keep telling lies •• Bertram

Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
avatar
Messages : 1321
Points : 1305
keep telling lies •• Bertram Lun 12 Fév - 22:12


Keep telling lies
Le soleil dans ses cheveux bonbon et aveuglant ses émeraudes, Fenry avait passé la journée à réfléchir dans les gradins du terrain de Quidditch, une fois assise sur une banquette, une fois marchant sur l'une d'elle d'un pas lent et équilibré. En entendant quelques voix et pas sur le terrain elle haussa les sourcils, baissa le regard, tout à coup intriguée. C'étaient les Serdaigle qui venaient s'entraîner, et Fenry s'arma de son plus beau sourire, récupéra son balai et rejoignit le terrain, s'approchant de Béring. Elle lui avait lancé une phrase un peu hasard, quelque chose entre une salutation et une blague un peu mal placée comme elle en avait le secret. Et à rire avec le capitaine des Serdaigle, elle avait senti une tension naître dans l'équipe qui le suivait.

Alaine l'avait timidement saluée, tendre et discrète, comme toujours. Un regard vers Soleil lui suffit à comprendre qu'elle n'était pas la bienvenue à l'entraînement pour tout le monde. Mais ça n'était pas le malaise de Nilsson qui la rendit fébrile, Fenry. Il s'agissait plutôt de la silhouette secrète qui s'était glissée en arrière-plan en la voyant arriver. Et Fenry plissa les yeux, un rictus naissant au bord de ses lèvres.

Si Bertram Godfrey ne voulait pas la voir, très bien. Ainsi elle avait murmuré quelques mots à Béring et s'était éloignée, avait repris son activité intense et provisoire de réflexion.

Elle attendit ; guetta la fin de leur entraînement ; et un sourire carnassier s'était niché sur ses lèvres lorsqu'elle constata qu'il ne devait en rester plus qu'un dans les vestiaires. Elle avança, sans aucune gêne, vers la porte des mâles, et se glissant de l'autre côté, elle la referma derrière elle.

S'il avait su, peut-être aurait-il pris moins de temps dans la douche.

« Alors ? On ne veut pas me voir ? »
Dis-moi ce que tu caches.



Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 627
Points : 1404
Re: keep telling lies •• Bertram Mar 13 Fév - 0:40

Keep telling lies

Bertram C. Godfrey & Fenry D. Williams

Une crinière rose bonbon et un doux parfum de terreur, Fenry Williams entrait sur le terrain. D’un pas de côté, je me cachais derrière mon capitaine.

Oh non, pas elle.

La réputation de la capitaine des serpentards n’était plus à faire : en plus de son don de légilimancie, elle avait gagné le titre de Queen Bitch - championne toute catégorie.Si j’apercevais la moindre mèche rose voler dans les couloirs, je me mettais à chanter une chanson pop stupide en tête ( souvent Hakuna Matata ou du Katy Perry,ou encore une comptine). J’avais passé ma scolarité à raser les murs, à éviter de susciter son intérêt et à vrai dire, à l’éviter tout court. A ma grande surprise Béring autorisait sa présence sur le terrain. J’espérais qu’en balai, elle serait incapable de capter mes pensées, sinon l’entraînement allait être long et douloureux. Et il le fut, j’avais l’impression que son regard me brûlait la nuque. Mais c’était probablement la paranoïa qui parlait, non ? J’avais beau essayer, mais sa présence écrasante était impossible à négliger.

Je trouvais refuge dans le vestiaire, toujours dernier. Cela faisait partie de mes stratégies, passer en dernier afin de prévenir les regards baladeurs. Le mien, cela s’entend. Je commençais tout juste à me rhabiller quand le son de la porte du vestiaire m’alerta. Je levais la tête par dessus les séparations pour distinguer le haut d’un crâne rose.

Merde.

Ca ressemblait drôlement à un cauchemar.Je venais tout juste d’enfiler mon caleçon, j’étais presque à poil avec les cheveux mouillés et Fenry qui venait dans ma direction telle une panthère prête à dévorer sa proie. Je crois que je n’ai jamais enfilé de pantalon aussi rapidement de ma vie. J’ai littéralement bondi dedans.

Calme-toi. Calme-toi. Ne pense pas à….Pense à rien.

Plus facile à dire qu’à faire. Avec empressement et maladresse, je m’emparais de ma chemise, à moitié en train de l’enfiler quand :

Alors ? On ne veut pas me voir ?



Oh- euh….Williams ?



Je me répétais de ne pas paniquer, sans succès, surtout que je n’arrivais pas à fermer les boutons de ma chemise avant de réaliser que je l’avais enfilé à l’envers comme un crétin. C’était la cerise sur le gâteau. Ma dignité et mon calme venaient de s’écouler dans le tuyau d’évacuation. Malgré tout, je déployais tous mes efforts pour ne pas avoir l’air d’être en PLS mentalement. Je la regardais à peine, gêné par nudité et honnêtement ...terrifié par son pouvoir.

D’un caprice, elle pouvait fracasser mon masque, m’exposer au monde tel que j’étais. Bien sûr, je pouvais toujours nier et essayer de compter sur ma réputation pour qu’on doute de ses paroles…. Mais le pari était risqué, trop risqué.

1x8=8 2x8=16 3x8=24…

Et bien, heum, comment dire, pas spécialement dans les vestiaires des hommes, non.



J’enlevais rapidement ma chemise pour la repasser dans le bon sens et refermer les boutons cette foi-ci, osant un bref regard vers elle et un sourire qui se voulait candide :

Qu’est ce que je peux faire pour toi ?



Hors de question d’engager. Joue au con. Fais lui perdre son temps. Evidemment, le plan était de s’habiller le plus vite possible, retenir un maximum de pensée et de s’enfuit comme un lâche.

6x8=48  7x8=56 8x8=64…..

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
avatar
Messages : 1321
Points : 1305
Re: keep telling lies •• Bertram Mar 13 Fév - 17:40


Keep telling lies
Elle avait arqué un sourcil, Fenry, à écouter ses pensées abstraites - absurdes. Elle ne pouvait croire qu'il faisait vraiment du calcul mental à longueur de journée sur des fonds sonores de Katy Perry ; en plus d'être sacrément barbant, ça devait être sérieusement démodé. Elle se mordit l'intérieur de la joue, sans perdre le rictus au bord de ses lèvres.

« Arrêter de compter ce serait un début. »

Elle reprit un air sérieux, et posa son dos contre la porte - la seule issue à ce cauchemar dans lequel il était enfermé. La seule idée qu'il la considère comme un monstre faisait naître en elle des sentiments contraires ; quelque chose entre la satisfaction d'avoir l'ascendant et la contrariété.

« Tu me fuis et je veux savoir pourquoi. »

Elle avait fait passer tous les scénarios possibles ; peut-être s'agissait-il d'une de ses connaissances ; était-il amoureux de Cannelle et il ne voulait pas qu'elle le sache ? ; avait-il des hémorroïdes et pressentait-il qu'elle allait régaler le Stupeshit de ces nouvelles ? Elle avait visité toutes les possibilités, et aucune d'elle ne l'avait satisfaite.

« C'est bête, Bertram. Tu sembles ignorer que je ne suis pas limitée aux pensées présentes. »

Fenry pouvait explorer des souvenirs - l'inconscient ; Fenry pouvait explorer un tas de choses plus subtiles, si elle faisait usage de sa baguette. Elle attrapa cette dernière et récupéra son sourire.
Alors, tu me sers un mensonge satisfaisant ou bien je vais chercher la vérité ?



Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 627
Points : 1404
Re: keep telling lies •• Bertram Mer 14 Fév - 0:34

Tell me lies, tell me sweet little lies

Bertram C. Godfrey & Fenry D. Williams

Je faisais de mon mieux pour masquer mes pensées et enfouir ma peur. Sur le coup, les tables de multiplication me semblaient être une bonne idée. En tout cas elles étaient mon dernier recours quand...j’avais vraiment besoin de me concentrer sur autre chose.

Arrêter de compter ce serait un début.




Elle me coupait net dans mes pensées. Elle était vraiment en train de les lire sans le moindre scrupule ! Je relevais les yeux vers elle, médusé. Elle, me toisait avec un sourire amusé qui n’annonçait rien de bon. Elle avait vraiment l’air de savourer la terreur qu’elle m’inspirait.

Oh-euh...pardon.



Je m’empressais d’enfiler mon pull et je fourrais ma cravate dans le sac. Il fallait que je parte d’ici le plus vite, si seulement Williams ne se tenait pas entre moi et la sortie...

Tu me fuis et je veux savoir pourquoi.



Pas besoin d’être legilimens pour remarquer ça, c’était sûr. Je n’essayais même pas de nier. Et si Fenry Williams n’avait pas l’indiscrétion de lire dans les pensées, peut-être que j’aurais considéré l’option d’avoir une conversation honnête avec elle. A la place, j’ignorais délibérément sa question, rassemblant mes affaires pour m’approcher de la sortie. Et là, elle me barrait bien évidemment la route.

C'est bête, Bertram. Tu sembles ignorer que je ne suis pas limitée aux pensées présentes.



C’est vrai qu’elle avait accès aux souvenirs. Une bibliothèque de souvenir dans laquelle elle pouvait fourrer son nez, et elle le ferait probablement avec un plaisir non dissimulé.

Holy shit

Et là, bien entendu ce fut la panique. Je regarde sa baguette, qu’elle maniait d’une main experte.. Je lève les mains en signe de reddition, laissant mon sac tomber sur le sol en un bruit sourd. Je regarde le sac, puis mon adversaire. Les souvenirs. Elle pouvait bien entendu lire dans mes souvenirs. Et là, j’étais mal, parce que les secrets qu’ils détenaient ne concernaient pas que moi.  Je n’ai pas le choix. Je panique. Elle me met en échec, bloquant toutes les issues au sens propre comme au figuré . Pas le temps ni la possibilité d’élaborer un plan stratégique, d’évaluer mes options.

Dis quelque chose. Vite. Reste pas planté là comme un crétin.
T’as vraiment l’air con.


Je ferme les yeux et je me lance. Un début de vérité.

Ok-ok ! Je te fuis parce que….tu me rends nerveux.



Je pouvais sentir mon rythme cardiaque s’accélérer. Et soudainement. La réponse. Je me souvenais de cet article scientifique. Je me rappelais qu’en terme d’hormone, d’adrénaline,etc, le corps ne fais pas la différence entre la peur et l’excitation.

Tu sais... la légilimancie...et puis je ne suis pas particulièrement à l’aise quand tu es là parce que...  



Je construis ma stratégie sur le moment. Elle était loin d’être bonne, c’était une tentative désespérée de dévier l’attention mais c’était tout ce que j’avais en magasin. Après coup je savais que j’aurai dû trouver autre chose de plus efficace, de plus répugnant. Quelque chose qui la dégouterait suffisamment pour rester loin de mes pensées…. mais c’était tout ce qui me venait à l’esprit.

P-parce que...je...heum… Je-sais-que-c’est-stupide-mais-j’ai-un-énorme-crush-sur-toi !  



Bertram Godfrey, you are not a smart man

Je parle très vite, très nerveusement. Malheureusement je ne maîtrise pas encore l’art de rougir sur commande, donc je baisse la tête, vaincu, les mains dans mes cheveux mouillés. Il faut parfois aller loin pour vendre un mensonge. Je la supplie :

Je t’en prie, reste hors de mes pensées !



Je remplis mon esprit d’images d’elle. Je pousse le vice jusqu’à m’imaginer en train de la pousser contre la porte, glisser mes doigts dans ses cheveux colorés et l’embrasser avec passion. Dans cette image, mes lèvres glissent des siennes vers son cou et ma main remonterait le long de ses cuisses, sous sa jupe. Dans ce fantasme, sa bouche s’ouvre dans un soupir d’extase alors que ses ongles s’enfoncent dans mon dos, dans une étreinte fébrile.

Et tout ce que je peux espérer c’est que ce soit suffisant pour que ce soit elle qui évite mes pensées à l’avenir.


DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
avatar
Messages : 1321
Points : 1305
Re: keep telling lies •• Bertram Mer 21 Fév - 19:31


Keep telling lies
Rempart entre lui et la sortie, Fenry était décidée à ne pas le laisser fuir – pas cette fois, ce lâche, minable, qui la fuyait comme la peste – et elle était effectivement une peste, mais c'était un autre sujet. Chacun de ses mots avait engendré une nouvelle brisure dans l'esprit paniqué de Bertram, et elle n'avait jamais tiré autant de satisfaction d'autant de chaos.

Dis quelque chose. Vite. Reste pas planté là comme un crétin.
T’as vraiment l’air con.


Son sourire s'accentua, parce qu'ainsi, elle était pratiquement sûre qu'elle allait lui sortir un tissu de conneries. Évidemment, elle savait déjà qu'elle le rendait nerveux ; elle n'était pas aveugle, et certainement pas sourde ; mais elle voulait savoir pourquoi elle le rendait nerveux, justement.

Puis la suite arriva, et Fenry resta dubitative. Elle n'avait plus exploré ses pensées et la surprise l'empêche de se concentrer suffisamment pour le faire. Elle fronça les sourcils, puis les haussa, et les fronça à nouveau, trop perplexe. Soit il y avait un véritable complot et un sacré trafic d'Amortentia dans les couloirs de Poudlard, soit elle était maudite. Qui d'autre allait lui faire ce genre de déclarations pourries et injustifiées ? Holdstock ? Starling ? La bonne blague.

Elle s'apprêta à rejoindre ses pensées lorsque
Je t’en prie, reste hors de mes pensées !
Fenry obéissait rarement aux ordres, et la remarque lui arracha un rire ; franc et cynique. Très bien, elle n'aurait pas besoin de ses talents cette fois.

« Pourquoi ? Tu as peur de quoi ? Tu viens déjà de te taper la honte de ta vie, je vois pas ce qui pourrait être pire. »

Peut-être qu'elle n'aurait pas été si rude si elle y croyait vraiment.
Elle s'approcha d'un pas de plus, diminuant la distance qui les séparait, si bien qu'elle finit par le faire reculer jusqu'au mur derrière lui. Il était de plus en plus pris au piège.

« Qui t'a demandé de dire ça ? Je suis sûre que c'est encore une blague de Faust. »

Il ne perdait rien pour attendre ; il n'avait pas eu assez avec les acromentules dans le dortoir, il lui fallait aussi des nanas sous Amortentia qui lui couraient après ?
C'était pas une si mauvaise idée, finalement... Elle ricana, et se concentra à nouveau sur sa première cible.

« J'y crois pas. Invente autre chose. »



Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 627
Points : 1404
Re: keep telling lies •• Bertram Dim 25 Fév - 11:00

Tell me lies, tell me sweet little lies

Bertram C. Godfrey & Fenry D. Williams

Le pire dans toute cette histoire c’est que je ne parvenais pas à déterminer si elle souriait car elle tirait une satisfaction malsaine de l’effet de terreur qu’elle produisait, ou bien si c’était parce qu’elle baladait ses doigts manucurés sur mes pensées. Ma soi-disant révélation semble la plonger dans une profonde perplexité. Pas vraiment l’effet sur lequel je comptais. Elle éclate d’un rire ravageur et franchement désagréable.

La cruauté rend tout le monde laid, sans exception.

En revanche, la cruelle serpentard avait raison, je venais de me taper une honte interplanétaire et la connaissant, tout serait sur le stupéshit dès demain. Ca aurait pu être pire. Au final, si c’était le cas, cela m’aidait un peu….même si je me serais franchement passé de la notoriété.

Malgré tout, lorsqu’elle s’approchait, je reculais. Sous la menace de sa baguette, je ne fais pas le fier. Je recule, à pieds nu sur le sol des vestiaires. Ah oui tiens, dans la précipitation j’avais oublié d’enfiler mes chaussures. Voilà qui compromettait ma fuite. Je n’aime pas ça. Les animaux même les plus dociles peuvent devenir agressif lorsqu’ils sont pris au piège. Et je commence sentir le sentiment d’urgence et de danger approcher du seuil critique.

Qui t'a demandé de dire ça ? Je suis sûre que c'est encore une blague de Faust



Faust ? Qu’est ce qu’il vient faire là-dedans ?

Je hausse les sourcils, surpris. Mais quand je vois une opportunité, je la saisis.

Quoi ? N-non. Personne ne m’a demandé de dire ça, surtout pas Faust, je le connais à peine...



C’était sincère.Nous étions dans la même année mais je n’avais pas d’atomes crochus avec le gryffondor. En même temps avec qui j’en avais réellement ?  Et puis toutes ces rumeurs de tapinage… Mais peut-être que je tenais quelque chose…Encore une blague de Faust. Cela sous-entend qu’il avait dû tenter la même chose. A moins qu’il ait été sincère...Je feins l’inquiétude. J’ose demander :

Est-ce qu’il a des sentiments pour toi ? Ou… toi pour lui ?



Je sais, c’est probablement une mauvaise idée. Elle va éclater de rire ou s’énerver. Mais il ne faut jamais cracher sur une tentative de diversion. Surtout que pour l’instant, c’était encore cohérent avec mon mensonge que je m’inquiète de la compétition.

J'y crois pas. Invente autre chose.



Inventer mais….est-ce qu’elle me demande un mensonge ? Elle veut juste raconter n'importe quoi ?

Je déglutis. Je suis face à un choix, soit continuer sur ma lancée, soit trouver autre chose. De toute évidence elle ne me croit pas...j’ai peu d’options pour la convaincre. J’inspire profondément. Je ne pense pas pouvoir m’en sortir sans y laisser des plumes. Mes souvenirs sont trop précieux quoiqu’il arrive je dois l’empêcher d’y accéder. Et si je laisse entrevoir qui je suis cela ne va-t-il pas susciter sa curiosité malsaine ? Il me reste une dernière carte à jouer avant de sortir les griffes et renoncer définitivement à ma couverture. Un autre mensonge. Visiblement mal à l’aise, je regarde mes pieds serrant mon bras droit de la main gauche.

J’ai..euhm... J’ai fait quelque chose de mal et je ne veux pas que ça se sache.



Et je sais que tu es du genre à fouiner dans les pensées qui ne te concernent pas.

Je sais qu’elle ne va pas s’arrêter là. Je soupire :

Quand j’étais en troisième année….Je...J’ai imité la signature de ma mère sur l’autorisation pour aller à Pré-au-Lard.



C’était faux bien entendu. Mais c’était suffisamment ennuyeux et suffisamment grave pour Bertram Godfrey. Un mensonge sans intérêt, tout comme j’étais censé l’être. Bertram Godfrey, effrayé à l’idée de mettre sa maman en pétard. Si elle me croyait mon image restait plus ou moins intacte.

Maintenant laisse-moi tranquille s’il te plaît. J’aimerai me rhabiller et sortir…



Je sais que je suis à court d'options. J'essaie de m'avancer. Et je sais juste quel risque prendre si elle ose pointer sa baguette sur moi.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
avatar
Messages : 1321
Points : 1305
Re: keep telling lies •• Bertram Mer 7 Mar - 2:22


Keep telling lies
Est-ce qu'il a des sentiments pour toi?
« Hein ? Holdstock ? Non »

J'ai fait quelque chose de mal, qu'il disait. Et si ça avait l'air intéressant au premier abord aux oreilles de Fenry, la suite fut une déception immense. Imiter la signature de sa mère ? Elle pencha la tête, intriguée et déçue. La prenait-il pour une imbécile, ou était-il lui-même un demeuré ? Croyait-il sincèrement qu'elle croirait qu'un tel secret – puéril et stupide – engagerait de telles réactions de sa part ? Son sourire récupéra sa place au bord de ses lèvres et, un sourcil haussé, elle se mit à ricaner, d'un rire mauvais et gras.

Pensait-il qu'il allait s'en sortir ? Il était piégé, et il était vraiment nul au jeu qu'elle avait engagé. Pouvait-elle lui en vouloir, d'être lâche ? En tous cas il allait payer son manque d'inventivité. Décevant, pour un membre de la maison sensée abriter les créateurs et les esprits affûtes.

« Ça fait pas dix minutes que je suis là et ton manque d'ingéniosité me désespère déjà. »

Elle haussa les épaules. Il pouvait bien être en retard à son prochain cours et elle ne l'empêchait pas vraiment de se rhabiller. Ça lui était complètement égal qu'il fasse perdre des points à sa maison – ça l'arrangerait presque.
Elle soupira, et le laissa passer. Il pouvait bien essayer de sortir et ouvrir la porte, elle l'avait verrouillée avec son canif magique de toute façon.
Elle lui avait fait comprendre, pourtant, qu'il était piégé. Et Fenry était visiblement plus rusée – perfide – que lui.

« Je t'ai posé une question simple, pourquoi est-ce que c'est si difficile d'être honnête ? Tu as peur que je te dénonce aux directeurs ? Je suis pas aussi pathétique. »

C'était pas du tout pathétique de harceler quelqu'un dans les vestiaires comme ça. Comme s'il était sans savoir que les informations tournaient un peu trop vites lorsque Fenry était en possession de celles-cis.

« Je veux juste savoir pourquoi tu me fuis. »



Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 627
Points : 1404
Re: keep telling lies •• Bertram Mer 7 Mar - 22:29

Tell me lies, tell me sweet little lies

Bertram C. Godfrey & Fenry D. Williams

Elle balaye rapidement ma tentative de diversion avec un non qui implacable, ne laissant pas d’ouverture à la contre-attaque. Néanmoins, cette petite pièce d’information n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd et en cas de besoin je pourrais éventuellement m’en servir. Elle se moque de moi et exprime clairement son exaspération. Evidemment que ce n’était pas ce qu’elle cherchait. Mais plus je cherchais plus j’hésitais sur les réponses à lui fournir. Selon moi, il n’y avait aucun sacrifice que je pouvais faire et qui pourrait la satisfaire sans ternir cette précieuse réputation que je m’étais forgé.

Elle va s’impatienter, je le sais. Elle s’écarte afin de me laisser passer. L’occasion est trop belle, méfiant j’avance pour récupérer mon sac et enfiler rapidement mes chaussures. Je saisis également ma baguette ainsi que mon pineapple. Pas question de rester désarmé face à la capitaine des serpentards.

« Je t'ai posé une question simple, pourquoi est-ce que c'est si difficile d'être honnête ? Tu as peur que je te dénonce aux directeurs ? Je suis pas aussi pathétique. »



Et alors que je pense avoir réussi mon coup : c’est-à-dire l’ennuyer à en mourir. Lorsque que reluit l’espoir de m’échapper de ce huis-clos étouffant apparaît, il meurt aussitôt. J’attrape la poignée, la porte est bloquée. Je retiens un soupir et je fronce les sourcils. Elle joue au chat et à la souris et pourquoi ? Pour une réponse évidente ? Elle me réserve sûrement autre chose...autant rester sur mes gardes. D’un geste je replace une mèche de cheveux. Allons, Bertram, reste calme.
Je me retourne vers elle, ma main droite derrière mon dos et la gauche serrant ma baguette. D’un ton que je veux détaché je lui dis :

Donc tu débarques ici, alors que je suis presque nu, tu me menaces avec ta baguette et tu te demandes pourquoi je te fuis ?



Regarde-toi dans un miroir, Williams.

Je pense que tu connais ta propre réputation.



La réputation d’aller fourrer son nez dans les affaires des autres et de les exposer sur le stupeshit. Je me retourne de nouveau vers la porte, secoue la poignée, murmure un Alohomora. Sans succès, toujours piégé, fais comme un rat. La pression continue de monter. Et ça commence à faire long.

Tu veux ton scoop, j’imagine.

C’est vraiment à contre-coeur que je lance :

Si je te dis quelque chose...quelque chose de vrai. Quelque chose de mal que j’ai fait, tu me laisseras partir ?



S’il te plaît….

Je voulais juste m’éloigner d’elle le plus vite possible. Et ne pas me retourner.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Fenry D. Williams
Captain Queenie Bitch
Captain Queenie Bitch
avatar
Messages : 1321
Points : 1305
Re: keep telling lies •• Bertram Mar 13 Mar - 18:11


Keep telling lies
Fenry était le genre à se lasser vite, et Fenry n'avait plus du tout envie de rire. Bertram était peut-être amusant, au début, mais ses manières maladroites de vouloir s'extirper du jeu avaient fini par la fatiguer, pire ! par l'attendrir. Alors Fenry, les bras croisés sur sa poitrine, avait fini par ranger sa baguette à sa ceinture - à côté de celle de sa mère - et à détourner les yeux.

Elle n'avait pas l'intention d'accepter qu'il se rende aussi facilement. En vérité, Fenry avait baissé les bras, peut-être par générosité, ou juste parce qu'elle n'était pas si mauvaise que ça. Quelle sauveuse pathétique elle faisait, à le libérer d'elle-même.

« Non. »

Elle haussa les épaules, et sortit son canif, rouvrant la porte pour sortir du vestiaire. Fenry n'avait aucune réelle intention de dénicher ses secrets - ça aurait déjà été fait, si ça avait été le cas. Elle engagea un pas et inspira l'air frais qui se présenta à elle, s'étirant et mimant le désintérêt. Elle ferma les yeux, et ricana.

« Si j'avais voulu tout savoir, Godfrey, je saurais déjà tout. Et franchement, tes secrets m'intéressent pas. »

Elle se contredisait, Fenry, mais elle n'était pas si malhonnête qu'elle le paraissait. La vérité, c'était qu'elle ressentait toujours le besoin de tout savoir ; et quelque part, la curiosité la mordait effectivement quand elle pensait qu'on lui cachait des choses ; mais elle voulait apprendre les limites des autres, à quel moment ils finiraient par céder, jusqu'où étaient-ils prêts à aller pour conserver leur intégrité ?

Et Fenry avait appris, aujourd'hui, et n'avait pas eu besoin de plus.

« On fait quoi, je ferme les yeux, je compte jusqu'à dix pour te laisser partir ? Allez casse-toi, je ferai semblant de pas remarquer que tu m'évites la prochaine fois. »



Voir le profil de l'utilisateur
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
avatar
Messages : 627
Points : 1404
Re: keep telling lies •• Bertram Mer 14 Mar - 21:54

Tell me lies, tell me sweet little lies

Bertram C. Godfrey & Fenry D. Williams

Je ne sais pas ce que c’était. La mention de sa réputation ? Je devais admettre que le but était de susciter un élan de culpabilité. Moi qui pensais que c’était peine perdue, est-ce que cela avait fini par fonctionner ? A moins qu’elle ait fini par comprendre que le jeu n’en valait pas la chandelle avec le terriblement ennuyeux Godfrey.

Ma surprise atteint des sommets lorsqu’elle range sa baguette et ouvre la porte verrouillée à l’aide de son canif. Hein ? Mais qu’est-ce qui se passe ?

Elle ricane, cruelle.

Si j'avais voulu tout savoir, Godfrey, je saurais déjà tout. Et franchement, tes secrets m'intéressent pas.



Je lui rétorquerais bien qu’elle était assez motivée pour préparer son coup et venir me coincer dans les vestiaires et me menacer. C’est l’avantage d’être un menteur, on a tendance à s’attendre de la même malhonnêteté de la part des autres. Williams soufflait le froid et puis le chaud. Je l’observe d’un tout autre regard, mais toujours méfiant. Ils sont fourbes ces serpentards, du genre à vous frapper dans le dos. Comment je le sais ? Parce que c’est ce que je ferai.

Qu’est ce qui l’a fait céder ?

Néanmoins l’occasion de m’enfuir avec mes secrets est trop belle et trop tentante. Son compte à rebours ne m’impressionne pas, je prends mes affaires le plus vite possible et je quitte les vestiaires sans demander mon reste. Alors que mes pas m’éloignent de ce traquenard, apparemment sain et sauf, une autre idée saugrenue me traverse l’esprit. Est-ce que je l’aurais blessée dans son égo ? . Je secoue la tête. Non, impossible. Si Williams avait des états d’âmes ça se saurait.

Et pourtant...


DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: keep telling lies •• Bertram

keep telling lies •• Bertram
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Agatha Christie - A l'hôtel Bertram
» [Horus Heresy] Garro: Shield of Lies de James Swallow - Audiodrama
» Lying Mii-kun and Broken Maa-chan : Precious Lies
» Lies Transports (Koetschette)
» [MANGA/ANIME] Love & Lies

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Terrains sportifs :: Quidditch-
Sauter vers: