AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Drown my sorrows in food || Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Drown my sorrows in food || Andy   Ven 23 Juin - 16:07

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Nourriture.
Odeurs de chocolat, de viande, d'épices, de tout et n'importe quoi. D'habitude tu résistes à cet appel puissant, sauvage, mais ce n'est pas d'habitude. Tu ne sais plus où te mettre et pire encore, tu es stressée après tout ce qui s'est passé au Bal. Beaucoup de regrets remontent, beaucoup d'inquiétudes, d'insécurités.
Et dans ce genre de situations, l'appel de la bouffe est irrésistible. Surtout quand on sent une odeur pareille rien qu'en sortant de son dortoir. Foutues cuisines mises juste à côté des Poufsouffles !
Tu marches comme une somnambule jusqu'à cette salle où l'agitation trône. Tu souris, alors que quelques elfes de maison t'entourent, te tirent vers une des répliques des tables et t'installent, t'apportent grillades, côtes de porc, desserts divers et variés. Ils t'idolâtrent comme chacun des élèves jaunes et rouges qui pénètrent ici. Après tout, les autres ne semblent s'aventurer que rarement dans cette aile du Château.
Tes dents s'enfoncent dans un morceau de viande moelleux et dégoulinant de sauce au miel. Délice pour tes papilles, tu en grognes presque de contentement. Décidément, ces elfes ce sont des dieux, ce sont eux qui devraient être idolâtrés.
Parfois tu entends certains élèves maugréer que la nourriture est faite sans amour, mais ce sont que des balivernes. Ces elfes sont si reconnaissants d'être là, de voir des gens apprécier ce qu'ils font, que l'arôme succulent de ce qu'ils créent ne peut qu'être dû à l'amour qu'ils portent à l'école et aux élèves.
Tu t'essuies la bouche une fois que tu as englouti ta part grasse et tes yeux tombent sur un merveilleux moelleux au chocolat. Décidément, le chocolat, c'est comme les violettes pour toi. Une faiblesse inavouable et condamnable. Car tu es une goinfre Venus, tu adores manger et tu adores manger de bonnes choses. Ton palais est très fin, et tu dois avouer que même les repas faits par ton père ne peuvent concurrencer les merveilles qui apparaissent magiquement sur les tables dans la Grande Salle.
Ta fourchette se plante dans le petit gâteau et le chocolat fond contre ton palais. Tu en rejettes ta tête en arrière, subjuguée par le plaisir, et tu rates l'agitation des elfes qui se sont précipités pour mettre d'autres couverts sur ta table. Alors lorsque tes yeux se baissent enfin et que tu aperçois une rouge face à toi, tu es tellement stupéfaite que tu ne la reconnais qu'au bout de quelques secondes de silence gênant.

Andy !

Elle n'a vraiment pas bonne mine, mais tu ne poses aucune question. Tu ne la connais pas plus que ça, mais tant qu'elle ne te gêne pas dans ta dégustation, tu ne la gêneras pas dans la sienne.
Du bout de tes doigts tu pousses une autre part du moelleux gâteau vers elle, avec un sourire chaleureux.

Je te le conseille, il est juste merveilleux.

Après tout, la bouffe, c'est un bon sujet pour mettre les gens d'accord entre eux, non ?  
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Ven 23 Juin - 21:37


Feat Venus

DROWN MY SORROWS IN FOOD


Tu n’avais pas le moral en ce moment Andy. Vraiment pas le moral. Déjà parce que le bal avait été un évènement traumatisant et que même la nuit étant passée, cela demeurait un cauchemar. Tu aimerais tellement te réveiller, dans le bras de Felix, sans que rien ne se soit jamais passer. Un oubliettes collectif et vous vous tenez encore la main.

Mais tu savais pertinemment que personne d’autre que toi et toi seule pouvait arranger les choses. Et même si les examens étaient terminés, la fin de l’année qui aurait du te réjouir, pourrissaient les derniers jours à Poudlard. L’idée de ne plus le voir t’était insupportable. Heureusement, pouvoir passer du temps avec ton père et Edwyn était une idée plutôt douce et réconfortante en soi. Tu allais pouvoir te ressourcer.

C’est peut-être parce que tu t’étais mise à penser à tout ça vers 23 heures du soir, sans avoir rien avalé de la journée que ton ventre se mit à gargouiller. Tu te relèves de ton lit, dont tu étais allongé depuis 15 heures de l’après midi. Ta chambre était étrangement vide, à croire que les élèves de Poudlard faisaient la fête dans la salle commune à en entendre les cris de joie et les éclats de rire.

Tu enfiles ta robe de chambre et tu descends avec ta lampe de poche. Tu te fraies un chemin parmi les autres élèves, ignorant malgré toi ceux qui t’intimaient de rester t’amuser avec eux. Tu descends vers les cuisines, l’estomac dans les talons. Tu n’aimais pas déranger ces pauvres elfes mais si tu ne mangeais pas, tu allais juste mourir.

Une fois dans les sous-sols, tu grattes la poire tu le tableau pour pénétrer les cuisines de Poudlard. Les elfes accourent vers toi et tu les salues en t’inclinant vers eux.

« S’il vous plait, excusez moi de vous déranger mais est-ce que vous pourriez me préparer un repas complet ? Je vous payerai si vous voulez. »

Leur joie disparurent instantanément à l’écoute de la proposition de paiement. Ils te regardaient dans les yeux comme si tu venais de les insulter. Gênée, tu te rattrapes soudainement.

« Désolé, j’avais oublié. Tout ça gratuitement évidemment ! » et ils partirent se mettre au travail.

Tu avances pour t’installer à une table quand tu te figes face à une silhouette familière. Celle de Venus Vasilis, qui te fixe d’un air stupide, la bouche pleine de gâteau. Cette vue te dégoute un peu mais tu ne fais mine de rien, comme pétrifiée. Elle crie ton nom et tu la coupes d’un trait d’un ton plutôt froid.

« Venus. »

Tu restes debout.

« Tu ne devrais pas être ici à cette heure ci. »

Techniquement toi non plus. Il faut vraiment que tu te détendes et que tu lâches la pression de ton rôle de préfète en chef. Alors tu t’assoies en face d’elle, ne sachant pas trop quoi dire, ni même définir ce que tu ressentais à son égard. Ton air s’adoucit quand elle te propose du chocolat. Tu as un petit sourire un peu mal à l’aise.

« C’est gentil mais je… ils vont me préparer un repas entier et je ne préfère pas commencer par le dessert si ça ne te dérange pas. »




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Ven 23 Juin - 22:29

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Tu ravales ta bouchée lorsqu'elle te coupe d'un ton froid, ton prénom fusant d'entre ses lèvres comme une insulte. Et puis, elle fait ce qu'elle fait toujours. Elle se la joue rabat-joie.
Tes yeux se lèvent vers le ciel et tu soupire, presque prête à riposter. Après tout, elle aussi elle est là. Si elle te dénonce, elle s'enfonce avec toi. Mais visiblement cette logique finit par l'atteindre et lorsqu'elle décline ton gâteau, son ton est beaucoup plus chaleureux.
Chaleureux. Un mot qui correspond pas particulièrement à cette jeune gryffonne malgré sa chevelure aussi rousse que celle de...
Ne pas y penser. Ta fourchette s'enfonce dans ton gâteau et tu hausses les épaules.

Moi ils m'ont déjà nourrie, mais je comprends bien ton choix. Je te conseille le boeuf au miel dans ce cas. Ils l'ont vraiment réussi.

Tes yeux retrouvent un des elfes et tu lui fais un clin d'œil. La petite silhouette ravie saute sur place puis disparaît dans l'encadrement d'une porte, alors que tu avales une autre bouchée au goût délicieusement sucré du chocolat.
Si le silence ne te gêne pas avec tes amis, tu ne peux t'empêcher de le trouver pesant face à la jeune femme. Tes yeux tombent sur elle. Qu'est-ce qui a...
Puis tu comprends. Quelle abrutie tu es donc, Venus. Le Bal te revient en tête. Andy ne devait pas être loin, elle a dû entendre pour le fiancé de Fallen qui s'avère être... Son petit ami. Tes mains se posent sur la table et tu soupires en déviant ton regard.

Je te comprends, tu sais ? Je veux dire... Pour ce qui s'est passé au bal... Entre Raffaello et les révélations Blackwell... Bien qu'il est vrai que je n'ai pas bien vu ce qui s'était passé et... Oreo je...

Tu soupires. Comment expliquer à toi-même que le gars sensible qui taguait les murs à tes côtés était, est ? en vérité un pervers narcissique ? Tu veux lui trouver des raisons, des excuses, mais tu n'en vois qu'une et elle te déplait. Racisme.

Mais j'étais là aussi quand...

Tu la regardes et tu sais qu'elle comprend. Tu n'avais pas été mieux lorsque tu avais appris toi non plus. C'était si soudain, si inattendu. Tu nageais dans un bonheur qui t'avait brutalement été arraché. Tu secoues la tête, tu prends un autre morceau du dessert dans ta bouche, mais son pouvoir magique a disparu et tu le repousses.

Felix n'a vraiment pas une vie accomplie...  
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Sam 24 Juin - 10:48

DROWN MY SORROWS IN FOOD


Tu restais stoïque Andy. Les yeux dans le vide, le corps pendu au dessus du vide. Tu te laissais aller à des réflexions oppressantes, oubliant presque la présence de Venus. Puis les tintements de sa cuillère sur son assiette te ramène à l’esprit, te faisant presque sursauter.
Tu lui offres un sourire gêné et malaisant, ne sachant pas vraiment quoi dire pour commencer une conversation. Avais-tu vraiment envie de discuter avec elle ? Cette fille était quand même la capitaine de Felix, ainsi que la source des rumeurs sur elle et lui même. Tu n’avais pas non plus digéré son attitude intimiste et exhibitionniste avec Felix aux bains devant tous le monde. Mais clairement, tes soucis actuels ne te donnaient pas non plus envie de la fustiger.

« C’est gentil, mais je ne suis pas très sucré-salé. »

La tension est clairement palpable. Tu regardes autour de toi pour observer les elfes qui arrivaient déjà avec une assiette d’un poulet aux pommes de terres. Classique mais dans tes gouts. A croire qu’ils avaient un don de legilimencie pour savoir ce qu’on voudrait le plus manger.
Tu commences à manger comme si tu n’avais rien avaler depuis des jours. Ce qui était techniquement vrai et elle te dit qu’elle te comprend. Tu écarquilles les yeux et tu la fixes comme si tu n’étais pas vraiment sûre d’avoir bien entendu.

Mais te comprenait-elle réellement ou elle pensait le croire ? Tu poses la cuisse de poulet dans ton assiette et te racle la gorge.

« Merci.»
Tu lui offres un sourire un peu plus détendu avant de froncer les sourcils.
« Oreo ? »
C’est vrai que tu t’étais toujours demandé comment on pouvait être ami avec Raffaello King.
Mais tu ne pouvais juger non plus. Après tout, cet hypocrite né était peut-être un ange auprès des gens en qui il estimait qu’ils en valaient la peine ?

Elle te dit qu’elle était là. Elle te parle de la vie de Felix. Un sentiment de colère refait surface. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien savoir de la vie de Felix ? Savoir après tous le monde, ça te rendait folle, même si Felix justifiait ça par la peur de te l’annoncer et le fait de vouloir te protéger. Tu n’as pas besoin qu’on te protège, merde !

« Tu savais ? »

Tes yeux lancent des éclairs, flamboyants et désireux de savoir la vérité. Tu décroches ton insigne de préfète en chef et la pose sur la table en silence.

« La vie de Felix est horrible oui. Mais je suis bien décidé à la rendre un peu meilleure. Felix n’ira pas aux fiançailles avec Fallen Blackwell de toute manière et j’ai cru entendre que vous étiez plutôt proches. J’espère que tout va rentrer dans l’ordre. »




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Sam 24 Juin - 14:41

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Elle te sourit un peu gênée et tu baisses les yeux sur ton gâteau en prenant une autre bouchée de ce petit délice. Elle te dit ne pas aimer le sucré-salé et tu hausses les épaules, bien qu'au fond tu ne comprends pas. Comment peut-on ne pas aimer éveiller toutes ses papilles gustatives en un seul plat ? Comment peut-on ne pas aimer quand l'épicé se marie avec la douceur du maïs ou du miel ? Mais tu ne dis rien, car les gens seront toujours un peu étranges que tu le veuilles ou non.
Les elfes lui apportent un plat tout simple qu'elle dévore comme une viking. Tes yeux montrent ta surprise. On croirait qu'elle n'a rien mangé depuis des jours. Depuis le Bal.
Lorsque tu parles, elle écarquille ses jolis yeux de surprise, repose sa cuisse de poulet et se racle la gorge. Tous tes muscles se tendent. Tu n'aimes vraiment, mais vraiment pas son attitude hautaine, elle te dérange.  Mais elle ne fait que te remercier, puis relève la phrase que tu n'as pas terminé. Tu secoues la tête. Tu n'es pas d'humeur à parler de lui, surtout à autrui. Il te faudrait d'abord aller le voir, lui.
Alors tu continues de parler et c'est alors que tu vois de la colère apparaître dans ses pupilles. Tes sourcils se froncent. As-tu dit quelque chose d'inapproprié ? Mais sa question fuse, comme inquisitrice, et ta bouche s'entrouvre de surprise.

Mais tu crois que si je savais je serais tombée amoureuse d'une femme fiancée ? Surtout fiancée à un de mes amis les plus proches ?

Tu es vraiment stupéfaite de cette question si déplacée. Si maladroite. Comme si elle t'accusait d'avoir su avant elle. Pourtant, nulle part n'est dit que c'est le cas et tu ne l'affirmes pas.
Elle décroche son insigne et l'or brille lorsqu'elle le pose sur la table. Cette fois, tu te sens réellement menacée et tes poings se ferment. Mais ses propos eux, te mettent presque en colère. Comment peut-elle être aussi naïve, aussi... Infantile ? Tu lâches un soupir de décontencement avant de secouer violemment ta tête.

Rendre sa vie un peu meilleure ?

Un rire s'échappe d'entre tes lèvres. Tu es presque amusée qu'elle puisse s'en croire capable. Et la colère contenue depuis tant de jours se verse dans tes veines, tes frustrations, tes peines, prenant possession de ta bouche d'où s'écoule une rivière de dures vérités. Plus de compassion. Toi, tu n'en as pas eu.

Oh Andy, tu n'as rien compris. Sa vie ne pourra jamais être meilleure et ce sera sûrement pas grâce à toi. Tu veux faire quoi pour lui ? Lui promettre que tu seras toujours là ? À ses côtés ? Mais ça sert à rien ça, bordel, prend conscience ! Tu es intelligente, non ? Ne crois-tu quand même pas qu'un Gaunt puisse épouser une Cracmole ? Ou qu'une Blackwell puisse se pavaner aux côtés d'une hybride sans même parler du fait que c'est une autre femme ? Tu n'as vraiment rien compris Andy. Ils sont impuissants. Rien de ce qu'ils voudraient faire ne pourra jamais se réaliser. Car ils n'ont pas de pouvoir, alors que leurs familles ont dans leurs griffes des dizaines de cartes. Et si tu crois que les cicatrices de Felix en valent la peine, alors tu me dégoûtes. Rassure toi, très rapidement ces cicatrices seront aussi sur ton corps si tu commences à gêner les Gaunt et qu'ils décident de s'en prendre à toi pour punir Felix. Si Orphan saisit que vous fricotez ensemble malgré ses interdictions. Je crois que la rumeur qui court sur Felix et moi est la meilleure chose qui lui soit arrivée. Au moins ils pensent qu'il ne fait joujou qu'avec une hybride qui ne lui est même pas fidèle, c'est moins grave, une stupide amourette bien placée car une vélane ça ne se repousse pas. Ressaisi toi Andy. Leur vie n'a rien d'un conte de fées. Leurs vies sont damnées dès leur naissance.

Tes yeux se plissent et tu la détailles. Est-elle égoïste à ce point ? Est-ce qu'elle aime Felix, au fond ? Ou est-ce son envie de le "sauver" qui prône sur ses désirs ? Tes dents grincent. Elle a cru entendre que Fallen et toi étiez proches. Sa formulation te fait froid dans le dos. Une menace. Mais tu ne peux risquer de te faire menacer quand il s'agit de Fallen. Pas moyen.

J'ai la sensation que tu me menaces, Ollivander. Que tu crois pouvoir rêver tout en faisant l'adulte. Mais il est temps de te réveiller, d'ouvrir les yeux. La relation entre Fallen et moi ne te concerne absolument pas. Ne te concerne en rien. Sois gentille et ne t'y mêle pas. Et ne t'avise pas de croire que je pourrais t'aider dans ta relation avec Felix en mettant en péril les miennes, surtout quand je vois à quel point tu ne fais que penser à toi, oubliant que pour lui ce n'est pas facile non plus.

Tes bras se croisent sur ta poitrine et ton souffle se calme. Enfin que tu as purgé ta colère.
Tu en avais vraiment besoin.
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Dim 25 Juin - 0:12

DROWN MY SORROWS IN FOOD


C’est violent. Encore et toujours.
A croire que t’avais pas encore fini de faire face. A croire qu’elle aurait pu résumer en une phrase : c’est que le commencement, tu vas morfler ma vieille.

Tu l’écoutes sans ciller, haussant un sourcil à quelques moments, encaissant tout simplement dans le silence le plus total. Elle parle beaucoup, elle croit en savoir beaucoup, mais qu’en est-il de la réalité ? Etre ami avec quelqu’un ne donne pas l’omniscience ni la légitimité de détruire la personne qu’il aime et qui l’aime.

La dépression et le désespoir te remplit et fait déborder les larmes imaginaires. Les paradis artificiels étaient pourtant à deux doigts, à deux . Felix Morpheus Gaunt était comme une drogue. Une drogue dont tu as du t’éloigner. Car à force de le consommer, il se consummait.
Oh Andy, Venus est brutale, Venus est loin de ta vérité, si proche de sa vérité. Elle a l’air de l’aimer vraiment, de savoir ce qui est bon pour lui. Tu sais aussi qu’elle a raison sur lui, même si ça te fait tellement mal, même si t’aimerai juste pouvoir ne plus rien ressentir.

Son agressivité et sa clairvoyance t’irrite autant qu’elle te déchire. Venus plantait ses ongles dans ta peau pour racler chaque morceau de chair qui pourrait la séparer de ton coeur. Que cherchait-elle à provoquer en toi en déversant chaque litre de sa rancoeur exécrable ? Que cherchait-elle à accomplir en faisant la morale à quiconque jugeait-elle d’abominable ?

Tes lèvres bougent par moment, mais aucun son ne semble sortir. Peut-être que tu as besoin d’attendre la chute à cette vaste et immense blague? Mais aucune chute ne survient et tu continues de chuter, ton esprit chahute alors que tu âme réfute. Tu esquisses un sourire à un moment. Elle est dure putain.  Peut-être serait-ce temps de lui montrer qui est vraiment Andy Ollivander ?

« Tout d’abord, Vasilis. Je ne me permettrai jamais de te menacer de quoi que ce soit. Concernant ta relation avec Fallen, Felix m’en a seulement averti. Je ne suis pas désireuse de me mêler de ce qui me regarde pas, j’exprimai peut-être maladroitement que je compatissais à ce sentiment que j’ai cru que nous partagions. La douleur, tu sais. L’amertume d’un amour impossible, d’une attirance indescriptible, et d’une rupture nécessaire. »

Tu poses tes couverts et te jette en arrière, restant suspendu au dessus du vide quelques instants pour remettre tes idées en place. Il n’y a qu’en regardant à l’envers qu’on peut mieux comprendre les choses qui se trouvent à l’endroit. Encore un dicton digne d’Edwyn Olllivander et de sa bizarrerie pourtant si clairvoyante.

« Je ne te permettrais pas d’insinuer des choses erronées par ton manque d’informations. Je vais donc être obligé de te demander de redescendre Venus. Tu ne sais rien de ce qui reste de la relation entre Felix et moi. »

Ta voix est douce. Tu espères qu’elle comprend désormais qu’elle s’est trompé. Tu as reposé la cigarette nommée Felix sur la table. Pourtant, elle t’avait appelé si désespérément. Mais le feu de l’amour la ronge jusqu’à ce que le filtre de vos discours ne reste plus que le souvenir d’un homme heureux. Tu lèves le menton pour fixer les poutres vieillis.

« Tu ne m’apprends rien, si ce n’est que tu as l’air d’aimer beaucoup Felix. Et je t’en remercie pour lui. Car c’est important d’être aimé Venus. »

Cette fois, tu plantes son regard dans le sien, tes prunelles brillaient certainement à cause du feu qui crépitaient dans les cuisines de Poudlard. Ou peut-être à cause de quelque chose d’autre.

« L’amour vaut la peine de souffrir. L’amour vaut la peine de se battre car l’amour est la seule chose qu’on peut décider dans sa vie, c’est la seule chose qui nous rend libre, qui nous permet de se rebeller face à l’évidence. Une cracmolle et un sang pur, c’est impossible n’est-ce pas ? Alors il vaut mieux tout abandonner pour ne pas se faire massacrer ? Je comprends et je l’ai accepté. Felix reviendra vers moi s’il veut se battre. Je lui ai laissé le choix de choisir. Je lui ai tourné le dos pour lui laisser le choix de revenir. Je lui ai laissé le choix d’y réfléchir. »

Tu n’as plus faim. A nouveau. Ton corps va finir par dépérir à force. Remarque, ce n’est pas plus mal. Car c’est ton essence même qui commence à pourrir.
Tu n’en veux pas à Venus Vasilis pour toutes ces atrocités nécessaires selon elle. Tu n’en veux pas à Venus Vasilis pour son ignorance déplacée mais pourtant si loyale.

« Tu l’as dit toi même, je ne crois pas tu puisses m’aider dans ma relation avec Felix. Ou du moins ce qu’il en reste pour le moment. Je pense très sincèrement que tu devrais concentrer toutes tes forces pour aider la tienne de relation. Ce n’est pas parce que je ne sais rien que je ne vois pas la souffrance dans ton regard, et l’amertume de cette fatalité auquel tu fais tant référence. »

Tu te lèves. Tu laisses ton insigne sur la table. Ce n’était pas une menace mais juste la signification que la préfète en chef a fini sa journée. Que le règlement on s’en balance. Que les règles à la naissance on s’en balance. Ta vie à toi aussi elle est damnée. Prisonnière d’un corps non magique, tu as tout fait pour compenser sans jamais réussir à remplacer.

« Je l’aime depuis que je l’ai rencontré. Sept années maintenant. Et ce n’est pas Ramsay Gaunt qui m’empêchera d’aimer, ni le directeur Scamander, ni Fallen Blackwell, ni toi Venus. »  

Tu te laisses tomber à croupi devant la cheminée, en équilibre devant ces flammes qui dansaient d’une force inextinguible. Tu laisses les larmes couler Andy. Parce que tu viens de réaliser qu’un autre de tes désirs t’est impossible à réaliser. Tu ne veux pas lui infliger la vue de ton visage déformé par le misérabilisme pathétique et grossier. Tu ne veux pas non t’exposer encore plus au jugement. Tu ne veux plus faire d’efforts Andy. Tu es fatiguée de courir après les soucis, tu es épuisée de te tenir debout Andy. Epuisée d’espérer. Tu es prête à te sacrifier pour lui mais la honte te ronge quand tu as osé vouloir que ce soit lui qui se sacrifie pour toi.  




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Mar 27 Juin - 21:01

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Ses lèvres bougent, elle veut t'interrompre mais ne le fait pas. Elle a moins d'impulsivité que la majorité des Rouges qui t'auraient déjà balancé leurs assiettes au visage. Cette part de maturité t'intrigue. Peut-être que tu n'as pas entièrement raison ?
Elle se sert de ton nom pour rendre sa phrase plus claquante, comme tu l'avais fait avec la tienne. Et la rancoeur t'envahit lorsque tu comprends que Felix en a parlé. Ne pouvait-il donc pas se taire ? N'avait-il donc pas compris qu'il n'y avait rien ? Rien excepté ce qui s'est passé à l'horloge... Mais pour la sécurité de Fallen tu sais qu'il aurait été bien mieux que Felix garde au moins un secret, en échange de celui qu'il t'avait délivré sur une assiette. Même si tu lui en es reconnaissante.
Mais Andy ne veut pas s'en mêler, tout du moins, elle le dit. Tu restes méfiante. Un secret n'en est plus un lorsque plus de deux personnes le détiennent.

Oui, je connais ce sentiment, Andy. Mais je tiens à dire que nous ne le partageons pas. Ne peut pas être rompu ce qui n'est pas même entier. Et l'attirance indescriptible...

Tu montres ton visage de ton index avec un semi-sourire, un coin de lèvres soulevé dans une amère déception. Mais Andy n'a pas fini, la rousse veut vider son sac comme tu l'a fait. Sa chaise penche en arrière et tu as presque le réflèxe de la gronder pour qu'elle ne se balance pas car elle se ferait mal, elle qui semble si fragile. Mais cette fragilité n'est qu'illusoire, ce qui n'est qu'attesté par les paroles qui coulent d'entre ses lèvres d'une voix calme et posée.
Et un mot t'interpelle, agresse tes oreilles par sa présence dérangeante. Ce qui reste. Tes yeux s'écarquillent. Que s'est-il donc passé dans cette nuit après le Bal ? Ses yeux scrutent le plafond, comme si elle pouvait y apercevoir son sauveur, une clarté divine qui la dispenserait des peines qui transparaissent sur son visage.
Elle parle d'amour mais encore une fois tu te trouves en désaccord avec elle. L'amour choisit pas. L'amour est une pute qui t'ouvre la porte qui mène droit aux Enfers, car tous les autres battants ont été scellés. Mais tu ne fais que secouer ta tête. Tu ne veux pas te souvenir, ni d'Elle, ni de Matthew. Tes pensées ne sont tournées que vers Fallen aujourd'hui et ça, c'est peut-être même pire.
Et Andy annonce l'évidence. Tu comprends qu'elle s'est éloignée, qu'elle lui a tendu un pont pour la liberté. Mais tu sais tout aussi bien que Felix veut se battre. Pas pour lui. Pour les autres. Andy est malheureuse alors il se battra pour elle.
Tu aurais tant voulu qu'un jour il agisse par soi-même, mais il a toujours été un digne représentant de Helga. Loyal. Honnête. Qui ne cède jamais ses idéaux pour rien au monde, peu importe la labeur.
Une larme coule sur ta joue lorsque tu comprends qu'ils sont tous les deux condamnés. Et tu te demandes si toi tu peux encore t'en sortir. Andy se lève, énonce ce que tu ne veux pas entendre. Que cela se voit que tu as mal. Que tu es en peine. Alors tu sais qu'elle répond à ta question informulée. Tu ne t'en sortiras pas.
Son insigne brille sur la table et tu jettes une serviette dessus. Les couleurs ne sont pas les mêmes, mais les souvenirs toujours aussi vifs. Matthew et ses deux faces, Matthew déposant son insigne lorsqu'il se met en colère. Tu frissonnes.
Andy a disparu de ton champ de vue mais tu sais qu'elle est là. Pourtant tu ne la regardes pas. Ce n'est pas sans raison qu'elle a fuit tes iris de pierre.

Je suis navrée.

Tu soupires. Ta fourchette tombe sur la table dans le bruit tintant de métal contre le bois. Tu te sens étrange, comme si tu regrettais sans vraiment le faire. Tout ce que tu lui as dit, c'était pensé. Mais tu ne savais pas tout.

Tu as fait le bon choix tu sais ? Pour Felix. Mais il reviendra. Il revient toujours. Et tu es frêle Andy. J'ai bien peur que tu ne sois... qu'une victime, un dommage collatéral. Si je veux aider Felix, et je le veux car il m'est l'une des personnes les plus précieuses, je dois t'aider toi.

Cette fois tu te relèves, tes pieds te mènent jusqu'à elle. Tu poses ta main sur son épaule, tes yeux rivés sur les flammes.

Accepterais-tu mon aide ?
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Ven 30 Juin - 0:34

DROWN MY SORROWS IN FOOD


Elle comprend. Mais elle ne partage pas. Vous êtes bien différentes finalement, une désillusion qui se transforme en déception. Tu auras voulu trouver quelqu’un à qui te confier, sans qu’il te fasse la morale trop évidente, sans qu’il te répète toutes ces choses que tu sais déjà.
Devant la cheminée, tes pupilles reflètent la chaleur des flammes qui embrasent tes derniers espoirs. Une de ses paroles restait gravée comme une aura. Ne peut être rompu ce qui ne peut être entier.

Cela te fait réfléchir. Andy et Felix, c’était entier. Et ça l’est encore, au fond de vous. L’éloignement n’est qu’une distance de sécurité, même si vous demeurez deux aimants qui ne cherchent qu’à s’attirer. Elle évoque l’attirance par son charme de vélane. Il ne t’atteint pas, sûrement parce que tu es une femme. Tu vois Venus comme une belle femme certes, mais une femme comme les autres, à la beauté singulière et hypnotisante. Et c’est cette beauté qui a tes yeux la rendait que plus attirante. A croire que les vélanes n’avaient même pas besoin de leurs pouvoirs pour plaire. Sarcasme ironique.

Tu soupires et elle pose sa main sur ton épaule. Son aura est chaude, réconfortante. Mais tu la sens intrusive dans ton malheur. Dans votre malheur. Une amie à Felix qui veut t’aider. Mais qui veut t’aider à quoi, au juste ? Tu n’aimes pas cette appellation si négative. Frêle. Tu ne serais pas préfète en chef si tu ne savais pas te défendre. Tu n’aurais pas été choisi si tu n’avais pas de potentiel et d’autorité. Tes jambes musclées te permettaient de rester debout malgré tout. Non, tu refusais cette appellation.

« Je te remercie Venus. »

Tu ne sais pas quoi répondre. A la manière d’un détraqueur, Venus t’aspire tout espoir de te battre, t’impose le plus dur des scénarios, la plus injuste des réalités. Peut-être pour te préparer au pire.

« Mais ce n’est pas parce que tu as renoncé que je ferais pareil. Nos histoires sont différentes. Je préfère me reconstruire que de me laisser dépérir. Que de me faire peur inutilement.»

Tu te relèves et passes une main dans tes cheveux roux et la fixe d’un regard dur malgré un sourire doux.

« Mais ne te méprends pas, j’ai entendu ce que tu avais à me dire. J’ai besoin de faire mon propre chemin désormais. »

Tu luttes contre la dépression en réalité. Tu es dans le déni. Une vie sans Felix, tu t’y étais habitué pendant sept ans. Jamais tu n’aurais imaginé que cela soit possible, qu’il daigne te regarder, qu’il puisse t’intéresser. Puis tout est arrivé si vite. A croire que l’amour est un poison qui handicape la raison.




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Mer 5 Juil - 19:26

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Elle te remercie et ta main retombe dans le vide. Tu sens que tu ne pourras pas l'aider. Alors tu la regardes, un triste sourire au lèvre. Tu as l'impression d'accompagner sa chute sans pouvoir la ralentir. Et ses paroles te rappellent que tu chutes toi aussi.
Alors tu te recules, presque un sifflement aux lèvres. Elle te regarde, te sourit, mais tu ne vois que poison derrière sa chevelure aux couleurs illusoires du soleil. Elle respire la glace, et le froid de l'indifférence.

Que j'ai quoi ? Renoncé ? Parce que tu crois que je suis inhumaine et incapable d'aimer ? Je sais que c'est totalement vain. Je sais reconnaître une situation sans issue. Mais je ne renonce pas. Sinon je serais déjà morte, Andy. Tant qu'il y a vie, tant il y a force. Tu veux faire ton propre chemin et je le comprends. Mais te méprends pas sur celui que j'emprunte.

Tes yeux se plissent quelques instants dans une menace muette. Tu n'as pas l'impression qu'elle a compris. Plutôt qu'elle s'est sentie en danger et s'est enhardie dans ses décisions. Et tu as peur Venus que cela mette Felix en péril. Il l'aime, cela est certain, mais il est aussi aveuglé par ses idéaux. Tu sais que cela le conduira à la perte et tu n'as pas envie de le voir choir. Pas lui. Pas à cause d'une femme.
Et soudain tu craques. Tes genoux se dérobent, tu es épuisée, à bout. Il s'est passé trop de choses, trop d'évènements. Mais tes yeux sont secs malgré ta voix humide. Peut-être que fixer la flamme les empêche de montrer faiblesse.

Ne le blesse pas... Juste... Ne le détruit pas. Pas lui. Pas Felix Felicis. Ne détruit pas l'une des plus belles personnes que je connais. Il ne le mérite pas.
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Sam 8 Juil - 10:51

DROWN MY SORROWS IN FOOD


Venus ne semble pas vouloir démordre de son objectif principal : la moralisation de tes actes et même de ta simple pensée. Tu te demandais à quel moment ne pouvait-elle toujours pas comprendre que Felix était déjà détruit. Depuis le bal, depuis l’accélération de ses fiançailles, depuis que son grand père lui avait promis une bonne correction, depuis votre séparation. Déjà meurtri dans l’enfance, il continuait de devoir avancer vers un chemin sombre dont personne, même toi, ne pouvait l’en sauver. Y penser te rendait malade, car tu avais beau espérer une solution pour lui, à part s’il décidait de tout plaquer, aucune échappatoire ne te venait en tête.

Venus rétorque héroïquement que tu ne dois pas te méprendre sur son chemin. Tu ne réponds pas, te contenant d’hocher la tête avec lassitude, comme pour lui montrer que tu avais entendu mais rien à ajouter.
Elle te conjure ensuite de ne pas blesser Felix. Cette fois, c'était elle qui s'écroulait devant les flammes, cernée par cette fatigue morale. Malgré la soudaine empathie que tu éprouvais pour elle à son égard, c’est presque indignée cette fois que tu la dévisages, ne comprenant pas son insistance épuisante.

« Mais pourquoi diable irais-je blesser la personne que j’aime le plus au monde Venus ? J’ai bien compris que tu t’inquiétais pour lui, mais il est désormais seul responsable de son bonheur. Je ne peux pas l’aider, tout comme je ne suis plus en mesure de lui provoquer du tort. »

Tu serres les poings et l'aide à se relever avec douceur pour l'entrainer vers la table et l'asseoir. Tu retournes à ta place. La chaleur des flammes dansantes de la cheminée te provoquait des bouffées inconfortables et des sueurs nauséeuses. La proximité avec Venus en avait surement provoqué une bonne partie. Son charme était surement plus puissant que tu ne l'aurais cru. Tu n'avais rien ressenti depuis le début, luttant contre les effluves de son parfum qui te faisait tourner la tête. Mais entrer en contact avec sa peau avait eu l'effet de décharge éléctrique qui t'avait ramené à tes plus hostiles insécurités.
Les elfes avaient débarrassé la table dans votre dos, et tu te laissas tomber sur la table, la tête dans tes bras pour te reposer un peu avant de retourner te coucher.


« Tu rentres en quelle licence l’année prochaine ? »

Changer de sujet te ferait du bien. Tu n’en peux plus de parler de toi, de lui, de vous et de misérabilisme. Connaitre Venus un peu mieux légitimerait surement d’avantage vos intrusions intimistes et moralisatrices dans la vie l’une de l’autre.
Tu te perds un instant à la contemplation évasive de son visage et de ses traits qui la rendaient magiquement hypnotisante, attendant sa réponse.




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Sam 8 Juil - 14:55

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Elle laisse sa voix s'élever alors qu'elle te demande comment elle pourrait blesser celui qu'elle aime. Tu as un triste sourire car tu connais la réponse.
Inconsciemment.
Elle ne se rend pas compte qu'elle pourrait le briser en quelques paroles, en quelques gestes. Qu'elle ne pourra peut-être pas être sa rédemption mais pourrait être sa perdition si seulement elle en avait le souhait. Surtout quand il s'agit de Felix.
Elle t'aide à te redresser et tu es légèrement surprise de t'apercevoir qu'elle est un peu plus costaud que tu ne le pensais. Elle te fait asseoir et s'installe face à toi, un air étrange sur le visage. Comme si elle avait trop chaud ou qu'elle était inconfortablement assise.
Lorsqu'elle pose la tête sur ses bras, tu aperçois un elfe de maison s'approcher et te tendre un croissant. Tu acceptes avec un sourire qu'il te rend avec empressement. C'est donc la bouche pleine que tu réponds à Andy.

Une licence d'arts. Mais que j'aie mon diplôme ou pas, j'exerce déjà le métier que je veux.

Tes yeux trouvent les siens et tu es soulagée quelques instants qu'elle n'ai pas les yeux verts, comprenant l'attirance qu'elle peut exercer sur Felix. Ses cheveux roux sont une cascade incontrôlable, entourant un visage d'une rondeur attachante, aux yeux profonds et aux lèvres ciselées. Elle a une beauté classique, presque banale, mais lorsqu'on s'y attarde, on aperçoit qu'elle a quelque chose de plus. Quelque chose de différent à tous les visages qui se perdent dans la foule.

Tu voudrais faire quelle license, toi ?

Ton regard dévie vers la cheminée, vers le feu incroyable. Étrangement cela te rappelle une obscurité, sous la forme ronde de l'horloge et une caresse de cheveux bruns épais, aussi étincelants que le vert émeraude des yeux de leur propriétaire.  
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Lun 10 Juil - 12:00

DROWN MY SORROWS IN FOOD


A croire que les six ans d’athlétisme derrière toi servaient finalement à quelque chose d’utile. Mais plutôt épuisée par la faim qui commençait réellement à te ronger, quelle ne fut pas ta joie immense de voir les elfes apporter encore de la nourriture. Alors que Venus se saisit du croissant, tu lèves la main pour implorer à l’elfe de maison de t’en apporter un aussi. Ce qu’il fit en un éclair de secondes.

Tu fixais Venus avec curiosité. Une licence d’Arts donc .. C’est vrai qu’en y réfléchissant bien, c’était peut-être logique. Elle éveillait de plus en plus un intérêt soudain. Il était vrai que toi et les cours Andy, dès qu’on en discutait, tu ne pouvais qu’échanger avec avidité. Les yeux moins ensommeillés qu’il y a cinq minutes, tu te tournes vers elle pour la fixer, la tête toujours sur tes bras.

« Une licence d’arts ? Je t’admire, ce n’est pas du tout une matière dans laquelle j’excelle. C’est quoi ton métier ? »

Intriguée par le fait de déjà pratiquer une activité professionnelle encore à l’école, tu attendais sa réponse avec impatience, mais coupée par une question qui en déviait. Ta licence, c’est vrai que tu y réfléchissais déjà sans réussir à te décider.
Dévorant ton croissant, tu rétorquas après avoir avaler une grosse bouchée.

« J’hésite encore entre licence d’étude aux créatures magiques et licence de diplomatie entre moldus et sorciers. Peut-être que je ferais une bi-licence du coup. »




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Lun 10 Juil - 12:10

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Andy ne résiste pas à l'appel de la nourriture et un elfe lui en rapporte, comme à toi. Visiblement, ces petites créatures sont ravies d'avoir de quoi s'occuper aussi tard le soir. La jeune femme semble comme se réveiller alors que tu mentionnes ta license et tu penches légèrement ta tête. Une curiosité pareille est digne d'une Serdaigle, et soudain tu t'interroges sur comment a-t-elle finit à Gryffondor. Mais en fin de compte, elle est tête brûlée. Et chez les bleus, ça passe pas.
Elle dit que l'art n'est pas une matière dans laquelle elle excelle et cela ne t'étonne pas. Peu de gens comprennent réellement ce qu'est l'art, ce qu'il implique, et qu'il ne faut pas obligatoirement dessiner comme un dieu pour en faire. Mais apparemment ce point de vue n'est connu que des artistes, alors tu te tais pour ne pas paraître hautaine.

Je travaille dans un salon de tatouages pendant les vacances. Disons qu'avec les sorciers je fais de très bonnes affaires alors le propriétaire me laisse la boutique du mercredi au samedi. Il me fait confiance, il m'a vue grandir et m'a tout appris.

Tu as un sourire. Tu adores Quentin et ses innombrables pièces qui changent au gré de ses humeurs. Un jour, il t'avait demandé de recouvrir un tatouage entier juste car il avait eu une autre idée pour cet endroit là. Un fou. Un trésor.
Elle avale une grosse part de son croissant avant de répondre à la question que tu lui avais posée. Mais la réponse te fait ouvrir grand les yeux de surprise. Elle veut faire quoi au juste ?

Les... Les créatures magiques c'est cool, mais la diplomatie en bi-license, ça ressemble à du suicide pour moi.  

Admirative, oui, c'est le bon mot pour désigner l'expression de ton visage suite à ses propos surprenants.
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 296
Points : 388
Date d'inscription : 08/04/2017
Age : 21
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Lun 10 Juil - 14:42

DROWN MY SORROWS IN FOOD


Alors, elle est tatoueuse ? Cela t’intrigue énormément car c’est une pratique qui te ferait presque peur, de l’art gravé à tout jamais sur la peau. C’est dangereux mais excitant, transformer chaque parcelle de sa peau en chef-d’oeuvre, en fresque vivante. Tu la dévisages un instant après sa révélation, se demandant si elle en portait déjà, même si cela pourrait être évident. Tu finis ton croissant et avance légèrement la tête en avant.

« Waw, c’est super original. Je suppose que tu tatoue à la manière sorcier ? Ou bien les dessins sont immobiles comme chez les moldus ? »

Tu veux en savoir plus, car l’art en général faisait parti des rares choses imperceptibles totalement dans les livres. Tu avais beau connaitre la théorie, l’art se vivait à travers les autres et tu connaissais que trop peu de personne tournée vers ce domaine. Selene était au club d’art mais t’avait annoncé se diriger vers une licence d’occultisme.

Elle ne semble pas comprendre concernant ton choix de licence. Il est vrai que ton amour pour les animaux était fort, mais tes professeurs essayaient de t’aiguiller vers un métier qu’ils jugeaient utiles au vu de tes compétences.

« Je ne sais pas, j’aimerai pouvoir changer les choses, et être active et militante au ministère concernant le droit des cracmols en Grande-Bretagne. Comme mes résultats sont excellents, les professeurs m’ont aiguillé vers cette voie. J’ai encore un an pour me décider. »




Feldy:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
avatar
Venus A. Vasilis
Capitaine vélane du harem de Poufsouffle

Messages : 254
Points : 401
Date d'inscription : 15/04/2017
Age : 18
MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   Lun 10 Juil - 20:00

 Drown my sorrows in food
Andy L. Ollivander
  
   
  
   
 
Sa tête s'avance, tu l'a intriguée. Un sourire étire tes lèvres alors qu'elle te pose des questions. Tu adores parler de cela, du tatouage, et tu ne peux t'en empêcher. Alors c'est naturellement que tu réponds à ses questions.

Original ? Peut-être bien, mais pas dans le monde moldu ! En tout cas je tatoue des deux manières. Celle moldue est peut-être un peu plus banale de ton point de vue, mais je t'assure que c'est parfois magnifique ! Il y a des choses que l'encre sorcière ne peut rendre... Et d'autres que celle moldue ne pourrait jamais.

Tu lui souris et elle t'explique ce qu'elle veut faire. Ses objectifs semblent d'une noblesse à toute épreuve et tu la regardes avec admiration. Bien qu'il lui manque peut-être un peu de force et de charisme pour arriver à ses buts, elle pourra toujours apprendre. Et sa jeunesse ne fait qu'accentuer le fait qu'elle a encore le temps devant elle.

C'est ambitieux et très noble ce que tu veux faire. Mais je suppose que ça te vient d'une évidence, non ? Après tout, il est vrai que les cracmols sont peu acceptés. Mais j'ai l'impression que ça s'arrange, non ?

Tu la regardes, interrogative. Tu n'as pas forcément conscience de leur refus. Tu sais que les familles sang-pures sont plutôt complexes et arriérées mais tu il te semblait que ce n'étaient qu'exceptions. 
 
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Drown my sorrows in food || Andy   

Revenir en haut Aller en bas
 
Drown my sorrows in food || Andy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Décès d'Andy Hallett (Lorne)
» Andy Kaufman
» Andy Warhol et le Velvet Underground
» Devil's food Cake
» A ANDY ! ERREUR SITUATION ET DE NOM DE PRISON....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Sous-sols :: Cuisines-
Sauter vers: