(fini) quelques mots (lune)

Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
(fini) quelques mots (lune) Mer 20 Mar - 19:40



silly banter make minds wander, about what could be done to make the world better


quelle place que le troisième étage pour avoir un débat, owain. sans sens à vrai dire, ça arrivait, il avait lancé le sujet et défendait une idée qu'il trouvait grotesque pour le peu de solutions qu'elle créait. au final, c'était une bonne proposition, et il fallait faire avec, ce malgré les pamphlets qu'il pourrait écrire. assez rapidement owain s'était rendu compte que c'était une capacité indispensable pour survivre : énoncer sans y croire complètement. car au final il était insatisfait de la situation de certains moldus à poudlard.

((et il pourrait argumenter pourquoi c'est sa place d'en parler ou pas, en tant que sorcier qui eut pu être témoin de violences envers moldus et en tant que sorcier justement qui parle de moldus à leur place alors qu'il n'a pas idée de ce que c'est directement))

couver les moldus va pas les protéger de rencontrer des sorciers mal intentionnés c'est dit comme la chose la plus simple au monde, s'accompagne d'une expression sobre, de celles qui s'ajoutent aux remarques évidentes

un semblant d'épaules haussées, à vrai dire c'est plus ces bras et des doigts détendus qui accompagnent un owain contemplatif. il fait mine de pas voir les regards de ceux qui vous trouvent bruyants. mais croyez le, s'il se mettait à "signer" ça serait pas mieux.

ton mindset est plus dangereux pour eux. poudlard c'est le moyen le plus rapide pour les jeunes moldus et sorciers d'être directement en contact dans un setting relativement pacifiste. les séparer ferait que renforcer la discrimination et le sentiment qu'ils soient pas faits pour vivre ensemble

à noter qu'il disait rapide, et non pas qu'il s'agissait de la meilleure solution. toute cette quincaillerie qu'est la complexité des interactions humaines construisait autour d'eux un système plein de fautes, qu'il défendait pour un potentiel plutôt que pour son apport de solutions immédiates. parce qu'un système qui mélange tend à un exemple d'homogénéité, et si en pratique c'est pas aussi simple de relier ce qui diverge trop sur papier, ça a de l'attrait.

on traite comme normal l'existence d'opprimés comme tant d'autres qu'ont trouve dans des écoles du monde ou à la télé. les professeurs souvent dépassés ne peuvent pas plus faire que les parents qui envoient se faire scolariser leurs enfants dans un bien cruel environnement pensant les avoir préparés pour tout encaisser. les circonstances sont souvent bien plus compliqués que cela, qui plus est, histoire de familles, d'honneur, d'hiérarchie, idéaux qui clashent, malencontreuses mauvaises expériences étouffées au prix de sourires parce que ça plait plus que la vérité, la confiance en soi en développement : ce phénomène de passage d'adolescence à l'âge adulte si redoutable a de quoi fasciner.

et owain songe. le truc avec l'intégration, ça prend du temps. bien trop lentement qu'il n'y ait pas de "victime du système". la race humaine avait ce truc avec les erreurs répétées. il suffisait de voir comment était poudlard. une mini société avec des acceptés, des rejetés, des adulés, des oubliés, une panoplie de personnages avec leurs histoires auxquelles tous n'auront jamais vraiment accès. tout ce potentiel à aimer à détester, une vie comblée, complexe contient des deux de par cette logique des sorciers et des humains qui se maltraitent est inévitable autant qu'il existe des raisons pour vivre.

((ces détails font partie de ce qui font certains : une haine sans voile, un respect enterré, quelque fois c'est même caractériel. owain y reste détaché même si compte parmi son entourage ceux là. le serpentard est trop occupé à voir ça comme une partie de certains inchangeable et intéressante car personnelle et quelques fois même compréhensible. loin de lui le droit de dire si c'est justifiable, cependant.))


hrp: @Lune Choi j'ai pris quelques libertés j'espère que ça te vaa lilibel ▬ février irp


Dernière édition par Owain S. Baxter le Mer 17 Juil - 3:16, édité 1 fois
Lune Choi
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Lune Choi
Messages : 62
Points : 198
En couple avec : archibald ????
Re: (fini) quelques mots (lune) Dim 31 Mar - 0:03


j’aimerai t’écouter. toi, et ta -sans doute jolie voix. j’aimerai te donner mes oreilles comme je t’offre mon temps, oublier un large instant comme tu sembles particulier, à tant te donner à l’élocution. j’aimerai croire que c’est ainsi que la vie se passe, lorsqu’on décide de penser qu’on ressemble au commun des mortels. et pourtant, il y a des jours, comme celui-ci, où j’ai mal, de croire, de voir, de constater, que jamais je n’entendrai les plaintes les mots doux les reproches, ni même les beaux débats.

trop concentrée sur tes lèvres qui me livrent mille jérémiades, j’avais laissé de côté toutes mes envies pour simplement m’armer d’arguments en tout genre. je n’ai pas la prétention de gagner le combat, je n’ai d’ailleurs pas la prétention de vraiment mener bataille. mais il est bon, owain, de te croiser en ce vaste couloir, et, pour un temps, de tergiverser sur tant de problèmes bien trop oubliés.

tes avis qui divergent des miens font rire mes souvenirs. il y a tant à dire, tant à régler en ce bas monde, et nous voilà trop occupés à débattre sur l’affectation des non-magiques en des lieux si particuliers. tu fais bien, garçon, de t’attaquer à moi. tu fais bien, car munie de magie, j’ai pourtant beaucoup vécue en tant que moldu.

alors je me lance, pour te répondre. je saisie ma baguette, lâche un flambios et fait tracer dans l’espace des lettres de feu : tout ceci traduira mes pensées, d’une écriture aussi sublime que lisible.

« tu as raison. pourquoi ne pas les laisser subir la pression magique dans l’univers simplet qui leur appartient ? c’est ton mindset est mauvais, car tu es en position de domination. de quoi voudrais-tu les protéger, si on réduit les dangers ? écoute, owain, je sais de quoi je parle. j’ai vécu des moments plus paisibles dans mon village de moldu que dans cette école où grouille magies en tout genre. »

une pause me vient.
oserais-je avancer l’hypothèse qui me vient en tête ?
oh, et pourquoi n’oserais-je pas.

« c’est une question d’éducation, et encore. il y a fort à croire que les serpentards sont foncièrement mauvais envers les non-magiques. c’est un fait, une statistique. je ne connais aucun moldus qui craignent un serdaigle. »

si téméraire comme une agression j’ai sur mes épaules toutes les conséquences de mes propos : et je me tiens droite, presque fière. je suis prête et j’acquiesce en relisant mes mots. rien de plus vrais que de simples faits, au-delà des spéculations que mon interlocuteur aimait émettre.

« la discrimination est un fait qui vient des oppressions. pourquoi se sentir oppresser ? simplement car ils n’ont pas de pouvoir ? mais pourquoi croire qu’être non-magique, c’est ne pas correspondre à la norme ? c’est fort, la discrimination, owain. il faut faire attention à comment tu utilises ce mot. »

mes bras se croisent tandis que mon épaule droite se tient contre le mur. je te regarde, peut être trop sérieuse, et t’offre, au-delà du dédain, une remarque de trop

« et pa-le moins vite, owain. j’entend pas. »

sublimée par ma voix.
Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: (fini) quelques mots (lune) Dim 7 Avr - 16:45



silly banter make minds wander, about what could be done to make the world better



((regard rivé sur ses lettres de flammes, il se dit naïvement qu'il aurait voulu t'entendre t'épancher sur ce que tu tiens à coeur. y donner un ton et le maintenir. parce qu'être née moldue t'armait d'arguments et d'une voix qui pouvait parler plus personnellement d'un tel débat. il est certain que tu brillerais d'une beauté sans semblable. owain souriait face au "tu es en position de domination" mais tu ne lui dis pas pour autant qu'il n'avait pas son mot à dire à cause de ses avantages. et c'est quelque chose qu'il apprécie.))

les serpentards. sa couleur. et si les arguments visaient son groupe, owain acquiesçait lentement. au vu des valeurs chantés par les verts, peut-être. l'ambition est bien belle, également lorsqu'elle se faisait par l'écrasement de ceux différents. il avait cet drôle de fascination pour ceux qui en était capables, celle humaine de l'agenouillement devant le pouvoir.

justement lune, c'est l'éducation, le problème. ce qui pousse ces serpentards comme tu le dis à agir vis à vis de ce qu'ils ont inculqué. c'est qu'ils n'ont pas grandi dans un contexte qui favorisait la coexistence des deux groupes. et aussi qu'ils persistent dans ce qu'ils connaissent. mais ça peut être malléable, parce qu'il s'agit de mentalités. ça se change. avec du temps certes...

owain comme arrêté se rend compte que son débit avait accéléré par enthousiasme. il s'était tourné vers la serdaigle avec tout l'engouement du monde, une expression sérieuse parce que le sujet s'y prêtait mais sinon de quoi en perdre plusieurs : dont elle. et lui, n'avait pas l'habitude de faire dans la demi-mesure à propos de quelqu'un qu'il savait comme différent (à moins qu'on lui demande) parce qu'il trouvait que ce serait insultant d'assumer.

désolé, signé, du poing droit en cercles contre son torse et cet air maladroit. après ça il sourit un peu bêtement, simplement avant de reprendre ce qu'il disait

si du jour au lendemain on se retrouverait à poudlard comme avant l'intervention des scamander y'aurait pas de future génération promise à un avenir ou des sorciers et des moldus vivraient en connaissance de l'autre groupe. pas de génération pour qui cette coexistence consciente est possible, donc. et pas moyen que ça change les mentalités, non plus.

oh loin de lui l'intention de changer les gens maintenant, là sa faute peut-être. par peu de prétention à jouer le social justice warrior, mais à priori par flemme, ou que ce soit pas son style. il attendrait, attendrait parce qu'il estime qu'entre ses mains il n'y a que le moyen de réparer les dégâts d'années d'idées inculquées à ses camarades, empêcher ce qu'il arrive à voir dans ces violences tues entre des murs et espérer que les générations qui suivent soient plus clémentes car nées dans un environnement prône à l'appel de la compassion.

c'qu'il faudrait tu vois, c'est des lois qui passent au ministère de la magie et communes avec le gouvernement actuel. des lois protégeant cracmols, moldus, sang-mêlés sans distinction de violences portées contre leurs semblables ou de propos incitant à la haine sous peine d'amandes ou emprisonnement, de bannissement de notions comme "sang-mêlés", "sang de bourbe" et "sang-pur" ou "traître à son sang" du vocabulaire courant...

il s'étale, passé de la question de la condition moldue et sorcière à celle de la question même de pureté dans le sang des sorciers. owain se ressaisit.

...j'ai mal aux mains un peu

manque de pratique à fort priori.


hrp: @Lune Choi arguing is fun ▬ février irp
Lune Choi
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Lune Choi
Messages : 62
Points : 198
En couple avec : archibald ????
Re: (fini) quelques mots (lune) Lun 8 Avr - 1:42


c’est… particulier, owain. si étrange, même. d’être aux côtés d’un homme, sans vouloir... enfin. et tes lèvres… ne pas me pencher pour les embrasser… ah, c’est agréable. exceptionnellement, de m’éloigner de mes faiblesses…

à vrai dire, ça m’a toujours semblé compliqué de papoter -avec autrui.

mais à te lire, au-delà de toutes situations, les serpentards n’ont jamais été que des sorciers. à te lire, les sorciers en verts n’ont jamais vécu la moindre seconde de leur enfance à côté d’être sans magie. à te lire, les soi-disant méchants de poudlard peuvent justifier leur comportement de par la splendeur de leur sang…

et tu parles, owain, tu parles sans bégayer je le sais, mais plus rien ne parvient à traduire tes pensées. je plisse les yeux, penche un peu la tête, et, soudainement, tes lèvres cessent. j’ai envie d’être triste mais tes mains, à l’heure tour, me captivent. oh, owain. y’a-t-il une chose que tu ne sais pas faire ? j’y répondrai.

ta main droite fait son chemin et il y a ce sourire bon enfant qui s’accapare de mon visage, terriblement trop heureux face au tien. c’est insensé ? qui ici-même dans une école où tout se règle par la beauté des sorts, pouvait prétendre discuter sans ouvrir la bouche ? toi, visiblement.

et plus palpitante plus intéressée encore, transportée tant par tes efforts que par ton vocabulaire si varié, je crois vivre la meilleure des vies : celle où je peux diriger les mots sans avoir à me soumettre au son, et je signe à mon tour.

« mais owain, les règles ne sont-elles pas la traduction la plus littérale pour exprimer l’inégalité ? il devrait être naturel que la cohabitation soit parfaite. je veux dire, c’est particulier, de devoir compter sur les lois pour ne pas être piétiné ? y’a-t-il dans la justice, un quelconque arrêt qui stipule « oh non jamais un moldu ne doit torturer un sorcier. » ? et pourtant, vois-tu, rien que dans cette école, un seul sorcier qui subisse les foudres d’un non-magique ? »

et moi qui pensais que je n’aurai pas à m’approcher. mes mains saisissent ton poignet droit, et mes doigts grimpent, doucement, pour fermer ton poing, avant de le poser contre ton torse, plutôt vers la gauche : il y avait bel et bien une chose que tu ne savais pas faire. t’excuser correctement. oui owain, car je suis capricieuse et, dans ce monde de sourd, si tu me voles mon élocution alors je me dois, au moins, de t’apprendre la perfection.

« et moi j’ai mal aux o-eilles ? »

mauvais plaisantin. j’avais déjà ranger ma baguette lorsque tes mains parlaient pour toi, sans doute inconsciemment pour me donner cette image trop parfaite de moldu, abattue par un handicap si lourd qu’il ne prêtera jamais à la rigolade… et je ne souris plus. car le sujet est grave et tu ne sembles pas te plier à ma juste pensée. que faut-il pour te convaincre ? jouer en signant ne fera pas de nous les plus fidèles amis de cette académie, mais concéder à la raison pourrait nous rallier à une cause légitime. dis, owain, toi, et moi, dont le sang ne diverge pas tant, pourquoi ne pas nous comprendre ?

« sans ta baguette, penses-tu que tu au-ais la même assu-ance ? quel so-cier est-il pa-faitement à l’aise sans son bâton de bois ? faut-il que j’aille fai-e un sondage aup-ès de la population non magique de not-e école, pour te p-ouver quel mal -ode sur eux ? owain ils n’ont pas besoin de nous et nous pouvons limiter toute so-te d’ag-ession, simplement en les laissant viv-e en paix. »

pourquoi ne puis-je t’atteindre avec toute ces vérités pourtant si simplettes ?

« owain… je suis p-atiquement sû-e que tout était mieux sans not-e inte-vention. pou-quoi le nier ? »
Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: (fini) quelques mots (lune) Sam 13 Avr - 17:15



going to give it to you, in capital letters



peint sur cette bouille une esquisse amusée qui à la remarque de sa camarade s'étend si naturellement et sans son consentement qu'elle tire ses traits si fort qu'il doit le cacher derrière une de ses mains. le contact n'est pas rejeté, constaté d'un "oof", une surprise plutôt entre deux mouvements de poignets, lune aux réponses qui miroite les siennes est appréciable, un peu à son image, pense le serpentard. mais il sait qu'il ne trouverait pas cet échange enrichissant si elle cédait à ses vérités. vert qui masque ça derrière un soupir, rit avec candeur et douceur.

((owain ne prenait rien de cette moue de moldue en prise avec son handicap, parce qu'il connaissait lune maligne, un peu comme ce meilleur ami qui se jouait de sa propre condition pour se moquer de lui lorsqu'il s'excusait. à terme, le serpentard s'était dit que c'était du cas par cas et à qui ce genre d'humour allait, aussi mal qu'il soit, il garderait assurance))

me signe pas sur un ton pareil, je risque d'être véxé

semblant de menace taquinée disparaît presque aussitôt avec son sourire à elle.

d'un sérieux qui pourrait méprendre à un oeil externe sur cette table où gisent leurs valeurs, la serdaigle. owain concentré sur les points avancés avait le coeur emballé de la beauté de tous ses mots, un amour pour l'échange réel avec l'adversité qui essayait de le charmer de son côté avait de quoi plaire. c'est flatteur, parce qu'il a la preuve avec la confrontation de la solidité de ses arguments, tout en étant présenté à un avis qui en disait bien long en face. lune lui présente la protection de moldu dans cet état présent où, le monde favorise les sorciers si particuliers et déjà en tension les uns les autres sur la valeur de leur sang s'appuyait sur une réalité dont tous avaient plus ou moins conscience. lune pour qui les moldus, à l'entendre ne seront jamais que ces êtres inférieurs face aux sorciers, qui sont mieux gardés dans l'ignorance. le blond trouve en face de lui un cynisme insoupçonné, comme un "il faut se séparer pour leur bien parce que ce rapport de domination ne va jamais changer, écoute, owain c'est pour eux" sussuré, ou un "à quoi bon des règles quand la plupart des statistiques montrent que les violences ne se font que dans un sens ?" signé à propos de persécution des sorciers.

((mais à vrai dire, il y avait qu'à voir le traitement de sorciers dans certaines familles moldues, ou ces né-moldus pris entre leur sang de sorcier et "de bourbe" à leur place ni d'un côté ni d'un autre))

à terme, meme s'il y avait séparation, la violence continuerait. entre moldus. entre sorciers. le problème serait le même, mais concernerait plusieurs individus d'un même groupe.

non parce que je veux ma place parmi ces moldus, et j'estime qu'ils ont leur place avec moi s'ils le souhaitent. j'ai pas à me sentir ségrégué parce que des petits cons sont pas foutus de garder leurs torgnoles et sorts pour eux ou incapables de nourrir leur ego d'une autre manière que celle-ci

...et si pour une raison ou une autre c'est moi qu'on accuse avec preuve de perpétuer des violences contre moldus et que ça se répète

il hésite.

c'est là que t'intervient.

Tu peux m'arrêter.

Parce que c'est plus qu'un débat politico-social-éducatif autour de la condition moldue dans l'univers, plus qu'une dualité sorcier-moldue avec des protégés dans le secret et des protecteurs (ou s'y mêlent également cachés des agresseurs). Un moldu à poudlard est vulnérable il est vrai, mais autant qu'il existe de sorciers aux intentions de mal faire, ceux qui ont à cœur la volonté de les protéger agiront toujours en leur sens. Les moldus eux-même sont bien au courant de leur condition si particulière en cette école si étrange et peuvent s'allier pour survivre... ce jusqu'à ce qu'ils y apprennent à vivre sans crainte. quant à ses sorciers conscients de cette différence de gêne, et prêts à endosser le rôle de gardien le temps qu'il faudra pour que ça aille (pas forcémment parfaitement) mieux, ils font office d'alliés qu'il ne faudrait pas sous-estimer. C'est là la promesse d'Aileen, il croit, la promesse d'un avenir meilleur.


hrp: @Lune Choi arguing is fun ▬ février irp
Lune Choi
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Lune Choi
Messages : 62
Points : 198
En couple avec : archibald ????
Re: (fini) quelques mots (lune) Dim 14 Avr - 0:25


c’est à se demander si le débat se veut constructif ou ludique. tu souris comme un ange alors que je te reprends : tu n’es pas mauvais owain et je ne comprends pas la couleur qui t’habille – le vert te va si mal. la candeur de tes vannes cultive l’intérêt sentimental qui me prend. oh tu persistes et dans cette piètre mêlée, rimes les négations sans véritablement chercher la moindre approbation. je pourrais te donner des nombres que tu ne voudrais pas le nier. tu pourrais me donner des faits que je n’imaginerai même pas les ignorer.

alors quoi, owain ? quelles peuvent-être nos armes face à nos pensées trop coriaces…

« ne me signe pas sur un ton pareil », et j’aimerai te dire merci.
d’être considérant et sans retenue, d’être insolent et trop poli.

tu ne siffles même pas. le reptile silencieux.
ta cravate t’irait peut être mieux, en bleu.

« vé-qu-sé… » mes yeux comme mes songes trouvent refuge dans un coin de tes pupilles, avant, bien trop curieux, de plonger leur attention sur les courbes de tes lèvres.

et t’as l’air assuré, déterminé, conscient de tes jolis mots comme de belles utopies accessibles. c’est comme si les galères de ce monde glissaient sur tes songes. tu étais imperméable aux pires sensations qui nous guettent. rien ne va et tu sembles raffoler d’idées trop parfaites qui n’ont que l’art d’être belles.

tu vis dans un monde owain où chute la terreur. tu me parles de ségrégation, à ton insu. tu crois protéger ton cœur et tes pensées par quelques raisons hasardeuses, vacillants en face à face avec la vérité. j’aimerai, en quelque sorte, te réveiller : « des petits cons » ? une masse donc, suffisamment pour ne pas les compter, de quoi laisser le doute t’accaparer, de ses deux mains, bandant tes beaux yeux pour te faire cracher.

car tu admets



ne pas être imperméable ?

comme un oppressant en devenir, face à un fait inéluctable qui frappe tout à chacun dès lors que la magie s’entremêle à notre sang d’innocent. futur coupable presque prêt à négocier la rédemption, et mon sourire, balayé, s’éteint.

le silence de mes songes fait ravage.

owain ? peut-être ta cadence dépassait mes lectures et, peut-être n’avais-je pas compris la simplicité de tes mots ? peut-être le malentendu s’hérissait, fier, indépendant, se moquant de mes capacités limitées. peut-être devrions nous reprendre le papier, signer pour de bon, s’abstenir de nous contenter…

peut-être ne voulais-je comprendre que le sens qui me faisait reine.

et je te dévisage, inévitablement.

moi qui ne discernait plus les couleurs olives de tes vêtements, soudainement, elles éclatent.
j’ai voulu résonner un serpentard ? me convaincre maladroitement qu’il était faisable de changer les natures ? était-ce si normal, comme encré dans nos indénombrables vies, que les femmes et garçons teintés de verts ne représenteront que le tonnerres d’un ciel enragé ?

« mon inte-vention ? »

la phrase était concise,
tellement,
que ma réaction se fait instantanée.

agacée par ce semblant d’aveu, j’appuie mon indexe contre ton épaule, bien consciente que la longueur de mon ongle trouvera sa place au creux de ta chair.

« tu es censé me p-ouver qu’on est capable de viv-e sans s’acha-ner, et tu me demandes de su-veiller tes imminentes bêtises ? owain à quoi tu joues. »

sans interrogation non car de réponse, pour cela, il ne pouvait pas y en avoir.

« tu dis qu’il faud-ait continuer su- cette lancée, inviter plus de monde au sein de notre unive-s pa-ticulier, tout en m’avouant qu’il n’est pas impossible, qu’un jou-, au hassa-, non, au hasa-d, tu rependes la foud-e de ta colè-e ? »

le ton monte en cadence et je sais bien que j’ai l’air bête, à parler si mal, et si fort.

« veux-tu que je m’amuse dès aujou-d’hui à te taper à chaque coin de couloi- ? veux-tu que j’agite ma baguette sans un instant de -epos, pour mou-i-e de -i-e pendant que tu c-ache-as des limaces à tout va ! »

j’aimerai me taire pour ignorer ma gêne… un quiproquo n’est peut-être pas loin ?
mais je n’ai que la rancune pour complice, dans les tracas de cette vie.
désabusée par le tournant de nos mots je l’avoue,
je m’emporte, dès lors que mes mains défirent ta cravate sans trop réussir à te la voler.

non owain, le vert ne devrait pas t’aller.

« ce se-a pas la peine de chouiner owain, je t'entend-ai pas ! »

et tom,
et ses cailloux.
et tom,
et ses insultes.

comme un traumatisme latent.


Dernière édition par Lune Choi le Jeu 18 Avr - 16:14, édité 1 fois
Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: (fini) quelques mots (lune) Dim 14 Avr - 12:27



going to give it to you, in capital letters



...

ok ça aurait pu être

ehm

bon

t'as fais le con ok

mais perds pas la face, owain.


jamais il n'a été question de continuer sans s'acharner. j'dis pas que tu n'as que ça à faire, ou que t'arriveras à arrêter ceux qui font du mal aux autres à chaque fois, toi ou moi ou n'importe qui. mais on en est là aujourd'hui, et s'il y a des gens pour protéger ses moldus, tu penses pas que c'est au mieux ? on peut faire que c'qu'on peut. et j'sais qu'on dirait que c'est pas assez. 1er mot comme craché, owain qui n'aimait pas qu'on prétende connaître ses intentions.

une carte blanche. il sait qu'il laisse la carte blanche à bien d'autres violences avec cette mentalité. que n'essaieront que ceux qui voudront améliorer les conditions de vie de ceux du "bas de la chaine alimentaire humaine". la bienveillance est frêle, fuyante et éphémère. mais il se persuadait qu'il n'y avait pas que ça. que les opportunités du nouveau présenterait bien des problématiques et de solutions sur lesquelles il n'avait pas encore de mot, actuellement mais qui, sujettes aux réflexions d'autrui verront bien des esprits pensants se pencher à leur sujet. owain qui ne se voulait pas juste ce serpentard qui refuse de voir la logique derrière un avis qui lui était différent, avide de raison comme il l'entend.

...même si les moldus étaient séparés des sorciers, ils rencontrent tout autant de violence les uns entre les autres. des persécutions y'en a de toute forme, du bully de classe au cyber-harcèlement, des agressions sexuelles jusqu'aux viols non reportés à la police. ça va jusqu'à des fusillades dans les établissements scolaire au terrorisme béant qui menace un tas de pays et de vies. le problème est le même. tu proposerais pas qu'on les ségrègue entre eux, si ? tu veux que ça se trie comment au juste ?

à vrai dire il n'avait qu'à voir comment fonctionnait encore l'immigration en amérique pour avoir une idée de comment se faisait ce tri. il avait 10 ans quand le décret présidentiel 13769 fut signé, owain dont la maman s'inquiétait des familles brisées par un tel décret lui avait marqué l'esprit. après tout, quitte à protéger les moldus il faut y aller jusqu'au bout, les protéger d'eux même. c'est pas écrit sur la tête des gens qu'ils changent, qu'il s'agisse de se radicaliser ou quoi qu'il soit et le plus souvent ceux qui cachent mieux leur jeu sont des plus à craindre.

((et owain dont la main saisit ton poignet de sa main droite, lune, serre des dents au contact de tes ongles dans sa chair. il oublie le couloir du troisième étage dont on chante les louanges des silences et des soupirs, et il oublie les gens autour, il n'y a que toi.))

...je me dis avec la présence de legilimens, sonder les mémoires pourrait être d'une grande aide à la justice moldue, elle permettrait de prendre sérieusement plus de plaintes portées. j'pense à ces jeunes femmes qui sont tej par des officiers qui les prennent pas au sérieux quand elles disent être agressées ou des crimes plus gros encore. je pense à ceux pas capables de parler qui pourront plus clairement montrer en quoi ils ont été sujet à des violences.

il aurait aimé laisser ses mains parler, parce que s'accommoder il pouvait, oui, il s'en plaindrait jamais sérieusement, de manière déplacée peut-être même si ses propos sont plus dangereux que cette manière innocente qu'il a de la poser. parce qu'owain, ce n'est pas que l'intention qui compte, les actions doivent être mesurées, pensées pour autrui, malléables pour être modifiées à sa guise pour se faire comprendre au mieux. là la clé de la communication des plus fines.

c'est pas ce que tu veux, toi aussi ?


hrp: @Lune Choi arguing is fun ▬ février irp
Lune Choi
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Lune Choi
Messages : 62
Points : 198
En couple avec : archibald ????
Re: (fini) quelques mots (lune) Jeu 18 Avr - 16:47


et je t’ai lâché.
comme un espoir qui s’émiette et dont le touché ne signifie plus rien.

parce que tes mots eux aussi se dispersent trop pour que je puisse en saisir tout le sens. à quoi bon ? à quoi nous jouons. croire qu’à papoter entre deux murs fera naître entre nous plus de solution que de tension ? et il y a tant de problème, que tu te caches avec. à parler des moldus persécutés par nombre de sorciers, tu préfères rétorquer qu’ils se persécutent entre eux. à parler de protection on en vient finalement à promouvoir la violence incessante, peu importe la société.

ça me tue. mais mes yeux te fixent avec plus d’attention et de colère que lorsque les cailloux pleuvaient sur mon dos comme d’immenses frappes insurmontables.

et tout me dépasse.
parce qu’égocentrique oui j’ai toujours eu tendance à promouvoir mes problèmes face à ceux des autres. parce qu’égoïste je l’avoue, j’ai souvent préféré parlé des soucis qui m’incombent personnellement, avant d’oser parler pour autrui. parce que simplement moi et petite face au monde, dont le nom trop gros écrase mes ambitions trop simplette, j’ai perdu trop d’espoir en voulant croire aux petits miracles.

mais ta main qui me tient,
ah, owain.

c’est déraisonnable, cette persuasion par les sentiments.

« bien sû- que je veux le meilleu- pou- tout le monde… » et je l’ai prié si fort lorsque je n’étais qu’une enfant. et pourtant ? « pou-quoi tu tiens absolument à mêler deux mondes si diffé-ent… il y a la justice pa- les lois, et tu veux su-plomber tout ce qu’ils ont bâtis avec tes p-incipes de magie…[/color] » mais si tom s’était dénoncé sous l’influence de quelques sorts je n’aurai pas été plus satisfaite pour autant. « occupons nous déjà de… »

et je suis lassée.
de mes mots qui sonnent faux de mes paroles si durement rejetée, de ma voix qui, surement, me dévalorise et de mes r, qui ne verront jamais le jour.

à trop parler, finalement,
je n’ai plus envie de rien dire.

je dégage ma main, et signe, sans aucun doute trop vite, sous cet air contrarié.

« comme la plupart des sorciers en verts forcément, tu veux changer le monde pour qu’il soit plus esthétique à tes yeux. il faut que la magie règne et qu’on impose à toutes et à tous une justice toute nouvelle, même si pour cela tu dois défaire toute leur culture ? te souviens-tu de la colonisation ? as-tu en tête ne serait-ce qu’un peuple satisfait des massacres du passé, afin qu’il devienne le peuple moderne qu’il est aujourd’hui? alors que feras tu de ces gens qui ne veulent pas que tu interfères dans leur vie ? bon vent ? ou taisez-vous, obéissez ? la question principale que tu sembles omettre n’est pas de savoir ce qui est le mieux, mais ce qu’ils veulent. la société est injuste. pour nous comme pour eux. deviens auror owain si tu veux te faire bon samaritain. mais pour le moment je préfère t’appeler colonisateur. »

et tu vas m’en vouloir, d’être si direct ?
tu vas m’en vouloir, d’être devenue si froide ?
tu ne vas plus parler avec moi, maintenant que j’ai signé si férocement des mots trop atroces ?

« c’est pas ce que tu veux, toi ? »

alors qu’on s’aimait bien, je crois.


Dernière édition par Lune Choi le Jeu 18 Avr - 21:13, édité 1 fois
Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: (fini) quelques mots (lune) Jeu 18 Avr - 20:59



going to give it to you, in capital letters



((pourquoi ? peut-être instinctivement parce que c'est du jamais vu. pense à toutes ses opportunités, toutes ses évolutions à portée de main, peut-être en effet pour satisfaire cette idée qu'il se projetait, somptueusement superficiellement égalitaire. et toi, lune, il te prendrait tout entière, commençant par tes mots, puis tes paroles puis ta voix, cette chair à l'odeur de sang de bourbe qu'il paraîtrait, tout ce qui fait que tu peux lui tenir tête si ardemment.

et on dirait que ton ton glacial l'amuse.))

tu peux m'appeler comme tu veux, lune

il se fait aux mots jetés à son visage, aux froid traduit de ses mains. lune pour qui il lui faudrait vouer sa vie à la protection des moldus afin de tenir un discours comme le sien avoue en face de lui tous les méandres qu'ont parcouru sa réflexion le long des années. ou peut-être était-ce là le reflet de l'optimisme qui modelait le serpentard, il ne sait.

inquiétudes occupent le blond pourtant car de tels désirs sont si irréalistes, ça l'échappe. jamais n'a t-il autant voulu savoir ce qui l'a menée là elle devant lui, d'un avis si divergent du sien. owain aux ambitions multiples s'éparpille comme dans ses arguments, tient une idée sans l'aboutir d'actions par soudain intérêt pour autre chose, sûrement s'étonne qu'on lui dise d'aligner principes et actions surtout à lui : lui qui s'y déroge par amusement, lui sur qu'il ne faudrait pas compter.

owain dirait persuader, s'il pouvait, prendre le temps d'être assez chiant pour prendre la tête, quitte à rendre confus sur les bienfaits partagés d'avoir les moldus et les sorciers mêlés les uns aux autres. mais on lui dirait faire preuve de brainwashing comme ces conquérants si sûrs d'eux d'être un cadeau pour l'univers avec leurs avantages. ahah, c'est si bien trouvé.

pierre à l'édifice comme porte ouverte à d'autres blessures est celle posée de sa main, il y a cette amertume à être associé à ceux qui persécutaient, à exister, dans cette façon de raisonner qui ne peut protéger tout le monde, qui blesse sans le vouloir : à être de ceux qu'il est facile de pointer du doigt de par cet emballage que la loterie de la vie.

et à ceux qui seraient pris de ses éclats de pleurs, malheureuses conséquences de ses promesses de cohabitation bien trop belles pour se faire assez rapidement et ne pas en blesser...

... j'concède, t'as de bons arguments. puis vu le temps que ça prend pour que les mentalités évoluent j'crois qu'on se retrouvera avec de la casual moldophobie dans les générations à venir donc bon

((il soupire, parce qu'il lui faut respirer, que tu es à couper de souffle... heh, il esquisse malgré lui))

auror hein, j'y ai jamais pensé, en vrai. fin genre ça m'est arrivé de me dire que j'm'y serais plu peut-être mais j'l'envisage pas vraiment sérieusement. la formation est hyper selective... et moi j'en bat pas une donc yeet la compétition le réveille pourtant, mais voilà, jamais assez, jamais plus que ce qu'il ne contrôle owain, jamais au dela de ce gars au rire candide et clair charmant dans sa simplicité d'esprit. jamais plus que cet idiot dans sa bêtise.

il voudrait dire, voudrait dire qu'il n'a aucune idée de ce qu'il veut parce que ça change, qu'à part cette vague idée d'un bonheur lointain, promise car il se sait aimé, un bonheur selon ses valeurs, quand la grandeur de l'univers ne l’écrase pas avec l'inutilité de son existence, il n'en sait rien. (ou du moins à part gagner bien sa vie, et croyez le c'est un très bon début) et que même de vaines discussions que certains appellerait le retour des enfers (oh, il n'y avait qu'a apporter du vin autour d'une table, il était sûr, si c'était vous, à signer ou pas vous feriez fuir - il suffit de voir les couloirs) lui faisait croire qu'il y avait un moyen pour lui d'exister, de se donner une raison de, l'histoire d'une confrontation

((il pourrait parler, dire en quoi tu étais cruelle de le grouper avec ceux qui s'en prenaient aux autres de cette façon, mais owain se défile, parce que le prix d'arguments adhominem valaient la peine de voir tes mains signer à toute vitesse, de t'enflammer pour finalement devenir brûlante, de froid. des bouts de ton éloquence lui manquaient, par manque de pratique, décidément mais ce n'était que juste pour ce qu'il t'avait mainte fois fait subir, si maladroitement.))

la fatigue se sent, avec les piques, et peut-être parce qu'il tient tant à faire descendre la tension, il propose :

si t'as du temps à perdre j'peux t'offrir un truc au pré-au-lard, un smoothie ou quelque chose tu sais pour "smooth" ta gorge un peu

et c'est bête, et il sent que tu vas le laminer de tes doigts

(il attend que ça)

et il rayonne, riant, soleil qu'il est


hrp: @Lune Choi  ▬ février irp
Lune Choi
Eleve sang-mêlé
Eleve sang-mêlé
Lune Choi
Messages : 62
Points : 198
En couple avec : archibald ????
Re: (fini) quelques mots (lune) Jeu 18 Avr - 22:34


sans prétendre faire attention à ton air trop amusé pour si peu, je crois comprendre, un… abandon ? alors sans filtre, dès aujourd’hui je peux gambader d’un couloir à l’autre pour venir crier « colonisateur ! ça fait longtemps. » ? alors si, rien que demain, on me demande « owain ? », je n’aurai aucun remord à répondre « ah, oui, le colonisateur qui veut conquérir les moldus ! », n’est-ce pas ? alors, c’est, je crois, un feu vert à toute ma haine, librement déversée à qui peut l’entendre ?

ah,
mais si seulement j’avais tant de colère, et si peu de scrupule.
si seulement j’étais de ces mauvaises filles à la langue trop pendue.

j’ai simplement soupiré. comme une réponse à ton insolence.
sans pouvoir cacher cette espèce de rictus difficilement dissimulable, car trop amusé.

tu m’épuises. et j’en redemanderai. pourvu qu’il me soit donné de te croiser plus souvent.


la plus grande des satisfactions en cette journée fut de voir tes grandes mains d’homme assuré se plier à mon égo pour finalement signer ton abandon… et quel plaisir ! mais ce n’est qu’une bataille de gagnée sur trop de combat à venir : je sais bien qu’on lâchera jamais vraiment le morceau, ni toi ni moi, tant le jeu est curieux. pourtant quelque part, je ne te le dirai jamais… mais la crainte et la peine firent un petit bout de chemin.

« tu n’au-ais jamais été un t-ès bon au-o-… » ai-je pouffé tout en baissant la tête. l’idée m’était venue comme une agression et non pas comme un conseil… je m’en serais voulu si soudainement l’envie, visiblement farfelue, te prenait. une main – trop amicale ? viens tapoter sur ton épaule.

oh owain on aurait tellement à se dire pour se détester et pourtant. si je peux me concéder quelques fautes de parcours ne pourrais-je pas simplement sublimer ces déviances ? un serpentard de plus dans la galaxie qui me façonne… pourquoi pas. et si j’ai trop peur que deviennes un mal que je crains, alors j’espère ne pas fuir, et te réveiller de ce cauchemar.

mais, « git » ? « sit » ? « dit » ? « nit » ? « kit » ? « yit » ?

et alors que j’aurai presque cru en un rire commun, tu surenchéris, surement pris d’un trop plein d’audace et de culot qui, malgré moi, te rend sympathique.

quel impudence. et tu veux jouer au plus effronté face à moi ?

« tu as toujours été aussi insolent, owain ? je vais t’offrir un scotch. pur. de quoi te désinfecter de tes conneries… » et le voilà, le sourire trop étendu comme celui d’une petite impudente à la recherche de la limite de ses caprices. qu’adviendra-t-il de nous, d’ailleurs, une fois la ligne franchie ? quelle est l’occasion qui te fera aller trop loin, dans tes moqueries ? quel peut bien être l’évènement qui me nourrira de tant de rancœur qu’il nous faudra toute une vie pour que je m’en défasse ?

les question semblent s’entasser et pourtant mes épaules tiennent, toujours frêles mais solides. rien ne me vaincra owain, ni même tes railleries qui s’empilent avec réminiscences du passée.

« je sais, c’est dur d’avoir affaire à plus fort que soi, colonisateur… et il y a bien plus efficace, pour ma gorge, qu'une boisson froide. »

et fière comme toujours, j’entame notre rendez-vous particulier en partant la première, d’un pas assuré, et sans la moindre attente – j’irai boire seule s’il le faut.

« j’ai pas comp-is… git... sit, dit... nit… »
Owain S. Baxter
Obviously Stupid Boy
Obviously Stupid Boy
Owain S. Baxter
Messages : 200
Points : 431
Re: (fini) quelques mots (lune) Sam 20 Avr - 23:08



going to give it to you, in capital letters


y e e t, lettre par lettre de sa main. .

c'est ces vieux memes d'il y a dix ans, qui prennent l'âge, vains sans sens. à son image au final, un peu ringard sur les bords, mais qui tente de faire tirer une esquisse. mal abile, à transmettre des idées néfastes à l'image d'une stupidité béante (sincère ou non) mais acceptée car inoffensive. son comportement n'en n'est pas plus acceptable parce qu'il essaie d'en tirer les rires.

colonisateur c'est pas très juste grammaticalement parlant, colonel c'est beaucoup mieux

((l'esquisse est rendue avec ténacité qui miroite la tienne, il va dire, pour ton bien, qu'il n'a pas entendu les insultes))

du moins, quelqu'un de plus sensible lui tenait ces mots : qu'il était ce que le monde avait de pire, l'acceptation de la médiocrité et cette banalisation de l'intolérance masquée par cette envie d'améliorer le monde. parce qu'il ne prenait rien au sérieux là tout de suite maintenant ? parce qu'il n'était que ces jolis mots autour d'une table et d'un bon scotch, qu'il allait payer, assurément dans quelques minutes ?

ally. ally.

lui dirais-tu qu'il n'avait pas changé ?

... je me sens de boire un bon gros coup là

c'est inutile.

ha, ouais paraît que dans la loterie des lois cruelles et universelles de la nature j'ai tiré le gros lot, plus fort que le conquérant c'est compliqué à trouver... owain aux problèmes de ce 3% de la population mondiale avec les plus grandes richesse. owain qui de son enfance avait assimilé des langues qui ((vous)) permettaient de communiquer.

c'est dit sans broncher, d'assurance qui lui ressemble sans flancher. oh quelle chance que la sienne n'est-ce-pas ? et il trouve bien encore des choses à dire pourtant, se plaindre de sa condition, ou des autres.

Absinthe ou whiskey ? Scotch ou vodka ? Cocktail ou rhum ? Que de choix, que de choix...

serpentard deviendrait bien confident l'histoire d'un soir, de ceux qui font des messes basses de sourires articulés à défaut de ne vouloir parler des siens pour l'instant, et ils discuteraient jusqu'à il ne sait qu'elle heure, de tout ce qu'il y a à dire ou non pour rien comme dans ces buts les plus grotesques.

Lequel te ferait parler de tes plus grandes craintes ?

réel, et intime.

pris dans la conviction qu'il peut être promis à la douce vérité d'avoir sa place auprès de quelqu'un, de le changer de petites habitudes de petits riens, et voir ce changement se faire dans son cœur sans craindre l'absence d'un corps.

voilà ce qu'il reste de lui, un jeune homme marqué par les habitudes des départs.

ally.

que dirais-tu de lui ?

((il te suit jusqu'à y être presque, esprit vacant à bien de réflexions))


hrp: @Lune Choi jem le coca cherry  ▬ février irp
Contenu sponsorisé
Re: (fini) quelques mots (lune)

(fini) quelques mots (lune)
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sophie en quelques mots
» Fredzic en quelques mots
» Quelques mots sur Doomerlin
» quelques mots sur moi
» Les mots inachevés

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Troisième étage-
Sauter vers: