nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour

Nour S. Sobki
Eleve hybride
Eleve hybride
Nour S. Sobki
Messages : 35
Points : 62
En couple avec : ta meuf
nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Mar 2 Juil - 20:01

Poser le pied dans la piscine, c'est toujours particulier pour Nour.

L'eau. L'eau cet élément qui l'attire autant qu'il le repousse. Il s'y sent tellement bien, tellement puissant - et c'est le cas, quel humain pourrait faire face à un hybride tel que lui dans son élément ? mais cette puissance à un prix. Le prix de la haine, celle des autres mais surtout, la sienne.

Nour le fier, Nour le salaud, se hait. Triste vie.

Il écarte ces sombres pensées et va se changer. Il libère ses dreadlocks du nœud qui les retenaient et les laisse couler le long de son dos, effleurant la lisière de son short. Il en est fier de ses cheveux. Fier de ses origines, fier de l’Égypte. S'il avait pu, il aurait été fier d'être un Sobki mais ce droit lui a été retiré de par son hybridation.

Encore et toujours le même problème.

Ses pieds foulent le carrelage froid de la piscine. Ses yeux perpétuellement colériques parcourent l'eau. Peu de personnes y sont. Parfait. Il rentre dans le bassin d'un plongeon parfaitement maitrisé. Le liquide glisse autour de lui, s'infiltre dans ses branchies maltraitées et lui apporte ce souffle qui adore autant qu'il abhorre.

Il entame des longueurs de crawl puissant, rapide, savourant la satisfaction d'être le meilleur. Nul ne peut le battre ici, car c'est sa place et ça le sera toujours. Un sourire de requin étire ses lèvres.

Sourire qui se fane quand il aperçoit à ses côtés une silhouette qui, non contente d'avoir la même assurance que lui, ose le dépasser. Un rictus nait sur son visage alors qu'il remonte à la surface pour traquer l'importun, le malotru, le connard qui ose être meilleur que lui.
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Jeu 4 Juil - 13:03

Under the sea
Viva la piscine wesh

Ce serait un énorme mensonge de dire que je n'ai aucun ego. J'ai de l'ego, je suis bouffé d'ego. Pas sur tout, pas avec tout le monde, mais j'en ai. Ce même ego qui me pousse à être vantard, ce même ego qui me pousse à porter mes origines comme on porte un sang ancien. Ce même ego qui fait de l'eau mon territoire et de moi le roi des semi-être de l'eau dans cette école. Ce même ego qui me pousse à me battre, qui me pousse à me dresser en leader quand il s'agit des miens. J'ai de l'ego, oui. Si je devais dresser mon plus grand défaut : ce serait cet ego. Parce que je n'aime pas perdre, pas face à tous ces gens qui me regardent de haut, pas face à tout ce gens qui me portent au quotidien. Je ne veux pas perdre face aux personnes que j'estime et surtout face à celles que je n'estime pas. Je ne veux pas perdre parce que je suis fier, je ne veux pas perdre parce que je veux rendre fier. C'est une pression que je mets au quotidien. J'accepte ma défaite quand elle se présente sur le terrain des études, sur le terrain de l'amour. J'accepte ma défaite sur le sport, sur plein d'autres choses. Mais je n'accepte pas défaite quand il s'agit d'hybridation, quand il s'agit d'eau. Parce que sur ces terrains-là, c'est moi le maître, sur ces terrains-là, c'est moi qui domine, j'ai toujours dominé. Alors quand j'ai vu ce traître de Sobki dans l'eau, je n'ai pas pu résister. Parce que si je dois un jour céder ma place de roi, ce ne sera pas à lui. Ce type n'est pas un hybride. Ce type ne sera jamais mon ami et quelqu'un que j'estime. Jamais.

J’avais eu pitié de lui, au départ. Des gens qui n’acceptent pas leur sang, qui n’accepte pas d’être un semi-quelque chose il y en plein. Ne pas être humain dans un monde d’humain n’a jamais été facile. Mais ce type n’est pas comme les autres. Il n’est en rien similaire à Ethan, Myrtille ou Hécate. Ce type est… Dangereux, méprisable. Il est tout ce qui dénigre notre cause, tout ce qui met à mal mon combat. Il est ce que j’exècre, ce que je te déteste. C’est un opportuniste, un type qui se sert de son sang pour faire du mal tout en ne l’acceptant pas. Je le déteste, comme je déteste les Priest, comme je déteste Montgomery. Parce que ces gens nous regardent de haut, ces gens nous pointent du doigt comme des monstres alors que nous ne demandons qu’à exister comme tout le monde. Ces gens sont les premiers ennemis à abattre, des vestiges d’une civilisation barbare et arriérée qui se permet de hiérarchiser la vie d’autrui.  Et Sobki plus qu’aucun autre est un traître. Un hybride qui chasse les hybrides. Comment ne pas le détester ?

J’ai toujours été fier, oui. J’ai toujours eu de l’ego. Je ne veux pas perdre, pas face à lui, pas à cet hybride qui meurtri notre peuple. Il n’est pas des nôtres et ne le sera jamais. Je ne l’accepterai jamais. C’est parce que j’ai cet ego que je plonge, c’est parce qu’il fait ressortir le pire de moi-même que je glisse dans l’eau, que je le dépasse. Tu ne seras jamais mieux que moi, Sobki, jamais. Je te battrais et s’il faut devenir plus fort pour ça je deviendrai plus fort. Je ne laisserais pas un type comme toi être meilleur que moi. Jamais. Un type comme toi, n’a pas le droit d’exister, n’a pas le droit de briller. C’est parce que je veille à ce que tu restes dans mon ombre que je te dépasse. C’est parce que je veille à ce que tu ne sois jamais rien pour notre peuple que je mets à mal ton ego aussi grand que le mien. Je remonte à la surface. Je te regarde. Un regard plein de défi, plein de haine.

« T’es pas très rapide pour un hybride. »

C’est presque craché.

« Remarque, c’est normal. Un imposteur ça ne bat jamais l’original. »

Je te déteste.
Je te haï.
Plus que Montgomery.
Plus que les Priest.
Je te déteste.
Et jamais je ne te laisserais me battre.

Nour # Piscine # Juin 2029


Nour S. Sobki
Eleve hybride
Eleve hybride
Nour S. Sobki
Messages : 35
Points : 62
En couple avec : ta meuf
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Ven 5 Juil - 19:17

Seraphim Marinos.

Évidemment.

Nour grince des dents. Le sale petit con.

Il avait entendu parler de lui assez tôt en arrivant ici, un autre semi-poisson, mais qui, contrairement à lui, défendait les hybrides de tout son cœur, de toute son âme. Ils s'étaient déjà croisés, déjà toisés vaguement, se détestant cordialement avant même d'avoir échangé un mot. Le sauveur des hybrides contre son plus grand traitre. Un duel au sommet qui ne pouvait se régler que dans l'eau.

Nour est le roi de l'eau, il y nage comme personne, s'y bat comme aucun autre. Il est le roi, le tyran, la brute. Seraphim y est l'empereur, plus rapide, plus vif et avec bien plus d'alliés. Si baston il y a - et baston il finira pas y avoir - l'empereur en sortira vainqueur, non pas physiquement mais sur le plan moral, c'est lui qu'on soutiendra, il dispose d'un capital sympathie  qui fait cruellement défaut au futur chasseur.

"Pour un hybride."

En plus de l'humilier, ce petit con lui rappelle cette condition qu'il exècre. Ses doigts se crispent lentement sous l'eau, la colère monte en lui, sourde et brûlante. Un imposteur. C'est donc ainsi qu'il le voit. Et il n'a pas tord. Lui qui fait tout pour se hisser au sommet et mériter le titre de chasseur et surpasser les Sobki, lui qui n'a pas le sang pour, lui qui se bat contre cette condition qu'on lui a imposé, en effet, Nour est un imposteur. Mais un imposteur sauvage bien décidé à ne pas se laisser marcher dessus, jamais, pas qui que ce soit.

Il sourit, un sourire sauvage, dangereux.

- Si c'est toi l'original, je suis bien content de ne pas y ressembler. Ça me ferait chier d'être une pute vantarde et écervelée.

Au fond, Nour, admets le, t'es jaloux à en crever. Jaloux de sa capacité à nager mieux que toi en premier lieu, mais surtout, jaloux de son aisance, de sa capacité à être en accord avec ce sang impur dans ses veines.

Il le toise méchamment.

- De toutes façons, t'as beau être le plus rapide de nous deux, si j'te coince, on sait tout les deux qui gagne.

Il sourit - mais ne parvient à gommer cette teinte envieuse que prend sa voix -, ce sourire de requin ayant flairé l'odeur d'un orque blessé et qui compte bien s'acharner dessus jusqu'à ce que mort s'ensuive.
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Sam 6 Juil - 20:22

Under the sea
Viva la piscine wesh

T'es pas doué pour garder ton calme, Sobki, tant mieux. C'est une bonne chose. Énerve-toi, montre-moi un peu la raison pour laquelle tu penses être meilleur que moi. Toi aussi, t'as le sang chaud et pour un chasseur, c'est un peu un comble, n'est-ce pas ? Un prédateur incapable de patience et de recul sur soi…. Pitoyable. Tout simplement pitoyable. Dans le fond, c'est un peu ce que tu es, hein ? Tu veux jouer les humains, mais t'en est incapable, tu veux jouer l'hybride, mais t'en est incapable non plus. J'aurais pu avoir pitié de toi, parce que tu n'as aucun équilibre, t'arrives pas exister, t'arrives pas à te présenter en tant que fils de la terre et de la mer. C'est triste. Seulement, ce n'est triste que pour toi. Moi, j'ai aucune pitié pour toi. Aucune. Je me fiche bien de ce que tu ressens, je me fiche bien de ton tiraillement. Un gars comme toi qui en plus de renier ses origines trahit et blesse les siens, je n'ai rien à lui dire, rien de positif à ressentir à son égard. Et voir que ça te touche. Voir que ça t'énerve, c'est bête à dire, mais ça gonfle mon ego. T'es loin d'être insensible. T'es loin d'être aussi fort que peut l'être un Montgomery. Dans le fond, t'es un peu dans un bas de l'échelle, bien loin derrière eux. Est-ce que t'en a conscience, Sobki ? Est-ce que ça te frustre ?

Sûrement. Je veux croire que ça te frustre, en tout cas. Je veux croire que ça te blesse. Je veux croire que tu en souffres. Je veux croire que derrière ce putain de sourire y a de la jalousie, y a des blessures, y a toute une boule d'énergie négative. Je veux croire que derrière ta fierté y a une bonne dose de fragilité. Parce que je ne veux pas croire que tu es invincible, intouchable. Personne ne l'est, spécialement un hybride, spécialement un semi-humain. Alors quand tu m'insultes, j'aime prendre ça comme un moyen de défense pour ne pas contempler la vérité en face. J'aime prendre ça comme un signe de faiblesse. J'aime prendre que ça comme la preuve que tu es vulnérable. Parce qu'on ne répond par la violence que quand on est vulnérable, n'est-ce pas ? La violence, c'est avant tout un moyen de défense, un moyen de se grandir quand on est tout petit. On ne me fera pas croire que je cogne, que je m'énerve par puissance, par domination. Toute la colère que je ressens, qu'on ressent, elle est juste là pour une seule et même raison : nous donner cette impression de domination, de puissance. Parce qu'il est facile de faire taire quelqu'un avec ses poings, il est facile de ne mettre à mal quelqu'un physiquement. Ça ne fait pas de nous des gens grands pour autant, mais l'espace d'une seconde ça en donne l'illusion. C'est pour ça que tu es aussi violent, Sobki. T'es bercé d'illusions.

« Pourtant c’est la pute vantarde et écervelée qui te fout la pâté. Du coup, ça fait de toi quoi, du con ? »

Les mots me manque. Je n’ai jamais été très fan du mot pute. Je n’ai jamais été très fan de comparé quelqu’un à un statut dont les tenants et aboutissants nous dépasse. Mais j’ose imaginer que je vaux mieux qu’un torchon malpropre.

« Tu veux parier ? Jusqu’à preuve du contraire je me suis frotté à des gens beaucoup plus dangereux que toi. T’sais, des vrais chasseurs, ce que tu ne seras jamais. »

Là. Est-ce que ça fait mal quand j’appuie là ? Quand je touche à ton petit ego, à ta petite fierté ? Est-ce que ça fait mal quand je te mets face au fait que tu n’es rien ? Que tu ne seras jamais rien face aux vrais humains ?

« Je ne comprends pas à quoi tu joues, Sobki. Si t'essayes de te faire passer pour un humain, c'est foutu. Tu n'en seras jamais un. Tu ne pourras pas te faire accepter en tant qu'égal de ces gens auxquels tu veux ressembler. Pour nous, y a qu'une seule façon d'exister, pourtant tu rejettes ça. Tu as une bi-culture que t'assume pas. Tant que tu ne seras pas capable de t'assumer entièrement avec ton hybridité et tout ce que ça implique, tu ne seras jamais qu'une sous-merde, pour moi comme pour eux. »


Nour # Piscine # Juin 2029


Nour S. Sobki
Eleve hybride
Eleve hybride
Nour S. Sobki
Messages : 35
Points : 62
En couple avec : ta meuf
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Jeu 29 Aoû - 14:43

Colère. Rage. Haine.

Tourbillon de noirceur et de violence qui l'emporte et le noie. Nour est devenu requin entre ces eaux sombres dans lesquelles la vie l'a plongé. Requin de rage bouffé par l'ambition. Incapable de voir les casseroles qu'il traîne et les contradictions qui l'aveuglent, il fonce, filant droit vers son objectif parce que rien d'autre n'existe que l'idée de faire disparaître les sourires moqueurs et méprisants de ceux qui l'ont vu grandir.

Dans une autre vie, dans un autre monde, Nour aurait pu se tenir aux côtés de Serafim. Lui aussi aurait pu lever le poing pour défendre ses droits et son sang au lieu de le foutre dans la gueule du premier à lui rappeler l'existence de ses branchies. Il aurait pu être fier, diriger cette ambition, cette énergie dévorante dans un but moins égoïste, plus humain.

Il aurait pu. Il a essayé. Essayé de trouver un équilibre avec ses gènes. Il se souvient de ces journées passées à nager au fond de l'océan, les yeux brillants devant le monde qui s'offrait à lui. Il avait joué avec les poissons, ri avec les dauphins et dansé avec les hippocampes. Il aurait pu être fier de lui si les regards qui l'attendaient hors de ce monde merveilleux n'étaient pas chargés de tant de haine. S'ils avaient été attentifs, curieux, émerveillés, avides d'histoires de sirènes, alors Nour aurait aimé ce qu'il est. Mais les seuls mots qui l'accueillaient lui rappelaient qu'il n'était qu'un monstre, une erreur, une tâche trop difficile à effacer.

Alors Nour se hait et ne vit que pour leurs faire ravaler leurs paroles, leur prouver qu'il vaut infiniment plus qu'eux.

Alors quand Serafim débarque avec ses piques moqueuses, Nour s'enflamme. Ses poings se crispent nerveusement. La violence rugit dans ses veines avec force.

"Ça fait quoi de toi, du con ?"

Ton pire cauchemar. Ton putain de pire cauchemar.

Sera s'enfonce. Les mots sont des armes. Et il les manie à la perfection. Chacune de ses phrases touche Nour avec justesse et efficacité. Il a compris, il l'a écartelé et lui jette ses faiblesses à la gueule. Il lui prouve que les fondations de son être sont branlantes, fondées sur des paradoxes insolvables. Une grondement sourd remonte de la gorge de Nour. Il n'est pas idiot, il sait bien qu'il n'attrapera pas Serafim maintenant. Il le foudroie de ses yeux dorés brûlants de rage.

- T'es vraiment une sale vipère pour quelqu'un qui se clame défenseur de la veuve et de l'orphelin. Un sourire sans âme étire ses lèvres. Tu prône une putain de tolérance sur tous les toits mais t'es incapable de réaliser que tu baignes dans la même rage que moi. Tu entends le mot chasseur, tu te braques et t'es déjà prêt à dresser un bûcher et à me courir après en brandissant fourches et torches.

Les mots sont des armes. Nour sait se battre, même quand ses poings lui font défaut.

- T'as aucune putain d'idée de ce que c'est de vivre perpétuellement rabaissé pour ce que tu es. T'as vécu dans un putain de paradis niais à vomir. Sors de ta bulle abruti. Imagine un instant ce que c'est d'avoir le monde entier, tous les putains de gens que tu estimes, que tu admires, que tu connais, que tu vois, te mépriser pour ce que tu es pour cette fameuse bi-culture que tu aimes tant. J'ai jamais demandé à être une putain de poiscaille moi ! Qu'est ce que j'y peux si ma mère était une salope ?


Sa voix est rauque, agressive. Il ne cherche pas à ce qu'on le prenne en pitié. Il énonce des faits. Une réalité, sa réalité. Nour a été forgé au feu de la haine. Il a des failles mais putain, il n'est pas le seul et il a bien l'intention d'en profiter.

- Tu t'érige en temps que roi de ton bastion de justice et de tolérance mais t'es incapable de réaliser que tu t'enfonce juste dans la même merde que ceux que tu hais. T'es comme moi Sera, t'es juste incapable de t'en rendre compte.

Ses yeux brillent d'un éclat malsain. Il ricane. Il n'a pas pu le frapper - même si c'est pas l'envie qui manque - mais il saura l'ébranler, le faire trembler à défaut de le briser. Le surnom utilisé est doux, moqueur, sournois. Et, enfin, il l'achève.

- Tu m'fais pitié.
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour Jeu 29 Aoû - 19:40

Under the sea
Viva la piscine wesh
Je ne sais pas trop ce que j'attends. De lui faire mal, peut-être ? Très certainement. De le mettre à terre ? Ouais, c'est évident. Mais dans quel but ? Pourquoi ? Parce qu'il se trompe de voie ? Parce qu'il représente une facette de l'hybridité que je ne cautionne pas, un égoïsme qui me fout la gerbe ? Sûrement. Je ne sais pas. C'est flou, un mélange explosif… Jouissif. Une espèce de plaisir coupable, le sang qui bat dans les tempes, les muscles qui se gonflent, le besoin de supériorité, la satisfaction d'être plus grand, plus fort. J'ai envie de crier, de cogner sur les murs ce mélange dont je ne comprends pas les ingrédients. Je perçois les odeurs, les goûts, sans pour autant identifier leur origine. J'avais dit à Wendy que je ne me reconnaissais plus, j'avais sans doute raison. Pour autant, il y a cette petite voix dans le fond de me crâne, cette petite mélodie qui, doucement, me fait dire que ce n'est pas un mal. Je me suis depuis, trop longtemps déjà, écarté du chemin. J'ai laissé les plaisirs adolescents prendre le dessus quand l'ennemi se pavanait devant moi. J'ai été faible, si faible, mais Sobki avait du bon : il me remet en pleine face à la raison première du pourquoi je me bats. J'avais perdu de vue la lutte. Ce n'est plus le cas.

Il sert les poings et je sais que j'ai visé juste. Des années à gueuler m'ont permis de me forger une certaine répartie. Là où je me trompais, c'est dans la force de Sobki. Je le prenais pour un ignare, un hybride bagarreur, rageur, comme on en voit quelques fois. Je le voyais comme un gamin idiot qui ne savait se battre qu'avec ses muscles, qui utilisait les armes au sens premier du terme quand je me battais avec une autre force que celle physique. Je prenais Sobki pour un con, il était loin d'en être un. Je m'attendais à la voir exploser, à la voir se jeter sur moi, à la voir devenir la bête qu'il refuse d'être parce qu'il préfère jouer une piètre imitation d'être humain. Je le voulais. Pour lui prouver qu'il avait tort, pour lui prouver qu'il ne valait rien. Mais Sobki n'était pas con, idiot ou même ignare. Sobki était un combattant qui avait plusieurs armes dans son arsenal.

Ses mots font mouche et si ça me blesse de l'admettre, je n'en suis pas indifférent. Je n'aime pas. Je n'aime pas la façon dont il me place, au même niveau que lui, sur un même pied d'égalité. Nos buts sont différents, ils ne sont en aucun comparables. Lui est égoïste, il se trompe, il agit pour ses miches quand je me bats chaque jour que Dieu fait pour les autres. J'ai joué selon les règles, je n'ai cherché à écraser personne, je ne suis pas carriériste, j'ai seulement l'ambition de rendre le monde meilleur pour les gens comme nous autres, qui avons le malheur d'avoir un sang différent des autres. Je suis le gentil, lui méchant, hein ? Je ne me trompe pas. Je suis juste. Je me bats pour le bien. Pour le meilleur. Comme Andy. Oui. C'est ça, je ne dois pas douter, je me bats pour le bien. Je suis en colère, c'est vrai, je suis outré, révulsé, c'est vrai… Mais j'ai raison. Raison de l'être. Je suis furieux contre les chasseurs, furieux contre ces sorciers qui se pensent supérieur parce qu'ils sont bien nés, furieux contre le ministère, contre l'injustice, contre cette hypocrisie, ce discours du « nous sommes un, mais vous êtes en dessous de nous. » cracmol, hybride, nous étions tolérés, pas acceptés, j'étais en colère pour ça. Pas pour moi. Pour les autres. Alors j'ai raison, j'ai raison parce que je ne suis pas égoïste. Lui. Lui est dans le faux. Je le sais. Parce que j'ai raison, n'est-ce pas ?

« Tu crois que je n’ai pas connu ça, moi aussi ? Tu crois que je me bats gratuitement, pour le plaisir ? »  Je tremble, malgré moi. « Tu crois que mon petit paradis niais m’a empêché de m’en prendre plein la tronche ? Tu crois que je n’ai pas souffert ?  On est a Poudlard, bordel à queux, à Poudlard ! Evidemment que je sais ce que c’est ! »

T'es pas à plaindre, on en a tous bavé, Sobki, tous. Moi compris. J'ai reçu des coups, des crachats, on m'a foutu la tête dans les chiottes sous prétexte que l'eau était mon élément. J'avais onze ans putain, onze ans et pourtant aucun d'entre eux n'a eu pitié. Je n'étais pas le premier, ce n'était pas que moi. Tous, tous, on nous a regardés de haut, on nous a rabaissés, fait sentir étranger à notre propre monde. On a dû s'excuser d'être ce qu'on était… Alors qu'on n'avait pas choisi d'être ce qu'on était. Sauf que moi, je n'ai pas envie de m'excuser, aucun d'entre nous ne doit s'excuser. Je sers les poings. Je ne suis pas comme toi.

« On a tous connu ça ! La haine, les regards, les coups, tous ! On nous a dit de culpabiliser d’être ce qu’on était, on nous a dit d’être désolé d’être ce qu’on était, mais c’est des conneries putain ! Tu l’as dit toi-même, du con, on n’a pas choisi. Mais toi tu préfères sucer et les faire gagner plutôt que de te battre. T’es lâche Nour. Lâche et faible. Je te fais peut-être pitié, mais comparé à toi je sais encore me respecter. Je me bats, pour que plus aucun hybride n’ait à s’excuser d’être à demi-humain. Je me bats pour leur montrer à tous qu’on n’est en rien coupable d’être ce qu’on est. Tu peux trouver ça con, tu peux trouver ça hypocrite, mais je n’ai jamais fait que répondre aux coups, je n’ai jamais attaqué le premier, j’ai jamais fait du mal gratuitement. Je suis en colère mais je joue selon les règles, pour faire changer les choses, gagner de façon honnête. Je ne suis pas comme toi, Sobki. Je ne serais jamais comme toi. Je ne suce pas mes bourreaux pour compenser mon manque de confiance en moi. »

J’ai craché tout ça avec la haine au fond du corps et pourtant… Pourtant je devrais bientôt admettre que j’avais tort. Bientôt, je devrais accepter de ne plus jouer selon les règles. Bientôt, je choisirais de ne pas seulement rendre les coups, mais d’en donner, gratuitement. Parce que la fin justifiait les moyens, parce que Sobki avait raison : la colère elle est là. Je ne l’assumais juste pas. Hypocrite je l’étais, faible je l’étais. Mais ça, je ne pourrais pas lui dire, je ne pourrais pas me le dire. Pas aujourd’hui, pas plus que dans le wagon qui nous a conduit à Londres. Dans le wagon, avec les corbeaux. Ça, je ne sais même pas si je l’accepte encore réellement aujourd’hui.

Nour # Piscine # Juin 2029


Contenu sponsorisé
Re: nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour

nagera bien qui nagera le dernier ▬ sera&nour
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Dernier soleil
» [Heliot, Johan] La lune vous salue bien
» C'est bien compliqué
» ma dernier creation
» QUAND LA NUIT SERA COUVERTE DE JOUR, JE SORTIRAIS DE L''HOPITAL de Gaëlle de Malglaive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Terrains sportifs :: Piscine couverte-
Sauter vers: