Arthur Madeck [Terminée]

Arthur Madeck
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Arthur Madeck
Messages : 28
Points : 85
En couple avec : N'importe.
Arthur Madeck [Terminée] Mer 17 Juil - 7:01


Arthur Madeck
Prénom(s) et nom — Arthur Madeck de Rohan Chabot. Trop long à épeler et imprononçable lorsqu'on habite chez les rosbifs. Nous allons donc nous contenter d'Arthur Madeck.  
Surnom(s) — Le premier qui me sort ‘Tutur’, je le déglingue. Non, je déconne. Mais c'est pas très original comme surnom, avoue.
Âge — Vingt-trois ans.
Orientation sexuelle — Qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. (Arthur est quasiment l'inventeur de la bisexualité).
Origine — Breton.
Sang — Sang royal chez les moldus. Né-moldu chez les sorciers (ça en jette moins, désolé).
Particularité — Atteint de prosopagnosie (incapacité à se souvenir des visages).
Année d'études — Neuvième année (et trois redoublements).
Options ou licence — — Licence de Langues et Culture magiques.
Avenir — Aucune ambition.  
Avis sur les cracmols et moldus à Poudlard —  C’est quoi cette question ?
Maison — Surprise.
Avatar — OC de Re°

Baguette magique — Bois d’acacia, Épine de monstre du Fleuve Blanc, 30 cm (je vous épargne des sous-entendus douteux).
Épouvantard — Il ne sait pas, il a séché le cours qui lui était dédié.
Un Patronus — Un corbeau.
Reflet du miroir de Risèd — Il ne reconnaît pas les visages, comment veux-tu qu’il reconnaisse les personnes qui apparaissent dans le reflet ?
Odeur de l'Amortentia — Il n’en a jamais senti, il avait séché les cours ce jour-là. Oui, encore (#badboy-tellementdeepomg). Mais il adore la vanille. Et les crêpes. Cela n'a aucun rapport, mais tant pis.
Matière favorite — Histoire de la magie.
Bonbon favori — Il n’arrive pas à choisir.
Créature inspirante — Sa sœur. Si vous la connaissiez, vous comprendriez.
Animal de compagnie — Meldwin, son chat.
C'est le bordel dans ma tête.
En bref et en vrac : Insouciant, doux, calme, rêveur, taquin, inconstant. Joueur quand il s'ennuie. Brun, yeux bleus-gris, 1m85, 75 kg. Fumeur.


En pas bref du tout : Arthur n’est pas de ce genre de type qui marque une génération. En inconditionnel rêveur, il est plutôt du genre à se mouvoir sans faire de bruit. Si l’on prenait le temps de demander aux autres élèves s’ils le connaissent, ils répondraient sans doute : « C’est qui lui ? ». Parce qu’Arthur est comme ça, d’une cordialité excessive, mais toujours économe dans ses relations. Ce n’est pas qu’il soit solitaire ou en mal d’affection : c’est juste qu’il préfère prendre ses précautions. Évoquez-lui seulement l’idée d’engagement et il se barre. En infidèle obstiné, il s’évertue à croquer la vie telle qu’elle vient, sans jamais penser aux lendemains. Courir après Arthur, c’est comme courir après du vent. Insaisissable et inconstant, on s’épuise rapidement. Sa sœur jumelle, Anaëlle, lui a souvent reproché ce caractère frivole, un peu trop libertin. Surtout à propos des filles. Elle dit qu’il déconne vraiment avec elles, qu’il agit comme un vrai con. Elle dit beaucoup de conneries, mais sur ce point, elle vise dans le mille : Arthur n’est sale petit con.

Et un sacré lâche. Arthur est ce genre de crétin qui s’amuse à regarder les bagarres, sans jamais y participer. Non pas qu’il soit particulièrement placide : c’est simplement que la violence gratuite le fait marrer. Parce qu’il ne comprend pas l’intérêt de se laisser abrutir de la sorte. Et disons-le une fois encore : parce qu’il est lâche. Alors, complètement immunisé à la violence, il préfère sourire aux provocations plutôt que d’y répondre ; de toute façon, ce n’est pas comme s’il était taillé pour user de ses poings.

Et à vrai dire, il préfère utiliser ses doigts pour caresser une peau, des cheveux ou une jolie joue rosée. Parce qu’Arthur est comme ça, très doux, très calme et entreprenant. Que voulez-vous, c’est un type totalement immature : il aime jouer. Les hommes, les femmes, ça n’a pas vraiment d’importance : ce serait con de ne pas profiter de toutes les délices qu'offre l'existence. Et puis surtout, il aime créer ses propres règles pour mieux se foutre de celles que les autres s’imposent. La vie est trop fragile pour ne pas en profiter à fond. Alors les gens qui angoissent pour tout, qui pleurent pour un rien, ça lui donne juste l’envie de s’arrêter pour mieux les regarder. Puis il paie un coup à boire à ces paumés de l'existence et écoute leurs histoires. Parce qu’il n’aime pas laisser les autres dans leur merde. Ou plutôt parce qu'Arthur adore les histoires, qu'elles soient belles ou laides.

S’accommodant d’un tout comme d’un rien, Arthur a un caractère si facile qu’il est étonnant qu’il ne se soit pas encore cassé les dents contre le mur de la connerie universelle. Mais ce n’est pas comme si Arthur s’intéressait réellement aux autres. À vrai dire, il s’en tamponne pas mal : de toutes façons, il n’a besoin de personne pour rêver. Le Breton se laisse aller aux grès de ses envies, sans jamais réfléchir. Que voulez-vous, il faut des génies et des idiots. Pour tout dire, c’est sa sœur qui a récolté tout le génie. Brillante en tout, décevant en rien, elle est une de ces nanas que l’on admire pour sa fine intelligence et son caractère généreux. Elle ne lui a laissé que la musique. Mais il ne faut pas le plaindre : Arthur aurait pu être un idiot complet, sans rayures ni fêlures ; au lieu de cela, il excelle au piano et au violon. C’est mieux que rien. Mais pas terrible dans une école de magie.

Au-delà de sa personnalité hautement conditionnée par le besoin de liberté, il faut signaler qu’Arthur est atteint de prosopagnosie. Si tu changes beaucoup de lettres, ça veut dire qu’il est incapable de se souvenir des visages des gens qu’il rencontre. Alors, si beaucoup de personnes traduisent son air paumé par de l'imbécillité chronique, c’est simplement que son esprit se perd constamment entre deux idées, à défaut de pouvoir se concentrer sur les éléments du réel. Que voulez-vous que je vous dise. On fait ce qu’on peut avec ce que l'on a.


Ma vie, mon oeuvre.


Je vais vous la faire courte. Vous l’aurez sûrement deviné, Arthur est Breton. Breton, pas Français. J’insiste, car même si Arthur n’est pas du genre à baguenauder autour de détails futiles, celui-là, il y tient particulièrement. Alors, n’allez pas lui dire que les Bretons sont français depuis près de six cents ans, ça le ferait déconner : il est Breton, point barre. ‘Faut pas chercher. Je veux pas vous emmerder, alors je vais à l’essentiel. Et cet essentiel, c’est Anaëlle, sa sœur jumelle. La femme de sa vie. Meilleurs amis le matin, ennemis le midi, aventuriers indéfectibles l’après-midi et pirates dans un bol de soupe le soir, ces deux-là sont ce genre de jumeaux fusionnels qui ne peuvent pas vivre loin de l’autre trop longtemps.

Arthur a passé les neuf premières années de sa vie les yeux rivés sur la Mer, les pieds accrochés aux falaises bretonnes. L’esprit bercé par des légendes inventées seulement pour faire rire sa jumelle, le garçon a eu une enfance extrêmement douce en Bretagne. S’intéressant à tout, s’émerveillant d’un rien, le garçon a vite appris à s’ériger un monde à lui pour répondre à ses milliards d’interrogations. Alors, si la Mer est salée, c’est simplement pour protéger les Bretons de la Fée Morgane qui est allergique au sel. Et si les marins s’écroulent à la sortie des bars, c’est pour mieux tomber dans les bras d’une Belle. C'est logique, voyons.

Les difficultés ont pointé le bout de leur nez et ont écorché avec brio la douce réalité des deux jumeaux. Je ne veux pas vous faire chialer, j’épargne donc la rencontre cinglante d’Anaëlle avec son crabe dénommé Leucémie. Je ne veux pas spoiler, mais à la fin, Anaëlle gagne (oups). Mais si elle lui a filé une sacrée raclée, Arthur sait bien que le crabe peut revenir. Il faut s’y préparer. Alors, comme pour échapper à cette réalité si branlante, Arthur a pris l’habitude de s’envoler, de se cacher dans son monde. Comme ça, juste histoire de souffler. Anaëlle, elle, a appris à vivre dans l’instant, plutôt que dans le futur. Aussi, l’un a pris l’habitude de s’imposer, comme pour ne rien regretter au cas où elle s’éteindrait demain, tandis que l’autre s’est emmuré dans le silence pour ne pas manquer une miette de ce qu'elle pourrait dire. L’un s’accrochant plus que jamais à la vie, l’autre se renfermant dans ses songes, histoire de ne pas affronter la réalité qui lui fout tant les jetons.

Et puis l’adolescence est arrivée avec ses gros sabots et a encensé toutes ces inclinaisons. Apprendre qu’il était un sorcier, comme sa sœur, ne l’a pas ébranlé. Découvrir que les fées étaient à portée de main, par contre, l’a enchanté. Ça n’a été que de courte durée. Ne se reconnaissant pas dans le système éducatif de Beauxbâtons, il a vite oublié de s’intéresser aux cours. Ou même de s’y présenter. Il a redoublé deux fois, puis s’est fait renvoyer. Il a ensuite atterri à Poudlard où on a décidé de lui offrir une nouvelle chance. Autodidacte et curieux, il s’y est fait plusieurs fois remarqué par ses talents en potions et en sortilèges. Du moins lorsqu’il était présent en cours. Ou qu’il ne dormait pas sur sa table. Car Arthur est comme ça ; impose-lui quoique ce soit et il se braque. Il joue et s'amuse à vérifier où se situent les limites. Ça l'occupe. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle il a redoublé sa septième année. Un enseignant bienveillant lui avait expliqué qu’il devait se présenter aux examens finaux. Cette idée l'a profondément ennuyé. Il a « oublié » de s’y présenter. Juste pour voir. Ses nombreuses absences et son dossier catastrophique n'ont pas joué en sa faveur. Pour la troisième fois, il a redoublé (#loser). Et ça l'a fait sourire. Une autre année à ne rien glander, c'est toujours ça de gagné.

Aujourd’hui, il a vingt-trois ans et il est en neuvième année. Il est talentueux, mais toujours aussi indifférent aux études et aux examens. Sans conteste, il se démarque par son je-men-foutisme généralisé. Et par son nombre incalculable de retenues. Il faut dire que sa sœur l’a entraîné dans des milliers de combines où il a dû en subir seul les conséquences. Faut dire qu'Arthur n'est pas objectif avec sa jumelle. Elle fait une connerie, il dit que c'est lui. Elle passe pour un ange, lui pour un petit con. Et ça, c’est sans parler les nombreux écarts amoureux qui alimentent son quotidien. C’est qu’Arthur, il s’ennuie tellement qu’il faut bien lui trouver une occupation. La sienne se résume aux filles et aux garçons. La flemme de choisir.

Je te l’avais promis, je te l’ai fait courte (blague douteuse censurée). Mais Arthur, c’est une montagne d’histoires, d’aventures et de légendes. Alors, si tu as le temps de te perdre dans ses légendes bretonnes, les discussions légères et les petites farces, paie-lui un coup à boire. Il te racontera tout ça avec des milliers de détours, des petits sourires et des regards pétillants. Et qui sait, peut-être qu'il t’emmènera avec lui pour de nouvelles aventures.
Derrière l'écran
Arthur ou Madeck, c’est pas mal comme pseudo. — Tout d'abord, je suis quelqu’un. J’ai un âge certain et vis quelque part. Sinon, j’aime beaucoup de choses, mais j’en déteste certaines. J’aime être clair, précis et concis. Ça se voit ? (#tropmystérieuxavoue). Allez. En vrai, j'adore l'autodérision et faire des blagues douteuses. Ça me résume bien. Quant à Arthur, c'est un de mes plus anciens perso. J'avais envie de le sortir des oubliettes, alors... Le voici.
Ene Reiss
✤ tiny but fierce ! ✤
✤ tiny but fierce ! ✤
Ene Reiss
Messages : 328
Points : 726
Re: Arthur Madeck [Terminée] Mer 17 Juil - 18:28

Bienvenue fire

finn ... Il y en a un qui aime bien rester à l'école ptdr

Encore un musicien je vais devoir frapper discrètement à ta porte shine
Amael Shaw
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Amael Shaw
Messages : 63
Points : 186
En couple avec : le monstre sous ton lit
Re: Arthur Madeck [Terminée] Mer 17 Juil - 22:49

UN BRETON ptdr

Rien que cette précision sur "j'suis breton, pas français" me tue, on dirait les vieux de mon village ptdr

Arthur est trop cool, j'ai dévoré sa fiche, je passerai sur ta RS si j'oublie pas /pan
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
Fenry D. Williams
Messages : 1586
Points : 1728
Re: Arthur Madeck [Terminée] Jeu 18 Juil - 10:20

Hello ! Je viens valider la fiche dès que j'ai accès au pc et que tu m'auras éclairée : puisque nous sommes en juillet, est-il en neuvième année à partir de septembre ou était il en neuvième l'année qui vient de passer ?



Arthur Madeck
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Arthur Madeck
Messages : 28
Points : 85
En couple avec : N'importe.
Re: Arthur Madeck [Terminée] Jeu 18 Juil - 15:35

Fenry : Hello ! Arthur était en neuvième année dans l’année qui vient de passer. Je le vois donc être en dixième année à la rentrée (je précise, vu son inclinaison à redoubler).

Ene : Meuf, même pas besoin de toquer à la porte, elle est toujours ouverte. 8D

Amael : Oui clairement, un BRETON. Quoi de mieux ? -meurs-

Alors... C’est quoi ma maison ? /shot

Rachel O'Sullivan
Mrs. Scamander
Mrs. Scamander
Rachel O'Sullivan
Messages : 282
Points : 708
En couple avec : Orphan Scamander (mariée).
Re: Arthur Madeck [Terminée] Jeu 18 Juil - 17:02




Bienvenue sur Dabberblimp !

Je propose qu'on l'appelle "le cancre de Serdaigle" parce que c'est rare.
Plus sérieusement j'ai adoré la fiche, et j'adore le personnage, c'était super gai à lire franchement je dis oui.
Bienvenue ici en tous cas et j'espère que tu vas t'amuser parmi nous rub


Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien, ainsi que ton téléphone portable (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar et tu peux aussi faire une demande de rp, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.


Contenu sponsorisé
Re: Arthur Madeck [Terminée]

Arthur Madeck [Terminée]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Arthur Rimbaud.
» Arthur Upfield (1890 - 1964)
» Arthur
» Venet, "Doubles lignes indéterminées", 1988, acier, La Défense
» Banniere et modif image [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de répartition :: Fiches validées-
Sauter vers: