bet on you - 03/2029 (ella)

O. Kain Heikkinen
l'Assassin des Serpentards
l'Assassin des Serpentards
O. Kain Heikkinen
Messages : 189
Points : 638
bet on you - 03/2029 (ella) Dim 19 Mai - 14:53



Des traces de coups qu'il n'avait pas eu la force d'effacer, des traces de ces larmes séchées qu'il avait eu la faiblesse de laisser couler. Du sang collé sur les doigts et des écorchures sur la peau, de la poussière sur ses vêtements, sales de s'être laisser frapper si facilement puis d'avoir chuté contre le pavé dur et froid des chemins de l'école; il titubait. Le cliquetis irrégulier de sa prothèse mécanique lui semblait plus lointain à chaque pas qu'il faisait, douloureux, comme une cassure qui ne s'arrêtait jamais et qu'il désespérait de pouvoir soigner. La douleur si grande en guise d'anesthésiant, il avait monté les marches le regard vide et complètement décoiffé, sous des regards plus curieux que réellement inquiets. Il se moquait de tout ça, il ne les voyait pas, se contentant de tracer en ligne droite le chemin le plus court qui soit jusqu'au deuxième étage.

C'était un peu avant le couvre-feu, qu'il avait frappé à la porte de la seule personne qu'il pensait capable de pouvoir l'aider. Après tout, tu comprendrais, pas vrai ? Toi aussi, tu trahissais. Toi aussi tu blessais. Vous étiez pareils, et tu étais adulte. Tu devais avoir l'habitude, c'est ce qu'il avait pensé, ce Kain démuni qui ne demandait jamais l'aide de personne d'ordinaire.
Mais ce soir c'était différent.
Il se sentait foutu.
Détruit. Il avait mal.
Et Owain ne pourrait pas l'aider, il ne pourrait pas comprendre.

Owain ne pouvait pas être là, il ne le permettrait pas.

Il avait toqué une nouvelle fois contre le bois, la tête baissée et les yeux clos, il avait toqué jusqu'à entendre une réponse, jusqu'à voir la porte s'ouvrir pour pouvoir enfin peut-être respirer un peu mieux. Et si tu n'avais pas été pas là, Ella, il serait resté à frapper cette porte toute la nuit. Peu lui importait à présent qu'il s'était égaré. Si tu n'avais pas été là, il aurait continué demain encore tant le geste était devenu mécanique. Il ne s'entendait même plus toquer, jusqu'à ce que cette porte s'ouvre finalement et que ses doigts blessés ne s'arrêtent à quelques centimètres à peine de tes vêtements.

« J'ai besoin de vous parler, professeur Panopolis, avait-il déclaré faiblement tandis que son regard s'était relevé dans le tien. »

Voir le profil de l'utilisateur
Ella Panopolis
Professeur d'Alchimie
Professeur d'Alchimie
Ella Panopolis
Messages : 68
Points : 168
Re: bet on you - 03/2029 (ella) Dim 9 Juin - 19:20


bet on you - 03/2029 (ella) Tumblr_psopwivcn61u7un4fo1_540

Cruel world

Feat Heikkinen


Elle avait mis sur l'antique tourne disque, qui trônait en équilibre sur une commode pleine de bazar et de poussière, un vieux disque qui grésillait, crachotant un air un peu entraînant. De la musique grecque, moldue pour être plus précise, qui invitait à danser. Que son père mettait à la maison, quand elle était enfant, avant de prendre la main de sa mère et la faire tourner au rythme de plus en plus pressant des guitares et mandolines. Et elle les regardait les yeux grands ouverts, fascinée par les pans de la robe blanche de coton qui voltigeait, légère, autour de sa mère, et des éclats de rires de son père qui esquivait les pas maladroits de sa cavalière.
Elle tapotait des doigts sur son bureau au rythme de la musique, tandis qu'elle grattait de sa plume, les pages blanches de son carnet, dessinant plus qu'elle écrivait, ses pensées, en grec.
Cet élan de retour aux sources, se justifiait par l'idée qu'elle avait d'embrumer ses pensées à l'intrusion impudique du corbeau. Parce qu'il ne comprenait pas le grec. Et même s'il pouvait voir ses souvenirs, lui faire voir quelques horreurs, elle préférait se rassurer en fermant au mieux les sinueuses limbes qui peuplaient son crâne. Quitte à chercher ses mots en anglais, ou jurer en grec, plus que d'habitude.
Elle fut néanmoins rapidement tirée de ses pensées par une série de coups mécaniques tant par leur rythme que leur tonalité, contre la porte de sa salle de classe. Comme ils ne s'arrêtaient pas, et que même si l'épaisseur de la porte de son bureau, qui l'éloignait de cette source de bruit, couplé à la musique crachée plus que diffusée par son tourne-disque ne parvenait pas à couvrir, elle finissait par se lever, en soufflant, et en quelques secondes, elle ouvrait la porte, offrant au gêneur ses traits sévères tirés par un agacement profond.

Si vous pouviez taper un peu moins fort, que je fasse semblant de ne pas entendre sans que cela ne m'agace...
Lâchait elle froidement, tandis que ses yeux fatigués, perçant à travers la demie pénombre de la salle et du couloir, distinguaient le visiteur. Elle fut frappée tout à la fois par l'air familier du jeune homme, et les traces de coups, de sang mêlé à de la saleté. Elle restait de marbre, quelques secondes, tandis qu'elle cherchait dans les tréfonds de sa mémoire son nom. Il était disciple du corbeau, enfant perdu, pas l'air de savoir ce qu'il foutait là, doublé d'un feu indescriptible qui brillait au fond de ses yeux, malgré la fatigue, la douleur et le semblant de détresse qu'on pouvait y lire. Elle eut un déclic, au moment où la dernière note de la danse de Zorbas mettait fin au bruit de fond apaisant.  

Heikkinen hein ? Entrez, entrez et avancez droit dans mon bureau, évitez de mettre du sang dans ma salle de classe j'ai un cours demain avec les 5e, ils vont me poser des questions gênantes.
Finissait elle par dire en le poussant gentiment par l'épaule pour refermer la porte derrière lui.
Une fois dans son bureau, elle lui indiquait en levant le menton l'un des fauteuils abîmés mais néanmoins confortable, avant de se tourner vers ses armoires pour en sortir un flacon d'alcool à 90°, un chiffon propre et de l'eau qu'elle posait sans délicatesse sur le bureau à côté de lui.

Pendant que vous nettoyez vos plaies, dites moi ce qui vous amène, en allant à l'essentiel. Mais respirez un bon coup avant.

Elle attrapait pour elle un peu de Whisky qu'elle faisait couler dans un godet et s'asseyait dans l'autre fauteuil en face du jeune homme, attentive à ses gestes, prête à céder à ses instincts maternisant mal placés.

Voir le profil de l'utilisateur
O. Kain Heikkinen
l'Assassin des Serpentards
l'Assassin des Serpentards
O. Kain Heikkinen
Messages : 189
Points : 638
Re: bet on you - 03/2029 (ella) Lun 17 Juin - 17:30



Tu étais restée là un instant sans qu'il ne prenne la peine de réagir. L'esprit vide à ne faire qu'attendre une réaction de ta part, même l'entraînante musique en fond ne semblait pas atteindre ses oreilles. Il se sentait comme anesthésié et pourtant il avait encore si mal. Prêt à chuter au moindre faux pas, finalement il valait peut-être mieux qu'il n'entre pas et qu'il reste ici jusqu'au petit matin. Peut-être qu'il s'écroulerait, sans doute qu'il partirait. Il n'était plus sûr de rien et malgré ça il était entré. Il attendit tes indications avant de se laisser tomber maladroitement dans le vieux fauteuil que tu désignais. Sa jambe avait lâché et sa prothèse était cassée, dans d'autres circonstances il aurait déjà soupiré. Il aurait râlé et serait partit en rampant s'il le fallait, loin de toute la honte que c'était pour lui d'avoir l'air aussi faible. Seulement même sa fierté semblait l'avoir abandonné alors il n'avait fait que laisser son regard se perdre sur le fer crasseux de la jambe artificielle avant de le détourner sur le matériel que tu posas sur le bureau. Claquas. Sur le bureau. Il n'en avait pas besoin.

Tout était trop silencieux ici.
C'est toi qu'il regardait, à présent. Plus il t'observait plus il se demandait ce qu'il foutait ici. Pourquoi c'était vers toi qu'il s'était tourné déjà ? Aucune idée.

Il n'a pas prit le temps de respirer.

« J'ai abandonné mes proches, les derniers mots sortirent amers, c'était pas l'intention de base mais- »

Il avait perdu espoir et la fatigue drapée de colère lui avait fait perdre les pédales, alors il avait tout gâché. C'était pas la première fois qu'il foutait tout en l'air comme ça, c'est juste que là il n'était pas certain de parvenir à recoller les morceaux.

« On fait comment pour pas vouloir crever dans ces moments-là ? »

Voir le profil de l'utilisateur
Ella Panopolis
Professeur d'Alchimie
Professeur d'Alchimie
Ella Panopolis
Messages : 68
Points : 168
Re: bet on you - 03/2029 (ella) Dim 25 Aoû - 0:33


bet on you - 03/2029 (ella) Tumblr_psopwivcn61u7un4fo1_540

Cruel world

Feat Heikkinen


Elle l’observait, en sirotant son verre de Whisky. Putain de corbeau, qui la noyait d’angoisse dans ses vices. Il avait l’air de porter sur ses traits émaciés, toute la fatigue du monde ce gamin. On aurait dit qu’il s’était fait rouer de coups et rouler dans la poussière. Si elle ne se forçait pas à rester le cul vissé dans son siège pourri, elle se serait levée depuis bien longtemps pour lui nettoyer la tronche, avec un chiffon et un peu de bave si l’eau venait à manquer. Comme une mère, qu’importe la race, du règne animal, le ferait pour le petit intrépide de sa portée. Et pourtant, elle ne connaissait pas ce gamin.

« on fait comment pour pas vouloir crever dans ces moments-là ? »
Il n’avait pas pris ce qu’elle lui avait tendu pour qu’il se débarbouille ou au moins désinfecte ses quelques plaies. Et surtout, il posait des questions existentielles, comme beaucoup de monde en tout instant. Mais Ella n’avait pas le temps de calculer le nombre de personnes qui sur Terre, se demandait la même chose, tout comme elle n’avait pas le temps de trouver une solution à ce genre de question. Parce qu’il n’y en avait pas tout simplement.
Elle buvait une gorgée supplémentaire, et posait le godet en expirant lentement. Puis elle se levait, et se tournait vers le vieux tournedisque, pour redémarrer la danse de Zorbas, à plus faible volume. Ce soir, elle avait besoin d’un rythme entraînant pour maintenir celui de son coeur. Parce que l’alcool comme la misère du gamin vissé dans son fauteuil n’allait pas lui garantir une stabilité cardiaque.


« Je ne suis pas psychologue, et mon penchant pour la philosophie ne traite pas la mort à la lumière de la volonté de mourir face aux épreuves de la vie. »

Elle n’avait peut être jamais prononcé une phrase aussi longue de sa vie, d’une traite en tout cas.
Elle s’approchait à nouveau du jeune Heikkinen, et extirpait sa baguette de sa poche. Elle avait une intense flemme de décomposer les mouvements à la vitesse moldue. Tapotant sur le chiffon propre et désinfecté, elle le trempait d’abord dans de l’eau avant de le projeter à vitesse raisonnable contre le visage de son élève. Le morceau de tissu, en douceur, enlevait la poussière, avant d’être relayé par un autre chiffon, cette fois ci imbibé d’alcool, qui vint délicatement caresser les plaies qui parsemaient son visage et la peau apparente de ses mains.

« Vous savez Heikkinen, la vie, même quand elle est terrible, continue de s’entretenir, d’une manière ou d’une autre, comme le rouage précis d’une horloge. »
Elle attrapait pour elle un peu de Whisky qu'elle faisait couler dans un godet et s'asseyait dans l'autre fauteuil en face du jeune homme, attentive à ses gestes, prête à céder à ses instincts maternisant mal placés.

« Et la vie, pour qu’elle soit appréciable, se doit d’être entretenue… avec les bons ingrédients, matériaux, quelque chose comme ça. »
Elle racontait quelque chose d’un peu brouillon, plus pour elle que pour son jeune élève. Elle ne savait pas réconforter qui que ce soit. Buvant une gorgée supplémentaire, elle reposait machinalement le godet sur le bureau, et jetait un coup d’oeil à la jambe de Kain.

« Au cliquetis sinistre que vous avez produit pour venir jusque dans ce fauteuil, je suppose que vous avez la patte folle. Posez donc votre sabot de fer sur ce tabouret, que j’y vois mieux. Peut être que je peux faire quelque chose pour vous.  Elle marquait une pause, un instant, avant de reprendre.
Et continuez de me parler, si vous en avez envie. Je vous promets pas de répondre ce que vous avez besoin d’entendre par contre. »
 


Voir le profil de l'utilisateur
O. Kain Heikkinen
l'Assassin des Serpentards
l'Assassin des Serpentards
O. Kain Heikkinen
Messages : 189
Points : 638
Re: bet on you - 03/2029 (ella) Mer 18 Sep - 0:30



« On fait comment pour pas vouloir crever dans ces moments-là ? »
Comment on fait pour continuer à vivre dans ces moments-là ? Comment tu fais toi, Ella ?

La tête basse et le regard dans le vide, en réalité il n'attendait aucune réponse en particulier. Il avait chaud au coeur, l'impression affreuse que les plaies de son corps le consumaient lentement, le brûlant jusque son palpitant. Il ne lui faudrait que peu de temps avant qu'il n'arrête de battre. Et après ça, il mourrait, sans savoir s'il le désirait ou s'il en avait toujours aussi peur. Il mourrait. La fin serait moins triste qu'il ne l'aurait pensé, simplement bien plus pitoyable qu'il ne l'aurait espéré.

Tu n'étais pas psychologue, non bien sûr que tu ne l'étais pas Ella, mais, tu sais, il s'était dit que. Que peut-être. En fait il ne savait plus ce qu'il s'était dit et, à vrai dire, il t'écoutait à peine.

Seule la sensation du tissu sur la peau déchirée de sa joue lui arracha un regard, qu'il t'adressa, plus vide qu'il ne l'avait jamais été. Il n'avait pas dit un mot ni n'avait rien fait pour te repousser, mais ses doigts s'étaient resserrés lentement et toutes ses pensées éclataient soudain en mille morceaux. L'alcool pour désinfecter les plaies lui déchirait l'âme jusqu'aux os, pourtant il ne grimaçait qu'à peine, plongé dans ce silence qui n'avait rien de reposant. Il avait envie de pleurer.

Tu n'avais pas aidé.
Même si tes mots n'avaient rien de plus vrais.
La vie, même quand elle est terrible, continue de s’entretenir.

L'humidité du tissu pour cacher ses larmes mais rien pour étouffer sa respiration, fébrile. Touché en plein coeur, coulé sans une seule once de compassion. Ou bien peut-être, peut-être qu'il y en avait trop justement, de la compassion. Dans tes paroles, dans tes gestes, dans le ton de ta voix.

Il y avait eu cet instant après la demande, cet instant de silence dans la douleur, qui avait figé sur ses lèvres l'esquisse d'un sourire très discret. Kain avait toujours mal au coeur mais bizarrement il sentait qu'il allait mieux. Au moins un peu. Ça ne durerait pas, mais pour ce soir il n'avait rien besoin d'autre que d'un peu d'espoir et tu venais de le lui rendre, cet espoir. Demain il n'en resterait que des volutes de fumée noire. Ce soir il se contenterait de le chérir tendrement, comme il le faisait avant -avec Allyson.

« Vous êtes vraiment pas faite pour être psy', m'dame. »

Mais il y comptait quand même un peu, d'ailleurs sa jambe de fer trônait déjà sur le tabouret tandis qu'il avait relevé le visage pour te regarder, et dans ses yeux se mêlaient tristesse et gratitude, ce merci qu'il n'était pas prêt à prononcer.

« J'peux en avoir un verre aussi ? quémanda t-il en désignant d'un hochement de la tête la bouteille de whiskey. Dites-le si j'en d'mande trop. »

Ça lui donnera une raison de continuer.

« J'voudrais pas abuser. »

Il n'avait rien fait pour cacher les larmes silencieuses qui continuaient de s'écouler doucement sur ses joues.

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: bet on you - 03/2029 (ella)

bet on you - 03/2029 (ella)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Jordan, Toni] L'Impossible Miss Ella
» Mes Bella Ella, Lucie, Stéphanie et compagnie
» Cowboys & Aliens
» Ella.S.Wight ♥D2 ☠ Je suis le maïtre de mon destin et le capitaine de mon âme ♬
» [Jessica Sorensen] Ella et Micha, tome 4 : La tentation de Lila et Ethan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Deuxième étage :: Salle d'Alchimie-
Sauter vers: