AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 DESPAIR {{ V a l e n t y n e

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Valentyne Rosebury
Eleve hybride

Messages : 60
Points : 100
Date d'inscription : 16/06/2017
Age : 21
MessageSujet: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Ven 16 Juin - 23:06



Valentyne Rosebury

“ Cry me a river... „

Le choixpeau a quelques questions pour commencer...

Tu t’appelles ? Iris Valentyne Rosebury.
Un surnom ? Il n'y a qu'un idiot pour se surnommer lui-même...
Donne moi ton âge jeune individu... 17 ans.
Tu viens d’où ? Londres.
Et au niveau de ton rang ici ? Maman était une Selkie et Papa est un grand sorcier.
Si tu as un don précise le ici Semi Selkie.
T’es en quelle année ? Septième.
Quelles options ? Runes, transmutation et occultisme.
Tu aimerais faire quoi plus tard ? Surpasser sa famille et régner sur le ministère de la Magie.
Que penses-tu des élèves moldus et cracmols à Poudlard ? Aucun des deux n'a sa place ici.
Je vois je vois… tu seras donc dans la maison… Serpentard !



Il est temps que tu apprennes la différence entre la vie et les rêves.





Ta baguette magique ? Bois de Cerisier ; épine du monstre du Fleuve Blanc ; 28,5cm ; fine & rigide.
La forme de ton épouvantard ? Une forme noire difforme et effrayante qu'on pourrait appeler néant.
L’animal de ton patronus ? Une salamandre géante du Japon.
Qu’est-ce que tu vois dans le miroir de Risèd ? Son père, son demi-frère, sa mère et elle, qui sourient, simplement.
Que sens-tu au dessus de la potion d’Amortencia ? Un doux mélange de rose et de fleur d'oranger, le tout agrémenté d'un soupçon de piquant également, du piment sans doute.
Ta matière favorite ? Potions.
Tu aimes quoi comme bonbon ? Aucun en particulier.
La créature qui t’inspire le plus ? Les esprits frappeurs, à égalité avec les hippogriffes.
Un animal de compagnie peut-être ? Lys, une grande chouette au plumage de neige.


Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran

L’étrange impression que quelque chose ne va pas.
Comme si quelque chose était cassé.

Tic tic tic.

L’horloge a déraillé.

Ombre funeste qui se balance macabrement dans ses iris océans, elle est bancale, unijambiste sur son fil à des kilomètres du sol, et elle saute. Elle saute, elle saute, elle saute. Sans tomber, vacillante mais sans chuter. L’Ombre de Valentyne prospère, Reine de son monde prête à conquérir l’univers tout entier. Ambitieuse qui se déplace avec vivacité, pleine d’audace et d’interdits brisés. Elle connaît les règles et s’en amuse sans franchir la ligne pour ne pas se brûler. Jamais. C’est important, les lois sont importantes, faites pour être respectées. Alors petite Ombre danse, ne frôle qu’à peine l’illégalité avec ce sourire malsain avant de retourner sur son fil doré pour continuer à sauter. L’Ombre est heureuse parce qu’elle préfère chasser, oui, chasser le punissable à sanctionner pour remettre tout le monde à égalité. Ou presque. Presque car Valentyne et son Ombre sont supérieurs à vous, Valentyne et son Ombre sont riches, ils ont de l’argent et de l’influence. Petite Ombre, ravie, te l’explique avec dédain, un peu froide. Moqueuse.

Ombre seule dans l’immensité de sa tête cherche à se faire des amis mais sans jamais y parvenir. Elle s’avance et se recule, n’hésite pas mais n’y parvient pas. Trop élevée dans la colère et la haine pour pouvoir un jour se lier. Petite Ombre aurait aimé dire “à nouveau”, mais petite Ombre est toujours restée seule dans cette tête, à ruminer des pensées qui n’étaient pas les siennes, à contempler le dégoût et l’immaturité. La maturité aussi, Ombre ne connaît pas, mais du haut de son fil compte sur Valentyne pour lui expliquer. Valentyne pleine de regrets qui n’ose vraiment s’approcher par peur de cette Ombre qui menace de l’engouffrer. De son oreille elle perçoit quelques mots qui lui sont soufflés, son subconscient qui lui demande de lui faire confiance. Alors Valentyne a confiance, elle croit en elle et avance, avance, avance pour discuter avec cette Ombre si grande depuis ces années.

Et elle apprend.
Se découvre.
Pleure.

Pleure si fort lorsqu’elle remarque que cette Ombre si triste est son reflet. L’intérieur de sa tête abîmée qui ne demande qu’à être réparée. Aimée aussi, parce qu’il paraît que ça fait du bien. Son père a l’air heureux d’être aimé par sa nouvelle femme, son demi-frère a l’air heureux d’être aimé par ses parents. Mais Valentyne personne ne l’aime, personne ne fait attention à elle. Alors Valentyne n’est pas gentille parce qu’on ne lui a pas apprit, mais Valentyne est juste. Valentyne est rusée. Valentyne a la soif de vaincre et l’envie de vengeance qui lui tort les trippes. Valentyne n’est pas gentille, elle est froide, si froide. Indépendante, si dépendante Valentyne.

Prête à tout pour se faire accepter.
Même à mentir, à se mentir.
Valentyne on l’écoute par obligation, pas par volonté. Valentyne, par son Ombre, si majestueuse Ombre, a l’aura victorieuse et l’avenir qui lui sourit. Elle espère qu’il lui sourira, en tous cas. Pour pouvoir se retourner et leur faire face, leur dire que sa folie ne vient que du fait qu’elle se soit cachée toutes ces années. Qu’ils l’aient enterrée vivante sous ce sentier de sable qui menait à la mer. La menait à sa maison.

L’horloge s’est détraquée.

Valentyne a parlé.


Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient.

Décembre et ses flocons qui descendent doucement couvrir les villes d’un doux manteau blanc. Décembre et ses lueurs de fête dans l’esprit des gens, joyeux à parcourir les rues à la recherche du cadeau parfait, parce que Noël est dans quelques jours et que la plupart n’ont encore rien fait de leurs achats. Arthur Rosebury et sa compagne de l’époque, Victoria, eux se trouvent aux abords d’un lac, proche de la maison de vacances d’Arthur en Ecosse, à attendre ce qui se devait d’être l’événement le plus heureux de leur vie. C’est dans une ambiance mélangeant euphorie et apaisement qu’est née Valentyne. Le plus beau jour de sa vie fut le premier, annonciateur silencieux de l’enfer qui suivrait.

Ils n’avaient prévenus personne pourtant, mais elle était venue. Sa mère, à Arthur, accompagnée d’autres membres de sa famille, et tous avaient ce regard glacé. Glacé comme l’hiver de l’extérieur et le vent qui soufflait les branches des arbres, rugissant comme leurs cœurs à l’unisson, le désaccord de cette venue au monde pas vraiment souhaitée. Ils n’avaient pas frappés à l’entrée, avaient traversés la bâtisse pour rejoindre le lac aussi dignement que puisse le faire une famille de cette trempe, avec silence mais sans aucun signe de respect. À toiser de haut cette créature étrange et ce fils qui déshonnorait, en s’y accouplant, sa famille qu’il avait pourtant toujours envié et respectée. Si je vous raconte cette scène ainsi, c’est parce qu’elle est la plus importante, c’est la fin d’une histoire et le début d’une autre sous forme d’esclavage moderne et de dégoût profond. Mais avant ça, il fallait en être certain. Victoria ne disait rien, le regard pourtant haineux, protégeant sa fille contre elle, mais Arthur ne disait mot non plus. À l’instar d’une secte, ils écoutaient religieusement la chef déblatérer un discours toujours plus humiliant et insultant, le côté des bons face aux deux pécheurs qui n’eurent guère le choix que de se voir voler leur enfant sous leurs yeux. Oh bien sûr, elle s’est interposée Victoria, ne voulant pas que sa fille lui soit enlevée, mais qu’avait-elle pour se plaindre ? Son petit ami, menacé n’avait pas bougé le moindre doigt.

On emmena Valentyne de force, dans les bras de son oncle et Arthur suivit. Il avait ce sourire rassurant à l’égard de sa compagne qui n’aurait su être plus inquiète. Il lui avait promis que tout s’arrangerait, puis avait disparu de sa vue et elle avait pleuré, elle avait pleuré si fort, comme Valentyne que l’on emmenait dans sa future cage dorée. Il fallait vérifier qu’elle n’était pas un monstre elle non plus, il fallait être certain qu’elle n’était qu’une sorcière banale qui deviendrait quelqu’un de grand par le futur. Alors grand-mère l’a attrapée et la plongée dans ce bain qu’elle avait fait préparer. Grand-mère l’a noyée pour vérifier qu’elle n’était pas impure non, malgré le sang qui coulait dans ses veines. Et finalement…

Valentyne a vécu un enfer.
Valentyne est comme sa mère.

L’enfance a été assez difficile, parce qu’on ne la frappait pas Valentyne, mais on l’insultait, et on l’avait éduquée de cette façon simple : “Tu n’as pas le droit de parler tant que tu n’en as pas reçu l’ordre.” “Tu dois nous écouter.” - tu dois faire ci et faire ça, sans te plaindre car ta position ne le permet pas. Alors Valentyne est un peu devenue la Cendrillon du monde des sorciers, à la différence qu’étant l’enfant unique d’une noble et riche famille, il lui fallait un minimum de connaissances et de présentation. Elle n’est pas allée à l’école, sa famille refusant de la montrer au monde en dehors de leurs réceptions régulières auxquelles elle se devait d’être silencieuse et irréprochable. Valentyne a grandit à Londres, seule et sans compagnie pendant longtemps, dans le mépris des siens et l’indifférence de son père. Il ne la regardait plus, ne lui parlait qu’à peine, sa grand-mère le lui interdisant.

Puis Valentyne a grandit, elle s’est assagie, formatée pour plaire et replaire toujours plus à sa famille. Pour éviter à son calvaire d’être pire que ce qu’il n’était déjà. Ils ont décidé qu’il était enfin temps qu’elle serve à quelque chose, Valentyne elle était plutôt jolie alors sa grand-mère a décidé de lui faire essayer quelques robes une fois, pour dépanner l’une de ses connaissances à la dernière minute. Et Valentyne du haut de ses onze ans, gracieuse dans sa tenue de satin s’est bien débrouillée, très bien même, alors elle a recommencé. C’était pendant les vacances, juste avant sa rentrée à Poudlard. Elle avait hâte, tellement hâte Valentyne, qu’elle se donna à fond pour que le temps passe plus vite, se créée un visage dans lequel elle se complaît à jouer les fausses à longueur de temps. À sourire, oh sourire de cette façon si belle qu’Arthur croirait revoir sa mère chassée bien des années avant. C’était dans ces instants qu’il se disait que Valentyne aurait dû être comme sa mère mais qu’il n’avait rien fait, rien du tout pour empêcher tout ça. Il s’en voulait. Mais finalement, peut-être n’était-ce pas plus mal ainsi.

Sa fille avait acquis une force mentale assez impressionnante et il ne doutait pas un seul instant qu’elle fasse de grandes choses plus tard. Bien qu’il ne puisse l’approcher, parce qu’il l’avait promis à sa mère le jour de sa naissance. Un sacrifice pour que son entretient déjà pourri ne le soit pas plus que ça, pour qu’elle ne soit pas traitée comme une animale parce qu’elle ne l’était en rien. Une esclave, c’est déjà pas mal non ? Esclave qui, s’il n’avait plus d’autres enfants deviendrait héritière de sa fortune à l’avenir, et c’est pour ça qu’ils avaient pris la peine de lui fournir un semblant d’éducation. Spartiate, stricte, horrible. Mais une éducation bien plus privilégiée qu’elle n’en avait l’air au fond.

Elle n’avait pas le droit à l’erreur.
Et des erreurs, elle n’en avait jamais commis aucune.
Valentyne était douée, dans son métier forcé comme à Poudlard.
Valentyne était sage, distante et ne s'embarrassait pas de relations inutiles.
Valentyne est même passée préfète en cinquième année.

Elle était parfaite.
L'est en apparence toujours autant.

Arthur avait rencontré une femme il y a de ça quelques années, mais Valentyne n’en a rien su, personne ne lui a dit parce qu’elle ne méritait pas de savoir, puis elle ne voyait pas son père si souvent que ça après tout, même s’ils vivaient dans la même maison du centre de Londres depuis sa plus tendre enfance. Non, Valentyne n’en a rien su parce que sa grand-mère ne l’a jamais voulu, et Valentyne ne l’a appris que lorsque cette femme a accouché, il y a quatre ans. Un petit garçon blond comme elle, mignon comme elle, adorable comme ce qu’elle se devait d’être. Un petit garçon tout ce qu’il y avait de plus sorcier et humain. Ah, pas comme elle finalement.

Valentyne n’a jamais su mettre de nom sur ce tourbillon de sentiments négatifs qui était monté d’un coup. Colère, dégoût, tristesse, amertume. Beaucoup d’amertume pour ce gamin et cette dame qui la regardaient déjà avec tant de mépris. Oh, ils l’avaient bien trouvée celle-là, une sorcière sans histoire, fille d’un riche. Aussi garce que sa mamie et désormais sa belle-mère, puisqu’ils s’étaient mariés l’an dernier.

L'apparence s'est un peu brisée et pourtant elle n'a rien fait de plus que de tout garder pour elle, encore une fois. Qui était-elle pour oser critiquer ? Elle ne pouvait pas pleurer alors elle s'est acharnée dans ses études à Poudlard pour recouvrir de plâtre ce masque fissuré et redevenir la fille parfaite qu'elle était. Elle a redoubler d'efforts par esprit revanchard, vengeur, dans l'idée certaine qu'un jour ils le paieraient tous.

Sa grand-mère.
Sa belle-mère.
Son demi-frère qu'elle ne connaît pas.
Sa famille qu'elle déteste.
Son père, oh son père qui l'aime si fort finalement.
Mais qui ne lui a jamais dit.
Jamais.

Et c'est ce jamais qui fait le plus mal finalement.
Ce jamais qu'elle tente d'oublier lorsqu'elle se noie dans l'eau de la grande baignoire de sa maison, dans le lac qu'elle visite souvent pendant les vacances lorsqu'ils l'autorisent à y aller. Regard dégoûté, comme si elle était dépravée. Mais ils la laissent faire pour qu'elle puisse vivre et demeurer l'éternel plan B maintenant qu'Evan était là.
Behind the screen



Qui es-tu ? Ash' / Amandine ou un peu c'que vous voulez x)
Ton âge ? 21 ans.
Ton film favori ? Harry Potter. *sort*
Ton livre favori ? Harry Potter. /pan
Comment tu as découvert Dabberblimp ? Mo' bb ♥
Des remarques pour l’améliorer ? Euh... Là de suite si ce n'est les fautes de frappe que j'ai vu je sais plus où, pas grand chose nope !
Personnage sur l’avatar ? Belarus (Hetalia) & Blake Lively (irl)
Une dernière… Nargole ou Joncheruine ? Et toi tu préfères quoi ? 8)




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 190
Points : 257
Date d'inscription : 02/04/2017
Age : 20
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Ven 16 Juin - 23:07

BB ♥♥
Tu gères honey !
Je need la suite o/
Courage x)


The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Earl Grace
Funeste Amphisbène

Messages : 108
Points : 254
Date d'inscription : 06/05/2017
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Ven 16 Juin - 23:12

Bienvenue *fait une révérence*
Tu as l'air splendide Valentyne huhu c'est avec impatience que je suivrais ta fiche et je dois déjà t'avouer que ton test don m'a séduit et que j'ai terriblement hâte de te rencontrer en RP ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Orphan E. Scamander
Directeur

Messages : 262
Points : 205
Date d'inscription : 02/04/2017
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Sam 17 Juin - 0:29

Bienvenue Valentyne aled
ton perso a l'air beaucoup trop cool ptain aled

VITE LA FIN DE CETTE FICHE now
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch

Messages : 306
Points : 278
Date d'inscription : 28/04/2017
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Sam 17 Juin - 0:51

fire Bienvenue fire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
S.A Fallen Blackwell
Dame de l'Aube noire (et propriété de Venus)

Messages : 82
Points : 108
Date d'inscription : 04/04/2017
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Sam 17 Juin - 10:49

Jpp C'est juste.... Parfait aled

Je veux la suite now

Bon courage ❤




Never let darkness eat your soulI AM A LION WITH DARK HAIR. HIDING BEHIND HEAVY CURTAINS. MY HEART IN TWO BY ROSES TEARED. I WILL FALL INTO A DARKNESS OF BLOOD. (C) LADY
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Valentyne Rosebury
Eleve hybride

Messages : 60
Points : 100
Date d'inscription : 16/06/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Sam 17 Juin - 13:27

Coucou !!
Vous êtes des anges omg merci ♥♥ andy
J'annonce que je posterai l'histoire ce soir 8)
(enfin si je suis pas trop morte de mon aprem et qu'internet est gentil haha)

Des bisous sur vous ! sheep
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Orphan E. Scamander
Directeur

Messages : 262
Points : 205
Date d'inscription : 02/04/2017
MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    Sam 17 Juin - 23:57




Bienvenue sur Dabberblimp !

Valentyne omg ♥ J'aime trop ton personnage, déjà parce que t'es semi être de l'eau et que c'est ma race préférée ♥ PAR CONTRE. Miss préfète en chef là. Tu vas arrêter tout de suite de dire que t'es nul parce que c'est trop pas vrai t'es trop cool. ♥
J'adore ta fiche et j'adore Valentyne. Du coup le choixpeau t'a envoyé à Serpentard, comme ton compère semi être de l'eau Raffaello. Je te souhaite de t'amuser sur le forum, blblbl !

Te voilà validé, tu peux dès à présent créer ta fiche de lien dans ce sujet, ainsi que ton téléphone portable ici (des modèles sont mis à ta disposition). Tu dois aller faire recenser ton avatar par là et tu peux aussi faire une demande de RP juste ici, ou aller sur la CB te trouver un éventuel partenaire. Tu peux aller t'inscrire dans un club de Poudlard et aussi aller zyeuter la liste des postes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: DESPAIR {{ V a l e n t y n e    

Revenir en haut Aller en bas
 
DESPAIR {{ V a l e n t y n e
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Red Like Despair ^
» Castlevania Harmony of Despair
» Castlevania: Harmony of Despair
» Harmony of Despair - armes et équipements rares
» mes Ellowynes sont là!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Cérémonie de répartition :: Fiches validées-
Sauter vers: