An old flame still burning ▬ June

Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
An old flame still burning ▬ June Jeu 13 Sep - 6:27

An old flame still burning

ft June


Deux heures d’avance, pas de train à prendre, tout le temps de flâner dans les boutiques du village avant que la horde de touristes qui se prétendaient étudiants ne les dévalisent comme des boutiques souvenirs face à un bus du troisième âge. Le bonheur, en somme. Bon, une vision plutôt limitée du bonheur, certes.
Quoi qu’il en soit, Edwyn traversait les rues du village avec une certaine bonne humeur suivi, comme chaque fois, d’un véritable troupeau de chats. Cela faisait encore sourire quelques habitants alors que ce ménage avait lieu à chaque fois que le rouquin débarquait. Il aurait fait un très mauvais voleur. Alors qu’il rendait Mistigri, Felix ou Whatever à sa petite maîtresse, un jappement aussi bruyant qu’enthousiaste attira son attention… Et mit ses suivants en fuite.

Il leva les yeux pour prendre conscience de son sauveur. Étrangement, ce chien lui laissait une impression de familiarité et de déjà vu. Il avait une bonne bouille, en tout cas. C’est en se relevant tout à fait qu’il se retrouva à toiser la propriétaire du shiba, à quelques mètres de là...
Et le temps se figea.

June..?

Paralysé dans cet instant qui semblait durer une éternité, le monde était devenu un couloir de silhouettes grisâtres où elle seule était en couleur. Il était submergé de sentiments anciens qui le frappaient avec la violence d’un éruptif lancé en pleine charge.

***

Il était assis le dos calé contre leur arbre, avec elle sur ses genoux. Un livre dans une langue qui lui échappait entre les mains, elle tentant tant bien que mal de lui enseigner les rudiments de ce langage avec un courage qui forçait l’admiration au vu de son peu de concentration. Il venait encore une fois de cesser d’écouter pour l’observer et se complaire dans le bonheur simple de sa présence à ses côtés.
June, qui rendait n’importe quel moment différent, meilleur, par sa seule existence. Il aurait voulu ne jamais la quitter. Jeter ses autres rêves aux oubliettes si ça pouvait lui permettre de l’avoir elle, pour toujours. Elle se tourna vers lui, remarquant son silence inhabituel et sa seule excuse, les seuls mots qui passèrent ses lèvres pour justifier sa distraction, furent une vérité si grande qu'elle le surprit un peu :

« Je t’aime. »

Les trois plus beaux mots qu’il connaissait, les trois qu’elle seule méritait. Une évidence.


***

Cela faisait trois ans. Il s’en souvenait comme si cela s’était produit à l’instant. Il l’avait crue perdue, à jamais loin de lui. Et là, au beau milieu de cet endroit sans importance, elle. Il prononça son prénom « June » comme si c’était une phrase entière, comme si ce mot à lui seul pouvait tout expliquer, tout dire de sa joie, de sa peine, de ces sentiments qu’il avait crus disparus et qui refaisaient surface tel un phénix renaissant.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Jeu 13 Sep - 13:25

On raconte souvent que l'amour sauve l'homme. N'importe quel acte peut être expliqué et disserté par l'amour. Les crimes, les meurtres et les plus belles choses du monde, tel que les actes de charité et les longs sourires entendus. June, elle n'aurai pu mourir sans connaître autre chose qu'un amour aussi commun que tendre. Aimer tout le monde et ne souffrir qu'aucun déchirement, comme une mélodie d'une beauté convenue. Mais, son cœur ne battait plus dans ce rythme.

Délicat souhait qui s'enroulait autour de ses tresses et de sa nuque, délirant. Elle semblait délirer dans les rues d'un Pré-au-lard presque irréel, elle n'avait pas conscience d'être là et pourtant, elle flânait les bras pleins d'achats. Des choses qu'elle pensait utiles à ses cours, des choses qu'elle voulait utile au long terme. Pas conscience d'être là, perdue dans son secret millénaire. Elle parlait seule, ses mots venaient de son esprit pour s'éteindre sur ses lèvres closes. Affreux, tout était affreux. Pourquoi ? Oh, elle ne le savait pas. Mais, Fuyu n'était pas là à guetter les moments où la garde de sa maîtresse faiblissante, il pourrait manger ce qu'il restait de son repas pris sur le pouce et abandonné sur son index.

Elle entendit son jappement si reconnaissable, une petite chanson pour elle. Avait-il vu un chat ? Son regard s'était relevé, plus haut que les pavés irrégulier typiquement anglais. Et son cœur, endormi, avait reprit la symphonie irrégulier qu'Il avait crée en elle. Edwyn.

Une croyance qu'on ne souhaite plus bercer en nous, un désir qui ne fait que grandir sans donner aucun fruit. Il était là, il était là. Son esprit ne tournait plus rond, sa seule présence empêchait l'univers d'avoir un sens intéressant en dehors de son existence. Elle aurai pu rien ressentir, cela faisait trois ans. Elle aurai pu lui en vouloir et s'en vouloir, de quoi ? Pourquoi ? Elle ne le savait pas mais, c'était monnaie courante de vouloir une autre émotion que celle qu'elle ressentait. Stupéfaite, car, c'était Edwyn qui avait prit la pureté de son amour universel. Nulle corruption, nulle mensonge. Simplement un fait qui est resté gravé en elle, caché sous les cerisiers sous lequels ils lisaient et qui sont devenus les gardiens d'un souvenir mélancolique. Ces petits mots qui n'ont aucunes conséquences autre que tout bouleverser.

Je t'aime aussi, Edwyn.

Il semblait comme elle, perdu. Perdu et un son léger lui parvient dans sa torpeur. C'était son prénom, c'était tout ce qu'elle était et qu'il avait eu dans le creux de ses mains. June. Elle aimait comment il prononçait les syllabes, comment il prenait la moindre intonation. Elle aurai voulu lui rendre la pareil, mais elle ne pouvait pas. Car cette innocence était tombée, envolée par un vent qui arrachait même les fleurs aux cerisiers. La situation avait changé, la situation faisait qu'elle n'était plus une égale d'Edwyn. Mais sa professeur, sa supérieure. Elle devait être un modèle pour lui, elle devait être une lumière qui le guiderai. Mais pas cette faiblesse qui grandissait dans son cœur, elle avait prit sur elle. Pour contenir ce flux d'émotion sur ses joues et son regard, clore et restreindre. Elle fit un léger sourire, un sourire qui lui faisait mal et qui lacérait ses joues.

-Edwyn…

Les mots se perdaient devant sur son regard, il ne fallait pas soupirer son nom. Il le fallait pas, c'était pas bien.

-Je suis ravie de te revoir, comment vas tu ?


Tellement faux, ça lui brûlait la langue. Euphémisme et torpeur mélangés.

-Désolée pour Fuyu, il a une sainte horreur des chats et tu as toujours ta malédiction.

Elle rit un petit peu, son chien faisait le fier à ses pieds. Tellement heureux d'entendre son nom, il se roulait devant elle, les feuilles mortes s'accrochaient à son pelage. Ces feuilles arrachées par le vent…

-Que fais-tu au Pré-au lard ? Je suis venue pour quelques courses, comme tu peux le voir !

Elle ne bafouillait pas, elle ne rougissait pas. Un tel contrôle était presque admirable mais sa langue commençait à fourcher et elle commençait à sentir ses mots qui se frappaient dans son esprit pour tenter et contenir. Affreux, tout était affreux.
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Ven 14 Sep - 14:04

An old flame still burning

ft June


Elle était ici, devant lui et lui parlait. Il en avait rêvé de ces retrouvailles, pendant des mois après leur séparation. Et parfois encore après. Le son de sa voix le touchait plus que ses mots un peu flous dans son esprit embrumé.
Il fit un pas en avant, lentement, puis un autre. Il mourrait d’envie de la rejoindre, de la prendre dans ses bras. De lui dire qu’il l’aimait aujourd’hui plus encore qu’à l’époque, mais…

Quelque chose clochait. Il y avait comme une distance dans son attitude qu’il ne lui connaissait pas. Et cela douchait un peu tout le reste, ajoutant une pointe de douleur amère au milieu de tout ce chaos. Il fallait qu'il se calme un peu. Penser aux sphères. Il prit une longue inspiration et soupira doucement. Mettant ces quelques secondes à profit pour faire le point.

C’était compréhensible, au fond. Elle devait lui en vouloir, ne serait-ce qu’un peu. Il ne s’était pas montré à la hauteur, n’avait pas sur venir à bout des obstacles qui se dressaient entre eux pour poursuivre leur histoire. C’était sa faute. Il continua jusqu'à s'arrêter à deux pas d'elle, lui accorda un regard et baissa les yeux, s’abîmant dans la contemplation du sol. Il n’avait pas pour habitude de prononcer ces mots.

Je suis désolé.


Dans ses rêves, les premiers mots qu’il lui disait n’étaient pas ceux-là. Mais les rêves et la réalité sont deux choses différentes. Et s’excuser ne suffit pas. Il releva les yeux, croisa son regard et y riva le sien.

J’aurais dû être là, me battre plus pour rester auprès de toi, trouver une solution. Celui que je suis aujourd'hui n’aurait jamais laissé cela se produire sans réagir…


… Et réussir.
Mais peut-être était-ce déjà trop tard. La blessure ancrée en elle, l’amour éteint. Peut-être avait-elle trouvé quelqu’un d’autre ? Après tout, ç’aurait été étonnant qu’une fille aussi extraordinaire reste seule bien longtemps. Est-ce que cela l’aurait arrêté ? Il n’en était pas certain. S’il y avait ne serait-ce qu’une infime possibilité pour qu’il tienne toujours ce genre de place dans son cœur, un rival n’aurait pas eu la moindre chance.

Mais je ne réponds pas à tes questions. Pardon.


Il venait de déballer son quota d’excuses la saison et ponctua cela d'un sourire légèrement embarrassé. Il n’avait pas grand-chose d’intéressant à dire, en fait, mais ce changement de sujet n'était pas malvenu.

Ça va à peu près. J’étais ici pour les mêmes raisons que toi. Et… Une minute, comment tu sais pour les chats ?


Elle était June. Un sosie, une personne sous polynectar n’aurait pas trompé Fuyu. Et si l’on en croyait les romantiques, ne l’aurait pas trompé non plus. Alors… Comment savait-elle ? Est-ce qu’elle s’intéressait à lui ? Ça lui aurait fait plutôt plaisir, même si ce n’était peut-être pas très moral. Était-elle ici depuis assez longtemps pour avoir entendu les locaux en parler ? Trop de mystères dont le premier n’était autre que la raison de sa présence en ces lieux. Mais cela attendrait.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Lun 24 Sep - 15:40

Les mots qui s'enchaînaient étaient affreusement douloureux pour le cœur de June. Chaque mot était un supplice, chaque excuse entraînant le ravivement d'une brûlure qu'elle avait contenue à grand peine. Elle voulait lui dire, lui dire qu'il était tout pardonné. Lui dire qu'il n'avait pas à se blamer, qu'elle était déjà si heureuse de le revoir, si heureuse de voir que le rouge des joues existaient encore. Loin de la pâleur de la mort et d'oubli qu'elle s'était figurée pendant des années sans trève ni répit. Elle était si heureuse, June aurai pu en rire si elle n'était pas aussi mortifiée.

Se sentait-il coupable ? Savait t-il pour tout ce que le destin avait dressé entre eux ? Ses mensonges qu'on épargne à grand peine de sourires que June voulait déchirer. Lui dire, et tenter de trouver une solution. Oui, faire encore des compromis entre son cœur défaillant et le regard flamboyant de celui qui avait déjà balayé des serments que Maria lui avait fais juré. Son regard ne pouvait le suivre, son regard ne pouvait pas assumer les mots et leurs implicites. Sa langue fourchait, son regard déviait tellement sur les pauvres pavés qui vivait sans attendre grand-chose. Puis, elle voulut parler. Elle voulut apaiser les tourments d'Edwyn. Ils étaient déjà gravées en elle, avec l'interrogation du « et si ? ». Et si il l'aimait encore ? Et si...elle pouvait lui dire. Mais, elle ne devait plus. Elle n'était plus la vendeuse de la petite boutique sans prétention. Elle n'était plus la simple am...le mot n'arrivait pas à exister sans déchirer un peu plus le muscle qui lui permettait de vivre. Elle devait être ferme, elle devait être plus forte. Etre un modèle pour lui, ne plus être June mais Nakamura-san, le professeur. C'était affreux, et moult fois, elle avait voulu l'interrompre. Mais, elle avait attendue avant de prononcer elle aussi ces quelques mots d'un goût plein d'une si grande forme d'aporie.

-Ed-Edwyn...je… suis désolée aussi.

Un grand souffle. Un grand souffle qui semble vouloir balayer les acquis, les pétales qui tombait dans les cheveux de ce prince écarlate quand ils étaient encore dans cette période bénie.

-J-j'ai tout..tout… je suis tellement désolée aussi. J'aurai dû f-faire plus d'effo-rt envers to… Je m'en suis voulue tellement souvent. Je pensais que-que je…

Les mots se perdaient dans son esprit, les rougeurs semblaient sur le point d'apparaître accompagnée de leur cousine larmoyantes. Pourtant,, elle ne put se résoudre à se laisser aller. Elle ne put se laisser couler dans cet océan. Elle était une Adulte, elle devait se comporter comme tel.

-Je te remercie pour penser à tout ce temps, et...ne t'en veux pas. J'espère que tu me pardonneras aussi.

Une inclinaison du torse, typiquement japonaise qui sonne comme une fin en soi. Une fin de ses tourments et paradoxalement le début de d'autres. La loi du mensonge, la loi éternelle des faux et vrais semblants. June devrait exceller dedans pour ne plus rien laisser passer, pour ne plus jamais rien dire. Parce que tout son être semblait vouloir s'échapper à chaque inspiration et se révolter à chaque expiration.

Pourtant, la prochaine question lui fit tout drôle. Comment savait-elle ? Elle avait tellement voulu entendre parler d'Edwyn, elle a tellement voulu empoignée le moindre fragment de lui qu'elle voyait. C'était si gênant, si gênant de se revoir traînant ses oreilles devant Ollivander. Mais, cette information était si naturelle, qu'elle n'avait jamais pensée faire semblant d'être étonnée de voir ces chats autour de lui. Cela faisait toujours jaser, mais June n'avait jamais pu se joindre à la cohorte. Trop interdite devant cet aventurier qui ne semblait vouloir viser que plus haut, que plus fort.

-Oh...et bien. Je..je...C'est assez ridicule. Je travaillais sur le chemin de traverse, mon employeur était une connaissance d'Ollivander Père et il me parlait parfois de ta famille. Et, il disait en rigolant dès qu'il voyait un chat que tu passais pas loin. Désolée d'avoir écouter les histoires à ton sujet, mais cela me rendait assez curieuse.

C'était si embarrassant d'avoir preté oreilles aux rumeurs, elle ne put s'empêcher de prendre une légére teinte que Maria appelle en rigolant, le roue gêne. Pourtant, une autre question se pressait sur ses lèvres, une question sans doute bien innocente.

-Et tes études ? Tu rentres en quel année ?


Une façon à elle d'amener le sujet tout en finesse et délicatesse. C'était si troublant, savait-il au moins pour elle ?
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Jeu 27 Sep - 21:25

An old flame still burning

ft June


Ses excuses le touchaient. Ils étaient visiblement deux beaux idiots sur ce coup. Il aurait suffit qu’un seul d’entre eux fasse le premier pas et ils auraient pu passer les trois dernières années ensemble… Comment pouvait-on être si brillant et si stupide à la fois ?

« Je travaillais sur le chemin de traverse »

Il en aurait presque trébuché sous l’impact de ces mots. Le regard chargé de reproches qu'il lui adressa, témoin de sa confusion. Il se sentait blessé, plein d’incompréhension. Comment avait-elle pu être si près de lui et ne jamais venir lui parler ? Ne jamais lui laisser ne serait-ce qu’un message ? Pourquoi ?

Peut-être était-il le seul d’entre eux à s’accrocher encore aux souvenirs de leur relation trop brève, mais si profondément intense ? Peut-être qu’elle n’avait pas le droit de lui parler ? Qu’une chose, une personne ou un serment l’en empêchait ? Sa famille lui avait-elle organisé un mariage arrangé avec un sorcier aussi jaloux qu’influent ? Peut-être qu’il se passait quelque chose et qu’elle craignait de le mettre en danger ? Mille-et-un scénarios s’enchaînaient dans sa tête alors qu’il tentait de trouver une raison, une explication. Quelque chose qui lui dirait pourquoi l’amour de sa vie ne l’avait pas contacté alors qu’elle travaillait à deux pas de chez lui depuis… Il ne savait même pas combien de temps, en fait.

Puis, il se souvint de son histoire avec Odile, dont la presse sorcière avait fait ses choux gras. Était-ce ça le souci ? Il aurait compris, mais à l’époque, il n’espérait pas le revoir de toute sa vie. Son interview du stupeshit pleine de sous-entendus concernant Aelys ? Merlin, si l’on en croyait la presse, il devait être un sacré homme à femmes ! Mais tout ça appartenait à un autre temps. L’époque d’avant leurs retrouvailles présentes. Puis, dans les deux cas, ça n’avait pas été pareil. Ça n’avait jamais été pareil avec personne, avant ou après.

Mes études ?


Après une telle déclaration, les études étaient un peu le cadet de ses soucis. De manière générale, les études étaient le cadet de ses soucis. Il ne cachait pas vraiment le fait qu’il était à Poudlard pour profiter des infrastructures plus que pour apprendre. Son apprentissage, il préférait le faire de son côté. Dans les livres ou en allant chercher les experts à l'autre bout du monde pour apprendre d'eux directement.

Il reste pratiquement deux heures avant la rentrée et je connais une pâtisserie avec une salle de dégustation confortable, à deux pas. Ce serait sûrement mieux que le milieu de la rue, tu ne trouves pas ?


Il ne pouvait pas rester perdu. Il avait besoin de réponses. Et il en avait sûrement un tas à lui donner aussi. Puis, elle aimait les choses sucrées, non ?

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Dim 28 Oct - 20:06

Il ne lui as appris, aucun jeu, aucun mensonge. Il n'a fait que sourire et s'effacer lentement, un adieu qui semble de devenir qu'un bonne nuit délicat pour les yeux humide de June. Ned, Ned, son cœur battait encore si fort pour lui, si brut mais si doux. Des diamants recouverts de soie, son cœur ne semblait plus suivre le mécanisme ordinaire et parfait de l'être humain. Quelque chose semblait briser néanmoins dans ce regard qu'elle connaissait que trop bien ? Est ce ces mots ? La voyait-il désormais comme une commère, une fille qui ne semble vivre que ça ? Des mots qu'on dit derrière les portes. Elle voulait s'excuser encore retenir les mots qu'elle a dit pour ne pas le blesser, pour qu'il ne croit pas qu'elle était ce genre de personne. Ridicule, d'un ridicule consommée. Comme elle aimerai se mordre la langue au sang.

Mais que pouvait-elle dire ? Que pouvait-elle rajouter pour rendre son cas plus pardonnable ? Une pensée parasite vient se greffer dans son esprit si plein et si bouillonnant. Pourquoi, pourquoi elle n'a pas osé pousser la porte. Pourquoi son cœur lui semblait si lourd devant ce battant, pourquoi de toutes ses forces, la porte semblait toujours aussi lourde ? Débordée, refoulée, son âme semblait se battre pour l'entrevoir, languissante. Une douleur languissante, une douleur qui semblait vouloir se réfugier dans ses petits gestes. Des souvenirs à chaque fois qu'elle repoussait ses mèches, des larmes qui roulait le long de ses joues quand elle relisait ce papier. Papier qu'elle a tenue dans ses mains, papier qu'elle a faillie envoyée. Lettre qui contenait un appel à l'aide qu'elle ne voulait pas envoyer, trop pleine de la honte. Edwyn, Edwyn… Elle t'a hais comme on hait une divinité qui ne répond pas à nos sacrifices. Puis, elle a t'a aimé avec la crainte et le dévorant désir de pardon, semblable à ce qu'un homme ressent en tentant de réparer cette idole cassée. Ned, peux-tu lui pardonner ? Cette pécheresse qui ne semble pouvoir plus vivre sans ce pincement constant dans sa poitrine. Cette pécheresse qui a été incapable de te parler, incapable de pousser la porte quand elle savait que tu étais là. Parce que, elle ne sait pas. Elle n'a jamais su quoi dire face à ça. Lâcheté ou préservation ?

Son regard s'était perdu, son regard flottait si loin du sol. Proche des cieux, proche des étoiles. Proche de la perfection qu'était Edwyn à son regard énamouré. Il ne fallait pas continuer, les rares mots de Edwyn la ramenait à terre. Comme alourdie par une réalité qu'elle a bafouée, une réalité qu'elle n'a de cesse de détruire. Elle aurai dû voir Edwyn, June aurai dû tout lui dire et pleurer dans ses bras. Le ramener à elle dans tout l’égoïsme de l'amour, dans tout les cris et les souffrances qu'elle ressentait. Pourtant, elle ne l'avait pas fait. Et la voilà, toute engluée dans ses réalités mi-dites et son métier qui pesait de plus en plus lourd sur ses épaules.

Fuyu grattait les pavés irréguliers tandis que le souffle de June s'accordait doucement comme son sourire face à la proposition de son aimé disparu. Les choses sucrées, les pâtisseries comme des nuages. Des morceaux de chaleurs dans ses mains froides, un peu de baume sur leurs coeurs. Sans cette pensée amère qui lui trottait en tête « Sans doute a t-il emmené une fille avant toi, June ». Amère, trop amère.

-Oh ! Ca serai un grand plaisir. Nous devons gêner au beau milieu de la rue. La pâtisserie accepte t-il les chiens ? La pâtisserie anglaise me manque tellement, j'ai jamais pris de pause depuis un an. C'est un grand honneur que tu m'invites, je suis sûre que nous pouvons nous dire…

un souffle lent, une pensée qui vient de naître. Elle voulait dire « pleins de choses. ». Ca sonnait comme une accusation. Cela sonnait si mal dans son esprit. Pourtant, elle devait le finir malgré son teint rosâtre. Son courage qui lui avait manqué dans sa lettre avortée, elle allait le mettre ici.

-Beaucoup de choses. Cela ne te dérange pas ? Tu as peut-être des achats à finir après tout.

Elle s'était avancée, bien malgré elle. Dans une danse qu'elle connaissait par cœur. Une danse qu'elle avait rêvé parfois. Une main sur son bras, une inquiétude sincère dans son cœur. Tout pour lui, rien pour elle. Elle agissait comme si tout ça, rien ne s'était passé. C'était si naturel, il ne fallait pas. Pourtant, tout au fond d'elle, elle se sentait si bien. June se sentait complète pour la première fois depuis des années. Et sa main si froide, devenait curieusement si chaude.
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Lun 5 Nov - 20:55

An old flame still burning

ft June

Des achats à faire ? Comme s’il pouvait songer à cela maintenant qu’elle était là, tout juste retrouvée et déjà pleine d’inquiétants mystères. Il ne parviendrait pas à trouver le sommeil cette nuit s’il n’obtenait pas des réponses aux innombrables questions qui se bousculaient dans sa tête. Alors, les courses… Il contint son trouble du mieux qu’il put et haussa les épaules d’un air nonchalant.

Je ferai le mur un autre jour, ce n’était rien d’urgent.


Il avait fabriqué une cape d’invisibilité l’été précédant l’année dernière, ce n’était pas comme si les sorts de désillusion lui étaient inconnus. Puis, avec le temps, il avait déniché une paire de passages secrets des plus pratiques pour s’esquiver en douce.
Mais cette main sur son bras, elle lui fit éprouver un étrange frisson qui le ramena d’un coup à la réalité. Il l’observa un instant, puis releva un peu la tête pour croiser le regard de sa propriétaire. Les points d’interrogations se lisaient presque dans ses yeux.

Plutôt que de s’interroger encore plus, il se reposa sur les choses apprises étant petit et la débarrassa galamment d’un de ses paquets pour lui offrir sa main échange et la guider vers leur destination, leurs doigts entrelacés faisant renaître des souvenirs aux accents nostalgiques.

Ne t’inquiète pas pour Fuyu, ils ont l’habitude de voir des animaux bien plus étranges. Une de mes connaissances, par exemple, a une chauve-souris pour familier...


Quelques anecdotes de ce genre plus tard, ils étaient installés à une table de la petite pâtisserie et attendaient l’arrivée de leurs commandes. Se réfugier dans ces petites choses sans intérêt pour faire la conversation / combler les blancs / dissimuler son trouble face la fille qu’on aime encore, même si on est pas trop certain que ce soit une bonne idée sur le plan logique, parce que mine de rien le temps a passé (barrez les mentions inutiles).

On doit en parler, non ?


En même temps que sa part de gâteau au chocolat, les vraies questions débarquaient. Un peu flou pour un départ, mais ils savaient à quoi s’en tenir, tous les deux. Pour certaines choses, au moins, ils n’étaient pas idiots. Enfin, pas trop.

Tu veux commencer ou je le fais ? On peut aussi laisser ça au hasard, si tu préfères ?


Il était peut-être un peu trop direct. Peut-être aurait-il dû attendre la fin du dessert ? Mais il craignait de la voir s’éclipser et disparaître à nouveau durant des années et il ne voulait plus en perdre d’autres. Trop de temps gâché sans elle déjà. Enfin, ça, c’était si les choses n’avaient pas changé. Ils avaient besoin de se parler, de mettre au clair certains détails et aussi simplement d'échanger sur tout ce qui s'était passé depuis leur dernier moment ensemble, trois ans plus tôt.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Ven 22 Fév - 19:54

Les mots, les expressions. Tout cela semblait si étrange, si hors normes. Comme si tout se tapait contre son cerveau mou et adouci par Lui. Cela devait être aussi simple, sa main dans la sienne. Des rires comme des vagues, qui viennent s’écraser contre leurs inconscients. Simple, tout devait être simple. Elle aurai aimé être comme lui, dans Poudlard, à deviser avec lui de choses et d’autres. C’était l’ordre des choses non ? C’était ainsi que cela devait être. Pourquoi les dieux lui donnaient ce faux paradis ? Cet instant d’un bonheur idyllique pour lui retirer, pour lui planter dans son cœur ces doutes, ces soupçons, cette honte.

Je suis sa professeur, je ne peux pas. Je ne dois pas.

La route était cruelle, si courte sous leurs pas et les jappement de Fuyu. Elle aurai voulu que ça dure éternellement, qu’ils vieillissent ainsi enlacés et mains liées. C’était un vœu prompt, inconscient, incohérent. Mais un si beau vœu. Elle le chérissait, ses joues rougies par le froid d’un cœur brûlant. Ainsi, ils furent arrivés dans cette pâtisserie aussi chaleureuse que la demeure de Zepar.
Le malheur prit le goût d’un cheesecake au citron acide. Le malheur prit le son des discussions sans importantes, des petites anecdotes. June parlait, sans écouter. June riait sans sourire. Comment pouvait-il être aussi sublime avec du chocolat sur le menton ? Comment pouvait-il continuer à exister sans que les dieux le rappellent ? Amaterasu devait envier son éclat solaire. Ses moindres mimiques, ses moindres sourires, étaient des épingles enfoncées dans un cœur vif.
Elle aurai pu continuer à cacher, à mentir. A faire comme si, a réagir comme ça. Pour le bien général, pour ignorer les cœurs et ne montrer que les as. Mais il a commencé, il a lancé le pas. Il a franchi les fondations de cette Rome imaginaire, et June ne peut pas se résoudre à le tuer pour cacher son secret.
En parler ? Parler de quoi ? Parler qu’il aimait une autre ? Parler qu’il était gêné de la revoir ? Parler du fait qu’elle serai sa Senpai et sa supérieure ? Parler pour détruire un peu plus ce monde imaginaire ? Elle voudrai ne plus jamais parler, ne plus jamais dire quoi que ce soit. Toutes les vérités lui ferai mal. Tout les mensonges lui entailleraient le cœur. Elle pouvait en rire, de cet état de misère qui était le sien. Devant Edwyn, elle était rien car il était son tout.

Il fallait commencer, le courage lui manquait. Sa cuillère tintait sur la porcelaine de l’assiette, des miettes la contemplaient. Le fromage de son dessert coulait, fondant, avalant les petites miettes. Un spectacle grandiose, un spectacle qui semblait aussi familier qu’étrange. Petites mains de June qui attrapait son pantalon, le serrant. Petites joues de June qui devenait blanchâtres. Le courage sortait par les pores, à chaque mot dit.

-Je..je dois commencer. Je suis ton ainée après tout.

Un petit rire. Un rire qui lui arrachait la gorge. Elle honnissait son rôle, Senpai ne pleure pas parce que le senpai doit remarquer, pas se faire remarquer. Une magnifique ironie dans sa voix teintée d’un accent qui remonte.
-Ce n’est pas grave, tu sais. Tu es tellement…toi. Je voulais pas venir te voir, j’avais peur de venir te voir.
Les épaules tremblent, comme la terre de son pays.
-C’est pas grave, je suis heureuse de te voir. Je suis heureuse de savoir que tu vas bien. J’ai tellement eu peur, bêtement. Peur que tu m’ailles oublier, peur que je ne sois qu’un fragment de ton esprit. Finalement, c’est moi qui ne peut plus être à ta hauteur. C’est plus possible, je ne peux pas aller contre ce qui nous oppose.

Un renoncement, un regret. Le cœur qui se serre. Le monde qui s’arrête. La vue qui se floute. La respiration qui se stoppe. Le monde est si bleu désormais.
-J’en fais peut-être trop mais… je suis comme ça. Je m’embrouille, je te perds. Ce n’est peut-être pas ce que tu veux entendre mais… je ne sais pas en parler.

June s’incline doucement, une démission face à ce désespoir grandissant. Amour déchu est le pire des médicament contre celui-çi.
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Dim 24 Fév - 16:56

An old flame still burning

ft June

Il était perdu, confus. Rien de tout cela n’avait de sens. Il tentait de déchiffrer ce qu’elle lui disait, mais la confusion semblait être des deux bords.

Je ne comprends pas, June.


Ce qui les opposait ? Il n’y avait pas d’obstacles qu’ils ne puissent surmonter ensemble. C’était sa conviction profonde. Avec elle, il n’y avait rien d’impossible. Qu’est-ce qui aurait pu se dresser entre eux ?

Le temps a passé et nous avons peut-être changé, tous les deux… mais si tu es ne serait-ce qu’un tout petit peu la fille que j’ai connue lors de notre première rencontre, je refuse de renoncer à toi. Pas sans une bonne raison.


Et il n’y en a qu’une seule à ses yeux. L’unique raison qui puisse le faire renoncer à June avec laquelle il entrevoit un avenir. Avec laquelle il veut un avenir.

Est-ce que tu ne m’aimes plus ? Tu es tombée amoureuse de quelqu’un d’autre ?


C’est la seule chose qui puisse lui faire obstacle, la volonté de June. Tout le reste peut être contourné, surmonté. Mais si elle ne le veut pas. Si elle ne veut pas de lui, alors il n’y a rien qu’il puisse faire. Le monde est cruel, il le sait déjà, c’est ce contre quoi il lutte. Sera-t-il cruel à ce point ? Il espère que non. Parce qu'il en oublie carrément son gâteau. Si ça ne dit pas à quel point les enjeux sont élevés, rien ne le peut.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Dim 24 Fév - 22:31

Le rire aurai pas du être une réponse. June le sait. Le rire n’aurai pas du être la première chose à venir sur ses lèvres. Pourtant, ça a brûlé. Elle ?! Avec un autre que lui ? Ridicule, inconcevable. Il était le seul être à n’avoir jamais existé pour elle. Il était l’unique, le parfait, le merveilleux. Un existence qu’on ne peut pas calculer, qu’on ne peut que comprendre en l’ayant vécue.

Le rire ricochait étrangement comme un aveu. Des larmes habillées en hilarité mal placée. Pourtant, sa réaction était étrange. Ne savait-il pas pour elle ? Ne savait-il pas sa place ? Cette histoire sans queue ni tête d’une autre fille. Pourtant, June sous cette remarque étrange, elle ressentait un vieux démon. Elle revoyait ses rêveries, les yeux humides, d’Edwyn qui rit et parle à une fille sans visage. Le ciel est bleu, les oiseaux chantent, et la fille est pendue à son cou. June la pendrait bien par ses sourires agaçants. Avant de se réveiller et honteuse de son comportement, elle se taisait encore une fois.
Mais là, elle l’avait devant elle. Lui et son gâteau qui n’attendait que sa cuillère. Ses cheveux, elle aimait les toucher, les coiffer et décoiffer. Comme elle aimerait se pencher et mettre sa main dedans. C’est pas elle d’agir ainsi, mais le fil rouge était nouée. Elle aimerai une fois, et cette fois, elle l’avait gâchée. Consumérisme idiot.

-Non ! C’est pas ça ! J’ai…j’ai jamais eu personne à part toi.

Les mots sortent en japonais, langue plus intime. Langue qui complète ses derniers mots

- お前だけだ (Juste toi) 永遠に (pour toujours)

Il n’y avait pas de honte, car cela était vrai. C’était ainsi pour toujours. Il ne savait pas, elle devait le dire. Le jeu cruel avait une fin. Il comprendrait ? Ou pas ? Tout était flou et confus, mais les mots devaient sortir.

-Je ne peux pas parce que… parce que…

L’anglais se perd, le suspense monte. Ridicule. Tout sort d’un coup

-J-je suis désormais ta professeur, ta sensei. J’ai été prise à Poudlard en temps que professeur d’artisanat magique.

Une pensée, une dernière. « Au moins, je pourrai te voir tout les jours et ne jamais pouvoir t’atteindre ».
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Lun 25 Fév - 18:28

An old flame still burning

ft June

Edwyn était, en l’espace de quelques secondes, passé par tous les états de la matière. Enfin, façon de parler. D’abord rendu perplexe par le rire de la jeune femme, les mots qui avaient suivi l’auraient sûrement fait s’envoler s’il avait été moins maître de sa magie. C’était une bonne chose, toutefois, parce que la révélation suivante l’aurait probablement fait retomber aussi sec...

Oh. Félicitations, je suppose ?


Il s’abîma dans la contemplation de son gâteau à peine entamé. Celle-là, il ne l’avait pas vue venir. Et pourtant, d’une certaine manière, il était soulagé. Que ce ne soit que cela et pas quelque chose de plus définitif. Puis, il était encore sous l’effet de ses paroles précédentes. Juste lui. C’était un sentiment doux-amer qui l’étreignait. Elle l’aimait encore, mais ils n’avaient pas le droit de s’aimer. Cela dit, il y avait un point positif à tout cela. Bien que faible, il avait le mérite d’exister. En éternel optimiste qu’il était, il releva les yeux et avec un faible sourire, lui dit :

Tu sais, je ne vais pas être étudiant toute ma vie.


Et puis, était-elle sa prof durant les périodes de vacances ? Demander cela maintenant lui paraissait un peu trop audacieux. Ils auraient le temps de discuter. Une autre bonne chose dans leur malheur : elle allait rester un moment.

Seulement, il restait un détail. Le genre qui le dérangeait comme une épine plantée dans son pied ou une coupure de papier, si fine et pourtant si douloureuse. Elle n'avait jamais eu personne à part lui, mais il ne pouvait pas vraiment en dire autant. Certes, personne n'avait jamais compté autant qu'elle et à cette période, il croyait l'avoir perdue pour toujours, mais ça ne changeait rien aux faits.
Il se servit un verre d'eau depuis la carafe posée sur leur table et but longuement. Ça allait être long.

Si c'est à mon tour, je pense que j'ai beaucoup à te raconter. Des choses que tu dois savoir, d'autres que je veux que tu saches et... Il s'est passé pas mal de trucs depuis notre dernière rencontre.


Il allait peut-être tourner un peu autour du pot quand même, le temps de trouver les mots.

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
June Nakamura
Professeur d'Artisanat magique
Professeur d'Artisanat magique
June Nakamura
Messages : 19
Points : 73
Re: An old flame still burning ▬ June Mar 26 Fév - 23:45

June aurai pu tout arrêter ce jour là, dans cette pâtisserie. Enlacé Edwyn et partir très loin, très loin des responsabilités, de son félicitation étrange. Mais ce n’était pas possible, il fallait trouver des alternatives. Elle avait jamais pensé ainsi à un futur, trop englué dans un présent tragique. Un goutte s’échappa du bout de ses cils, un soulagement temporel. Tout n’était pas perdu, tout n’était pas oublié.

Si un jour, June aurai voulu accélérer le temps. C’est bien celui-là. Elle s’imaginait déjà, applaudissant à tout rompre pour la remise de diplôme de Ned. Elle s’imaginait déjà pouvoir l’aimer, pouvoir recommencer comme avant sous les cerisiers. Mais, l’aimerait-il encore à ce moment ? Elle ne le savait pas, elle imaginait toujours l’autre fille. C’était viscéral, c’était évident devant lui. Il ne pouvait avoir eu personne d’autre. Mais il devait pas sinon, son cœur n’allait pas le supporter. June n’était pas stupide, non, loin de là.

-J-je me doute que tu ne seras pas étudiante toute ta vie, Ned. Mais, j’ai quand même, tu sais…, enfin…

Elle aussi jouait avec les mots, ses tresses balayant ses épaules nonchalement. L’autre fille devait être plus assurée, plus forte, plus belle. Elle ne mangerai pas un cheesecake avec du chocolat, elle prendrait un baba au rhum. Jalousie, jalousie qui mord son cœur. C’est un poison qu’elle aimait détester.

Son regard se durcit brusquement, chaque pavé à l’extérieur semblait être une injure. Pleurer ou vomir ou crier. Peu importe sa fille, peu importe ce qui s’est passé, elle doit s’incliner. Le bonheur de Ned avant tout, son univers avant le sien. Les lèvres gercés de ses dents qui sont venues les gratter.

-Les étudiants ont besoin d’une vie d’étudiants. Je me doute que…que vu comment tu es… tu as d’autres. Plus que je peux le supporter… Tu sais, je ne veux pas te forcer à choisir ou à ne pas choisir. Simplement ton bonheur est plus important pour moi.

Le monde pouvait continuer ou s’arrêter, elle en avait plus rien à faire. La voix tremblait, trahison vibrante de son état mental.

-Mais tu peux m’en parler, si tu en as envie. Je t’écouterai toujours.
Voir le profil de l'utilisateur
Edwyn Ollivander
Vieux aux chats
Vieux aux chats
Edwyn Ollivander
Messages : 594
Points : 1322
Re: An old flame still burning ▬ June Jeu 28 Fév - 15:23

An old flame still burning

ft June

Les étudiants ont besoin d’une vie d’étudiants. Huh ? C’était quoi, une vie d’étudiant ? Depuis son année autour du monde, il ne se sentait pas vraiment partie intégrante de cette catégorie. Il avait parfois l’impression d’être un touriste, quelqu’un qui prenait comme un jeu ce que d’autres considéraient avec sérieux. Il était là parce que c’était pratique, pas par nécessité. En fait, si ça devait vraiment simplifier les choses entre eux, il était même prêt à arrêter.

Mais ce n’était pas ce dont elle voulait parler. Et son esprit si brillant pour décrypter les arcanes de la magie mit un peu de temps avant de réaliser le sujet réel de cette conversation.

Ah...


C’était le sujet qu’il voulait aborder, en partie, mais pas comme ça. Au passé. A l’époque où il avait cru ne jamais la revoir. Maintenant, c’était différent. Pourquoi aurait-il eu ce genre d’intérêt pour quelqu’un d’autre alors qu’elle était là ?

Je ne suis pas sûr de vouloir de cette vie d’étudiant là. Avant, quand je croyais t’avoir perdue, oui. Mais même à ce moment là, ça n’a jamais été pareil.


Jamais comme avec elle. Il haussa les épaules. Ce genre de chose ne lui serait même pas venu à l’esprit. Il s’imaginait la souffrance qu’il ressentirait à la voir avec quelqu’un d’autre alors qu’elle était juste sous ses yeux. Une véritable torture et la porte ouverte à des actes qu'il aurait probablement à regretter plus tard, fruits du poison qu'était la jalousie.

Mon bonheur, il est avec toi.


Qui d’autre ?

DEV NERD GIRL

Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Re: An old flame still burning ▬ June

An old flame still burning ▬ June
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Burning Heads
» JUNE DU CAMELEON
» Les cerceaux de Sacred Flame ♥
» Lozane's Burning - 14.01.2012
» [Manon Fargetton ] June - Le Souffle Tome 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Pré-Au-Lard-
Sauter vers: