chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES

Rachel O'Sullivan
Professeur de Soin aux créatures magiques
Professeur de Soin aux créatures magiques
avatar
Messages : 123
Points : 359
chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES Mar 13 Juin - 0:20

Chapochapo
──Rachel avait fini d'amener Holdstock chez Aaron – le psy. Elle n'avait jamais su discipliner ses élèves ; pas qu'elle manquait d'autorité, mais plutôt de conviction. Hausser le ton la fatiguait, brimer ses élèves l'ennuyait – elle n'avait aucune envie de prononcer les phrases bidons qu'elle avait entendu toute son adolescence à propos de l'avenir et de l'importance des études, de la ponctualité, du respect, .. C'étaient des valeurs qui n'avaient que rarement été les siennes. Elle avait appris à respecter ceux qui la respectaient et ça s'arrêtait là.

──Sa journée était terminée, elle avait fini les dernières corrections qui traînaient dans son sac depuis des mois, avait clôturé les points pour la fin de l'année et s'apprêtait à rejoindre l'aile du personnel, pour pouvoir enfin profiter de sa tasse de café quotidienne. Elle avait fermé les écuries après avoir fait sa ronde auprès de ses amis, avait levé la capuche de sa cape et s'était dirigée d'un pas rapide et décidé vers sa destination.

──Elle entra dans la salle à café – comme elle l'appelait. Une grande table et un tas de chaises, qu'ils n'utilisaient généralement que pour se concerter à chaque semestre. Au final, Rachel se rendait compte qu'elle ne partageait pas grand chose avec ses collègues. La plupart du temps, lorsqu'elle rejoignait sa tasse dans cette salle, elle se retrouvait seule, à déguster son café devant l'une des fenêtres de la pièce. Sauf que cette fois, un visage familier était installé sur l'une des chaises, et elle lui sourit vaguement.

« Ah, bonsoir, Yaro. » Elle avait laissé le silence – s'était approchée du café, avait posé deux tasses sur la table qui lui servait de plan de travail.

« Holdstock s'est soustrait de mon cours aujourd'hui. Il est parti, m'a adressé un grand signe pour me saluer, et s'est éloigné. Comme ça. » Elle rit. Elle s'était approchée de la table, s'était installée en face de lui, faisant glisser la tasse qu'elle lui avait préparée de l'autre côté de la table. « Au moins, il m'a saluée. Il est plus éduqué que tu ne l'étais, c'est déjà ça j'imagine. »
© do it like a pizza
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES Mar 13 Juin - 3:45



chapochapo
⁍ rachel o'sullivan


Son crâne bourdonnait; une ruche en pleine activité qui ne demandait qu'à se reposer – mais ne pouvait s'y autoriser. La fin de l'année approchait à grand et lourds pas, comme un mauvais présage, et c'était un déluge de cas divers et complexes à l'infirmerie; sans doute aurait-il cru à l'intervention d'une force supérieure s'il avait été du genre à croire en de telles idioties. Mais le temps de la crédulité était plus que dépassé.
Sitôt l'heure de la libération passée, il avait rangé quelque dossiers, clamé son départ d'une voix neutre aux quelques cas qui passaient leur nuit là, et s'était retiré de l'infirmerie sans un regard en arrière. Il appréciait la salle, ressentait une profonde indifférence pour les énergumènes qui s'y trouvaient, et un plombant regret concernant la fatigue qu'ils lui apportaient; aussi fut-il légèrement soulagé lorsqu'il put clore la porte derrière lui. Il tenta de capter, ingérer, autant de bribes d'informations possibles lors de son chemin jusqu'à la pseudo-salle de repos. Les élèves semblaient en ébullition; bavardages incessants, voix criardes et exclamations piaillardes. Examens et bal mettaient leurs esprits en émoi, et tout devenait proie de commérage sans foi ni loi. Il était passé à deux doigts de grimacer à quelque reprises à l'entente de certaines inepties déblatérées; mais il atteint la salle ciblée sans se départir de son impassibilité.
Il se posta aussitôt à sa table favorite; qui lui permettait de surveiller entrée et sortie de quiconque s'aventurait ici, et était confortablement installée près d'une fenêtre, lui permettant de profiter de sa dose de nicotine tant désirée. Son esprit vagabondait; analysait, concevait; des arcanes qu'il tentait constamment de décrypter; des gestes à déchiffrer. Et même lorsque le poison fut consumé, il ne prit pas la peine de se mouvoir; ni le cil ni la mâchoire. Jusqu'à ce qu'on l'interpelle. Rachel. Une ombre de sourire dansait sur ses lèvres, une lueur de chaleur s'agitait dans ses prunelles. « Bonsoir Rachel. » Un vague signe de tête en remerciement pour la tasse, qu'il saisit aussitôt; alors qu'un sourire en coin s'invitait sur sa figure. « Ahlàlà, les jeunes de nos jours, ils sont trop bien éduqués. » marmonne-t-il d'un ton faussement éploré, son visage de nouveau imperturbable. « En même temps, les lions et leurs valeurs, on ne peut jamais compter sur eux. » Il laisse quelques secondes de flottements; un silence aisé, confortable; que tant d'années ont réussi à rendre routinier. Une amitié qu'il ne peut renier ; et il sait que si jamais il se retrouve à l'essayer, il aurait quelques scrupules à tenter de manier la jeune femme qui se trouve en face de lui. « Il y a ce Poufsouffle, Gilam. Dix-neuf de corps, huit de mental. Ou peut-être sept. Il pleurniche pour un rien, et vient encore me voir pour des saignements de nez et des bleus. Tout se perd. » ironise-t-il, parlant tel un vestige du passé du haut de ses trente ans ni dépassés ni atteints. « On va finir par faire garderie. Enfin, pire qu'actuellement. » Il se hasarde à boire une ou deux gorgées; la chaleur lui imprégnant la gorge. « J'espère qu'on n'aura le droit de les bercer très près des murs. »
made by pandora.

hrp:
 
Rachel O'Sullivan
Professeur de Soin aux créatures magiques
Professeur de Soin aux créatures magiques
avatar
Messages : 123
Points : 359
Re: chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES Sam 17 Juin - 16:09

Chapochapo
──Yaro avait une présence apaisante – elle devait probablement être la seule à le voir comme ça, d'ailleurs. Il ne s'encombrait pas d'échanges inutiles ; il n'y avait pas besoin d'en faire trop, pas besoin de politesses, pas besoin de faire semblant ou d'être dans la retenue pour ne pas le blesser. C'était reposant pour Rachel qui devait toujours faire semblant d'être plus heureuse qu'elle ne l'était, faire semblant d'être autoritaire lorsqu'elle préférait laisser les élèves vivre leur jeunesse.

──Et lorsqu'il parle, Rachel n'a même pas besoin de déchiffrer ses mots, elle comprend d'une oreille absente et rit de sa présence fantomatique – ses pensées divaguent, et sans qu'elle ait besoin d'y réfléchir, les paroles de Yaro percutent. Ses souvenirs vagabondent vers une époque où l'infirmier était un vieux bonhomme avec qui elle avait sympathisé depuis qu'elle était entrée dans l'équipe de Quidditch. Et un maigre sourire naît au bord de ses lèvres.

« Je vois de qui tu parles. Je suis son prof principal. Il est dans ma licence en neuvième. »

──Elle avait haussé les épaules. Il n'était pas spécialement mauvais élève, mais pour Rachel qui aimait les grandes gueules et les têtes brûlées, il n'avait pas vraiment brillé. Il était gentil, maladroit, et ça s'arrêtait sûrement là. Il pouvait être précieux pour les créatures, il pouvait être doué dans son domaine, mais l'intérêt qui lui était porté était bien moindre. Peut-être était-il trop fade..

« Je te l'ai déjà envoyé, d'ailleurs. Tu connais ma patience avec les enfants, alors imagine avec les bébés.. »

──Elle porta sa tasse à ses lèvres et se laissa glisser sur sa chaise, avachie, le regard flottant vers la fenêtre. Il commençait à faire sombre. Elle ferma les yeux un instant, soupira en reposant la tasse sur la table face à elle. Tous les jours elle se demandait pourquoi elle avait accepté ce travail. Le seul réconfort qu'elle trouvait à tout l'ennui quotidien qu'elle récoltait était sa ronde journalière, à se blottir près de ses créatures – ses amis.

« La prochaine fois que je te l'envoie j'y ajouterai une lettre avec un clin d’œil. »
© do it like a pizza
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES Mar 27 Juin - 17:49



chapochapo
⁍ rachel o'sullivan


Il se retrouvait quelque peu en Rachel, sa lassitude omniprésente ; cette incommodité désobligeante. Mais elle était bien plus douce, droite; la loyauté et la vertu des Poufsouffle toujours dominante, croissante dans ses gènes. Leurs voix n'étaient que murmures, bruissements légers qui ne perturbaient que légèrement le silence ; une bulle de calme dans l'obscurité naissante, la soirée approchante. C'était une aisance libératrice, salvatrice ; un baume apaisant pour les nerfs longuement mis à l'épreuve. Et tandis qu'il écoute passivement les paroles de son interlocutrice, un amusement fugitif naît dans son esprit ; un distant qui l'eut cru. Qui l'eut cru à le voir, à les apercevoir, que tant d'années après ; ils feraient partie de qui ont gardé contacts par de miraculeuses circonstances ; de ceux dont la relation a bravé le temps et ses instances.
C'était pour ça qu'il était revenu ici, retrouver une certaine familiarité; entre les connaissances d'un passé plus révolu qu'il ne l'aurait souhaité, des lieux qu'il avait maintes fois traversés et des souvenirs qui ne faisaient que s'empiler – des fragments d'antan, aimés comme abhorrés. C'était ce dont il avait besoin – malgré lui, malgré sa raison qui lui disait que seule son existence devait compter; qu'il n'aurait rien dû avoir dans son cœur, tout dans ses yeux et son crâne,  à ses pieds. Mais au final rien n'était assez ancré en lui pour être ancrage, assez marqué pour être remarqué, assez important pour l'emporter.
« Oh, mes condoléances. » commente-t-il simplement. Voilà pourquoi il avait refusé jusqu'à l'idée de devenir professeur d'une quelconque matière. Bien trop d'élèves; à se pavaner ou à chialer, il ne supportait pas ça. Au moins, étant infirmier; la plupart de ceux qui restaient en sa compagnie quelques journées les passaient à sommeiller. Mis à part le petit pleurnichard-en-chef, évidemment. « Juste un clin d’œil ? Je pense mériter mieux, surtout avec un tel cadeau empoisonné. » Il feint d'être affecté, outré; mais seul sa voix le suit, son visage toujours placide le trahit. Il s'abreuve de quelques gorgées; le regard s'esquivant vers le dehors, un air quelque peu pensif. « S'il y a bien une bonne chose avec ce Gilam, c'est que ce n'est pas un voleur. Il me manque des potions dans mon armoire. » En toutes circonstances; les fauteurs de troubles viendrait perturber son quotidien. Au moins, cela rendait le tout un peu moins prévisible, un peu plus attractif. « A ton avis, qu'est-ce que je devrais faire quand je trouverais les coupables ? » Même si réprimander n'est pas dans les habitudes de son interlocutrice, il ne doute pas qu'elle a de bonnes idées.
made by pandora.
Rachel O'Sullivan
Professeur de Soin aux créatures magiques
Professeur de Soin aux créatures magiques
avatar
Messages : 123
Points : 359
Re: chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES Ven 4 Aoû - 0:18

Chapochapo
« Une tape sur l'épaule le lendemain, ça te semble suffisant? »

Rachel se demandait quel était le plus à plaindre entre elle et Yaro. Entre les quelques uns qui chouinaient de temps en temps aux cours et ceux qui n'arrêtaient pas à l'infirmerie, il n'y avait pas de discussion à faire. Rachel n'aurait jamais eu la patience d'être infirmière – d'ailleurs, elle n'a pas tellement la patience d'être professeur non plus. Elle avait du respect pour le métier autant que pour son occupant, même si elle ne lui dirait probablement jamais.

Elle avait d'abord ri, et puis avait fait mine de réfléchir, prenant un air sérieux comme si elle se sentait concernée par la disparition des potions. Au fond, peut-être l'était-elle. Si des potions dont l'usage n'était pas libre était en circulation dans les couloirs, il était aussi de son devoir d'y faire attention. Sauf qu'il n'avait pas précisé de quel genre de potions il s'agissait, et elle en avait conclu que ça n'était sûrement rien de grave.

« D'abord trouver les coupables, ça me semble un bon début. »

Il posait une question difficile pour Rachel qui n'arrivait même pas à punir les élèves turbulents de sa classe. Non, elle les envoyait chez le psychologue et elle faisait semblant que tout ça était normal. Ou elle faisait semblant d'être autoritaire et puis elle lâchait la cape des fautifs une fois que personne ne regardait. Au fond, il n'y avait que les fortes-têtes qui se rendaient compte du caractère laxiste de Rachel. Les autres l'imaginaient sûrement beaucoup plus ferme.

« Sinon tu fais comme moi tu les envoies chez le psy et puis basta. »

Elle lui avait souri, un rictus au bord de ses lèvres, assez explicite sur la moquerie qu'elle s'adressait à elle-même. De ses collègues, ils n'étaient pas nombreux à savoir qu'elle ne faisait jamais rien dans les règles. C'était plus fort qu'elle, les punitions, c'était pas son truc. Mais ils avaient assez parlé de leurs déboires pour qu'il connaisse cet aspect d'elle.

« Ou alors tu les pends par les pieds aux goals de Quidditch un jour de pluie. Quelle question tu me poses là, Yaro ! J'arrive même pas à garder mes élèves à mon cours, ils s'en vont en me faisant un signe de la main ! »

Elle se laissa tomber dans le fond de sa chaise. Et un air pensif se dessina sur son faciès. Elle se rappelait que ça pouvait aussi devenir son problème, si c'était trop sérieux.

« Quelles potions ont disparu, en fait ? »
© do it like a pizza
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES

chapochapo •• Y A TROP DE SLAVES
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La vie est trop courte pour lire de mauvais livres
» A TROP AIMER
» [Soucy, Gaétan] La petite fille qui aimait trop les allumettes
» [INFO] Flash (trop fort)
» Une maison de Blythe trop belle....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: