A little help from my friends - Fallen

Sybil Avery
Main de fer dans un gant de fer
Main de fer dans un gant de fer
avatar
Messages : 244
Points : 598
A little help from my friends - Fallen Mar 24 Oct - 18:38

ft.  S.A.Fallen Blackwell

Ou l'on se fait conseiller par la mieux placée possible

A little help from my friends

L'été avait été mouvementé, pour Sybil. Certes, elle s'en tirait à bon compte comparée à d'autres, mais elle ne l'avait tout de même pas particulièrement apprécié. Si le début de celui-ci avait été fort agréable (elle était partie une semaine avec Gabi à l'étranger, et si elle avait attrapé le plus gros coup de soleil de sa vie, quelques jours à alterner entre musées, sites historiques et plage lui avaient fait le plus grand bien), le mois d'août avait rapidement viré au cauchemar.

Il avait suffi d'une simple petite broche pour tout foutre en l'air dans un chaos inimaginable. Une fois partis de chez les Prewett, une journée ne s'était pas écoulée avant que ses parents et sa grand-mère ne lui tombent dessus pour savoir. Si Elisabeth et Henry avaient été partisans d'une approche un peu plus douces à base de questions pernicieuses, "vous allez vous revoir pendant l'été?", "ses yeux sont étranges, mais il est tout de même charmant", "et quel ravissant cadeau il t'a fait là, n'est-ce pas?", Antigone Avery avait pris beaucoup moins de pincettes.

"Devons-nous nous attendre prochainement à une bonne nouvelle?"

Et ça avait été, évidemment, le moment ou tout s'était mollement pété le nez, Sybil s'engluant dans des explications relativement foireuses visant à expliquer que non, elle ne fréquentait pas Sól, le tout en esquivant le regard déçu des autres femmes de la famille. Et le couperet était tombé, sans appel.

"Une déception. Comme d'habitude."

Et sa grand-mère était partie, suivie de près par sa mère qui semblait partager la même idée. Seul, son père était resté, et avait vainement tenté de lui sourire, conscient du peu de poids qu'il avait dans la balance. Mais le message était clair: si elle ne se dépêchait pas de trouver quelqu'un, dans la généreuse liberté qu'on avait accepté de lui laisser, on s'en chargerait pour elle et elle n'aurait d'autre choix que d'accepter. Et on se fit un grand plaisir de le lui rappeler tous les jours avant que le premier septembre n'arrive enfin, imposant une ambiance assez tendue sur fond de culpabilité tout le mois d'août, en arrivant au point ou Sybil n'osait même plus regarder sa famille dans les yeux.

Et même loin, les premiers courriers, plus concis et accusateurs que jamais, avaient commencé à arriver, et la Serpentard regrettait cette habitude qu'elle avait prise d'envoyer des lettres aussi régulièrement. Même à Poudlard, elle se sentait en échec total, et avait perdu le peu de détente, de confiance et d’amabilité qui lui restait encore. Il lui fallait de l'aide, et qui mieux que Fallen, récemment sujette à des tensions équivalentes , pour l'aider?

Alors, elle l'avait contactée, se disant un peu trop tard que la Gryffondor était peut-être moyennement d'humeur à l'aider, suite à tout ce qui avait pu se passer entre les Blackwell et les Gaunt ces derniers temps, sans compter la tragique disparition de sa soeur. Maiiiis le sms était déjà envoyé, et le rendez-vous pris. Il était trop tard pour reculer, maintenant, songea Sybil, ses deux cafés en main

Assise sur un banc en pierre, elle attendait sagement sa cadette.
Si quelqu'un devait avoir une solution, ce serait elle. Forcément.



@S.A Fallen Blackwell
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: A little help from my friends - Fallen Lun 6 Nov - 17:59

featuring @Sybil Avery
« At the End»


L’objet électronique s’éveille, délivrant message surprenant. Les sourcils se froncent, le cœur s’active, mais que se passe-t’il donc pour qu’elle demande de l’aide ? Yeux furibonds qui se lèvent de sa table de travail, affaires éparpillées à tout vas, ses poignets s’activent, la pureté de la peau contraste avec le parchemin rugueux et sinueux. Ses lippes se serrent en une moue qui se veut plus inquiète qu’en colère. Fallen n’a pas la tête pour les autres, ni même le cœur. L’organe pulsant est à l’envers incapable de mots bien-pensant. La joie s’est éteinte au contact de la pure vérité et seuls ceux parsemés de rouge et d’or peuvent se targuer de lui arracher des sourires éclairés. Fallen ne sourit plus, Fallen s’éteint et Sinistra nait. Le monstre sort de ses cendres, hurlant d’un bonheur malsain. Les barrières se sont réinstallées, frontière infranchissable séparant les émotions des pensées.
Blackwell se relève, fait disparaître les dernières affaires, s’arrange et son visage un peu plus se ferment. Si Poudlard est mort, des fantômes trainent toujours, élèves incapables de travailler ou professeur aux abois et elle n’a aucune envie d’être dérangé. L’interruption de son travail lui suffit à nourrir de sombres desseins. La robe volent accompagne la cascade de cheveux d’ébènes brillant. Fallen est un présage de mort, ses lèvres d’un rouge affolants, sa carnation se parant de la mort. Affaiblie, apathique, elle garde sa superbe, celle d’une Blackwell. Ses regards se font scruteurs, assassins tandis qu’elle avale les murs, laissant la chaleur du Château derrière elle. Sybil se tient là, gauchement, comme une mère ayant perdue ses enfants. Pauvre enfant, envoyée aux pâtures à des charognards avides de richesses et de prestiges. Sa main d’albâtre vient effleurer son épaule et finalement elle s’assoit près d’elle, le regard perdue dans un horizon brumeux. Ses lippes vermeilles s’entrouvrent, laissant échapper un murmure sonnant comme à glas.

« Alors ça commence ? »

(c) chaotic evil
Sybil Avery
Main de fer dans un gant de fer
Main de fer dans un gant de fer
avatar
Messages : 244
Points : 598
Re: A little help from my friends - Fallen Lun 13 Nov - 20:49

ft.  S.A.Fallen Blackwell

Ou l'on se fait conseiller par la mieux placée possible

A little help from my friends


Et Fallen était arrivée. Sybil la regarda traverser la cour pour la rejoindre, en silence, les yeux posés sur chacun de ses pas. Tout, chez elle, respirait l’air parfois suffoquant des Blackwell, et la Serpentard n’en avait pas forcément toujours gardé bon souvenir. Non pas qu’ils soient désagréables, mais elle avait estimé longtemps auparavant, avec une intelligence certaine pour l’époque, qu’elle s’en sortirait à meilleur compte en restant loin de cette famille et de ces nombreux secrets. Et c’était là le lot des familles de sang-pur, composé de demi-vérités, de non-dits, de sourires faussés et de tournures complexes.

Sybil n’avait pas ces talents-là, et ne lui restait que l’honnêteté intellectuelle de le reconnaître. Et si elle était en mesure d’analyser clairement ce qui se déroulait chez elle, et les ambitions personnelles de la vieille Antigone, elle ne les comprenait pas, pas plus qu’elle ne comprenait ce besoin maladif d’œuvrer dans l’ombre qui l’animait. Et elle restait là, en bon petit soldat, loyale et fidèle, embringuée dans des choses qui l’impliquaient sans la concerner. Seule Fallen pouvait l’aider, même si elle avait eu la formelle interdiction de lui évoquer la situation.

Bien sur, Sól aurait certainement pu l’écouter , la prendre par les épaules, et lui affirmer que tout se passerait bien. Mais elle n’avait pas envie d’entendre que « tout se passerait bien », majoritairement parce qu’elle n’y croyait plus elle-même, et parce que la présence du jeune homme lui rappelait cette maudite soirée qui avait précipité les choses, et sa propre bêtise d’avoir accepté de rentrer dans son jeu. Bien sur, c’était facile, après la bataille, de lui imputer la faute, et c’était encore plus simple de lui reprocher la situation actuelle. Mais au fond d’elle-même, Sybil savait que rien n’aurait changé, avec ou sans lui, et qu’il n’avait été que le catalyseur malheureux d’une réaction attendue.

Fallen était déjà à son niveau, lorsqu’elle sortit de ses pensées. Les salutations d’usage n’étaient plus nécessaires, à ce stade. Elle savait, et Sybil savait qu’elle savait. La jeune femme tendit la boisson qu’elle tenait dans sa main droite, plus dans un geste de paix que de partage.

Désolée de t’avoir dérangée.


Elle hocha la tête d’un air sinistre.

« Ça a commencé. Et ce qui n’a pas été fait en vingt ans de temps a été forcé en l’espace d’un été. »

Sybil laissa éclater un éclat maigrelet de rire sans joie.

« J’imagine que les Blackwell ont été mis au courant, plus ou moins. Antigone est en train d’organiser un rabattage massif de mâles de bonne famille. Et pour être franche, je ne sais pas ce que je dois faire. Je... »

Grande respiration, grimace.

« Je suis perdue comme un lapin de trois semaines. J’ai besoin d’aide. »




Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: A little help from my friends - Fallen Dim 19 Nov - 22:32

featuring all
« At the End»



Chaleur envoûtante, Fallen se saisit reconnaissante de la boisson, nichant son cou dans son écharpe enroulée. Le froid de l’automne vient envoûter sa carnation albâtre faisant trembler son corps entier. Mais l’émeraude fixe la Serpentarde endeuillée de sa liberté envolée et la rage vient abattre son cœur malmené. Familles régnantes et inconsidérées, assassinant une jeunesse à peine née. Le visage se ferme sur une colère toujours époustouflante et souvent réanimée.

« Il fallait s’y attendre, tu avais été trop longtemps en paix. »

Un sourire vient briser son faciès de marbre tandis que l’ironie teinte ses paroles de lames.

« Oui j’en ai entendu parler. Elle a même été la risée des familles Sang-Pur et à réussi à offenser une partie de ma famille. Sans vouloir te vexer, Antigone n’est que trop vieille pour gérer votre famille. Elle a osé adresser des lettres à des rang inférieurs ou supérieurs à elle ou encore tenté de mettre la main sur des partis déjà réservés ou encore généralement liés à d’autres familles. »

La main vient ranger sa chevelure ébène tandis que l’organe pulsatif s’accélère. Injustice larmoyante, appel au secours inoubliable, Fallen ne peut abandonner sa croisade d’aider les âmes blessées. Sa main vient tendrement chercher celle de sa consœur malmenée, enserrant ses doigts dans les siens en une promesse infinie d’aider.

« Je suis là. »

Mot simple énonçant une vérité écrasante car la Blackwell n’abandonne jamais. L’émeraude vient se figer dans ses consœurs extenuées remplies d’une peur habilement cachée.

« Les dirigeants sont persuadés d’avoir tout pouvoir car ils exercent une pression phénoménale, mais Antigone a fait une première erreur. Elle ne t’a pas fiancée avant ta majorité. Donc c’est à toi de décider de ton prétendant. »

La main se resserre sur la sienne tandis que les yeux vagabondent détaillant la cour ensevelie sous les feuilles, arborant un manteau éclatant d’orange abrasif, de rouge éclatant et jaune vif.

« De deux, on peut largement dire qu’elle a fait un mauvais choix quant à certains d'entre eux et tu peux l’apaiser et lui montrer que tu t’y intéresse en les désignant pour la majorité comme mauvais partis ou mauvais pour l’image de la famille Avery. »

Un sourire moqueur vient barrer son masque de marbre, cynisme illuminant son visage.

« Dis-lui que ça serait défavorable que cela soit trop précipité. »

(c) chaotic evil
Sybil Avery
Main de fer dans un gant de fer
Main de fer dans un gant de fer
avatar
Messages : 244
Points : 598
Re: A little help from my friends - Fallen Ven 29 Déc - 23:35

ft.  S.A.Fallen Blackwell

Ou l'on se fait conseiller par la mieux placée possible

A little help from my friends


Sybil trempa ses lèvres dans le café qu'elle jugea trop chaud à son goût, et qui rejoignit rapidement le creux de ses mains plutôt que la proximité de son visage, et elle écouta attentivement ce que Fallen avait à lui dire. Elle grinça très légèrement des dents en entendant l'avis, pourtant tout à fait légitime et sensé, sur Antigone. D'accord, la vieille bique était odieuse, mais était-ce une raison suffisante pour parler d'elle de la sorte?

Une rapide réflexion et la fin de la sentence de la Blackwell acheva de la convaincre que c'était effectivement le cas, et elle laisse échapper un petit soupir, qui se changea en nuage de vapeur devant son visage. Son aïeule s'était rendue ridicule, et elle eut l'impression, un vague instant, que ses actions déteignaient directement sur sa personne. Bien qu'elle ne soupçonna pas l'espace d'un instant la jeune femme de se livrer à de tels raccourcis, elle rentra tout de même vaguement sa tête dans ses épaules et esquiva vaguement son regard.

Cela ne lui ressemblait pas.
Mais elle ne savait plus comment gérer l'accumulation d'échecs ridicules qu'était devenu la vie de sa famille, et le plan de vie qu'ils lui avaient choisi sans son accord. Et Fallen était plus forte, plus résistante.

Bon sang, ce qu'elle se sentait idiote. Et il fallait pourtant bien répondre quelque chose.

"Je sais bien, qu'elle est trop vieille, et que ses rêves de grandeur nous desservent tous. Mais elle ne lâchera pas le morceau comme ça. On peut lui reconnaître une certaine pugnacité dans la démarche, et je commence à croire qu'elle pourrait envoyer toute sa descendance au feu si cela pouvait lui assurer un tant soit peu de pouvoir supplémentaire."

Sa main se rigidifia au contact de celle de la Gryffondor, avant de se détendre un peu. Elle n'aimait pas particulièrement le contact physique, mais le sien avait eu, en cet instant présent, le don de lui faire relever la tête un tant soit peu. Elle n'était pas seule, et elle allait s'en sortir, de toutes ces combines ridicules.

"Merci."

Elle acquiesca, le regard vague, à sa première proposition. Il faudrait bien qu'elle choisisse, et effectivement, le mieux était de s'investir en attendant de trouver une autre solution. Mais cela ne réglait pas le problème de base, qui était moins solvable que ce salmigondis politique.

"J'imagine que tu as raison. Je devrais faire un effort pour m'impliquer, afin de limiter la casse. Mais..."

Sybil ne savait plus si c'était une bonne chose d'en parler, mais Fallen était venue, et la réconfortait. Il était temps d'ouvrir un peu son coeur. Il ne pouvait rien en sortir de mal, de toutes manières. Du moins, pas plus qu'à présent.

"Mais je n'arrive pas à m'imaginer avec quelqu'un. C'est idiot, surtout dans ce genre de circonstances. Mais...Enfin. Je sais pas. C'était tellement simple pour ma mère, elle a su tout de suite qui serait son partenaire, mais moi..."

Elle tritura une mèche de cheveux noir, en fuyant le regard, encore, de son amie.

"Je n'ai aucune envie , ni maintenant, ni plus tard, de m'unir à qui que ce soit. Ni envie, ni intérêt, ni rien. J'ai trouvé une forme d'équilibre toute seule, je crois? Et..enfin. C'est trop important pour que j'arrive a me projeter dans les bras de qui que ce soit. Ou alors, j'imagine qu'il faudrait que je ne le voie jamais, ne lui adresse jamais la parole, et...ce serait compliqué. Je ne sais pas si je suis très claire."

Elle refit une tentative de café, a peu près aussi infructueuse que la précédente.

"Je me doute que ça fait caprice de princesse. Mais je suis mieux toute seule."

Sybil regarda ses pieds d'un air navré. Verbaliser la réalité des choses ne lui avait pas fait autant de bien que prévu. Elle était faite pour être toute seule, et elle en était convaincue au plus haut point.

"Les gens sont médiocres, Sybil."
lui souffla intérieurement la voix d'Elizabeth.

Et pendant toutes ces années, elle avait fini par assimiler ce fait comme une vérité absolue. Le serpent se mordait finalement la queue.

Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
Re: A little help from my friends - Fallen Dim 14 Jan - 19:49

Ceux que les Dieux aiment
meurent jeunes



Grimace légère alors que les mots coulent des lèvres pourpres de l'héritière funeste, Sybil réchauffe ses paumes de la tasse brûlante, comme si la chaleur pouvait faire disparaître tous ses maux macabres. Pupilles émeraudes esquivées alors que les sentences s'achèvent, alors qu'un soupir apporte buée vite évaporée, tout comme les croyances naïves d'une jeunesse désormais essuyée. La compréhension suinte l’âme, tandis que la tête se hoche. les lippes se serrent face à la détresse, marasme acide rongeant jusqu'au dernier espoir tandis que les bruits s’entrechoquent, sens désordonnés et fallacieux. Les velléités s’effacent face à la terreur de l’enchaînement ; la liberté ne sont que fadaises et superstitions. Un soupire s’échappe tandis qu’elle absorbe la caféïne, la tête se hochant silencieusement au fil des révélations. La voix s’encrasse d’une douleur mal contenue et d’un pessimisme éclatant.  «Je vais t’avouer quelque chose Sybil. J’aimais je ne pourrais me lier à un homme malgré mon ancien fiancé. Je l’ai compris un peu tard, mais les hommes ne sont pas pour moi et techniquement cela voudrait dire que je ne trouverais jamais personne avec qui régner comme ils le disent. »

Les mots meurent comme l’espoir de trouver quelqu’un. «J’ai rompu les fiançailles avec Felix cet été, après ce qui s’est passé.» La gorge se racle et fallen soupire longuement. «Ce n’est pas un caprice Sybil, c’est être humaine. C’est essayer de se libérer de ce que l’on t’impose. Ils partent du principe que tu as besoin de quelqu’un maintenant, et toi, cela te fait fuir.» Gorgé de caféïne. «Tu te braques et c’est normal. Tu as trop longtemps goûté à la liberté.»

BY MITZI
Sybil Avery
Main de fer dans un gant de fer
Main de fer dans un gant de fer
avatar
Messages : 244
Points : 598
Re: A little help from my friends - Fallen Mer 24 Jan - 0:04

ft.  S.A.Fallen Blackwell

Ou l'on se fait conseiller par la mieux placée possible

A little help from my friends

La Serpentard écouta dans un silence religieux la confession de son amie, et mit quelques instants à comprendre réellement tout ce que celle-ci pouvait impliquer. L'information lui fit comme un poids étrange au creux de l'estomac, comme un coup de poing venu de l'intérieur. L'écho de ses paroles répondait à quelques unes de ses questions adolescentes, et elle se souvenait de l'angoisse qu'elle avait pu ressentir la toute première fois qu'une jambe fine l'avait émue, qu'une odeur fleurie lui avait donné envie de se retourner sur son passage, qu'un revers de manche dévoilant un poignet fin l'avait troublée. Longtemps, elle s'était demandé ce qui clochait, chez elle. Et elle n'avait trouvé personne à qui en parler, jamais. Et elle l'avait enfoui avec le soin tout particulier qui la caractérisait, en se rassurant comme elle le pouvait en notant son attirance non diminuée envers les hommes. Si elle ne l'avait jamais oublié, elle s'était contentée de se taire, et de rejoindre en apparence la masse grouillante d'adolescents aux aspirations romantiques qu'elle méprisait toujours un peu.

Mais la révélation de la Gryffondor avait eu un second effet, qui la frappa aussitôt qu'elle avait chassé ses souvenirs parasitaires. Elle était une privilégiée, par rapport à Fallen. Une grande privilégiée, et elle persistait tout de même à venir lui demander de l'aide. Elle se sentit vraiment idiote d'être là avec son café, tout d'un coup. Car la gifle venait de la frapper en plein visage, celle de la réalité qui s'abat avec précision sur les convictions branlantes. Fallen ne serait jamais heureuse. Et si Sybil avait encore ses chances, ce n'était plus le cas de sa cadette.

"J'ignorais."

Elle tenta un mouvement de bras presque naturel pour lui assurer de son soutien, même si tout son être trahissait un manque d'habitude flagrant. C'était le moins qu'elle pouvait faire, pour elle qui s'était déplacée jusqu'ici pour venir apporter son aide.

"Je suis désolée. J'espère..."

Mais qu'est ce qu'elle espérait, au juste? Elles connaissaient toutes deux les pactes invisibles qui régissaient leurs existences respectives, avec le premier, le plus lourd de tous, qui exigeait qu'elles se marient à un homme et finissent par faire des enfants. Et même chez les Avery qui pourtant n'accordaient aucun statut de patriarche, leur présence était néanmoins nécessaire.

Tant que les femmes ne sauraient pas produire d'héritiers sans hommes, alors elles seraient condamnées à être sacrifiées dans un éternel recommencement dans un cycle qui n'avait de sens que par sa propre existence. Et a ça, Sybil ne trouvait plus de solution, énième échelon des générations sacrifiées pour la gloire du grand rien.

"J'espère que tout ira pour le mieux."

Elle resta pensive, longtemps. Elle avait effectivement goûté à la liberté pendant trop longtemps, et n'aspirait plus qu'à la retrouver. Et il était encore hors de question de se résigner à épouser le premier venu.
Elle but une nouvelle gorgée de café avant de parler.

"Je me demande parfois à quoi ça peut bien servir, au final, toutes ces histoires de sang-pur. Toutes ces histoires de pouvoir. Tous ces....trucs."

Elle serre les dents, rapidement. Elle n'était même pas l'héritière directe, et même pas de la bonne branche de la famille. Si seulement Robin avait pu prendre ses responsabilités... Elle chassa rapidement l'idée nauséabonde de sa tête. Ce n'était pas de la faute de son cousin. La seule responsable ici était la vieille Antigone.

"Tout ces soucis pour une vieille dame qui rêverait de toucher le pouvoir du doigt avant de mourir."

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: A little help from my friends - Fallen

A little help from my friends - Fallen
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Max Büsser & Friends: HM n°3
» According to Jane, de Marilyn Brant
» Quizz sur "Friends"
» film de guerre : the fallen
» [luxioles / Glo friends ] Ma tribu s'agrandit !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Archives magiques :: RP abandonnés / des invités-
Sauter vers: