AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Lun 11 Sep - 1:49

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Tu marches jusqu’à la boutique des Ollivander.
De l’extérieur on croirait que t’es déterminé, mais en réalité tu te demande ce que t’es entrain de faire. Est-ce que c’est une bonne idée ?
Faut croire que discuter avec Fallen ça t’as fait cogiter, mais t’es pas certains que tout soit en ordre dans ta tête. T’as prévenu Robin qu’en fait tu ne passerais pas chez lui, que tu devais aller voir quelqu’un avant… enfin, tu le tiens au jus. Tu t’étais transplané ici juste après ton appel téléphonique Felix. T’avais la boule au ventre et pourtant t’avancer, à reculons un peu, mais t’avançais.

Tu n’as pas la moindre idée du nombre de minutes qui se sont écoulées depuis que tu fixes la boutique. T’es de l’autre côté de la rue, juste en face et t’as arrêté de compter le nombre de fois où t’as déglutis ta salive de travers en croyant te donner du courage.
Pourtant cette fois ci tu te dis que c’est la bonne.
Tu te redresse sur tes jambes, comme si on t’avais donné un coup et tu fonces, d’un pas déterminé, juste avant de piler devant la porte.
Lentement tu lèves une dernière fois les yeux vers l’enseigne et tu fini enfin par passer le pas de la porte.
La sonnette tinte et elle lève la tête.
Elle est là.
Une part de toi est rassuré de ne pas à avoir affaire à son père tout de suite, mais une autre est tétanisée.

S-Salut !

C’est la seule chose qui arrive à passer tes lèvres.
Une de tes mains s’était levé pour la saluer.
Tu trépigne un instant avant de t’avancer jusqu’au comptoir et d’y déposer ton sac de sport aux couleurs de Poufsouffle, comme une sorte de barrière entre vous. Tu ne sais pas quoi dire Felix, tu ne sais pas par où commencer, puis tu te dis que tu ne vas tout de même pas rester une éternité planté là, à bader sur son visage et ses cheveux roux. Alors tu te lâches, tu parles même un peu trop vite, mais pour une fois, t’y vas pas par quatre chemins.

Tu me rends fou et je t’avoue que j’ai encore rien décidé, parce qu’en fait c’est à toi de voir, est-ce que t’es prête à être avec moi malgré… ma famille de merde, les gens qui vont nous faire chier et les possibles souffrances qui vont nous accabler, tellement qu’on aura l’impression que les dieux eux-même nous en veulent. Je voulais juste te dire que je suis prêt. Je ferais mon possible pour te protéger, mais plus jamais je ne fuirais, sauf mon mariage avec Fallen, plus jamais je ne te cacherais des choses même si c’est normalement pour te sauver la peau, enfin, sauf si t’as changé d’avis depuis la dernière fois et… en fait ce que je veux te dire vraiment c’est que, j’arrive pas à t’imaginer là sans être à tes côtés. Ça me rendrait encore plus fou de te voir avec un autre, ça me ferait sûrement disjoncté et… euh… ouais, tu veux peut-être dire un truc ? Genre désolé, je monopolise la parole.

T’es gêné comme adolescent pré-pubert et plus ça va et plus tu te dis que son frère et ses parents ont dû t’entendre débiter ta tirade et t’as juste envie de disparaître.
Tu sens tes joues s’enflammer et t’es presque sûr que des gouttes de sueurs coulent sur ton front, tu te sens tellement désolant Felix… pourtant t’espère encore qu’elle était s’était pas juste une histoire en coup de vent.
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Lun 11 Sep - 12:33


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


La chaleur écrasante d’un plein milieu de juillet. Un faux sourire aux lèvres, tu t’étais conditionné depuis la fin de l’année à paraître le plus heureuse possible, oublier Poudlard et les bras de l’héritier maudit des Gaunt. Essoufflée d’être la princesse pour qui on se sacrifie, sous le joug de personnes malsaines qui vous terrifient.
Alors tu étais parti avec Edwyn retrouver votre père. Comme prévu, vous partiez le lendemain en expédition pour trois semaines. Une pause dont tu avais besoin, un voyage sain et entouré des deux hommes de ta vie : ton père et ton frère.
Seulement, il y en avait un troisième, caché dans le fond du coeur, et c’était lui qui prenait le plus de place. Felix.


La tête écrasée sur le comptoir à piquer un somme, les rues du chemin de traverse ne grouillaient plus trop de passants en fin d’après-midi. Ta chevelure rousse en désordre dissimulait ta bouche baveuse grande ouverte et étouffait les ronflements aigus qui s’échappaient de tes narines dilatées.
Alors que la clochette sonne pour signaler l’arrivée d’un client, tu te redresses d’un bon presque automatisé pour lancer un grognement.

« Bienvenue chez Ollivander ! »

Soudain, le visage mal à l’aise face à toi te fige instantanément sur place. Que faisait-il ici ? Après tout ce qui s’était passé ? Son sac et ses cheveux en bataille laissaient à penser qu’il avait fui sa maison pour les vacances sans réellement l’avoir préparé. Tu le détailles sans sourire, silencieuse. Peut-être que le fait de l’avoir rêvé tant de fois rendait le tableau irréaliste. Tu ne réalisais pas que le garçon que tu aimais et qui avait cassé avec toi était revenu.

« Felix. »

Tu le laisses s’approcher, comme un petit chat qui tâte le terrain, lui offrant un sourire comme pour le rassurer. Il s’explique, il te laisse pas en placer une, il se justifie mais t’as pas envie de le couper. Son rictus malaisant fait battre ton coeur et alors que tu lèves le menton en fermant les yeux d’un air hautain, tu tournes les talons pour faire mine de t’en aller.

« C’est trop tard, et je suis occupé comme tu peux le voir. »

Après quelques secondes, tu t’arrêtes et éclate d’un rire cristallin.

« C’était une blague, gros malin. » Tu te retournes pour enjamber le comptoir avec une agilité souple - des années d’athlétisme - afin de lui sauter au cou. Enlaçant tes bras autour de sa nuque, caressant ses cheveux avec allégresse, t’ennivrant de son parfum qui t’avait tant manqué.

« J’ai compris. Je ferai aussi ce que je pourrais pour ne t’attirer aucun ennui. Et toi et une autre fille, je ne le supporterai pas non plus. J’sais pas quoi dire, j’ai tellement espéré que tu viendrais. »




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Ven 15 Sep - 20:43

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Tu ne sais pas Felix ; tu stresses.
Elle ne dit rien et tu paniques intérieurement, tu as peur qu’elle s’en aille, qu’elle te laisse là, en plan.
Soudainement elle lève le menton et ferme les yeux.
Hautaine.
C’est pas bon ça, pas bon du tout.
Son corps pivote lentement.
Déjà tu ta vois si loin.
Ta respiration se coupe Felix, une boule d’angoisse naît dans ta gorge et t’as l’impression que ce n’est qu’une question de seconde avant que tu ne t’écroules. En proie aux larmes. L’âme en peine.
C’est trop tard.
Tu n’entends pas la suite.
Son ton est si froid que ça te brise.
Et soudain elle rit.
T’es littéralement incrédule.
Qu’est-ce qu’il se passe ?
Tes sentiments sont perdus, confus et tu ne sais clairement plus où te mettre Felix, tu ne sais pas ce que signifie ce rire, si beaux puisse t-il être.
Une blague ?
T’es pas sûr de tout bien comprendre, c’est trop rapide pour ton cerveau et pourtant elle sourit en te regardant, elle sourit et ça te rassure. Elle passe par dessus la rambarde et une part de toi le sait déjà, elle vient te rejoindre, elle vient te dire qu’elle t’aime…
Tu enfouie ton visage dans ses cheveux, alors que ses doigts s’emmêlent entre tes mèches brunes. A l’instar d’Andy tu t’enivre de son odeur et la serre dans tes bras. Fermant un instant les yeux, les paupières serrées, tu sens deux larmes coulées, tu as eu si peur pendant un instant… tu sais pourtant malgré toi que tu continueras d’avoir peur, encore, pour elle et surtout pour vous, mais tu ne veux pas y penser maintenant, tu veux juste être avec elle, profiter de l’instant présent.
Tu plonges ton regard dans le siens alors qu’elle parle.
Tu la contemple et caresse de tes doigts le tour de son visage.
Elle t’as tellement manqué ; maintenant qu’elle était là, en face de toi, dans tes bras, tu en prenais réellement conscience. Ce vide qu’elle avait laissé.
Un sourire idiot et probablement aussi amoureux naquit sur tes lèvres.

Tu devrais aussi t’inquiéter des garçons, on ne sait jamais !

Tu lui tire la langue en faisant un furtif clin d’œil, alors que délicatement tu glisses une de ses mèches de cheveux derrière son oreille. Lentement tu te penche jusqu’à son cou que tu embrasses. Tes bras se resserrant autour d’elle. Ton souffle se transformant en mots.

Désolé d’avoir mis un peu de temps, mais maintenant je suis là…

Doucement tu lui mordille le lobe de l’oreille avant de te décrocher légèrement d’elle. Tu te souviens que tu es dans une boutique, réputé et qu’il est possible que des entrent. Que ses parents débarquent aussi… alors, tu ne voudrais pas être une si mauvaise impression, même si au fond, tu t’en fiche un peu. Ainsi tu te redresse Felix et la regarde, toujours avec ce petit sourire en coins et les yeux qui brillent.

T’as prévue quelque chose pour la suite de tes vacances ?
© ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Sam 16 Sep - 12:21


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Tu as envie d’exploser. Ton corps entier te hurle de le serrer encore plus fort, même s’il faut que tu te fasses mal à toi même. Son odeur te rend folle, sa voix te rend folle, sa présence te rend folle. C’est juste le coup de foudre, depuis que t’es petite, tu le sens, tu le sais, c’est et lui seul bordel.
Ces dernières semaines de dépression à peine cicatrisée se volatilisent dans un bonheur chaotique. T’as peur de rien et de personne quand il est là.
Alors qu’il dépose un baiser sur ta peau d’albâtre, tu cambres le dos et caresse l’arrière de sa nuque. Ta chevelure rousse balaye le sol et tu te redresses pour chouiner comme une enfant, la tête sur son épaule. Même pas tu relèves sa blague, à peine ponctuée d’un « MhmMhm » de ta part.

Et alors que ses yeux brillent d’une joie partagée, les tiens sont déjà imbibés par le flot d’émotion qui se déverse sur tes joues en une cascade argentée.
Tu peux pas t’empêcher de pleurer Andy, tu pleures parce que t’es trop contente, parce que ton corps brule de désir et il y a que les larmes pour le calmer.

« Oui, tu es là. »

Tu sèches tes larmes d’une mauvaise discrétion et tu te retournes, restant dans son étreinte tout de même, sentant ses lèvres contre ton oreille. T’empourprant d’une couleur écrevisse, il finit par te libérer de ses bras. Fuyant derrière le comptoir pour reprendre tes esprits, tu attrapas son sac aux couleurs de poufsouffle pour le mettre sur ton épaule.

« Avec mon père, on part en expédition pour récupérer les ingrédients des baguettes. Si tu veux venir.. ça me ferait très plaisir.. »

Tu lui fais signe de passer devant le comptoir et hurle à Edwyn de descendre pour qu’il s’occupe de la boutique pour l’heure qu’il reste.
Tu lui tires la langue quand il passe devant toi et entraîne Felix à l’arrière boutique pour voir ton père, qui travaillait avec passion sur la confection d’une baguette en particulier.

« Papa, Felix est là. Il vient d’arriver. »
« Oh ! Felix ! Cela faisait longtemps non ? Tu as grandi depuis la dernière fois que nous nous sommes vu. Qu’est-ce que tu viens faire par ici ? »

Ton paternel lui fit un clin d’oeil, comme s’il se doutait bien évidemment de la réponse, comme s’il avait toujours eu cette réponse au fond de lui en regardant sa fille.

« Tu es ici comme chez toi, fiston. »




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Jeu 5 Oct - 13:27

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Doucement tu la libère et elle s’écarte, retournant derrière le comptoir. Tu sais que c’est sa façon à elle de se reprendre, de réaliser peut-être même. Tu as un peu de mal pour le coup, te dire que tu l’as fais, que tu es là, ici chez elle, avec elle, pour de vrai.
Tout à coup elle saisi ton sac et le met sur son épaule.
Un de tes sourcils se dresse, ton regard ce fait malicieux.
Tu ouvres légèrement la bouche quand elle te parle d’expéditions avec son père… sûrement celles qui permettent de récupérer tout le matos pour fabriquer des baguettes, t’es hypé par l’idée avant même qu’elle ne t’invites. Déjà tu t’y vois, déjà… calme toi Felix, respire, parce que là t’es en apnée depuis trop longtemps et t’as arrêté de cligner des yeux. Ça craint !

J-Je… euh… oui ! Enfin, t’es sûre que ça dérangerait pas du tout ton père ?

Nerveux, tu passes une main dans tes cheveux.
Tu ne voudrais pas déranger, t’immiscer ainsi dans sa vie. Dans leur vie de famille qui semble, si heureuse pour le coup. T’as peur Felix, d’être le boulet de démolition, celui qui pourrait tout anéantir sur son passage, juste parce que ton cœur a décidé que c’était Andy que t’allait aimer.
Elle te fais signe de la rejoindre, automatiquement tu regardes derrière toi, pas comme si t’étais suivie ou quoi, mais… parce que c’est nouveau. Andy hurle le prénom de son frère, Edwyn. T’as jamais trop eu l’occasion de lui causer, faut dire que vous avez beau être de la même année, mais que t’es partie au Japon et lui… tu sais plus, mais il a aussi déserté de Poudlard un moment. Vous vous croisez dans le couloir et tu lui souris, amicalement, aimablement et sûrement un peu beaucoup gêné.
Tu restes bouche bai devant les baguettes, face à l’arrière boutique et au travail d’orfèvre auquel se livre Brotchan Ollivander. Andy lui annonce que tu es là et il lève la tête dans votre direction. Son visage s’illumine, il semble presque heureux de te voir, ça te surprends.

Ça fait… longtemps effectivement.

Tu ne sais pas quoi répondre à la seconde interrogation, tu ne connais pas les mots et encore moins la formule qu’il faudrait employé.
Il en est de même quand il te dis que tu es ici chez toi
Fiston.
C’est plus fort que toi, les larmes te montent aux yeux, le souffle te manque, t’as l’impression que t’es entrain de t’étouffer. De te noyer. Tu fonds en larmes et tu n’arrêtes pas de t’excuser, parce que ça ne te ressemble pas, mais à la fois tu dis merci, merci pour ce geste, cette phrase si banale et qui pourtant, compte tellement pour toi.
Tu finis par réussir à te reprendre, les joues humides et les yeux encore rouges, mais ça va, les larmes ne sont plus là.

Désolé, vraiment, c’était tellement malaisant et… excusez-moi, mais c’est bien du bois de rose avec un ventricule de dragon ?

Tes yeux se sont machinalement posés sur le travail de Monsieur Ollivander et tu ne peux t’empêcher d’être intrigué. C’est aussi un peu ta façon à toi de changer de sujet, tu voudrais éviter les questions sur ce qui vient de se passer. C’était trop primaire pour qu’on puisse en parler maintenant, ça te gênerais encore plus que ce que tu l’es déjà.
©️ ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Jeu 5 Oct - 23:11


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Ton père était un artisan hors pair, et tu regardais avec rêverie, les deux coudes sur la table. Sa gentillesse n’avait d’égal que son humour et sa générosité. Tu savais parfaitement qu’il accepterait Felix sans broncher, à la manière d’un second fils spirituel.

Mais c’est la réaction de celui-ci, qui te choque sur le moment car ça te fait monter les larmes aux yeux à ton tour. T’aimerai le prendre dans tes bras mais tu te retiens au dernier moment, tu ne veux pas l’embarasser, du moins qu’il se sente mal à l’aise alors tu le laisses se reprendre dignement pour ne pas l’étouffer. Tu lui souris avec bienveillance et compassion pour le rassurer et l’encourager.

Brotchan pose ses outils et hausse un sourcil, comme si l’habitude de voir ses enfants heureux ne l’avait pas habitué à réagir convenablement face à ce genre de situation.

« Eh, eh fiston, Felix c’est ça ? Ne-ne pleure pas voyons. »

Il est ému autant que vous deux, c’est normal c’est un père en or, et un grand empathique, tout comme toi. Tu passes un doigt dans le creux de ton oeil pour l’essuyer et tu caresses le bras de Felix, glissant discrètement ta main dans la sienne.

Aucun doute, tu l’as toujours aimé et pour toujours. Même dans ses faiblesses, tu ne vois qu’un garçon fort et impressionnant. Même ses défauts sont des qualités, une marche sur lequel il se doit de s’élever.
Brotchan se lève et le prend dans ses bras, devant toi. Alors tu lâches la main de Felix et tu fais face à cette scène irréaliste. Ton père bien qu’adorable, n’était pas quelqu’un de tactile au premier abord. C’était ce genre de personne qui te fait tout communiquer par le regard. Mais poussé par une sorte d’instinct, il avait du sentir que Felix en avait besoin.
Besoin d’amour, mais pas forcément que d’une âme soeur, besoin d’amour d’un père, d’un tuteur.

« ça va aller fils, ça va aller. »

Il le lâche et se racle la gorge, la vieillesse ne lui offrant que sagesse et quinte de toux.
Felix semble mal à l’aise mais heureux, c’est le principal. Il s’avance vers le travail que ton père venait de reprendre machinalement.
Instantanément tu t’empresses de répondre.

« C’est tout à fait ça, bravo ! »

Tu rougis et détourne le regard en fronçant les sourcils, puis tu t’éloignes, ne voulant pas t’imposer et laisser Felix profiter de ce petit moment de qualité père/fils. Du moins tout comme.
Tu reprends le sac de Felix que tu avais posé sur le comptoir et tu recules d’un air malicieux.

« Felix ? Je te laisse discuter avec Papa, tu me rejoins dans ma chambre ? Porte en haut tout de suite à gauche, fais attention aux escaliers ils peuvent être glissants et étroits. »

En effet, la petite boutique des Ollivander était plutôt profonde et haute, mais pas très large.
Tu grimpes les marches en vitesse, ouvre la porte de ta chambre et te jette sur ton lit en arrière, le sac de Felix sur la tête. T’as envie de crier dedans, t’as mal au ventre, tu stresses.
Première fois qu’un garçon va venir dans ta chambre.
T’as dix-sept ans maintenant, depuis peu, t’es plus une enfant.
Mais c’est terrifiant. Et pourtant si excitant.




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Ven 6 Oct - 0:57

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Le monde est flou.
Pourtant tu vois le sourire de la fille que t’aime.
Toi aussi tu souris Felix, tes lèvres s’étirent, mais tu n’arrives pas à faire cesser tes larmes. Ça te désespère, mais elle te sourie, alors tu sais que tout vas bien. Même son père ne semble pas savoir comment se dépatouiller de toi dans cet état, pourtant tu l’entends dans sa voix, il est terriblement aimant et… t’as juste l’impression que ton cœur pèse une tonne et que le poids accumulé sur tes épaules vient de s’envoler.
La main d’Andy se glisse dans la tienne et tu la serre avec force, peut-être même un peu trop. C’est parce que tu es triste et à la fois terriblement heureux.
Chanceux.
Monsieur Ollivander se lève et approche.
Il te prend dans ses bras et Andy lâche ta main.
Tu as l’impression que le sol se dérobe sous tes pieds, tu ne sais plus quoi faire. Les émotions se bouscule et tu ne sais pas si tu peux encore pleurer ou… tu décides de refermer timidement tes bras dans son dos et de t’abandonner à cette étreinte irréelle. Pendant un instant tu fermes les yeux.
Rarement ont t’as pris dans les bras. Ta mère quand tu étais si petit, que pendant longtemps tu as cru que tu inventais ces maigres souvenirs. C’était un soulagement sans nom quand tu l’as revue. La sensation d’amour dans ses câlins était si pure qu’elle te faisait chavirer. Il y eu d’autres étreintes, mais plus rares, ne pouvant remplacer celles d’un père. Jamais une figure paternelle ne t’as enlacé. Jamais. Jusqu’au aujourd’hui.
Avant que Brotchan ne te lâche, tu penses à ce fantôme, qu’est ton père. Cet homme sans visage et sans nom et qui pourtant est celui qui fait que tu es là aujourd’hui. Dès fois il t’arrive de lui en vouloir de ne jamais avoir été là et parfois, depuis que tu as revue ta mère, tu sais que ce n’est pas de sa faute et… qu’il n’est sûrement plus de ce monde, alors que t’aurais tout donné pour le rencontrer.
Maladroitement et d’un geste un peu empressé tu t’essuie les yeux, avant de t’approcher du travail d’orfèvre du père d’Andy. Tu as besoin de parler, mais surtout pas de ce qu’il vient de se passer et encore moins de laisser le silence s’installer. Alors tu poses une question et ce la fille qui compte le plus pour toi qui y répond.
Tu relèves et tourne la tête dans sa direction, elle est écarlate et tu lui souris avec amour alors qu’elle recule. Tes sourcils se froncent Felix, elle saisi ton sac et tu t’apprête à faire un pas en avant, mais ses mots te stoppes.

Euh… d-d’accord ! La première porte en haut à gauche, c’est noté !

Tu voudrais lui ajouter que tu l’aimes, mais t’es déjà beaucoup trop gêné pour réussir à le lui dire sans manquer de t’étouffer. Alors tu la regarde s’éloigner avec ton sac sur la tête, c’est une image assez drôle. Rapidement tu te tournes à nouveau vers Brotchan et passe une main nerveuse dans tes cheveux.

Vraiment désolé pour ce qui vient de ce passer… j-je… ça ne me ressemble pas et votre boulot, c’est vraiment… génial. Tu commence à parler en faisant des gestes. Au départ je voulais intégrer la licence d’artisanat magique, mais… euh… comment dire que ça a coincé avec ma famille. Ils voulaient que je fasses de la politique, mais ils m’ont laissé tout de même faire médicomagie…

Tu n’as pas envie de t’étendre sur le fait que c’est parce que tu pouvais devenir un médicomage de talent et te faire connaître de façon disproportionné, tu pouvais même ouvrir un établissement et le diriger. Le prestige encore et encore.
Tu ne l’as pas dis Felix, mais tu sais que Brotchan a compris.

Je suis très admiratif de votre travail. Tu te mordilles la lèvre inférieure. J-Je voulais m’excusez d’être venu comme ça à l’improviste, de ne pas avoir prévenue ou quoi et je voulais aussi vous dire que… Tu déglutis de travers. J’aime votre fille, mais avec ma famille… je pourrais être potentiellement dangereux pour elle et… Andy m’a invité à une expédition et je ne voudrais surtout pas m’imposer et encore moins déranger… mais je n’ai plus de chez moi et pour être tout à fait sincère, je n’en ai jamais eu.

C’est tellement douloureux à dire, pourtant c’est si réel que cela te frappe. C’est peut-être la première fois que tu l’énonce à voix haute.
T’es un peu perdu Felix, le regard fuyant, tanguant d’un pied sur l’autre, te tordant les doigts. Tu ne sais plus où tu en es. T’as l’impression d’être au bout du rouleau.
Au bout de ta vie carrément.
©️ ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Ven 6 Oct - 12:36


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Alors que tu étais allongée sur ton lit à fixer le plafond d'une impatience incontrôlée, tu entendais la voix de Felix, un peu éteinte par les bruits de clochette quand la porte de la boutique s'ouvrait brusquement.
Brotchan s'était remis au travail, écoutant d'une expression sage ce que Felix avait à lui confier. Parfois, ses traits se déformèrent dans des faciès surpris ou bien indignés. Il ne put contenir un sourire quand Felix le complimenta mais ne le remercia pas, trop humble pour ça.

« C'est toujours agréable de recevoir des commentaires positifs sur sa façon de travaill-". Il se remit à tousser. "de travailler, pardon. Mais je ne suis plus tout jeune et j'espère que mes enfants perpétueront la tradition.»

Il eut un pauvre sourire, s'excusant tristement soudainement du regard, comme si cette remarque aurait peut-être pu offenser son interlocuteur.
En entendant parler de la famille Gaunt, le père Ollivander se refroidit un peu, sourcils froncés et lèvres gercées pincées.

« Tu es le fils de Ramsay Gaunt n'est-ce pas ? Sale bonhomme ce type là...»

Ses mains usées tremblent et il décide de laisser le bois qu'il venait de travailler, se reposer pour ne point l'abîmer.
Il lève le doigt dans une exclamation d'indignation.

« Il a toujours méprisé cette famille, surtout depuis mon mariage avec leur mère, cette pauvre femme était de sang mêlé et nous avons perdu notre statut de sang-pur. Et avec la naissance d'Andy, une cracmolle dans la famille et vous n'êtes plus rien. Il a voulu faire fermer la boutique il y a cela de deux ans.. » sa voix enrouée semblait elle même avoir du mal à dire des choses aussi grossières.
« Heureusement nous sommes les meilleurs sur le marché de la Grande-Bretagne et ce salaud n'a pas pu allé jusqu'à la perquisition. »

Soudain révolté par tant d'injustice, il tendit pourtant sa main avec douceur vers Felix.

« Mais toi tu es différent, tu n'es pas comme eux, je l'ai su dès que je t'ai vu acheter ta première baguette. Je ne suis même pas méfiant envers toi, peut-être ai-je tort, vieux fou que je suis mais j'ai peur pour mes enfants. Oh Edwyn est un excellent élève et je n'ai presque plus rien à lui apprendre mais Andy.. »

Il se met à chuchoter, tapotant sur le dessus de la main de Felix avec bienveillance.
Prends soin d'elle d'accord ? C'est une tête brulée parfois, qui a le don du sacrifice. Mais je sais que toi aussi tu l'as, ne vous laissez pas entrainé par la flamme de la jeunesse. »

Il se remet à tousser en riant à moitié.

« Je n'ai plus l'habitude de tant parler, mon dieu.. mon dos.. Tu peux évidemment rester autant que tu voudras. Nous serons un peu à l'étroit dans notre petite tente de voyage mais Edwyn m'a annoncé ce matin qu'il ne souhaitait pas venir. Tu prendras son lit. Maintenant va la rejoindre, je vais aller préparer le repas. »

Il se lève et laisse ton atelier à l'abandon, lui tournant le dos puis se retourne vers lui une dernière fois avec un sourire complice.

« Coeur de corail hein ? ça ne m'étonne pas. »

Avant de disparaitre dans la modeste cuisine, grognant contre contre ses fichus légumes qui ne s'étaient pas épluché correctement.




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Ven 6 Oct - 20:23

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Il y avait de l’admiration dans tes yeux et dans ton regard, ainsi qu’une certaine crainte. Cette toux ne te plaisait pas. Tu sais pourtant qu’un corps qui vieillis et plus apte à attraper toute sortes de maux, c’est la faiblesse de tout organisme… les préquelles de la fin irrémédiable qui nous attends tous.
Pourtant tu trouvais cela injuste Felix.
Tu n’étais pas au bout de tes peines.
Le fils de Ramsay Gaunt.

Non.

C’est sortie sans rien dire.
Sans crier gare.
Te voilà presque aussi surpris que ton interlocuteur.

Euh… j-je… Tu en as marre de mentir, juste pour lui faire plaisir. Il est mon grand-père, mais pour le bien de ma famille, après qu’il m’ait arraché aux bras de ma mère, sa propre fille et qu’il l’ait exilé, il m’a toujours fait passé pour son quatrième et dernier enfant. J’avais plutôt comme intérêt à ne pas dire le contraire ou quoi que ce soir d’autre…

En réalité c’est douloureux de parler ainsi des travers de ta famille, mais te confier sur ce genre de choses, sur ces secrets aussi sombres que malsains et qui te bouffent de l’intérieur, cela te fais le plus grand bien.
Mais les mots de Brotchan sont tout aussi dur.
Tu en reste surpris, c’est certain, mais à la fois tu n’es plus vraiment si étonné que ça.Tu as connu et vue des choses entres les murs de ce manoir que plus rien ne saurait réellement te surprendre en ce qui concerne ta famille. Ça te met en rage. Parce que c’est le nom que tu porte et tu ne sais plus si cela te fait honte ou c’est lui qui vous fait honte. Pourtant tu enregistre tout ce que te dis Brotchan, un jour tu seras que tu le veuille ou non à la tête de cette famille et ça sera le moment, le moment de changer les choses et de réparer la merde qui aura été deceminé dans le passé.
Soudainement il sait ta main.
Tu es différent.
Cela te rassure, cela te comble d’une joie intense.
La suite de ces mots ne l’est que plus. Oui il peut te faire confiance, le seul danger que tu peux lui apporter c’est de porter un nom que tu ne devrais pas avoir, mais jamais au grand jamais tu ne pourrais faire du mal à Andy, ou sinon ça serait totalement involontaire et tu t’en voudrais terriblement.

Toujours.

C’est le seul mot que tu arrives à former quand il te demande de prendre soins d’elle, parce qu’il y a encore cette boule dans ta gorge, qui ne cesse de remuer.
Tu hoches de la tête, mais ne promet rien quant à ne pas se laisser emporter par les flammes de la jeunesses, tu n’en sais rien de cela, mais tu es certain de tout faire pour la protéger et tu sais bien que dans le tout, il peut y avoir se brûler les ailes.
Quand il te parle de son dos et en plus sa toux qui reprend, le futur médicomage en toi manque de lui ordonner de s’allonger là et de l’ausculté, mais tu n’en fais rien, parce qu’il te dit que tu peux les accompagnés, alors tu en profitera sûrement pendant le voyage. Il te dis d’aller rejoindre Andy et ton cœur fait un bond dans ta poitrine.

Merci infiniment monsieur Ollivander.

Il se lève et tu t’écarte légèrement pour le laisser passer, tu vas aller rejoindre Andy à l’étage, mais soudainement il se tourne à nouveau vers toi. Il te pose une étrange question, mais tu hoches positivement de la tête. Oui ta baguette a bien un cœur en corail et… ça ne l’étonne pas. Tu lui rends son sourire, mais t’es pas certain qu’il l’est vue, puisqu’il râle déjà après les légumes. Ça te fais pouffer de rire.

Tu fais attention en montant les marches, Andy avait raison, cet escalier est casse gueule, ceux de chez les Gaunt aussi, bien qu’ils soient larges, mais le marbre ne pardonne jamais, surtout quand on chute.
Tu manque d’ouvrir la mauvais porte, celle à droite au lieu de celle à gauche, mais avant, tu t’arrêtes et toque, ce n’est qu’après que tu baisses la poignets et passe ton visage dans l’embrasure de la porte.
La chambre d’Andy est mignonne et cosy, tout le contraire de la tienne… soit dit en passant la tienne doit bien faire le triple, sans parler de tes appartements dans lesquels elle est située. Mais ça te plaît ici, tu préfère, c’est plus chaleureux et personne ne réfléchie à la disposition des meubles pour que ce soit épuré, mais pour qu’aussi on entende pas de l’écho tellement c’est vide.
Elle est allongé sur son lit et pendant un instant tu hésite à aller la rejoindre, mais cela ne dure pas très longtemps. La porte se referme derrière toi et en quelque enjambé te voilà assis sur le bord du lit, ton regard plongé dans le sien.

J’espère que je n’ai pas été trop long. Une te tes mains caresse ses cheveux et tes doigts se saisissent d’une mèche, que machinalement tu enroule et déroule. Ton père m’as dit que je pouvais vous accompagnez et que je prendrais le lit de ton frère… il m’autorise à rester autant que je le souhaite.

Tu as un petit sourire au coins des lèvres.
Un sourire heureux et pleins d’amour.
Délicatement tu te penches en avant et tu l’embrasse tendrement Felix.
Avec douceur et passion, parce que tu sais que cela ne sera pas le dernier, mais bien le premier d’une longue série.
©️ ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Ven 6 Oct - 23:38


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Tu sais plus ou t’en es Andy. Maintenant plusieurs minutes que tu fixes le plafond de ta chambre. C’est un endroit petit mais avec vu sur le chemin de traverse. Il y a des guirlandes lumineuses un peu partout accrochées au mur entre les photos et les posters. La chambre est petite mais tu as quand même un lit deux places, c’est ce que tu voulais absolument, quitte à être plus serrée. Une petite coiffeuse qui fait aussi office de bureau avec un vieil ordinateur portable d’occasion, et des livres étalés partout dans la pièce pour pas changer. Des piles sur le bureau,  des piles par terre mais à part ça tout semble bien rangé.

Tu entends la porte se fermer et tu te redresses. T’as le coeur à cent à l’heure car ce moment, t’en rêvais depuis des années. Et tu pensais pas que ça se réaliserait, que tu serais en couple avec le garçon de tes rêves, qu’il puisse voir ta chambre et qu’il viendrait briser la trève.
Ton corps est en ébullition et tu le fixes d’abord sans rien dire, sursautant presque quand il s’assoit sur le bord du lit.

« Non non, ne t’inquiète pas. »

Il se saisit de tes cheveux et tu rougis, ta respiration s’accélérant soudainement. Tu ne sais pas pourquoi la réaction de ton corps est aussi excessive. Surement le stress, l’appréhension qui monte alors que pourtant il fait attention. Il ne te brusque pas. Tu le regardes amoureusement, hypnotisée les traits de son visage alors qu’il te sourit.

Il se penche sur toi pour t’embrasser, après t’avoir confirmé qu’il pourrait rester cet été. Après tout ce qui s’est passé, les complications et les déceptions, la séparation et la dépression, tu pensais pas que vous en seriez là. Et pourtant si. Et t’es tellement heureuse.

Tu réponds à son baiser, passant ta main dans le haut de son dos. Tu te rends compte que c’est sûrement la première fois que tu l’aperçois comme un homme et plus comme un garçon. Tu prends conscience de la réalité des choses, dans l’inconscience du désir qui te soumet à la tentation. D’un instinct concupiscent innocent, la chaleur de ton épiderme parle d’elle même. Tu as chaud, tu transpires d’une convoitise capricieuse.

Même si le doute avait sa place, sa présence te rassure et met en confiance. La peur s’envole alors même que son ventre entre en contact avec le tien. Inexpérimentée mais guidée par une appétence primaire, tu sais ce qu’il faut faire et surtout ce que tu as envie de faire. Tu forces le passage d’entre ses lèvres purpurines pour entamer une danse enflammée de ta langue avec sa comparse, enivrée et empoisonnée de son parfum qui te piège et t’assiège.

« Felix.. »

Sa présence te rend folle et le contact de son corps fait que le tien s’abandonne. Plus que lui donner, tu as envie qu’il le prenne. Parce que c’est Felix et que tu l’aimes. Parce que c’est lui et pour toujours.

« C’est la première fois qu’on se retrouve tous les deux et tranquille et.. »

Tu rougis mais tu es sûre de toi.

« Trop de fois interrompues. Je serais frustrée si tu t’arrêtes. »




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Dim 8 Oct - 0:29

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Elle te rend ton baiser et bien plus.
Ton corps agit sans réellement concerté ton esprit et se foutant royalement d’une quelconque réflexion. Lentement tu la rejoins sur le lit, passant une jambe par dessus elle, ses bras s’agrippant au haut de ton dos. Tes mains se perdant dans ses cheveux et sur son visage.
Andy ne fait plus que t’embrasser, elle force tes lèvres et t’étreins ; te faisant comprendre si simplement les choses. Tu lui réponds alors que ton corps s’enflamme et… ses lèvres se détachent des tiennes alors qu’elle prononce ton prénom.
Tu frissonnes.
Ces mots te font aussi rougir et doucement tu plonges ton visage das le creux de son cou. Inhalant son parfum un instant, avant de souffler, comme un secret qu’on ne veut avouer qu’à moitié, souvent par honte ou pas peur.

Je n’ai jamais fais ça avec une fille.

C’est la phrase exacte qui te fais te sentir comme un puceau, chose que tu n’es plus depuis longtemps, mais tout de même. Ça te chamboule en peu et te remue le ventre, mais une part de toi se rassure en ce disant qu’elle est sûrement vierge et tu penses acquérir cette information sous peu. Tu relèves la tête et plonge ton regard dans le siens. Tu as peur de faire une mauvaise impression à son père en faisant ça sous son toit sans avoir passer les pieds sous la table avant, mais cela tu ne sais pas comment le lui dire. Alors tu grogne et chavire sur le côté en l’entraînant avec toi, la positionnant ainsi au dessus de toi. Tu te redresse Felix et ça te rappelle votre courte entrevue, mais intense dans la salle du Miroir de Risèd. Doucement tu caresses son visage.

Je ne voudrais pas… décevoir ton père.

Mais tu es tiraillé par ta morale d’un côté et ton désir de l’autre.
Tu l’embrasse Felix, langoureusement, passant tes mains sous son haut et caressant le haut de ses hanches, sa taille et son dos. Tu lui mordille la lèvre inférieure et tu sais que tu es presque cuits, que ta bonne conscience sera rapidement envolé si tu continue et tu ne trouves pas d’arguments assez fort pour te stopper. Elle avait raison : enfin tranquilles et si souvent interrompus.

Andy…

Ton visage se perd à nouveau dans son cou, alors que tes mains s’agrippent à son dos, comme si ta vie en dépendait.
©️ ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Dim 8 Oct - 18:19


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Cette chaleur dans le corps et dans l’esprit, cette plénitude qui te détruit.
A mesure que tu sens sa peau s’éloigner de la tienne. Le coeur n’a plus rien à voir dans ces nouvelles sensations. Qui te rendent esclave, soumise de tes pulsions. Les pulsations ne sont que guides de ta respiration. Les pupilles dilatées et les lèvres tremblantes, tu t’accroches à lui, l’oreille distraite par rapport à ses révélations.

« Moi non plus.. »

Ton soupire est haletant, et tes prunelles fuyantes. Tu comprends la bêtise de ta réponse qu’au bout de quelques secondes, alors tu te redresses pour l’écarter un peu et lui faire face. Tu te saisis de son bras Andy, que tu serres entre tes doigts, laissant tomber ta tête sur son épaule. Tu te met à ricaner.

« Et avec des garçons non plus hein. »

Tu te mords la lèvre, essayant de chasser les souvenirs de ces rumeurs lointaines, de ce baiser avec Caleb. Il était libre mais tu étais déjà amoureuse, et ces images faisaient écho à la fracture passée de tout tes espoirs et aspiration à te déclarer. Cependant, vu que tu ne l’avais jamais fait de ta vie, tu ne pouvais t’empêcher d’être assez réservé sur la façon dont votre première fois pourrait se passer. Il est vrai que le repas n’était pas encore passé. Tu te mordilles la lèvre inférieure.

« On.. on peut attendre ce soir avant de se coucher alors.. Faire ça bien. Tu vois ? Sans précipitation. »

Tu rougis un peu et dépose un baiser sur ses lèvres une dernière fois avant de sauter du lit, remettant tes cheveux et tes vêtements correctement. Les cuisses serrées, tu marchais comme un canard vers la minuscule salle de bain reliée à ta chambre.
Comme si tu avais anticipé que Felix avait besoin d’explication à ce sujet là, tu hochas la tête en attrapant une brosse à cheveux, démêlant ton immense chevelure rousse.

« J’ai une petite salle de bain dans ma chambre et Papa et Edwyn en ont une plus grande au fond du couloir pour eux. »

La nuit se mettait clairement à tomber et l’odeur du ragout qui montait jusqu’à l’étage devait signifier que la boutique était fermée.
Sans aucune gêne, tu ôtas avec une vitesse déconcertante ton collant, ta jupe et ta chemise, pour ensuite trottiner en sous-vêtement vers ta commode pour attraper une très longue chemise de nuit - qui faisait un peu grand mère -  puis rebelote vers la salle de bain, l’enfilant devant le miroir.

D’un sourire complice, tu t’approchas de lui pour poser tes mains sur son torse.

« Tu as été raisonnable, c’est bientôt pr… » « A TABLE. »




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
M. Felix Gaunt
Lucky Kitten et Futur mari d'Andy
avatar

Lucky Kitten et Futur mari d'Andy

Messages : 271
Points : 372
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Jeu 16 Nov - 19:23

There's Nothing Holdin' Me Back
"'Cause if we lost our minds and we took it way too far I know we'd be alright, I know we'd be alright If you are by my side and we stumbled in the dark I know we'd be alright, we'd be alright."
Elle t’avais fait peur.
Tu lèves les yeux au ciel en les faisant tourner dans leurs orbites, elle t’arrache un sourire et à la fois un immense soulagement. Tu aime cette idée qu’elle puisse n’être qu’à toi. Oui définitivement tu ne veux pas la partager. C’est ta Andy, rien qu’à toi.
Pour toujours ? Pour toujours.
Elle t’enlève cette épine du pied avec justesse et brio, oui après manger c’était une très bonne idée, la meilleure du monde même, même si tu devais t’avouer que cette envie de la déshabiller te tiraillais de plus en plus. A vrai dire tu étais plutôt satisfait de savoir que maintenant était sûrement la dernière fois que tu aurais à te retenir, à t’interrompre une fois de plus dans le feu de l’action ; mais ta morale était fière de toi.
Tu te mordilles la lèvre inférieure Felix après qu’elle t’ai embrassé avant de s’éloigner, oui cela aller être de plus en plus dur, mais tu prenais ton mal en patience, t’obligeant à reste assit sur ce lit et à ne pas en bouger.
Elle te faisais rire à ce déplacer comme un canard, mais tu levas un sourcil intrigué quand elle disparue soudainement dans une petite pièce attenante, avant de revenir une bosse à cheveux à la main. Andy devait avoir vue la perplexité sur ton visage et elle s’expliqua.
Ton regard s’illumina.

Dis, tu as une baignoire ?

Il est vraie qu’une idée t’avais soudainement traversé l’esprit, mais tu ne lui en fit pas part, la surprise serait meilleure plus tard. Après tu doutais que dans si petit espace elle ait une baignoire, mais sait-on jamais, le monde magique n’a pas de limites et t’étonne toujours autant malgré que tu sois né en pleins dedans.
Tu la vois qui commence à retirer ses vêtements et malgré toi tu rougis Felix.

Si tu veux de l’aide, je suis tout à ta disposition.

En réalité ça aurait sûrement été une mauvaise idée que tu viennes lui donner un coup de main, tu avais une image très claire en tête de comment ça aurait fini. Tu la graffiti d’un clin d’œil assuré et d’un sourire amoureux.
Andy s’approche une fois dans sa robe de nuit. Beaucoup auraient sûrement pensé que ça faisait vieillot, mais tu as un certain amour pour le vintage et puis, ça lui allait parfaitement. Tellement bien que l’envie de la lui retirait n’en était que plus grande.
En réalité la voir ainsi te fais te demander si toi aussi tu n’aurais pas dû te mettre en pyjama. C’était bien le genre de chose qu’on ne faisait pas au manoir Gaunt, personne ne se promenait dans les couloirs en vêtement de nuit, sauf pour aller grappiller de la bouffe aux cuisines. Parfois on s’habillait plus légèrement, surtout lors du repas du soir et encore plus rarement le matin, mais au grand jamais tu n’avais vue ta famille ne serais-ce qu’avec une robe de chambre. Tu te dis que c’est ta famille qui est étrange, en soit n’est-ce pas normal de voir ses parents mal coiffés de temps à autre ? Mais bon, c’est ainsi dans toute famille sang-pur, vous vous appelez famille, mais vous êtes des étrangers les uns pour les autres autour de cette table.
La main d’Andy se pose sur ton torse et alors qu’elle commence une phrase, dont tu aurais bien voulu connaître la fin, la voix de son père remonte depuis le rez-de-chaussée. Tu hausses des épaules Felix, dans un grand sourire avant de te redresser.

Viens, ne faisons pas attendre ton père.

Et c’est ainsi que vous descendirent partager ton tout premier repas en famille.

* * *

C’était bien plus qu’une simple expérience sociale, c’était la meilleure de ta vie probablement. Tu n’avais jamais autant ris durant un repas. Tes côtes te faisant par moment douloureuses. Vous aviez aidé Brotchan pour débarrasser la table avant de lui souhaiter la bonne nuit, ainsi qu’à Edwyn et de remonter à l’étage.
Tu aimais cette vie si simple, bien plus que celle de château. Valentyne avait raison en un sens, tu crachais sur ce qu’on t’avais offert avec un telle facilité que s’en était déconcertant, mais en soit, tu n’avais jamais demandé tout cela. Tes souvenirs les plus heureux étaient ceux que tu avais passé dans la campagne Irlandaise avec ta mère. Cela te fais soudainement penser à Fallen, Fallen qui s’y trouve, dans ce havre de paix qui est le seul endroit à peut-être être chez toi au final.
Andy te précède et tu ferme la porte de sa chambre après être entré. Tu te laisse aller contre la porte et saisi son poignet à la dernière seconde avant de l’attirer contre toi.
La serrant dans tes bras.
T’imprégnant de son odeur.
Laissant les formes de son corps épouser le tiens.
Tes paupières tombent devant tes yeux et instinctivement ton visage se baisse vers le siens, tes lèvres à la recherche des siennes.
De ses lèvres charnues qui te disent « je t’aime ».
Et tu l’embrasse.
Mais pas comme avant, pas comme tu as pu le faire.
Non c’est différent de toute les autres fois.
Tu l’embrasse haletant, le cœur battant à tout rompre.
Tu l’embrasse avec désirs et avidité.
Ce désir somnolant, qui maintenant s’éveillait.
C’est le moment où tu te rends compte que tu fais plus que l’aimer, que c’est bien au-delà, parce que cette fois ci tu ne refoule rien, tu n’as rien à cacher et puis la seule chose que tu pourrais perdre c’est elle, alors tu lui donne tout ce que tu as.
Tu l’étouffe avec cet amour qui pulse dans ton sang.
Qui bat à tes tempes.
Pourtant tu t’écartes, légèrement, cherchant un souffle que tu sais disparu pour une période indéterminé. Un sourire dévoilant tes dents s’étire sur ton visage, le fendant en deux, un sourire à la lèvre inférieure tremblant légèrement. Ton regard aux pupilles légèrement dilatées plongé dans le siens et alors, d’une voix tendre et à la fois légèrement amusée, tu lui demande :

Alors cette baignoire ?
©️ ASHLING POUR EPICODE




The reason we think the flowers on a precipice are pretty, is that we are also hearing at the edge of the precipice. We must not be afraid, for we are like flowers, we do not fall.

Feldy ♥ :
 
Bannières & Awards :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
L. Andy Ollivander
Cracmolle-en-chef et propriété de Felix
avatar

Cracmolle-en-chef et propriété de Felix

Messages : 409
Points : 560
MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   Hier à 23:04


THERE'S NOTHING HOLDIN' ME BACK


Tes mains sur sa peau, ton visage contre son dos. Tu n’avais pas envie de le quitter, tu n’avais pas envie de les rejoindre pour le moment. Tu voulais pouvoir sentir son parfum jusqu’à mourir étouffée. Tu voulais pouvoir serrer son corps contre le tien jusqu’à pourrir de décès.
Felix évoque l’idée d’une baignoire et tu recules le visage, levant tes yeux vers les siens d’un air suspicieux.

« Oui c’est bien une baignoire. Elle prend toute la largeur, c’est une vieille maison et on a jamais eu les moyens de refaire construire deux douches. »

Tu étires un sourire et dandines tes hanches alors que ton père venait de brancher la radio. On entendait la musique de l’été à fond dans la maison, les vibrations faisant trembler les vieilles poutres. Edwyn sort de sa chambre et manque de se crouter dans les escaliers. Tu éclates de rire te diriges vers la porte de ta chambre en dansant, roulant des fesses d’une démarche désabusée.

***

Cette soirée, tu avais l’impression d’être au paradis. La cuisine de ton père était toujours excellente et tu te trouvais en compagnie des trois hommes que tu aimais le plus. Un père, un frère et un copain. Tout ce dont on avait réellement besoin pour être heureuse chez les Ollivander. Au milieu du petit salon, on pouvait voir à travers les fenêtres les couleurs chaudes du chemin de traverse s’illuminer. La rue était encore bien animée à cette heure-ci.

« Et bon appétit à tous ! »

Entre les histoires dingues de ton père, les blagues de ton frère et les rires de Felix, le repas se passa excellemment bien, dans une bonne humeur constante. Ta jambe tremblait sous la table, impatience et concupiscence. Tu commençais de plus en plus à stresser, à de plus en plus y penser. Le ventre plein et les idées qui fusent, c’est quand ton père sort la cornemuse, qu’il est en tant de dire bonne nuit et d’aller se coucher. Tu aides à débarrasser, posant tout dans l’évier alors que Brotchan vous somme de filer, déplaçant aisément les assiettes avec sa baguette magique. La vaisselle se ferait d’elle même. Tu passes devant Edwyn pour monter les escaliers quatre à quatre, tirant le bras de Felix. Il ferme derrière vous, se laisse aller contre la porte et c’est à lui de t’attirer.

Tu le serres contre toi, profitant enfin de l’avoir pour toi toute seule, sans que vous puissiez être dérangé. Tu plaques tes lèvres contre les siennes, soupirante et aspirante. Tu le veux lui, tu veux lui crier que tu l’aimes, tu veux lui prouver que tu es sienne.
Quand il reparle de cette baignoire tu t’empourpres. Tu regardes ailleurs, comme si cela devait être une honte.

« Oui bah.. Oui. »

Sans rien dire, tu emboites tes doigts dans les siens. Serrant sa main en l’entrainant dans la salle de bain. Tu te regardes un instant dans le miroir. Ton coeur tambourine dans ta poitrine. Tu te penches en avant, les deux mains sur le lavabo, la respiration haletante.
Felix est si proche, Felix est trop proche. Fantasme d'adolescente qui se réalise, fantasque impatience qui se déguise.

« T’aurais pas pour idée qu'on se lave ensemble par hasard ? »

En vrai, t'imaginais pas ça aussi vite. Mais tu pousses un soupires et te retourne pour l’affronter. Tu loses tes dix doigts sur son torse, fronçant les sourcils et lui levant les bras pour lui retirer son haut. Alors que tes ongles rayent son torse avec sensualité, tu étires un rictus malicieux, accompagné d’un clin d’oeil.

« On se lave nu, hein. »




winner is dreamer who never gives up; andy


des bannières:
 

♥ feldy:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy   

Revenir en haut Aller en bas
 
There's Nothing Holdin' Me Back [HOLIDAY] ft. Andy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Le chemin de traverse :: Ollivander-
Sauter vers: