A piece of cheese • feat Leif

Sigurd Knudsen
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sigurd Knudsen
Messages : 28
Points : 41
A piece of cheese • feat Leif Lun 24 Juin - 14:32


A piece of cheese
« Hey, Leif. »

Il l'avait vu au loin, et, celui-ci ne semblant pas occupé, il avait décidé d'aller lui parler pour s'éclaircir un peu les idées.

Sigurd ne le connaissait que très peu, à vrai dire. Mais il connaissait son objectif - devenir ministre - et Leif dégageait une aura qui poussait les gens à se comporter avec lui comme des papillons de nuit avec un lampadaire.

Sauf que, contrairement à un lampadaire, Leif avait une conscience propre, une bouche pour parler et probablement un avis sur la situation actuelle. Et Sigurd se disait que, peut-être - débattre avec quelqu'un comme lui s'avérerait utile. L'aiderait à y voir plus clair. Car il était encore terriblement déboussolé.

Et il voulait lui parler des Foxes, aussi. Il voulait croire en Leif. Croire que ses ambitions étaient toutes autres que celle du corbeau.

Le corbeau.

Les renards.

Il ne manquait plus que le fromage et le tableau aurait été complet.

Oh, mais en fait. Il était complet.

Les élèves de Poudlard. C'était eux, l'élément central que les deux camps se disputaient.

Le discours du corbeau lui avait donné la nausée. Comment pouvait-on déclarer de telles choses ? Comment pouvait-on en arriver à penser ainsi ?

En réalité, Sigurd le savait. Il n'avait qu'à regarder son père pour le comprendre. Des blessures. Des cicatrices. Pour souhaiter l'anéantissement "des autres", il suffisait simplement d'avoir subi le souhait de quelqu'un d'autre.

Mais ici, l'échelle était toute autre que lorsqu'il s'agissait de son père. Plus de haine ; plus de violence ; plus de victimes.

Pour la première fois depuis son arrivée à Poudlard, Sigurd eut peur. Peur pour sa famille, pour ses amis. Pour les gens qu'il croisait tous les jours au détour d'un couloir. Pour toutes les personnes sur cette terre qui n'avaient rien demandé.

Peur de donner raison aux gens convaincus que les sorciers n'étaient pas de "vrais êtres humains".

Non, les sorciers ne sont pas comme ce corbeau. Nous ne le soutenons pas !

Alors il avait rejoint les renards. Comment rester spectateur d'un tel événement ? Pour une fois, il allait agir. S'il ne le faisait pas, il ne pourrait jamais plus se regarder dans un miroir. Il espérait cependant sincèrement que les choses ne dégénéreraient pas. Il ne voulait pas voir les conflits escalader, il ne voulait pas voir les siens se déchirer entre eux encore une fois.

Ces pensées toujours en tête, Sigurd enchaîna, petit sourire en coin mais regard sérieux :

« Désolé, je te dérange ? Je voudrais te parler de... prononcer ce nom lui était étrangement difficile, mais il fit en sorte de garder un ton léger, The Crow. Je me suis dis que tu avais sûrement un avis sur la question, et j'aimerais en discuter avec toi. »
codage par Junnie sur apple-spring
Invité
Invité
avatar
Re: A piece of cheese • feat Leif Lun 24 Juin - 18:17

La popularité n’avait pas que des mauvais côté. Lorsqu’on fréquentait beaucoup de choses, les discussions se faisaient souvent variées et, grâce à sa culture accumulée au fil des années, Leif avait toujours des choses à dire. Ses notes étaient excellentes.
Ses réflexions aussi, pour la plupart, comme un instinct politique qui ne trompait pas. Et puis, il savait juger les gens. S’il y a bien un sujet sur lequel il n’estimait pas se tromper, c’était celui-là.

Sigurd était quelqu’un de bon.

Au premier regard, Leif l’avait su, et il regrettait, les rares fois où ils s’adressaient la parole, de ne pas le faire davantage.
Cette fois-là, c’est lui qui était venu, et le Serpentard lui offrit la vue d’un bref sourire teinté de respect et de ravissement.

« Salut, Sigurd. »

Dans son regard, la bienveillance se mêlait à la férocité, la joie aux désirs enflammés d’une âme capable de cruauté. Dans son regard, frontière du bien et du mal, l’expression d’un rêve si lointain que lui-même en semblait transporté. Il existait, autour de Leif, une aura étrange, presque légendaire qui marquait l’immense différente entre sa réalité et celle à laquelle chacun se raccrochait.
Leif n’était pas différent pour sa nature mais par choix, pour son audace, pour ses certitudes qui coupaient court à ses échecs. En un sens, c’est ce qui le rapprochait de Crow - l’appétit incessant oiseaux omnivores, brandissant leurs ailes sombres pour ombrager le monde.

Mais en tant qu’oiseau, Leif tenait davantage du gerfaut, convoitait le ciel avec la grâce d’un plumage immaculé - comme le poids de son image si finement lissée.
Face aux méfaits de l’oiseau, on en avait appelé le prédateur - et les renards sortaient de leur terrier, leurs yeux plissés à l’affût du moindre mouvement.
Leif aurait pu les rejoindre, encore qu’il ne se l’était pas vu proposer - mais il n’avait rien d’un renard. Un souverain ne se tournait pas vers la ruse ; il appuyait son autorité avec force, sans même avoir à ciller.

Son patronus n’était pas un lion sans raison.
Sa solitude n’était pas assumée sans raison ; et pourtant, à l’occasion, il s’intéressait aux renards. L’intelligence de ces animaux pouvaient les amener à lui voler la gloire, la couronne du succès. Il lui fallait agir avec prudence, et en un sens, apprendre à les connaître.

« C’est gentil d’être venu discuter. Un avis sur the Crow, hein ? Je n’ai rien de très innovant à dire. Ses méthodes sont mauvaises, alors, bien sûr, il doit être arrêté. Mais si l’on parle de ses idées, là...  Je ne suis pas d’accord. Je prône l’égalité pour tous. »

Comment lui dire ? Comment lui dire que le chaos l’attirait, comme la lueur étincelante d’un Mal auquel il se sentait lié ? Comment avouait qu’il cherchait à tirer profit des larmes, à atteindre le trône grâce aux malheurs répandus ? Comment expliquer son propre mal, sa nature contradictoire, sa gentillesse masquant les désirs de régner ?
Au bout du compte, il n’y avait que le pouvoir - et il se trouvait face à ses propres vérités, seul sur un trône, dans son monde, seul là où nul autre que lui ne pouvait se tenir. Au bout du compte, il n’y avait que la félicité ou les regrets de tout ce que son voyage avait engendré.

La réponse, en un sens, lui était impossible. Ce n’est pas que Leif mentait, mais lui-même ne connaissait pas la réponse.

« Que Crow réussisse ou non, quelle importance ? Je le supplanterai et dirigerai le monde magique à ma façon. »

Quelle importance, au fond ?
Ses yeux écarlates, brûlant d’un désir sans égal, fendus de cet iris animal, semblaient témoigner d’une puissance presque divine. Le corbeau, comme le reste du monde, finirait par ployer le genou.
Sigurd Knudsen
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sigurd Knudsen
Messages : 28
Points : 41
Re: A piece of cheese • feat Leif Sam 29 Juin - 14:38


A piece of cheese
Évidemment. Sa réponse coulait de source.

Que pouvait-on attendre d'autre de la part de Leif ? Logique, raisonnable - quoique ses ambitions ne l'étaient pas vraiment elles-mêmes, mais était-ce une mauvaise chose ? - et digne. Il rendait justice à sa réputation.

Sigurd se sentit rassuré. Ce à quoi aspirait Leif - bien souvent, les gens attirés par le pouvoir se rapprochaient plutôt du corbeau : prêts à tout pour atteindre leur objectif. Des noyaux d'égocentrisme. Il savait pertinemment que les aspirants au pouvoir avaient un don pour cacher leur jeu. Mais Leif était différent ; Sigurd voulait y croire.

Tout n'était pas perdu ; des personnes destinées à jouer un grand rôle dans la société et bienveillantes existaient encore.

Cependant, la dernière réplique du Serpentard le surprit. Et le gêna. Avait-il bien entendu ?

Il ne doutait pas de la motivation de Leif - son regard ardent parlait pour lui-même. Il ne doutait pas de la sincérité de ses paroles non plus.

Mais, "quelle importance ?" ?

Comment ça, "quelle importance ?" ?

« Si Crow réussit -- il aura détruit l'entière réputation des sorciers. Il aura probablement détruit une bonne partie du monde magique, aussi. Ses plus farouches opposants se battront jusqu'au bout - veux-tu régner sur un monde en sang ? »

Et moi, jusqu'où irai-je pour empêcher d'en arriver là ? Il n'avait pas encore la réponse. Mais il sentait qu'il ne pourrait bientôt plus faire marche arrière.

« Sans parler des victimes moldues... »

Il eut un pincement au cœur à cette pensée. La moitié de sa vie était moldue, après tout - une partie de ses amis, sa famille, sa ville natale, toute son enfance l'était.

Le Serdaigle ne comprenait pas ; s'il prônait l'égalité pour tous, il ne pouvait pas oublier la moitié de "tous".

"Bien sûr que je ne veux pas d'un tel règne ; bien sûr que les moldus sont importants.", voilà ce qu'il voulait entendre.

Voilà la réponse que ses yeux troublés cherchaient dans ceux, si sûrs d'eux, de Leif .
codage par Junnie sur apple-spring
Invité
Invité
avatar
Re: A piece of cheese • feat Leif Lun 1 Juil - 0:15

Quelle importance, c’est vrai ?
Il se demande. Il se haït, et pourtant il se demande. Ces gens qu’il n’a jamais connu, ces idiots qui n’ont jamais eu la présence d’esprit d’être venu à lui ; ces malchanceux qui n’ont pas pu croiser sa route, ces imbéciles qui ont choisi de ne pas croire en sa volonté.
Leif se demande, Leif se demande où se trouve la limite. La limite entre ce qui est important, entre lui, entre les quelques âmes bénies qu’il considère comme ses proches, et le reste du monde, si lointain et futile, comme un gigantesque jardin dont il n’aurait cure de l’herbe piétinée.

Leif n’est pas si bienveillant.

Leif ne l’est pas tout court, du moins, c’est ce qu’il se dit parfois. Il agit dans son intérêt. Aime dans son intérêt. Aide, respecte, supporte dans son intérêt. Leif, par nature, comme une évidence depuis la naissance, se considère supérieure - comme un souverain né des entrailles du peuple.
Leif est différent, Leif règne ; et parce qu’il l’est, parce qu’il est ainsi amené à diriger autrui, il ne peut se risquer à trop aimer. Pas seulement par peur. Pas seulement à cause de cette malédiction bien que, à dire franchement, elle était la raison principale.

Mais Leif, quelque part, assumait déjà les responsabilités qui incombait au pouvoir ; et la pitié, il le savait, était hors de ses attributions. Il n’avait pas à se rabaisser à leur rang. Il n’avait pas à s’inquiéter des détails, des quelques conséquences de ce qu’il estimait nécessaire à son ascension.
Quelle importance, que ces insectes étrangers ?

« Tu as raison, bien sûr. » dit-il malgré tout.

Il s’estimait légitime. Voulait, du moins, parvenir à s’estimer légitime - et sa culpaiblité revenait au galop. Leif était trop pur, trop humain, trop dans la retenue pour ne pas vraiment s’excuser de ça.
En un sens, c’étaient des excuses. Leif revenait sur ses dires, lui qui faisait toujours preuve de prudence. Leif avait dérapé, et maintenant, face à son erreur, ne trouverait en sa présence que le regret.

Pourquoi ? Quand ? Et surtout, comment ? Leif n’avait jamais su comprendre, jamais pu ; lui, toujours maître de sa personne, de ses moindres mots et pensées.
Lui, d’ordinaire si parfait, il s’était laissé troubler par son arrogance.

« Ce n’est pas ce que je voulais dire. Les moldus importent. C’est pour ça que, au fond, Crow importe peu. Car je rétablirai l’égalité. »

Il observa les alentours avec une curiosité bien naturelle. Peu de gens étaient présents dans la grande cour et, sur au moins une cinquantaine de mètres, ils étaient tranquilles.
Relâchant doucement la pression, Leif prit place dans l’herbe et invita Sigurd à le rejoindre, d’un geste chaleureux.

« Mais je ne peux pas le battre. Nul ne sait qui il est, malgré ça, sa puissance et son influence sont considérables. Le ministère lui-même est dépassé. Pour l'heure, il n'y a rien à faire. »

Un long soupir, cette fois.

« La politique demande de la rigueur et de la prudence. Faire le bien est, j’en ai peur, beaucoup plus difficile que de faire le mal. Alors, comment nous battre ? »
Sigurd Knudsen
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sigurd Knudsen
Messages : 28
Points : 41
Re: A piece of cheese • feat Leif Mer 3 Juil - 13:52


A piece of cheese
Sigurd s'assit tranquillement dans l'herbe, en tailleur. Sa posture se voulait détendue, mais il se mit distraitement à tripoter une brindille, signe chez lui d'une profonde réflexion.

Pourquoi vouloir rétablir quelque chose alors que l'on pouvait l'empêcher de se briser en premier lieu ? Était-il déjà trop tard aux yeux du Serpentard ? Était-il déjà trop tard tout court, en fait ?

Le ministère dépassé, clairement oui. C'était indéniable.

Ce que disait Leif était sérieux, et le sujet ne s'y prêtait absolument pas, mais... Sigurd esquissa un petit sourire. Pas un de ceux qui décide d'apparaître sur notre visage lorsque l'on est heureux, non ; Sigurd était tout juste amusé.

Amusé de constater que Leif tenait exactement le même genre de discours que lui-même aurait déclaré quelques semaines plus tôt. Quoique, aujourd'hui encore... Mais il avait trouvé quelque chose à quoi se raccrocher ; on lui avait appris qu'une solution existait. Peut-être. Il espérait en tout cas que cette lueur se transformerait en solution.

« Nous ne sommes pas des politiciens. Enfin, pas pour l'instant du moins. »

Lui n'était pas le moins du monde intéressé par ce milieu, mais pour Leif, c'était tout le contraire.

« Puisque nous ne le sommes justement pas, nous pouvons trouver d'autres manières de faire. Contrairement aux personnes du ministère, nous ne risquons pas notre place, nous n'avons pas à nous plier aux règles de bienséance et de langue de bois. Nous risquons tout juste une place dans une école de sorcellerie. Bien plus sera perdu si Crow arrive à ses fins. »

Et nous perdrons notre avenir si les choses venaient à réellement déraper, mais il n'osa pas formuler cette pensée à voix haute.

« En fait... un groupe d'élèves s'est réuni pour lutter contre Crow. »

Voilà, il l'avait dit. Une pointe d'inquiètude lui transperça le coeur. Et si Leif soulevait absolument toutes les failles de leur projet et réduisait en miette le seul refuge qu'il avait trouvé ?

« On cherche à recueillir un maximum d'informations sur le corbeau et les gens qui le suivent. Nous souhaitons d'abord en savoir plus sur lui avant de prendre de réelles mesures. »

Ne lui donne pas trop d'information pour l'instant, juge d'abord de sa réaction.

Il ne voulait pas voir ses espoirs anéantis aussi facilement.
codage par Junnie sur apple-spring
Contenu sponsorisé
Re: A piece of cheese • feat Leif

A piece of cheese • feat Leif
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» One Piece 547
» Eiichirō Oda - One piece
» One piece
» One Piece - Believe [Team Battle]
» La galerie au ² . [BLEACH & NARUTO & ONE PIECE AMV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: La grande cour-
Sauter vers: