AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 cri du bonheur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
O. Nansý Óskdóttir
Concierge
avatar

Concierge

Messages : 26
Points : 46
MessageSujet: cri du bonheur   Sam 3 Juin - 15:06


Ólafína Nansý Óskdódottir, agée de vingt-huit ans. Originaire de l'Islande, ne vous étonnez pas à la retrouver à grommeler des insultes incompréhensibles à votre égard. Sorcière moldue, elle n'est en rien extraordinaire et particulière, sauf si le fait d'être enceinte — qui ne devrait d'ailleurs pas tarder à venir dans les prochains mois — en fait une caractéristique quelconque à retenir. Anciennement tattoo artiste magique, elle s'est plus récemment convertie en concierge par de malheureuses circonstances — le temps de se débarrasser de ce deuxième être qui ne cesse de la faire grossir, puis éventuellement de s'occuper de son éducation jusqu'à qu'il puisse enfin agir par lui-même.

Parcourir à nouveau ces couloirs lui rappelle le temps où elle était serpentarde. Par chance, elle tâtonne le métier qu'elle voulait faire plus jeune, à savoir tatto artiste magique, même si actuellement, elle est freinée. D'ailleurs, à son époque, il n'y avait ni moldus ni cracmols. Elle appréhende donc d'un oeil perplexe et médisant les futurs événements à venir. Elle est consciente de l'avarice et de la cruauté de l'Homme. Toute cette histoire ne finira pas en de bonnes circonstances, elle en est certaine.
sa baguette se compose de chêne rouge et d'une plume d'oiseau-tonnerre. Elle mesure 28,7 centimètres et paraît relativement flexible. son patronus, quant à lui, est une méduse chrysaora colorata. cependant, ces temps-ci, elle a dû mal à la faire apparaître. lorsqu'elle plâne au dessus d'une potion d'amortencia, elle retient l'odeur générale qui plâne avant un orage ainsi que celle d'un cappucino caramel. et quelque part, de façon très évanescente, une odeur de fleurs dont la provenance lui échappe. son épouvantard se manifeste très violemment et projette une image d'elle-même, avec dans les bras, un nourisson mort-né. face au miroir de risèd, c'est une vision très brouillée — mais où sont présents des sourires paisibles mais surtout, heureux. ses matières favorites, du temps qu'elle était élève à poudlard, sont définitivement les sports moldus et les arts magiques. d'ailleurs, elle était très active dans le club de boxe anglaise, de duels et d'arts. elle n'est plus confiseries depuis un bon moment, et préfère largement les tartes citron meringuées. la créature qui l'inspire est sans équivoque l'oiseau-tonnerre. majestueux, élégant, impétueux. tout le contraire de son animal de compagnie, qui est une loutre femelle affectueusement nommée stjarna.
« Panta Rhei » constate Héraclite. Tout change, tout se meut — ce que nous étions hier n’est pas ce que nous sommes aujourd’hui. Chaque action, chaque pensée, chaque interaction nous change assurément; nous ne sommes ce que nous étions et nous ne serons pas tant qu’aujourd’hui ne cesse d’être. Sans cesse s’arbore l’homme de nouvelles métamorphoses, fulgurantes ou subtiles; l’homme se construit en étant, en se faisant être; celui qui demeure meurt, tandis que celui qui embrasse et s’approprie le changement coexiste avec lui-même et le temps, qui infiniment s’écoule et se répercute entre chaque parcelle de peau, chaque veine, chaque vaisseau de nos corps.

Nansý désire et exige le Bonheur, par chaque parcelle de peau, chaque veine, chaque vaisseau de son corps. Elle le recherche, activement; et plus qu’un caprice velléitaire, la quête en est devenue primordiale, nécessaire. Viscérale. Ressentir, éprouver par le souffle qu’on inspire et expire; l’assimiler, se l’approprier du bout des doigts jusqu’à l’essence qui la compose. Cela n’est porté par le désespoir mais son contraire; l’espoir des beaux jours, l’espoir des nuits sans conflits. L’espoir d’une tranquilité d’esprit, de corps, d’âme. Car à force d’avoir été plongée dans l'andrinople, de se voir, d’observer la souillure goudronneuse grouillant au fond des entrailles, que reste-t-il ? Le malheur, l'apitoiement ? Les larmoiement vespéraux ?  
Nansý est bien plus noble, peut-être trop fière; mais tandis que les autres la qualifieront d’antipathique, de misérable, tandis que les autres pourriront de leur déterminisme affligeant dont ils seront l’auteur, elle rayonnera de son Bonheur. Elle sera belle, Nansý. Plus belle que vos hypocrisies, plus belle que vos conneries; Nansý vous tranchera la gorge de sa joie, Nansý vous en fera mordre les doigts. Et vous n’avez pas besoin de l’accepter ni de le comprendre; vous n’avez pas besoin de la maudire de vos laminoirs en cœur; elle n’en ressortira probablement que plus forte et déterminée à conquérir cette foutue vie.        

it did not ruin her



21:30, neuf octobre 2004 à reykjavik —

Psychotropes qui bordent la vie ; s’en viennent souffler sur ses bougies — lentement, lascivement ; d’une expiration ténue, une par une, à chaque fois. Décompte Final qui se décline et s’incline ; tic tac tic tac. Chaque dose plus mortelle, chaque injection plus gangrène. Tic tac tic tac. C’est la folie, l’ivresse, la perdition de l’esprit ; une seule pensée détonne, permanente, imperméable prochaine dose où la trouver, où trouver le fric, comment survivre jusqu’à la prochaine inspiration. Rien ne laisse place à d’autres préoccupations, rien ne dépasse de cet encéphale ; obsession, pulsion mortelle, vivre pour elle, elle pour vivre (voler). Toujours plus haut, toujours plus fort ; jusqu’à l’évasion la plus totale, l’euphorie immorale et la chute, l’achèvement des artifices toujours plus rance, pernicieux — redoutable. Tic tac tic tac. Course effroyable contre la montre, s’affranchir des limites, les dépasser ; se dépérir du factice et plonger dans ses délices ; et suppliquer, abdiquer devant le vice ; se complaire victime de l’affection, infection face au bourreau malfaiteur, profane et divin. Tic tac. Tic. Tac. L’amour ne la sauvera pas, l’amour l’incendiera et l’immolera ; elle rira jusqu’aux ultimes pleurs, car même ses larmes ne parviendront à éteindre le brasier qui viendra la consumer. Et c’est au fond d’un murmure qu’elle insuffle et rend le final soupir, comme lors de ces premiers jours qui se déclament enfin dernier. C’est sur un carrelage dur et froid qu’elle susurre « Puis-je enfin haïr les étoiles ? » ; crevée dans l’écume, crevée dans le simulacre.


21:54, neuf octobre 2004 à reykjavik

Noyé dans le sel de ses larmes, échoué contre les rives de son âme, il s’efforce de retrouver entre les carrefours de son esprit son amour de toujours. De ses doigts il tente de ranimer l’essence qui s’échappe, de ses paumes il s’essaye à capturer la vie qui s’en va à la hâte; mais gît indéniablement devant lui le corps éteint; dénué de souffles à expirer. Alors il ne peut se contenir et la silhouette se retrouve affligée de n’avoir pu la retenir, la figure se retrouve éplorée devant le blâme et son vacarme; celui qui gronde de n’être qu’un incapable, d’être impuissant face à la fatalité qui les frappe. Les remords le croulent et la carrure s’écroule; les maux de ces injections venimeuses peinent à être pansées, les seringues gangrènes s’obstruent à l’oubli et au pardon; et la seule chose qui demeure est cette carcasse qu’il étreint avec désespoir et amertume, avec lui leurs souvenirs d’antan, où sourires et soupirs s’expiaient en commun.  

09:12, six mars 2005 à reykjavik, dans un foyer

Énième visage couvert d'une brume anthracite, dont le souvenir ne parvient lui-même à se rappeler. Une dame au menton relevé, sourire normatif esquissé.  me supposément samaritaine, qui veut la sauver de sa solitude accablante ; charité pourtant indésirée et indésirable. Les arabesques de tulipes couvrant sa chemise fascinent plus que ses paroles, l’odeur de l’herbe mouillée et des terres boueuses davantage encore. Le soleil brûle de ses éclats lumineux, embaumant la pièce d’une chaleur étouffante, recouvrant son coeur et ses déchirures d’une douceur enivrante. Le ciel semble recouvert de miel, au dehors. Les autres gosses jouent pendant qu’elle est assise là, à cet entretien d’adoption. Les cris, pourtant lointains, se répercutent contre ses oreilles et cette liberté éphémère la fait doucement souffrir. Une pensée malheureuse effleure son crâne, bouillonnant ardemment contre son gosier. Elle le sait déjà que son père ne reviendra pas la chercher, car il n’était plus là. Non lui, il était dans cette incapacité à la retrouver, la recueillir et s’enfuir, avec elle. Alors ses jambes continuent à se balancer au rythme décadent de l’horloge qui détonne, lasse de cette dame qui la voudrait devenir son enfant.

année 2007 à 2012, à reykjavik et poudlard

Les figures parentales s’étalent et détalent comme saisons, tandis que cette perception tenace de ne trouver place reste, demeure et se meut au sein de la peau et de l’ossature, comme serpent dissident et morsures purulentes. Voguent les paysages inconnus et les silhouettes étrangères; s’amènent et s’enchaînent devant elle les visages indistincts et interdits, à repousser les limites de sa patience et de son enfance, à présent scabreuse et déficiente. Alors Nansý, petite Nansý, s’égare dans les rues du silence, subjuguée par l’hypocrisie pérenne qui règne dans leurs regards et leurs sourires vomitifs à en pâlir. Drôle de reconnaissance qu’on lui morigène, d’ainsi haïr ses congénères; drôle de rengaine qu’elle a, la petite vilaine, mais pouvait-on également évoquer, deux minuscules secondes, cette drôle de bedaine où l’on assène omissions et silences à la moindre interrogation ? Après tout, elle ne cherche qu’à retrouver père et mère originels, la petite naine. Depuis quand était-ce devenu si proscrit ?

Et son environnement se teintait dorénavant de nuances auparavant méconnues, bousculant son petit monde échancré, devenant nouvelles pièces à arborer au sein de l’identité bouleversée. Comment traduire le brouhaha intérieur, comment l’aborder, l’appréhender; et cette effervescence de sentiments qui bouillonne et qui ne sait s’exprimer, qui ne veut s’agencer par la gorge et la désaltérer par les palabres requises; ce foisonnement d’émotions qui la cloue au sol, qui n’attend jamais avant de frapper et qui n’amène qu’ecchymoses sur les jointures et les poings ? Que signifiait la voix hurlant au sein du thorax, que signifiait ces repères qui n’étaient qu’amas de formes décousues ? Les coups étaient devenus hurlements de désespoir, les blessures protestations contre l’existence, et la haine, cris du bonheur.

3e année à poudlard, 2014

Patibulaire garçon au coeur secret et aux moeurs émiettées; voile opaque l’aveuglant des ténèbres rances qui l’assaillent, lacèrent et piétinent l’éthique et la conscience, dépouillées. Pourtant qu’il est beau, dans cette noirceur et ses mystères, Yaroslav. Nox dans les cheveux, étoiles dans les veines, constellations dans les yeux; son premier amour, où les battements cardiaques ne sont plus que roulements de tambour, où les pupilles distinguent instinctivement en pleine foule la silhouette et ses contours. C’était ça et bien d’autres choses à la fois, incapable de se retirer de cette aliénation sentimentale qui ne cessait la tourmente et les troubles de l’esprit. Et devenus inséparables, insécables compères de choix, elle avait voulu s’immiscer en lui et dans sa vie, panser ses doutes, tenter l’irréparable devant la sentencieuse confession qui était indéniablement un appel désespéré à la rédemption. Alors elle avait désiré le sauver de cette enclave misérable et terrassante; le sauver de cette existence malheureuse et sempiternelle.

Ce fut la fin et la fissure; la scission et le départ. Il ne pardonna son affront et elle n’en sut plus rien par la suite. De toutes les manières, elle était déjà loin devant; l’abandon devenu un choix cruel mais raisonnable, quantifié par mensonges devenus vérités. Et l’insupportable, au fil du temps, s’était réduit à une simple culpabilité absoute. Avait-elle seulement fait le bon choix ? Au creux du plexus demeurait cependant le leitmotiv devenu hantise.

5e année à poudlard, 2016 ; conversation téléphonique

« Et tu vas bien, elskan ?
Je m’emmerde comme un rat mort chez elle. Et toi, la taule ?
Ta frænka ne cesse de me parler de tes fugues durant les vacances. Qu’est-ce que tu fais ? Où tu vas ? D’où viennent tes balafres lorsque tu rentres ? T’as des problèmes avec des gens ? C’est à cause de moi ? Parle à ta frænka si tu as un probl..
J’pourrais passer te voir prochainement ?
Bien sûr, mais repense à c’que je viens de te dire gleðja. Si t’as l’moindre souci avec les gamins du voisina..
Je gère. Je gère. J’dois te laisser, ég elska þig.
Ég elsk.. »

14:28, seize juillet 2019 à reykjavik, dans une prison

Le tic tac de l’horloge. Les regards impertinents. La dépersonnalisation. La déshumanisation. Le contact social bridé par la vitre crasseuse. Elle n’avait jamais autant détaillé les traits de son visage; tirés par les années perdues, par les fautes commises, par la vie qu’il n’avait pu vivre, seulement subir, par la sentence qui était venue briser leur famille. S’ils pouvaient encore se dénommer famille au jour d’aujourd’hui. « Je vais bouger. J’ai déjà des économies mises de côté. L’année prochaine, je me tire dès que j’ai mon diplôme. Je voulais juste te prévenir, Andrés. J’en ai pas encore causé avec Sonja, mais ça lui fera sûrement un bien fou de s’dire qu’elle pourra enfin s’arracher cette écharde du pied. » Il s’insurge, hausse le ton, fronce les sourcils. Il s’exclame à plein poumons, pose des questions qui n’offrent le temps aux réponses. Et avant qu’il ne se lève de sa chaise, furibond, l’officier lui ordonne de garder son calme s’il ne voulait retourner au bloc. « Écoute, cette nana ne m’a jamais kiffé. Ça se voit et je l’ai vécu dès le premier jour où elle m’a récupérée dans ce foyer minable où j’ai été placée par ta faute. En foutant ta vie en l’air, t’as aussi foutue la mienne. Garde-le en tête. Et, j’ai pas besoin de continuer à vivre dans ce merdier, j’ai besoin d’me tirer au loin, de voir qu’autre part, y a p’têtre autre chose que ce que tu m’as offert. Je reviendrai te voir à ta sortie. »

01:54, douze avril 2019 à glasgow

Lumières tranchantes comme lames de rasoir, écaillant les murs et cisaillant les regards hagards de ses néons phosphorescents, de ses étincelles poignards fauchant les tristes âmes de son éblouissance: l’heure vespérale et l’ocre ornant la voûte emportés par sa fulgurance. Musique 8-bits décomposée, disséquée, recomposée, remixée — coupée en intermittence par les scratches du DJ déchaînant le public et entraînant cris et hurlements exaltés; le Grandmaster enchaînant platines et loops plus fulgurants encore que ses prédécesseurs. Dans la fosse berce la foule cascadant les larsens stridents qui tachent d'enivrer silhouettes et corps jonchés sous le stroboscope hypnotique, sueurs sur l’épiderme, plis sur les habits, sourires extatiques collés aux faciès. Les hanches se déhanchent, les carrures se rapprochent, décrochent, s’accrochent entre eux comme atomes de molécule; les paroles se percutent répercutent s’occultent dans les vibrations chaotiques du son psychédélique. Et les murs tremblent sous la pression et la puissance des basses qui parcourent l’ensemble de la salle en effervescence; l’essaim fougueux, enragé, pris de spasmes orgastiques à chaque seconde. Car une nouvelle drogue en vogue s’importe entre les paumes, incroyable et phénoménale. Démentielle. Elle arpente les palais en échange d’un peu de Queen; elle s’imprime dans les nerfs pour quelques quid. Get high, dans sa forme la plus littérale et la plus fidèle. Pour un encéphale et ses connexions bousillés, on a le droit — le prestige — de flotter dans les airs, se libérer de la gravité de la Terre et s’octroyer une place dans un cimetière.

Tout cela en participant à cette subreptice manoeuvre se tramant en salle depuis cinquante-quatre minutes exactement.

« Les gens sont au courant que votre merde va les déglinguer ? »

Son faisceau d’aiguilles se trempe dans l’encre ébène tandis que le regard vadrouille l’Agora, devenue méphitique et brumeuse dues aux émissions régulières de diverses substances embrasées.  

« Les gens en ont toujours eu conscience дорогая.. C’est souvent ce qui les pousse à la consom’ et c’est pour ça qu’on les aime ces gens-là, car les camés sont notre plus fidèle pompe à fric. »

Tattoo gun en main, elle assène la peau d’un geste brusque, faisant couler perles d’écarlate sur le tatouage inachevé tandis qu’un râle émane des lippes.

« Pas de pitié pour les enculés.  »

03:07, douze avril 2019 à glasgow

« VARLEGA SUR MON MATOS SHITHEADS ! »

Élan meurtrier. Elle fonce vers les cops, le visage impavide et les poings aiguisés par la fureur. Coups et injures pleuvent, scindant les corps comme lames de rasoir, dans les veines pulsant l’ichor dont elle s’abreuve pour attiser l’ardeur; la vision vermeille et déchaînée, les sens animés par l’appel de l’adrénaline et les vociférations de ses victimes meurtries. Et tandis que la cohorte prend de l’ampleur, que le foutoir attire et alarme les autres clébards, la baguette atterrit dans la paume, ses faisceaux d’aiguille devenant projectiles d’armes à feux, dirigés par un waddiwasi hurlé. Les instruments fusent alors dans la chair, déchiquetant la peau avant d’en ressortir ensanglantés et d’aller taillader à nouveau un autre compère, sans jamais s’arrêter, incoercibles dards qui insufflent clabaudages de ces maudits bastards. Et son carnage est féroce et sans pitié; le corps en transe, frénétique et fiévreux, les iris dévorées par une passion abrasive et enivrante, la main habile, précise dans ses cruels méfaits.

Et tandis que le glas de la victoire résonne entre les tempes, l’Impétueuse se prépare et s’apprête à disparaître, à fuir de ce chaotique champ de bataille et à se désister de ses charges après avoir instauré l’effroi et l’horreur. Regard railleur sur la scène de crime, il n’y avait en effet plus rien à voir, cette descente inopinée devenue échec misérable de la part des forces de l’ordre magique. Le transplanage s’effectue ainsi, jusqu’à que chair extérieure s’accroche à ses pans et assiège son esprit, déglinguant la modification de leur atterrissage.

Get fuckin' lost, son.

03:34, douze avril 2019 à selfoss

Sans cesse avait-elle cherché sa place en ce bas-monde, pugnacité dans l’âme à survivre sans jamais rendre les armes, ingambe face aux périlleuses péripéties qui s’activaient à lui pourrir l’existence. Alors lorsqu’on lui demande de se taire, accusée de crime et de complicité, qu’on l’opprime dans ses protestations, qu’on refrène et comprime ses pulsions carmines; sourde l’arsenic et les palabres distinguées, s’envenime la bouche et s’expriment les poings. Assauts et tentatives de l’envoyer dans l’abîme et lui faire (se) voir, concevoir sa date butoire et sa mort prochaine, mais il est encore plus rapide et plus vif cette fois-ci; ainsi les genoux s’affaissent, le corps s’écrase lourdement et la tête bourdonne contre l’asphalte. Je te scinderai la baguette en deux. « Je répète une dernière fois : vous êtes en état d’arrestation pour coups et blessures, outrage à agents magiques ainsi que complicité dans ce trafic de stupéf.. » Elle lui cracha au visage. « Ta gueule cocksucker. »

18:49, vingt-quatre juin 2023 à londres

« [...] y a une putain de taupe chez nous [...] Je lui briserai les deux jambes [...] Mec, ça va faire cinq fois de suite qu’ils savent où nous trouver [...] T’es vraiment un shithead [...] Arrêtez de vous chier dans l’froc, on le retrouvera [...] En attendant, prenez vos précautions. » Situés dans l’annexe de l’Agora nommée The Head, le Conseil parlementait d’affaires — ou essayait, interrompus par les incessables joutes verbales. Et en parlant affaires, il parlait d’elle. Nansý le savait. Devenue indic pour échapper au même futur que son géniteur, elle avait peut-être merdé quelque part. « T’en sais quelque chose de cette histoire, дорогая ? » Se doutait-il de quelque chose ? Elle se redresse légèrement, effectuant un faible mouvement rotatoire sur son tabouret pour croiser ses yeux et dissiper toute hypothétique délation. « Comment j’pourrais ? J’suis que tatoueuse magique dans votre sale histoire. » Un haussement d’épaules, tandis qu’il renifle bruyamment.  « T’as pas envie d’une promotion ? J’ai vu comment t’as flingué ces clébards la dernière fois. T’étais sacrément se.. » Comment en était-elle venue à devoir perdre son temps avec un queutard ruskov qui ne lui donnait que la moitié de ce qu’elle était censée gagner ? « Ta gueule. T’aurais pas pu me venir en aide, d’ailleurs ? » J’ai croupi pendant une semaine en taule. « D’solé princesse, la came était plus précieuse. » Elle n’avait besoin de personne, de toutes les façons. « Arrête de bouger ou j’vais te rater. » Ses faisceaux dardèrent à nouveau la peau.

23:14, dix-neuf janvier 2026 à birmingham

Il se mit soudainement à genoux, enveloppant sa main dans la sienne, son regard embrassant tendrement ses pupilles. Il n’allait tout de même pas.. « Non, attends, qu’est-ce que tu fais ? Non, non, non. Attends, je ne— » Un rire vint naître contre l’embrasure de ses lèvres, tandis qu’autour de l’un de ses doigts se manifestait une bague. De fiançailles. « Veux-tu m’épouser ? » La voix chevrotante, le débit cardiaque ébranlé, elle ne sut quoi dire — les mots ayant peine à se frayer un chemin entre le coeur et les lèvres. Des interrogations au creux de la bouche, des craintes, une hésitation certaine. Et les dents serrées, le contour de sa silhouette s’évanouissait, brumeux et trouble. « Ne pleure pas, dis-moi juste oui Nansý. » La carrure s’abaissa à son niveau, et enroulant ses doigts contre les siens, elle chuchota : « C’est sérieux ? Tout ça ? Tu ne veux pas plutôt attendre que ça se finisse ? En es-tu au moins sûr que tu veuilles bien de moi ? » Un baiser vint panser ses larmes et étreindre le bonheur florissant au fond de la cavité. « Dès l’instant où je t’ai immobilisée au sol et que tu es venue me cracher dessus en me traitant de cocksucker. »

20:03, huit juin 2027 à birmingham ; conversation téléphonique

« Vous viendrez nous rendre visite, prochainement ?
C’est compliqué en ce moment. Il est occupé et je ne peux pas vraiment t’en parler pour l’instant.
Il sait, pour le bébé ?
J’te l’ai déjà dit, c’est compliqué actuellement. J’attends le bon moment pour lui annoncer la nouvelle. Ça dure depuis des années, mais tout va bientôt finir par se tasser. Donc il faut juste que j’attende le bon moment.
Tu comptes le garder, au moins ?
— … Je sais pas trop. Je ne sais vraiment pas. Peut-être.
Ça veut dire que je vais être grand-père ?
Peut-être, écoute. Peut-être.. J’ai juste peur, tu vois ? Que ça ne tienne pas la route, que tout se déglingue du jour au lendemain. Dans quelques semaines se déroulera le coup décisif à toute cette affaire et je n’devrais même pas t’en parler mais, j’ai vraiment peur que ça merde, que tout foire, que ça ne marche pas.
Tout va bien se passer, elskan. Te surmène pas trop avec ce genre de pensées, c’est mauvais pour le bébé. Va te reposer, d’acc ? Tout va bien se passer.
J’espère, j’espère. »

05:21, trois juillet 2027 à reykjavik

Un apaisement se lisait sur son visage; les traits adoucis, sereins — radieux d’une vie simple et éthérée. Comment se passait sa réintégration à la société ? Parvenait-il à rattraper le temps disparu, réussissait-il à couvrir les kilomètres lointains ? Tandis que la Terre continuait sa rotation, parvenait-il à redevenir engrenages ? Avait-il assimilé les nuances de ce nouveau monde qu’il arpentait dorénavant ? Elle n’y avait jamais pensé. Pas jusqu’à maintenant. Trop obnubilée par sa propre course contre le bonheur, à laquelle elle avait décidément perdu. Faute d’avoir essayé. Et maintenant qu’elle était retournée au point de départ, que se passerait-il ? Était-elle seulement en droit de venir gâcher sa journée, de venir empester ses pensées de son foutu malheur ? Un sourire étire ses lèvres; un sourire à en fendre le cœur, un sourire à en faire pâlir la Mort. « Je vais bien aussi. » Il avait remonté la pente avec la sueur de son front, le sel de ses larmes. Elle n’était pas en position de tout détruire, de foutre en l’air la vie qu’il tentait maintenant de mener. Que lui restait-il, sinon ? Son père était déjà un homme brisé. Il n’avait pas besoin de se tordre davantage; elle n’avait besoin de perpétuer la fêlure qui gisait au fond de ses entrailles. Il n’avait pas besoin d’entendre ces mots, de se démener pour le malheur de son enfant; il avait besoin de se renouer avec lui-même et de se retrouver, après toutes ces années. Avant que le temps ne décide de l’emporter, lui aussi. « La descente a été un succès. Et.. Je vais garder le bébé. Tu seras grand-père. » Elle restera digne. Elle n’ira pas pleurer la mort de son fiancé. Elle n’ira pas larmoyer la disparition de toutes ses possessions. Elle restera belle, intacte, rayonnante de Bonheur. Elle prouvera au monde qu’elle éclate de Bonheur. Elle sourira au monde et continuera de vivre avec ce sourire, aussi tordu soit-il. Elle ne s’arrêtera pas maintenant, non. Ni devant la cruauté de la vie, ni devant son dernier souffle. Personne ne lui enlèvera son Bonheur, qu’importe les efforts. « Je vais rentrer, je me sens fatiguée. Passe le bonjour à frænka. »

10:20, premier septembre 2027 à poudlard, dans le bureau du directeur Scamander

Le château était resté fidèle à lui-même. Rien ne semblait avoir changé, comme intemporel, hors du Temps et de sa décrépitude. « Je serai intransigeant, qu’importe ta… condition. Dispose maintenant. Et tu sais déjà où se trouvent les dortoirs, donc je m’aviserai de t’y accompagner. » Lui également, était resté inchangé. Peut-être plus froid, plus cruel. Qu’importe.

En arpentant à nouveau les murs de l’immuable demeure, elle sembla ressentir au fond de la carcasse une impression de se retrouver chez soi. Et en s’allongeant contre le matelas poussiéreux de cet espace désormais sien, serrant entre ses doigts la bague devenue pendentif, elle dormit sereinement pour la première fois depuis son décès.

yo:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blue M. Starling
Mamy Blou
avatar

Mamy Blou

Messages : 159
Points : 243
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Sam 3 Juin - 16:04

e n f i n
je veux la suite aled
elle a l'air trop cool.
Ólafína ça me fait penser à

bc olaf u know. dsl.

bonne chance pour le reste love love love ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
avatar

Captain Queenie Bitch

Messages : 801
Points : 820
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Sam 3 Juin - 16:46

Je. Euh. Que dire à part bravo ??
Amour. aled
Courage pour la suite halp



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: cri du bonheur   Dim 4 Juin - 14:37

aled

stop me détruire avec toutes tes fiches stp halp
Revenir en haut Aller en bas
Raffaello O. King
Connard de sushi de votre coeur
avatar

Connard de sushi de votre coeur

Messages : 157
Points : 301
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Dim 4 Juin - 15:47

JTM shine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ruben Damon
Captain bourrin
avatar

Captain bourrin

Messages : 355
Points : 338
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Lun 5 Juin - 1:08

chui en retard
oh mais ce style d'écriture je halp
où est le caractère ?? aller hop hop hop
(et jamais je prononcerai son nom en entier ok)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 667
Points : 767
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Sam 10 Juin - 9:12

Omg j'étais pas passé sur ta fiche mais.. Nansy quoi... aled


winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Luke Blane
Papa Ours
avatar

Papa Ours

Messages : 348
Points : 462
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Dim 13 Aoû - 21:54

J'aime tellement ton écriture aled
C'est la perf sans même avoir finit ta fiche non mais sfzefzs hin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Woni M. Lloyd
Professeur de Langue Classique
avatar

Professeur de Langue Classique

Messages : 38
Points : 82
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Lun 14 Aoû - 0:40

Oh mon dieu je l'aime déjà !! Je veux lire la suite !!! T.T AAAAAAAAAAAH :impatience: <-- cet emojie n'existe pas... scared J'ai déjà des petites idées qui crépitent et n'attendent que ta RS !! <3 <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 667
Points : 767
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Lun 14 Aoû - 18:50

Accio Fiche terminée!


winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: cri du bonheur   Mar 3 Oct - 15:41

Si belle fiche et toujours pas continuée allez courage tu vas y arriver on croit en toi beauté !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: cri du bonheur   Mar 10 Oct - 21:37

Revenir en haut Aller en bas
Lukas S. Dawson
Eleve né-moldu
avatar

Eleve né-moldu

Messages : 187
Points : 299
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Jeu 9 Nov - 0:31

En fait tu respectes les temps de gestation chez les humains ? Allez encore 4 mois à attendre et on aura un beau bébé. 

En vrai finis ta fiche. 
Sans pression. 
Jtm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
O. Nansý Óskdóttir
Concierge
avatar

Concierge

Messages : 26
Points : 46
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Sam 16 Déc - 2:08

Je tiens à vous remercier sincèrement pour votre patience à tous, dont j'ai extrêmement abusé. Je n'en suis que peu fière, et j'ose comprendre que je suis maintenant devenu un exemple parfait en ce qui concerne les délais hallucinants de rédaction de fiche. Et un running gag, par la même occasion.
J'en suis navrée. Vraiment.

sinn g terminé ma fiche jvous send de lamour tt plein lisez pas c vrmt bâclé si y a besoin dprécisions sur son histoire (qui est obv tranchée de manière voulue), jpeux vous les fournir
voilà voilà
bye

jui fatiguée wow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aileen E. Scamander
Directrice
avatar

Directrice

Messages : 90
Points : 122
MessageSujet: Re: cri du bonheur   Sam 16 Déc - 2:13




Bienvenue à la Concierge !

OMG ENFIN. En vrai avoir attendue pour ça je pense que l'attente est largement remboursée. Quoi dire ? C'est parfait ? C'est beau ? Ça t'arrache le cœur et la gueule. BTW tu sais déjà mon avis sur nansy so rebienvenue bby calin

Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien dans ce sujet, ainsi que ton téléphone portable ici (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar par là et tu peux aussi faire une demande de RP juste ici, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: cri du bonheur   

Revenir en haut Aller en bas
 
cri du bonheur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'oiseau bleu du bonheur
» Marvin Gaye l'impossible quête du bonheur (*)
» [Périodique] Mon Bonheur
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC
» Nouvelle : Le bonheur est dans l'après

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: 
Ceremonie de repartition
 :: Fiches validées
-
Sauter vers: