Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin]

Jonas Sandström
The disoriented and icy kitten
The disoriented and icy kitten
Jonas Sandström
Messages : 56
Points : 146
En couple avec : Personne !
Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Dim 11 Aoû - 11:55

Une fille arrêtée, des livres à la ramasse !
Ft. Dorothy Martin
Le jeune homme avait rendez-vous avec Dorothy Martin, une Serdaigle mais aussi une camarade qui a plutôt bonne entente avec Jonas. Pourquoi est-ce qu'il devait se rendre au Chemin de Traverse ? À vrai dire, il avait aucune putain d'idée sur le pourquoi du comment ils s'étaient donné rendez-vous là-bas. Faut dire que cet endroit commence à lui taper sur les nerfs, il est déjà venu ici quelques jours auparavant pour aller acheter des fournitures, voilà que maintenant, fallait qu'il revienne pour rendre des livres qu'il avait emprunté à cette fille.

S'il avait su que sa camarade serait du genre à se faire arrêter durant le bal, il n'aurait jamais emprunté les livres, ça lui aurait évité de faire du chemin pour rien. De plus, la famille Sandström n'allait pas tarder à partir chez leurs parents, et Jonas n'avait pas envie d'être un boulet pour eux en arrivant en retard, même si ce n'était pas aujourd'hui le départ, mais seulement dans quelques jours. Bah ouais, fallait préparer le départ, ranger toutes les affaires, se préparer à prendre leur envol pour la Suède. Il avait hâte le pépère d'y être, de revoir ses parents, cette fameuse maison qu'il n'avait pas pu voir depuis l'année dernière, ça lui manquait tout ça. L'ambiance familiale serait à son comble là-bas, et il aurait au moins le plaisir d'être avec sa sœur ainsi que son frangin, n'étant pas obligé que de restreindre son temps. Ce serait l'un des nombreux avantages. Mais bon, pour l'instant, il devait se concentrer sur sa mission car la serdaigle lui avait demandé de lui rapporter les livres, donc le jeune homme se devait d'obéir. Est-ce que ça ne pouvait pas attendre la rentrée ? Pas aux yeux de la miss on dirait bien.

D'ailleurs, le gala avait été un véritable bazar. Heureusement que le jeune homme n'y avait pas été, ça aurait été trop galère que d'assister à ça, et se faire arrêter pour X raison, c'était pas son genre non plus. Au moins, avec Elias et Linn, il était rassuré de voir que sa fratrie n'avait rien parce que si ça n'avait pas été le cas, le futur étudiant aurait certainement pété un câble et il aurait tout fait pour les protéger. Mais bon, la famille était en sécurité, c'était le plus important à ses yeux. Par contre, le serpentard comptait bien demander des renseignements à la jeune fille, ça allait bien deux secondes que de le faire voyager alors il avait bien le droit à des informations sur le gala, elle pouvait au moins faire ça. Surtout lui expliquer ce que la demoiselle avait fait pour se faire arrêter, mais la connaissant, Jojo avait déjà une idée.

Bref, ce dernier continua sa route, passant à côté de trop de monde à son goût. Tss, ça l'énervait que d'être ici en premier lieu, mais alors s'il devait se taper toutes les personnes qui faisaient pas attention où elles allaient, ça n'allait pas le faire du tout. Même qu'un moment, quelqu'un est rentré dans le Jojo, un jeune garçon, et ce dernier l'a engueulé un bon coup. La mère était pas loin et elle a commencé à lui gueuler dessus en mode "euuh pourquoi est-ce que vous dites des choses pareilles à mon fils blabla", bah elle avait qu'à mieux le surveiller son gosse là. Encore une incompétente de merde, il était vraiment pas d'humeur. Dorothy avait pas intérêt à le faire chier aujourd'hui parce que ça risquait de tourner au vinaigre.

Une fois arrivé au point de rendez-vous, celui-ci décida de s'asseoir sur un banc pour éviter de se mêler à la foule ou d'être encore bousculé par un gosse qui fait pas attention. Le jeune homme vérifia s'il avait bien amené tous les livres en question, et c'était bien le cas alors manquait plus que la fameuse personne. Jonas ne pouvait s'empêcher de penser aux différentes organisations, se demandant si les arrestations pouvaient être en lien avec ça. Bah, c'était pas son problème au pire.

"Bon, c'est quand qu'elle se bouge les fesses ?" soupira ce dernier en espérant que ce moment serait vite terminé.
ASHLING POUR EPICODE

Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Lun 12 Aoû - 16:51

So What
j'suis casse couille, ça se savait pas ?

En général, tu étais du genre à accueillir les vacances avec une certaine indifférence. Passer deux mois sans activités aucune que celle de supporter les tiens n’avait jamais été une perspective qui t’enchantait réellement. De même, tu avais souvent bien du mal à trouver un certain repos et épanouissement dans ces quelques semaines de repos. Tu préférais largement les murs de Poudlard pour la richesse de ses pièces, musiques, escrime, bibliothèques, labo de potion, il y avait à l’école de quoi s’occuper. Bien plus qu’à la maison te semblait-il. Oui, en général, l’été ne t’enchantait guerre, sauf cette année.

Soyons clair, cette année, les vacances sonnaient comme une libération. Poudlard, tu en avais ras-le-bol. Le Ministère ? The Crow ? Les Foxes ? N'en parlons même-pas. La lutte avait pris une tournure beaucoup plus personnelle et nettement moins objective depuis l'attaque du Ministère au bal de fin d'année. Ton arrestation et tout ce qui avait suivi t'étais singulièrement restée en travers de la gorge, frustrée, condamnée à goûter une fois de plus les douces joies du sel. Tu sentais ta patience et ta stabilité émotionnelle atteindre une certaine limite depuis cette soirée fatidique, une certaine lassitude également. Tu sentais qu'il te suffirait d'un rien pour te mettre à hurler et aller toi-même taper le premier corbeau que tu croises. Tu en avais marre, tout simplement. Marre de ne pas pouvoir profiter de ta vie d'ado, de tes amis, de ton petit-copain sans qu'un terroriste qui devait sûrement avoir eu un problème avec sa maman dans le passé ou un traumatisme dû à son micro-pénis (oui tu étais salée à ce point) ne viennent gâcher TA vie. Alors oui, t'accueillais, pour une fois, ces deux mois de vacance à bras ouvert. Un break bien mérité. Tu comptais profiter de Sandro, passer du temps avec lui, chez lui, découvrir son monde comme tu lui avais promis. Tu comptais également passer du temps avec Gus, vous accorder un peu de temps ensemble suite à ces semaines difficiles qui avaient vu vos temps de complicités drastiquement chutés. T'avais dans l'idée de voir Ethan, Bert, de te laisser aller un bon coup tout en envoyant singulièrement chier l'apocalypse promise par l'autre emplumé. T'en avais besoin. Mais avant d'aller te réfugier dans les baisers de Sandro, avant d'aller faire des choses débiles avec Gus, tu te devais d'aller récupérer certaines affaires que tu avais dû (on se demande pourquoi) laisser à Poudlard. T'avais confié cette noble tâche à Jonas. Un camarade de classe estimé et apprécié.

Jonas, avait cette même rage de vaincre, cette même fierté maladive sur certains points. Jonas, avait le même caractère de cochon que toi. C’était peut-être pour ça que malgré une rivalité évidente, vous en étiez venu à vous respecter. Parler d’amitié était encore très cavalier, mais tu savais que Jonas possédait certaines qualités et c’était un adverse que tu respectais, appréciais et surtout estimais. C’est tout naturellement que tu lui avais demandé de récupérer quelques affaires et donnée rendez-vous au chemin de traverse pour les récupérer. Tu transplanes de chez toi, légèrement pressée. La première chose que tu feras après avoir été en possession de tout tes biens, c’est d’aller quémander tes congés à ton paternel. Congé que, tu ne le découvriras que ce soir, seront soumis à quelques conditions. Tu jettes un derniers coup d’œil à ton portable, répond à un sms de Gus et envoie un petit cœur à Sandro suivit d’un petit « Je préviens mon père en rentrant, je te tiens au courant <3 » avant de lever les yeux vers la vaste rue. Tu n’as que quelques mètres à parcourir avant de retrouver le visage familier du Serpentard.

« Désolé de t’avoir fait venir jusqu’ici, j’avais vraiment besoin de ces bouquins. T’attends pas depuis trop longtemps ? »


Jonas # Chemin de Traverse # été 2029


Voir le profil de l'utilisateur
Jonas Sandström
The disoriented and icy kitten
The disoriented and icy kitten
Jonas Sandström
Messages : 56
Points : 146
En couple avec : Personne !
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Jeu 15 Aoû - 13:55

Une fille arrêtée, des livres à la ramasse
Ft. Dorothy Martin
Jonas n'était pas quelqu'un qui pouvait rêver de quoi que ce soit durant cette période de l'année, c'était simplement une pause après tout ce travail acharné, mais il avait encore une once d'espoir de pouvoir retrouver toute sa famille au complet. Normalement, le départ était prévu dans même pas quelques jours, et ça l'enchantait que de se dire qu'il pourrait revoir ses géniteurs, sans pour autant sauter de joie comme un enfant gâté, ce n'était pas son genre. Rendre service comme il s'apprêtait à le faire, ce n'était pas dans son style non plus, mais il ne pouvait pas refuser ça à sa camarade. Dorothy n'était peut-être pas encore parvenue à un stade d'amitié avec le Serpentard, mais celui-ci estimait beaucoup la jeune fille, lui trouvant des points communs avec lui-même. Faut dire, c'est vrai qu'elle était plutôt chiante parfois, elle aimait bien le provoquer de temps en temps, mais ce dernier n'hésitait pas à faire pareil quand ça lui chantait, donc on pouvait dire que c'était donnant-donnant, une relation équilibrée.

Puis, avoir son air fier et son attitude arrogante, ça ne lui faisait pas de mal qu'on le redescende sur terre de temps en temps, histoire qu'il n'oublie pas sa part d'humanité, et surtout, le fait qu'il n'était pas intouchable comme il le prétendait si bien. Le Chemin de Traverse, au début du mois de juillet, c'était vraiment un bazar pas possible, surtout avec cette odeur de pollution avec les trains, ça ne lui faisait pas plaisir que d'être ici en cette période. Quoi que, la dernière fois, il avait bien rencontré une Poufsouffle dans les alentours, alors peut-être qu'aujourd'hui aussi, ce dernier rencontrerait quelqu'un d'autre que Dorothy ? Celui-ci espérait de tout cœur de ne pas croiser un camarade de sa maison, il n'était pas d'humeur à lancer des piques à droite à gauche, et devoir se montrer tout le temps au-dessus des autres, ça pouvait devenir fatiguant au bout d'un moment. Avec Dorothy, ce qui était bien, c'est qu'il n'avait pas forcément besoin de se montrer hautain et prétentieux, il pouvait être celui qu'il était véritablement, sous ses humeurs diverses et variées. Point positif pour le loulou.

Bon, il faudrait vraiment que ce dernier s'explique avec la Serdaigle, parce que ça lui semblait étrange que cette histoire de bal. Cela ne le concernait pas vraiment puisqu'il n'avait pas assisté à cet événement, mais comme ça avait un lien avec Poudlard et ses camarades, celui-ci se donnait les droits que d'aller demander des informations supplémentaires à sa camarade. Autant choper un maximum de renseignements pour ensuite aller raconter ça en détails à sa fratrie, surtout au petit dernier qui avait bien envie de s'avoir la suite de cette histoire, fallait bien alimenter le réseau ! Pour l'instant, ce dernier était simplement assis sur un banc, en train de regarder droit devant soi et de se demander comment il pourrait aborder le sujet avec la miss, n'ayant pas très envie de la mettre en colère dès le début, surtout s'il s'avérait qu'elle n'avait pas envie d'en parler, ce serait un peu délicat que de mettre le sujet en avant. Puis, c'était le début des vacances, donc ça devait être une délivrance pour Dorothy, mais avec Jojo dans les parages, on ne pouvait jamais être tranquille.

Oh, mais ne serait-ce pas la Serdaigle qui s'avance vers lui ? Si si, le jeune homme avait bien reconnu sa voix, une qui lui était familière depuis longtemps déjà. La première phrase qui venait de sortir de sa bouche était une excuse pour l'avoir fait venir ici, et ça, ça ne pouvait que plaire à Jojo ! Au moins, la demoiselle savait que ce dernier avait fait le déplacement exprès jusqu'ici pour lui rendre ses livres, alors qu'il aurait pu traîner autre part. Mais bon, le John n'avait pas envie de lui en faire la remarque, elle avait dû subir pas mal d'épreuves jusqu'ici, donc autant ne pas aggraver la situation. Sa question le laissait dubitatif, est-ce qu'il avait attendu longtemps ? Non, ça faisait à peine quelques minutes... mais, pas oralement.

"Oui, ça fait déjà une heure que j'attends ici, je me suis pointé en avance" fit celui-ci en poussant un grand soupir, un brin d'exagération dans ce dernier. "Ou plutôt seulement quelques minutes" conclut le jeune homme en affichant un sourire moqueur, histoire de changer les idées à la Serdaigle.

Ce n'était pas méchant, c'était seulement pour essayer de la faire rire un peu, parce que rien qu'à sa tête, ça se voyait qu'elle n'en pouvait plus des événements qui s'étaient produits un peu plus tôt à Poudlard, donc autant essayer de la rendre plus joviale.
ASHLING POUR EPICODE

Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Ven 16 Aoû - 16:58

So What
j'suis casse couille, ça se savait pas ?
Il y a des choses qui ne changent pas, même en temps de trouble. C’est un peu la pensée qui passe dans ton esprit à la première réplique de ton camarade. Tu croises les bras sur ta poitrine, un petit air hautain au visage, en général tu lui aurais répliqué quelque chose de cinglant avec un léger sourire en coin, votre façon de vous dire bonjour, en quelque sorte. Seulement pas cette fois. Parce que ce serait mentir que de dire que son sourire sarcastique, que ses piques volontaires ne sont pas une source de réconfort, ici et maintenant. Tu avais depuis trop longtemps versé dans le dramatisme et tu en avais eu ta dose. Tu en avais marre, de devoir encore et toujours être chamboulée, inquiète, stressée, sérieuse. En fait, ce dont tu avais besoin était d’un bon vieux retour à la normale et c’est ce que l’attitude de Jonas t’évoque. C’est comme d’habitude. Ça ne change pas. Il n’y a pas de drama, de réactions étranges, inattendues. C’est banal et tu aimes ça. À toujours vouloir viser l’extraordinaire, on en oubliait l’importance de la banalité.

« Quelle idée, aussi. » Lances-tu avec un sourire. « Tu pourrais faire comme tout le monde et ignorer la ponctualité. »

Ce qui était quelque chose de plutôt rependue dans la communauté adolescente, arriver à la bourre était un art pour certain. Toi-même, tu étais plutôt du genre ponctuel mais il t’arrivait quelque fois de faire une entorse à la règle. Il t’arrivait de repousser volontairement le réveil, de regarder d’un haussement d’épaule l’horloge de la salle commune en comptant sur le fait que deux minutes de retard ce n’est que 120 secondes et que c’est relativement rapide à compter. Pour l’heure, vous en étiez tous deux à ne pas dépasser la barre symbolique des quinze minutes, tu prends ça comme un gage de qualité.

« Enfin, merci d’être venu. »

Il était tout à fait en droit de t’envoyer balader et tu en étais consciente. Pour ça, tu ne pouvais que le remercier. Il aurait pu te mettre en stop, te dire qu’il n’avait pas le temps ou même pas l’envie. Chacune des raisons qu’il aurait pu t’énoncer étaient légitimes et ce à cause des circonstances. Les choses avaient irrémédiablement changé. Que tu ne veuilles pas te l’avouer par crainte des conséquences est une chose mais ça n’occulte en rien les faits. Jonas, comme beaucoup, avait de la famille à Poudlard, des amis, des gens qui auraient pu être directement ou indirectement touchés par les évènements. Tu ne peux pas dire que personne n’est indifférent à la situation, le Corbeau a joué ses cartes de telle sorte à ce que personne ne le soit. Tu n’avais pas eu le temps de communiquer avec ton camarade sur la situation, mais tu te doutais que, pour lui aussi, les choses avaient dû être dures et mouvementées.

« Plus sérieusement, comment ça va ? Personne n’a été touché chez toi, ni ta sœur, ni ton frère ? »

Tu avais compris combien il était traumatisant de voir une soirée brusquement arrêtée et un quotidien brusquement saccagé. Tu avais compris combien il était traumatisant de voir des visages connus se déformer sous la crainte, se faire enlever pour aller on ne sait où. Toi-même, tu avais eu peur, tu avais eu envie de pleurer. Tu n'imagines pas ce que tu aurais éprouvé si, parmi ces visages, il y avait eu celui de Gus. Tu avais eu la satisfaction de laisser Sandro en dehors de tout ça, mais même après-coup, un choc restait un choc.

Jonas # Chemin de Traverse # été 2029


Voir le profil de l'utilisateur
Jonas Sandström
The disoriented and icy kitten
The disoriented and icy kitten
Jonas Sandström
Messages : 56
Points : 146
En couple avec : Personne !
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Sam 17 Aoû - 10:20

Une fille arrêtée, des livres à la ramasse
Ft. Dorothy Martin
Jonas avait eu envie de la taquiner, de lui montrer qu'il était là quand elle en avait eu besoin, que ce soit pour les livres ou même parler de ce fameux événement. Pour lui, Dorothy était quelqu'un de précieux à ses yeux, même s'il ne la considérait pas encore tout à fait comme une véritable amie à cause du temps qui leur manquait pour apprendre à mieux se connaître, ce dernier ne pourrait supporter si celle-ci venait à lui tourner le dos, car ça faisait déjà un bon moment qu'ils avaient fait connaissance. Puis, les petites piques, les clins d’œil, les langues tirées, les blagues salaces, tout ça était un très bon souvenir. Le serpentard n'était peut-être pas du genre à s'inquiéter pour les autres, ni à les consoler dans leur peine, mais quand il s'agissait de ses amis, ou alors de ses proches d'une manière ou d'une autre, ce dernier n'hésitait pas à faire tout ce qu'il était en son pouvoir pour leur redonner l'envie de rire, le goût de l'amusement (surtout venant de la part d'un travailleur acharné, cela peut surprendre), et les tirer vers le haut pour qu'ils n'abandonnent jamais.

C'était un peu un second travail, mais qui n'était pas du tout embêtant, au contraire ! Une sorte de mission qu'il s'imposait. Le grand-frère protecteur, l'aîné qui veut le bonheur des autres, sauf de ceux qui le font chier et qu'il aime pas bien sûr. Derrière ses airs de prétentieux, d'arrogant, de fier, il y avait un fond gentil qui n'attendait qu'à ressortir, qu'à se montrer pour que tout le monde puisse comprendre que ce n'était pas qu'un connard. Certains avaient réussi à le découvrir, d'autres étaient dans la bonne voie pour ça, et Dorothy était dans le deuxième cas. Doucement mais sûrement, les deux jeunes gens se rapprochaient de manière amicale, et le Jojo n'osait pas forcément le dire, mais ce rapprochement lui faisait du bien, surtout si la serdaigle venait à franchir un cap en devenant définitivement son amie. Bien évidemment, le futur étudiant ne comptait pas lui dire tout cela, étant bien trop digne pour être sentimental à ce moment-là.

Bon, sa camarade avait l'air d'avoir bien pris la blague, même si son comportement était légèrement différent aujourd'hui. Celle-ci ne lui avait pas lancé de piques, comme elle avait l'habitude de le faire en général, mais le John n'insistait pas pour savoir le pourquoi du comment. Tant qu'elle avait ce petit air hautain avec ses bras croisés, c'était bien la Dorothy qu'il connaissait ! Cette dernière lui avait répondu qu'il avait eu une drôle d'idée aussi, ce qui fit que Jojo haussa un sourcil, en signe d'interrogation. Disons que ça voulait dire quelque chose du genre : "Ah ouais ? J'vois pas de quoi tu parles". Quand la serdaigle lui expliqua qu'il aurait pu faire comme tout le monde et arriver en retard, le serpentard se montra (d'une manière bien exagérée) indigné, avec une expression de surprise mélangée à une bouille d'enfant qui n'a pas aimé la remarque. Comment ça, arriver en retard ? Ce n'était absolument pas son genre, le futur étudiant respectait toujours la ponctualité, manière de montrer qu'il respectait tout autant la personne qui lui avait donné rendez-vous.

"No way. Je suis pas comme ça" fit le loulou en esquissant un sourire narquois, car il venait de se rappeler qu'il était déjà arrivé en retard pour certaines personnes, mais ces gens étaient généralement des chieurs, des cons, des... fin voilà.

C'est vrai qu'il aurait pu arriver en retard, mais ça ne lui était pas passé par la tête. Puis, quel est l'intérêt que de se pointer en retard alors que ce n'est qu'une question de discussion mais aussi pour rendre les livres ? Autant arriver à l'heure, parler durant une bonne heure en sirotant quelque chose, passer les bouquins, et rentrer chez soi. Le fait de ne pas être ponctuel faisait perdre du temps plus qu'autre chose, et ce n'était pas dans son délire de toute façon. Celui-ci était surpris que sa camarade venait de le remercier d'être venu, il ne savait pas trop quoi en penser, est-ce que ça allait vraiment de son côté ? Elle avait l'air un peu perdue dans ses réflexions, peut-être que l'événement du bal avait été bien trop... dur à ses yeux ? D'ailleurs, la miss venait d'aborder le sujet, en lui demandant si quelqu'un avait été touché dans sa famille, si ça n'avait pas été trop compliqué de son côté, etc. Le jeune homme observait la miss de manière méticuleuse, remarquant bien qu'elle était certainement en train de penser à ça.

"Oui, tout va bien pour nous. Personne n'a été touché de notre côté" fit ce dernier en hochant la tête pour montrer que tout allait bien pour lui et sa fratrie. "Et toi ? J'ai entendu que tu y avais eu le droit ?" questionna le Jojo en l'invitant à s'asseoir sur le banc, histoire qu'elle ne patiente pas trop debout.

Celui-ci n'avait pas envie de la laisser dans cet état, donc il décida de lui tapoter la tête, pas de la même manière quand on le fait à un chien, mais étant beaucoup plus doux que d'habitude. Il détourna la tête le temps de cette action, n'étant pas très à l'aise avec le contact physique, mais c'était pour lui redonner un peu d'énergie parce qu'elle semblait un peu trop triste à son goût.
ASHLING POUR EPICODE



Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Lun 19 Aoû - 15:36

So What
j'suis casse couille, ça se savait pas ?
Évidemment, Jonas n'était pas comme ça. Tu esquisses un léger sourire, évidemment, il n'était pas comme ça, non. Pour autant, tu sais que sous ses airs un peu rigides, il peut se montrer beaucoup plus joueur qu'il ne le laisse paraître. C'était le propre de la fièvre compétitive, elle vous pousse à adopter des comportements beaucoup plus entreprenant. C'était le propre de Jonas et tu l'appréciais pour ça. Il te semble que c'est le genre de comportement humain qui donnent un peu de sens à ce quotidien qu'on tente de vous enlever par la force depuis quelques mois. Ton engagement, ton combat, avait été dès le départ motivé par la fierté, c'était quelque chose de personnel. Dans un sens, ça l'est toujours. Cependant, tu aurais tendance à nuancée tes motivations, aujourd'hui. Ce n'était plus seulement une question de fierté, ni même de devoir. C'était une question de volonté, pas seulement celle de protéger les gens auxquels tu tiens, mais surtout celle de protéger leur quotidien. De protéger tous ces petits moments qu'on considère comme banals mais qui donnent toute sa saveur à une existence, ces petits moments qu'on ne remarque pas mais qui sont les premiers à nous manquer quand ils ne sont plus là. Tous ces petits moments-là. Oui, si tu devais définir ton engagement aujourd'hui, tu dirais qu'il est nettement moins égoïste.

C'est peut-être par cette volonté particulière que tu en viens à demander des nouvelles. Tu sais comment ce genre d'évènement coup de poing peu bousculer les gens, faire tressaillir leur fondement. Par chance, Jonas et sa fratrie ont eu la chance d'en réchapper. Tu pousses un soupir soulagé. Si certains avaient pu rester extérieur à l'évènement, ce n'en était que mieux. Beaucoup de questions restaient encore sans réponse et sans doute certaines ne serait jamais résolues, la situation était floue, bordélique. Démêler le vrai du faux était un exercice difficile auquel tu t'étais livrée malgré toi et tu en étais ressortie épuisée. Tu avais besoin de repos, tu avais besoin de souffler, de ne plus te poser de question. Même si ce n'était qu'une pause temporaire, elle était nécessaire. Ta fatigue, d'ailleurs, devait se lire sur ton visage et si le geste de Jonas t'arrache un regard surpris, tu ne prends pas la peine de relever quoi que ce soit. Ce n'était pas nécessaire. Au contraire, tu appréciais ce soutient silencieux, sans mots. Ça vous ressemblait bien. Des fois, il n'y avait pas besoin de mot. Tu lui offres un sourire reconnaissant en acceptant son invitation à t'asseoir. Tu croises tes bras, tes jambes, bascule la tête sur le haut du banc pour observer le ciel, un soupire aux lèvres.

« J’étais aux premières loges. » Lâches-tu avec un sourire désabusé. « C’était un désastre Jonas, débarquer comme ça, user de la force pour embarquer des élèves -pour certains mineurs qui plus est- et les interroger, comme ça, en plein milieu du bal. Si je comprends l’urgence qui a motivée l’intervention, je ne peux pas approuver la méthode…. Le ministère a commis une grossière erreur et c’est à The Crow que ça profite. »

Et c’est en grosse partie cela qui te restait au travers de la gorge. Tout était encore floue et si le ministère avait tenté de réparer ses torts et avait fait preuve d’une bonne volonté, ça n’en changeait en rien la gravité des évènements. Ce qui est fait est fait. Le mal avait été déjà commis et il était impossible d’en effacer totalement les traces et tu n’aimais pas ça. Tu tournes ton regard vers Jonas.

« Dans un sens, je n’arrive pas à totalement en vouloir au ministère parce qu’avec le recul je me dis que j’aurais sûrement agis de la même façon. Si j'avais eu entre mes mains des preuves, des visages, des noms, j’aurais sûrement débarquée de la même façon en pensant agir pour le mieux. Parce que la fin justifie les moyens et que la crise est grave. »

Seulement ça avait été une erreur. Les preuves, les visages, les noms, n’étaient pas ceux des coupables mais des innocents. En pensant agir dans l’intérêt commun, cet agent du ministère avait commis une faute et avait, inconsciemment, ouvert la voie au Corbeau. Son discours était plus légitime, désormais. Maintenant, le Corbeau semait le doute, questionnait. Certains risquaient d’approuver sa vision corrompue du monde. Il fallait empêcher ça… Mais comment ? L’ennemi ne commettait aucune faute quand vous en faisiez des centaines. Vous n’étiez que des gosses. Ethan avait raison, la situation vous dépassait tous.

« Mais le ministère s’est planté. En pensant détruire le corbeau il l’a légitimé. Honnêtement, j’étais vénère en sortant de là mais avec le recul j’arrive à ne pas garder trop de rancune vis-à-vis des événements… Par contre je ne suis pas sereine quant à la suite. » Tu soupirs de nouveau, tourne ton regard vers les nuages, songeuse. « Les gens vont se méfier du ministère maintenant et se demander si The Crow est si néfaste qu’on le dit. Ça dépasse Poudlard, Jonas, ça n’a plus rien à voir avec l’école. J’avoue qu’à notre échelle j’ai du mal à voir comment faire pencher la balance. On est juste… Impuissants et c’est frustrant. »

Frustrant était le mot. Le plus raisonnable était encore de baisser les bras mais tu n’en étais humainement pas capable. Tu ne pouvais pas, pas après tout ça. Cependant, tu avais besoin d’une pause, c’était certain. A trop faire tourner les idées en boucle tu allais finir par en devenir folle, obsédée. C’était précisément ce qu’il fallait éviter. Il fallait rester objectif, ne pas laisser la peur et la paranoïa gagner. La vie continuait et la résistance passait aussi par le devoir de vivre sa vie, de lui montrer que son ombre ne vous empêchait pas de rire, de profiter de votre jeunesse. Si les enfants, qui sont les plus vulnérables, montraient que le vol du corbeau ne les arrêtaient pas, alors peut-être que les plus grands en feraient autant.

« Je compte profiter des vacances pour me ressourcer. » Lâches-tu enfin. « Je ne veux pas laisser la peur prendre le dessus… C’est con, mais c’est peut-être tout ce qu’on peut faire en l’état actuel des choses. Montrer qu’on n’a pas peur. Ça ne sert à rien de toute façon, la peur ça n’a jamais évité le danger. »

Et tu ne dis pas ça pour te convaincre, non.
Jonas # Chemin de Traverse # été 2029


Voir le profil de l'utilisateur
Jonas Sandström
The disoriented and icy kitten
The disoriented and icy kitten
Jonas Sandström
Messages : 56
Points : 146
En couple avec : Personne !
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Mer 21 Aoû - 14:44

Une fille arrêtée, des livres à la ramasse !
Ft. Dorothy Martin
Jonas savait bien que ce n'était pas le moment de demander des précisions, surtout que c'était le début des vacances, une nouvelle chance d'oublier les événements tragiques des semaines précédentes, mais le jeune homme avait envie de savoir ce qu'il s'était réellement passé. Il n'avait pas assisté au bal, donc il désirait avoir des détails sur ce qui s'était passé, en sachant que ça faisait bien la une des journaux, preuve que c'était important et non négligeable. Pourtant, ça ne devait être qu'une formalité, un bal de fin d'année, mais c'était devenu un véritable cauchemar pour certaines personnes, surtout pour les plus jeunes ayant assisté à cette violence par rapport aux arrestations, tout ça en pleine fête. Le blondinet avait été bien content de ne pas avoir été là, de ne pas devoir voir les visages effrayés de sa jumelle et de son jeune frère, de voir les gens choqués, effrayés par ce qu'il se passait, dans l'incompréhension totale.

Le futur étudiant n'aimait pas se retrouver dans une situation où il ne comprenait pas, où il n'avait pas la science infuse pour expliquer le pourquoi du comment, ça le stressait et le rendait nerveux, jusqu'à lui faire perdre ses moyens. Comment aurait-il fait durant ce bal ? Est-ce qu'il se serait laissé aller à ses émotions instables ? Dorothy avait assisté à tout ça, donc c'était bien normal qu'elle soit encore choquée, émue, ça ne pouvait qu'être compréhensible que toute cette peine qui se ressentait, de cette aura... différente qui se dégageait d'elle. On dit souvent que la manière de penser et d'agir change quand on assiste à des choses émotionnellement dures à supporter, et Jonas pouvait le constater avec sa camarade, qui semblait beaucoup moins apte à plaisanter avec lui. Cela ne faisait pas si longtemps, après tout, et il fallait un temps d'adaptation pour digérer les événements. Le serpentard regardait désormais droit devant lui, essayant de trouver les mots justes pour réconforter la poufsouffle, ne sachant que dire dans ces moments de blanc total.

Parfois, il n'y avait pas besoin de se parler pour se comprendre, comme le moment présent. D'ailleurs, il était rare que la demoiselle accepte de se faire caresser la tête de cette sorte, mais aujourd'hui, c'était spécial. Ce n'était pas pour se moquer que Jojo avait fait ce geste, mais pour essayer de lui rappeler qu'il était là si elle avait besoin de parler, que ça resterait toujours la même chose entre eux malgré l'événement, et peu importe ce qu'il pouvait advenir dans le futur, Jonas ne s'éloignerait pas de Dorothy. C'était une très bonne camarade qu'il n'avait pas envie de perdre ou de la voir triste, c'est pour cela que, pour une fois, ce dernier avait pris les devants. Cela avait eu l'air d'avoir un effet positif, puisque la miss n'avait rien dit de particulier, se laissant faire. Le blondinet espérait qu'elle ait compris le message qu'il voulait lui faire passer, n'aimant pas ouvrir sa bouche dans des moments précieux comme celui-ci, il préférait profiter à fond de l'ambiance, du rapprochement, sans placer une seule remarque moqueuse comme à son habitude.

Voilà que Dodo venait de commencer la discussion en lui expliquant qu'elle avait été aux premières loges de ce triste spectacle, continuant son récit en lui disant que c'était l'horreur, que des élèves avaient été arrêtés, que ça avait mis un sacré bazar durant la fête, tout en lui exprimant son point de vue négatif par rapport à la décision du ministère de la magie. Jonas l'écoutait attentivement, étant d'accord avec elle sur le fait que le ministère n'aurait jamais dû intervenir en plein milieu du bal, mais qu'il aurait peut-être été préférable de faire ça après. Cela avait marqué les esprits de beaucoup, et ça n'avait pas laissé de bonnes traces. The Crow, on en parlait toujours de ça, et il fallait que Jojo mène son enquête sur ce sujet pour avoir le plus d'informations possibles.

"Tu m'étonnes, ça devait être stressant et incompréhensible à la fois. Le ministère aurait dû faire cela une autre fois, même si la situation était urgente. Puis, entre nous, les preuves détenues étaient les mêmes depuis longtemps, alors ils auraient pu intervenir à un autre moment. S'ils sont intervenus... c'est certainement parce que c'était un événement qui réunissait une grande majorité des élèves, un moment opportun pour en choper le maximum en une soirée" fit ce dernier en haussant les épaules, un air dégoûté sur le visage.

Il avait dit ses pensées, tout en espérant ne pas appuyer à un endroit où ça faisait mal pour Dorothy. Il espérait ne pas avoir fait de bêtises en exprimant son point de vue, qui était encore même lié avec celui de la poufsouffle, allant dans le même sens de raisonnement et de logique. Mais bon, c'était passé et on ne pouvait pas revenir en arrière pour changer le déroulement des choses. La miss lui avait expliqué ce qu'il s'était passé, mais pas ce qu'elle avait vécue, pas son arrestation, ses sentiments lors de cet événement, rien la concernant, juste une question de généralité. Celle-ci continua en détournant son point de vue, en prenant du recul sur la situation, et en expliquant que si elle avait été à leur place, elle aurait sûrement agis de la même façon. Jojo esquissa un sourire, se disant qu'il aurait certainement fait la même chose aussi, pour une question de logique. Après tout, le ministère avait agis ainsi pour capturer ceux qui étaient supposés être en lien avec The Crow ou quelque chose comme ça.

"Je suppose que je critique alors que j'aurais fait la même chose aussi, c'est humain après tout. Si j'avais été dans la mesure d'attraper un maximum de suspects en une soirée, peu importe le type de soirées que c'était, j'y serais allé sans hésiter. Donc bon, je suppose qu'on ne peut pas leur en vouloir non plus. Quoi que, personnellement, j'aurais attendu d'être sûr que les suspects étaient bien coupables, et non innocents" répondit le blondinet en soupirant longuement, observant la poufsouffle et ses réactions.

C'était peut-être une manière banale de la rassurer sur le fait qu'il aurait fait la même chose aussi, et qu'il ne fallait pas culpabiliser pour ça, que c'était désormais du passé que ce bal. Celui-ci ne pouvait s'empêcher de revenir sur ses paroles, se disant qu'il n'aurait probablement pas agis ainsi s'il n'était pas sûr à 100% que les suspects étaient bien des suspects, et non de simples innocents. Disons que ça avait mis une sacré pagaille et un sacré stress pour rien, ça avait gâché une soirée pour au final se rendre compte que les personnes arrêtées étaient innocentes, quelle belle merde. Le ministère aurait au moins pu faire l'effort de vérifier les dossiers, et non de débarquer à l'imprévu pour se ridiculiser plus qu'autre chose.

"Le ministère s'est ridiculisé en agissant ainsi. Cela n'a fait que laisser des mauvais souvenirs, que ce soit des forces supérieures ou bien des élèves de Poudlard" expliqua le jeune homme en levant les yeux au ciel, signe de son agacement rien qu'en pensant à ces arrestations échouées.

Dodo venait de confirmer ses dires, tout en le regardant. Yep, le ministère s'était trompé et avait donné l'avantage au Corbeau, les mettant dans une situation plutôt délicate, en tout cas d'une manière générale. Mais ils ne pouvaient rien changer, c'était trop tard pour avoir à redire sur cet événement, parce qu'on ne pouvait plus rien changer. Le futur restait incertain, effrayant, douteux. La demoiselle avait bien raison d'être sceptique pour la suite, car ce serait un véritable désastre, les gens seraient de plus en plus d'accord avec les dires et la manière de penser du Corbeau, et ça deviendrait l'anarchie totale, certainement.

"Ouais, ça craint. Attendons la suite avant d'avoir peur, car si on recule déjà alors que l'apocalypse ne fait que commencer, ça nous annonce déjà la couleur de la suite" fit Jojo en croisant une jambe, étant plus à l'aise ainsi.

Celui-ci comprenait la frustration de sa camarade, mais il n'y avait rien à faire, c'était comme ça et ils n'y pouvaient rien, comme elle venait si bien de le dire précédemment. Ils ne pouvaient pas agir sans risquer d'attirer les regards, et c'était bien trop dangereux que de risquer une aventure sans savoir où aller exactement. La miss avait continué ses dires en lui expliquant qu'elle comptait bien profiter de ses vacances, et tenter de ne pas montrer qu'elle est apeurée. La peur, si on commence à la laisser nous ronger, ça devient chaotique après, et l'espoir meurt petit à petit.

"Bonne façon de penser, ne te laisse pas abattre. La peur te fera reculer, elle dévorera tout espoir en toi, jusqu'à te faire voir des choses non désirées, alors tiens le coup miss, ce n'est qu'une mauvaise passe et les vacances t'aideront à relativiser" répondit la garçon en lui souriant.
ASHLING POUR EPICODE

Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Dim 25 Aoû - 14:41

So What
j'suis casse couille, ça se savait pas ?
Stressant et incompréhensible, il venait de tout juste résumé ton ressentit. Quand le Ministère avait débarqué, tu t'apprêtais à danser avec Sandro, à profiter encore d'une soirée qui, jusque-là, avait comblé toutes tes attentes. Ça aurait dû durer, encore et encore, ça aurait dû être parfait. Seulement, d'autres en avaient décidé autrement. Stressant, incompréhensible… C'était tout à fait cela. Un évènement brouillon dont on ne comprenait rien si ce n'est qu'il se déroulait sous nos yeux. Tu avais eu peur, Dorothy, tu avais été déstabilisée, en colère. Comment aurait-il pu en être autrement ? Ça avait été violent. Ouais, si tu devais qualifier cette soirée, tu dirais cela : stressant, incompréhensible et surtout violent.

« C’est même plus une hypothèse à ce stade. » Soupires-tu. « Ils voulaient frapper un grand coup, on était tous réuni au même endroit, c’était l’occasion rêvée. Dans un sens, on ne peut pas tellement leur reprocher d’avoir saisi l’occasion. »

Le bal donnait l'occasion t'attraper dans ses filets la majorité des suspects, et cela, en une seule prise. Aucun auror un tant soit peu attaché à son métier serait passé à côté d'une occasion pareille. S'ils avaient eu les vrais coupables, ça aurait pu être un coup de génie, ça aurait pu être le début de la fin pour The Crow. Seulement, on s'était trompé de cible et c'était là la seule grosse erreur de ce plan. Tu avais eu le temps d'y réfléchir, de poser un peu tes pensées indépendamment de tes sentiments. Le plan en soit n'était pas mauvais, il aurait pu être même excellent s'ils avaient eu la véritable liste des suspects. Tu fronces légèrement les sourcils, Dorothy, ça s'était joué à peu de choses.

« J’ignore d’où viennent les preuves, ni même depuis combien de temps l’Auror les avaient à sa disposition. Dans un sens, on s’en fiche. Ça aurait pu être la fin du corbeau s’ils avaient arrêtés les bonnes personnes. »

Tu croises les bras sur ta poitrine, en fixant le ciel avec un peu de contrariété. Il était difficile de savoir vers qui rejeter la faute, ni même où se situait l'erreur. Tu n'étais pas Auror, tu n'avais aucune idée du déroulé d'une enquête, ni même du traitement qu'on appliquait à la vérification des preuves. Vous n'étiez que des gosses et il y avait sûrement beaucoup de choses qui vous échappait. Tu ne voulais pas porter un jugement hâtif dans le sens où tu te savais capable de la pire des impulsivités quand on t'y poussait. Tu n'étais pas la plus réfléchie du monde quand il s'agissait de tes sentiments, de tes proches, quand le danger faisait surface, tu agissais souvent au détriment de ta raison. C'était un défaut que tu te devais de corriger à l'avenir. Cependant et en dépit du recul que tu avais pu prendre, que ce soit vis-à-vis de toi ou du reste, tu ne te sentais pas légitime de critiquer davantage la méthode de l'auror. Des erreurs et des maladresses, il y en avait eu, mais tu aimais croire que l'envers du décor, que ces éléments que vous n'aviez pas, justifiaient aisément le pourquoi du comment de ce scandale. L'enfer, après tout, était pavé de bonnes intentions.

« On ne sait pas tellement ce qu’il s’est passé avant l’intervention. Un suspect n’est jamais coupable jusqu’à preuve de sa culpabilité, c’est pour ça qu’on l’appel suspect et qu’on l’interroge. Je pense que s’il y a eu des maladresses et des erreurs, on ne peut pas lui reprocher d’avoir agi. »

Même si l’action en question avait été stérile. Arf, c’était à devenir fou. Dans le ciel, en hauteur, tu te demandes si le corbeau le regarde aussi, en ce moment, s’il savoure le cadeau offert par le Ministère, s’il compte en profiter. Il en profitera, c’est évident, il est trop fin stratège pour ne pas se saisir l’opportunité d’enfin se légitimé auprès des sceptiques et de la masse neutre. Il le fera, en fait, il a peut-être déjà même commencé.

« Ça donne raison au corbeau. » Lâches-tu sérieusement. « Ça lui fait gagné des points auprès de l’opinion public. »

Quant à ce que ces dits points représenteront concrètement, il faudra attendre pour le savoir. Tu quittes le ciel du regard, te redresses un peu. Jonas à raison sur un point, anticiper le danger est une chose mais laisser la crainte tout diriger n’était pas une solution. Se rendre malade par le stress n’aiderait en rien la cause. Il fallait garder la tête froide, continuer à vivre tout en restant conscient de son environnement… En bref, faire la part des choses.

« Je ne compte pas reculer. » Lances-tu avec détermination. « Celui qui me fera reculer n’est pas encore né. C’est une mauvaise passe, oui, on finira bien par trouver quelque chose… Comme d’habitude. »

Parce qu’il y a toujours une solution, n’est-ce pas ? Il y a toujours un moyen de régler un problème, d’arranger une situation, non ? Rien n’était irréversible, du moins c’est ce que tu espérais. M’enfin, assez parlé du corbeau. Si tu voulais faire une pause, autant appliqué ça dès maintenant. Tu te tournes un peu vers Jonas, un léger sourire aux lèvres.

« Qu’est-ce que tu comptes faire de tes vacances, toi ? »

Jonas # Chemin de Traverse # été 2029


Voir le profil de l'utilisateur
Jonas Sandström
The disoriented and icy kitten
The disoriented and icy kitten
Jonas Sandström
Messages : 56
Points : 146
En couple avec : Personne !
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Mer 28 Aoû - 12:33

Qu'est-ce qu'aurait fait Jonas s'il avait été présent à ce bal en compagnie de sa fratrie ? Est-ce qu'il serait totalement perdu, se demandant le pourquoi du comment tout cela avait eu lieu ou bien serait-il majoritairement indifférent vis-à-vis des actions du Ministère ? Si on l'avait arrêté, ainsi que Linn et Elias, alors effectivement, ce dernier se serait certainement énervé jusqu'à menacer les supérieurs, et il aurait terminé par être emprisonné pour un manque de reconnaissance et de respect. Si ça n'avait été que sa personne, alors ça serait passé crème, Jojo aurait juste demander la raison de son arrestation, il aurait gardé son sang-froid, aurait répondu à l'interrogatoire, et aurait prouvé son innocence, tout simplement. Mais bon, ce n'était qu'une grosse supposition, peut-être qu'il aurait agi différemment, de manière incontrôlée. Dorothy n'avait pas l'air dans son assiette, comme si elle était bouleversée par le bal, mais il fallait se reprendre.

Après tout, les vacances étaient là, c'était terminé que cette histoire de suspects, en tout cas pour le moment, et il fallait bien reprendre le cours de la vie tranquillement, comme avant. Des choses de ce genre pouvaient se produire sans qu'on ne s'y attende, c'était le but de l'inconnu, du lendemain car comme les anciens disaient : "Demain ne nous appartient pas" et c'est pour cela qu'il faut profiter du moment présent. Jonas semblait avoir bien résumé les sentiments de Dodo, parce que c'était normal que d'être dans l'incompréhension, se demandant pourquoi ce jour-là, pourquoi à ce moment précis du bal alors que ça aurait dû être une soirée magique pour les élèves. Le futur étudiant secoua légèrement sa tête, essayant de se changer les idées pour une énième fois, n'aimant pas succomber à des suppositions légères qui n'avaient ni queue ni tête. Observant les réactions de Dorothy lorsqu'elle lui parlait, ce dernier remarquait qu'elle soupirait de plus en plus souvent. Est-ce qu'elle était fatiguée de tout ça ? Certainement.

Voilà que dans le même laps de temps, la miss venait de lui confirmer que c'était probablement la raison pour laquelle le Ministère était intervenu durant cette soirée, et que c'était même sûr en réalité. Elle lui avait même précisé qu'on ne pouvait pas vraiment leur en vouloir. Oui, c'est vrai. Cela avait été une bonne occasion que de pouvoir attraper un maximum de suspects pour vérifier s'ils étaient coupables ou non, leur poser des questions et le reste, mais il aurait fallut le faire de manière plus discrète, afin que ça ne parvienne pas aux oreilles de The Crow. Malheureusement, ça avait fait la une des journaux et le bouche à oreilles existait bel et bien. Après, tout cela était de la faute des supérieurs, et ils avaient intérêt à ne pas se défaire de leurs responsabilités vis-à-vis de cet événement. Autant assumer les actes jusqu'au bout. Assumer les conséquences qui vont avec. Sinon, à quoi cela servait de proclamer que c'était pour la sécurité de tous ?

Jonas ne pouvait qu'hocher la tête pour approuver les dires de sa camarade, qui continuait donc sur sa lancée en lui disant qu'elle ignorait depuis quand ils avaient les preuves, d'où elles venaient, mais que ça aurait pu être la fin de The Crow si ça avait été les bonnes personnes. Encore une fois, sa camarade avait vu juste, on pouvait bien se demander où, comment, et de quelle manière, ça ne résoudrait à aucune issue. Ce serait toujours la même chose de toute façon. C'est vrai que ça aurait pu être la fin de ce fou furieux, mais ça n'avait pas été le cas, et il fallait continuer de trouver une solution pour le pousser à bout, le faire flancher, ne jamais abandonner jusqu'à ce que la menace soit éradiquée. C'est ce que pensait Jojo, parce qu'il fallait bien garder la tête haute, mettre un pied après l'autre, et continuer d'avancer. La demoiselle croisait les bras sur sa poitrine, comme si elle était en pleine réflexion par rapport à ce sujet, mais on lui avait toujours dit que cette attitude montrait une certaine résistance, comme si Dodo n'était pas en accord avec ses propres paroles.

"Ouais, c'est sûr que ça craint pas mal si on a un Ministère qui n'est pas capable de se faire discret" fit le jeune homme en poussant un soupir.

Celui-ci continuait d'écouter la poufsouffle qui avait l'air d'avoir beaucoup de choses à redire sur le sujet. Normal, elle était présente et elle en savait plus que lui. N'empêche, le futur étudiant était content de constater qu'elle n'était pas en lien avec The Crow, et qu'elle devait probablement être un suspect non coupable. C'est vrai qu'on ne savait pas grand-chose de la manière dont procédait le Ministère, mais c'était loin de porter ses fruits. Bon, Jonas n'était pas stupide au point de ne pas savoir qu'un suspect n'était pas toujours coupable, c'était d'ailleurs pourquoi on l'appelait "suspect" et non "criminel" ou autres. Un petit sourire narquois au visage, le jeune homme ne pouvait s'empêcher de trouver ça drôle.

"Ah mais je suis au courant, ne t'inquiète pas !" répondit Jojo en s'étirant. "Ce serait grave si je pensais que tous les suspects étaient coupables mais, en effet, la dernière dont je l'avais dit pouvait mener dans l'erreur" fit celui-ci en haussant les épaules.

Ouais, c'était pas gagné tout ça. Quand Dorothy lui annonçait que ça donnait des points au Corbeau et non le contraire, celui-ci hocha simplement la tête. C'était sûr que depuis cet événement, beaucoup avaient rejoint The Crow en pensant que le Ministère les menaient à la baguette depuis le début. Mais bon, fallait pas venir s'en plaindre non plus. Puis, sans qu'il ne s'y attende, la miss venait de lui dire qu'elle ne reculerait pas, que celui qui la ferait reculer n'était pas encore né et autres. Woh, autant de détermination en une fraction de secondes, le jeune homme reconnaissait bien sa camarade ! Tempérament de feu.

"Ah bah enfin je retrouve la Dorothy de Poufsouffle" fit le futur étudiant en esquissant un vague sourire. "Il était temps que tu reviennes à toi, j'ai bien cru qu'on pourrait te manger sans que tu ne réagisses, tout à l'heure."

Quand il y repensait, sa phrase n'avait aucun sens, tant pis.

"Et sinon, je compte aller chez mes parents, en Suède. Avec ma fratrie, bien sûr. Et toi ?" questionna le garçon en se demandant les projets qu'elle aurait durant les deux prochains mois.
Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin] Dim 15 Sep - 22:55

So What
j'suis casse couille, ça se savait pas ?
De toute façon, la peur n'évitait pas le danger. C'était une vérité que tu répétais en boucle, moyen de calmer l'angoisse, le stress, tout ce qui tourne dans ta tête, tout ce qui tord tes entrailles douloureusement. Vivre dans la peur et la crainte de demain n'était ni une solution, ni une option. Il fallait rester fort, garder la tête haute. Même au milieu de plus gros tas de merde, il y avait de l'or. Tout était une question de point de vue, de perception du monde. Réussir à considérer le meilleur et à exclure le pire. C'était un truc dont tu avais toujours eu beaucoup de mal Dorothy. Il allait te falloir du temps, sans doute, pour réussir à maîtriser le flot de tes émotions à apprendre à contenir ce qui doit être contenu. Tu soupires intérieurement, courageuse, s'en était finie de ne plus rien maîtriser. De toute façon, oui, la peur n'éviterait malheureusement pas le danger.

« De Poufsouffle ? T’es daltonien Jonas ? C’est pas parce que je traîne avec le semi-vampire à lunette et Argus que je suis une blaireau pure souche. Respecte-moi, team Serdaigle ici. »

Pas d’offense, hein, t’en presque rien à foutre des guéguerres entre maisons (sauf au quidditch) mais c’était trop bon de soulever ses erreurs.

« Ouais, j’ai eu un petit coup de mou, j’avoue. Tout ce qui se passe c’est juste… Irréaliste. »

Et effrayant, mais encore une fois la peur n'éviterait pas le danger et tu en avais ras le cul d'avoir peur, Dorothy. Il était temps pour toi d'arrêter de fixer le sol et de regarder un peu plus sérieusement le ciel. Tu t'apercevrais alors, que plus la nuit est sombre, plus les étoiles brillent.

« Mais je vais me reprendre. Faut pas les laisser gagner sur ce terrain là. »

Qu’il impose sa terreur, il n’aura pas la tienne. C’était comme ça. C’était ce que tu avais décidée. Une promesse naïve à toi-même, mais sûrement la plus importante et belle du lot.

« Moi ? Je ne sais pas trop encore. Je vois pour aller voir mon copain quelques jours ou semaines. » Tu dis ça avec fierté, Dorothy. « Sinon, j’aimerais bien profiter des vacances pour aller voir Argus aussi, on s’est pas vu depuis le bal et vu les récents événements, je pense que ça nous ferait du bien de passer un peu de temps ensemble. En fait, je vais probablement passer l’été à aller squatter chez tout le monde. »

Jonas # Chemin de Traverse # été 2029


Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin]

Une fille arrêtée, des livres à la ramasse [Ft. Dorothy Martin]
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Personnages des livres
» La Fille qui voulait être Jane Austen de Polly Shulman
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» Le parkour
» La vie est trop courte pour lire de mauvais livres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Le chemin de traverse-
Sauter vers: