it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke

Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Ven 23 Aoû - 19:04

it's quiet uptown
Le calme après la tempête


Tu tapotes le plan de travail de la cuisine du bout des doigts, cherchant tes mots pour exposer ta situation. Comment expliquer, de façon claire et concise, les évènements du bal et surtout ceux du ministère ? Tu cherches, Dorothy, tu alternes entre des brides de ton récit et des mots rassurant « Je vais bien », « je suis en sécurité », pour autant il te semble que ces mots sont bien peu de choses pour la personne se trouvant à l'autre bout du fil. Luke.

Et tu ne peux que le comprendre, la situation était inédite et dépassait de loin tout ce que vous aviez affrontés jusque-là. Pour ton parrain qui avait été absent au moment des arrestations, tu te doutes que les évènements avaient dû lui parvenir comme un coup en pleine gueule. Pour toi qui avais été aux premières loges, c'était déjà beaucoup à digérer, alors pour lui, tu n'imagines même pas. Le tapotement impatient de tes doigts s'accélère alors que tu tentes de continuer ton récit. La maison est calme, il n'y a que le craquement caractéristique du travail de la bâtisse qui vient troubler l'épais silence de ce vestige familial. Tu aurais aimé passer la porte de cette maison de ton enfance dans d’autres circonstances, autrefois elle te semblait beaucoup plus bruyante et accueillante. Autrefois, il y avait de nombreuses voix dans cette maison, ce soir il n'y a que le silence, les craquements, et les tapotements nerveux de tes doigts.

« Oui, on nous a arrêtés et embarqués pour complicité avec le corbeau, mais on a pas pu voir les preuves, hormis les chefs d’accusation on n’a rien vu… » Tu lèves les yeux sur l’éclat lunaire qui pénètre la pièce, tu distinctement la poussière évoluer dans l’air… Le ménage n’avait pas été fait depuis longtemps. « C’est ça, ils nous ont emmenés au ministère pour nous interroger, j’étais avec Ollivander, pas Andy, Edwyn. Ils ont voulu fouiller nos esprits. C’est ça. Mais un… Agent, est venu interrompre notre interrogatoire, il nous a conduit menottés jusqu’aux cheminés, Andy, Williams et Sandro nous attendait. De là on s’est enfuie et on a juste transplaner chacun de côté. Ouais, j’ai transplaner à la maison… Fin, pas la mienne, tu sais… Oui, celle-là. Je ne suis pas toute seule, je suis avec Sandro, mais je sais pas trop quoi faire. Je pense qu’on est en sécurité ici mais… »

Tu omets volontairement Mae, tu omets volontairement les autres. Tu as encore beaucoup de frustration envers toi-même, de colère envers le monde entier. Tu aurais voulu emmener les autres foxes et prisonniers avec toi. Pourtant, Andy et Sandro avaient eu raison de tempérer tes envies de zèles, tu avais été furieuse contre eux et pourtant, tu savais qu'ils avaient bien fait. Tu n'aurais rien pu faire. Tu étais impuissante, c'était une vérité dure à avaler, autant bien pour ton ego que pour le reste. Tu hoches la tête, tes doigts ont délaissés le plan de travail pour jouer avec les plis de ta robe.

« Hmhm, on t’attend. Si tu pouvais juste me ramener des vêtements… Parfait, merci. »

Quelques mots encore, avant d'enfin raccrocher. Tu te laisses aller à un soupir, à quelques secondes à t'imprégner du silence, la tête encore lourde des émotions de cette nuit. La maison secondaire de la famille Martin avait plus des aires de manoir que de réel maison de vacances ? La bâtisse était vaste, dans un style plutôt ancien. Il s'agissait en fait d'une ancienne ferme de montagne que ton père avait acheté pour se faire accepter de ta grand-mère et avait retapé à l'aide de la magie et d'un bon groupe d'ami. De ce que tu sais, c'était là le cadeau de mariage qu'il avait fait à ta mère, pendant la cérémonie. Nichée dans les hauteurs, au milieu des bois, tu savais qu'ici personne ne vous trouverait à moins de sincèrement le vouloir. Sur deux étages, la maison possédait également un très vaste grenier et des annexes, notamment une ancienne écurie que ton père avait aménagée en salon d'été/jeu, pour profiter des beaux jours. Tu te traînes, de la cuisine jusqu'au salon, une pièce douillette aux grands tapis et aux canapés moelleux disposés autour d'une vaste cheminée. Tu te laisses tomber sur l'un d'eux, à côté de Sandro, tes jambes coupées par les efforts de cette nuit. Tu te pelotonnes contre lui, nichant ta tête contre son torse.

« Je suis désolée, j’ai pas forcément été d’une humeur très douce… Merci d’être venu me chercher. » C’était bon de le sentir. Tu te doutes que la nuit a été rude pour lui aussi. Tu te laisses aller à un soupir, relève doucement la tête vers lui. « Sacré premier rendez-vous, hein ? »

T’y arrives pas, mais peut-être que t’arriveras à en rire un jour.

Sandro & Luke # Après l'event # Maison secondaire de Do


Voir le profil de l'utilisateur
Sandro Clemenza
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sandro Clemenza
Messages : 156
Points : 434
En couple avec : Dorothy Martin.
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Ven 23 Aoû - 23:23

Sandro, ce soir, il a arrêté de réfléchir. De base, ce devait être une superbe soirée de bal avec sa petite-amie comme cavalière. Ce devait être un moment mémorable, de quoi marquer la fin de l’année scolaire et le début de vacances. De quoi également officialiser cette relation qui a doucement pris forme entre eux. D’abord dans l’intimité, passant avec facilité d’une belle amitié à quelque chose de plus, quelque chose de plus fort et de plus beau encore, jusqu’à accepter à deux de le faire savoir. Non pas qu’ils cherchent une quelconque reconnaissance ou approbation dans le regard d’autrui… Nop. Simplement avoir la liberté d’être ensemble comme ils l’entendent, peu importe les regards ou les circonstances.

C’est ce qui était prévu, à l’origine.

Puis tout est parti en live. L’interruption du gala par l’arrivée des aurors, le ton qui est monté, les chefs d’accusation aberrants envers une dizaine d’élèves – et lui-même, d’ailleurs -, le directeur Scamander, le professeur Branwell, une vaine tentative de résistance réprimée par la force et… ces arrestations arbitraires. Déjà, ça faisait beaucoup. La gestion de crise par les profs, la « réunion » improvisée par les Renards et celle folle excursion dans le Ministère de la Magie. Un lieu où l’italien n’avait jamais posé les pieds, et voilà que lorsqu’il le fait, c’est dans une posture complètement illégale (est-ce bien vrai ? (il s’interroge encore)), afin de libérer sa petite-amie et Edwyn Ollivander. Du grand n’importe quoi. Il a conscience, Sandro, de ne pas avoir servi à grand-chose. Il sait qu’il n’a été à l’initiative de rien du tout, si ce n’est d’avoir haussé le ton envers les autres Renards et de s’imposer pour aider Dorothy, d’une façon ou d’une autre. Difficile à croire mais le groupe improvisé y est parvenu.

La preuve, il est avec Dorothy, désormais, dans cette maison secondaire qu’elle a évoqué un peu plus tôt. Sandro, il l’a suivi, faute de savoir quoi faire de plus. Il a le cerveau un peu vide, simplement envahi par une sensation intense de soulagement, avec un arrière-goût un peu amer d’incompréhension et de colère, toujours. Il n’arrive pas à se dire que les choses ont pu déraper à ce point, qu’un guignol du Ministère a pu ruiner aussi vite et aussi magistralement une soirée importante dans la vie des étudiants de Poudlard, particulièrement ceux pour qui il s’agissait de la dernière année. Le tout ne faisait qu’accroître la menace du Corbeau et un sentiment d’ingérence de sa part. Comment pourrait-il en être autrement ? C’est la pensée qui traverse l’esprit du sicilien mais il n’est pas certain de vouloir y songer plus, ce soir. Cette nuit, même. Les heures ont défilé à une allure folle avec tous ces événements inimaginables un peu plus tôt et avec un coup d’œil à la montre à gousset que lui a offert son oncle il réalise qu’il est minuit passé. Il ne se sent même pas fatigué, à croire que la confusion qui l’habite suffit à le laisser pleinement éveillé, à scruter le décor autour de lui. Dorothy n’a pas menti, la maison est plutôt grande et s’il met de côté la poussière qui recouvre les meubles, elle reste accueillante. En cet instant, elle fait surtout office de refuge, légèrement plongé dans l’obscurité mais bien là.

Il faut dire qu’ils n’ont aucune idée de ce qu’ils sont censés faire. Sont-ils réellement des hors-la-loi ? Est-ce qu’il va y avoir des conséquences au fait d’avoir libéré Edwyn et Dorothy ? Quel rôle vont jouer les directeurs de Poudlard par rapport à tout ça et que va faire le clown numéro 1, le dénommé Vandom, vis-à-vis des élèves toujours interrogés et ceux qui ont pu s’échapper ? Il est certainement trop tôt pour le dire.

Assis droit sur le canapé, le brun observe autour de lui, sans oser toucher quoique ce soit. Ils viennent à peine de rejoindre cette maison et le premier réflexe de la Serdaigle est d’appeler son parrain, le professeur Blane. Après tout, même s’ils ne l’ont pas vu au bal, il a dû être mis au courant des faits par ses collègues. De là où il se trouve, Sandro entend la voix de Dorothy. Il ne veut pas être indiscret mais dans le silence de l’endroit, il ne rate rien de ce qu’elle dit. Il l’entend ensuite qui raccroche et dès qu’elle revient dans le salon, il ouvre les bras avec un fin sourire pour qu’elle le rejoigne.

Il ne sait pas trop quoi dire, tout ce qui s’est passé ce soir est à peine croyable.

- T’inquiète, c’est logique d’être sur les nerfs. Tu m’as pas vu lorsqu’ils t’ont embarqué et que les Renards se sont réunis… j’étais dans une colère noire. Y’a rien de normal ce soir. Je suis désolé de ce qui t’est arrivé, ça n’aurait jamais dû se produire…

Il veut pas ressasser mais c’est compliqué de penser à autre chose. Il a son bras glissé derrière la nuque de Dorothy jusqu’à son épaule et il la serre contre lui. Il a besoin de la savoir là, il est content qu’ils puissent avoir un break après toute cette agitation. Il hoche la tête à sa remarque, avec un petit sourire.

- Ouais. On s’en souviendra. Mais j’espère que le prochain sera plus calme.

Parce qu’il y aura un prochain, et sans la tournure catastrophique du bal et le chaos des événements qui ont suivi. Sandro se penche et pose un léger baiser sur les cheveux roses de Dorothy posés contre son torse. Il y a un court silence et il questionne :

- Du coup, Blane va venir ?

Il connaît la réponse mais il peut pas s’empêcher de demander. L’adulte saura sans doute mieux qu’eux ce qu’ils devront faire ensuite. Il sait que le directeur de Gryffondor est le parrain de Dorothy, il a eu le temps de l’apprendre depuis qu’ils sont ensemble et la perspective lui fait bizarre, un peu. Il faut dire que le professeur Blane est l’adulte de Poudlard qui l’a le plus aidé. C’est lui qui lui a ouvert la porte de son bureau – sans que ce soit forcément voulu, à la base – quand Sandro n’allait pas bien dans ses premières années, quand il avait des envies de tout envoyer valser et qu’il remettait tout en question, à commencer par ce propre sang magique qui le rendait anormal, qui faisait de lui un monstre aux yeux de sa famille et qu’il cherchait définitivement à faire couler hors de son corps. Le professeur Blane, c’est un type bien. Le genre pas chiant et pourtant toujours là, bienveillant, à l’écoute. Il a pas forcé Sandro, il lui a seulement dit de venir le voir, une fois par semaine, au tout début. Désormais, c’est moins fréquent, mais l’italien a conservé l’habitude de passer le voir pour donner des nouvelles, papoter vite fait, garder le lien en fait. Sans le professeur Blane, il ne serait peut-être plus là, après tout.

Alors ouais, se dire qu’il sort avec sa filleule, il se dit que c’est sans doute le destin qui s’amuse. Il a jamais osé en parler au concerné et de ce qu’il en sait, Dorothy n’a pas abordé la chose. Il sait pas trop à quoi s’attendre, du coup. Il est pas forcément confiant, étrangement, même si dans le flot de tout ce qui s’est passé ce soir, c’est certainement pas le plus important.
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Blane
Papa Ours
Papa Ours
Luke Blane
Messages : 643
Points : 918
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Mar 3 Sep - 19:25





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Comment un telle chose avait-elle pu se passer dans le dos du professeur ??? Il en était encore abasourdi et dans tout ses états après avoir été au ministère avec d'autres membres du personnel pour essayer de ramener ou d'interrompre toute cette mascarade insensée. Quand Luke appris que Dorothy n'était plus au ministère il eu un énorme soulagement et du trouver un banc pour s'asseoir. Il avait jusque-là prit l'apparence d'un des gardes du lieu grâce à son don de métamorphomage pour espérer la libérer sans trop de soucis.

Il avait dégainé son pineapple et appuyé sur le nom de Dorothy dès qu'il fut seul. Sa voix à l'autre bout du fil l'avait rassuré et il commençait à lui demander ce qu'il s'était passé exactement dans son cas. C'est là qu'il apprit la vérité et qu'il commença a haïr de plus en plus l'homme qui avait orchestré tout ça, The Crow. Comment osait-il s'en prendre à elle ? Comment osait-il s'en prendre à Rachel ? Pourquoi le chemin de Luke avait croisé celui d'Ella qui lui avait révélé pendant le bal entre deux soupirs être sous les ordres de ce malade ? Luke n'y croyait presque pas, pourquoi cet homme s'en prenait à toutes les personnes de son entourage ?  

Il raccrocha après l'avoir questionné sur son emplacement et transplana directement au château quelques secondes pour effectuer un accio sur les quelques vêtements qu'elle lui avait demandé. Dès qu'il eu ce qu'il fallait il transplana à nouveau mais dans la maison indiquée, une maison qu'il avait déjà visité quelques fois. Un bruit de crépitement se fit entendre et les pas de Luke se rapprochaient du salon. Là il entra doucement et vit Dorothy dans les bras de Sandro.

Il eu un temps d'arrêt mais passa vite à autre chose en allant prendre Dorothy dans ses bras et en la serrant fort. Je suis tellement désolé de ne pas avoir été là quand ça s'est passé ! ... Il la lâcha et regarda Sandro Vous allez bien vous aussi Clemenza ?? Merci d'avoir veillé sur Dorothy pendant ce temps. Luke savait qu'ils s'étaient rapproché dernièrement mais il avait le pressentiment qu'il se passait quelque chose. Il regarda Dorothy et montra les deux adolescents du bout des deux doigts. Attendez ... Vous sortez ensemble ? Il n'avait pas vu à quel point elle avait grandi, mais il fut assez rassuré qu'il s'agisse de Sandro puisqu'il connaissait bien le petit, il s'était même lié d'affection pour lui.

(c) SIAL ; icons sial


Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Mer 4 Sep - 0:04

it's quiet uptown
Le calme après la tempête
« Hanw, t’as fait comme Hulk ? T’es devenu tout vert et tu t’es énervé ? » Une question innocente sur le bord de tes lèvres Dorothy. « C’est bien Hulk, le gars qui devient vert quand il est en colère ? Je sais plus, vous avez beaucoup trop de super-héros on s’y perd. »

Tu ne veux plus bouger, plus jamais. Cette soirée t’a épuisée dans tous les sens du terme, autant bien physiquement, mentalement et émotionnellement. S’en était trop pour un seul être. Passer de l’euphorie à la peur, de la peur à l’euphorie, de l’euphorie à la frustration… Ouais, s’en était trop pour toi. Ça avait été le chaos, le cauchemar, t’étais trop fragile pour subir un aussi grand ascenseur émotionnel en si peu de temps. Tu n’aspires plus qu’à une tranquillité que tu estimes bien mériter. Il te semble, Dorothy, que tu pourrais t’endormir dans les bras de Sandro. Il te semble que ce serait la plus agréable des choses. S’il veut seulement bien rester.

« Tu restes ? » Esquisses-tu timidement. « Ce soir, je veux dire ? »

Parce que tu n'as pas envie de le voir partir tout de suite, tu as l'envie et le besoin de profiter un peu de lui. La nuit a été rude, il te semble que sa présence serait pour toi le meilleur des réconforts. T'espères qu'il en est de même pour lui, qu'il y a ce besoin de proximité entre vous, comme pour oublier, comme pour chasser la peur tatouée sur vos peaux, comme pour donner à cette soirée un voile illusoire, comme pour prétendre qu'il ne s'est jamais rien passé de dramatique, ce fameux soir de bal. Tu te blottis un peu plus contre lui, ferme les yeux. Oui, tu pourrais t'endormir, il te semble. Tu es bien, si bien. Dans ce petit cocon qu'il a fait rien que pour toi. Le monde pourra bien attendre demain…

Il y a un bruit de porte qui s'ouvre, un bruit de pas pressé sur le parquet de la maison. T'avais déjà fermé les yeux, Dorothy, t'étais prête à tomber dans les bras de Morphée quand la porte de salon claqua. T'as un sursaut qui te fait bondir du canapé, tes sens en alertes, parfaitement réveillées. L'espace d'un instant, tu crois à une intrusion, porte ta main à ta hanche pour te rendre compte que ta baguette n'était pas là. Ce n'était pas une intrusion. C'était Luke. T'avais oublié à quel point Luke était rapide à faire les choses.

« Ah… »

Tu ne sais pas si c’est pire ou non qu’une intrusion. Il t’a vu. Il t’a vu dans les bras d’un mec. Toi. Sa filleule. La petite fille dont il tire encore les joues comme quand t’avais cinq ans. Il arrive sur toi à grands pas, l’espace d’un instant tu penses que tu vas en prendre plein pour ton grade, que tu avoir le droit au discours sur les garçons que t’évites obstinément depuis que tu as franchi le cap du couple avec Sandro. Mais non. Il te prend dans tes bras, Luke, et tu respires un grand coup.

« Tu ne pouvais pas savoir… Tout va bien. On va tous bien. »

Tu dirais presque merci au ministère pour t’épargner indirectement l’interoga..

« Attendez ... Vous sortez ensemble ? »
« Heu.. »

Et merde.

Tu lances un regard à Sandro, le genre de regard qui veut dire littéralement « A l’aide. » tu sais pas quoi répondre, t’avais pas tellement prévue d’avoir ce genre de discussion. Quelle soirée de merde. Visiblement Sandro est tout aussi perdu que toi. Assumer ? Pas assumer ? Il est pas con, il t’as vu dans les bras d’un mec et Luke te connais assez bien pour savoir que sa démontre une grande complicité avec l’autre. Il est pas con… Puis t’as pas honte de Sandro.

« Avant que tu dises quoi que ce soit, je tenais à rappeler que, malgré mon mètre 55, je suis majeure et vaccinée. »

Tu regardes Luke… Est-ce que ça se voit que t’es pas sereine ? Que t’es au bout de te vie ? Qu’il faut arrêter de te mettre sous le nez des situations à stress ? Parce que tu vas finir par devenir une petite tomate rose qui explose sous la pression Dorothy.

« Et oui. On sort ensemble. »

Tu ressembles vraiment à une tomate rose.

« Sandro, Luke, mon parrain. Luke, Sandro, mon petit copain. » Pitié que The Crow débarque, ou le père noël, quelque chose, please. « Je peux aller mourir dans un coin maintenant ou ? »

Sandro & Luke # Après l'event # Maison secondaire de Do


Voir le profil de l'utilisateur
Sandro Clemenza
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sandro Clemenza
Messages : 156
Points : 434
En couple avec : Dorothy Martin.
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Jeu 5 Sep - 23:57

La remarque de Dorothy fait s’accroître le sourire du brun. Il n’a aucune idée de ce à quoi il pouvait ressembler, énervé comme il l’était et dans la crainte qu’il arrive quelque chose à sa petite-amie. Hulk, c’est une métaphore comme une autre, après tout, et il acquiesce.

- C’est bien lui, bonne mémoire ! P’t’être que je devais avoir un côté Hulk sur le coup, ouais. C’est clair que si y’avait pas eu l’idée de débouler au Ministère, j’aurais tout cassé, j’crois.

Probablement, oui. Cette excursion complètement improvisée à l’arrache, en plus d’arriver à ses fins, a eu le mérite de le maintenir occupé. Sans quoi il aurait probablement tourné comme un lion en cage faute d’en savoir plus sur ce qu’il advenait de la Martin.

Le silence retombe. S’interroger sur la venue du professeur Blane, c’est un peu questionner pour questionner. Ça n’amène pas de réponse, c’est juste pour ne pas se dire qu’ils vont rester trop longtemps isolés sans trop savoir quoi faire, que même s’ils ont ce refuge pour le moment, quelqu’un saura les rassurer. Dans ses bras, Sandro sent le corps de Dorothy qui se relâche un peu, il aime se dire qu’elle se sont bien, tout contre lui. Il n’a pas forcément pu la protéger comme il l’aurait voulu, cette nuit, alors, il fera de son mieux pour la réconforter, c’est certain.

C’est sa question à elle qui l’étonne un peu. Que pourrait-il faire d’autre que rester avec elle ? Normalement, c’était leur dernière nuit dans l’établissement pour cette année scolaire et demain le départ à bord du Poudlard Express. Leurs plans sont chamboulés, c’est vrai, et ils devront probablement trouver un moyen de récupérer leurs affaires dans leurs dortoirs respectifs… mais ce n’est pas grave. Rien de tout cela n’est véritablement important en comparaison. L’italien, il n’a pas songé une seule seconde la laisser seule ici. Non. Tant qu’il n’est pas certain que tout va bien, tant qu’il n’est pas rassuré et confiant du fait que personne ne débarquera pour la ramener au Ministère, il restera à ses côtés. C’est pour ça que c’est important de se dire que son parrain va venir.

- Bien sûr que je reste. Il marque un temps d’arrêt. Si Blane me dégage pas en tout cas.

Parce que ouais, ça c’est encore un autre sujet. Ils n’en ont pas parlé, Do et lui, et même là, ils ont beau savoir que la chose va être abordée, ils en disent rien. Le Directeur de Gryffondor, le parrain de Dorothy… il verra bien, hein. Sandro, ce qui lui importe c’est d’être auprès d’elle. Plus tôt dans la soirée, il a déjà répondu à une question semblable. Il fait d’ailleurs la remarque :

- C’est censé être notre dernier soir ensemble avant les vacances qui commencent… on s’est promis un stock de câlins, hein !

Il la serre un peu plus contre lui. Ils sont bien, là, comme ça, blottis l’un contre l’autre dans ce silence presque réconfortant, loin de l’agitation qu’ils ont subi tout le reste de la soirée. Quelques minutes passent ainsi et Sandro a les yeux qui s’attardent distraitement sur la chevelure rose tout contre lui. Si Dorothy s’endormait, il est certain qu’il pourrait ne pas bouger d’un millimètre pendant des heures, de crainte de la réveiller.

Seulement, un bruit se fit soudainement entendre et tout son corps se crispa, d’instinct. Celui de Dorothy tout autant, preuve qu’elle n’était pas encore endormie. Ils se redressent, s’observent, sur le qui-vive. La baguette de Sandro est posée un peu plus loin sur la table du salon. C’est inutile de toute façon, puisque voilà le professeur Blane qui entre dans la pièce. En moins de deux, il enlace Dorothy qui s’est relevé. Sans détourner les yeux de la scène, la pression qui s’était imposée sur Sandro jusque-là se dissipe. Celle de la crainte de l’intrusion autant que celle à l’idée qu’ils puissent avoir été suivis ou se retrouver démunis face à une attaque. L’homme présent avec eux désormais est un proche de Dorothy et un sorcier bien plus doué que Sandro peut l’être.

Quand le métamorphomage se tourne vers lui, l’italien hoche la tête.

- Ça va. Ce n’est pas lui qui a été le plus malmené, ce soir. Et euh… de rien, c’est normal.

C’est bête comme formulation mais il sait pas trop quoi dire de plus. De toute façon, le professeur semble soudainement percuter… et interroge à voix haute, fixant tour à tour Dorothy et Sandro. Honnêtement, le Clemenza sait pas trop où se mettre parce que s’il avait été question d’officialiser les choses sans trop se prendre la tête lors du bal, devoir le faire ainsi face au parrain de sa petite-amie, c’est différent. C’est pas trop ce qu’il aurait imaginé, en fait.

Il tourne la tête vers la Serdaigle, comme pour voir ce qu’elle compte répondre, ce qu’il faut dire, est-ce qu’elle avait réfléchi à la chose ? Parce que lui… non. Du tout. Dire qu’il panique est sans doute trop fort, mais il est pas forcément à l’aise, en fait. Il veut pas gaffer, parce que c’est un membre de la famille de Do. Sauf qu’en face, la jeune femme ne paraît pas plus en contrôle de la situation et cela prêterait presque à sourire. Il est autant amusé que surpris quand elle reprend finalement la parole, clairement sur la défensive. Ok, c’est une manière d’apporter la chose, hein

Le Serpentard, il se demande bien ce que le prof pourra bien dire à ça. Lui, il s’est redressé tout autant et ne peut contenir un soupir amusé, finalement, quand elle conclut les « présentations ». Il a un sourire idiot et ponctue, comme pour relâcher un poil l’atmosphère :

- Surpriiise. Il se racle la gorge.

Qu’ajouter de plus, de toute façon ? Il se passe une main dans la nuque, sentant que s’il dit rien d’autre ça peut être pensant. Il s’avance vers Dorothy et lui prend doucement le poignet puis glisse ses doigts dans les siens, en soutenant le regard de l’adulte face à eux. Blane, il a l’habitude de le voir et lui parler mais le contexte est tout autre, ça n’a jamais été « Luke », toujours « Professeur Blane ».

- Après la soirée qu’on a passé, plutôt qu’aller mourir j’propose qu’on s’pose un bon coup. Et merci d’être venu, du coup, prof. C’était tellement le bordel qu’on a improvisé.

Noyer le poisson et dévier la conversation, en voilà une idée qu’elle est bonne.
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Blane
Papa Ours
Papa Ours
Luke Blane
Messages : 643
Points : 918
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Sam 7 Sep - 17:44





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Il était tellement soulagé de les voir saints et saufs, il avait laché Dorothy et regardait Sandro qui était présent avec elle. Après leur avoir posé la question légitime, Luke un peu méfiant tout de même, attendait la réponse avec impatience. Oui parce que bon c'était sa petite Dorothy quand même, on parlait de la seule filleule qu'il ai jamais eu. Cependant Luke en bon joueur qu'il était se régalait d'avance de la tête que faisait Dorothy suite à sa question, il commença même à rire quand elle lui parla de son mètre cinquante-cinq. Il eu alors la confirmation et prit une mine un peu plus sérieuse quand elle "l'introduisit" à Sandro.

Il regarda Sandro dans les yeux, puis Dorothy On se connait tous les deux, pas la peine de nous présenter, mais bon j'imagine que ce sont les bonnes manières. Et je suis d'accord oui, asseyons-nous il faut discuter de ce qu'il s'est passé et de ce que nous allons faire après. Ce n'était pas sa fille mais il était émue de la voir grandir comme ça et puis il connaissait bien Sandro à présent il savait qu'il était un bon garçon mais il préférait tout le même lui transmettre quelques mots. Il s'assit sur le fauteuil présent près du canapé et souri à Dorothy.

Loin de moi l'idée de t'interdire quoi ce soit Dorothy. Il marmonna dans sa barbe. - Surtout après l'adolescence absolument bancale que j'ai eu. - Tu sais bien que je ne souhaite que ton bien et ça me fait plaisir de te voir grandir et devenir une jeune femme. Cependant tu comprendras que même si j'apprécie Sandro je vais tout de même devoir le mettre en garde. Il regarda Sandro dans les yeux. Vu l'état des choses je pense que le vouvoiement n'est plus nécessaire en privée et en dehors de l'école mais je voudrais que tu saches, mon garçon, que Dorothy est mon unique filleule. Je te connais et je t'apprécie mais je garde un œil sur toi. Ne le prends pas mal d'accord ?

Luke avait terriblement soif après la course qu'il avait fait jusqu'au ministère et son costume trois pièces s'était déchiré à deux endroits mais ça lui importait peu. Il se leva et se tourna vers Dorothy en pointant su doigt une armoire à vaisselle, il supposait qu'il y aurait au moins quelque chose à boire ici.  Je peux ?

(c) SIAL ; icons sial


Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Sam 7 Sep - 19:30

it's quiet uptown
Le calme après la tempête
T'annonces ce rappel comme un avertissement, comme un moyen de dissuasion face à toute tentative de commentaire sur ton âge, ton statut ou ton expérience. Sans doute que te braquer autant et directement n'était pas le mieux pour mettre en Luke dans de bonnes dispositions, mais le contexte actuel justifiait largement le peu de maîtrise que tu avais sur la situation. Tu présentes donc Sandro à ton parrain, ton parrain à Sandro, dans une espèce de mise en scène surréaliste que tu peines encore à croire réelle. Incroyable. On t'aura tout fait ce soir. Tout.

T’accueilles la main de Sandro avec reconnaissance, peut-être était-ce une forme de rébellion ou une confirmation muette de l’exacte nature de votre relation. Qu’importe, en fait, ça n’avait que peu d’importance en réalité. Tu sers ses doigts entre les siens, avec la sensation étrange de franchir un pas auquel tu n’étais pas forcément prête. Tu maintiens le regard de Luke, droite, tendue, tu aurais pu être imposante Dorothy si ta peau n’était pas écarlate en cet instant.

Vous gagnez les fauteuils. Une discussion était en effet de mise au vu des événements récents. Mais avant d'aborder le gros du sujet, Luke pris la peine de revenir sur la raison même de tes rougeurs, Dorothy. Tu renfrognes un peu, pas gène, par timidité et maladresse aussi. Jolie jeune femme… Une partie de toi n'avait pas vraiment envie de grandir, de devenir adulte, une partie de toi appréhendais aussi que l'âge t'éloigne de certaines choses, de certaines personnes. C'était un passage obligé, tu le savais bien, mais quand tu regardais Luke, une partie de toi n'avait pas envie d'enterrer ces moments d'enfances, cette affection particulière, celle d'un roi à sa petite princesse. Tu te renfrognes davantage quand il est question de mettre en garde Sandro. Tu fronces les sourcils, t'enfonces maladroitement dans le canapé.

« Oui, bon, c’est bon. Pas la peine de lui mettre les menottes, c’est pas comme-ci je sortais avec un psychopathe comme Bergling. Je sais avec qui j’ai choisie de sortir. Merci bien. »

De même, ça aurait été sûrement très imposant si tu n’étais pas en pleine fusion avec le canapé, petite tâche rouge et rose au regard nerveux, qui semble s’enfoncer un peu plus à chaque seconde.

« Ouais, placard du bas, mais c’est les alcools forts de papa. Sinon y a de la bière quelque pars je crois. » Et si ce n’était pas Luke en face de toi, tu aurais très certainement choisi de te descendre une bouteille. « Je pense que nous avons plus important à discuter que mon merveilleux choix en matière de petit copain. » Parce que tu es un peu au point où tu te dis que ton cœur va finir par faire un vol plané d’un bout à l’autre de la pièce. « Qu’est-ce que tu sais de la situation actuelle, Luke ? Les autres vont biens ? On est parti du ministère… J’ai pas pu aller les chercher. » Tu sers la main de Sandro, un peu plus fort. Frustration. « Toutes ses preuves, ont sait pas d’où elles viennent, mais c’est un coup monté, n’est-ce pas ? Quelqu’un a induit en erreur le ministère, je me trompe ? »

Sandro & Luke # Après l'event # Maison secondaire de Do


Voir le profil de l'utilisateur
Sandro Clemenza
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sandro Clemenza
Messages : 156
Points : 434
En couple avec : Dorothy Martin.
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Sam 7 Sep - 20:09

Sandro, il peut pas dire que la situation est hyper confortable pour lui, présentement. C’est clair que niveau « présentation au parrain », il aurait préféré un autre contexte… mais là, au moins, c’est fait. Disons que les circonstances forcent les choses, c’est vrai. Il n’empêche qu’il essaie simplement de se dire qu’il est là, auprès de Dorothy, et c’est ce qui compte. Luke Blane, c’est un référent pour la Serdaigle, vu les liens de famille qui sont les leurs, mais également pour Sandro. Alors d’une certaine façon, c’est pas plus mal que ça se passe ainsi, presque. Parce que le professeur de Vol est quelqu’un qu'il a eu largement le temps de connaître, en tant que professeur bien sûr – même si l'italien est loin d’exceller dans sa matière – et en dehors, comme oreille attentive.

De la tête et tout en soutenant son regard il acquiesce aux propos de ce dernier. Oui, ils se connaissent, même si là ce lien se transforme un peu plus. Sandro ne connaît pas parfaitement la relation de Dorothy et son parrain, seulement il a bien compris qu’il est un repère important pour elle, à Poudlard. Son avis sur leur relation doit compter. Le brun se surprend d’ailleurs à songer que pour lui aussi, l’avis du professeur Blane compte, en fait. Parce que l’homme l’a aidé quand il avait véritablement besoin de quelqu’un pour l’empêcher de faire des conneries. A sa manière, sans rien brusquer, le directeur de Gryffondor a répondu présent et a continué par ses encouragements ou leurs simples discussions parfois à la fin d’un cours, à lui rappeler qu’il était là, si ça allait pas. Quand ça allait pas. Le sicilien ne veut pas le décevoir non plus, en fait.

Histoire d’alléger un peu les choses Sandro propose de s’asseoir et c’est ce qu’ils font : Luke sur le fauteuil, Dorothy et lui sur le canapé, leurs doigts toujours entrelacés. Déjà, l’homme reprend la parole et oui, l’italien est pas forcément à l’aise mais il se doute que c’est un passage obligé. L’inverse aurait été surprenant. Même si j'apprécie Sandro je vais tout de même devoir le mettre en garde Ah. Une nouvelle fois le Serpentard rive ses yeux dans ceux du professeur. De Luke Blane, plutôt, vu la situation. Il découvre une attitude paternaliste chez ce dernier qu’il n’a jamais eu l’occasion de voir.

- Pas de problème, prof, je comprends. Y’a des habitudes qui vont être difficiles à perdre, comme le fait de le vouvoyer. C’est normal que vous… que tu me dises ça. Je t’assure que je vais prendre soin d’elle.

Il le pense. Il ne sait pas ce que l’avenir leur réserve, c’est vrai, mais il va tout faire pour chérir Dorothy et cette relation qu’ils ont su construire ensemble. A ses côtés, toutefois, la jeune femme paraît bien moins ravie de ce genre d’échange et Sandro fronce les sourcils en entendant parler de Bergling. Le genre de mec dont il irait bien vomir à la face s’il en avait l’opportunité et avec qui la cohabitation, en cours comme dans la salle commune, a toujours été très délicate.

- Ouais alors si on pouvait éviter de me comparer à ce connard… Il sait qu’elle a dit ça comme ça, et il prononce sa propre remarque sur le ton de la plaisanterie mais y’a une grosse part de vérité, toutefois.

D’un geste, comme pour apaiser Dorothy qui est toujours un peu remontée, il le sent, il porte sa main à sa bouche dans un léger baise-main. Il lui murmure : Souffle Do, tout va bien maintenant. Ils n’ont jamais véritablement parlé d’avenir. Ils ont évoqué les vacances, la rentrée, l’année prochaine mais… jamais trop loin. Parce qu’il y a cette différence d’âge et l’échéance de la dixième année pour Sandro. Et là, dans la même soirée, ils ont officialisé leur relation aux yeux de tout Poudlard et de Luke Blane. C’est pas rien.

Il laisse Dorothy guider son parrain pour chercher quelque chose à boire, tout en se disant qu’il serait pas contre un verre lui-même. Après cette soirée de folie il a toujours en arrière-goût la bièraubeurre qu’ils buvaient lorsque Vandom a débarqué.

- T’en fais pas, le message est passé et y’a rien de plus à en dire, je suis un merveilleux petit copain.

Il est toujours dans l’idée de relâcher l’atmosphère, d’autant qu’il sait que la suite va être plus compliquée encore. Ils ne savent rien de ce qu’il advient des autres élèves embarqués par le Ministère, ni des réactions des professeurs de Poudlard ou des familles. Seulement, lorsque Do indique qu’elle n’a pas pu aller chercher les autres élèves, il corrige :

- On n’a pas pu aller les chercher. Il lui jette un regard en coin. C’est déjà miraculeux qu’on ait réussi à te libérer, ainsi qu'Edwyn. On pouvait pas risquer de se faire embarquer à nouveau, il fallait partir vite.

C’est sans doute égoïste, peut-être qu’on leur reprochera, mais Sandro pense que c’est déjà une bonne chose et il préfère se dire que sa petite-amie est en sécurité. C’est ce qui compte le plus, là.

- Et vous savez ce qu’en disent les familles ? La Gazette ? Un truc pareil, c’est impensable, ça va forcément entraîner des réactions.

Il est peut-être un poil utopique, et il a définitivement du mal à vouvoyer pleinement le professeur.
Voir le profil de l'utilisateur


Dernière édition par Sandro Clemenza le Mer 11 Sep - 23:45, édité 1 fois
Luke Blane
Papa Ours
Papa Ours
Luke Blane
Messages : 643
Points : 918
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Lun 9 Sep - 21:54





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Luke sourit en entendant l'air un peu désemparé de Dorothy, C'est drôle se dit Luke parce qu'elle devrait savoir qu'il a toujours aimé la taquiner, c'est tellement facile dans son cas qui plus est. Il se baissa, ouvrit le placart indiqué et se mit à la recherche du whisky, lorsqu'il le vit il prit la bouteille et un verre qui trainait et se servit alors qu'il se relevait petit à petit. Là il parti se rasseoir en réfléchissant à ce qui venait d'être dit et déposa la bouteille sur la petite table. Il prit alors une inspiration et dit. Je reviens du ministère et vous pouvez voir l'état de mon costume, c'est pas fameux ce qu'il s'est passé là bas ce soir on est d'accord. En y prêtant attention on pouvait carrément voir que la veste de Luke avait été brûlée à deux endroit.

Il but enfin un peu et se détendit au fond de ce canapé confortable. Les autres vont bien ne vous inquiétez pas ils ont été relâchés après ce qu'il s'est passé tout à l'heure. Dorothy tu ne pouvais rien faire de plus et je tiens à féliciter Sandro d'avoir été aussi réactif, tu seras récompensé à l'école pour ce geste de bravoure. Il regardait le garçon, reconnaissant. Il regarda de nouveau Dorothy  Concernant les preuves nous sommes pratiquement certains qu'il s'agit de contrefaçons. Camille Gaunt, un ami a moi qui travaille au ministère m'a téléphoné tout à l'heure, il est entrain de tout vérifier de son côté.

Il se mit à regarder par terre et se souvint des flashs de lumière et des sorts magiques qui s'entrechoquaient encore au ministère tout à l'heure. Le professeur Andersen, Ambrozy, Scamander et moi même avons combattu contre The Crow tout à l'heure au ministère donc il n'y a pour ma part pas de doutes possibles sur son implication, surtout quand Magnus Vandom à prit sa défense pour le laisser filer. Il soupira.

Bien sur pour la Gazette, la nouvelle se rependra comme une trainée de poudre. dit-il a Sandro. Il regarda alors Dorothy et dit Ma mère veillera à ce que la Gazette prenne l'exactitude de nos propos de t'en fais pas.

(c) SIAL ; icons sial


Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Mar 10 Sep - 0:40

it's quiet uptown
Le calme après la tempête
Souffler. Oui. Tu devrais. Non. Tu t'exécutes. Une respiration après l'autre, se calmer rapidement n'a jamais été l'une de tes grandes qualités. Tu es consciente qu'il allait falloir travailler là-dessus, sur le maintien de toi-même, sur le contrôle de ce flux d'émotion qui te bouleverse. Parce qu'on était jamais très loin de l'hystérie, Dorothy, et la vie venait de te prouver que l'heure n'était plus à l'hystérie. L'époque actuelle, celle qui venait de se créer avec The Crow, vous demandait à tous de faire preuve de recul et de calme. Recul. Calme. Tu allais travailler dessus cet été. Tu t'assois, sage, les doigts de Sandro entre les tiens alors que tu écoutes le récit de ton parrain. En effet, l'état de son costume laisse présager une soirée mouvementée. Sans doute que sortir les élèves n'avaient pas été une partie de plaisir. Tu laisses un regard passer sur les déchirures du costume de Luke. Au moins, ils allaient tous bien, tout le monde s'en était sorti. L'histoire ferait du bruit, mais pour ce soir elle était finie. C'était le principal, la seule chose qui semblait compter par rapport au reste. Tu soupirs, tu n'avais plus à porter le poids de la culpabilité de n'avoir pas pu agir.

« Si tout le monde va bien alors… Je suppose qu’on peut souffler. »

Tu hoches la tête face à l’hypothèse de preuves montées de toutes pièces. Ça faisait sens, mais pourquoi vous ? De simples enfants ? Était-ce lié aux renards ? À quelque chose de plus grand. Les idées tournent, mais tu comprends bien vite que tu n’arriveras pas à une conclusion satisfaisante ce soir. Impossible, trop de choses s’étaient déjà passées, trop d’événements pour que tu puisses réfléchir de façon claire et ordonnée. Tu prends donc les informations qu’on te donne pour les ranger soigneusement dans un coin de ton crâne et prendre le temps de les analyser ensuite.

La nouvelle qui suit, cependant, te fais tressaillir. Il faut te retenir pour ne pas bondir hors du canapé. The Crow ? Un combat ? Vandom ? Mais qu'est-ce que… Ne pas paniquer, ne pas repartir dans l'hystérie, Dorothy. Tu te fais violence, jettes un regard à la bouteille qui trône sur la table.

« Vous permettez ? »

Et sans cérémonie tu t’empares du réceptacle de verre pour le porter à ta bouche et en boire une gorgée. Tu reposes la bouteille, dans le plus grand des calmes. Ça brûle dans ta gorge, c’est même fichtrement dégueulasse, mais au moins ça calme.

« J’en viens à préférer le ponch du bal… Vandom était donc de mèche avec le corbeau… Ça ne présage rien de bon. »

Sandro & Luke # Après l'event # Maison secondaire de Do


Voir le profil de l'utilisateur
Sandro Clemenza
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sandro Clemenza
Messages : 156
Points : 434
En couple avec : Dorothy Martin.
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Jeu 12 Sep - 0:14

Tandis que Luke reprend place près d'eux avec une bouteille de whisky et indique qu’il revient tout juste du Ministère de la Magie, Sandro ne peut contenir comme un frisson de gêne. Tellement obnubilé qu’il était par sa propre soirée, l’excursion folle dans ce même Ministère et le fait d’avoir libéré Dorothy et Edwyn, il n’a pas songé une seconde à ce que les directeurs et autres professeurs avaient pu faire eux-mêmes. Il était plus dans l’idée qu’ils opteraient pour la diplomatie et la paperasse. Il se trompe. Il se trompe et ce n’est qu’en entendant le professeur en face de lui parler qu’il se rend véritablement compte de l’état vestimentaire de ce dernier. Il doit avoir une tête un peu surpris et s’attarde à détailler ce qui ressemble bien à des traces de brûlé, et donc certainement de sortilèges.

L’homme évoque ça presque avec légèreté, bien que le brun aimerait en savoir plus. Il écoute toutefois le directeur de Gryffondor qui enchaîne en indiquant que les autres élèves ont été relâchés.

- Oh. Bonne nouvelle ça. Et quand Luke le complimente en parlant d’un « geste de bravoure », le Serpentard lève les yeux au ciel. Il n’a pas l’impression que c’était réellement ça et à la façon dont l’homme lui parle il a la sensation d’être un gamin de cinq ans qui récupère un bon point. Il n’en dira rien. Il a fait ça parce qu’il le fallait. Ils ont fait ça parce qu’il le fallait, il n’était pas seul et clairement pas l’investigateur.

La suite est intéressante, le dénommé Gaunt, il a déjà entendu ce nom… sans doute qu’en peu de temps l’enquête en cours va permettre de clarifier la situation. C’était le chaos dans la Grande Salle, c’était caché dans l’ombre et empli de mystère au Ministère, sans doute que d’ici 24 heures les choses seront plus cohérentes. Il l’espère. Le regard du sicilien s’anime d’autant plus quand il imagine trois des directeurs de maison en train de s’opposer à The Crow.

- Vous avez combattu le Corbeau ? Genre le type lui-même ? Il s’est passé quoi ? Il a réussi à filer ?

Comme le dit le professeur, s’il était lui-même présent au Ministère au terme de cette soirée folle, son implication ne peut pas faire de doute. Pour autant, quel était son rôle ? A quel point a-t-il infiltré l’instance gouvernementale ? Les questions de Sandro se taisent brutalement dans son esprit quand la voix de Dorothy interrompt son train de pensée. Elle n’attend pas de réponse, les deux hommes ne doivent peut-être pas comprendre immédiatement de quoi elle parle et… la voilà qui empoigne la bouteille de whisky et la porte à ses lèvres.

Sandro fait les yeux ronds. Il l’a déjà vu boire, certes, mais jamais de l’alcool fort jusque-là, et encore moins directement à la bouteille.

- Euh… Il hasarde un coup d’œil au parrain. Même si Dorothy est parfaitement majeure au regard de la loi sorcière, c’est pas dit qu’il apprécie de la voir boire ainsi. Sandro, lui, ça le surprend et ça l’amuse un peu, quand même.

D’autant qu’elle repose avec une grimace et un léger commentaire, avant de reprendre le fil de la conversation.

- C’est sûr que le whisky, c’est autre chose. Vas-y mollo. Mais si tout le monde s’y met…  Il murmure et se lève pour rejoindre le placard, tout en ne perdant rien de ce qu’indiquent Luke et Dorothy. Rapidement il récupère un verre vide, hésite, en prend un second au cas où et retourne s’asseoir.

- Si le grand public apprend ce qui s’est passé et que le Corbeau a réussi à infiltrer le Ministère, vous n’avez pas peur que ça dégénère ? Et… le Ministre, Windsey, vous avez pu le voir ? Il a réagi ?

N’est-il pas l’homme censé gérer le Ministère ? Face à de tels événements, n’a-t-il pas son mot à dire ?

- Et les aurors qui ont suivi Vandom, qui ont attaqué des élèves… je comprends pas.

Ça mérite bien un verre, ça. Alors il se verse un fond de whisky et le porte rapidement à ses lèvres. C’est vrai que c’est le genre d’alcool fort qu’il vaut mieux pas engloutir d’un coup, alors il se contente d’une bonne gorgée et repose le verre. S’il veut avoir les idées claires, autant ne pas forcer.
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Blane
Papa Ours
Papa Ours
Luke Blane
Messages : 643
Points : 918
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Dim 15 Sep - 20:02





I took a walk on a Saturday night,fog in the air, just to make my mind seem clear where do I go from here? I see my breath pushing steam through the air, shaking hands run through my hair, my fears, where do I go from here?

Et bien, quand nous l'avons rencontré en plein ministère on à été extrêmement surpris, mais d'un côté plus tant que ça quand nous avons commencé à relier tous les éléments ensemble. Enfin ce n'était que supposition de notre part bien sur. Le professeur O'Sullivan Scamander est partie chercher son mari et nous nous sommes échangés quelques coups avec le fameux The Crow qui semblait nous connaitre individuellement c'était étrange. J'aurais bien aimé avoir eu le temps de pénétrer son esprit pour voir tous ses souvenirs et découvrir son identitée ... Il soupire.

Ainsi, Luke fut surpris par la suite des évènements quand il vit Dorothy se saisir de la bouteille de Whisky et y boire directement au goulot. Les yeux ronds il ne regardait plus du tout Sandro mais regardait sa filleule faire. Le choc me direz-vous, et bien oui c'était la toute première fois qu'il voyait Dorothy boire de l'alcool et de cette manière. Mais qu'est-ce que ... il ne put terminer sa phrase car une toux incontrôlable due très certainement à la surprise lui vint d'un seul coup. Il vit alors Sandro suivre rapidement le mouvement et se servir.

Oh par merlin, c'est ça que de voir son enfant grandir ? Je suis clairement pas prêt à en avoir.  pensa t-il très fort. Il but un peu et regarda sur la gauche en essayant d'oublier ce qu'il venait de voir puis se concentra à nouveau pour poursuivre son récit. Ahem, oui poursuivons. Et bien oui il a réussi à filer grâce à une intervention de Magnus Vandom qui nous à attaqué par surprise. The Crow s'en est tiré, mais pas Vandom qui s'est fait prendre la main dans le sac par les grandes têtes du ministère qui sont arrivés par les conduits de cheminées en même temps. Dit-il en haussant les épaules.

Aucune idée pour Windsey. Je ne connais encore pas la suite des évènements mais il est certain qu'un tel acte ne passera pas inaperçu. Vandom est certain de subir un procès, mais en ce qui concerne la presse sorcière britannique ils seront aux premières loges. Il n'en raterons pas une miette. L'enflure ... ça lui donne une bonne visibilité médiatique. Il vida son verre et se resservit de nouveau en soupira de nouveau. C'est qu'il en avait assez de ces histoires de gemme Luke et assez de ce corbeau de pacotille. Nous saurons assez tôt la suite de cette histoire je pense, même d'ici demain ou dans deux jours. On a tous grand besoin de se détendre après une telle soirée, ça n'a pas dû etre facile pour vous les enfants ...

(c) SIAL ; icons sial


Voir le profil de l'utilisateur
Dorothy Martin
Queen of Salt
Queen of Salt
Dorothy Martin
Messages : 346
Points : 1012
En couple avec : Sandro Clemenza
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Dim 15 Sep - 23:13

it's quiet uptown
Le calme après la tempête
C’est bête à dire, mais l’alcool te soulage Dorothy. T’es consciente que ce n’est pas le comportement le plus approprié, ni même le plus intelligent, mais l’urgence était de te calmer et tu avais appris à tes dépens qu’un verre se révélait être un, dans tout cas, un remède particulièrement efficace pour détendre un esprit ravagé par des vagues d’émotions incontrôlée. Tu fermes les yeux quelques secondes, réfléchie. Qu’il soit surpris ne t’étonnes pas.

« C’est sa capacité à infiltrer les esprits, même ceux des Occulments. Quand il a attaqué Beauxbâtons en Février, il nous a tous sondés d’un coup d’un seul et on était cinq, dont Bertram qui est plutôt bien rodé dans l’art de se fermer. Ce type a un don, ou un truc particulier. Peut-être un objet, un espèce d’amplificateur, je ne sais pas. Ses pouvoirs surpassent de loin tout ce qu’on a connu. »

Des théories, depuis février vous aviez eu le temps d’en faire, mais à aucun moment vous n’aviez plus les vérifier. Encore fois, vous manquiez de moyen, de champ d’action. Impossible de battre un ennemi sans information et impossible d’obtenir des informations de quelqu’un qu’on ne peut pas atteindre. Vous étiez au point mort depuis pas mal de temps déjà. Tu n’aimais pas l’idée que ton action puisse être aussi stérile, Dorothy, mais il fallait voir la vérité en face.

« Tant mieux pour ce crétin. Je devrais lui coller un procès pour violence sur mineur, tien, tant qu’à faire autant lui extorquer de l’argent. Je rêve de me payer le nouveau Nimbus et c’est le prix de trois salaires. »

Malgré toute ta bonne volonté à mettre de côté, tu avais calculé que tu n’obtiendrais pas cette merveille de technologie avant ton diplôme. Tristesse.

« Mais ça va lui faire une bonne pub, c’est vrai… C’était peut-être même son plan depuis le début. Qu’est-ce que vous en pensez ? J’avais émis l’hypothèse avec un ami qu’il risquait d’attaquer au bal pour la gemme mais ça se trouve… Il a consciemment organisé tout ça pour discréditer le ministère et retourner l’opinion public. » Et c’est l’option qui te plaît le moins, Dorothy. « Putain, on est tombé sur un pervers narcissique, manipulateur, puissant et intelligent. »

Tu t’enfonces dans le canapé en poussant un soupir.

« C’était pas facile, non. Mais au moins c’est passé. Si seulement on avait des informations, des pistes à explorer. C’est insupportable d’être aussi impuissant face à lui, Luke. »

Sandro & Luke # Après l'event # Maison secondaire de Do


Voir le profil de l'utilisateur
Sandro Clemenza
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Sandro Clemenza
Messages : 156
Points : 434
En couple avec : Dorothy Martin.
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke Mer 18 Sep - 19:44

La discussion reprend son cours, presque comme si de rien, mais Sandro ne peut s’empêcher de jeter quelques coups d’œil en direction de Dorothy, ne sachant pas bien si elle est véritablement résistante à l’alcool. Surtout l’alcool fort, quoi. Lui-même, il sait que se lancer dans du whisky à cette heure-ci, après la soirée effrénée qu’ils ont passé, c’est pas forcément la meilleure des choses à faire… mais il en a besoin. Ils en ont sans doute tous besoin, à leur manière. Ça grise un peu les idées, ça apaise, ça donne un regain d’énergie. Chacun réagit à sa façon. Et la bouteille reste là, devant eux. Luke lui-même doit bien comprendre qu’il serait malvenu de juger. Ils ont tous l’âge de se gérer mais Sandro a bien compris à sa réaction que lui non plus ne s’attendait pas à voir la petite Dorothy s’enfiler un peu de whisky à même la bouteille. Sandro, il garde ça dans un coin d’la tête, il pourra toujours lui ressortir à l’occasion, pour la charrier.

Alimenté par les questions de l’italien et les informations apportées par le professeur, l’échange devient plus sérieux. C’est normal, après tout. Tout reste encore vif, les faits se sont déroulés il y a à peine quelques heures. Peut-être moins, même, concernant l’excursion des directeurs au Ministère. Le Clemenza n’a pas eu à faire directement au Corbeau, et il n’en a pas spécialement envie, à choisir. Alors il écoute le retour de l’homme en face de lui et de sa petite-amie. Pour s’être hissé aussi haut, avoir réussi à étendre son influence en quelques mois, il est certain que le terroriste en question ne peut pas être n’importe qui. Il doit avoir des moyens ou une assurance bien à lui pour parvenir à rallier tant de gens à sa cause. Même un arriviste comme Magnus Vandom.

- Dommage que vous n’ayez pas réussi à le stopper. Mais en même temps, c’est bizarre quand même, pourquoi a-t-il choisi de se mettre à découvert ? S’il a réussi à manipuler Vandom, il aurait très bien pu le laisser agir seul. D’ailleurs, on sait pourquoi les Aurors ont suivi Vandom ? J’veux dire… j’pensais qu’ils étaient quand même entraînés pour avoir la tête sur les épaules et faire la part des choses. Je comprends pas qu’ils aient attaqué des élèves.

Même s’il ne le dit pas à voix haute, il essaie d’avoir encore un peu foi en l’institution qu’est le Ministère de la Magie. Lui qui ambitionnait d’y travailler, cette soirée – et d’autres faits bien avant mais bon… - remet fortement en cause ses aspirations. Il aimerait comprendre comment les choses ont pu tourner ainsi. Il s’interroge à voix haute sur le Ministre mais Blane ne parvient pas plus à répondre à ce propos.

- J’espère que le Ministre s’exprimera. Et qu’on va comprendre commet on en est arrivé là, mais c’est déjà bien si Magnus Vandom a été déjoué ce soir. A la remarque du professeur concernant la presse, Sandro hoche la tête et s’amuse à la remarque de Dorothy. Le nouveau Nimbus… rien que ça. Il a un fin sourire et pense à ce qui se dit là. C’est vrai que dès que la chose va être médiatisée Vandom va servir de bouc émissaire, et derrière le Corbeau risque de se flatter qu’on parle de lui, une fois de plus.

- Ouais… ça va faire grand bruit et il y aura toujours des gens pour approuver ce genre d’actions même sans rien en comprendre. Et… vis-à-vis du Ministère qui risque d’être discréditer, c’est clairement le cas. Moi-même, j’arrive pas à accepter que des représentants aient pu agir ainsi, ramener une dizaine d’élèves, les interroger sans respect des droits les plus élémentaires. Ça met en lumière des manquements énormes. Que ce soit le fait du Corbeau ou pas, y’a bien quelque chose qui tourne pas rond dans cette institution.

Parce qu’il doit bien y avoir un système de sécurité ou des personnes à même de savoir réagir face à une menace de ce type, non ? Quand bien même le Corbeau a des pouvoirs particuliers… comment se fait-il que personne au Ministère n’ait réussi à réaliser que la « mission » de Vandom était complètement injustifiée et se basait sur rien de concret ?

A sa façon, Dorothy résume bien la chose.

- S’il a réfléchi à tout ça, c’est que ce doit être un fin stratège, aussi.

Délicat de savoir alors comment faire face et combien le soutiennent dans ses actions, surtout s’il parvient à infiltrer jusqu’au Ministère de la Magie. Il soupire.

- L’important c’est que tous les arrêtés s’en soient sortis. Et idéalement sans que les événements les aient trop affectés. Il n’en sait rien et pour être honnête n’a pas encore pleinement eu le temps d’entendre Dorothy à ce propos. Dire que tout va bien sur l’instant, c’est pas la même chose que subir le contrecoup ensuite. D’autant qu’elle a évoqué la présence d’un légilimens, et Sandro, c’est bien le genre de magie qui le fait flipper, celle qui permet de s’introduire dans l’esprit d’autrui.

A ses côtés, Dorothy se recule dans le canapé et, d’un geste du bras, l’italien la ramène vers lui. Elle est aussi agitée que lui, aussi perdu que lui. Mais ils sont ensemble, et c’est ce qui compte en l’immédiat. Il acquiesce les propos du professeur.

- Ouais… cette journée me paraît interminable. Mais l’essentiel c’est qu’on soit ensemble, Do. Je pense pas qu’on puisse faire grand-chose de plus, de toute façon.

Il sent bien que Dorothy a des envies de jouer les Sherlock, alors que lui… pas du tout. Enfin, c’est l’inaction du Ministre et le rôle des Aurors qu’il ne saisit pas bien mais Sandro sait parfaitement que ce ne sont pas deux élèves de Poudlard qui parviendront à arrêter le Corbeau. Et certainement pas cette nuit.

D’autres seront sans doute plus à même de s’en occuper.

- D’ailleurs, j’imagine que le Directeur Scamander et le professeur Branwell auront plus à en dire.

Après tout, ils ont été interrogés tout autant.

- Mais bon, j’suis d’avis qu’on se tracasse pas plus que ça pour le moment. Dommage juste qu’on ait pas pu profiter plus longtemps du bal… c’était quand même le dernier jour de l’année scolaire, hein ! C’est les vacances !

Il lève son verre comme pour un toast et en prend une nouvelle gorgée.

- Et on les a bien mérité !
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke

it's quiet uptown ♣ Sandro & Luke
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lucky Luke chez quick
» LucKy LuKe
» Lucky Luke
» mini bd et cd-rom lucky luke "le fil qui chante"
» Frise tapisserie Lucky Luke

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Villages d'Angleterre-
Sauter vers: