AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Grenat B. R. Blackwell
élève décédé
avatar


Messages : 30
Points : 45
MessageSujet: Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?    Dim 16 Avr - 18:35

 
 
Grenat Blair Rowena Blackwell
 
“ I shall give this wretched world the queen it deserves. „
 
Le choixpeau a quelques questions pour commencer...
 
Tu t’appelles ? Grenat Blair Rowena Blackwell. 
Un surnom ? The Queen. 
Donne moi ton âge jeune individu... Dix-huit ans. 
Tu viens d’où ?  D'Angleterre. 
Et au niveau de ton rang ici ? Sang-Pure. 
T’es en quelle année ? Septième année. 
Quelle option ? Runes approfondies, occultisme et transmutation. 
Tu aimerais faire quoi plus tard ? Auror. 
Que penses-tu des élèves moldus et cracmols à Poudlard ?  Je pense qu'ils sont bien incapables de se défendre contre les forces magiques et n'ont donc pas leur place dans cette société. Mais après tout, je comprends les directeurs. La chair à canon c'est toujours utile... 
Je vois je vois… tu seras donc dans la maison… (attendre la répartition)
 
 
 
Il est temps que tu apprennes la différence entre la vie et les rêves.
 
 
 
 
 
Ta baguette magique Elle est faite de bois d'if, avec du crin de sombral en cœur, d'une confortable longueur de trente centimètres et demi. Son manche est gravé d'arabesques classiques aux baguettes des Blackwells. 
La forme de ton épouvantard La créature la plus atroce, le loup-garou... 
L’animal de ton patronus C'est un grand python au regard inquiétant. 
Qu’est-ce que tu vois dans le miroir de Risèd ?  Je me vois, un passeport à la main, où mon nom n'est plus celui d'une Black. J'ai l'air heureuse. Et libre. 
Que sens-tu au dessus de la potion d’Amortencia ? C'est l'odeur métallique du sang, celle des pages poussiéreuses de mes livres favoris et le crin de cheval.  
Ta matière favorite L'occultisme en concurrence avec les runes. 
Tu aimes quoi comme bonbon ? Les chocoballes à la fraise. 
La créature qui t’inspire le plus Le sombral, comme celui qui a donné son crin pour ma baguette. 
Un animal de compagnie peut-être ? Disons qu'il s'est un jour faufilé dans ma poche et n'en sors jamais... C'est un petit botruc un peu peureux que j'ai nommé Asile. Comme l'endroit où on devrait m'envoyer.
 
 
Tout est possible, du moment qu'on a assez de cran
 
Une vaste océan de calme, de sérénité... C'est ça que tu es Blair. Bien sûr, c'est seulement ça au premier abord. Tu paraît si froide, si distante, comme ce ciel d'hiver qui n'apporte aucune chaleur. Qui n'apporte qu'une lumière trop blessante et trop aveuglante.   
Car oui, tu es blessante, si douloureuse. On te l'a souvent reproché d'ailleurs. Trop hautaine, trop indifférente. Mais tu n'avais pas trop le choix, tu voulais être la reine, tu voulais si terriblement la couronne. C'est sûrement pour ça que tu es si ambitieuse et têtue. Tu voulais que tes parents te permettent d'aller à la même école que ta sœur jumelle même s'il y avait risque que tu lui fasses de l'ombre ? Et tu y est. Tu voulais apprendre les potions avant même qu'on te propose les cours ? Désormais, tu es la meilleure élève.  
Et tu es fière d'être ce que tu es devenue, Blair, tu es fière de cette couronne imaginaire qui orne ton front. Parce qu'elle est le fruit de ta dure labeur. Tu regardes la tour d'ivoire sur laquelle tu t'es construite, tu regardes ce trône que tu as bâti de tes mains ensanglantées et tu souris, car tu sais que rien ni personne ne pourront t'enlever ce qui ne repose que sur toi. Tu as crée un royaume, un empire, et tu t'assois sur à sa tête, reine impériale, en regardant le bas monde avec dédain. Car oui, tu es pleine de dédain, il suinte de chacune de tes plaies comme une maladie. Tu n'y peux rien, tu aurais peut-être voulu changer autrefois, mais maintenant cela t'es égal, c'est ainsi et ce sera toujours ainsi.   
Pourtant, tu as peur, tu te terres. Tu regardes ce que tu as laissé derrière toi, tout ce temps condamné à ne plus être réemployé. Tu rêvais de devenir médecin, tu lisais que ça, des livres sur la médecine moldue et magique, mais tu avais peur de ne pas réussir, peur de la mort. Tu avais peur de tes mains tremblantes, tu avais peur de ta baguette trop bouillonnante, tu avais peur de ton caractère. Et puis, finalement, il y eût trop d'obstacles sur ta route, trop de tournures qui te firent perdre le fil et la peur se fit trop forte, trop puissante, omniprésente, t'empêchant d'avancer, t'éloignant de ce rêve qu'aujourd'hui tu as totalement renié. Bien que tu te dis qu'en voulant devenir Auror, tu continues à vouloir sauver des vies.  
Tu as toujours peur d'ailleurs, mais tu t'es renforcée. Tu es désormais impassible. Tu es lourde, insistante, inébranlable. Il en faut beaucoup pour te déstabiliser, n'est-ce pas ? Tu as déjà tant entendu que plus rien ne peut te surprendre, plus rien ne peut se jouer de toi. Comme un caillou qu'on jette dans une étendue d'eau, les remous disparaîtront avant même d'avoir été aperçus de la rive. Tu sais que la colère ne mène nulle part et c'est avec une froideur calculatrice que tu abordes le monde. Rien n'est épargné de tes calculs savants, froids, complexes. Il semblerait que tu te prépares à toute situation possible, à chaque moindre incident qui pourrait arriver, mais en vérité, ce n'est pas juste un semblant, mais bel et bien la réalité. Tu as des armoires dans ton cerveau, des armoires si complètes et si débordantes, que tu en as perdu le compte. Tu as des données plein les yeux et c'est peut-être pour cela que plus rien ne peut désormais t'échapper.   
C'est pour cela que tu dégages ce quelque chose d'effrayant, de repoussant. Et c'est pour ça que tu t'estimes heureuse d'avoir pu trouver un fiancé comme celui que tes parents t'ont trouvé et qui est devenu un tragique cauchemar, une terreur que tu caches si bien derrière un sourire bienveillant contre ses mots tranchants. Jeremy n'avait jamais regardé qui tu étais mais comment tu étais - et tu devais avouer que tu avais fini par apprendre à aimer ça, ce sentiment que cet homme te désire, qu'il voulait te posséder alors que c'était toi qui le manipulait. Mais tu te sens seule, triste, fade, surtout depuis qu'il a percé ton jeu, depuis qu'il a commencé à te menacer, à te traiter comme si tu n'étais rien alors que tu te sais bien supérieure à lui. Et ça te met en colère Grenat. Après tout, tu n'es pas n'importe qui, tu es une Blackwell ! Tu es une Sang-Pure et ça te rappelle que les autres ne sont rien par rapport à toi. La seule qui puisse être ton égale, n'est outre que ta sœur jumelle, celle qui porte le nom d'Héritière, celle que tu épaules, que tu aides, que tu aimes sans équivoque. Celle que personne ne voit associée à toi, mais cela ne te gêne pas. Tu n'as pas envie qu'on te juge pour ton nom, ce sont tes actes qui comptent, et rien d'autre. Alors ces quelques minutes qui te séparent de ta sœur tu les béni, tu n'aurais pas aimé être à sa place. Et pourtant, tu es consciente que tu n'es devenue qu'un outil, un moyen de lier les Black à une autre famille par le mariage et rien de plus. Rien de signifiant. Et tu n'es pas insignifiante. Jamais. 
Lorsque tu avais compris à quel point ton nom était noble, ton cœur était devenu froid. Personne ne pouvait te faire flancher avec un tel poids dans la poitrine. Et tu souriais, froidement, indifféremment à tous et à tout.   
Puis tu as compris que tu pouvais être la reine, que ce titre entaché n'était pas ton honneur, qu'il pouvait être utilisé et manipulé et que tout pouvait être à tes pieds. Et dès lors, tu n'as plus hésité.
 
 
Ce qui compte, ce n’est pas la naissance, mais ce que l’on devient.
 
Qui es-tu, Blair ? Une gamine un peu trop gâtée. Une enfant qui veux jouer dans la cour des grands.  
C'était en été, tu ne saurais plus dire quand, que tu avais compris à quel point ta sœur, cette enfant plus âgée de quelques minutes, était sage et intelligente. Tu étais tombée, Blair, tu t'étais fracassée la jambe. Tu pleurais, tu voulais pas que Maman voit, elle allait gronder, elle allait se mettre en colère. Et Fallen était arrivée, elle avait la baguette de Papa, elle t'a soignée comme il le lui avait appris. Elle a réparée et nettoyé ta robe déchirée et t'avait aidé à rentrer dans la maison comme si de rien n'était. Tu l'avais remerciée, tu ne l'avais plus quittée du regard. Elle était ta Sauveuse, et tu comptais être la sienne.  
À partir de ce jour là, tu avais commencé à lire tout ce qui te passait sous la main à propos de la médecine. Des livres, des articles, des descriptions détaillées des opérations. Les invités qui venaient à la maison étaient enchantés par ton entrain, par ta passion, par tes connaissances déjà si riches pour une gamine de ton âge. Et puis, il y eut un banquet. Maman avait dit que c'était pour trouver un fiancé à l'Héritière. À Sinistra. Ta sœur jumelle, que tu n'appelais jamais par son prénom pompeux et froid. À Fallen. 
Sauf que toi, tu n'allais pas aller à la réception. Maman t'expliqua rapidement que tu n'étais que la sœur, que ce ne serait pas bon si les invités te préféraient à ta jumelle. Qu'ils risquaient de demander si la deuxième était à marier aussi. 
Alors tu étais restée à la maison, seule et ennuyée. Lorsque ta sœur était revenue, joyeuse et magnifique dans sa jolie robe, tu n'avais pas voulu l'écouter. Tu étais partie te coucher.  
Pendant neuf mois, tu refusais d'expliquer ton comportement. Mais tu voyais que Maman était contente. Surtout lorsque tu as cessé de distraire les invités, ta jumelle le faisant aussi bien que toi. Même le fait qu'un prétendant à ta main arriva dans ta vie et commença à te faire gentiment la cour du haut de ses treize ans. Non, ce qui permit vos retrouvailles fut la lettre pour Poudlard. 
Père voulait absolument que tu ailles à Beaux-Bâtons. Que tu ne fasses pas d'ombre à Fallen, que vous soyez distinctement séparées. Mais ta jumelle ne voulait pas être séparée de toi et s'est battue pour que tu puisse y aller avec elle. Alors tu l'avais aidée dans ce combat, et à deux, vous l'avez remporté. Et vous avez aussi retrouvé une complicité que vous pensiez perdue. 
À Poudlard ce fut différent. Très vite, la complicité est devenue amitié et Fallen était ton seul support pour ne pas sombrer. Tes parents étaient indifférents à tes résultats et voulaient même que tu cesses tes efforts, car tu "menaçait" de dépasser ta jumelle. Enragée d'être constamment comparée à elle, tu avais fini par couper tes cheveux courts, mais cela ne fit ni chaud ni froid à Mère. 
Mais Père, lui, n'apprécia aucunement ce geste. Jouant sur ses contacts très nombreux du fait de son rang, il t'emmena voir un spectacle que tu n'oublia jamais. C'était très tard, et la salle était emplie de dizaines et de dizaines de gens, les uns plus étranges que les autres. Une cage se tenait au cœur de l'arène sablée. Une cage contenant un être humain. 
Tu ne comprenais pas ce que tu faisais là. Père ne disait rien et t'avait intimé le silence. Alors tu te taisais, tu attendais. 
Et le spectacle commença. 
Par le trou dans le toit tu vis un rayon de la lune frôler la peau hâlée de l'homme vêtu d'un pagne. Ses muscles se tendirent et son hurlement te fendit les tympans. Puis, il se transforma. 
Il y avait un mouton qui avait été lâché. Le monstre n'en fit qu'une bouchée. Puis il se jeta contre la cage. 
Cage qui céda. 
Tu n'avais pas eu le temps de hurler. Tu as juste vu la bête élancer une pâte griffue et balancer un homme comme un pantin contre le mur. Il y eut un bruit terrible, et le corps retomba, toute vie disparaissant de ses yeux. Puis le bras de Père t'entoura et vous étiez de retour à la maison. 
Mais tu n'oublia jamais. 
Cette peur que tu développais contre ces monstres te poussa à te plonger dans des recherches sur l'occultisme. Sur la magie noire. Et tu as décidé de devenir Auror. Pour savoir te défendre. Pour qu'aucune autre petite fille ne commence à voir les sombrals à ce prix. 
Car voir un être humain mourir, ça marque comme le fer rouge. 
Et tu es marquée à jamais. 
Mad
 
 
 
Qui es-tu ? Je suis Venus Vasilis ♥ Donc pour tout savoir sur moi, suffit de regarder sur mon autre fiche !
 
 
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Moon B. Vaughn
Élève porté-disparu
avatar

Élève porté-disparu

Messages : 83
Points : 122
MessageSujet: Re: Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?    Dim 16 Avr - 20:01

Je pense que Grenat et Moon peuvent très bien s'entendre malgré l'épouventar de Grenat qui est littéralement Moon x)
Mais mis à part ce détail ... *0*
Love sur ta truffe <3 canard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orphan E. Scamander
Directeur
avatar

Directeur

Messages : 376
Points : 285
MessageSujet: Re: Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?    Dim 16 Avr - 20:37




Bienvenue sur Dabberblimp !

BON DIEU QUE J'AI HESITE JPP. Serpentard.. Serdaigle.. Serpentard! Serdaigle..? SERPENTARD.
Bon, ça me semble un peu trop évident que tu sois à Serpentard mais .. Le choixpeau a quelque chose à te dire ma chère.
"Encore une Blackwell ? Ton coeur trahit la détermination d'un Serpentard.. Mais ton Serdaigle serait ravi, d'accueillir une fille avec autant de recul sur sa courte vie. Mais tu as vu la mort, et ça ne sera certainement pas Gryffondor. Je sais, je sais.. Serpentard !"

J'ai adoré ta fiche, Blair (ou Grenat ?)(stop avec tout vos noms ça sert à rien pls ;;) est juste magistrale,
théâtrale. L'histoire est géniale, bref ! Un perso très bien travaillé et je trouve ça super cool. Bienvenue à nouveau et j'espère que tu t'amuseras bien ! Dépêche toi d'aller faire ta fiche de liens, ton portable et GO RP GO GO GO !


Quiet people have the loudest minds; orphan


des bannières:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Grenat B. R. Blackwell
élève décédé
avatar


Messages : 30
Points : 45
MessageSujet: Re: Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?    Dim 16 Avr - 20:44

J'y vais desuite, chef! Merci pour la répartition, chef !

en vrai j'suis contente que ma fiche te plaise tant han
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?    

Revenir en haut Aller en bas
 
Mirror, mirror on the wall. Who is fairest of them all?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: 
Archives magiques
 :: Fiches abandonnées
-
Sauter vers: