite scolaire. C’est au jour le jour qu’elle l’encouragerait, étudierait avec lui et le féliciterait pour ses réussites.

Ce ne fut malheureusement pas suffisant. Gabriel redoubla la cinquième année alors que Mégane, de son côté, passa en sixième. L’été suivant, c’est au Québec qu’ils allèrent passer leurs vacances et je vous laisse imaginer la discussion du malaise : « Alors comme ça, Gabriel, toi aussi tu fais de la magie ? ». L’incident fut vite balayé, mais ne faisait qu’ajouter au mal être du jeune homme. Arriva ensuite la sixième année de Mégane et, pour la seconde fois, la cinquième de Gabriel. Ce fut la pire des années, celle où ils commencèrent à se disputer et à s’éloigner. Loyale et dévouée jusqu’à en faire un défaut, la jeune femme refusait de le laisser tomber, d’arrêter de lui offrir son support et son amour. Mais le cracmol avait une vision bien différente des choses, bien plus fataliste. Il n’était qu’un poids mort et il échouerait cette année-là aussi. C’est lui qui prit la décision de rompre avec Mégane avant le congé des fêtes. La pauvre eu du mal à s’en remettre, mais un petit retour dans son pays natal lui fit le plus grand bien. Durant les mois qui suivirent elle continua de s’inquiéter pour Gabriel, évidemment, mais il continua de l’éviter et, à force, elle dû se faire une raison. Ce n’est qu’à la fin de cette année scolaire, après les examens, que leurs chemins se croisèrent de nouveau.

Un soir, Mégane reçu un message étrange de la part de son ex-petit-ami, la remerciant pour tout ce qu’elle avait fait pour lui, annonçant que rien n’était sa faute. Inquiète, elle mit tout de côté pour se diriger à l’endroit où ils s’étaient réunis tant de fois par le passé pour lire, écouter de la musique, penser à l’avenir. Le mal était malheureusement déjà fait et, malgré les larmes et les cris de Mégane, les secours arrivèrent sur place trop tard. Il est mort dans ses bras. L’été et l’année qui suivirent furent terribles pour la jeune femme. Gabriel lui manquait et, bien sûr, elle se demanda des centaines de fois ce qu’elle aurait pu faire autrement, ce qu’elle aurait dû dire de plus, faire de plus. Au final elle ne faisait que tourner en rond et s’enfoncer elle-même dans des spirales sombres et destructrices.

Ce n’est qu’un coup du hasard qui la remit sur le droit chemin. Elle marchait dans les couloirs d’Ilvermorny, un jour comme tous les autres, et tomba sur un groupe d’élèves s’amusant à intimider une jeune cracmolle. Ce fut la goutte d’eau pour faire déborder le vase. Dans un élan d’émotions, Mégane se fit un plaisir de les engueuler dans le couloir devant tout le monde… avant de fondre en larmes et d’aller se cacher dans une salle de classe vide pour pleurer. Dans ses sanglots, elle n’entendit pas entrer l’étudiante qu’elle avait défendue, cette dernière l’ayant suivie pour la remercier et s’assurer que tout allait bien. Les deux demoiselles restèrent sur place un bon moment et devinrent amies ce jour-là. Ce fut le début d’une nouvelle source de motivation pour Mégane. Si elle n’avait pas réussi à aider Gabriel, peut-être qu’il n’était pas trop tard pour aider d’autres cracmols, faire valoir leurs droits, avancer la cause et faire comprendre au reste du monde ce qu’ils manquaient en leur tournant le dos.

Et c’est ainsi que Mégane s’envola l’année suivante pour l’Angleterre, ayant été acceptée à Poudlard pour son DEMA en Droit et politique magique. Il était temps de repartir à neuf dans une nouvelle école, de se remonter les manches et de quitter les couloirs hantés par le spectre de Gabriel (métaphoriquement on s’entend). C’était le début d’une toute nouvelle aventure pour notre jeune québécoise idéaliste.
Derrière l'écran
Stocard — Rebonjour ! Autant le dire d'avance si jamais ça peut vous aider, parce que je sais quel genre de perso je suis en train de faire : Hufflepuff for life, j'ai aucun problème à avoir deux persos dans la même maison au besoin. Même qu'en vrai ça me ferait plaisir. Also je vous aime tous et j'espère que Meg' vous plaira love


Dernière édition par Mégane Lamoureux le Dim 12 Mai - 18:59, édité 4 fois
Adélaïde Oxwell
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Adélaïde Oxwell
Messages : 51
Points : 71
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 17:57

CHAT ! selene

C'était tout ce que j'avais à dire.

Non plus sérieusement, re-bienvenue ! Elle a l'air génial et le feat love
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 350
Points : 1024
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 18:08

DÉGAGEZ LE PASSAGE C'EST MA MAMAN WIFUUUU

Breh, tu sais ce que je pense de tes perso, de toi, de tout du gros love sur toi on va faire grandes choses ensemble mon lapin <3

Envoyé depuis l'appli Topic'it
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
Fenry D. Williams
Messages : 1586
Points : 1728
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 18:35

lalala hé madmoizel
aya
je siffle tes belles jambes madam

REBIENVENUE Courage pour la suite j'ai hâte de voir mais je suis déjà pls positivement curieuse



Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 20:45

beugle elle vient d'ilvermorny owi euke
meme maison qu'owowain en plus

(ça adopte le surnom en plus bienbien)

j'aime les facts mais ils m'en disent pas assez sur meg en profondeur pls
j'attendrais pour lire la fiche une fois terminée hehe

courage pour le reste hinhin


Dernière édition par Owain S. Baxter le Jeu 9 Mai - 20:48, édité 1 fois
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
L. Andy Ollivander
Messages : 1877
Points : 1792
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 20:47

je m'appelle meghan
ça me stresse de ouf
en plus lamoureux ça fait l'amoureux sauf que c'est une meuf

CE PSEUDO IS MAKING ME VERY NERVOUS

sinon c cool, rebienvenue


winner is dreamer who never gives up; andy


Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. KmuUNxl


Merci Renako pour ce cadeau sublime!
Billy Catwright
mage level 42
mage level 42
Billy Catwright
Messages : 636
Points : 809
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Jeu 9 Mai - 22:47

Citation :
CRÉATURE INSPIRANTE — Céline Dion. Le premier qui ose prétendre qu'elle n'est pas une créature mythique, un trésor national et une source d'inspiration universelle aura affaire à Mégane.
J'ai ravalé un petit ricanement en public tellement cette description est parfaite ptdr

Meg est adorable ! J'espère qu'elle adoptera Billy, comme ça on aura un lien positif pour changer, et qu'ils feront du witchockey ensemble ! fire

Rebienvenue, amuse-toi bien avec elle !
Alaois O'Reilly
Eleve cracmol
Eleve cracmol
Alaois O'Reilly
Messages : 144
Points : 121
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Ven 10 Mai - 10:16

Re coucou !
Elle est toute cute je lui fais plein de câlins **
Invité
Invité
avatar
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Ven 10 Mai - 16:41

Merci pour tous ces jolis messages, ça fait vraiment chaud au coeur love

Pour les curieux j'ai rajouté la description mentale et l'histoire arrive bientôt !
O. Kain Heikkinen
l'Assassin des Serpentards
l'Assassin des Serpentards
O. Kain Heikkinen
Messages : 191
Points : 646
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Ven 10 Mai - 21:19

COUCOU love
J'suis amoureuse (et sans mauvais jeu de mots hein) de la douceur de Mégane ça me mets en pls je veux la hug pls Et franchement, j'suis toujours aussi surprise de voir à quel point les ndf Québécois sont plus français que les ndf français ptdr

J'AI RIEN A DIRE EN FAIT ! Parce que les autres ont tout dit et euh genre comme d'hab je bois absolument tout c'que t'écris d'une traite et c'est super agréable en vrai. J'espère que tu vas t'amuser avec Mégane, j'viendrai te prendre des liens hug (ah et zooey c'est ma vie j'suis fan omg) (et céline dion j'suis achevée ptdr)
Invité
Invité
avatar
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Sam 11 Mai - 0:56

Rebienvenue a toi !

lukas Que la force du chat soit avec toi
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 356
Points : 897
En couple avec : la science
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Sam 11 Mai - 23:49

:bert: hug harry
(rebienvenue love)

J'adore la description du caractère. C'est ce qui s'appelle une belle métaphore filée han J'espère que tu t'amuseras bien avec Mégane, elle est adorable!
Ella Panopolis
Professeur d'Alchimie
Professeur d'Alchimie
Ella Panopolis
Messages : 69
Points : 168
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Dim 12 Mai - 11:24

Elle est trop douce on a envie de la ranger dans un écrin avec des petites fleurs et de la protéger du reste du monde pls (même si too late (damn)) pls
Orphan E. Scamander
Directeur
Directeur
Orphan E. Scamander
Messages : 929
Points : 1028
En couple avec : Marié à Rachel O'Sullivan Scamander.
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule. Dim 12 Mai - 13:14




Bienvenue sur Dabberblimp !

aaah la deuxième serdaigle de la journée
rebienvenue parmi nous, j'espère que tu continueras de t'amuser mais avec Megane cette fois-ci :)
elle est vraiment très douce et idéaliste, ça fait plaisir de voir un personnage aussi profondément gentil par ici (au vu de tous les persos tordus et torturés qu'on a déjà haha).
en espérant qu'elle trouve sa place à Poudlard !


Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien dans ce sujet, ainsi que ton téléphone portable ici (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar par là et tu peux aussi faire une demande de RP juste ici, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.


Quiet people have the loudest minds; orphan


des bannières:
 
Contenu sponsorisé
Re: Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule.

Un peu plus loin, un peu plus seule. Je n'veux pas être loin toute seule.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: Fiches abandonnées-
Sauter vers: