cohabitation passionnée ft. Nour

Ezéchiel Prince
sad & perdu
sad & perdu
Ezéchiel Prince
Messages : 98
Points : 145
En couple avec : jay j'entend ton appel j'arrive
cohabitation passionnée ft. Nour Sam 31 Aoû - 1:22

ambiguïté secrète



Le soulagement te prend la gorge et se manifeste derrière un soupir qui vint à mourir - les doigts délicats s'échappent de la porte au moment où tes pas s'envolent vers ta valise. Personne dans le dortoir, tous au banquet de ce soir - évidemment tu en avais profité, mais très vite l'envie de t'éclipser s'était faite sentir désirée.

Le soulagement s'était manifesté de bien des façons ce soir - par des retrouvailles de personnes dont tu désespérais la présence, par ces habitudes que tu as de te retrouver à cette table, discuter, manger, comme si de rien était et puis par ce château qui t'a manqué ; tandis qu'on cachait tant bien que mal les événements du bal dernier.

Un coup d’œil, à peine, sur le lit d'un de tes nouveaux colocataires - Jonas - et ton visage se peint d'une expression presque dédaigneuse, avant de te concentrer sur les autres couches où demeuraient les valises attitrées. L'une dénuée de présence et l'autre pourtant déjà partiellement installée - quelques regards curieux pour avoir des indices sur l'autre garçon qui dormirait sous le même toit que toi et étrangement, Ezéchiel, tu as cette terrible impression d'avoir déjà vu un espace arrangée de cette façon là.

Tes épaules s'abaissent avant que tu t'animes pour ouvrir la tienne, tout en réfléchissant à qui et comment. Tu commences alors à ranger les habits dans l'armoire, disposer tes affaires comme bon te semble, des produits de toilettes jusqu'aux gadgets - puis tu te figes.

Tu te figes avant de te redresser, reposant tes orbes de lumière sur ce lit que tu reconnais un peu trop bien - parce qu'il est le sien. Tu as déjà partagé ce lit avec son possesseur, une fois, deux fois, des dizaines de fois et pendant plusieurs mois - l'émotion qui te prend te semble indéchiffrable ; en premier lieu, quelque chose qui s'apparente à nouveau à du soulagement, comme si le savoir là, était quelque chose de rassurant ; tu n'étais pas tout seul au milieu de gens que tu ne connaissais pas et que tu n'aimais pas. Puis quelque chose d'autre, comme de l'appréhension, parce que, parce que entre vous, c'est un peu compliqué tout en étant très simple.

Avec lui, tu étais quelqu'un d'autre, Ezéchiel - au début, tu n'as pas très bien compris pourquoi et comment, avant de saisir que tout cela n'était qu'un appel du corps. Il était un peu ta porte de sortie, ta facilité, pour ne pas t'attarder sur ce qu'impliquait une véritable relation quand toi, tu étais mentionné. Puis, puis vous avez échangé, appris à vous connaître au détour des draps, sur l'oreiller et pendant vos ébats - et c'est amusant de constater que malgré le fait que vous n'êtes absolument pas sur la même longueur d'onde, qu'il te frustre et t'énerve parfois, tu avais appris à l'apprécier.

Or, aujourd'hui, les choses sont un peu différentes depuis la dernière fois - tu n'avais plus envie de te complaire dans cette facilité, tu ne voulais plus t'échapper derrière des obsessions futiles et dérisoires, tu voulais t'impliquer dans ta petite existence et prendre en main ce retour comme un nouveau départ.

Tu prenais conscience des battements de ton cœur.

Et pour le moment, ton attention était focalisée sur ce prénom qui porte modestement trois lettres, sans plus. Mirage, peut-être, envie passagère, sûrement, curiosité dangereuse, très certainement - mais tu lui devais un minimum de considération.

quelle folie
quelle déraison
l'inconscience
ou plutôt l'espérance

espérer est pourtant rédhibitoire
pas vrai ?


Un bruit.

Et se brise sur le sol, glissant de tes jolis doigts, le polaroïd que tu comptais placer dans le décor de ton intimité - tu pivotes sur toi-même, en direction de la porte, ta baguette capricieuse entre les doigts, un sort préparé du bout des lèvres.

Oh... c'est toi... et la main se dépose sur ton palpitant, comme pour en calmer le rythme lancinant.


-- ne lui fait pas des frayeurs comme ça !




septembre ft. nour
Nour S. Sobki
Eleve hybride
Eleve hybride
Nour S. Sobki
Messages : 35
Points : 62
En couple avec : ta meuf
Re: cohabitation passionnée ft. Nour Dim 20 Oct - 0:41

Nour toise les élèves présents à sa table d'un œil mauvais. Il ne les aime pas, et, sincèrement, il se passerait bien de leur présence. Mais il préfère être là qu'en Égypte, l'été fut un enfer. Brimades, railleries, on l'a rabaissé, encore et encore. Ses progrès ont été démontés, il a été trainé plus bas que terre. Il est de retour avec sa haine et sa rage de vivre.

Son regard doré parcourt la Grande Salle. Il soupire. Il a suffisamment mangé et voir des gens heureux lui donne envie de les éclater contre un mur. Il se lève bruyamment, bouscule une ou deux personne en décalant de banc et sort de salle avec sa démarche de conquérant arrogant. Mais en réalité, le fauve n'est même pas au repos. L'été a aiguisé ses sens et il sait maintenant, il la voit, l'ombre du Corbeau qui plane sur le monde magique. Un sourire étire ses lèvres, il aime ça.

Il sent son but approcher, plus secret que celui de tous les surpasser, son but ultime, impossible mais rendu accessible par un volatile aux plumes noires. Ses pas le mènent à son dortoir. Il s'arrête un peu avant. Il y a quelqu'un à l'intérieur, étrange.

Nour se fige en apercevant la silhouette qui se meut devant lui. Il ne voit que son dos pourtant, son aura l'envahit déjà. Sa gorge s'assèche brusquement. Il n'était pas prêt à le revoir. Tout comme rien ne l'avait préparé à son départ. La brûlure de l'abandon, de la trahison irrite désagréablement son cœur, pourtant, là, oui, il y a une pointe de soulagement, de joie. Mais Nour est de ceux qui enfouissent les sentiments positifs, ça fait peur d'être heureux.

Il s'avance, le parquet craque. Ezechiel se retourne avec vivacité. Nour ne bronche pas. Il le connait. Et il se connait et ça serait mentir de dire que le revoir ne lui fait pas quelque chose.

- Putain t'étais où enfoiré ?

Sa voix est basse, chargée de colère mais légèrement tremblante sous le coup d'une émotion incontrôlée.

- Tu te barres sans prévenir et tu reviens comme si de rien était dans mon dortoir ?

Ses yeux dorés flamboient mais en même temps, il crève d'envie de se ruer sur ses lèvres et de fêter ce retour inattendu dans les deux lits successivement.
cohabitation passionnée ft. Nour
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Les Passionnés de la Bière sur Facebook
» Présentation Spacemen1969
» Moucheron
» 11 nov. Mon passionné
» E-Play : Ladders et Tournois E-sports

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Sous-sols :: Serpentards-
Sauter vers: