MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway

Ebony Ravenway
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Ebony Ravenway
Messages : 3
Points : 12
MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Jeu 18 Juil - 14:27


   
Ebony D. Ravenway
Prénom(s) et nom — Ebony Dementia RAVENWAY
Surnom(s) — Enoby, Eboby, Evony, Ebory, Enobby, Enopby, Egogy, shinobi, naruto, pétasse
Âge — 21
Orientation sexuelle — Homoromantique Pansexuelle
Origine — Vietnamienne, Scandinave, Anglaise et Catalàne
Sang —  née moldue
Particularité — la vérité c'est que c'est surtout une grosse relou
Année d'études —10th
Options ou licence — DEMA Diplomatie et Relations entre Sorciers-Moldus * OPTION LANGUE: Hébreu
Avenir — le turfu c surfait la planète va mourir anyway ptdr
Avis sur les cracmols et moldus à Poudlard — est-ce que ça serait pas un peu de l'incitation à la haine ça hmm
Maison — info ici (attendre la répartition)
Avatar — (shame mais j'ai oublié, on l'a fait pour rire y'a quelques années, j'ai zappé la référence)

Baguette magique — 30 cm, rigide - frêne et crin de sombral  (2e baguette, la 1e perdue/cédée en pari)
Épouvantard — random supporter de foot bourré typique des pubs de Manchester
Patronus — une méduse Crinière de Lion
Reflet du miroir de Risèd — du youtube money
Odeur de l'Amortentia — info ici
Matière favorite — Histoire + Potions
Bonbon favori — et les caries, t'aimes ça les caries?
Créature inspirante — les banshee les + féross tmtc
Animal de compagnie — Fœtus, une tortue d'eau un peu écrasée du bulbe
Mental
Ebony, elle pourrait être votre pire cliché d'emo-gothic-lolita, du genre prépubère, le clitoris qui la démange, et des prétentions satanistes plein la bouche ou le journal intime. Elle pourrait.

...

Bon, certes, elle l'a effectivement été, mais ça n'a duré qu'un temps et surtout, ça se passait essentiellement dans sa tête. On n'allait pas se mentir, à peu près tout adolescent du nouveau millénaire a connu une période sombre dans sa vie. Depuis, elle s'est assagie. Elle mène d'autres révolutions, poursuit d'autres rêves. Elle dit qu'elle a changé, comme les quatre-vingt-dix pourcents de jeunes adultes qui revendiquent la même chose, le droit de faire table rase des erreurs de jeunesse. Ebony, elle crie qu'elle est spéciale, parce que ça fait bien, de croire en son individualité. Parce que c'est à la mode, d'affirmer qu'on est unique, décalé, dans une autre réalité. Et qu'accepter qu'on est jamais qu'un élément dans un groupe, ça vous arrache un tantinet les tripes, quand bien même il ne s'agit que d'une minorité. Alors elle se débat, avec les autres, d'abord, pour mieux se fuir ensuite.

Elle parle fort, Ebony. Elle a la voix qui porte, qui claque, comme un coup de talon sur le sol. Elle panique aussi, beaucoup trop vite. Elle a peur d'être incompatible avec ce qu'elle veut renvoyer comme idée et comme image. Ca compte beaucoup, ce que les gens racontent, ce que les gens commentent. Souvent ce sont des trucs qui font plaisir, parce que ça a des vertus, d'être incroyablement têtue, sisi. Les gens vous pensent responsables, et vous confie des tâches, du travail, un leadership. On vous qualifie d'entrepreneur, votre personnalité prend des galons niveau perception, et le respect inspiré aussi. On vous leste sur les épaules la reconnaissance qu'on accorde aux adultes malléables qu'on aime voir chez les enfants, et même si ça va à l'encontre de vos principes, la confusion vous fait sourire, parce que la chaleur fière qui s'étend dans la poitrine est un réflexe primal.

Forcément, au bout d'un moment, elle chancèle: les super-héros n'ont jamais le meilleur rôle, et elle n'est pas taillée pour ça, aussi fort qu'elle souhaite s'en convaincre. Elle voudrait faire la révolution, pourtant. Elle voudrait sauver son époque, changer les moeurs, réveiller les esprits. Elle tente de se convaincre que c'est le cas, que parler suffit, parce qu'elle ne fait que ça, quitte à devenir un moulin qui brasse de l'air plus que de l'énergie autour d'elle. Elle fait semblant, et jusqu'ici, on la prend assez au sérieux dans cette mascarade faussement active qui à défaut de lui permettre de se voir dans le miroir, lui fait admettre de placarder sa figure sur des tracts d'élections quelconques.

Elle évite le sujet en permanence. Il faut détourner l'attention. Ne pas se laisser bouffer toute crue. Par le stress qui s'accumule d'année en année, par la paranoïa qui grandit en même temps que son anxiété sociale. C'est un paradoxe qu'elle ne s'explique pas: son besoin d'être vue, reconnue, discutée;  et sa terreur d'être scrutée, jugée, perçue. Elle y distingue deux mondes, deux ambiances, deux quêtes maladives qu'elle nie farouchement: c'est dur, de vouloir tout donner aux autres sans admettre y placer un soupçon d'égocentrisme, que tout se rapporte à soi.

"- Tu devrais voir un psy.

- Tu devrais te mêler de tes affaires."


Elle regrette, tout de suite après. Elle bout de rage de regretter. Les regrets, c'est comme des boulettes de papier roulées dans un coin de ton bureau, que tu ne veux pas regarder, parce qu'il n'y a que l'aveu de tes échecs.
C'est quand même dommage, il y avait du coeur à l'ouvrage.

Il faut en vouloir, pour aller de l'avant. Il faut comprendre, pour pouvoir aller de l'avant.

Le problème, ce n'est jamais la patience, au fond; le problème, c'est l'urgence.

L'urgence de tout changer, l'urgence de tout donner. L'urgence de savoir, l'urgence d'agir. L'urgence de ne plus être entre deux chaises, d'accumuler de bâtir ses principes, de tenir ses engagements. L'urgence de ne plus trembler sans finir. Elle se donne des coups de pieds au cul, de grandes taloches, promis; un jour ça viendra. Ne le lui dites juste pas.

Ebony se protège comme elle peut. Ce n'est pas vrai, de dire qu'elle survit, ça serait exagérer, ignorer les efforts qu'elle a fait pour s'en sortir toute seule, dans les moments où elle se sentait la plus démunie. Des fois, c'est à base de blagues pas drôle, de réponses absurdes; d'autres fois, c'est le chocolat chaud qu'elle dépose sur la table de chevet des colocs de dortoir, les rires qu'elle échange du regard en espérant qu'on les lui renvoie. Elle fait de son mieux, vraiment, elle prend de l'espace pour ne pas s'oublier, elle croit avec force et conviction. Il faut juste guérir de soi-même, et ne pas tomber trop rapidement dans le trou béant des remises en question.

C'est toujours le moins facile, mais si c'était si facile, est-ce que ça en vaudrait vraiment la peine?
Story


"Je m'appelle Ebony "Dark'ness" Dementia Raven Way, et j'ai de longs cheveux couleur ébène (d'où mon nom) (bonjour l'originalité), avec quelques mèches violettes et des pointes rousses, qui m'arrivent au milieu du dos; et des yeux d'un bleu glacial tels de limpides larmes. Certaines personnes me disent que je ressemble à Amy Lee (si vous ne voyez pas qui c'est, dégagez tout de suite). Je ne suis en aucun cas parente avec Gerard Way (même si j'en crève d'envie parce que PUTAIN qu'est-ce qu'il est canon.)..."


Parfois, la vie est une pute. Et parfois, le destin est un connard.


Je m'appelle Ebony Dementia Ravenway, j'ai 21 ans. Et je suis élève à Poudlard.

*

Franchement? J'aurais pu devenir écrivain. Parce que, punchline, ma vie a largement matière à être un roman. Dans le mauvais sens du terme. Plutôt dans le style série TV que tout le monde regarde l'air de rien, mais en serrant les dents et en priant pour oublier très vite ce qui vient de se passer. Certains opteraient même pour le mot "sketch". Des sketchs qui ne me font sérieusement pas rire. Voilà, dramaturge, c'est ça qui devrait être dans ma bio' Twitter.

Mais non. Au lieu de ça, il a fallut que dans les pires heures des années 2000, un duo d'adolescentes les plus emo possible, se retrouvent à fantasmer et prophétiser sur mon existence. Evitez-moi la peine de fouiller mon nom sur Google, je suis déjà au bord des larmes à chaque fois que je dois m'inscrire quelque part.

Si on y réfléchit bien, mon patronyme est relativement basique. Mes parents ne l'ont pas choisi, mais grand bien leur fasse, personne n'est responsable de sa lignée, et ne devrait avoir à se le reprocher. Là où ils ont un peu merdé, par contre, c'est quand ils se sont mis d'accord pour partir sur "Ebony". Déjà, qui, à moins d'être légèrement kitsch dans sa tête, décide de prénommer son gamin d'après un type de bois? Ensuite, caler son excuse à base du fait qu'on soit effectivement fier de sa chevelure, au delà d'être une vanité, c'est vraiment pas poétique. Mais bon, ça passe encore. Ce que je pardonne pas du tout, c'est le round 2. D'une part car il n'était stipulé nulle part qu'infliger une deuxième identité à son gosse soit une obligation; de l'autre parce que si c'était pour s'en donner autant à coeur joie, ben c'était pas nécessaire bis, hein. Alors oui, quand j'ai essayé de me plaindre auprès de ma mamie Dolores, elle m'a jeté un regard mêlé de pitié et de vengeance, en m'affirmant que si c'était légal que elle, ait dû s'appeler comme ça, je pouvais bien faire un effort pour les années gothiques de la terrible jeunesse de ma mère. Que "Amélie" c'était une bactérie ou une maladie, et que personne ne levait un sourcil pour autant. Que les gens qui ont pour enfants des "Phallucien" ou "Clitorine" étaient beaucoup plus cruels. En gros, que je pouvais la fermer et subir ma honte et déchéance dans mon coin.

Quelques secondes après ma naissance, j'ai donc été estampillée à vie par la pire fanfiction ayant existé dans l'histoire d'internet et la littérature.

*

Les choses n'étant jamais réellement bien fichues, ma situation s'est aggravée à mes 11 ans. Faut savoir un truc: moi on m'a toujours prétendu que mes parents étaient "normaux". Avec des guillemets parce que les rageux diront que la normalité est relative, que j'essaie de vicieusement désigner des parias de la société, et jouer les social justice warriors à deux sous alors qu'à l'origine, j'ai rien demandé. Enfin si: peut-être juste une vie chiante. J'aurais adoré ça, tiens, avoir une vie chiante. Je me vois déjà: caissière de supermarché remplacée par des automates. Comme au Japon. C'aurait été tellement ordinaire qu'on m'aurait laissé une paix royale, je suis prête à le parier. C'est vraiment un sacré rêve pour moi, regardez, j'ai pondu trois un petit discours plein d'égarement tellement j'y vois un idéal. Bref, là où je voulais en venir, c'est que Papa et Maman, merci pour eux, n'ont jamais été que des Moldus. Des Moldus avec un grand M, parce que je trouve que c'est un peu du racisme ordinaire que de banaliser ça avec une minuscule. La logique était donc d'enchaîner crèche, maternelle, primaire, collège, lycée, et vendre un rein pour aller à la fac. Comme tout le monde. Comme toute personne respectable. J'étais dans les starting-blocks, moi, première de la classe, élève sage et se distinguant par un acharnement à rentrer dans les codes, collectionnant les activités extrascolaires dans l'espoir d'obtenir bourses et financements qui éviteraient à mes vieux de payer la peau de leurs fesses le moment de l'université venu. Sur les photos de classe de la petite école, je suis celle qui est assise jambes croisées, le port altier, les cheveux noirs tirés en chignon dès mes 5 ans. Non non, j'étais vraiment sur un bon début. Un début irréprochable. Le daron était livreur UPS, la matrone faisait ses heures d'infographiste, j'avais les deux exemples accessibles de réussite qu'il me fallait éviter dans ma carrière, on votait à gauche en ayant une petite mentalité de droite... Ca roulait comme il fallait.

Forcément, quand vous recevez un hibou à la old fashion way en plein sur votre carreau de fenêtre, pour vous faire larguer un papelard qui vous dit qu'on vous OFFRE une éducation complète et publique, c'est à dire gratuite, dans une école non seulement prestigieuse, mais en plus de MAGIE... Ca casse un peu votre rythme studieux, voyez-vous. Evidemment, la question des frais du matériel se pose, et vous paniquez un peu au moment de rassembler vos économies roublardes pour les convertir à la banque; mais dans sa généralité, le tableau était à peu près aussi lumineux que la Vierge Marie au moment de l'Annonciation, selon mes parents.

Ma meilleure amie Clothilde n'a pas trop apprécié que je sois une sorcière et pas elle. C'est grâce à elle que j'ai découvert l'œuvre majeure de Tara Gilesbie. Raison pour laquelle je l'ai coupée de mes fréquentations.

*

Un des problèmes du monde moderne, c'est que tout devient accessible à n'importe qui. Et par n'importe qui, je ne fais pas de distinction entre univers magique ou pas magique. Déjà parce qu'il faut prendre en compte que même si les deux ont mis un temps avant de s'adapter l'un à l'autre, les gens nés lambda ou à moitié, étaient quand même pléthore, et que jaser a toujours été un sport très populaire. Si bien qu'en vérité, l'arrivée du réseau à Poudlard a été non pas une révélation, mais l'aggravation fatale de ma réputation, que mon sort me réservait. Cursed.

*

J'en fais des caisses, c'est vrai. Mais ne pas faire enfler ses chevilles un minimum parce qu'une Mary Sue étant votre homonyme, a une vie plus mouvementée que la vôtre, aussi bancale soit-elle, c'est légèrement du gâchis. Imaginez, si j'avais fait mon introduction à base de "Sur la liste d'appel, il y a marqué 'Ebby', l'état civil rayé d'un trait d'encre vif. Sur mes copies tâchées, un vomi juridique se discerne difficilement. Et dans le miroir, juste une tête brune parmi d'autres."? J'aurais été un million de fois plus cliché, et probablement plus malaisante. Je compense comme je peux, moi aussi. C'est pas la chose la plus simple à faire, que de se sentir un minimum de légitimité, quand on a à peine la majorité internationale et peu ou prou en terme de confiance en soi.
Derrière l'écran
White — dîtes, y'a moyen vous croyez, de pas avoir mes blocs de texte en scrolling?


Dernière édition par Ebony Ravenway le Dim 18 Aoû - 20:44, édité 9 fois
Ebony Ravenway
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Ebony Ravenway
Messages : 3
Points : 12
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Jeu 18 Juil - 14:32

woops fiche postée, je réserve juste un post en dessous au cas où j'aurais besoin pour l'histoire krkr
Rachel O'Sullivan
Mrs. Scamander
Mrs. Scamander
Rachel O'Sullivan
Messages : 282
Points : 708
En couple avec : Orphan Scamander (mariée).
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Jeu 18 Juil - 16:58

Bonjour,
Puisque le pseudo est tiré d'une fanfiction plutôt mauvaise et que la plupart des informations déjà présentes sur la fiche ressemblent à un troll, on est un peu déconcertés dans le staff et on se demande si il s'agit d'une blague ou d'un vrai personnage parodique ? (dont il faudrait changer le nom de toutes façons puisque ça reste du vol de propriété intellectuelle vis à vis de l'auteur de la fiction)


Ebony Ravenway
Nouvel arrivant
Nouvel arrivant
Ebony Ravenway
Messages : 3
Points : 12
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Jeu 18 Juil - 17:28

hmm je peux changer son prénom pour un surnom pour éviter la confusion mais je suis full consciente de la fanfic existante, le perso étant voulu et le challenge étant: à quel point puis-je faire peur à l'évocation de LA Ebony (contente d'avoir réussi); tout en prouvant que 1) c'est certes un troll mais un troll très sérieux, 2) pas du tout à visée de plagiat mais rentrant dans le cadre de la parodie ou de la caricature, 3) je vais vous poster un morceau d'histoire dans la minute pour vous rassurer et vous expliquer, si vous y tenez :)


Dernière édition par Ebony Ravenway le Jeu 18 Juil - 21:20, édité 1 fois
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
Fenry D. Williams
Messages : 1586
Points : 1728
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Jeu 18 Juil - 21:12

Pas de soucis c'est pour ça qu'on posait la question bienvenue et courage pour ta fiche rub



Florence Woolf
Eleve cracmol
Eleve cracmol
Florence Woolf
Messages : 26
Points : 66
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway Mer 14 Aoû - 14:20

Eboby is that you?
Contenu sponsorisé
Re: MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway

MY IMMORTAL ♥ Ebony "Dark'ness" Dementia Ravenway
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The dark knight
» Dark Messiah
» IWF Immortal Wrestling Federation
» SIMON DARK
» Batman Dark Knight returns

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de répartition-
Sauter vers: