parental control •• Gus & Beck

Billy Catwright
mage level 42
mage level 42
Billy Catwright
Messages : 634
Points : 808
parental control •• Gus & Beck Jeu 9 Mai - 23:52


Oh dear, we are in trouble
Tous les enfants connaissaient ce sentiment. Celui de faire une grosse bêtise au nez et à la barbe de ses parents, d'être pris la main dans le sac. Pas le sac de bonbons, non Billy.

Billy retira sa main.

Il avait posé le sachet de sucreries au bord de la table à laquelle il s'était assis pour assister à la réunions des renards. Il avait offert de partager ses bonbons avec tout le monde et maintenant que l'assemblée semblait dissoute, il grignotait, assis sur la table, ses jambes se balançant au rythme d'une musique imaginaire. Probablement épique, comme tout ce qu'il entreprendrait avec ce groupe ultrasecret ! Probablement la b.o. du Seigneur des Anneaux. Certainement Riders of Rohan. Il ne manquait pas grand-chose pour qu'il se visualise menant la charge des walkyries sur le dos de Chantilly, sa partenaire d'hippoball. Le retour à la réalité fut assez brutal pour lui ôter toute envie de rêver, et même de manger. Ce qui était rare pour Billy Catwright. Plus rare encore fut la raison à cela ; ce fameux sentiment d'avoir fait une connerie et que vos parents allaient vous passer un savon. Tout ça à cause du regard de son cousin, Argus Catwright.

"Ah ha... s-salut, Gus ! T-t'es là aussi !" bégaya inutilement Billy en le voyant s'approcher de lui.

Bien évidemment qu'il était là, Billy avait entendu la présentation d'Argus comme tout le monde, et Gus avait entendu la sienne avant lui. Ce qui était potentiellement problématique. Billy était déstabilisé. Non seulement il n'avait pas anticipé cette farce du destin – combien étaient-ils ? vingt ? sur tout Poudlard ? et les deux seuls Catwright de l'école se retrouvaient là. Les deux seuls Catwright de l'école encore vivants, disons. Ce qui était aussi l'une des sources du problème, mais Billy s'en préoccuperait plus tard. Non seulement il n'avait pas de chance, mais en plus il n'avait pas l'habitude de sentir ce genre de regard... sérieux ? concerné ? sur lui. Pas de la part de son cousin. Le plus jeune des Poufsouffles vacilla légèrement de son perchoir.

"Euh, ça roule ?"

Oui, il sentait qu'il s'enfonçait. Il n'avait pas parlé de la réunion à Gus parce que c'était censé être secret, et potentiellement dangereux, au vu de la menace qu'ils voulaient tous contrer. Autant de raisons pour lesquelles Gus désapprouverait la présence de son jeune cousin. Peut-être que The Crow était imbattable. Peut-être que ses sbires attaqueraient Poudlard sans que les renards ne puissent protéger qui que ce soit. Peut-être qu'on les enlèverait dans leurs lits au milieu de la nuit pour leur faire subir d'horribles expériences, miroir inversé de la fin tragique de la Journée des non-magiques l'an passé. Et, plus effrayant que tout, peut-être qu'Argus allait balancer Billy à ses parents.

Ouais.

"J'vais avoir d-des ennuis ?"

Et même s'il souhaitait assumer sa décision, qu'il avait prise seule, et se montrer courageux pour affronter des terroristes, Billy se tourna vers Beckett, son mentor memesque, avec un regard suppliant :

HELP.
Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 352
Points : 881
En couple avec : la science
Re: parental control •• Gus & Beck Ven 10 Mai - 14:24

La réunion était terminée, tout le monde s'était présenté, quelques tensions étaient apparues mais Edwyn Ollivander, à la fin, avait mis les choses à plat, posé les bases de ce que pouvait devenir ce groupe pour le moins hétéroclite et conclu la séance. Toi, tu restes un moment assis quand les premières personnes se lèvent pour quitter la salle. Qu'est-ce qu'on peut tirer de tout ça? Tu préfères ne pas te lancer dans des conclusions hâtives, mais tu as l'impression que les choses peuvent aller dans le bon sens. Vraiment. Il y a de bonnes intentions, des personnes motivées, qui veulent faire ce qui est juste. Des personnes plus motivées que toi, et sûrement plus douées aussi. Le reste dépendra de votre organisation et surtout, de ceux que vous allez affronter. Tu es lucide sur ce point: quoi qu'il arrive, on ne se prépare pas pour un match de Quidditch. Les ennemis en face ne font pas semblant et les rivalités qui en émergeront n'auront plus rien à voir avec celles que l'on encourage depuis vos onze ans à travers la Coupe des quatre maisons. Tu te lèves après avoir fait signe à tes amis de ne pas t'attendre et tu rejoins la table à laquelle Billy était assis.

Il est assis dessus maintenant, avec ses bonbons, il a l'air content, presque insouciant. Ou plutôt, il avait l'air, avant de croiser ton regard. Tu ne sais pas exactement quel est ce regard, tu n'as pas l'habitude de faire des remontrances, encore moins de t'inquiéter autant pour quelqu'un d'autre que toi. Déjà, tu ne t'inquiètes jamais beaucoup pour toi. C'est difficile, de se sentir responsable d'un autre. Mais quand cet autre fait partie de ta famille, ça te semble étrangement naturel de venir lui demander qu'est-ce que le fuck, Billy. Il te salue avant que tu aies pu ouvrir la bouche, il semble nerveux. Tu descends les dernières marches qui vous séparent et tu profites quelques secondes de cette nervosité que tu sembles générer chez le pauvre gosse. Tu ne te pensais pas si impressionnant. Tu t'arrêtes devant la table et tu mets tes mains dans tes poches, l'air détendu.

Ça roule. Et toi?

Le ton est sérieux, mais tu ne peux t'empêcher de sourire légèrement sur la fin. Oh oui, tu le sens bien, le malaise. Billy sait qu'il a fait une connerie. Il sent qu'il est dans la merde. C'est bien, Billy. Tu m'évites de t'expliquer pourquoi t'es pas censé être là. Je vais avoir des ennuis? You sweet summer child.

J'sais pas, ça dépend de toi j'imagine.

Ton regard glisse imperceptiblement vers celui de Beckett Campbell. Pourquoi t'as l'impression qu'il n'est pas étranger à la présence de Billy en ces lieux? Mieux vaut poser la question, t'aimes pas tourner autour du pot. Le ton se fait plus sec, malgré toi. T'aimes pas jouer à ce jeu-là. Ça sent beaucoup trop l'hypocrisie et l'inversion des rôles.

Qu'est-ce que tu fais ici?

Oui, c'est vaste, comme question. Ça interroge beaucoup de choses. Comment a-t-il entendu parler de cette réunion? Pourquoi diable est-il entré dans cette salle? S'est-il seulement questionné sur l'intelligence de cette décision? L'a-t-il prise seul, du reste? Se rend-il compte du danger? Quelles sont ses motivations? Et de ces réponses dépend la tienne, Argus.

Oui, Billy risque les ennuis.

Et pas seulement à cause de toi.
PARENTAL CONTROL;
Mars 2029
Salle sur demande
Avec Billy et Beckett (BB)
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: parental control •• Gus & Beck Ven 10 Mai - 21:12

Mom is angry


run


Tous les enfants connaissent ce sentiment, même Beckett Campbell. Il s'est emparé du paquet de bonbons de billet et avait tiré une chaise près de la table pour les savourer dans un confort absolu. Tout se passait tranquillement, le buffet est là, n'attendant qu'eux... Et une vague de malaise, venant dans son dos. L'innocent islandais ne remarque rien, c'est Billy qui annonce l'arrivée de son bro. Le jeune homme tourne légèrement la tête pour l'avoir dans son champ de vision. Tiens ? Un petit silence ? Beck hausse légèrement les sourcils.
C'est lui ou c'est tendu ?

Beckett entendait les tumbleweed passer et le vent souffler, dans cet échange. Il va doucement prendre son verre et le sirote en silence, regardant ailleurs. Ils l'avaient coincé dans un soucis familial dont il n'avait pas envie de se mêler.
Pourtant il sent le regard d'Argus sur lui, et il vient le croiser, lentement.

- 'sup.


Hey Argus. Comment ça va depuis ? Content de te voir aussi. Non, vraiment, il aurait bien aimé profiter d'un moment sobre avec lui, en dehors du règlement de compte Catwright.

Qu'est-ce que Billy fait ici ?
Beck tourne la tête vers le blondinet, posant son verre et
Oh.
Il est impliqué.
Oh boy, le malaise est contre lui également ! Oh, il est mal. Beckett laisse son verre de côté et croise finalement le regard suppliant de Billy. Il ne lui laisse pas l'occasion de filer en douce uh... L'islandais se racle la gorge et remue un peu sur sa chaise.
Pour Billy.
Pour DarkWizard666.

- Il se pourrait que je lui ai parlé du buffet...

Après lui avoir parlé de la réunion contre les forces du mal, un rassemblement qui allait mener à la formation des nouveaux Avengers. L'information lui avait échappé pendant une partie de LoL, que voulez vous.
Il esquivait le regard de l’aîné, et il ose finalement le lever vers lui, tentant un air innocent, et un léger sourire. C'est sa faute. Et il est palpable, ce malaise, mais c'est Argus non ? Il allait le gronder ? Quand même pas...
Si ?

- C'est cool de te voir Catwright. Catwright Senior. Argus. Bonbon ?

Et il lui tend le paquet. La nourriture, ça calme non ? On se met tous d'accord sur les sucreries...
Oh, et

- Je te propose un bonbon, je te surnomme pas bonbon... Juste.. prends en.

Au cas ou c'est confus.
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Catwright
mage level 42
mage level 42
Billy Catwright
Messages : 634
Points : 808
Re: parental control •• Gus & Beck Sam 11 Mai - 16:04


Oh dear, we are in trouble
Billy comparait souvent sa mère à un dragon. C'était elle qui faisait les règles, à la maison. Bien que Peggy Catwright soit un petit sucre, personne n'aurait sérieusement songé à la contredire, ou pire, à bafouer les règles. Même Billy. Il trouvait étonnant qu'elle n'ait aucun lien de parenté avec Argus, à ce moment-là. Ce petit "ça roule, et toi ?" lui rappelait un peu trop les nonchalants "fais tes devoirs si tu ne veux pas que j'annule ton abonnement World of Wacraft" de maman Catwright. Il arracha, d'instinct, un petit rire nerveux à Billy :

"Ha-ha."

"Je suis dans la merde."

"J'sais pas, ça dépend de toi j'imagine", enchaînait le cousin.

Qu'est-ceeee que ça voulait dire ? Il était dans la merde ou il n'était pas dans la merde ? Billy trouvait que le ton d'Argus était trop strict mais sa posture trop détendue pour l'informer clairement de la situation dans laquelle il s'était fourrée. Il n'avait besoin que de savoir une chose : allait-il oui ou non cafter à ses parents ? C'était trop stressant.

"Hmghf", lâcha Billy, quand Beckett avoua lui avoir parlé… du buffet.

Ce n'était pas faux. Ce n'était pas toute la vérité. Mais pouvait-il lui reprocher de la dissimuler quand tout n'était que de la faute de Billy ? C'était déjà généreux de sa part de répondre à sa place et de le couvrir un peu. Billy aussi, il avait envie de regarder ailleurs et de s'effacer en mode ninja, ce qui était probablement l'idée qui traversait l'esprit de Beckett Campbell alors qu'il faisait enfin face à Argus. Damn Argus, tu nous avais caché que tu ferais une mère aussi stricte.

"C'est cool de te voir Catwright. Catwright Senior. Argus. Bonbon ?"

Pendant que son maître memesque s'enfonçait un tout petit peu en trouvant différentes façons d'appeler Gus – Billy n'était pas sûr que l'appeler "bonbon" puisse l'amadouer, mais bon c'était sympa de savoir qu'ils s'entendaient aussi bien – le cadet réfléchissait à toute allure à ce qu'il devait dire pour ne pas mettre son cousin en colère. Il n'avait pas envie de le décevoir et ce qu'il percevait là ne le mettait pas en confiance. C'était de sa faute, il devait l'assumer. Ni Beckett ni les bonbons ne pourraient le sauver. Il avait pris une décision et il devait l'assumer seul.

"C... c'pas la faute d-de Beck."

Mais damned ce serait plus facile si Argus cessait de le regarder comme s'il allait le priver de télé !

"C'pas la f-faute de Beck si j'suis là", reprit le petit blaireau avec un peu plus de volonté. "Je voulais pa-participer à la réunion. Co-comme vous", ajouta-t-il sans réfléchir.

Peut-être que se comparer à deux élèves plus âgés et expérimentés que lui n'était pas une bonne idée. Mais il était lancé :

"T-tout le monde ici a de bo-bonnes raisons de se b-battre pour Pou-Poudlard. Je veux nous d-défendre aussi. Je suis pas dé-débile", marmonna-t-il en fixant ses pieds qui se balançaient, "je sais que c'est d-dangereux."

Il releva légèrement le nez pour regarder Beckett, non plus pour lui demander de l'aide, mais pour trouver un peu de courage. Il n'osait toujours pas affronter le regard d'Argus. Oui, la réaction de ses parents, et celle de sa mère en particulier, était une chose qui le terrifiait, mais ses parents étaient à des kilomètres de là. Billy trouvait soudain plus effrayant de confronter son cousin, qui savait exactement ce qu'il se passait à Poudlard et pourquoi il était important d'agir. En son for intérieur, il était fier de l'avoir trouvé ici, tout comme Beckett ; deux personnes importantes à ses yeux avaient les mêmes objectifs que lui, attachaient la même importance que lui à cette école, et il ne les en aimait que davantage. C'était pour cela que leur avis et leur approbation comptaient pour lui, et plus que ceux de n'importe qui d'autre en cet instant.
Voir le profil de l'utilisateur
Argus I. Catwright
Canard de l'espace
Canard de l'espace
Argus I. Catwright
Messages : 352
Points : 881
En couple avec : la science
Re: parental control •• Gus & Beck Dim 12 Mai - 20:54

Tu suis l'échange non verbal entre Billy et Beckett, ainsi que la réponse évasive du Serpentard, avec un regard circonspect. C'est pas du tout louche. Tout comme la gêne apparente de ton camarade de boisson, lui qui est toujours si nonchalant. Tu essayes de croiser son regard, en vain. Tu fais pas si peur que ça, quand même? Qu'est-ce qu'il a à se reprocher pour être aussi fuyant? Sa simple présence entre vous deux est peut-être une explication suffisante. Personne n'aime se tenir au beau milieu d'une dispute de famille. Pas vrai, Billy? Beckett croise finalement ton regard et tu essayes de ne pas plisser les yeux devant son hésitation. Catwright. Catwright Senior. Argus. Bonbon- bonbon? Tu regardes Beckett. Tu regardes le paquet. Tu prends une sucrerie, méfiant. C'était pas un fizwizbiz? T'aimes pas les fizwizbiz. Mais un petit nougat, c'est bon, valeur sûre ça. Tu ne risques rien, et puis il faut te détendre. C'est sûrement le message implicite de Beckett.

Tu prends un deuxième bonbon dans le paquet, et tu tires une chaise pour t'asseoir avec eux, signe que t'es là pour faire la paix et pas pour distribuer des tartes. T'espères qu'ils arrêtent de te regarder comme si t'allais distribuer des tartes. Tu sais bien que t'es pas leur mère et qu'ils ont le droit d'être là. Même Billy, qui prend la défense de votre ami commun. Il a l'air hésitant; plus que d'habitude avec le bégaiement, mais il tient à s'expliquer. Il voulait participer au même titre que vous, défendre Poudlard lui aussi. Il en a le droit, c'est vrai. Tu aurais juste préféré qu'il ne fasse pas ce choix. Je suis pas débile. Je sais que c'est dangereux. Non, ça c'est pas compatible avec ta façon de penser. Les personnes intelligentes ne se mettent pas en danger. Tu attends d'avaler ton nougat avant de répondre. On dirait que tu fais planer le suspense, mais ça colle aux dents, c'est pas très pratique. Finalement tu soupires:

Je sais bien que t'es pas débile, Billy. C'est pour ça que ça me surprend de te voir ici. Tu te tournes vers le Serpentard. No offense Beck. Mais il faut être un minimum stupide pour se mettre en travers d'un groupe terroriste.

Tu regardes Billy, puis Beckett, puis le reste de la salle.

Et pourtant on est là.

Tous les trois. Avec une vingtaine d'autres débiles, dont certains sont tes amis. Tu finis par lâcher un sourire nerveux:

Je sais pas trop ce que ça dit de nous.

Probablement que vous êtes tous un brin suicidaires. Mais le danger est réel, la menace n'attendra pas qu'on la déloge de son nid pour avancer. Mieux vaut se préparer maintenant plutôt que de l'affronter au dernier moment, dans une attaque surprise, au milieu d'une salle de classe ou dans la rue. À choisir, mieux vaut se battre aux côtés de ses amis.

Garder les personnes qui nous sont chères à portée de vue.

Tu t'adresses à ton cousin:

Tu pourrais aider autrement, tu sais. T'es pas obligé de prendre part à... ce qui va se passer. Quoi qu'il va se passer.

Là, tu te tournes vers Beckett, inquiet. Parce que tu ne sais pas. Tu n'as aucune idée de ce qui vous attend, et tu n'aimes pas l'idée d'emmener Billy avec toi. Bien qu'à y penser, c'est peut-être Billy qui t'emmène avec lui.

Ça vous fait pas peur?
PARENTAL CONTROL;
Mars 2029
Salle sur demande
Avec Billy et Beckett (BB)
Voir le profil de l'utilisateur
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: parental control •• Gus & Beck Ven 17 Mai - 0:14

Mom is angry


run


Ce n'est pas de la faute de Beck !
Oh le con.
Beckett tourne la tête vers lui. Il assume ? Oh, qu'il grandit vite... Il laisse s'échapper un soupir silencieux. Et Argus accepte les friandises, s'assied, et Beckett se détend. Cette tention, courte mais intense, semblait déjà sortir de la salle en leur faisant coucou de la main. Lui même se sert, et écoute le jeune blaireau s'expliquer.

Comme eux ?
Beck retient sa respiration : est-ce que cela sous entendait qu'ils étaient ses modèles ? Il se souvenait des fois où il disait vouloir explorer des temples, comme Indiana Jones... Quand même pas la même chose, non ?
Et il croise son regard. Oh boy, lui même ne savait pas quoi faire en ce moment ! Alors il lui adresse un sourire en coin. Billy avait encore l'air sous pression, face au terrible Argus Mom Catwright, il sera au moins là pour le soutien moral !
L'aîné prend son temps, mais finit par répondre.
D'ailleurs, pourquoi le besoin de lui préciser no offense ? L'islandais plisse les yeux, fixant Argus. Il ne brillait pas d'intelligence, c'est sûr, mais il ne se donnait pas non plus la peine. Certaines choses allaient devoir changer. Beck le toise vite fait du regard, de haut en bas, avant d'attraper un verre en plastique et de le remplir avec la première bouteille de soda qui passe.

- Qu'on est un minimum stupide et prêt à défendre ce à quoi on tient ?

Il fixe son verre, puis soupire. Poudlard ne semblait à priori pas trop important à ses yeux, pourtant il redoutait de perdre cet endroit. C'est comme un syndrome de Stockholm, un lieu qui l'arrache à son seul parent, où il crée sa propre famille, et qui va la lui reprendre dans un an à peine, en plus de disparaître de sa vie. Finalement une sorte d'endroit qu'il aurait pu appeler "chez lui". Qu'il le veuille ou non, la majorité de ses souvenirs appartiennent à ces murs.
Beck hoche la tête, acquiesçant aux dires de son ami. Billy n'a pas besoin de se battre aux premières lignes, mais pouvait aider depuis un endroit sûr. Le monde a besoin d'un DarkWizard666 sain et sauf !

Et enfin, il soutient le regard d'Argus, sans pouvoir réprimer une légère moue. L'islandais prend une grande inspiration, ramenant ses pieds sur la chaise, ses genoux près de lui.

- Hm.

Il n'y réfléchissait pas, à la peur. Ou plutôt il agit avant qu'elle ne l'entrave, se privant de l'occasion de réfléchir. Mais maintenant que la question est posée... Son regard se pose sur sa boisson, qu'il fait tourner dans son gobelet. Il se souvenait de cette sortie à Beauxbâtons. De ce type qui l'avait complimenté, et il ne comprenait toujours pas pourquoi. Mais le plus marquant restant l'explosion, si proche d'eux.

- J'ai peur.


Désolé Billy, il n'est pas un héro sans peur et sans reproches. Il se souvient de ce message exacerbant le pouvoir des sorciers, accusant les minorités, profitant des troubles récents, du leader charismatique... Tous les éléments pour mettre le feu aux poudres, qu'on le veuille on non. D'autres avant eux ont déjà pensé "mais cela n'arrivera jamais", et c'est comme ça que Trump a été élu, d'autres sales types avant lui, et c'est aussi comme ça que l'article 13 est passé, parce qu'on a cru que c'est trop gros pour arriver.
Et s'ils y croyaient pas à ce risque, y auraient pas les Foxes. Comme s'ils avaient confiances aux autorités, ils n'y auraient pas les Foxes non plus.

- Cela pourrait déraper. Ça va probablement déraper. Il a déjà fait exploser des trucs.

Beck soupire et se passe une main sur le visage. Ses deux catwright préférés voulaient en plus se frotter au Crow. Et il fait comment lui, sans son bro et son petit frère spirituel ?

- On n'a rien demandé, on n'est que des gamins. Et des types enlèvent des cracmols, et puis menacent d'exploser des écoles, en à peine deux ans...

Une ambiance, quelle ambiance ?
Il ne pouvait pas s'empêcher de penser à Nassim, grand gaillard qu'il n'avait même pas pu empêcher de se faire kidnapper. Son bro. Pouf, disparu, en plein ministère.
Mais c'est à propos de Billy.
Il esquisse un léger sourire, fixant le jeune homme du regard. Hors de question de revivre ça.

- Hm. Je crois surtout avoir peur qu'il arrive quoique ce soit à mes proches. Donc ouais, on aura besoin que tu fasses attention à toi, Billy, ok ? T'es le mec intelligent entre nous trois, donc...


Il se tourne vers Argus.

- No offense...


D'accord, c'est purement pour lui rendre cette petite pique. Argus est le type intelligent.
Voir le profil de l'utilisateur
Billy Catwright
mage level 42
mage level 42
Billy Catwright
Messages : 634
Points : 808
Re: parental control •• Gus & Beck Sam 15 Juin - 18:54


Oh dear, we are in trouble
La plus grande crainte d'un cadet, c'est de se faire infantiliser par ses aînés. S'entendre dire "tu n'en es pas capable" ou "tu ne te rends pas compte de ce que tu fais". Argus disait les choses différemment, et pourtant Billy savait qu'au fond de lui, il devait le penser. T'es trop jeune pour ça, Billy. Mais pas débile. C'était au moins ça. Le jeune Poufsouffle soupira, un peu soulagé. La tension sembla s'envoler. Le pouvoir des... bonbons ? Ou la nonchalance de Beckett, contagieuse. Billy se crispa un peu quand son cousin les traita indirectement d'idiots, avant de signaler "on est là". Ses épaules se détendirent et il lâcha un sourire désolé. Ouais. Stupides mais prêts à défendre ce à quoi ils tenaient. Il échangea un regard avec Beckett, puis avec son cousin.

"Tu pourrais aider autrement, tu sais. T'es pas obligé de prendre part à... ce qui va se passer. Quoi qu'il va se passer", dit Gus.

Beckett hocha la tête. Billy prit un bonbon, pensif.

"Ben... j'veux pas spé-spécialement me b-battre en p-première ligne, hein !" Ce garçon était un Poufsouffle, rappelons-le, pas un suicidaire. "Je s'rais con-content d'agir où je peux être u-utile. Mais j'y ai p-pas encore réfléchi."

Ni Gryffondor, ni Serdaigle. Il aurait peut-être dû se poser cette question avant de s'engager, mais il pensait récolter des idées à la réunion d'information. Maintenant qu'il était sûr de son engagement, restait la grande question : COMMENT. Billy se gratta le menton, pensif. Pendant ce temps, Argus faisait part de ses inquiétudes.

"Ça vous fait pas peur ?"

La question sembla soulever un peu de malaise. Billy lui-même n'avait pas envie d'y répondre, alors qu'il savait parfaitement qu'il avait la trouille. Mais face à ses deux camarades engagés, à qui il venait de jurer que sa décision était prise, il ne pouvait pas l'avouer. C'était ce qu'il pensait, avant d'entendre le Serpentard répondre :

"J'ai peur."

Billy fixa Beckett en silence, puis ses pieds en réalisant que son regard était peut-être un poil insistant. Il ne tenait pas à le mettre mal à l'aise. Il comprenait. Ses modèles, comme lui, étaient effrayés. Humains, quoi. Enfin... sorciers. Mais humains. Mortels. Potentiellement en danger. Billy s'en rendait bien compte avant de venir, mais entendre son aîné rappeler ce que The Crow avait fait et ce qu'ils risquaient rendait les choses plus réelles. Sa décision devenait réelle. Son engagement devenait réel. La présence de Beckett et Argus à ses côtés dans tout ça devenait réelle aussi. C'était à la fois rassurant et inquiétant. Il ressentait le même sentiment avant un match d'hippoball, quand il se tenait à la lisière des vestiaires et du stade avec ses coéquipiers. Nervosité, anticipation, confiance. Billy réalisa que son cœur battait plus vite que la normale et inspira lentement pour calmer les tremblements dans ses doigts, quand Beckett lui demanait de faire attention à lui.

"J-je f'rai a-att-attention. On se p-protègera mu-mutuellement, p-p-pas vrai ? On a p-peut-être peur, m-mais on est nom-nombreux, n-nous aussi."

Toute une école, toute une générations d'élèves qui ne voulaient pas vivre dans la peur, ne voulaient pas être des victimes. Billy bégayait plus que d'habitude mais ne força pas son élocution, ça cachait les tremblements de sa voix aussi. Un début de sourire souleva ses lèvres à la dernière pique, adressée à son cousin cette fois. Il regarda Beckett, puis il regarda Argus, et ses yeux se posèrent sur le paquet de bonbons. Il ne savait pas comment formuler ce sentiment contradictoire qui serrait sa cage thoracique, alors pendant un moment, il ne dit rien. Il était simplement content d'affronter ça avec eux, même si ça voulait aussi dire craindre pour eux.

Heureusement, Gus comme Beck étaient plus expérimentés et Billy pouvait leur faire confiance pour lancer des sorts et se défendre seuls, pas comme lui qui galérait encore avec un charme du bouclier. Il devait trouver une autre façon de se rendre utile. Quelque chose qui ne le mettrait pas en danger, ou au moins, quelque chose qui n'inquiéterait pas ses proches.

"Et s-si je faisais d-des badges ?"

Il en fabriquait pour soutenir Poufsouffles pendant les matchs de Quidditch et d'Hippoball, pourquoi pas pour contrer subtilement The Crow ? Il se tourna vers Beckett :

"Tu pou-pourrais faire d-des meme anti Crow et on ferait co-co-comme avec les ordinateurs", sourit-il, malicieux, au souvenir de leur rencontre IRL.

Crow piratait le réseau, Beckett pouvait pirater sa crédibilité.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: parental control •• Gus & Beck

parental control •• Gus & Beck
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [SOFT] KASPERSKY : Un anti-virus et bien plus pour Android [Démo/Payant]
» Norton Family parental control
» [Requete] Contrôle Parental
» [THEME] Control volume HD1 et HD2 mis à jour 26/09
» [Beck, Béatrix] Une lilliputienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Septième étage :: Salle sur demande-
Sauter vers: