It's all about life's little pleasures — Vanille.

Vanille Orfeo Marchisio
Professeur d'étude des moldus
Professeur d'étude des moldus
Vanille Orfeo Marchisio
Messages : 41
Points : 100
En couple avec : haha.
It's all about life's little pleasures — Vanille. Ven 19 Juil - 7:54


Vanille Orfeo Marchisio
Prénom et nom —Vanille est son prénom ; Orfeo Marchisio est son nom de famille, d'origine transalpin.
Surnom — Rien de bien particulier, si ce n'est ses proches qui l'appellent par son diminutif : Van. Originalité quand tu nous tiens.
Âge — 32 bougies.
Orientation sexuelle — Pansexuelle.
Origine — Italienne, cela se retranscrit bien évidemment par son accent transalpin exacerbé qu'elle a hérité de son père, Vanille est de nationalité britannique cependant.
Sang — Née de deux parents moldus, Vanille a une petite sœur moldue également.
Particularité — Empathe (merci pour la validation  love )
Métier exercé — Professeur d'étude des moldus.
Depuis quand — Vanille exerce son métier depuis 4 ans.
Avenir désiré jeune — Ayant passé la majeure partie de sa scolarité tourmentée par son don, Vanille n'a jamais pris le temps de réfléchir à ce qu'elle voulait pour son avenir. Ce n'est que sa scolarité terminée et devant le fait accompli qu'elle fit un choix : revenir à Poudlard lorsqu'elle se sentirait fin prête, pour régler ses comptes.
Avis sur les cracmols et moldus à Poudlard/Directeurs — Elle est évidemment extatique du choix du duo Scamander d'ouvrir Poudlard à tous ceux reliés au monde magique. Quoi de mieux pour promouvoir sa propre matière après tout ? Même si bien évidemment, tout le monde n'est pas de cet avis, elle s'en fiche éperdument.
Ancienne Maison — Serdaigle.
Avatar — Ashe — Overwatch.

Baguette magique — Bois de pin, plume de phénix, assez rigide, 25cm.
Épouvantard — Un miroir.
Patronus — Son patronus prend la forme d'un chat, mais en observant de plus près sa taille, sa corpulence et sa forme, Vanille pense pouvoir dire sans trop se tromper qu'il ressemble à s'y méprendre à un Maine Coon... cela ne l'étonnerait pas du tout soit dit en passant.
Reflet du miroir de Risèd — Se voit dans les bras de sa mère, probablement l'être qui lui manque le plus au monde.
Odeur de l'Amortentia — L'odeur du tabac produit par une cigarette moldue.
Matière favorite à l'école — Cliché certes, mais Vanille adorait la matière qu'elle enseigne aujourd'hui.
Bonbon favori — Chocogrenouille, la collection des cartes étant un de ces passe-temps favori étant plus jeune.
Créature inspirante — Vanille éprouve une certaine fascination pour les dragons, comme certains de ses semblables, elle estime que de nombreuses créatures magiques sont incomprises et doivent être protégés même si l'on en peur. D'une certaine façon, ça lui rappelle sa propre condition : elle aussi pendant longtemps a été incomprise.
Animal de compagnie — Un bengal argenté qui se nomme : « Silver ». Elle a bien conscience que cela manque cruellement d'originalité, mais ce n'est pas elle qui a choisit.
Mental
Imaginez-vous être capable de ressentir ce que tout le monde autour de vous ressent. Imaginez-vous nager dans un flot continu d’émotions, sans être capable de vous extirper, sans même avoir la possibilité de contrôler le flux ; absorbant la moindre bribe d’émotion comme une éponge. Le quotidien de Vanille est ainsi.

Mais alors que l’on pourrait penser que l’enseignante fuit les autres comme la peste, il n’en est rien. Au contraire ; la confiance de Vanille en elle est inébranlable, si bien que cela est gravé sur son visage. Personne n’a jamais eu besoin de déchiffrer l’expression qu’elle arbore au quotidien, celle-ci ne souffre d’aucune ambiguïté. Pour certains, ce n’est que pure logique, pour d’autres un mystère insoluble. Bien qu’elle ait prétendu le contraire pendant des années ; impossible de le nier désormais : elle accepte pleinement qui elle est.

Vanille se voit comme une éternelle optimiste ; elle va de l’avant quoiqu’il arrive. Sans jamais s’apitoyer sur son sort, la demoiselle n’a cependant pas eu la possibilité de traverser toutes les étapes de sa vie comme elle l’aurait voulu. Mais qui peut dire le contraire ? Qui peut affirmer n’avoir traversé qu’un long fleuve tranquille ? Probablement personne ; en cela, Vanille n’est pas différente du commun des mortels.

Sa différence, elle l’a longtemps rejetée, la voyant comme sa principale faiblesse. Il a fallu du temps et une abyssale remise en question avant de se rendre à l’évidence : être une empathe est sa plus grande force. La seule véritable immuable réalité de son existence est ainsi : elle ne peut pas échapper à son don alors elle l’a étreint comme son meilleur ami. Elle n’en a plus peur… elle vit avec plutôt que de le maudire, tout simplement.

Sa faculté de comprendre les autres, éprouver ce qu’ils ressentent au quotidien lui a ouvert les yeux sur un fait qu’elle considère inaltérable : elle est unique au même titre que tout le monde. Pour elle, chaque individu est différent et mérite un traitement particulier, sans aucune exception envisageable. Comment peut-elle l’affirmer avec autant de conviction ? Parce qu’elle le sait. Parce qu’elle l’a constaté via un exemple précis : une même émotion avec une intensité tout à fait variable selon la personne. Si nous étions tous pareils, ne devrions-nous pas ressentir les mêmes choses, exactement au même volume ? Ce n’est évidemment pas le cas.

Vanille ne se considère pas comme une personne fondamentalement bonne ou mauvaise. Pour elle, le caractère manichéen du monde n’est qu’une fable destinée à catégoriser les gens ; sans doute pour éviter à certains de culpabiliser ou d’affronter leurs responsabilités. Après tout, c’est tellement plus simple d’avoir les gentils d’un côté et les méchants de l’autre.

Des qualités comme des défauts elle en a pléthore. Elle a pour habitude de ne jamais tourner autour du pot. Partant du principe qu’elle connaît la réalité des choses, elle estime que cela devrait être le cas pour tout le monde alors sa franchise ne connaît aucune limite. Pas introvertie pour un sou, Vanille assume ses émotions comme celles des autres. Si elle a quelque chose  à dire, elle le dira sans détour, droit dans les yeux. C’est un style. Ça peut plaire comme pas du tout, mais elle a bien conscience qu’elle ne fera jamais l’unanimité alors foutu pour foutu…

Sinon ? Elle boit comme un trou, elle fume comme un pompier ne mâche jamais ses mots quitte à se montrer vulgaire. Elle est d’une loyauté sans limites envers les personnes les plus proches d’elle quitte à bafouer ses principes si la situation l’exige. Au quotidien elle est parfois difficile à vivre comme à suivre, car son attention ne se focalise jamais vraiment sur quelque chose ou quelqu’un. Elle a parfois la tête partout comme nulle part, si ce n’est dans les nuages.

Vanille vit sa vie pleinement, car elle sait qu’en ce monde personne n’est éternel. Alors elle va irrémédiablement de l’avant, emportant ceux qui veulent bien la suivre sur son passage. Elle ne peut pas vous promettre d’être parfaite, elle n’en a ni l’ambition ni l’envie. En revanche, pour ce qui est d’être fidèle à elle même et de ne jamais jouer un rôle pour plaire à la galerie ? Vous pouvez en avoir la certitude.

Finalement l’équation est assez simple : elle est à prendre dans son entièreté ou bien à laisser passer. Il ne tient qu’aux autres de décider. Tout le monde doit faire ses propres choix.
Story
3 ans plus tôt, Vanille venait tout juste de terminer sa première année d’enseignement à Poudlard. L’endroit qui lui avait apporté à la fois tant de joies et de souffrances avait bien changé depuis  ; cela ne faisait que commencer avec les deux Scamanders aux commandes. Pour profiter pleinement de vacances bien méritées, la demoiselle Orfeo Marchisio décida de rendre visite à sa petite sœur moldue : Amalia, à San Francisco.

Elle ne devait plus être loin. C’est en tout cas ce qu’avait affirmé la personne à laquelle Vanille avait demandé son chemin. Se rendant dans le nouveau domicile de sa frangine pour la première fois, la demoiselle aux cheveux cendrés était très enthousiaste à l’idée de revoir Amalia ; elle décida de presser le pas pour lui faire une surprise.

Ne connaissant pas le digicode pour entrer dans l’immeuble dans lequel résidait la jeune femme, Vanille lança discrètement un sortilège pour déverrouiller la porte. Elle fit d’ailleurs la même chose lorsqu’elle trouva l’appartement, car elle n’avait bien évidemment pas les clés ; elle lui rendait visite pour la première fois depuis quelques années. Alors avant que sa sœur ne fût rentrée, la sorcière prit ses aises, visita son spacieux foyer puis posa son fessier sur le canapé avant d’allumer la télé. Elle voulut se servir un verre, mais ayant la flemme de se lever… comme la magie pouvait être pratique parfois.

Elle n’eut pas à attendre très longtemps avant de voir le joli minois d’Amalia faire une apparition aussi soudaine que saugrenue :

Police de San Francisco ! les mains en… mais c’est toi ! La vache la frousse ! Mais t’es dingue ou quoi Van ? J’aurais pu te tirer dessus !
Je t’avais pourtant informé que j’allais te rendre visite cet été. Tu lis tes messages ou quoi ? Mes respects noble inspectrice !
T’as fini de te payer ma tête ?
Euuuuh… nan !

Comme à son habitude lorsque Vanille taquinait sa frangine, celle-ci fit une petite moue boudeuse dont elle avait le secret, avant de se jeter sur le canapé pour enlacer sa grande sœur. Elle éclata en sanglots puis lui dit à quel point elle lui avait manqué. Vanille ne prit pas la peine de lui répondre qu’elle le savait… Amalia connaissait le don de sa sœur, elle savait pertinemment qu’elle ne pouvait rien lui cacher et cela depuis toujours.

Les deux filles de Renato avaient trois ans d’écart. Celles-ci ont toutes les deux vécu le décès de leur mère à la suite d’une maladie malheureusement incurable et cela… quelques semaines à peine avant d’apprendre que Vanille était une sorcière et qu’elle était la seule de sa famille. L’aînée de la fratrie avait toujours eu des doutes sur sa condition, sans jamais avoir eu quelconque certitude. Elle savait que quelque chose clochait, et ce depuis sa plus tendre enfance. Son soulagement fut immense quand enfin elle eut les prémices des réponses à ses questions.

Les deux filles ont donc toujours été séparées et n’ont jamais été dans le même établissement pour leurs études. Elles ont finalement suivi deux voies bien différentes. Vanille était heureuse de voir sa petite sœur aussi épanouie. Mais ce qui lui plaisait le plus chez Amalia c’était que celle-ci ne lui en avait jamais voulu d’être différente. Elle n’avait jamais été jalouse et avait toujours été sincère avec elle ; à croire que ce trait de caractère appartenait à chaque membre de la famille.

Amalia desserra finalement son étreinte, sécha ses larmes et but dans le verre de sa grande sœur malgré les doléances de celle-ci. Et elle lui demanda alors :

Qu’est-ce que tu viens faire ici Van ?
Ah parce que je dois avoir une raison pour venir te voir maintenant ? C’est la meilleure celle-là. Tu me manquais Lia. Tu me manquais terriblement.
Ah non ne commence pas tu vas encore me faire pleurer !
Tu voulais la réponse à ta question, tu l’as.

D’un clin d’œil amusé, Vanille alla chercher dans la poche intérieure de sa veste une petite boîte en métal. À l’intérieur de celle-ci se trouvaient ses joints. Elle en alluma un, toisa sa frangine d’un regard provocateur et attendit les paroles de désapprobation venant de Lia.

T’as conscience que je suis flic pas vrai ?
Ouais. Et ? Tu vas arrêter ta propre sœur ? En plus fumer du cannabis est légal en Californie.
… c’est pas faux.
T’en veux ?
Putain ouais ! Journée de merde, ça va me détendre.
Ah je la reconnais bien là ma petite Lia ! Allez allez sombre du côté obscur ma très jeune apprentie.
Regarde là l’aînée qui se la raconte. Toi alors ! On a que trois ans d’écart ; reste tranquille. Alors, Poudlard ? Allez raconte ! Ça fait quoi d’être prof ?

Vanille pouvait sentir l’excitation émanant d’Amalia. Elle était impatiente d’entendre le récit de sa frangine, perpétrant ainsi l’éternel rituel de la famille lorsque Vanille revenait de Poudlard pour les vacances ou après avoir terminé une année scolaire. L’épopée fantastique de sa grande sœur à l’école des sorciers… une saga qu’elle ne ratait pour rien au monde. Vanille prit une grande inspiration, donna son joint à son interlocutrice et comme à son habitude, fit preuve d’une sincérité à toute épreuve :

Ça fait bizarre pour être tout à fait honnête. Je n’ai pas que de bons souvenirs de cet endroit. Je m’en suis tenu éloignée pendant un bon moment, mais après être revenue de mon voyage en Argentine… je ne saurais comment te l’expliquer, mais quelque chose en moi s’est éveillé. Je crois que j’ai finalement fini par me rendre compte que j’avais des comptes à régler avec cette école et que le moment était enfin venu d’y revenir. Alors j’ai fait ce que j’ai pu pour me faire engager comme prof et… me voilà de retour.
Pas que de bons souvenirs en effet… mais c’était surtout à cause de ton don pas vrai ?
Pas exclusivement, mais quand même en grande partie oui. Huh… je frémis encore quand je pense à mon premier jour, la cérémonie de répartition, le Choixpeau qui m’annonce Serdaigle… puis le flux d’émotions impossible à emmagasiner. J’ai eu l’impression que ma tête allait exploser.
Le bon côté des choses étant qu’on a enfin su ce que tu étais réellement en plus d’être une sorcière. Sorcière et empathe, ça fait beaucoup.

Vanille gloussa. Amalia avait parfaitement raison. La demoiselle aux cheveux cendrés n’avait jamais rien désiré de tout cela. Mais au lieu de s’apitoyer sur son sort… elle est allée de l’avant, sans jamais se retourner. Pour sa petite sœur ainsi que son géniteur ce fut une véritable prouesse. Car Vanille n’avait jamais ô grand jamais demandé un traitement de faveur. Se voyant unique au même titre qu’une autre, elle savait de source sûre qu’elle n’avait pas été la seule à souffrir ; elle fit donc le choix de ne jamais se plaindre et de regarder droit devant elle, toujours le menton levé.

D’une confiance en elle à toute épreuve, Vanille a traversé les étapes de sa vie ainsi que celle de sa scolarité à son rythme avant de constater qu’elle devenait plus forte au fur et à mesure que le temps passait. Son don, malgré les misères qu’il pouvait parfois lui faire, se montrait aussi utile par moment. Plongée dans ses pensées l’espace de quelques instants elle fut interrompue par Amalia qui avait encore des questions à lui poser :

Comment va Steph ?
Steph ? Aucune idée. Je ne l’ai pas vu depuis des années.
Ah c’est dommage, il était tellement sympa. Et puis d’une grande aide surtout ! Tu te souviens quand on a appris que tu es une sorcière, heureusement que lui et sa famille étaient là pour nous prêter main-forte, nous expliquer les tenants et les aboutissants de ta condition. Papa était tellement largué.
Ah bah tu m’étonnes. Mets-toi un peu à sa place ; un homme de science qui découvre que la magie existe, le choc.
Ouais… le pauvre. Ton don t’a fait des misères de nouveau à Poudlard ?
Pas plus que d’habitude. Non le plus dur est derrière moi c’est certain. J’en suis arrivé à un stade où certaines émotions que je j’absorbe sont presque évacuées dans la seconde, comme-ci je recevais une simple information dont je pouvais disposer à ma guise. Steph m’a été d’un grand secours, il m’a fait comprendre que je devais entraîner mon esprit à lui faire comprendre que la majorité des émotions qu’il reçoit ne lui appartiennent pas et que donc… il ne doit pas se faire contrôler par elles. Avec le temps j’arrive à garder mon sang-froid la majorité du temps.
Comment tu fais ?
Il faut rester concentré, appréhender ce que ressent la personne en face de toi comme une information pour ne pas être trop affectée. Ça devient plus facile avec le temps qui passe. Mais crois-moi on ne s’y habitue jamais réellement et ce n’est pas du tout facile à vivre au quotidien. Les véritables difficultés sont lorsque je ne peux pas gérer suffisamment rapidement le flux d’émotions que j’absorbe. À partir du moment où mon esprit ne peut pas suivre le rythme… c’est compliqué. Et puis… il y a les émotions particulièrement intenses… j’ai beau affûter mon esprit tous les jours cela ne change en rien le fait que cette émotion je la reçois de plein fouet sans pouvoir la bloquer. Et parfois ça me met une de ces claques… bref c’est chiant.
Tu fais comment quand le flux est trop important et que tu ne peux plus gérer ?
Je souffre en silence un bon moment et je m’isole dès que je le peux.

Elle le faisait encore : cette petite moue boudeuse. Vanille ressentit la frustration de sa petite sœur et posa sur elle un regard qui se voulait rassurant. L’esprit d’Amalia s’apaisa alors d’un claquement de doigts. Elle ne pouvait l’expliquer avec précision, mais sa grande sœur dégageait quelque chose de spécial. En sa présence, elle ressentait quelque chose relevant de l’ineffable. Elle avait toujours su apaiser ses maux, parfois sans même ouvrir la bouche. Rien que le fait qu’elle était là… c’était suffisant. Mais une question lui brûlait les lèvres et elle ne put se retenir de la poser :

Il n’y a pas d’autres alternatives ? Il n’existe pas un sortilège pour bloquer les valves, pardonne-moi l’expression.
Oh bien sûr que si. Mais… non pas question. Je me refuse de l’apprendre.
Mais pourquoi ?
J’ai mes raisons. Parlons d’autre chose tu veux bien. Non mieux, commande quelque chose à manger et passons une soirée ensemble à ne rien foutre comme au bon vieux temps.
Comme tu veux Van.
D’ailleurs ma chère Lia, je t’adore tu le sais ça ?
Euh… ouais…
Mais c’est pas une raison pour que tu fumes tout le joint !

Vanille attrapa alors le joint des mains de sa sœur et tira dessus. Puis elle laissa Amalia commander ce qu’elle avait envie de manger. Enfin réunies, les deux sœurs passèrent une soirée ensemble « comme au beau vieux temps ».

C’est vrai, ma jeunesse à Poudlard n’a pas été de tout repos. De nombreuses fois je me suis fait totalement dominer par mon don. Malgré tout je n’ai pas perdu la confiance que j’ai en moi et à la manière de ma faculté, j’ai évolué, j’ai mûri. Après avoir passé mon temps à fuir Poudlard en voyageant un peu partout dans le monde, j’ai décidé de revenir il y a de cela un an. Je ne pense pas qu’être née empathe est une malédiction… je ne l’ai jamais réellement cru. Il fallut m’adapter tout simplement. Avancer petit à petit, jour après jour, épreuve après épreuve. J’entame un nouveau chapitre de ma vie et je l’aborde comme je le fais toujours : la tête haute.
Derrière l'écran
Zireael — Bonjour bonjour ! Beh moi c'est Zireael (fan de the Witcher comme vous pouvez vous en doutez avec ce pseudo ; pour les connaisseurs) beh j'espère que Vanille va vous plaire ! Je fais de mon mieux pour vous finir ma ptite fiche au plus vite !  love


Dernière édition par Vanille Orfeo Marchisio le Lun 22 Juil - 21:50, édité 5 fois
Calixte Gamelios
Bibliothécaire
Bibliothécaire
Calixte Gamelios
Messages : 30
Points : 36
Re: It's all about life's little pleasures — Vanille. Ven 19 Juil - 20:19

Bienvenue !
Au plaisir de te croiser en rp love
Florence Woolf
Eleve cracmol
Eleve cracmol
Florence Woolf
Messages : 26
Points : 66
Re: It's all about life's little pleasures — Vanille. Sam 20 Juil - 20:24

Ok j'avoue c'est l'avatar qui m'a tapé dans l'oeil (Ashe jtm jpp)

Mais le personnage a l'air grave cool! Plus y'a de profs mieux c'est haha


fais des cours pours les 1eres années stp aled
Vanille Orfeo Marchisio
Professeur d'étude des moldus
Professeur d'étude des moldus
Vanille Orfeo Marchisio
Messages : 41
Points : 100
En couple avec : haha.
Re: It's all about life's little pleasures — Vanille. Dim 21 Juil - 14:25

Cal - Huhu, merci !  love  Hâte de démarrer mais j'ai encore une histoire à écrire (allez on y croit).
Floflo - (asheeeeeeeeeee love ) ravi que l'avatar te plaise et j'espère que le personnage plaira également !
Rachel O'Sullivan
Mrs. Scamander
Mrs. Scamander
Rachel O'Sullivan
Messages : 282
Points : 708
En couple avec : Orphan Scamander (mariée).
Re: It's all about life's little pleasures — Vanille. Lun 22 Juil - 19:40




Bienvenue au professeur d'Étude des Moldus !

Vanille est super attachante dans sa façon de gérer sa vie/ses problèmes/les angoisses/son don, le genre de personnes qui rayonnent quand tu les rencontres (c'est aussi intimidant que c'est admirable)
Bienvenue ici en tous cas j'espère que tu t'amuseras avec ton personnage rub n'oublie pas de recenser ton poste vu que tu es prof love


Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien, ainsi que ton téléphone portable (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar et tu peux aussi faire une demande de rp, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.


Contenu sponsorisé
Re: It's all about life's little pleasures — Vanille.

It's all about life's little pleasures — Vanille.
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Life
» serie life
» TERMINATOR 2 JUDGEMENT DAY: T 800 ENDOSKELTON Life size figure
» The hooping life
» Life Size Bust Harvey Dent "The Dark Knight"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Ceremonie de répartition :: Fiches validées-
Sauter vers: