Nostalgie •• Simille

Invité
Invité
Nostalgie •• Simille Mar 10 Oct - 23:59

Ta silhouette s'était montrée fuyarde, à présent éloignée de ta cabane au rustique pourtant chaleureux. Tes pas t'avaient entraîné jusqu'au coeur de cette grande cour dont aucun recoin ne t'était inconnu. La première rencontre qui avait chamboulé ton futur avait éclaté en ces lieux même. La nostalgie de l'époque où la cape de sorcier recouvrait encore tes épaules t'avait attiré à Poudlard. Les professeurs passionnés par leur enseignement, le silence de la bibliothèque et surtout, son visage auréolé d'un éclatant sourire.

Tu aurais pu te galvaniser des rires de certains mais la grande cour était dénuée d'existences en cet instant. Les études les avaient enchaînées à leur bureau ou aux salles de classe et ton visage se ternit d'une légère affliction. Le temps aussi était étrangement devenu mélancolique et le grondement qu'il expia te fit lever les prunelles vers lui. Une goutte trépassa brutalement sur une de tes pommettes puis une autre et l'averse opprima ta pulpe dans son entièreté. Ta longue chevelure éthérée et le tissu de tes habits s'engorgèrent vivement d'eau et ta tête ploya lascivement. Tes iris s'accrochèrent au sol et tes jambes ne dansèrent nullement pour te mettre à l'abri. La pluie n'était pas corrosive et sa doucereuse mélodie apaisait ton palpitant. Ton regard s'éteignit et une myriade de souvenirs déferla au creux de ta mémoire, tantôt déchirants tantôt éblouissants.

La tendresse de fébriles miaulements effleura tes tympans et expulsa tes réminiscences. La réalité te jaillit à nouveau au visage et tes iris qui s'offrirent au monde s'entichèrent de la petitesse de ce corps félin bravant les pleurs de ce firmament affligé pour te rejoindre. Un chat à la fourrure automnale qui se posta à tes pieds, tendit une patte à ton égard et fit à nouveau vibrer sa voix animale en quête de ton contact. Un maigre sourire déforma les lippes et tu te courbas pour le recueillir entre tes paumes. Ta stature retrouva sa culminance et l'existence fut cajolée contre ton torse débordant de gouttelettes. Une brise ronronnante se fracassa délicatement contre ton épiderme et une de tes paumes se fit caressante sur le haut de son crâne. Tes pas qui semblèrent figés regagnèrent leur mobilité et te portèrent à l'ombre d'un abri pour préserver la bête de la glaciale fraîcheur humide de la pluie.
Invité
Invité
Re: Nostalgie •• Simille Ven 1 Déc - 23:38



nostalgie

♦️
Silhouette insouciante qui s'avance sous la pluie sans prendre la peine de la considérer, regards agacés qui tournent tout autour et les œillades cherchent, fouillent en même temps que la voix souffle. Tu avais beau ne pas détester la pluie Camille, tu devais bien avouer que celle-ci t'énervait particulièrement. C'est comme si elle agissait pour aider Grimm à se cacher, si forte que tu n'en voyais presque plus à 10 mètres devant toi. Et encore, 10 mètres c'était beaucoup trop. Tu fais résonner son nom dans les lieux où tu te rends puis soupires avant de repartir voir ailleurs, ce chat tu avais beau l'adorer il n'en restait pas moins horriblement casse-pieds quand il s'était décidé. Le pire c'est que tu n'as pas prit le temps de te couvrir, alors bien sûr que tu es trempé. De la tête aux pieds. Nouveau soupir coupé par un éternuement et tu résistes à la tentation si grande de balancer un accio Grimm du bout de ta baguette.

Comme si ça pouvait marcher, ce serait idiot.

La grande cour et ses couloirs de pierres t'apparurent comme une libération tandis que tu t'engouffres sous l'un d'eux avec une joie non dissimulée. Résignation à l'affût, prête à te laisser abandonner pour aujourd'hui la recherche du chaton envolé. Mais tu l'aimais bien trop pour te permettre de rentrer sans lui, c'est que t'étais même pas certain au final qu'il parvienne à retrouver le chemin jusque tes appartements. Toi-même t'avais du mal quelques fois, mais ça il ne fallait pas en parler. Jamais.

Si on t'avait dit qu'il te suffisait simplement de te poser contre le rebord de pierres et de soupirer pour que la réponse à te problème n'intervienne, alors tu es persuadé que tu l'aurais fait bien plus tôt. Un miaulement à tes oreilles, drôlement heureux, presque trop ronronnant pour un rescapé de cette pluie torrentielle. Tu tournes la tête.

Grimm ?

Mais pas que.
Et tu es un peu surpris Camille, étonné de voir quelqu'un cajoler ainsi ton petit chaton rien qu'à toi. Pas vraiment jaloux cependant, ni même très possessif, simplement surpris. Tu ne t'y attendais pas. Une seconde tu reste interdit, immobile à la vision de Grimm se tortillant de bonheur dans les bras de ce jeune homme à la tendresse semblant sans nom. Il avait l'air si beau de loin, alors tu t'es rapproché. Et tu en déduis d'une facilité déconcertante qu'il était encore bien plus magnifique de près.

Grimm.

Un peu plus fort et ils t'entendent, tous les deux. L'un t'observe sans doute et l'autre se dégage pour venir se frotter à ta cheville en miaulant longuement. Tu réprimes ce sourire qui veut étirer tes lèvres lorsque tu t'abaisses pour le caresser et lui murmurer des mots doux d'amour comme tu ne les lui réservais qu'à lui et Morphée, son compagnon, bienheureux finalement de l'avoir retrouvé.

Puis à nouveau ton regard se porte sur l'homme en face. Tu as beau être nouveau ici, tu es certain de l'avoir déjà croisé une fois et d'avoir entendu son nom. Après tout les murmures ne cessaient jamais entre les murs de Poudlard et les visages s'associaient bien trop vite parfois. Tu te redresses, Grimm dans tes bras tandis que tes iris cherchent ceux de Silas. Une esquisse partielle, légère à tes lèvres, éphémère qui s'efface à peine après sa venue.

Tu essaies de ne pas paraître trop stoïque, bien que c'était loin d'être ton fort visiblement.

Merci, ça faisait un moment que je le cherchais.

Pour ne pas dire deux heures que tu lui courais après sous la pluie. Mais tu supposes que ça se voyait, trempé comme vous étiez tous les trois.
Invité
Invité
Re: Nostalgie •• Simille Lun 19 Fév - 2:26

La créature féline doucereusement embrassée de l'étreinte de tes bras échoués autour d'elle, pressa ses courbes embellies de sa fourrure contre ton torse exsudant cette délicieuse pétulance dont elle devait goulûment s'en galvaniser. Les ronronnements érigés de ses entrailles débordantes de plénitude balafrèrent sporadiquement ta pulpe et tes lèvres égayèrent le sommet de son crâne de la chasteté d'un baiser. Ses miaulements se ravivèrent, semblant désireux de lénifier les craquelures flagellant ton palpitant, insufflées des réminiscences du passé. Les sillons de perles lacrymales ayant lascivement cascadé le long de tes pommettes s'essoufflèrent fugacement, revêtus des larmes expiées de la lypémanie du firmament enrobé d'un mélancolique grisé.

Le gravé d'une sérénade étrangère batifola dans les airs, auréolant le chant si ardent et pluvieux de sa mélodie et la créature abandonna la tendresse de tes bras pour fracasser les jambes de l'autre homme de la délicatesse de son intérêt caressant. Tes iris s'avachirent le long de ses lippes muées d'une faiblarde béatitude, ornementée de la véhémence de son soulagement. Les tiennes s'estampillèrent d'un croissant souriant et tes contemplations s'entichèrent des phalanges vagabondant au creux de la fourrure féline. Silhouette animalière qui fut lovée au creux de l'étau réconfortant de l'inconnu paré d'un épiderme d'un halé épicé si rarissime au coeur des entrailles de l'imposant château.

Je vous en prie. Je ne pouvais pas l'abandonner avec ce temps aussi menaçant.

Tes iris s'agglutinèrent à la silhouette humaine opprimée de ses accoutrements inondés de l'affliction de Dame Nature. Les tiens n'avaient point été épargnés de sa torpeur et la magie ne serait pas capable de vous soulager de cette indésirable sensation. Un fervent grondement, forgé de la fureur de la foudre passagère, mutila fiévreusement le ciel et ta tête pivota à son égard, tes prunelles s'embrasant d'une lueur d'inquiétude envers les malheureuses victimes de l'impétuosité du temps. Ton attention ruissela pourtant à nouveau le long des arabesques de l'homme et ta paume valsa au creux des airs, offrande exhibée à lui.

Vous devez être professeur même si je ne vous ai jamais eu n'est-ce pas ? Enchanté, je suis Silas, le récent garde-chasse de Poudlard.

Un blizzard frissonnant te harponna ferventement la pulpe, assujettissant ton épiderme d'une myriade de tressaillements. Une de tes paumes s'agglutina ardemment à ton bras, étreinte qui l'aliéna brutalement tant l'air glacial te gangrénait la pulpe. Un souffrant soupir s'extirpa de tes lippes chancelantes alors que tes iris s'enlisèrent au creux des siens, flamboyants de leur étincelant ambré.

Désirez-vous venir à ma cabane pour vous réchauffer et faire sécher vos vêtements au coin du feu ? J'ai également du lait et de la nourriture pour le chaton. Nous finirons par tomber malade à force de rester dehors avec des températures aussi basses et toute cette pluie ...
Invité
Invité
Re: Nostalgie •• Simille Dim 18 Mar - 21:36



nostalgie

♦️
Silas ? Oh. Bien sûr, tu te souviens de quelques soirs où Hina l'avait mentionné. Silas Entwhistle le garde-chasse, ancien serdaigle apparemment très gentil sans que tu n'ais réellement plus de détails. Mais ils faisaient parti de la même famille et Hina le connaissait, alors il n'y avait aucune raison de douter pas vrai ? D'autant qu'il venait de sauver Grimm, et de t'épargner bien deux heures au moins de recherches supplémentaires. Ah... Si seulement il l'avait trouvé plus tôt. Une brève esquisse qui étire tes lèvres à cette pensée, le visage doucement secoué de gauche à droite pour l'effacer tandis que tu t'approches de quelques pas pour lui tendre une main.

Camille Gaunt, professeur de droit et politique depuis la rentrée. J'accepte avec plaisir la proposition, allons nous réchauffer.

Des mots qui s'échangent sur le trajet, bien trop long à ton goût pour rejoindre la cabane du garde-chasse. Il y a des choses que tu faisais si souvent à l'époque où étais encore élève, et ce chemin tu le connaissais par coeur. Oh tu l'aurais fais les yeux fermés si t'étais pas certain de te manger un arbre au passage et de passer pour un benêt. À ton retour en Septembre, t'as pas pu résister à l'envie si pressante de repasser devant, d'admirer la petite mais si jolie demeure et de penser aux souvenirs quelle renfermait. T'as jamais été très loquace pourtant, mais à ton époque, cette maisonnette restait l'un de tes rares refuges, celui où tu parvenais à trouver la paix. Alors même sous cette pluie cinglante elle t'arrache un sourire, et dans ce froid intense tu ne peux qu'en ressentir la chaleur qui en irradie. Silas Entwhistle semblait n'avoir rien fait perdre au charme de ton petit jardin de bonheur. Un soulagement, dissimulé, qui te laisse échapper un soupir à peine audible au moment où vous passez l'entrée.

Si tu n'avais pas été un Gaunt probablement aurais-tu repris sa place.
Si tu n'avais pas eu Ramsay pour père probablement que t'aurais repris cette place.
Si t'avais pas eu les rêves si grands t'aurais fini à cette place.

Mais le regret de ne pas y être, à cette place, n'est pas si présent pourtant. Au contraire tu crains, en y pensant, que l'effet se serait estompé au fil des années. T'as toujours adoré voyager, t'as toujours adoré le changement. Alors forcément. Cette cabane finalement ne restera que l'un de tes meilleurs souvenirs ici, et c'était déjà très bien. En plus elle n'avait pas tellement changée. Un peu bien sûr, mais dans l'idée rien n'avait bougé.

Toujours aussi charmant comme endroit.

Grimm qui s'échappe sur le sol tandis que d'un œil affectueux tu parcours chaque détail du lieu. Des souvenirs plein la tête et le coeur étrangement plus léger.
Invité
Invité
Re: Nostalgie •• Simille Lun 9 Avr - 23:54

Exhibant son identité professorale enjolivant tantôt les méandres du droit, tantôt ceux de la politique, ta cadence se rythma au gré de la sienne, agrémentant chacun de ses pas hâtifs tandis que la véhémence diluvienne assaillait incessamment vos mouvantes silhouettes. T'insinuant à travers la maisonnette, tu valsas aux côtés de la cheminée pour animer son crépitant de quelques bûchettes, désireux d'embaumer la pièce principale d'une lénifiante pétulance. Ta présence fit ensuite vaciller la salle d'eau au creux de laquelle tu t'emparas de deux serviettes et une fois la vue du salon à nouveau délectée de tes iris, l'une d'entre elles fut généreusement lovée entre les mains de l'autre adulte.

Ravi de constater que l'endroit vous plaise toujours autant. Vous pouvez toujours vous sécher les cheveux et le corps avec la serviette. Vos habits sècheront surement au bout de quelques heures grâce à la cheminée.

Tu enrobas ta chevelure de la tienne, la balafrant de doucereuses et fugaces frictions qui éclipsèrent peu à peu les panaches aqueuses l'ayant engorgée puis tu la délaissas dans la salle de bains. Allant ensuite agrémenter la proximité de ton frigidaire de ton existence, tu en extirpas un bâtonnet saucissonné et une brique recélant de breuvage lacté. Une assiette creuse accueillit la lactescente cascade en son cratère et la viande fut estropiée en fines éparses qui se retrouvèrent leptosome au sein d'une seconde. Les abandonnant sur le sol aux côté de Grimm, le bout de ton index se logea sous son menton pour le galvaniser d'une délicate brise caressante, une esquisse suintante de plénitude s'avachissant le long de tes lippes. La créature exsuda un affriolant miaulement de satisfaction et céda aux délices exposés sous ses prunelles.

Tes arabesques recouvrèrent leur stature et ce fut autour au café d'être coulé puis d'être déversé au coeur de deux tasses dont la porcelaine s'embrasa progressivement, ébouillantée de la brûlante boisson. Rejoignant Camille, l'une d'entre elles lui fut tendue tandis que l'autre dont l'anse était toujours embrassée de tes phalanges se heurta au pulpeux de tes lippes pour te délecter de la saveur caféine qu'elle préservait.

Vous avez toujours voulu devenir professeur ? Qu'est-ce qui vous a décidé à en devenir un ?
Contenu sponsorisé
Re: Nostalgie •• Simille

Nostalgie •• Simille
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Nostalgie
» Nostalgie
» LA NOSTALGIE DE L'ANGE
» Nostalgie
» La nostalgie de l'ange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: