map of the soul † w/armando

Ollie Zeleznik
des murmures au creux des songes
des murmures au creux des songes
Ollie Zeleznik
Messages : 65
Points : 129
map of the soul † w/armando Dim 1 Sep - 3:51



map of
the soul
d a y d r e a m

armando vous n'auriez pas assez d'une vie pour compter le monde sur le bout des doigts c'est drôle votre manie à rejeter avec véhémence les inconnues des équations ça
donne envie de demander ce qui vous dérange tant chez les émotions.
vivre sa vie par a + b
ollie en tout cas ça ne le décourage pas
ça lui plaît même, de voir vos univers se heurter.
après tout
à la source de tout il y a un (big) bang
il faut se percuter pour engendrer les choses.

dans les clubs d'art et de photographie on bariole souvent les murs centenaires du château
se posent alors sur les élèves et le personnel des regards esquissés de grands yeux au fusain qui surveillent
ça change des peintures magiques aux manies trop élégantee. un peu de chaos au milieu de l'ordre établi ça a suffit à attirer votre attention c'était déconcertant de vous voir planté là
ollie n'aurait pas cru que ce seraient vos œillades sur ses cadres suspendus,
n'avait pas cru à la question.

combien ?


il avait sourit comme si ça ne se prétendait pas sérieux un instant
baissé les yeux d'embarras il avait pensé à tout
sauf à ça.
volatile, la réponse, rien à voir avec la ferme prise du professeur sur l'univers. ça ne se vend pas c'est fait comme ça sans réfléchir
pour le plaisir.
je vous le donnerai quand on décrochera les cadres si vous voulez, ou bien je vous en ferai un autre.
tout travail mérite salaire ollie
mais c'est que ça lui libère tellement l'esprit qu'il n'y a pas un soupçon de corvée là-dedans.
ollie entêtant agaçant
qui voit le monde à travers un prisme si différent.

claquent les pas sur le marbre des couloirs ça fait des mois que ce n'est plus son étage par ici
ollie a choisi des matières aussi éthérées que lui cette année c'est fini la voie toute tracée pour devenir terre à terre
(comme son père).
il s'égare plutôt dans les feuilles de grain et l'aquarelle
les pellicule argentique et les filtres irisés.
aujourd'hui c'est la mine de plomb et le feutre de précision,
le garçon avance un cadre emballé sous le bras.

bien élevé
malgré la porte entrouverte qui laisse voir vos airs absorbés derrière le bureau face à tous les pupitres vides
une fois tous vos élèves éclipsés
ollie prend tout de même le temps de toquer avant d'entrer.
s'avance l'hésitation dans l'âme qui n'atteint pas les pas, jusqu'à s'arrêter de l'autre coté de l'écritoire.
inspire
rien qu'une dernière fois
avant de tendre sous les yeux le cadre caché sous le papier, scellé par une simple ficelle de corde nouée. la risette en demi-teinte
mi-confiante mi-fuyante.
il n'a pas dit "promis" cette fois-là dans les couloirs mais lorsqu'ollie réplique quelque chose au futur
c'est tout comme.

— je vous l'avais dit, que je vous en ferai un.

sous le craft c'est un portrait
(de vous)
la géhenne dans le coup de crayon comme si tout avait été fait à main levée d'un unique trait
repassé
(cerné)
au feutre noir inquiet
c'est le souvenir qu'il avait des regards la fois où vous vous êtes croisés.
le cadre dans vos mains il range les siennes dans ses poches, hausse prestement les épaules.

— j'ai pensé après coup que c'était p't'être un peu bizarre d'avoir des portraits de soi au mur, à part si on s'aime un peu trop
mais je sais pas,
une esquisse de quelqu'un d'autre ça aurait été étrange aussi.

armando (tu ?)
vous
ne lui enseignerez jamais rien sur les bancs d'une salle de classe, mais ça n'empêche pas ollie de passer vous voir en dehors des cours
pas vrai ?
il a tant de choses à apprendre.


Dernière édition par Ollie Zeleznik le Mar 3 Sep - 4:44, édité 1 fois
Armando Tir Ná Lia
Professeur d'Economie
Professeur d'Economie
Armando Tir Ná Lia
Messages : 17
Points : 40
Re: map of the soul † w/armando Lun 2 Sep - 14:00

MAP OF THE SOUL...

○ feat ollie zeleznik.

musique

En qualité de professeur d’Économie, à bien des égards Armando trouvait qu’il enseignait l’une des matières les plus difficiles à envisager pour tout être humain. Après tout, connaissait-on réellement le prix des choses ? Leur valeur ? N’y avait-il rien de moins concret que ceci ? Estimer un bien selon quoi : la rareté des matières premières peut-être ? Et les services, comment les estimer ? Comment expliquer les disparités des prix entre services du même acabit ?

Oui, à bien des égards, l’Économie était un sujet fascinant. Et le brun, en tant que professeur, se devait d’expliquer cela à ses élèves le plus clairement possible. Expliquer comment l’économie mondiale fonctionnait. Il y avait peu de place pour l’interprétation dans ce cours, l’enseignant exigeait du concret. Si vous avez un bien, il y avait un prix associé. Si vous savez faire quelque chose mieux que la majorité des gens, cela aussi avait un prix. Le talent devait être récompensé après tout.

Armando en était l’exemple vivant. Il délivrait des cours aux élèves et était payé pour cela. Il ne leur apportait que des connaissances ; il n’y avait rien de plus immatériel que cela. Il avait aussi des activités annexes à ses cours… mais il évitait d’en parler. Pour des raisons qui l’incombaient et qu’il ne devait pas dévoiler… sous peine d’avoir de sérieux ennuis.

Sa vision du monde n’était pas binaire pour autant… mais il y avait certaines notions qui échappaient à l’homme. Et sur certains sujets… il était totalement ignorant : l’art en faisait partie. Sa curiosité ne connaissant aucune limite, il avait un jour assisté à une exposition, ici à Poudlard. Il avait posé alors une question à un élève, qui selon lui devait avoir une réponse… son interlocuteur n’avait pas su lui apporter. Il avait été déçu, n’avait pas envisagé un seul instant que cet élève se retrouvait dans l’incapacité de satisfaire sa curiosité.

Décevant.
Et ce même jeune garçon fit un jour son apparition dans la salle de classe du brun. Il lui dévoila un portrait du professeur d’économie. Sans être un aficionado d’arts en tout genre, Armando appréciait l’intention… mais une fois encore la question restait en suspens. Et une fois encore, cela l’agaça.

L’air désabusé, le professeur, d’un lent mouvement horizontal de la tête montra son exaspération en soupirant longuement. Frustré. Il ne concevait pas cela ; il n’arrivait pas à comprendre comment ce jeune homme, cet Ollie, pouvait lui proposer un bien, sans lui associer un prix. Le concept du cadeau ne lui était pas étranger bien évidemment… mais à cet instant précis, cela n’était pas le sujet.

Il ne put se retenir, au lieu de remercier son interlocuteur, il répliqua sèchement :

Ollie c’est ça ? J’apprécie ta délicate intention… mais je vois qu’une fois de plus tu n’as pas de réponse à m’apporter. Je t’avais demandé un prix, pas un cadeau. Je vais être honnête avec toi, je ne connais pas grand-chose à l’art et je n’y porte pas non plus un grand intérêt.

Il y avait un « mais », pas vrai ? Bien évidemment. Armando ne laissa pas les choses en suspens. Il reprit la parole :

Mais il y a un concept que tu vas devoir envisager, c’est celui de la valeur des choses. Quand tu as du talent, ne fais jamais les choses gratuitement, sauf en cas d’absolue nécessité. Offrir un portait à un inconnu n’en est pas une je le crains. Alors je vais te demander de faire un effort. Dit-il avant de se lever de son fauteuil : honnêtement, si tu avais un prix à donner à ton œuvre… à combien tu l’estimerais ? Je suis curieux.

C’était cruel. Demander à un artiste d’estimer son art… Armando pouvait parfois être bien trop matérialiste. Incorrigible celui-ci…


Ollie Zeleznik
des murmures au creux des songes
des murmures au creux des songes
Ollie Zeleznik
Messages : 65
Points : 129
Re: map of the soul † w/armando Mar 3 Sep - 6:40



map of
the soul
ce mouvement de tête c'est presque un "non" alors qu'il ne vous a posé aucune question encore armando
pourquoi les désaveux aussitôt ?
ollie c'est ça ? et il acquiesce car c'est simple pour le moment, comme problématique. le mutisme immature une fois de plus,
une fois de plus
ça résonne comme la millième alors que ça ne fait que deux
(fois)
que ce garçon reste futile. les idéaux de protagoniste à qui on n'a pas encore écrit la moindre prose la moindre trame ça s'agite tout de même dans l'âme il
sent qu'on le met au pied du mur
(comme l'autre fois dans le couloir)
mais c'est que c'est évident enfin vous voyez. des esquisses en échange de quelques regards sur les cadres accrochés même si on n'a rien réclamé.
ollie trouve que ça les vaut,
le souffle rieur teinte désemparée.

— un cadeau ça se demande pas
sinon c'est un caprice !

et demander d'accepter un présent c'en était peut-être bien un. "mais"
forcément.
ne fais jamais les choses gratuitement
le reproche sans détour, de la bienveillance derrière, c'est presque sûr, (ou bien un manque de patience flagrant)
(peut-être bien les deux)
un reproche tout de même à l'âpre perspicacité.

tandis que l'ainé quitte son fauteuil pour se tenir debout face à lui ollie a des airs de fauteur de trouble qu'on réprimande, ou bien de gamin qui juge silencieusement l'univers sévère des grandes personnes,
a sorti les mains des poches, les premiers rangs de pupitre à moins d'un pas derrière lui il se recule à peine pour pouvoir s'adosser à l'un des écritoires.
intimidant, armando
qui maîtrise trop bien les mots qui demande d'être honnête alors qu'ollie peine souvent à mettre en forme ses vérités. soupir amusé (de lui-même).

— aah.. si j'avais su qu'en échange d'un dessin j'aurai droit à une interro surprise...

la tête s'incline, la mimique laisse poindre la raison immature qui se niche derrière la présence sous vos yeux.
c'est qu'à la maison sur la porte du frigo on n'a jamais vraiment accroché le moindre dessin du môme et
ce n'est pas qu'il vous souffle d'investir dans des magnets pour décorer le votre mais
on regarde pas souvent ce qu'il fait, ollie. alors
il s'était dit qu'en venant ici
il saurait un peu mieux ce que, lui, vaut.
un portrait contre un indice.
regard en direction des fenêtres quelques secondes, les mains appuyées sur le pupitre dans son dos.

— bah... si je vous l'offre et que ça vous plaît, ça vaudrait beaucoup tout à coup. et la satisfaction ça se pèse pas en poignées de gallions. mais quel intérêt d'y mettre un prix, vu que vous l'aurez déjà entre les mains ? ce s'rait un peu tard et super mesquin, et puis moi ça me gênerait.

au contraire, si ça vous fait rien.. alors pour moi non plus ça vaut rien. si au final ça fait plaisir qu'à moi de dessiner un visage et pas des monstres pour une fois alors ça n'a aucune valeur, et vous pourriez y foutre le feu sous mes yeux, j'aurais pas l'impression de perdre quoi que ce soit.

un temps. celui qu'il faut pour avouer qu'on l'on s'est menti légèrement.

— bon ok ça me vexerait un peu
mais ça tient qu'à moi. personne perd d'argent dans l'histoire.

confidence, chasse l'expression sincèrement sérieuse pour la troquer contre une risette désavouée, l'œillade revient à celle du plus adulte dans la pièce.

— je suis prêt à parier que c'est lamentable comme réponse d'après vous. alors...
mettons que ce qu'il y a dans le cadre
c'est le prix d'une leçon d'économie dont j'ai sûrement pas mal besoin.

c'est nécessaire d'être cruel juste ce qu'il faut parfois.
Contenu sponsorisé
Re: map of the soul † w/armando

map of the soul † w/armando
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» certain tribes believe a person loses her soul when a picture is taken
» [Amv] Dbz - Soul Dragone
» ULTiMATE [Soul's Team & AnimeSeiki]
» Soul of Popynika by Bandai
» SOUL DROP de Kôhei Kadono et Fûrin Akiyoshi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Quatrième étage-
Sauter vers: