oh my dear lord ; joy (03/2029)

Matthew J. Adler
Daddy Cool ★
Daddy Cool ★
Matthew J. Adler
Messages : 64
Points : 186
oh my dear lord ; joy (03/2029) Ven 31 Mai - 2:17

TELL ME YOU'RE OKAY

★ for @Joy McCullen ★ oh my dear lord
J'avais attrapé sa main d'un geste plus brusque que ce que je l'aurai voulu, sans réfléchir, sans me rendre compte de la force que j'avais mis dans ce qui aurait dû être un mouvement de réconfort. Au lieu de ça, je me contentais de la mener au travers des couloirs austères de Poudlard dans un silence pesant, jusqu'à ce que nous soyons sortis du bâtiment principal. A ce moment seulement, songeais-je à m'inquiéter de son état. Je me tournais finalement dans sa direction, contemplant froidement son visage marqué par l'altercation qu'elle venait d'avoir avec Kain.

Si j'avais bien conscience que la rage ne m'avait pas encore quitté, ce n'est qu'à ce moment que je réalisais le degré de colère circulait toujours dans mes veines. Au moment où je lâchais sa main, le tremblement de haine qui me secouais jusqu'alors m'apparu pour la première fois. Et ce n'était pas le seul symptôme. J'avais l'impression que mon cœur battait à même mes oreilles, dans un tintamarre assourdissant qui me prenais jusqu'au tempes. Chaque partie de moi, jusqu'à ma propre respiration dégageait l'énervement que je pouvais ressentir en cet instant.

La dernière chose que je voulais, c'était ajouter du stress à Joy, et en l'état actuel, c'était la seule chose que je semblais lui apportais. Il fallait que je me calme.

Mon pouce et mon index vinrent machinalement pincer l'arrête de mon nez après avoir remonté mes lunettes dans mes mèches faussement désordonnées, au moment où je lâchais un soupire libérateur. Dans le même temps, je me laissais aller à quelques pas de recul pour trouver appui sur une des arcades de la cour intérieur.

Tellement de mots se bousculaient dans mes pensées, mais aucun n'avaient sa place dans la conversation que nous devions avoir à présent. J'avais envie d'insulter ce gars qui avait oser lever la main sur la personne qui m'était la plus précieuse au sein de cette école. Envie de lui demander ce qu'elle avait l'intention de faire. Si elle était inconsciente ou tout simplement trop stupide. Lui dire que c'était ce que je passais ton temps à lui rabâcher, que malgré toute sa candeur, le monde était comme ça: pourri jusqu'à la moelle et rempli de gens qui ne pensent qu'à s'en prendre aux plus faibles. J'avais envie de lui crier dessus, et de la prendre dans mes bras, de passer mes doigts dans ses cheveux, de sentir sa respiration contre moi, de caresser sa joue juste pour vérifier qu'aucune larme n'y coulais plus. Je voulais lui sourire pour espérer remettre un peu de joie sur son visage, et pleurer de la voir ainsi. Jamais n'avais-je été gouverné par des sentiments si contradictoires. Aucun mot ne sortait de ma bouche, comme si aucune phrase n'était assez bonne pour exprimer les inquiétudes qui me hantais.

Mais la vérité, c'était que ce qui me tracassait le plus était d'une simplicité monstre. Et il fallut de longue secondes de silence pour que je m'en rende finalement compte. Toujours adossé contre la pierre froide de l'imposant château, je m'adressais enfin à la jeune femme avec un regard fuyard les les mains dans les poches, comme un ado se sentant coupable d'un énième connerie.

- Je t'en pris, dis-moi que tu vas bien.
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 138
Points : 389
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Lun 17 Juin - 5:34

But I'm only human
and I bleed when I fall down
C’était si soudain. Toujours sous le choc de la gifle de Kain, tu suis aveuglément Matthew dans le dédale de Poudlard. Sans faire attention à sa prise un peu trop serrée sur ton poignet ou au chemin que vous empruntiez : seule la douleur lancinante de ta joue continuait de résonner contre ta peau. Regard vide, tu ne cherches même plus à raviver la flamme dans tes prunelles pourtant toujours teintées de lumière et de joie de vivre – amorphe et déconnectée de la réalité, espérant toujours que ce n’était qu’un cauchemar. Kain n’avait pas pu commettre cet acte. Kain ne t’avait pas repoussée. Kain ne t’avait pas frappée. Il ne pouvait pas, il ne l’aurait jamais fait. C’était comme ton frère, il ne pouvait pas t’avoir réellement blessée.

Pourtant, tu ne te pinces pas. Comme pour te prouver que ce n’était qu’un mauvais rêve, ne pas avoir la confirmation que c’était bien réel.
Vivre dans tes pensées sans te confronter à ce qui s’est passé.

Tu as la vague conscience que tes jambes ont cessé de bouger et que la chaleur de Matthew s’était dissipée. Tu esquisses un faible mouvement pour retenir sa main, tremblotant malgré toi alors que ton cœur sursaute dans un nouveau marathon. Kain t’avait rejetée, tu ne pourrais pas supporter de perdre Matthew en plus. La seule personne qui pouvait encore te comprendre et t’épauler dans toutes les situations. La seule personne à Poudlard qui a vu toutes tes facettes et qui continue de t’aimer de manière inconditionnelle.
Tu l’aimais si fort, si fort que tu ne pouvais que t’agripper à lui comme à la dernière des bouées de sauvetage. À sa voix qui t’arrache à ton état de choc, comme le phare qui guide les marins perdus en mer. « J’peux pas. »

Un dur retour à la réalité qui te force à penser, à te poser des questions plus délicates. Ton regard se pose sur lui, s’embue en repassant en boucle le moment où la main du Serpentard a marqué ta joue. Tes doigts secoués de tremblements caressent doucement la peau rougie par le coup, tes sombres prunelles fuyant ton ami pour qu’il ne voit pas l’étendue des dégâts laissés par cet autre Kain. « J-je comprends pas pourquoi il a fait ça, Kain n’aurait jamais… » Et pourtant si, Joy, tu allais devoir l’admettre à la fin. Une larme roule sur ta joue, douce fraîcheur sur la chaleur de ta peau. « J’ai tellement mal Matthew. »

Et ta voix se brise contre les derniers remparts, détruisant au passage les derniers murs qui retenaient les digues de ta tristesse. Les larmes coulent, se succèdent sans cesse, mouillant tes yeux qui finissent par se plonger dans ceux de ce frère qui ne partage pas ton sang. Embrassant la douleur qui irradiait dans ton cœur.
+ tag@Matthew J. Adler
+ notesbiggest drama coming
BY MITZI
Matthew J. Adler
Daddy Cool ★
Daddy Cool ★
Matthew J. Adler
Messages : 64
Points : 186
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Lun 17 Juin - 8:40

my heart is falling apart

★ for @Joy McCullen ★ oh my dear lord
Elle tremble, sa main qui est venue rattraper le bout de la manche de mon uniforme. Mes yeux se fixent sur ce détail, incapables de supporter plus longtemps de faire face à son expression abattue. Ce n'est pas la première fois que je la voie dans cet état, mais je m'étais promis de tout faire pour que ça n'arrive plus. De la protéger d'une nouvelle déception comme Phoebus. Et pourtant, nous voilà à nouveau l'un face à l'autre, ses cils imbibés de larmes et mon coeur tombant en morceau.

Je détestais cette situation, je détestais être témoin de ce moment. Et le bruit de ses sanglots, la teinte rosés qui s'installais dans ses yeux, la courbure de ses lèvres quand elle retenais ses pleurs. Et plus que tout, de ne pas avoir réagit plus tôt, de ne pas avoir pu empêcher ça, et ce sentiment de culpabilité qui me rongeait de l'intérieur. J'avais l'impression de sentir mes organes se vider, ou de se faire écraser les uns après les autres. Ca avait commencé dans ma poitrine, pour s'étendre à mon estomac à l'instant où sa voix cassante avait atteint mes oreilles. Et toujours cette rage grandissante que rien se suffisait à faire sortir de veines. Dans une longue expiration vacillante, je tentais de retrouver une once de calme pour m'occuper du plus important au moment présent. Joy. Elle était tout ce qui comptait et tout ce qui devait occuper mes pensées. Cela semblait avoir fait son effet, et je relâchais enfin quelques muscles de mon dos dont je n'avais pas remarqué la tension.

- J'ai tellement mal Matthew.

Impossible de tenir plus longtemps. J'ai beau vouloir garder ce paraître détaché, cacher mon inquiétude pour apaiser la sienne, ses derniers mots détruisent tout semblant d'impassibilité qui pouvait me rester. Le flot de larmes sur ces joues s'accélère à la même vitesse que la distance qui nous sépare diminue. Je fond sur sa silhouette titubante, abaissant mon visage au niveau du sien pour effacer ses sanglots du bout de mes doigts. Je tente de la regarder dans les yeux, de lui communiquer quelque forme d'affection par ce biais, mais je sais parfaitement que ce n'est pas le sentiment qui se dégage de mon expression. Et alors que l'une de mes main reste posé sur sa joue humide, l'autre glisse dans sa chevelure, invitant avec tendresse la Gryffondor à reposer sa tête contre mon épaule. Pour ne pas avoir à supporter plus longtemps la tristesse sur ses traits. Pour ne pas qu'elle la voit déteindre sur les miens.

- Hey, hey, ça va aller.  Je suis là, okay?

Pitoyable. Je déteste l'idée de ne pas savoir quoi lui dire. Qu'il y a-t-il vraiment, à ajouter, maintenant? Il n'y a pas grand-chose qu'elle ne sache pas déjà. Que je ne lui ait déjà pas dit. Seul le temps peut apaiser cette douleur-là. Et, je l'espère secrètement, la chaleur d'une présence affectueuse. Mais il faut croire que je ne suis pas très doué quand il s'agit de jouer le rôle de l'épaule pleureuse. Aucun mot ne semble vouloir passer ma gorge serrée. Et le seul sentiment que j'embrasse réellement est celui de garder mes conseils pratiques pour plus tard.

- Je suis désolé, Joy.

Pas moyen qu'elle me vois maintenant, mes doigts se posent sur le haut de son crâne pour l'empêcher de regarder dans ma direction. Visage tourné vers la tours d'astronomie, je refuse de lui déclarer ses mots en face à face. C'est stupide, non? Objectivement, rationnellement, je n'ai pas a m'excuser. Mais c'est la seule phrase qui arrive a apaiser ce torrent émotionnel qui m'envahit. Comment on est censé gérer ça, hein? A part enfoncer mes canines dans ma lèvre inférieure pour étouffer le bruit de mes pensées contradictoires, c'est tout ce qu'il semble fonctionner.

Il faut se rendre a l'évidence. Aucun schéma logique ne rendra cette situation meilleure. Et aussi contre-intuitif que cela puisse paraître, la décision la plus rationnelle serait de ne pas chercher a rationaliser quoi que ça soit, de se laisser porter par les conneries que je regarde usuellement de haut avec ce sourire en coin qui en a déjà agacé plus d'un. Pour elle. Et peut-être aussi un peu pour moi aussi. Ca n'en reste pas moins un peu embarrassant, et probablement que ce ressenti se voit dans le changement discret de teinte de mes joues quand je dépose un bref baiser sur le front de la brune, mes doigts encerclent son minois dévoré par la tristesse.

- On a déjà vécu ça, hein? Tu sais déjà tout ce que j'ai a te dire.

Je tente de dessiner un sourire sur mes lèvres, mais il ne reflète qu'une forme assez malvenue de nostalgie. Celle du temps où ses pleures, si toujours existantes, s'effaçaient enfin quand nous étions ensemble, où elles séchaient finalement pour laisser un chapitre plus joyeux s'esquisser. Mais encore une fois, celui-ci se terminait en tragédie : un nouvel abandon, un nouveau dos qui se tourne pour laisser l'anglaise face à ses craintes. Je ne peux pas affirmer savoir ce qu'elle vit, mais je sais à quel point ça a la capacité à la détruire. Et elle mérite pas d'avoir à se reconstruire à nouveau. En revanche, Kain aurait probablement ce travail à faire demain, dans un sens un peu plus littéral.

- Si tu veux en parler, quand tu voudras, quand ça ira mieux, je suis là, et je le serai toujours.

Une dernière fois, je passe mon pouce sous ses yeux bouffis par les pleur et termine ce geste en rangeant une mèche de ses cheveux derrière son oreille. C'est tout ce que je peux faire pour elle pour l'instant. Ca, et un verre de Firewhisky au dortoir avec les ronrons réconfortants de Higgs et la présence avenante de Bell pour l'entourer. Mais telle que je la connaissais, elle préfèrerai probablement ne pas être vue de la sorte par plus de gens que nécessaire. Et d'une certaine manière, j'étais assez heureux que ça ait été moi. Ne pas savoir dans quelle détresse elle était m'aurait probablement énervé. A cette simple idée, je lâchais un soupire frustré, et reposais mes lunettes sur l'arrête de mon nez.
Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 138
Points : 389
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Mar 18 Juin - 3:13

But I'm only human
and I bleed when I fall down
Tu t’effondres dans ses bras, laissant ta tête reposer entre l’étau de sa main et de son épaule en rompant la ligne droite de ton cou, au risque d’effriter la structure de ton corps déjà cassé par la peine et la douleur accumulées. Tu prends appui sur lui, glissant tes bras le long de son corps pour l’enlacer et te serrer contre Matthew, cherchant en sa chaleur toute trace de force qui t’avait quittée, toute cette force que tu poussais constamment pour t’empêcher de fondre sur place, de te prostrer jusqu’à te vider de toutes les larmes de ton corps.
Cette douleur, tu n’aurais jamais cru possible de la revivre un jour. Tu n’as jamais souhaité la revivre, te briser en mille morceaux pour la perte d’un être cher qui est aussi brusque qu’inattendue.

« Me laisse pas s’il te plaît. » J’ai tellement besoin de toi, je ne pourrais pas vivre en t’ayant perdu toi aussi que t’as envie d’ajouter, mais tu te retiens, te contentant de resserrer tes doigts contre sa chemise, comme des griffes pour s’accrocher à lui, au dernier pilier de ta vie.
Ça te prend du temps pour assimiler le fait qu’il se soit excusé, assez pour attendre la pression de ses lèvres sur le sommet de ton crâne et ses paroles qui font écho à votre passé commun. Phoebus t’avait brisée une première fois par votre rupture et il t’avait fallu des mois pour passer le stade de la peine, des semaines avant de pouvoir prononcer son nom sans faire rouler de larmes sur tes joues. Et te revoilà, des années plus tard, toujours en train de panser tes anciennes blessures, munie d’un nouveau poignard pour déchirer ton cœur sensible.

Au fond, t’as jamais appris de tes erreurs Joy, la seule constante dans toutes ces foutaises c’est la présence rassurante du blond pour ramasser les pots cassés. Et t’as aucune idée de ce que tu ferais si c’était lui qui t’avait rejetée, si tu n’avais pas pu compter sur lui pour t’empêcher de tomber. « Je sais. Heureusement que t’es là Matt, je sais pas ce que je ferais sans toi. » La faible esquisse d’un sourire étire tes lèvres mouillées, rassurée de l’entendre déclarer qu’il serait toujours là malgré tout. Beau temps mauvais temps, tu avais toujours pu compter sur lui et tu lui en serais éternellement reconnaissante.

Tu te surprends à te réconforter du mouvement de ses doigts dans tes cheveux, de son pouce sur tes yeux rougis, de ses traits réconfortants qui étudient les tiens. Bien qu’il ne partage pas ton sang, il était ton frère et tu te surprenais à trouver une légère touche de lumière au fond de ce sombre abyme de larmes et de douleur. Dans son amour à lui. Lentement, tu essuies de nouvelles larmes qui perlent sur tes joues avant de le détailler, mi-triste mi-penaude. « Tu seras pas contre si j’viens squatter de temps en temps? Quand IL sera pas là, j’veux plus le revoir ça fait trop mal. » Tu lâches prise sur ses vêtements pour l’observer, tentant de te composer une mine plus rassurante et moins ravagée par la peine. « J’ai pas envie de répondre aux questions des autres, je sais que Bell me questionnera pas mais Serafim… Et je doute pour Andy, j’ai pas envie de leur en parler. À toi ça va mais eux… » Et une nouvelle crise de larmes silencieuses accompagne ta résolution de rester muette avec tous ceux qui ne t’auront pas vue dans un si piètre état. Pour préserver les apparences, parce que tout irait bien. Tout irait bien.
+ tag@Matthew J. Adler
+ notesbiggest drama coming
BY MITZI
Matthew J. Adler
Daddy Cool ★
Daddy Cool ★
Matthew J. Adler
Messages : 64
Points : 186
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Mar 18 Juin - 15:34

i promise

★ for @Joy McCullen ★ oh my dear lord
J'imaginais pas ça aussi dur, de la revoir comme ça. Mais il faut croire que la souffrance, particulièrement sur le visage de ceux qu'on aime, fait partie de ces choses auxquelles on ne se fait jamais. Pourtant, ses mots parvenaient à remplir, d'une certaine façon, une partie de moi qui semblaient vide depuis que j'avais assisté à l'incident. Alors que vraiment, c'est con, ce qu'elle dit. C'est moi qui n'ai pas la moindre idée de ce que je ferrais sans elle. De ce que je serais, sans elle, même. Probablement que sans sa présence à mes côtés, sans ses sourires et sans sa candeur, probablement que je ne serais aujourd'hui, que la simple poupée de ma famille, répondant à leur moindre désir, enfouissant mes propres envies, mes propres intérêts, bien caché derrière le masque de politesse et de savoir vivre que j'ai déjà bien trop longtemps porté. Je n'arrive pas à penser à une seule façon pour que je sois entouré  des amis que j'ai sans qu'elle n'ai eu la place qu'elle a eu dans ma vie avant cela. L'idée me révulse. Pourtant, j'ai toujours le doigt dans cet engrenage, hein? Il serait peut-être temps de mettre fin à cette mascarade.

- Tu seras pas contre si j'viens squatter de temps en temps? Quand IL sera pas là, j'veux plus le revoir, ça fait trop mal.

Je souris, plus franchement cette fois, mettant de côté mes préoccupations personnelles. Je me doute qu'elle ne fait que confirmer, mais tu ne veux pas qu'elle suppose la moindre seconde qu'elle serait à quelque moment que ça soit pas la bienvenue.

- Tu sais très bien que ma porte t'es toujours ouverte, princesse.

Je ne peux m'empêcher de garder cette proximité avec elle à cet instant. De coller mon front contre le sien, mes doigts dans ses cheveux. Une partie de moi se sent un peu coupable pour Serafim quand elle mentionne son nom et le fait qu'elle préfère avoir cette conversation avec moi qu'avec lui, mais d'une autre, je me dit que c'est pas plus mal. Le gars n'était pas un mauvais bougre, mais je m'étais toujours demandé pourquoi ces deux-là c'étaient mis ensemble. Je veux dire, de ce que j'avais pu entendre de la bouche de la concernée, les activités de couples qu'ils partageaient été loin du rendez-vous idéal de la brune. Alors tant qu'il était là pour elle, en toute situation, je n'avais pas mon mot à dire… Mais visiblement, il ne pouvait pas la combler sur ce point-ci non plus.

Mais le moment n'est pas opportun, encore une fois. Ses larmes coulent de plus belle, et je ne sais plus que dire pour la rassurer. Je relève le menton, et invite à nouveau celle que je considère comme une cœur à se blottir contre moi, reposant ma tête contre son crâne. Ca faisait une éternité que je ne l'avais pas serré dans mes bras d'une telle façon, resserrant mon emprise un peu plus alors que je me sentais si impuissant.

- Je serais là aussi longtemps que tu en as besoin, tu sais? Pour sécher tes larmes, pour oublier ce con, pour t'accompagner quand tu voudras avoir cette conversation avec quelqu'un d'autre, pour tout ce que tu voudras. Et pour m'assurer qu'il ne te touchera plus jamais aussi.

Mon cœur se serre à cette dernière affirmation. La rage est toujours là, ça ne fait aucun doute. Chaque fois qu'une nouvelle larme se forme sur ses paupières inférieures, elle décuple, et s'installe un peu plus. Chaque fois que je sens son corps trembloter contre moi, ce n'est pas que la tristesse qui m'envahit, mais aussi ce besoin de violence qui s'engouffre dans mes veines, impatient d'être à demain.

- Ne t'inquiète pas, ça n'arrivera plus. Je te le promets.

Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 138
Points : 389
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Mer 19 Juin - 1:08

But I'm only human
and I bleed when I fall down
T’inspire longuement, expirant par la suite tout le stress accumulé dans les dernières minutes, enfin rassurée. Il avait promis, promis que tu serais toujours sa princesse, qu’il ne te laisserait pas tomber comme Kain. Qu’il te protègerait contre tout, surtout contre ton ancien ami, contre sa violence et contre toute la douleur qu’il pouvait t’apporter. Même si tu souffrais toujours, même si ton cœur prendrait un long moment pour cicatriser à nouveau, tu pouvais au moins te fier au fait que tu aurais toujours Matthew. Matthew et sa volonté de fer, Matthew et son amour, Matthew et sa force.
Tes mains se posent sur les siennes, toujours contre les courbes de ton visage, et tu appuies à ton tour contre son front, souriant malgré les larmes qui roulent sur les commissures de tes lèvres. « Merci Matt, merci infiniment. »

Tes doigts glissent jusqu’à son dos pour te blottir contre lui, appréciant pour une fois d’être dans ses bras, d’être à l’abris pour un court instant de tes problèmes et de tout ce monde extérieur qui se liguerait contre toi. Tu ne te voyais pas fournir des explications, dire tout haut que tu avais été violentée par Kain, te faire porter le chapeau de la victime aussi ouvertement. Mais dans les bras de Matthew, tu pouvais repousser ce moment à une autre fois, te contenter de pleurer ta souffrance et vivre ta peine d’avoir perdu un être cher. Sans plus ni moins, juste… Évacuer tes émotions.
« J’pense pas qu’il ose revenir me voir après ça. » Et tu ne chercherais pas à le contacter non plus, la main sur ta joue ayant brisé toute trace de votre passé ensemble. Pour un très bon moment si ce n’était pas définitif. « Et je sais plus où aller. »

Chez les Serpentards avec lui? Tu connaissais le mot de passe, mais c’était risqué. Pourtant, c’était l’endroit le plus sécuritaire à ta connaissance pour l’instant, les quartiers de Gryffondors n’étant pas habitués à ta mine déconfite et aux émois de ton cœur. Les rouges avaient aussi une meilleure amie qui s’inquiéterait de voir le sang dans tes yeux et un petit ami au sang chaud qui ne comprendrait pas ton mutisme à ses questions. Et tu n’avais nulle part ailleurs où aller. Le temps de monter ta nouvelle façade, le temps de contrôler tes larmes et de pouvoir te détacher de la marque invisible de sa main sur ta peau. Le temps de pouvoir arborer aisément un sourire en toutes circonstances et éluder les questions des curieux. Tenir loin Serafim de tes problèmes, ne pas l’impliquer dans ce qui te tracassait. Tu t’en voulais de ne pas te confier à lui, mais tu redoutais trop sa réaction pour lui dire honnêtement ce qui occupait tes pensées.

« J’ai juste envie d’être tranquille ce soir. » Avec lui, ou seule. Le calme avant la tempête, la sérénité avant les sorties tard le soir à boire tes émotions. Avec lui, ou seule.
+ tag@Matthew J. Adler
+ notesbiggest drama coming
BY MITZI
Matthew J. Adler
Daddy Cool ★
Daddy Cool ★
Matthew J. Adler
Messages : 64
Points : 186
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Mer 19 Juin - 17:36

we'll figure it out

★ for @Joy McCullen ★ oh my dear lord
Sentir son visage humide contre ma chemise ne faisait que faire travailler mon imagination sur le sort que je réserverait au blond qui avait oser lever la main sur Joy. Je n'arrivais pas à me décider. Au poing, ou au pied? Serais-je capable seulement de me contenter d'un duel? Mais fallait-il vraiment dans ce genre de situation en suivre strictement les règles? Mentalement, je me voyais déjà écraser mes phalanges contre sa mâchoire… et aimer ça.

- J'pense pas qu'il ose revenir me voir après ça.

J'approuve, bien que le "ça" en question ne se rapporte probablement pas à la même chose. Mais ça n'avait, finalement, pas beaucoup d'intérêt. La conclusion restait la même, et elle n'avait pas à en savoir la cause. Qu'est ce que ça changerait, de toute façon? Peut-être essayerait-elle seulement de m'en dissuader. Et peut-être finirais-je par la convaincre que c'était le moment que ce con apprenne ses leçons. Ou peut-être se remettrait-elle à pleurer, mais par ma faute cette fois, et je serais incapable de lui refuser sa demande, laissant le Serpentard s'en aller impuni. Pas moyen que ça n'arrive.

- Et je sais plus où aller. J'ai juste envie d'être tranquille ce soir.

Je prend quelques pas de recul, sans pour autant casser le contact. Mes mains restent sur ses épaules pendant que je jaune, d'un regard sérieux, ce que je peux de son expression. Est-ce que je peux vraiment lui proposer de rester au dortoir? Bellamy y sera sûrement ce soir, et si ce n'est pas lui, mes autres colocataires ne vont pas tous disparaître par miracle. Et avant tout, n'étais-ce pas un peu déplacé, vis-à-vis de son petit-ami? Pas que quoi que ça soit ne puisse se passer, mais les rumeurs vont vite. Ca serait pas surprenant d'entendre des bruits de couloirs si quelqu'un la voyait sortir de la salle des Serpentard au petit matin, et vu le sang chaud de Serafin, la situation pourrait vite déraper. Ca puait le pire scénario possible, mais c'était aussi le pire moment pour qu'elle ait aussi à affronter une dispute avec son copain. Ca me mettait assez mal à l'aise de mettre le sujet sur la table, mais il fallait que ça soit fait.

- Si c'est ce que tu veux, tu peux venir au dortoir, mais je ne suis pas sûr que ça soit la meilleure idée. Je veux dire, Bell et … tu sais, les gens aiment parler, surtout que t'es avec quelqu'un en ce moment.

Pourtant, je pouvais pas non plus la laisser aller à droite à gauche. Pas dans cet état, et sûrement pas après mon speech sur le fait que je serai toujours là pour elle. Je pouvais bien convaincre Bellamy de pas se pointer, mais pour les deux autres, ça serait probablement plus compliqué. Il serait toujours possible de marchander avec Kate pour qu'elle lui prête son lit pour la soirée. Je veux dire, elle est assez souvent dans celui de quelqu'un d'autre pour que ça ne la dérange pas.

- Enfin, on verra ce qu'on ferra pour ce soir plus tard. Je trouverai bien quelque chose d'ici là, si ça pose problème. En attendant, j'ai une bouteille de fire wiskey qui nous attends et tes caresses manquent affreusement à Higgs.

Sans plus de fioritures, je passais ma main dans le dos de la brunette, l’entraînant en direction des sous-sols. Tout se passerait pour le mieux… dans ce contexte.


Joy McCullen
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Joy McCullen
Messages : 138
Points : 389
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029) Jeu 20 Juin - 22:23

But I'm only human
and I bleed when I fall down
T’es touchée qu’il pense à ta réputation, mais pour être franche tu te foutais complètement des ragots. Les autres pouvaient bien juger selon les apparences, mais c’était le dernier de tes soucis actuellement. Pour te sentir mieux tu n’avais besoin que des bras de ton frère et la tranquillité de sa chambre – ne pas trop te faire questionner et te sentir aimée par ceux qui sont importants pour toi, ta seconde famille. Peu importe ce qui se dirait à ta sortie des quartiers verts, tu pourrais toujours vivre avec un Serafim qui digère mal ton absence et avec un Stupeshit explosif sur des histoires de fausses couchettes.

« Tant pis, je gérerai ça demain. J’suis sûre que Bell sera super content de me voir, il ira pas bavasser. » Ton sourire s’étire naturellement à la pensée de revoir le blond, qui était devenu depuis le début de l’année un très bon ami malgré votre rivalité aux défis en tous genres. Non, tu n’avais pas peur qu’il aille se vanter sous tous les toits de t’avoir aperçue dormir avec Matthew, il n’y aurait aucun intérêt pour lui dans tout ça. Tant pis pour les autres colocs Serpentard. Surtout s’ils devaient assister à une séance de Matthew et Joy boivent la bouteille de firewhisky, ils étaient à plaindre. « Higgs ET du firewhisky? Tu sais comment me remonter le moral. »

Tu le laisses te pousser doucement jusqu’à la chambre de ton plus proche ami, les larmes bien enfouies dans ton cœur. Certaine que tu allais passer un très bon moment et que ce ne serait que le début d’une phase pour oublier tout ce qui t’a fait trop mal. Oublier pour te protéger, pour t’empêcher de souffrir davantage. Mais surtout oublier pour mieux renaître dans la joie et l’insouciance.
+ tag@Matthew J. Adler
+ notesbiggest drama coming
BY MITZI
Contenu sponsorisé
Re: oh my dear lord ; joy (03/2029)

oh my dear lord ; joy (03/2029)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Night Lord par Simon Spurrier (2,25/5)
» dear myself de eiki eiki
» Lord Mauldred le Destitué
» Dear Friends
» [FILM] The Lord Inquisitor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: La grande cour-
Sauter vers: